Faeris : Le Royaume des Duels

Partagez
Aller en bas
avatar
Messages : 80
Age : 21
Voir le profil de l'utilisateur

[Crossover]Des vacances singulières

le Dim 17 Sep - 18:42
bon, ce truc a été en standby pendant presque un an mais j'ai été inspiré donc j'ai décidé de continuer :3
c'est donc un crossover entre mes fics ladd et rising hope de dai donc c'est mieux de connaitre au moins un des 2 univers avant de lire mais vu que c'est le summum de la débilité, je pense que ca ne change pas grand chose donc voila, on écrit chacun un chapitre sur 2 d'ou la différence de style :3



Introduction : Welcome in Paris ~ (Point de Vue de Reisuke / Les Racines de l'Espoir

Spoiler:
Nous étions rentrés depuis quelques jours de ce long périple qui avait été le nôtre. Moi, Hiroki, Jessica, Hakaze et sa famille reprenions petit à petit une vie banale et agréable, comme nous l'aspirions tous. Erika était partie depuis quelques temps, elle est partie il y a tout juste une semaine. J'ai bien tenté de vouloir partir à sa recherche, mais j'ai fini par accepter son destin et j'ai décidé de ne pas m'en mêler. Elle avait fait ses choix, et je ne devais pas m'en mêler, du moins tant qu'elle n'avait pas besoin de moi. J'espérais tout de même secrètement qu'elle revienne, mais je me gardais de le dire à tout le monde. Demain était la remise des diplômes. Je n'étais pas censé être diplômé cette année, j'avais prévu de faire une année de plus en cours préparatoire, mais il fallait absolument que je trouve un emploi très vite, Jessica avait besoin de moi, elle qui n'avait aucun repère en ce monde qui n'était pas le sien, et je voulais lui demander de reprendre les études pour se trouver une profession qu'elle aimerait. C'est ainsi que la remise des diplômes arriva vite , mais trop lentement à mon goût.

C'était donc le dernier jour, au lycée que je fréquentais. Erika et moi étions en troisième année déjà et nous quittions les bancs du lycée pour aller plus loin encore. Quand j'y repense, cela ne faisait que dix jours que nous étions partis de cette époque, dix jours que ce tournoi avait eu lieu, alors que des mois se sont passés dans le passé. Et cela se voyait vraiment à la réaction de mes camarades et professeur en me voyant. Ce que j'avais vécu m'avait pas mal affecté, et j'avais fort changé physiquement en conséquence. Cela semblait vraiment surprendre tout le monde.

Il y avait un festival culturel aujourd'hui, j'ai donc pu inviter tout le monde, Jessica et les autres à venir voir. Le festival culturel faisait office de portes ouvertes , du coup cela me permettait d'ouvrir les portes de mon lycée à mes contacts mais aussi de convaincre Jessica d'y venir. Je savais que la renvoyer à l'école ne serait pas chose simple, et pour être honnête je n'étais moi-même pas sur que c'était une bonne idée, pourtant, quelque chose en moi me poussait à le faire.

Alors mon diplôme me fut remis, je descendis de l'estrade et vis tout le monde arriver ensemble, passant ainsi le portail de l'école pour qu'enfin nous nous retrouvons. Jessica s'avança, arrogante comme à son habitude et prit la parole d'un ton ironique.

-Jessica-   Qu'il est beau en tenue de diplômé hohoho.
-Reisuke-   Mais ferme là Jessica. T'as pas un mot gentil à dire sans faire une tête de grosse folle sérieusement ?
-Hiroki-   R...R....Rei-kun.....Tu.....Tu.....Tu es diplômé......Je suis....si....si fier.....Bouhouhouhou mon petit frère !!!!

Hiroki se jeta sur moi pour m'étreindre en pleurant, c'était gênant, mais je le laissais faire. Après tout il avait enduré bien des choses pour moi, pouvoir avoir une réaction spontanée de grand frère était vraiment un luxe pour lui. Pourtant, le luxe que je lui laissai, c'est Hakaze qui le reprit en tirant son petit ami par l'oreille pour lui faire une remontrance.

-Hakaze-   Tu es ridicule , Hiroki. T'es encore plus débile que ton débile de frère quand tu t'y mets.
-Reisuke-   Eh ! Je suis pas débile.
-Hakaze-   Oh que si tu l'es ! Monsieur je fais de la merde dans le passé !
-Soichiro-   Je me demande lequel de vous deux a été le plus ridicule pour être honnête gamine.
-Hakaze-   Huh.... ? Papa ! Un peu de soutien zut !!!
-Sirie-   Telle mère telle fille, aucune des deux ne sait faire les bons choix hahahaha !!!!
-Reisuke-   Hahaha...B...Bien ! Je vais vous montrer le futur lycée de Jessica !
-Tout le monde –   On te suit !
-Jessica-   Euh...Attends t'as dit quoi le boulet là !? Mon futur lycée !?

La mine de Jessica se décomposa. Elle réalisa dans quel piège elle avait été entraînée. Elle tenta de fuir, mais mon grand frère Hiroki la bloqua par le bras et la traîna à l'intérieur de l'établissement, essuyant au passage toutes les insultes du monde provenant de la blonde traînée au sol. J'entraînai donc toute la famille dans toutes les salles de classe et de clubs, les faisant essayer toutes sortes d'attractions proposées par les étudiants, train fantôme, Maid café, et autres âneries de lycéens. Tout le monde y prenait goût, sauf Jessica qui tentait de s'enfuir maintes et maintes fois, mais que Hiroki retenait à chaque fois.

-Sirie-   Dis, Reisuke.
-Reisuke-   Hm ?
-Sirie-   Tout le monde crée des activités, mais toi tu n'as pas de club avec lequel en créer ?
-Reisuke-   Ah...Euh non, je n'en ai pas, mon club n'a rien prévu pour aujourd'hui.
-Hakaze-   Dans quel club es-tu d'ailleurs Reisuke ?
-Reisuke-   Euh.......Je suis dans....Le club de cuisine !
-Hiroki-   Menteur ! Je sais que tu es dans le club de mu !

Je lançai un regard assassin à mon frère qui comprit alors que je ne tenais pas à parler de mes activités de club et qui se rétracta aussitôt en feignant le fait qu'il me charriait. Soichiro remarqua le malaise, mais me pris en pitié et n'accentua pas d'avantage ma gêne. Cela me soulageait un peu, puisque mes activités de club je les partageais avec Erika et d'autres camarades qui eux étaient encore en deuxième année et donc encore dans ce lycée.
Nous avançâmes dans les salles de classe jusqu'à tomber dans la salle de sport, il y avait des compétitions sportives d'organisées entre le club de gymnastique et le club de natation. J'aurais voulu saluer Makoto , Haruka et les autres, mais je n'avais pas le temps et cela n'emballait pas mon groupe.
Lorsque la journée se finit, nous regagnâmes le terrain de sport extérieur, pour la dernière attraction , celle du club des hôtes et hôtesse de l'école.

-Hakaze-   Qu'est-ce qu'on fait ici, ca craint je trouuuve.
-Reisuke-   On a un club de majordomes et de soubrettes dans le lycée, mais leur club ferme ses portes car tout le monde part cette année. Ils organisent un concours qui est l'attraction principale.
-Soichiro-   Quel genre de concours ? Je peux aller mater les gamins quand je veux.
-Hiroki-   Ouais ouais ! Moi et le patriarche on va les défoncer ! C'est quoi, bras de fer ? Duel ? Baston ?
-Reisuke-  ....C'est un concours de compatibilité amoureuse.
-Soichiro et Hiroki-   Eh ?

Avant que je ne puisse expliquer le pourquoi du comment, l'hôte arriva sur une petite estrade bricolée pour l'occasion. Il arriva au bras d'une hôtesse du club qui était sa petite amie et prit la parole devant les airs béats de Soichiro et Hiroki.

-Tamaki-   Bonsoir à tous, Je suis Tamaki, le président du club des autres, et je suis accompagné par ma reine, Haruhi.
-Haruhi-   Bonsoiiiir ~ Nous allons ce soir élire le couple étant le plus compatible ! Nous avons eu pas mal de volontaires cette semaine pour participer à notre concours et gagner un voyage tous frais payés pour Paris pour deux personnes !
-Tamaki-   Ne vous en faites pas, l'agence de voyage de mon père prendra tous les frais en charge tout en offrant une qualité d'exception aux personnes gagnant ce voyage, avec tout le romantisme au rendez vous ~ Ca fait des envieux n'est-ce pas ?
-Haruhi-   Appelons donc les couples !

-Hiroki-   Reisuke, tu vas participer avec Jessica ?
-Reisuke-   Ouaip, je voulais lui faire la surprise pour participer avec elle, ca te branche Jessica ?
-Jessica-   Tant que tu ne fais pas de l'ombre à mon charisme, pourquoi pas ~
-Hakaze-   Han....J'aurais bien voulu y participer, ça aurait été fun.....~
-Reisuke-   Je....Je vous ai inscrit, toi et grand frère....
-Hiroki-   Eh ?
-Hakaze-   Ouiiiiii !!! Reisuke je t'adooore !!!

Avant que Hiroki puisse en placer une, la jeune fille le tira jusque sur scène avant de se pavaner avec lui sous le regard des juges comme une gamine qui participait à un concours de beauté, tandis que Hiroki me lançait des regards assassins. Il était plus timide qu'il le laissait croire, le grand frère. Soichiro de son côté commença à éclater de rire sous le regard approbateur de Sirie. J'étais mal à l'aise vis à vis du patriarche qui se tenait à côté de moi. Il remarqua que quelque chose n'allait pas avec mon attitude et me regarda d'un air dubitatif.....Pour au final finir aussi contrarié que mon grand frère lorsque Tamaki l'hôte appela l'avant dernier couple, Soichiro Namatame et Sirie Borutenisu. Il se tourna avec étonnement vers Sirie qui évita son regard en rougissant. Il prit la parole timidement, avec la plus grande délicatesse, envers Sirie.

-Soichiro-   Hmmm....Je...Sirie. Tu as envie de faire ça ?
-Sirie-   Si...Si telle est votre volonté...Jeune maître....

Les deux individus montèrent timidement sur scène tandis que moi et Jessica les suivîmes, étant le dernier couple inscrit. Nous étions avec trois autres couples sur l'estrade, les uns à côté des autres. On nous amena des chaises sur lesquelles nous nous installâmes tous par couple, tandis que Tamaki reprit la parole dans son micro.

-Tamaki-   Nous allons donc commencer le jeu de ce soir de la compatibilité des couples ! Nous allons poser des à chaque candidate sur sa moitié, et nous verrons alors si son homme confirme ! Puis ca sera à l'homme de répondre à une question. C'est en mort subite , donc une mauvaise réponse et c'est l'élimination ! Attention, chez les hôtes nous savons lire le mensonge sur les visages, donc n'essayez pas de mentir ~ Commençons par le couple numéro 1 !

L'hôte posa des questions banales à chaque couple qui réussit plus ou moins à renseigner les réponses devant un public emballé par ce jeu. Tout ce qui touchait aux potins était très populaire au lycée, nous avions donc un bon public devant nous. Vint le tour de Hiroki et Hakaze, auxquels Tamaki posa sa question.

-Tamaki-   Très chère Hakaze, bienvenue. Voici donc votre première question miss, Quel est le passe-temps favori de votre moitié ?
-Hakaze-   L'exploration bien sur !
-Tamaki-   Qu'en est-il donc pour Hiroki..... ? C'est CORRECT !!!!!! Bravo Hakaze ! Passons donc à la suite ! Sirie, madame bonsoir ~
-Sirie-   Bon..Bonsoir....
-Tamaki-   Commençons avec ceci, quel est le plat préféré de votre moitié ?
-Sirie-   Le plat préféré...Du jeune maitre.... ? C'est évident. Des Soles Grillées.
-Soichiro-   Huh !? Comment est-ce que tu sais ç –
-Tamaki-   COOOORRECT ! La réaction était très parlante les amis ! Nous passons donc à notre troisième couple, Reisuke et Jessica     ! Jessica bonsoir. Quelle est la passion de votre moitié !?

A ce moment là, j'eus un flash. Il était vrai que moi et Jessica n'avions jamais parlé de nos loisirs ou d'autres choses simples, étant donné que nous n'avions vécu que des situations extrêmes, je me demandais donc comment Jessica allait savoir que ma véritable passion était la m –

-Jessica-   Il adore le corps des femmes, la perversion c'est sa passion ~
-Reisuke-   HUH !?

Le public s'arrêta, me regardant les yeux grands ouverts et écarquillés. Certains détournaient le regard par honte, tandis que Hakaze , elle , me regardait d'un air moqueur. Jessica savourait sa petite victoire du soir, sa vengeance, tandis que je repris mes esprits et commençai à me battre avec elle.

-Reisuke-   C'est QUOI ce genre de passions que tu racontes !? T'es allée chercher ça où !?
-Jessica-   Pour quelqu'un qui est fier de ce fameux épisode de la colline, là on se la ramène moins hein !? BAAAAKA !!! Gros boulet va !
-Reisuke-   Non mais aller dire que je suis un perv –
-Tamaki-   La réponse est COOOORRRECCTE !!!
-Reisuke-   Mais non elle est pas co –
-Haruhi-   Passons donc à la suite ! Il nous reste donc 4 couples en lice et cette fois je vais poser une question à chaque homme du couple. Nous allons commencer par Reisuke cette fois. Reisuke, quel est le meilleur souvenir dans la vie de ta moitié ?
-Reisuke-   Sans hésitation, le jour où elle a chialé comme une merde parce que je la laissais toute seule ~
-Jessica-   HUH !? D'où c'est un souvenir ça !? Tu te prends pour qui à balancer des trucs comme ç –
-Haruka-   Je suis désolée, la réponse est incorrecte, vous êtes éliminés les amis.
-Jessica-   Vois t'es content gros boulet !? T'aurais pas raconté de la merde, on n'en serait pas là espèce de sale pervers va !?
-Reisuke-   Qui a raconté des conneries hein !? C'est n'importe quoi ton truc espèce de grosse folle !!?

Je partis dans une dispute avec Jessica qui avait raconté de la merde du début jusque la fin, comme à notre habitude, ca finissait toujours en crêpage de chignons, si bien qu'aucun de nous ne suivit d'avantage le concours, trop occupés à de tacler plus loin. J'entendis simplement la voix de Haruhi continuer.
-Haruhi-   Soichiro, quel est le rêve de votre moitié ?
-Soichiro-   ...Pouvoir vivre comme une femme banale j'imagine.
-Sirie-   Jeune maître....
-Haruhi-   C'est correct !!! Soichiro répond donc correctement à la question ! Qu'en sera-t-il de Hiroki !? Quel est le trait de caractère que votre moitié recherche le plus chez un homme ?
-Hiroki-   Hm...Comme elle est capricieuse, je dirais quelqu'un de dévoué.
-Hakaze-   Tu aurais pu éviter le côté capricieuse...C'est embarrassant....
-Hiroki-   Désolé...C'est sorti tout seul....
-Haruhi-   C'est correct ~ Il ne nous reste plus que le dernier couple !
La dispute se calma, moi et Jessica nous ressaisîmes et regardions de nouveau le concours. Le troisième couple fut éliminé et il ne restait plus que SoichiSirie ainsi que Hakaroki en lice. C'était donc une finale entre les deux couples que j'avais inscrit sans leur demander leur permission. Frottant ma joue pour essuyer les coups donnés par Jessica, je regardai avec satisfaction l'issue de ce concours.

-Tamaki-   Nous arrivons donc au final........La preuve d'amour !!!
-Haruhi-   Quelle fille n'a jamais rêvé d'un baiser de son joli prince charmant sous la pluie avec du romantisme à la clé !? C'est maintenant que ça se passe ! Les couples devront se montrer une preuve d'affection devant vous tous, et vous voterez pour le couple gagnant !!!

-Hiroki-   Eh, Hakaze, on a toutes nos chances ! Vu que le patriarche et Sirie ne sont pas en couple, tout ce qu'on a à faire c'est de s'embrasser pour –
-Hakaze-   Je.....Je ne peux pas.....C'est..C'est trop embarrassant devant Papa......
-Hiroki-   Eh ? Ah....Ouais j'oubliais. C'est vrai que ça serait indécent devant Ôto-san. Laissons tomber, d'accord ?
-Hakaze-   Ce que j'aime beaucoup, ce n'est pas ta dévotion, c'est ta capacité à me comprendre...Hiroki...
-Hiroki-   Ha...Hahaha...Arrête, ça m'embarrasse...

-Soichiro-   Sirie....Qu'est-ce....Que fait-on... ?
-Sirie-   Je comptais sur vous pour me le dire....Jeune maître....
-Soichiro-   Ah...Alors...Etreignons nous comme deux amis le feraient...D'accord... ?
-Sirie-   Je....D'accord...

Alors que Hiroki et Hakaze s'éloignèrent l'un de l'autre en se tenant simplement les deux mains et en se souriant mutuellement, Soichiro et Sirie de leur côté s'approchèrent timidement l'un de l'autre avant de partager une étreinte chaleureuse ensemble. De l'extérieur, leur couple était celui qui rendait le mieux, puisque malgré l'âge avancé des deux protagonistes, on avait l'impression de voir deux adolescents partageant un amour naissant. Jessica riait d'eux, tandis que le public et moi étions à fond pour les voir gagner.

Au final, les deux protagonistes s'avancèrent avec gêne sur l'estrade afin de recevoir le prix qu'ils avaient gagné, le voyage romantique pour deux à Paris capitale de la gastronomie et de la mode. Embarrassés , ils acceptèrent néanmoins le prix et nous rentrâmes tous chez moi. J'avais préparé un repas pour le soir et invité tout le monde à dormir dans ma grande demeure. Moi et Hiroki dormions sur les canapés tandis que Jessica et Sirie partageaient une chambre et Hakaze et son père une autre, c'était le plan.

…....
….

Quelques jours plus tard, nous nous retrouvâmes tous à l'aéroport. Soichiro avait absolument tenu à ce que sa fille vienne avec lui quitte à payer les frais de son séjour, tandis que Sirie avait fait la même chose avec Hiroki, qui lui avait fait la même chose avec moi tandis que Hakaze avait fait la même avec Jessica. Au final, tous les six avions mis ensemble pour payer les 4 séjours restants et donc ces deux semaines de vacances à Paris, tout ça à cause de ce concours de couple. Une aventure allait commencer en ce début de vacances d'été.....Alors que je n'avais pas encore trouvé la caserne qui allait m'accueillir à partir de septembre...

Le voyage en avion fut éprouvant, surtout à cause de Jessica qui n'arrêtait pas de foutre la merde dans le groupe à coups d'insultes. Dompter Jessica au quotidien n'était vraiment pas quelque chose de facile.
Au final, nous arrivâmes à bon port, un aéroport français bien différent de ce que nous avions l'habitude de fréquenter lorsque nous voyagions dans le pays. Il y avait plein d'annonces résonnant de partout tandis que les gens allaient et venaient dans tous les sens , des gens qui criaient après d'autres, c'était le chaos. C'était toujours mieux que la forêt de Soichiro là où Medraut et ses camarades d'armes faisaient la zizanie tous les soirs, mais y'avait mieux question confort. Il avait d'ailleurs râlé contre Hiroki le Medraut parce qu'il s'était officialisé avec Hakaze, et le monstre de duel semblait avoir des profonds sentiments pour la femme. Au final, nous étions débarrassés de lui.

-Hakaze-   Welcome in Paris ~
-Hiroki-   Je suis fatigué...Han.....
-Hakaze-   Quelle idée de faire un duel à l'épée avec Medraut pour me conquérir sérieusement....
-Hiroki-   C'était une bataille d'hommes....Je ne pouvais pas perdre....
-Jessica-   Une bataille de crétins oui. Tu me fais pitié Yamada.
-Hiroki-   Ta gueule Leocaser.
-Soichiro-   J'ignorais d'ailleurs que le gamin savait se battre à l'épée.
-Hiroki-   Disons que quand on passe sept ans dans le monde des esprits, on doit s'occuper...Hahahaha.....
-Sirie-   Je trouve ca plutôt agréable, un homme qui sait manier l'épée. Ca me rappelle les jeunes années du jeune maitre.
-Soichiro-   Arrête de m'appeler comme ça, Athéna.
-Hakaze-   Tu as l'air d'un idiot aussi à l'appeler par son ancien nom papa....
-Reisuke-   Notre famille est un vrai bêtisier en fait hahahaha !!!
-Jessica-   Notre famille ?
-Reisuke-   Ouais ! Soichiro et Sirie sont les parents et nous on est les gosses qui leur font la misère ~
-Jessica-   Ca me plait ~ Check !
-Hiroki-   « Check » ? Tu fais une poignée de main de mec avec ta gonzesse ? C'est bizarre.
-Reisuke-   On parle de Jessica, elle n'a rien de féminin en elle....
-Jessica-   C'est vrai ça, c'est lui qui fait la femme ~
-Hakaze-   Raconte m'en plus Jessica ~
-Reisuke-   Raaaah Arrêtez ! Je joue pas le rôle de la femme !
Toujours sur les éternelles querelles qui n'ont aucun sens nous sortîmes de l'aéroport pour atterrir dans la capitale. C'était ahurissant. Le trafic n'avait rien à voir avec ce que j'avais l'habitude de voir. Tant d'allers et venus , tant de voitures et de taxis, c'était vraiment incroyable. Soichiro avait le poil hérissé face à ce spectacle, tout comme Hiroki. Les deux détestaient la ville, enfin Soichiro détestait la ville et avait appris à Hiroki à la détester également. Il était un peu devenu Soichiro junior, mon grand frère.
-Sirie-   Où allons nous donc... ?
-Soichiro-   A...Aucune idée....Je ne connais pas la France.
-Reisuke-   Ehhhh !? Je comptais sur vous pour nous aider Soichiro !!!
-Hakaze-   Vous n'allez pas me dire qu'on est perdus ?
-Jessica-   Laissez moi faire ~
Jessica s'avança vers des personnes qui étaient en train de ranger des bagages dans une voiture , elle prit la parole d'une voix assurée , sûrement pour dépatouiller la situation. Nous l'observâmes.
-Jessica-   Hey guys, i'm Jessica ~ Me and my friends are coming in your amazing country to discover lot of things ~ Could you please give me the adress for us to go to a Motel ?
-Hiroki-   Misère, Jessica est une loseuse.....
-Reisuke-   Oh la vache, la hooonte.
Jessica revint dépité après ne pas avoir eu de réponse satisfaisant sa demande, elle avait les larmes aux yeux, consciente qu'elle venait de se prendre un bide monumental, mais cachait sa honte par de la violence.
-Jessica-   Le premier qui l'ouvre je le défonce.
-Hakaze-   Nous venons du quartier francophone de Tokyo, on vient en France, et tout ce que tu as en tête, c'est de parler anglais ? Ma pauvre fille, fréquenter Reisuke t'a réduit le cerveau en bouillie....
-Jessica-   Oui c'est de sa faute.....Boulet-Sama.
Sur cette nouvelle querelle qui allait débuté, nous fûmes plantés à l'aéroport , sans savoir où aller et surtout comment s'y rendre. Notre trip de deux semaines se transformerait vite en calvaire sans solution rapide et efficace...


Introduction II : Welcome in Paris…What ??

Spoiler:
Comment…en étions-nous arrivés là ? En plein soleil, sans billet et sans argent pour rentrer, au milieu d’une foule d’inconnus avec nos bagages et nos plaintes. Tout le monde pestait, soit contre le soleil, soit contre moi – sans raison – soit contre Hélios. Nagisa voulait rentrer, Laura s’était trouvé un coin à l’ombre et attendait, les bras croisés, Saya éternuait en boucle, Miyako lançait des insultes à tout va contre Hélios qui lui-même insultait la personne lui ayant vendu les billets. Seuls Serena et Satoshi se tenaient à peu près tranquille et s’amusaient de nous voir ainsi. Mais les faits étaient-là : nous étions coincés, tout cela à cause d’une seule et unique chose…

Il faisait chaud…très chaud dans la salle de club. Tout le monde cherchait vainement un petit courant d’air là où il le pouvait : J’avais mis la tête par la fenêtre pour avoir un peu d’air frais mais seul un vent brulant fouettait mon visage, Laura tentait tant bien que mal de se rafraichir avec son éventail, Saya avait mis sa tête dans un bac de glaçon…même si elle semblait avoir plus froid que chaud maintenant, Nagisa était affalée sur le canapé et s’était simplement endormie tandis que Miyako…
-Une minute, d’où tu as un ventilateur pour toi toute seule ? M’exclamai-je en réveillant tout le monde.
-Qui ? Que ? Quoi ? Bafouilla Nagisa encore à moitié endormie.
-Il fallait demander avant mon pauvre Darksky ; me répondit la fille aux cheveux enflammés sans même daigner ouvrir les yeux.
-Tu pourrais partager un peu au moins ! Pas vrai Laura ?
-Moins de bruit s’il te plait, je n’ai pas la force de me battre avec Miyako aujourd’hui ; me répondit mon amie en s’affalant encore plus sur le canapé.
-Saya, aide-moi un peu !
Seul un puissant éternuement me répondit et nous nous tournâmes tous vers la jeune blonde qui grelotait comme s’il faisait moins quinze dehors.
-Z’auriez pas un mouchoir par hasard ? Nous demanda-t-elle d’une voix enrouée.
Miyako soupira et éteignit son ventilateur pour s’occuper de Saya. Je profitai de l’occasion pour subtiliser discrètement l’appareil et le brancher près de moi.
-J’aurais vraiment dû accepter la proposition d’Alan et partir avec les UWS moi ; râla-t-elle en posant sa main sur le front de la jeune fille blonde avant de la retirer aussitôt.
-Alors, c’est grave ? S’inquiéta Nagisa maintenant totalement réveillée.
-Aussi grave que cette canicule ; répondit Miyako en repartant s’asseoir à son bureau avant de se rendre compte que quelque chose avait disparu.
Je ne pus m’empêcher de rire en voyant sa tête, l’air totalement déboussolée.
-Saya, c’est bon, tu peux arrêter de faire semblant ; lâchai-je sans pouvoir m’arrêter.
-Je…je…je…faisais…pas…pas…ssss...Semblant ; rétorqua-t-elle toujours en grelottant.
Ce fut à mon tour de faire une drôle de tête. Comment avait-elle pu attraper froid avec cette chaleur ? Je fus néanmoins interrompu rapidement dans mes réflexions par un violent coup dans les jambes qui me mit à terre et un frisson glacial me parcourut l’échine quand je vis le visage de Miyako au-dessus de moi, visiblement très en colère.
-Oh…Miyako…ça va ?
-Ça ira bien mieux dès que j’aurais fait passer un sale quart d’heure à celui qui m’a piqué mon ventilateur ; me répondit-elle en faisant craquer ses doigts.
-Vrai…Vraiment ? Je n’aimerais vraiment pas être à la place de cette personne ; déclarai-je en essayant de m’enfuir vers la sortie discrètement.
J’avais presque atteint la porte lorsque celle-ci s’ouvrit brutalement et me plaqua contre le mur, ce qui fit sourire Miyako au passage qui n’avait pas eu besoin de faire le sale boulot. Tous les regards se tournèrent alors vers le nouvel arrivant avant de replonger sur leurs activités précédentes en voyant de qui il s’agissait.
-Faites place à votre sauveur, Hélios le seigneur soleil d’Héliopolis est arrivé ! S’écria le nouveau venu en brandissant devant lui plusieurs bouts de papiers.
-Manquait plus que lui ; bailla Laura tout en agitant son éventail. Allez-y, sortez-nous votre discours habituel rapidement qu’on puisse se reposer un peu…
-Tss, Tss, Tss, ma chère Laura, tu ne tiendrais pas le même discours si tu savais ce que j’avais en main…Et puis, tiens, Darksky, tu as le nez tout rouge, tu as attrapé froid ?
-Oui, c’est ça, j’ai attrapé froid ; grognai-je alors que Saya éternua dans mon dos.
-Enfin bref, moi, le grand Hélios, seigneur Soleil d’Héliopolis…
-C’est bon, arrêtez de répéter votre nom, on sait comment vous vous appelez ! L’interrompit Laura.
-Oui…Donc, je disais, que vous allez être contents car j’ai en main exactement ce qu’il nous faut : un bon séjour dans le sud !
Tout le monde se réveilla immédiatement en entendant cela. Nous avions beau avoir la mer, il ne faisait pas bon de s’y baigner à côté de milliers de touristes sur un espace de moins de deux cents mètres de long.
-Yahou, des vacances dans le sud ! La mer bleue, le soleil, les vagues, les poissons ! Quand est-ce qu’on part ? S’écria Nagisa en sautant de son canapé.
-Mais dès demain ma chère Nagisa, faites vos valises, demain soir à la même heure, nous sommes sur la plage à manger des huitres !
-Je n’aime pas spécialement les huitres, mais tout sera mieux que ce four ; déclara Miyako en haussant les épaules.
-Au menu, il y aura aussi des soles grillées Miyako ; rétorqua Hélios malicieusement.
-Des soles ? Mais qu’est-ce qu’on attend ! Aller hop, tout le monde dehors ! S’exclama-t-elle le regard brillant.
Je ne pus m’empêcher de rire légèrement en voyant la jeune fille d’ordinaire si froide avoir une telle réaction, ce qui me valut un bon poing sur la tête alors que j’étais déjà au sol.
Le lendemain, tout le monde se réunit devant la gare de la ville. Avec Laura, nous avions pris peu d’affaires…enfin, elle m’avait obligé à en prendre peu, de peur d’avoir l’air d’abuser devant les autres. Je me retrouvai donc avec seulement quelques chemises, un maillot de bain et quatre pantalons dans mes affaires qui tenaient dans une minuscule valise…
Je faillis néanmoins éclater de rire lorsque je vis la réaction de Laura en voyant Nagisa arrivant avec un sac au moins trois fois plus gros que le mien. Je me retins cependant pour éviter des ennuis mais je voyais bien Laura serrer les dents. Puis vint Miyako…méconnaissable. La jeune fille, d’ordinaire si sobre, avait troqué son uniforme contre une légère robe rose pâle sans manche, descendant jusqu’aux genoux et avec un décolleté assez impressionnant, ainsi que des lunettes de soleil et un large chapeau jaune surmonté d’un ruban rose. Elle dégageait vraiment une étrange impression avec ses cheveux flamboyants dans son dos, mais cela lui allait plutôt bien.
-Miya-chan, tu es superbe comme ça, on dirait vraiment un mannequin ! S’exclama Nagisa en la voyant.
-Ah…euh…merci ; répondit-elle en rougissant.
Je lui lançai un sourire malicieux, auquel elle me rendit un regard noir. La dernière à arriver fut Saya…avec un bonnet et une écharpe en laine ?
-Tu es sûre que tu n’exagères pas un peu ? Il fait trente-cinq à l’ombre ; déclara Laura, surprise.
-C’est…c’est pas toi…qui as…attrapé…ffff…froid ! Répliqua-t-elle en éternuant.
-Enfin bon, c’est bien gentil mais où est Hélios ? Il est presque l’heure et ce boulet n’est pas là ! Râla Miyako en regardant sa montre.
Au même moment, une sorte d’énergumène portant un short et une chemise à fleurs arriva dans la gare et, tandis que l’ex présidente du club soupira, je ne pus m’empêcher de rire cette fois-ci devant le ridicule de la situation.
-Alors, alors les enfants, prêts à vivre des aventures palpitantes ? Nous dit l’ex roi en enlevant ses lunettes de soleil comme un acteur dans un film.
-Aller, aller, pas de temps à perdre, le train c’est dans cinq minutes ! Râla Miyako en prenant son sac et en commençant à courir.
Tout le monde protesta, surtout Nagisa avec son énorme sac, mais nous n’eûmes d’autre choix que de la suivre pour arriver sur le quai au moment où la sirène du départ retentissait. Comme un seul homme, nous nous jetâmes dans les portes et nous pûmes rentrer de justesse avant que le train ne se mette à bouger.
Après que le monde a crié sur le roi en short, le voyage se déroula plutôt sans encombre, si on mettait de côté la mauvaise humeur de Miyako, les éternuements incessants de Saya et les blagues moisies d’Hélios.
Le train devait nous conduire jusqu’à Paris et de là-bas, il fallait prendre l’avion jusqu’à Nice, autant dire que nous en avions encore pour un petit moment. Nous passâmes le temps en jouant aux cartes, même si ce n’était pas vraiment amusant avec Laura qui remportait chaque partie, quel que soit le jeu, si bien que tout le monde arrêta après une dizaine de défaites pour regarder le paysage.
Nous arrivâmes à Paris vers Midi et nous en profitâmes pour faire une pause déjeuner avant de nous remettre en route pour l’aéroport…Seul problème, nous ne savions pas du tout comment y aller et un taxi n’aurait jamais pris autant de personnes d’un coup…
-Mais c’est pas possible ça, comment est-ce qu’on peut organiser un voyage sans même savoir où se trouve le point de départ !  Pesta Laura.
-Je croyais que vous connaissiez moi, je ne suis pas du coin ! Se défendit l’ex roi.
-Mais quel boulet ce type ; soupira Miyako.
-Je suis certaine qu’on va trouver une solution ; tenta Nagisa.
-Atchoum !
-Ce n’est pas comme si on était vraiment perdu, on a toujours nos téléphones non ? Proposai-je.
Mon idée eut l’air de plaire à Hélios car ce dernier sortit immédiatement le sien et composa un numéro puis se mit sur haut-parleur, ce qui nous permis d’entendre la voix d’Angéla à l’autre bout du fil.
-Oui, Allo ?
-Yohoho Angéla, c’est moi, Hélios, le grand roi d’Héliopolis et…
Elle raccrocha aussi sec.
-Attendez, attendez, je la rappelle ; déclara-t-il devant nos mines énervées.
Après quelques secondes de sonnerie, la voix d’Angéla revint à l’autre bout.
-Oui, c’est pour quoi ?
-C’est moi, Hélios, est-ce que tu aurais l’amabilité de me dire où se trouve l’aéroport…s’il te plait ?
-Oh Hélios, quelle surprise ! J’ai cru que c’était encore un type bizarre à cause de vos bouffonneries.
-Comment ça des bouffonneries ? Je suis Hélios, Seigneur soleil d’…
Silence à l’autre bout du fil. Laura, qui semblait en avoir plus qu’assez de lui, prit son propre téléphone et appela elle-même. Deux minutes plus tard, nous eûmes notre information devant la mine dépitée d’Hélios et les râles de Miyako.
Nous prîmes donc le car jusqu’à l’aéroport. A notre grande surprise, Serena et Satoshi, les deux jumeaux, nous attendaient également, la sœur portant un tee-shirt blanc et une jupe assortie sous ses et le frère préférant se faire discret avec une chemise et un pantalon noirs. Ils nous saluèrent chaleureusement et puis nous nous dirigeâmes tous à l’intérieur de l’aérogare.
Nous pensions vraiment que tous nos ennuis étaient terminés, mais le meilleur restait encore à venir car, à peine arrivés devant les contrôleurs, nos billets furent refusés et, malgré les protestations de tout le monde, nous fûmes renvoyés, purement et simplement.
-Non, mais c’est quoi cette blague, vous les avez achetés où vos billets ? S’écria Laura une fois dehors.
-Dans une brocante, le vendeur m’a dit qu’ils étaient encore valables, alors je les ai achetés, pourquoi ?
-Mais il est sérieux celui-là ? Qui va dans une brocante pour acheter des billets ? C’est aussi pertinent que de faire ses courses dans une déchèterie !
-Eh, moi on me dit que c’est valable, je n’ai aucune raison de remettre en doute la parole de cet honnête commerçant ; se défendit Hélios.
-Oh, j’en peux plus de lui, débrouillez-vous avec ce type, j’abandonne.
Tandis que Laura s’éloignait, Miyako prit le relais pour râler contre l’ex roi qui compris enfin qu’il s’était fait rouler et se mit lui aussi à râler contre le vendeur. Nagisa se mit à se plaindre à son tour pour rentrer, ne supportant plus la chaleur étouffante et Saya, elle, continuait d’éternuer. Je pensais vraiment que j’allais devenir fou à ce rythme.
Cependant, mon regard fut attiré par un autre groupe qui avait l’air tout aussi spécial et perdu que le nôtre. Il y avait trois hommes et trois femmes, et leurs chamailleries me parvenaient malgré la foule et les cris de Miyako. Ils ne semblaient pas vraiment du coin à en juger par leur accoutrement.
En voyant que je les dévisageais, la fille blonde du groupe se détacha et vint vers moi, l’air menaçant :
-Qu’est-ce t’as pauvre tâche ? Tu veux ma photo ou quoi ? De toute façon, même si tu me la demandais, je te la donnerais pas !
-Que…quoi ? Bégayai-je surpris par sa réaction.
-Tu m’as très bien entendu, ne m’oblige pas à me répéter ! Non mais d’où on stalk les jeunes filles dans ce pays de d’abrutis !
-Jessica, ça ne se fait pas…tenta de dire l’un des garçons à ses côtés avant de se faire réprimer violemment.
-Je t’ai rien demandé le boulet ! Je n’aime pas qu’on me regarde sous le nez, c’est tout ! Eh, le vieux, fais quelque chose toi puisque tu nous as foutu dans cette galère !
L’homme le plus âgé du groupe s’avança alors. Il était grand, devait avoir la cinquantaine à en juger par ses rides et ses cheveux grisonnants, mais dégageait une certaine sagesse.
-Je me présente gamin, je m’appelle Soichiro Namatame, je suis le leader de la guilde Glory for Hope…
-Jeune maitre, je crois que ce n’est pas le propos ; l’interrompit la femme aux cheveux blancs qui l’accompagnait.
-Ou…Oui, évidemment, et arrête de m’appeler comme ça Athéna. Je disais donc, je m’appelle Soichiro Namatame, nous venons directement du Japon, mais nous sommes…comment dire…
-On est paumé, autant le dire tout de suite ! Continua le troisième garçon à la carrure plutôt imposante.
-Oui, et nous aimerions bien trouver un endroit pour dormir cette nuit, vous n’auriez pas une bonne adresse ? Termina la dernière jeune fille aux cheveux bruns. Parce que avec eux, j’ai peur de passer la nuit dehors…
Hélios, Miyako, Laura, Nagisa et Saya me rejoignirent, intrigués par la situation. Je n’osais pas leur répondre que nous étions perdus nous aussi et heureusement, Hélios me devança.
-Je m’appelle Hélios, je suis le seigneur soleil d’Héliopolis et actuellement, un vacancier qui aimerait pouvoir partir dans le sud…
-Roh, mais ils s’en fichent Hélios ! Râla Laura, toujours exaspéré par le roi. Pour vous répondre, nous ne sommes pas du coin non plus, désolée.
-C’est fou que personne ne soit fichu de nous indiquer un simple hôtel ici ! S’exclama la blonde énervée.
-Attendez ! Je sais qui pourrait vous héberger ! Intervint l’ex-roi en sortant son téléphone.
-S’il vous plait, dites-moi qu’il ne va pas faire ce que je crains qu’il fasse ; ronchonna Miyako.
-Ah, qu’est-ce qu’il va faire ? Demanda Nagisa.
-Dites, on peut rentrer ? j’ai un peu…peu…froid moi ; tenta Saya en éternuant.
-La gamine n’a pas l’air en forme ; observa le dénommé Soichiro.
-Quelle…quelle perspicacité…railla la malade.
-Quelle idée de se mettre un bac de glaçons sur la tête aussi ; soupirai-je.
Après avoir passé les regards interrogateurs du groupe d’inconnus, Hélios composa un numéro, dit une phrase, puis raccrocha immédiatement avec un grand sourire.
-C’est ok, je vous ai trouvé un logement pour ce soir, et pour nous aussi par la même occasion !
-Attendez Hélios, vous n’êtes pas en train de me dire…
-Et si Laura, nous passons nos vacances à Paris !

Tentative de Dialogue: premier essai(Point de vue Jessica/racines de l'espoir)


Spoiler:
Arrivés à Paris, alors que je croyais que le vieux allait nous indiquer un chemin pour aller dans un hôtel ou autre connerie, je me suis rendue compte que même lui n’était pas capable de compenser le deux de QI de la bande de boulets qui m’accompagnait. Mais alors que je croyais que cela n’aurait pas pu être pire, un autre groupe comprenant une espèce de pervers avait pris contact avec nous. Ils avaient l’air tout aussi paumés que nous. Après avoir remis à sa place le pervers, Je restai un peu sur le côté histoire de voir comment ça tournant, l’ouvrant quand il fallait. Je regardais le groupe. Ils étaient 3 garçons pour 5 filles. Ils semblaient avoir un patriarche aussi, un mec blond plus âgé que le reste du groupe….Cependant, contrairement à notre vieux à nous, il avait l’air encore plus abruti que le reste du groupe. Je les regardais se tacler entre eux et j’en profitais en même temps pour mémoriser les noms. La brune aux yeux verts, c’était Laura, le pervers aux cheveux noirs et aux yeux bleus c’était Darksky….Quel pseudonyme de merde. Il y avait une petite gamine aux cheveux châtain, c’était Nagisa….Le grand blond c’était Hélios. Il y avait une….un cosmonaute qui répondait au nom de Saya, une grande aux cheveux roux qui se prénomm —

-Miyako- Qu’est-ce que tu as à me fixer comme ça? Tu as vu quelque chose qui te dérangeait ou ça se passe comment?

-Jessica- J’ai des yeux, c’est fait pour voir. Donc si t’es pas contente TU regardes ailleurs et on n’en parle plus, ok ma poule?


Lorsque je prononçai ces mots à l’intention de la grande rousse, le reste de leur groupe me regarda avec surprise. Ils étaient vraiment interpellés par l’acte que je venais de commettre. Elle devait être la chef du groupe au vu de leur réaction. Je fixai la rousse du regard, tandis qu’elle me fixait également d’une expression neutre. Quelques secondes passèrent comme ceci. Au final, elle lâcha le regard et soupira.


-Miyako- Pitié….C’était censé être des vacances…Qu’on me donne mes soles et je rentre, je n’ai pas que ça à faire de m’occuper de boulets supplémentaires…

-Jessica- Teuh ! Tu ne fais pas le poids face à la reine de Satellite ~

-Serena- Eh, tu as bien dit Satellite? Tu veux dire, Satellite…..Satellite !?


Une jeune fille que je n’avais même pas remarqué vint me trouver. Elle était une jeune fille aux cheveux à mi chemin entre le blond et le châtain, avec une mèche se scindant en deux et tombant sur son visage qui me semblait plutôt familier. Me regardant avec insistance, elle prit la parole d’un ton suspect.


-Serena- Je ne te crois pas, tu viens pas de Satellite.

-Jessica- Ne rage pas ma poule ~ Je suis la reine de cette poubelle ~ T’as la même dégaine que les habitants de Satellite ~ Tu viens de la poubelle aussi?

-Serena- Satellite a été rénovée depuis des lustres, ça ne colle pas avec ton âge ! ET JE N AI PAS LA DEGAINE DE SATELLITE !

-Jessica- Oh que si ma poule ! Et je vais te dire pourquoi ! J’ai voyagé dans le t —


Avant que je ne puisse finir, Reisuke me saisit par la bouche venant de derrière. Je me retournai, voulant ainsi lui dire de me lâcher et de fermer sa gueule, mais son regard insistant me fit comprendre ce qu’il en était. Je ne pouvais pas parler du voyage dans le temps à des étrangers, surtout qu’ils avaient l’air de parfaits lycéens nauséabonds et inintéressants. Pile le type que je déteste. Hiroki essaya de rattraper le coup, avec maladresse.

-Hiroki- Jessica est…..est…une passionnée d’histoire ! Donc elle connaît beaucoup sur les pharaons, l’antiquité, etc . C’est son dada.

-Helios- Elle doit donc connaître le grand seigneur soleil d’Héliopolis qui vous fait l’honneur de sa pré —


Sous le regard dubitatif de Hiroki, c’est cette fois la rousse du groupe qui le fit taire avant qu’il ne sorte quelque chose d’absurde. Je détestais cette rousse, toujours à afficher des airs non chalands envers tout le monde et surtout envers moi. Elle défiait donc la reine de la poubelle. Elle allait la trouver.


-Soichiro- Bon, les gamins il est temps pour nous de partir. Dites au revoir à vos gentils camarades.

-Sirie- Tu as vraiment l’air d’un père d’enfants de maternelle, jeune m…Soichiro.

-Helios- Ehhhh attendez !!! Vous allez rester avec nous !

-Reisuke- Comment ça on reste avec vous?

-Helios- Le graaand seigneur soleil d’Heliopolis vous offre le gîte. Soyez donc reconnaissants. ~

-Laura- En vrai on va tous squatter chez une amie.

-Saya- Atchoum !

-Hakaze- Eh…Tu vas bien…? Pourquoi tu es vêtue comme ça en plein Juillet?

-Nagisa- C…C’était hier, on était au club de duel et….Saya qui avait chaud a plongé sa tête dans un bac à glaçons…Depuis, elle est comme ça.

-Hakaze- Ah…Je dois avoir de quoi te soulager. Laisse moi fouiller.


Hakaze fouilla dans le sac qu’elle portait sur son dos. Elle sortit une sorte d’herbe que je ne connaissais pas. Elle la tendit à la jeune fille avant de reprendre la parole d’un ton chaleureux.


-Hakaze- Cette herbe pousse dans un coin de notre région. croque un bout et tu te sentiras mieux…Par contre, fais attention, ce n’est vraiment pas bon au goût hahaha…

-Hiroki- Misère, ça me rappelle des souvenirs. Prépare des mouchoirs miss…

-Darksky- Des mouchoirs….Pour qu’elle se mouche?

-Jessica- Non pour que tu te touches gros béta, BIEN SUR POUR QU ELLE SE MOUCHE !! T’es un gros boulet en fait toi.

-Miyako- Bien sûr que c’est un boulet. C’est de Darksky qu’on parle. *soupire*

-Satoshi- Vous me fatiguez tous…Laissez Hakaze donner cette herbe qu’on en finisse….

-Hakaze- Huh? Comment connais-tu mon nom? Je ne me souviens pas m’être présentée.

-Satoshi- Je….Je l’ai juste entendu quand on était en avance sur les autres. Je ne vous écoutais pas spécialement…Vous étiez juste tellement bruyants.


Hakaze donna l’herbe destinée à la blonde habillée comme un pingouin en plein Juillet. Helios sortit un mouchoir en soie qu’il donna à la jeune fille en précisant bien sûr que ce mouchoir venait d’Héliopolis. Saya jeta un oeil à l’herbe en question tandis que sa camarade, Laura , regardait la scène avec méfiance. Je ne pus m’empêcher de prendre la parole.

-Jessica- Tu crois qu’on va l’empoisonner ta connasse ou quoi?

-Laura- Je me méfie simplement d’une herbe bizarre que des étrangers nous sortent. Tu ne va pas la droguer au moins?

-Miyako- Ah non, c’est pas possible ça.Si elle est encore plus lourde qu’elle ne l’est déjà à cause d’une éventuelle drogue, je vous fais un procès ! Darksky ! Rends toi utile au moins une fois dans ta vie, goûte.

-Reisuke- Ehhh ! On essaie de vous aider nous !

-Darksky- Miyako !!! Arrête de me traîter comme un sous-fifre !!!

……

-Miyako-…..

-Jessica-….

-Miyako et Jessica- En fait, vous êtes les mêmes *soupire*

-Saya- C’est celui qui dit qui l’y est !

-Jessica- Eh?


Je me retournai vers la jeune fille qui était jusqu’à présent malade. Elle avait déjà enlevé ses habits d’hiver qu’elle portait. Sans que l’on ait remarqué, elle avait mangé un bout de l’herbe donnée par Hakaze, et elle se portait déjà mieux. Le groupe de la jeune fille en était stupéfait, tandis qu’elle reprit la parole.


-Saya- Je n’étais pas convaincue quand j’ai mangé ça, et c’était dégoutant à manger, mais au final ça a été vraiment efficace ! Je vais beaucoup mieux !!! Helios, je ne vous rends pas votre mouchoir…Car il est dans un salle état héhé.

-Hakaze- C’est un remède radical. Cette herbe procure un effet épicé qui réchauffe le sang et dégage les narines. C’est un remède naturel.

-Laura- Incroyable …Une plante aurait cet effet….Je vais le raconter à Angéla.

-Hakaze- An…Angéla…?

-Darksky- Tu connais Angéla?

-Hakaze- Mais non ! Arrêtez de dire que je suis sa petite soeur !!!

-Hiroki- On n'a rien dit du tout….Hakaze….


Un silence s’installa dans le groupe. Nous restâmes quelques minutes à ne pas parler. Leurs comportements étaient vraiment intrigants en vrai. Laura et Miyako semblaient être les rabats joie du groupe. Elles adoraient tourmenter ce boulet qui était comme le mien. Darksky qu’il s’appelait. La blonde, Saya, était une vraie gamine, encore plus gamine que cette fille , Nagisa aux cheveux châtains. Mais le pire du groupe, c’était Hélios. Le grand blond qui tapait du pied en attendant quelque chose, allez savoir quoi. Il était toujours entouré de ce mec qui ne parlait quasiment jamais, Satoshi, et l’autre fille Serena. Ils étaient frères et soeurs, ça se voyait comme le nez au milieu du visage, mais encore plus troublant, ils avaient la dégaine de Satellite.


-Hélios- Nos voitures sont enfin arrivées !!! Tout le monde à bord !!!

-Soichiro- ….Et pourquoi devrions nous vous suivre?

-Hélios- Quelle question ! Parce que je suis le grand soleil d’Heliopolis et que je vous offre le gîte !

-Soichiro- Soleil ou pas, je ne vois qu’un gamin en face de moi.

-Hélios- Je vous demande pardon?


Tandis que Helios s’agitait devant Soichiro tel un gamin frustré qui n’obtenait pas ce qu’il voulait, Miyako prit les devants pour son groupe et s’avança vers nous.Elle s’avança vers nous solennellement et tenta une approche diplomate. Cela eut pour effet de calmer le boulet qu’ils avaient avec eux. Elle soupira, puis prit la parole.


-Miyako- Vous n’êtes pas chez vous, nous ne sommes pas chez nous. Nous connaissons cependant quelqu’un qui pourra vous offrir le gîte le temps que vous trouviez vos marques. Je suppose que c’est mieux pour vous de nous suivre que de rester groupés comme des cromagnons non?

-Jessica- Qui c’est que tu tra–

-Sirie- En effet, nous accepterons avec plaisir, si toutefois notre présence ne vous dérange pas.

-Saya- Plus on est de fous, plus on rit ! On va se raconter des histoires de fantômes toute la nuit ~

-Laura- Misère….Enfin…Ajouter deux ou trois boulets à l’équipe ça ne changera rien au final…Je suppose.

-Darksky- Ouais…Mais je la sens pas la blonde.

-Jessica- Ne me faites pas dormir dans la même chambre que ce pervers. Vous êtes prévenus.

-Darksky- Ehhhh je suis pas un pervers !

-Jessica- Les mêmes.

-Nagisa- C’est une nouvelle aventure pour le club de duel alors ! Ca peut être amusant !

-Jessica- Le club de duel? Vous êtes duellistes?

-Hélios- Bien évidemment ! Moi, le grand soleil d’Héliopolis , leur fait l’honneur de les entraîner et de partager mon savoir avec ces pauvres énergumènes !

-Satoshi- Pitié Hélios ne recommencez pas. Embarquez plutôt dans la voiture, l’essence ce n’est pas gratuit.

-Hélios- Deux voitures. Deux espaces, donc il y a de la place mais….Qui va s’asseoir avec qui…?

-Saya- Eh ! Et si on tirait au sort !? Attendez, je bidouille ça ! Voila ! J’ai mis dans mon bonnet des bouts de papier avec les noms de tout le monde , je vais tirer des paires et chaque paire se mettra ensemble !

-Hakaze- Ca me semble fun, je marche !

-Miyako- Tant que tout ça est réglé rapidement….*soupire*

-Saya- Je n’ai pas mis le nom d’Hélios ni celui de Soichiro puisque les plus vieux doivent conduire ! Soichiro suivra Hélios ! Donc tirons au sort !


…..

-Saya- Nagisa et Satoshi !

-Satoshi- C’est toujours mieux que de se coltiner la blonde.

-Jessica- Je t’ai entendu !

-Saya- Darksky et Reisuke !

-Miyako- Les deux boulets ensemble, le hasard fait bien les choses.

-Darksky et Reisuke- Je ne suis pas un boulet !

-Saya- Hakaze et …Moi. Héhé

-Hakaze- Tous les choix me vont personnellement, héhéhé.

-Saya- Serena et Sirie

-Serena- Ouf, je n’ai pas eu Jessica ~

-Jessica- Tu sais que Satellite est à moi ~

-Serena- Tu peux te le garder ton satellite !

-Saya- Laura et Hiroki !

-Laura- Je resterai sur mes gardes.

-Hiroki- Ca va être fun…

-Saya- Et enfin….Miyako et Jessica.


Tout le monde se tut à l’annonce que la blonde venait de faire. Seul le soupir de Miyako se fit entendre lorsque la paire fut annoncée. L’heure de la bataille était arrivée…. ~


Tentative de Dialogue : Echec (Hikari Miyako/l’ascension des démons)


Spoiler:
Une blonde à l’air arrogante, un gros nounours qui me faisait penser à Denys, un idiot ressemblait trait pour trait à Darksky, et un couple qui devait être les parents ou quelque chose du genre de ces cinglés qui ne semblaient pas mieux lotis et une jeune femme aux cheveux marron foncé qui était la seule à peu près normale du groupe, voila avec qui Hélios voulait nous faire passer nos vacances…J’étais déjà fatiguée rien qu’à les entendre parler fort aux côtés de mon propre groupe…
Pour ne rien arranger, Saya s’était encore sentie obligée de jouer à la gamine en tirant au sort les places dans la voiture et je me retrouvais à côté de la blonde insupportable. Au début, je tentais de l’ignorer en soupirant à chacune de ses répliques, mais arriva un moment où je n’en pus plus et je me mis à crier aussi.
-Oh pitié, que quelqu’un me tue, au moins je n’aurais plus à supporter ça ! Râlai-je en levant les yeux au ciel.
-Oh oui, tuez-là, je peux le faire si vous voulez ! Me répondit la blonde.
-Du calme derrière, laissez-moi comprendre comment fonctionne ce truc ! Nous interrompit Hélios en tentant de mettre le contact.
-Attendez une minute…vous savez conduire au moins ? M’affolai-je en voyant qu’il venait à peine de réussir à mettre le moteur en marche.
-Non, pourquoi, c’est important ? Me répondit le roi, l’air dubitatif.
-C’en est trop, je rentre à pieds moi !
Je détachai ma ceinture et je sortis de la voiture. S’ils tenaient si peu que ça à la vie, moi, je préférai me conserver encore quelques années.
La voiture de Soichiro passa à côté de la nôtre et ce dernier demanda à Hélios de prendre la tête du convoi, ce à quoi il répondit :
-J’ai une meilleure idée, et si nous faisions la course ?
-Pardon ? Répéta le vieil homme, interdit.
-Vous m’avez très bien entendu ! Le premier arrivé choisit sa chambre ! Et au passage, Jessica.
-Qu’y a-t-il ?
Sans autre somation, je vis la jeune fille se faire expulser de la voiture d’Hélios avant que ce dernier n’appuie sur l’accélérateur et file sur les routes, suivi de Soichiro qui tentait tant bien que mal de le suivre pour ne pas se perdre.
Après une série d’insultes et de jurons que je ne connaissais même pas, la jeune fille revint vers moi, l’air de très mauvais poil. Enfin bon, je n’avais qu’à l’ignorer, elle finirait bien par se lasser à force…
Je sortis mon téléphone portable pour appeler un taxi mais au même moment, l’insupportable blonde me donna une grande claque dans le dos, si fort que j’en lâchai mon appareil qui tomba au sol et se brisa en mille morceaux.
-Bon, on est toutes les deux ma poule, je compte sur toi pour ne pas me ralentir !
Je serrai le poing…Non, je devais vraiment me calmer…Me calmer…Non, impossible avec cette fille encore plus bruyante que Saya et Darksky réunis !
-Mon portable ! Je l’avais payé une fortune ! M’écriai-je contre l’autre idiote.
-Oh, je suis vraiment désolée ma chère, je ne voulais pas ; me répondit-elle avec un air faussement désolé. Mais ce n’est pas grave, tu es d’ici non ? Tu dois bien connaitre un moyen de rentrer non ?
-Oui, j’en avais un jusqu’à ce que tu me bousilles mon portable !
-Oh…Ce n’est pas grave, vous avez bien des bus dans pays de fous, non ?
-Oui mais Hélios nous emmène à trou paumé en campagne et je peux t’assurer qu’aucun bus ne va là-bas ! Bon sang, pourquoi je dois toujours me coltiner les plus abrutis moi ; soupirai-je en levant les yeux au ciel.
-Je te rappelle que c’est toi qui es sortie de la voiture ma belle, donc tu ne peux t’en prendre qu’à toi-même.
Je sentais que mes nerfs allaient exploser si je restais ne serait-ce qu’une seconde de plus avec cette fille, c’est pourquoi je pris la direction de la route dans l’espoir de trouver un taxi ou quelque chose qui me ramènerait à Paris, voire même à ma destination finale.
-Attends…Miyako ! M’interpella l’autre blonde.
Je m’arrêtai et me retournai pour la voir juste derrière moi, l’air quelque peu inquiète.
-Je me disais que…tu vois…je ne suis pas du coin et…Enfin, tu sais
-Tu veux venir avec moi, c’est ça ?
-Ou…Oui…Finit-elle par dire, vaincue.
Je lui décochais un sourire moqueur et elle me renvoya un regard noir. Mais peu importe, rien que le sentiment d’avoir gagné une manche contre elle me satisfaisait amplement.
Je partis donc sur la route accompagnée de la fille du nom de Jessica et je profitai du trajet pour l’étudier un peu : elle était grande, presque autant que moi, avait un visage assez rond -elle devait certainement être au lycée comme nous – des cheveux presque aussi éclatants que ceux d’Angéla mais moins entretenus, elle ne devait pas se soucier de son apparence.  Ses yeux verts semblaient me lancer des éclairs tandis que je l’observais et avant de me prendre une autre insulte, je détournai le regard.
-Bah alors, tu n’as plus rien à dire ma grande, tu as perdu ta langue ?
-Economise ta salive, on en a encore pour au moins deux heures de marche si nous ne trouvons rien.
-Deux…deux heures ? T’es sérieuse là ? Tu veux marcher deux heures en plein soleil ? Mais ca va pas bien, t’es complètement cinglée !
-Je n’en serais pas réduite là si une personne dont je tairai le nom n’avait pas explosé mon téléphone ; soupirai-je sans m’arrêter.
Soudain, Jessica se planta au milieu de la route et me fit signe d’approcher. Qu’est-ce qu’elle avait encore inventé celle-là ?...
-Je viens de m’en rappeler…mais j’ai un téléphone moi aussi !
-Tu…as un téléphone ? Répétai-je, pas sûre d’avoir bien entendu.
-Oui, regarde-moi ça ! S’exclama-t-elle en brandissant une antiquité devant mes yeux.
-Et tu ne pouvais pas…je sais pas moi…le dire plus tôt ? M’écriai-je, furieuse contre elle.
-Roh, quelle rabat joie, j’avais oublié, c’est tout ; rétorqua-t-elle en haussant les épaules.
Bon, il n’y avait pas de raison de s’énerver. Avec son portable, nous étions tirées d’affaire. Ce n’était plus qu’une question de temps avant que je ne sois débarrassée d’elle…enfin, combien de temps ?
Je voulus m’arracher les cheveux et je serrai les dents en la voyant jeter violemment son téléphone à terre. Je faisais tout mon possible pour garder mon sang froid…mais vraiment, je ne savais pas ce qui me retenait d’aller l’étrangler.
-Jessica…est-ce que…tu peux…m’expliquer…pourquoi tu viens de faire ça ? Articulai-je en essayant de contenir ma rage.
-Stupide Reisuke, il a oublié de payer mon forfait international, je te jure, ces boulets !
-Jessica…
-Oui, un problème ma poule ?
-Tu sais que j’aurais pu mettre ma carte SIM dans ton portable pour appeler quelqu’un ?
La fille me fit les yeux ronds et grimaça en voyant son téléphone en miettes. Définitivement, j’avais trouvé pire que Saya…
Enfin, la situation ne pouvait pas vraiment être pire puisque nous étions perdues, sans portable, sur une route de campagne, et que nous ne nous supportions pas. Du moins, j’aurais espéré, mais évidemment, les choses ne se passent jamais comme prévu.
Les buissons bruissèrent à côté de nous et, tel un cerf, quelqu’un en sortit et vint se placer juste devant moi, l’air menaçant. Jessica recula vivement et s’apprêtait déjà à lui casser la figure mais ma première réaction fut de pousser un long soupir en reconnaissant le nouveau venu.
-Miyako, je suis venu pour accomplir ma vengeance, prépare-toi à mourir ! S’exclama l’idiot qui nous barrait le chemin.
-Pitié…Tout mais pas lui…
Avant même que je n’aie pu râler plus, un éclair blond passa devant moi et la seconde suivante, je vis l’imbécile heureux voler plusieurs mètres plus loin.
-Prends ça espèce de pervers ! Ca t’apprendra à t’attaquer à des jeunes filles dans la rue ! S’exclama Jessica.
Je ne pus m’empêcher de rire en voyant notre agresseur à terre, terrifié et Jessica qui le dévisageait avec un air de tueur en série.
-Je crois bien que quelques présentations s’imposent : Jessica, je te présente Hiroki, un type qui veut me tuer depuis…longtemps. Hiroki, voici Jessica, une fille avec un QI égal au tien.
-Ohoh, une intellectuelle ? Ravi de te rencontrer ma belle ; répondit Hiroki en essuyant la poussière sur son tee-shirt rose.
-Genre Miyako tu connais ce nul ? Tu crains vraiment tu sais. En plus on a déjà un Hiroki nous, j’espère qu’il est plus intelligent que le nôtre.
Je n’avais qu’une envie : les laisser là et reprendre mon chemin en paix. Cependant, une petite idée germa dans mon esprit et je me tournai vers Hiroki et ce dernier fit un pas en arrière devant le regard que je lui lançai.
-Dis-moi Hiroki, tu as bien un téléphone portable non ? Demandai-je malicieusement.
Il le sortit de sa poche et me le montra. Parfait, un beau en plus.
-Euh…oui, mais si tu penses que…
-Jessica, choppe lui son téléphone !  
-Hein, pourquoi faire ?
-Mais c’est pas vrai, réfléchis un peu !
Après une seconde de réflexion, elle m’adressa un grand sourire et Hiroki blêmit en comprenant l’erreur qu’il venait de commettre. Il tenta de ranger son précieux objet de se s’enfuir mais trop tard, Jessica l’avait déjà plaqué à terre et j’en profitai pour lui prendre son téléphone. Evidemment, ce boulet n’avait pas mis de mot de passe. Tout se passait trop bien, il devait forcément y avoir une douille quelque part, mais où…
La réponse m’arriva une seconde plus tard à coup de sirène de police et je me figeai. Alors que Jessica et Hiroki étaient toujours en train de se battre, et que moi je regardais le téléphone d’Hiroki avec un air plus que suspect, un policier armé d’une matraque nous dévisageait d’un air peu amical.
-Il…Il y a méprise Monsieur l’agent, tout cela est de légitime défense ; tentai-je avant de me faire interrompre par la blonde.
-Sérieux, v’la les poulets, toujours là quand il faut pas eux !
L’instant d’après, nous avions tous les trois les menottes aux mains et nous étions bons pour un interrogatoire au poste. Franchement…J’avais touché le fond et Jessica avait réussi à creuser encore. Dans la voiture, Hiroki semblait vraiment regretter de m’avoir attaqué aujourd’hui. C’était une faible consolation de le voir ainsi…
-Vois le bon côté des choses Miyako, grâce à ce sympathique agent de la sécurité publique, nous allons arriver à Paris plus vite que prévu ! Déclara Jessica avec un large sourire.
Heureusement que j’étais menottée sinon je lui aurais sans aucun doute sauté dessus.
Après être restés une bonne heure au poste, faute de motif valable pour nous retenir, le policier nous relâcha dans Paris. Il faisait chaud, j’avais soif, j’étais fatiguée de me coltiner non seulement Jessica mais en plus Hiroki, dont le téléphone n’avait plus de batterie.
-Bon sang, tout ce que je voulais moi c’était aller sur la plage et manger des soles, c’était trop demandé ? Gémis-je, désespérée.
-Aller ma poule, ressaisis-toi, on est à Paris, la ville de la mode et du style, profite de ton voyage !
-Euh, dites les filles, je ne voudrais pas jouer les rabat joies mais vous pourriez me rendre mon téléphone maintenant ? Nous interrompit Hiroki, mal à l’aise.
Je l’ignorai totalement et je me mis à marcher vers le seul endroit que je connaissais dans cette ville et les deux autres me suivirent à mon grand regret. C’est ainsi qu’après une bonne demi-heure de marche sous un soleil de plomb, je finis par arriver devant une grande bâtisse, un hôtel particulier en plein centre-ville et, à puisant dans mes dernières ressources, j’appuyai sur la sonnette d’entrée. Hiroki avait vraiment l’air de se demander ce qu’il faisait là tandis que Jessica profitait un maximum de sa visite de Paris.
Finalement, après quelques secondes, une jeune fille blonde vint m’ouvrir et je m’écroulai dans ses bras.
-Angéla, par pitié, débarrasse-moi de ces deux-là ; l’implorai-je.
-Mi…Miyako…Je croyais que tu passais tes vacances dans le sud…et qui sont ces personnes ?
-Je t’expliquerai plus tard, mais j’ai vraiment besoin de faire une pause…
-Euh…Très bien, entre donc avec tes amis…
Je n’avais même plus la force de la contredire et c’est ainsi que nous rentrâmes tous les trois dans la grande maison où je pus enfin prendre un repos bien mérité…Du moins, j’aurais aimé mais c’était sans compter sur les deux boulets qui m’accompagnaient…

avatar
Messages : 80
Age : 21
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Crossover]Des vacances singulières

le Dim 17 Sep - 18:42

"A Couple of Idiots : (Point de vue Reisuke / Les racines de l'Espoir)"

Spoiler:
Les places déterminées, nous eûmes chacun à embarquer dans notre voiture assignée. C'était le chaos dans la voiture. Moi, Jessica, Miyako et Darksky étaient dans la voiture de cet « Helios », au volant aux côtés de Serena, une fille qui semblait liée à l'homme. Miyako quitta rapidement la voiture, tandis que Jessica se fit expulser de la voiture par Helios. Soulevant ainsi mes interrogations.

-Reisuke-  Pourquoi avoir expulsé Jessica, Helios ?
-Helios-  Miyako est sortie, j'imaginais simplement que faire la route seule, ça serait long et ennuyeux pour elle.
-Reisuke-  Vous êtes sûr que c'est une bonne idée, d'envoyer Jessica avec elle ?
-Helios-  Ton amie est fragile psychologiquement ?
-Reisuke-  Non....Je plains VOTRE amie.
-Darksky-  Ne t'en fais pas....Elle a de quoi survivre....Toujours en train de guetter la moindre occasion de me dire de la fermer. Raaaah !! Je peux même pas en placer une qu'elle me clash derrière !!!
-Reisuke-  Ehh, c'est pareil pour moi avec Jessica !
-Darksky-  Vraiment... ? Ca existe aussi au japon ? Misère....J'ai l'impression les filles sont de vrais tyrans de nos jours.....
-Reisuke-  Dis, Darksky.
-Darksky-  Hm ?
-Reisuke-  Et si on préparait une petite vengeance ?
-Helios-  Vous parlerez de ça plus tard !

Nous nous retournâmes tous deux vers Helios qui semblait agacé sur son volant. Il ouvrit la fenêtre du côté de sa voiture et cria à Soichiro dans l'autre voiture qu'il voulait faire une course avec lui jusqu'à arriver jusque la maison de son amie. Soichiro fut d'accord et Helios démarra en trombe sans que l'on ne puisse l'arrêter. Darksky posa une question à l'empereur.

-Darksky-  Helios, vous savez conduire au moins !?
-Helios-  Je suppose que ca doit marcher comme un char , inutile de s'inquiéter ! Il est marqué 200 chevaux sur la voiture, vous imaginez combien y'en a la dedans ! HUUUU Galooop !!!!
-Reisuke-  Vous le sortez d'où ce mec !!!?
-Darksky-  Ca serait une longue histoire.....
-Helios-  Hahahahaha !!! On distance le vieil homme !

A ce moment précis nous entendîmes résonner la voix de Soichiro qui était derrière nous.

-Soichiro-  Je vous ai dit que je ne voulais PAS faire la course avec vous ! Je n'ai aucune idée d'où nous allons !!!
-Helios-  HAHAHA trop tard pour te débiner campagnard ! Laisse le Citadin te mettre la pâtée !
-Reisuke-  Dites Helios, vous pensez pas que vous allez un peu trop vite... ?
-Helios-  T'en fais pas l'ami ! Je gère !
-Darksky-  Heliooooos !!!! TOURNEZ NOM DE NOM !!!! ON VA DANS LE MUR !!!!
-Helios-  Eh ?

L'homme regarda enfin devant lui et évita de justesse le mur dans lequel nous allions foncer. Il était vraiment ridicule et surtout fou furieux ! Il me rappelait quelqu'un à vrai dire....JE SAIS....JESSICA...JESSICA EN VINGT FOIS PIRE...Il fallait que je fasse quelque chose sinon on allait mourir, comment cette fille pouvait rester aussi sereine......

-Reisuke-  Eh Serena ! Tu ne peux pas l'arrêter !?
-Serena-  Je n'ai pas.....La dégaine de Satellite......
-Darksky-  Elle ne t'entend même pas !
-Reisuke-  Hélios arrêtez bon sang !!!!
-Helios-  HAHAHA ON NE DEFIE PAS LE SOLEIL D'HELIOPOLIS !!
-Darksky-  Il t'entend encore moins !!!
-Reisuke-  Bon ! Aux grands maux !

J'hésitai un instant, mais en voyant l'attitude de Helios au volant, je dissipai mes doutes. Je me jetai sur lui de derrière afin de l'empêcher de conduire. La voiture dérailla tandis que j'hurlai à Darksky de prendre le volant pour freiner. Retenant Helios, je ne pouvais en faire plus. Darksky lui pus nous empêcher de nous écraser de justesse dans un lac, mais un problème se posa.

-Reisuke-  Darksky...
-Darksky-  Reisuke...
-Reisuke-  Tu es bien au courant que devant nous se trouve un pont réservé aux PIETONS , on est d'accord ?
-Darksky-  Oui mais....Je n'arrive pas à atteindre le frein...
-Reisuke-  Mais freine !!!!!!!

Darksky......Ne put freiner assez rapidement, nous entrainant tous sur le pont pour piétons avec la voiture dans laquelle nous étions toujours. Hélios essayait de reprendre le volant mais je mettais toutes mes forces pour l'immobiliser en utilisant tout ce que j'avais appris pendant la formation de secourisme et de défense pour pouvoir l'empêcher de reprendre. Nous traversâmes le pont qui était au dessus d'un lac, pour au final arriver jusqu'au bout. Le pont, qui était majoritairement fait de bois, s'écroula derrière nous, nous laissant seuls sur une petite île au milieu du lac. La voiture s'arrêta enfin, nous laissant tous essoufflés, enfin , moi et Darksky.

-Darksky-  Enfin on a arrêté ce fou furieux !
-Reisuke-  Dis, il est toujours comme ça ce taré ?
-Darksky-  Oh que oui....Il a failli condamner le monde ce fou, tout ça parce qu'il était contrôlé par le premier truc qui est passé.
-Reisuke-  Ah...Je...OUI faut vraiment être un boulet pour se faire....Contrôler par le premier truc qui passe....hahaha...ha.
-Hiroki-  Ehhhhh !!!! Reisuke !!!! Darkskyyyyy !!!!!!!!!!!!

Nous nous retournâmes en entendant la voix de Hiroki. Les autres qui étaient dans la voiture de Soichiro étaient sur l'autre rive et nous faisaient signe. « On va trouver une solution » qu'ils criaient, mais je n'y croyais pas. A part appeler les secours, on ne pouvait rien faire, sur cette parcelle de terre pas si grande entourée d'eau. Hiroki eut cependant une idée....Une très mauvaise idée... Il prit la parole , affolé, en jetant son tee shirt qu'il venait d'enlever derrière lui.

-Hiroki-  Je viens te sauver petit frère !

Il sauta dans l'eau avant même que quelqu'un ne puisse le retenir...Cependant...
Cependant.....

-Saya-  Hakaze....Ne me dis pas qu'Hiroki ne sait pas nager... ?
-Hakaze-  Il ne sait pas nager.....
-Hiroki-  Bbggbgbblp !!! Aidez moi !!!! Aaaah je me noie !!!!

Devant le spectacle pathétique donné par mon frère, Laura , la brune aux yeux verts sauta à son tour dans l'eau afin d'aller le repêcher. Cependant, alors qu'elle remonta à la surface devant mon frère, elle le gifla d'un air agacé. Se retournant vers le groupe elle prit la parole d'un ton hostile et puissant.

-Laura-  ON A PIED ! CE BOULET A PIED !
-Hiroki-  Hahahaha !!!! Elle est trempée hahahaha !!!

Mon frère se tut vite quand la jeune fille se retourna vers lui en lui adressant un regard assassin, j'entendis mon frère se noyer, réellement cette fois, en raison de la jeune fille qui lui plongeait la tête sous l'eau en guise de représailles. Quelques minutes plus tard, elle laissa le corps de mon grand frère flotter dans l'eau, sans donner un quelconque signe de vie.

-Saya-  Une minute de silence pour Hiroki mort bravement au combat, saluons cet homme.
-Hakaze-  Je suis donc veuve !? Satoshi-kun, ton père est mort !
-Satoshi-  Huh ?

Mon amie se rapprocha de Satoshi par derrière et l'étreignit en lui pinçant la joue, ce qui avait le don d'agacer le jeune homme au plus au point, je pouvais le voir d'où j'étais. Elle prit la parole avec enthousiasme toujours en train de pincer la joue de sa cible.

-Hakaze-  Je veux avoir un fils comme Satoshi, il est mignon tout plein avec ses joues rondes ~
-Satoshi-  L....Lâche moi....
-Hakaze-  On ne répond pas à sa mère ~
-Sirie-  Jeune maître......
-Soichiro-  J'ai toujours su....Que quelque chose ne tournait pas rond chez cette gamine.... Bon gamin !!! Puisque tu as pieds , rejoins nous et ramasse ton frère tu veux !?
-Reisuke-  Ok !!!
-Darksky-  Et....Lui, on en fait quoi ?

Nous nous retournâmes et vîmes que le prétendu souverain était toujours inconscient, s'étalant sur l'herbe jonchant le sol. Nous nous regardâmes, moi et Darksky, cherchant une solution, quand soudain, un élan de complicité jaillit de nos regards. Nous pensions à la même chose. La seule chose à faire dans ce genre de situations. Prenant Serena avec nous, nous laissâmes Helios inconscient dans sa voiture sur le petit ilôt et nous traversâmes l'étendue d'eau à pied. Je ramassai mon grand frère au passage qui suffoqua une fois que je tirai sa tête hors de l'eau, pour au final regagner le groupe. Soichiro prit la parole, l'air dubitatif.

-Soichiro-  Maintenant que nous sommes ici. Que fait-on ?
-Saya-  On doit aller au château de Sherry, mais Laura est trempée, elle ne pourra pas faire autant de route à pied. Donc on va retourner en voiture jusqu'au château de Sherry pour qu'elle prenne des vêtements secs ! En voiture tout le monde !!!
-Reisuke-  Hey, il n'y a pas de place pour tout le monde dans la voiture.
-Saya-  Je ne me souviens pas avoir dit que les groupes avaient changés ~ Vous rentrez à pied vous !
-Darksky-  Ehhh ! Nous aussi on est trempés ! Et tu vas nous laisser Serena aussi !?
-Satoshi-  Serena va venir avec nous.
-Hakaze-  Il est attentionné mon fils ~
-Satoshi-  Urusai ! Je ne suis pas ton fils !!!
-Hakaze-  Qu'il est mignon ~ *pince la joue*
-Soichiro-  Nous repartons donc. A plus tard.

Devant notre nez partirent Soichiro et le reste du groupe, me laissant seul avec Darksky, chacun dégoulinant d'eau du lac, sans voiture, et en ayant laissé Helios livré à son sort sur ce petit îlot. Nous filâmes en vitesse moi et le protagoniste de l'autre groupe en espérant regagner la bâtisse de cette « Sherry » très vite. Nous sortîmes rapidement du « périmètre de sureté » que Darksky m'indiquait. Il disait que si l'on ne sortait pas rapidement de ce périmètre, nous allions être infesté par les radiations d'idiotie provenant du prétendu souverain sûrement encore inconscient sur son île. Une fois sortis de ce fameux périmètre. Darksky enleva ses chaussures et ses chaussettes, se retrouvant pied nu pour marcher dans ce sentier dont le sol était principalement recouvert de pelouse. Il se retourna vers moi et prit la parole avec gêne.

-Darksky-  Je n'aime pas trop cette sensation de marcher dans des chaussures pleins d'eau. Déjà que ma veste commence à être lourde, ça le fait pas.
-Reisuke-  Je vais t'imiter alors. Si on doit marcher sur une longue distance, autant être confortables.

J'imitai le garçon et enlevai mes chaussures à mon tour. J'allai également plus loin. L'air ambiant était étonnamment chaud alors que l'était débutait à peine, j'en profitai donc pour déboutonner ma chemise et ainsi la laisser sécher plus rapidement. Darksky fut mal à l'aise à l'idée de se mettre à l'aise, mais en voyant que mes vêtements semblaient sécher plus rapidement, il m'imita. Ainsi, nous nous retrouvâmes à marcher à deux en direction du château de Sherry.

-Darksky-  Dis, tu penses que ça se passe comment, pour Jessica et Miyako ?
-Reisuke-  Oh, je ne m'en fais pas. Jessica peut se montrer très coopérative quand il s'agit de travailler en équipe. J'imagine qu'elles doivent déjà nous attendre chez Sherry à l'heure actuelle.
-Darksky-  Cela me soulage un peu. Je t'avoue que Miyako peut être effrayante quand elle s'y met. Toujours autoritaire et supérieure. Quand j'ai vu le caractère de ton amie j'ai cru que cela finirait au commissariat.
-Reisuke-  Naaaah. Jessica est une gamine, mais elle sait se montrer responsable. Je pense aussi qu'elle est assez sociable pour établir un contact avec ton amie. D'ailleurs, toi et cette Miyako, vous êtes en couple ?
-Darksky-  Ehhhhhhh !!!!?


La mine du jeune homme devint rouge pivoine lorsque je lui posai la question. Etait-il timide de nature ou était-il vraiment amoureux de cette Miyako ? J'avoue que je n'arrivais pas à lire sur son visage. Devant ce malaise, je relativisai.

-Reisuke-  Rien de mal à aimer quelqu'un je ne juge pas.
-Darksky-  Mais je n'aime pas Miyako ! Enfin, je l'apprécie, mais je....Non !
-Reisuke-  Alors tu es en couple avec laquelle ?
-Darksky-  Je ne suis en couple avec aucune de ces filles !!!
-Reisuke-  Pourtant elles ont l'air de toutes t'aimer. Ahhhh je sais, tu es avec cette Laura !
-Darksky-  Je...Je...ET TOI D ABORD ? Tu es en couple !?
-Reisuke-  Bah oui. C'est évident que je suis avec Jessica non ?
-Darksky-  Ehhhh !!!!? Cette folle est ta petite amie !!? Comment tu fais pour supporter ça tous les jours !?
-Reisuke-  Je me le demande...Avant de partir on a un fait un concours à deux, et elle m'a littéralement humilié en disant que ma passion c'était la perversion devant des tas de spectateurs....
-Darksky-  Miyako m'a encastré dans un mur pour une histoire de ventilateur....C'est pas mieux...
-Reisuke-  Elles sont vraiment violentes en vrai les nanas. Enfin, il n'y a pas que des nanas comme ça. Avant de connaître Jessica, j'étais avec une autre fille qui était son exact opposé. Elle était agréable et sympathique, toujours préoccupée par le bien-être des autres. Elle était attentionnée et prévenante. On ressentait un tel besoin de la protéger rien qu'en la regardant qu'il était impossible de lâcher prise. J'aimais beaucoup cette fille
-Darksky-  Que lui est-il arrivé ?
-Reisuke-  Du jour au lendemain elle a disparu sans laisser de traces, si ce n'est un petit mot vidéo pour nous dire adieu à tous. Elle est quelque part dans ce monde, et j'espère pouvoir la revoir un j--

-???-  Atchoo !

Entendant ce bruit venant de derrière, je me retournai brusquement pour voir ce qu'il en était. Pourtant, quand je fis face au chemin d'où nous venions, personne ne s'y trouvait. Avais-je eu une de ces hallucinations auditives ?...Oui cela devait être ça. Je me retournai de nouveau, reprenant la conversation avec Darksky.

-Darksky-  Donc tu ne sais pas où elle se trouve actuellement ?
-Reisuke-  Nope. Je ne sais pas, j'avoue que je l'imagine parfois comme si elle était juste derrière moi, je ressens sa présence comme si elle me surveillait, et ça me rend plus confortable.
…....
…...

«  -Erika-  Misère...Rei-Chan...De tous les endroits du monde il a fallu que tu viennes t'échouer dans la même forêt perdue dans laquelle je suis échouée.....Princesse de l'espoir, princesse de l'espoir , mon œil oui, princesse de la poisse je dirais...Faisons demi-tour avant qu'il ne me remarque. »

-Darksky-  Ton histoire de fille qui s'éloigne me rappelle un peu mon histoire.
-Reisuke-  Raconte moi tout ~
-Darksky-  La brune aux yeux verts, Laura, est une amie d'enfance. Nous nous sommes séparés pendant un moment pendant l'adolescence avant de nous retrouver quelques temps plus tôt. J'avoue que nos retrouvailles n'ont pas été les plus chaleureuses mais on a plus ou moins réussi à tirer un trait sur le passé difficile qu'elle et moi on a vécu. Je pense que toi aussi avec ton amie tu pourras tirer un trait sur le passé. J'en suis sûr même.
-Reisuke-  T'es un brave type en fait, Darksky. Et je comprends mieux pourquoi tu as tout le temps les yeux rivés sur cette Laura....Déhéhéhéhéhé.....
-Darksky-  Nous ne sommes que des amis !!!
-Reisuke-  Oui....De très TRES bons amis.....Téhéhéhéhéhé......
-Darksky-   Bon tu as gagné ! Nous sommes en couple ! Mais arrête avec ce rire dégueulasse et avance !
-Reisuke-  Oui chef ! Je te suis !
-Darksky-  Comment ça tu me suis !? Tu ne sais pas où on va !?
-Reisuke-  Pourquoi je le saurais ? j'habite pas ici moi, je te suis depuis tout à l'heure.
…....
….
La dernière chose que je pus discerner de cette scène fut le cri de désespoir de Darksky qui dérangea toute la faune de la forêt nous entourant.....Je n'avais apparemment pas le meilleur des guides en guise de compagnon. Il était écroulé les genoux sur le sol , ruminant à coups de « pourquoi tu m'as fait ça Saya ? » . Je m'approchai de lui et lui tendis la main, comme pour essayant de me rassurer moi même en le rassurant.
-Reisuke-  T'en fais pas, on trouvera un chemin. Mettons nous en route.
-Darksky-  On ne sait même pas où aller. Si seulement nous avions la moindre indication !
-???-  Indication !!? Vous avez demandé une indication !!? LAISSEZ FAIRE LE SOLEIL D HELIOPOLIS, LA LUMIERE DANS LES TENEBRES DE LA PERDITION VOUS GUIDER JUSQU A DESTINATION !!!
-Darksky-   Oh non...Tout mais pas lui...



Des vacances au soleil (Point de vue Laura, Ladd)

Spoiler:
Miyako, Jessica, Darksky, Reisuke, Hélios, cinq d’entre nous étaient déjà tombés et je sentais que cela n’allait pas s’arrêter là. Je me demandais bien qui allaient être les prochains sur la liste.
Je fis un tour rapide dans la voiture : Soichiro avait de la chance d’être au volant, il ne quitterait sûrement pas la voiture, Sirie le collait de si près qu’elle non plus ne pouvait pas disparaitre. Hakaze était collée à Satoshi et s’amusait à lui pincer les joues, ce qui semblait l’agacer au plus au point et sa sœur, quant à elle, était en transe. J’imaginais que ces trois-là ne risquaient pas de se perdre.
Ce qui ne laissait que Saya, qui faisait l’idiote en passant la tête par la fenêtre, Nagisa, qui n’arrêtait pas de se demander comment allaient les autres, Hiroki, qui avait pris place dans le coffre comme punition pour sa mauvaise blague -je l’avais fait rentrer dedans personnellement d’ailleurs -, et moi, qui était trempée jusqu’aux os…
Personnellement, je voyais bien Saya être la prochaine sur la liste, en même temps qu’Hiroki, ce qui aurait viré les deux derniers rigolos de cette voiture et nous aurions pu finir notre voyage en paix.
Malheureusement, les choses ne se passent jamais comme prévu…Au détour d’une bifurcation, Soichiro roula sur un gros caillou qui déstabilisa la voiture un instant puis j’entendis un grand « boum » dans le coffre et ce dernier s’ouvrit sous le choc, très rapidement suivi d’un cri de fillette et d’un autre boum.
Je soupirai. Sérieusement, comment pouvait-on être un boulet pareil…
Soichiro s’arrêta et, puisque j’avais mis Hiroki dans le coffre, je me chargeai d’aller le ramasser. Le grand bonhomme était allongé sur la route, les yeux fermés et ne semblait pas aller très bien.
-Soichiro, on a perdu votre gendre je crois ! Lançai-je en mettant ma main sur sa tempe.
-Quoi ? Je suis veuve une seconde fois aujourd’hui ? Se lamenta Hakaze sans lâcher Satoshi. Heureusement, tu ne me quitteras jamais toi n’est-ce pas ?
-Ah, mais lâche moi toi, Serena, fais quelque chose !
-Satellite…Satellite…
-Jeune Maitre, il se fait tard.
-Bon gamine, tu t’occupes de lui, j’aimerais bien arriver avant la nuit moi ! Râla Soichiro.
-Oui mais…
-Parfait, à plus tard !
Avant même que je n’ai eu le temps de répondre un simple « quoi », le vieil homme avait déjà remis le moteur et s’éloignait rapidement, Saya profitant toujours de la fenêtre pour passer sa tête dehors et rigoler un bon coup. Celle-là allait passer un sale quart d’heure une fois arrivés…
Je laissai donc le gros nounours sur la route et je me mis à marcher dans l’espoir d’arriver moi aussi avant la tombée de la nuit. C’est alors que je vis Nagisa sortir de la forêt, l’air complètement perdue. Quand avait-elle quitté la voiture celle-là ? Enfin bref, ce n’était pas le problème.
-Nagisa ! L’appelai-je.
Son visage s’illumina légèrement en me voyant et elle accourut.
-Oh Laura, j’ai eu peur en ne voyant plus personne mais tu es là heureusement. Où sont les autres ?
-Partis.
-Hein ?
-Tu m’as très bien entendu, pas la peine de faire semblant… ; marmonnai-je. Mais toi, qu’est-ce que tu fabriquais ?
-J’avais simplement besoin…de faire un petit tour ! Protesta-t-elle, gênée.
Je n’insistai pas davantage, devinant ce qu’elle voulait me dire et je repris ma route, en l’invitant à faire de même lorsqu’elle vit le corps en plein milieu de la chaussée.
-Olalala Laura, c’est affreux, il y a un mort sur la route !
-Oh vraiment ? Laissons-le là et partons vite avant qu’on soit accusée ; lui répondis-je en tentant de filer mais elle me retint par le bras.
-Laura !
-Quoi ? Ce n’est pas moi qui l’ai tué, je n’y suis pour rien donc je le laisse là, c’est tout ! me défendis-je.
Cependant, devant le regard insistant de la jeune fille, je ne pus résister et je cédai à son caprice. Je retournai donc vers le boulet senior Il était trempé, et moi aussi par sa faute. Je ne savais pas ce qui me retenait de lui donner un bon coup de pied…mais une minute, rien ne me retenait !
Non contente de l’aider à reprendre ses esprits, je pris mon élan et lui assénai un bon coup entre les deux jambes.
Sous la puissance du coup, Nagisa se cacha les yeux, incapable d’en voir davantage tandis qu’une longue plainte résonna dans la forêt.
-Voila Nagisa, j’ai fait ce que je devais faire, on peut y aller maintenant.
La fille ne me suivit toujours pas et grimaçait en voyant la limace qui se tordait de douleur au sol en gémissant. Je finis par m’énerver devant ce spectacle ridicule.
-Oh c’est pas bientôt fini ce cinéma ? Tu peux t’estimer chanceux que Nagisa ait été là sinon tu serais toujours dans les vapes !
-J’aurais…vraiment…préféré…rester…là-bas…Articula-t-il, les larmes aux yeux. Bon sang…ca fait…mal…
-Et même pas un mot de remerciement, je vous jure, les jeunes, aucun respect…
Je m’apprêtai à dire à mon amie que nous repartions lorsque Je vis Nagisa rire en lisant quelque chose sur son portable. Intriguée, je lui demandai ce qui pouvait l'amuser autant dans notre situation désespérée et elle me répondit :
-Tu devrais lire cette fiction Laura, Les héros du destin d’un certain Akame Oji, c'est à mourir de rire
En entendant cela, Hiroki se réveilla de son coma et sauta sur Nagisa pour lui arracher son portable, l'air fou en criant :
-Non, tout mais pas ça !
Au dernier moment, je poussais la jeune fille sur le côté et Hiroki sauta droit sur un arbre qu’il se prit en pleine face.
-Ils ont de ces noms là-dedans, regarde ça : zororizorori ; continua Nagisa toujours en rigolant.
-S’il vous plait…Faites disparaitre ça…Couina Hiroki.
-Tu m’as l’air de connaitre cette histoire Hiroki, tu ne serais pas…je ne sais pas, l’auteur par hasard ?
Le grand garçon s’empourpra.
-Pas…pas du tout voyons ! Hahaha !
-Il est louche lui…Déclara Nagisa, suspicieuse.
-Mais non, je ne suis pas louche ! Aller, il est temps de repartir, en route mauvaise troupe !
Hiroki prit la tête du groupe tandis que Nagisa et moi prîmes l’autre direction. Après deux bonnes minutes de marche, je pense qu’il finit par se rendre compte de son erreur car nous l’entendîmes crier au loin et j’accélérai immédiatement le pas.
Malheureusement, le grand dadais courait vite et nous rattrapa en un rien de temps.
-Eh les filles, vous n’êtes pas très sympa, vous auriez pu me dire que je partais dans la mauvaise direction, eheheh.
-Ah, désolée, on pensait que tu nous suivais, n’est-ce pas Nagisa ?
-Ou…Oui, tout à fait ! on n’avait pas vu que tu partais de l’autre côté !
-Bon, ce n’est pas grave, le principal c’est qu’on ait pu se retrouver, n’est-ce pas ?
-Oui, oui, si tu le dis ; grognai-je sans en penser un mot.
Nous reprîmes donc notre route avec le boulet senior qui, heureusement pour lui, parlait avec Nagisa et me laissait en paix. J’étais déjà trempée de la tête aux pieds alors si en plus je devais faire la conversation avec le responsable, je ne pouvais pas garantir sa survie et je n’avais pas spécialement envie d’avoir un mort sur la conscience pendant mes vacances.
Tout à coup, Nagisa poussa un cri et je me retournai précipitamment. Ce que je vis dépassa tout ce que j’avais pu imaginer. Hiroki était torse nu, le tee-shirt à la main, faisant de grands étirements devant mon amie qui ne savait plus où se mettre. Je ne réfléchis pas une seule seconde et je me précipitai pour lui asséner un bon coup de pied dans le ventre qui l’envoya voltiger quelques mètres plus loin.
-Ca va pas toi ! Pervers !
-Euh attends, Laura, ce…
-Nagisa, il ne t’a rien fait j’espère ? Partons vite d’ici avant qu’il ne reprenne ses esprits !
-Mais non, Hiroki voulait simplement faire sécher son tee-shirt, rien de plus !
-Mais alors…pourquoi tu as crié ? Demandai-je, déconcertée.
-Il y avait une araignée…Je déteste les araignées ! Me répondit la jeune fille en frissonnant.
Je soupirai. Toute cette histoire était ridicule. Nous aurions du simplement partir dans le sud et passer des vacances tranquilles, et à la place de ça, nous nous trainions au bord de la route, sous un soleil de plomb, avec un pervers et j’étais trempée jusqu’aux os…Miyako avait de la chance au moins, elle avait son téléphone pour appeler un taxi, elle devait déjà être rentrée et les autres ne devraient pas tarder…
-Bon Hiroki, désolée de…Hiroki ?
Je regardai de tous les côtés mais le boulet avait disparu. Un vague espoir de pouvoir terminer notre route en paix me traversa l’esprit, aussitôt dissipé lorsqu’il réapparut d’entre les fourrés, toujours torse nu évidemment.
-Ah les filles, vous êtes encore là, c’est parfait ! Vous n’allez pas me croire quand je vous dirai ce que j’ai trouvé !
-Bah dis le au lieu de nous faire poireauter ! Rétorquai-je à bout de nerfs.
-Suivez-moi, c’est juste là !
Le grand dadais retourna dans les fourrés et, après avoir échangé un bref regard avec Nagisa, nous décidâmes de le suivre. De l’autre côté, il y avait un petit lac avec en son centre une île et de l’autre côté, à environ cinquante mètres, un pont brisé…Une minute, un pont brisé…
-C’est beau vous ne trouvez pas ? Vous avez beaucoup de lac chez vous ! Déclara Hiroki qui n’avait rien remarqué.
-Laura, ça ne serait pas…
-Si Nagisa, si…Lui répondis-je en serrant les dents.
-Serait quoi les filles ? Vous connaissez ce lac ?
-Oui, on le connait, et toi aussi…
-Vraiment ? Pourtant c’est la première fois que je le vois et je le trouve très joli ! Ca donnerait presque envie de piquer une tête !
-Qu...Quoi ?
Immédiatement après, Hiroki enleva sa ceinture et son pantalon avant de sauter dans l’eau du lac, avec un magnifique plat au passage. J’eus tout juste le temps de cacher les yeux de Nagisa qui ne comprit pas ce qu’il se passait.
Je m’attendais à ne pas le voir ressurgir mais à mon grand dépit, sa tête émergea de l’eau. Il devait avoir compris qu’il avait pieds…
-Laura, Nagisa, vous devriez venir, l’eau est super bonne !
-Pour nager avec un pervers ? Non merci !
-Alala, Nagisa, et toi ?
-je…Je ne suis pas sûre que…
-Aller, posez vos affaires sur un rocher et venez, vous ne le regretterez pas !
-Poser…nos affaires ?
Je réalisai soudain ce qu’il voulait et, dans un accès de rage, je rentrai dans l’eau toute habillée et, avant même qu’il n’ait pu comprendre ce que je faisais, je l’attrapai par la nuque et lui plongeai la tête dans l’eau sous les yeux exorbités de Nagisa.
Pendant quelques secondes, quelques bulles continuèrent à remonter à la surface, puis plus rien et je finis par relâcher la pression et retourner sur la terre ferme.
-Tu…Tu…
-C’est un détail Nagisa, mais je vais en profiter pour faire sécher mes vêtements si cela ne te dérange pas.
Je commençai à enlever mon tee-shirt et ma jupe que je posais sur un rocher à côté puis je m’allongeai sur les galets de la rive. Je me serais bien mise en maillot, mais tous mes bagages étaient restés dans la voiture donc je me contentai de ça.
Hiroki n’avait pas tort, il faisait vraiment bon au bord de ce lac, j’aurais pu y rester des heures à bronzer, sous un soleil qui n’était finalement pas si désagréable. Finalement, cet Hiroki était peut-être moins bête qu’il en avait l’air…


Il veut les P : Point de vue de Hakaze Les racines de l'espoir



Spoiler:
La blonde passa sa tête par la fenêtre, riant de Hiroki, Laura et Nagisa que mon père avait laissé sur le bord de la route afin de gagner du temps. Je ris à mon tour en pensant au fait que Laura et Nagisa allait devoir supporter la compagnie d’Hiroki. Il n’y avait que moi qui était capable de supporter ce type, et il n’y avait que lui qui était capable de me supporter.Nous formions un joli couple après tout. Même mon père le reconnaissait. Sirie ma tante et Soichiro mon père étaient à l’avant du véhicule tandis que de notre côté, Saya ,Serena, Satoshi et moi étions à l’arrière. La blonde était côté fenêtre, tandis que j’étais au milieu, portant le garçon sur mes genoux. Sa soeur quand à elle me regardait froidement. Satoshi prit la parole avec exaspération.


-Satoshi- J’étais déjà CONTRE cette idée de venir sur vos genoux, mais je le suis d’avantage maintenant que les places sont libres !

-Hakaze- On ne parle pas comme ça à sa grande soeur, Sat’chan ♥

-Serena- Encore faudrait-il que tu SOIS sa grande soeur, Hakaze.

-Hakaze- Oh, mademoiselle s’est réveillée ~ C’est intéressant ~

-Soichiro- Gamine.

-Sirie, Hakaze , et Serena- Oui?

-Soichiro- Non, je parle à ma gamine.

-Hakaze- Papa…Tu appelles tout le monde gamin ou gamine…

-Soichiro- Regarde plutôt à l’extérieur. Ce n’est pas cette plante que tu étais venue chercher en France?


Je regardai par la fenêtre. En effet, c’était une plante que je recherchai, une élégante fleur rose dont je voulais extraire le pollen afin de la cultiver. C’était un Hibiscus….J’étais tentée, vraiment tentée à l’idée d’aller la cueillir…Mais si je le faisais, c’était à peu près sur que Papa allait partir sans moi…Je décidai donc de jouer de mon charme de fille, et de séduire mon père à coups de “mon papa chéri”.

Il m’assura qu’il n’allait pas partir, me laissant descendre moi et mon petit frère, suivi par sa soeur qui jalousait notre relation fraternelle. Cependant, lorsque je fus descendue avec mes deux compères, mon père repartit. Je compris à ce moment que mon charme n’avait pas fonctionné et j’hurlai un “ Tu me le paieras” qui raisonna dans la forêt où le patriarche nous avait laissé.


J’entendis un rire provenant de derrière. Me retournant, je fis face à la jeune soeur de ma nouvelle famille. Elle me regardait avec un rictus prononcé, riant de mon malheur. Je ne perdis pas la face devant elle et reprit d’un air taquin.


-Hakaze- Bien ~ Nous sommes donc en intimité, Sat’Chan ♥

-Satoshi- Je ne suis PAS Sat’Chan ! Mais qu’est-ce qui cloche dans ta tête !?

-Hakaze- Mais tu es si mignon que je veux te prendre comme petit frère !!!! Allezzzz !!! Hiroki il ne me refuse rien et toi tu es toujours méchant avec moi !

-Serena- Si ton ami est faible, tant pis pour lui….Mais ne mêle pas mon frère dans cette histoire !


Sans écouter l’argumentation de la soeur, je repris Satoshi par le bras et le tirai avec moi pour marcher dans la forêt, tout en continuant mon argumentation face au jeune homme.

-Hakaze- Tu verras, j’ai vu des superbes caleçons avec des nounours, je suis sur que cela t’ira à ravir ~

-Satoshi- HEY ! C’est Serena qui porte des culottes avec des nounours , pas moi !


Je me retournai, regardant la jeune fille qui devint rouge pivoine. Avant que je ne puisse m’apercevoir de quelque chose, elle avait envoyé valser son frère d’un coup de poing qui le propulsa au loin. Sans comprendre la situation, je questionnai la jeune fille.


-Hakaze- Et….Pourquoi tu as fait ça?

-Serena- C’est mon intimité ! Ca ne regarde personne !

-Hakaze- Ah….Moi je porte bien une culotte avec une tête de chat dessus, regarde.


Je baissai naturellement ma robe pour rassurer la jeune fille et lui montrer ce qu’était un de mes sous vêtements ordinaires. Tandis que le frère détourna le regard en rougissant légèrement, la soeur elle, appuya sa main sur son visage, effarée parce qu’elle constatait. Elle reprit la parole avec gêne.


-Serena- S’il te plaît…Rhabille toi….

-Hakaze- Il fait chaud ici. Et puis c’est comme si j’étais en maillot de bain deux pièces, y’a pas mort d’homme.

-Satoshi- Tu es vraiment indécente comme fille.

-Hakaze- C’est toi qui est coincé ! Enlève moi cette chemise, t’es en sueur !

-Satoshi- Pas question. Je refuse de me déshabiller devant une femme.

-Hakaze- J’ai 7 ans de plus que toi et tu crois que c’est le premier garçon que je vois torse nu, la jeunesse c’est mignon ~

-Satoshi- Je ne suis PAS mignon ! Tu veux que je me mette torse nu !? D’accord !!


Cédant à ma première provocation, le jeune homme déboutonna sa chemise et se mit à l’aise. Il me regarda en premier temps d’un air provocateur, puis , comprenant qu’il avait exactement marché dans mon jeu, il claqua sa chemise par terre et fit les cent pas sur le chemin qui était face à nous. Sa soeur ramassa la chemise, me dévisageant au passage.


-Serena- Tu semblais la plus normale et tu es la plus folle de tous…

-Hakaze- Merci pour ce compliment, Jessica Junior ~

-Serena- Eh? Tu as dit quoi?

-Hakaze- Bah, vous venez toutes les deux de Satellite, ça se voit vous êtes les mêmes ~


La jeune fille s’assombrit d’un coup. J’avais apparemment touché un point sensible puisque les traits de son visage se refermèrent net. Elle me sourit, mais son sourire au lieu d’être chaleureux et amical était déformé par la colère et l’obscurité de son visage. J’avoue que j’eus un peu peur à ce moment, peur accentuée par le ton glacial de la fille.


-Serena- Ne répète plus jamais…Que je viens de Satellite…….Suis-je claire….?

-Hakaze- Aucun mal à venir de Satellite, je viens de là bas aussi après tout ~

-Serena- Eh? Tu viens de Sattellite…?

-Hakaze- Oui. Mon grincheux de père était le leader d’une guilde visant à remettre les jeunes dans le droit chemin en démantelant les gangs et en les faisant travailler pour lui. Il n’en a pas l’air, mais il a sauvé pas mal de personnes de la misère. J’ai grandi dans sa guilde.

-Serena- Donc ton père….C’est Soichiro Namatame…?

-Hakaze- Oh , tu connais mon père? Oui, mon père et moi sommes les Namatames.

-Serena- Je me disais bien que tu étais étrange, je comprends mieux quelques choses….

-Hakaze- Huh?

-Serena- Je me rappelle de quelqu’un qui venait de la guilde de Soichiro Namatame. Une femme adulte aux cheveux blancs qui venait nous voir et nous apporter des tas de choses. Elle était toujours en train de nous taquiner nous les enfants qui grandissions dans la rue…Et Satoshi était son enfant préféré. Elle était toujours gentille avec tout le monde…

-Hakaze- Ah…Cette femme, c’était ma mère. Himiko Namatame. Je me rappelle d’elle, mais je ne l’ai pas connue énormément. Elle s’est éteinte quand j’avais dix ans et nous avons quitté la guilde avec mon père.

-Serena- Je vois…Je suis désolée, ça me rend un peu triste de savoir que cette dame est morte….

-Hakaze- Ne t’en fais pas, elle a vécu heureuse. Elle a toujours été une femme heureuse et aimée. C’est gentil de te faire du soucis pour elle.


La jeune fille m’adressa un sourire beaucoup moins crispé qu’elle ne l’avait fait bien avant cette discussion. Je lui souris en retour, pour au final rattraper ensemble son frère qui était parti bien plus loin. A notre grande surprise, il avait aussi enlevé son pantalon. Devant le regard dépité de sa soeur, je pris la parole avec entrain.


-Hakaze- Tu as enfin pris gout à la nudité ! Je suis fier de toi petit frère <3

-Serena- Tu es nudiste?

-Hakaze- Bien sûr que non. C’est juste que ce boulet d’Hiroki ne m’écoutait jamais quand je lui disais qu’il allait chopper une syncope en restant en veste à 30 degrès, le jour où il en a fait une je me suis dit que jamais plus cela ne se reproduirait. Toi aussi Serena, prends ceci.


Je fouillait mon sac et en sorti un tee shirt très fin et très large. J’en avais deux exemplaires, un rouge et un vert. Serena était dubitative, mais elle se laissa enfin tenter pour enfiler le tee shirt de couleur rouge. Elle l’enfila et retira discrètement ses vêtements qui étaient désormais sous ce tee-shirt en utilisant cette fameuse technique de la piscine et de la plage que seules nous les filles connaissaient. Pour ma part j’enlevai simplement mon tee-shirt pour enfiler l’autre, ne faisant aucun chichi devant les deux adolescents.


-Hakaze- Bien. J’ai bien fait d’emmener ça avec moi. Je ne supporte pas trop la chaleur donc je prends toujours des tee-shirts comme ça, c’est fin, ca laisse passer l’air, c’est parfait.

-Serena- C’est plutôt agréable…En effet….Toute l’année porter l’uniforme de travail d’Helios…Ca change un peu de porter quelque chose de léger.

-Satoshi- Je me sens honteux…Mais je préfère me sentir honteux que de cuire sur place….


Je pouffai de rire , nous pûmes enfin avancer tous ensemble pour essayer de reprendre la route vers l’endroit où Hélios devait initialement nous mener. Nous atterîmes dans une sentier boisé qui était un poil plus sombre en raison de quelques arbres obstruant le soleil. Il faisait par conséquence beaucoup plus frais qu’à l’extérieur, et c’était très agréable. Nous progressâmes à trois dans le sentier pour au final nous y engouffrer totalement. D’après Serena, c’était un raccourci qui mènerait à l’entrée de la forêt que nous n’aurions plus qu’à contourner pour arriver jusqu’à la résidence. Peut être que nous retrouverions les autres sur le chemin après tout…C’était ce que je pensais, mais j’appréciais la compagnie des deux jumeaux, je ne voulais donc pas spécialement les semer à ce niveau. Le garçon prit la parole, en désignant du doigt quelque chose plus loin.


-Satoshi- Des pommes.

-Serena- J’avoue que j’aimerais bien me rafraîchir avec une bonne pomme juteuse…..Mais…Impossible d’atteindre le haut de cet arbre…

-Hakaze- Vous venez de Satellite et vous ne savez même pas ça !? Allez venez, on va les chopper…


Nous arrivâmes jusqu’à l’arbre qui contenait ces délicieuses pommes rouges qui nous faisaient de l’oeil. Satoshi et Serena en voulaient autant que moi, cela se voyait sur leur visage. Je me retournai vers le garçon et repris la parole d’un ton fort et déterminé.


-Hakaze- Sat’chan ! Tu vas grimper sur mes épaules et chopper ces pommes !

-Satoshi- D’a…D’accord….

-Serena- Eh ! Depuis quand tu lui obéis !?


Satoshi se retourna vers sa soeur d’un air sérieux et déterminé.

-Satoshi- Je veux ces pommes.

-Serena- Il est complètement fou….


Satoshi monta sur mes épaules, essayant d’atteindre les pommes. Il lui manquait quelques centimètres afin d’atteindre notre salut qui se trouvait un peu plus haut. Je lui dis de se bouger, de se remuer, mais l’instabilité avait déjà raison de lui. Il n’avait pas l’habitude de ce genre de choses, cela se voyait au premier coup d’oeil. Je pris alors la parole, un peu plus agacée que je ne l’étais déjà.


-Hakaze- Tu t'y prends mal Satoshi ! Roh, il faut tout faire soi même, bouge de là.


Satoshi descendit et me laissa prendre place sur ses épaules. Il était assez costaud pour son âge, cela lui permettait de tenir, sous les yeux de sa soeur, effarée par le duo improvisé que l’on faisait.


-Hakaze- C'est plus facile d'être au dessus, franchement Satoshi, je sais que c'est la première fois que tu fais ça mais tu crains !

-Satoshi- Arrête de me crier dessus et prends ces pommes !

-Hakaze- Attends, tiens bon. Je vais me mettre sur les genoux pour les prendre.


En me mettant sur les genoux, j’entendis Satoshi gémir. Il avait du mal à tenir la nouvelle position, mais nous étions déterminés à en venir à bout. Je cueillai une pomme, puis deux, que je lançai à Serena qui était quelques centimètres plus bas, elle les attrapa une par une jusqu’à ce que l’on en ait une dizaine…Cependant, après quelques pommes de plus, Satoshi commença à lâcher.


-Satoshi- Nggggh……Ahhhh……Ahhh….Je….Je ne peux plus……

-Hakaze- Tiens bon…..Ca vient…Ca vient…..J’y suis presque…..


J’attrapai une dernière pomme, Satoshi lâcha enfin et nous nous retrouvâmes à deux au sol. Je regardai le jeune homme, la pomme à la main en lui souriant béatement. Il semblait satisfait par le fait que nos efforts eurent porté leurs fruits. Nous jetâmes un oeil à Serena qui était les bras pleins de pommes. Elle ne savait plus où en mettre. Moi et son frère la regardâmes en souriant….Eh….C’était bien la première fois que je voyais le frère sourire…Il semblait satisfait par ce que l'on venait de faire, cette expérience nous avait beaucoup rapprochés, moi et les jumeaux. Nous venions de vivre une de ces situations d’enfants qui était plutôt banale, mais qu’ils n’avaient apparemment jamais vécu avant. Leur enfance avait vraiment du être miséreuse quand on y pense….


-Hakaze- Dis, Serena.

-Serena- Qu’il y a t-il?

-Hakaze- A partir de maintenant, je suis ta grande soeur aussi ~

-Serena- Ehhhh !?


Sur les protestations en tout genre de Serena, nous nous dirigeâmes, les bras chargés de pommes, jusqu’au bout du sentier qui semblait être une issue….Enfin, je ne l’espérais pas…Car j’aimais vraiment mes petits frères et soeurs ~


Les vacances du Juge (Point de vue Saya, Ladd)



Spoiler:
Je rayai les noms de Serena, Satoshi et Hakaze sur ma liste avec un large sourire et une certaine satisfaction de moi-même. Tout se passait comme prévu, nous avions commencé par sortir les deux plus casse pieds pour baisser l’attention de tout le monde et pour éviter qu’elles ne se doutent de quelque chose puis nous nous étions débarrassés des idiots en les mettant tous dans la même voiture et les derniers éléments perturbateurs venaient de s’en aller également…
-Votre plan était génial, Soichiro ! M’exclamai-je, impressionnée.
-Ce ne sont pas des gamins qui vont m’apprendre comment prendre les meilleures places quand on va loger quelque part ; répondit le vieil homme, non fier de lui.
-Jeune maitre…Avions-nous vraiment besoin de sortir Hakaze également ? Demanda timidement la « femme » du doyen.
Le regard de ce dernier s’obscurcit et il baissa la tête, refermant sa prise sur le volant, comme pris de remords pour ce qu’il avait fait à sa fille.
-Son sacrifice était nécessaire…Elle aurait pris la chambre avec le balcon, j’ai été obligé…
-Je comprends…J’espère qu’elle s’en sortira…
Je penchai la tête sur le côté, déconcertée par l’attitude des deux amants. De quoi se plaignaient-ils ? On allait avoir les meilleures chambres et en plus, grâce aux caméras que j’avais discrètement glissées sur les épaules de chacun, nous allions avoir un beau spectacle en arrivant chez Sherry. Que demander de mieux ? Certes, ce n’était pas très sympathique pour certains mais…la blague en valait largement le coup ! J’avais déjà hâte de voir comment Miyako allait se débrouiller et je riais rien qu’en y pensant !
Et dire que personne ne se doutait que j’avais tout planifié depuis le début...Mais les pauvres ne savaient pas encore à quoi s’attendre ! La soirée chasse aux fantômes avait été un échec que je n’avais toujours pas digéré et il était temps de rattraper ce fiasco !
J’éclatai de rire telle une méchante de film et Soichiro et Sirie se retournèrent en même temps en me dévisageant comme si j’étais folle.
Soudain, je m’arrêtai net, pas à cause de leurs airs interrogateurs mais parce qu’une vive lueur illuminait la petite route de campagne et que le corps de la femme de Soichiro semblait répondre par la même lueur…
En s’en rendant compte, le vieil homme stoppa la voiture et son visage blêmit tandis qu’une forme humanoïde semblait s’échapper de la lumière.
-Dis-moi Sirie…Est-ce que ton père est au courant que tu es partie en vacances ? Lança-t-il, tremblant.
-Je crois oui, il t’a même souhaité de mourir dans d’atroces souffrances et m’a dit qu’il regarderait depuis le sanctuaire…
-Hein ? De quoi vous parlez encore ? M’étonnai-je. Vous savez ce qu’il se passe ?
A peine eussé-je posé cette question que la forme humanoïde se détacha de la lumière et trois hommes surgirent devant nous : un surfeur au corps plutôt bien bâti au sourire éclatant et aux lunettes de soleil pour le moins visible, une sorte de chevalier blond portant à lui seul quatre valises toutes plus grosses les unes que les autres et enfin un grand gaillard en short, à l’air assez peu commode, à la barbe et aux cheveux mauves, tenant une carte dans ses mains et fronçant les sourcils.
-Maitre Parshath, je crois que nous sommes perdus ; déclara-t-il solennellement.
-Vraiment mon bon Voltanis ? Pourtant Medraut m’a assuré que nous prenions la bonne direction.
-Ce petit esprit de moi est persuadé qu’il faut continuer tout droit encore quelques mètres et nous devrions arriver à la plage ! S’exclama le chevalier, sûr de lui. Regardez, je vois des gens là-bas !
Les trois hommes se tournèrent vers nous et celui à la barbe mauve poussa un cri de stupeur et voyant Soichiro et Sirie. Ce dernier se précipita vers la voiture et abattit violemment son poing sur le capot tandis que le vieil homme se décomposait à vue d’œil.
-Sirie, qu’est-ce que tu fais ici ? Je croyais tu allais à paris ! Beugla l’homme, rouge de colère. Ne me dis pas que cet incapable n’est pas foutu de trouver une capitale sur une carte en prenant l’avion ?!
-Je pourrais te demander la même chose Papa ; répondit-elle très calmement. Je croyais que tu allais à la plage avec Medraut et oncle Parshath.
-Nous y allons ma chère Sirie, nous y allons, nous avons simplement un petit contretemps ; continua celui qui semblait être le chef.
Soudain, j’ai un déclic dans ma tête et je sautai à l’extérieur de la voiture, ayant reconnu les trois personnes se trouvant devant moi.
-Une minute, mais vous êtes des esprits de duel ? M’exclamai-je, des étoiles dans les yeux.
-Nous sommes perdus surtout grâce à cet incapable de Medraut ; grogna celui que j’avais identifié comme étant Voltanis.
-Vous blessez ce petit cœur de moi en ne me faisant pas confiance avec de telles accusations ! Se lamenta le chevalier en lâchant les valises. J’ai même demandé à Borz de me confirmer que nous étions bien sur la bonne route !
-Tu vois bien que nous n’y sommes pas, imbécile ! S’énerva le juge. Mon gendre est peut-être un idiot mais il ne se trompe pas entre paris et la plage, Lui !
-Allons, allons mon bon Voltanis, calme toi, ce n’est pas si grave ; rit Parshath en mettant la main sur l’épaule de son ami. Soichiro, est-ce que vous pourriez nous conduire à un endroit possédant un portail pour que nous retrouvions notre route ?
-O…Oui, tout de suite !
Je fis une grimace en voyant le changement d’attitude soudain du vieil homme. Lui qui paraissait si calme et réfléchit venait de chuter à la même place qu’Hélios dans mon estime. Ce qui ne laissait plus que Sirie sur qui je pouvais compter pour me soutenir dans mes plans.
Ainsi, les trois hommes montèrent dans la voiture que j’avais eu tant de mal à vider et je soupirai. On ne pouvait vraiment compter que sur soi-même apparemment…
Le reste du trajet fut plutôt calme même si Soichiro était pétrifié par le regard du juge et nous arrivâmes chez Sherry une demi-heure plus tard.
Jusque-là, tout se déroula comme prévu : nous pûmes choisir nos chambres et évidemment, je pris celle qui me permettait d’espionner tout le monde dans le manoir puis je descendis dans la bibliothèque dans laquelle se trouvait tout un système de caméras normalement utilisées pour surveiller le manoir mais il ne me fut pas difficile de les détourner et de relier les écrans aux caméras placées sur tout le monde.
Lorsqu’elles furent toutes allumées, je pus avoir une vision globale de la situation et un large sourire me fendit le visage : Jessica et Miyako étaient au poste de police, je ne pouvais pas rêver mieux pour commencer. Darksky, Reisuke et Hélios, quant à eux, tentaient de sortir leur véhicule de l’eau, en vain. Nagisa, Laura et Hiroki se prélassaient tranquillement non loin de là et les jumeaux et Hakaze avaient visiblement décidé de faire une pause gouter. Il n’y avait plus qu’à attendre que tous tombent dans les pièges que j’avais disséminés un peu partout avec la coopération d’Angéla pour avoir un spectacle inoubliable !
Je fus à nouveau prise d’un fou rire incontrôlable qui attira l’attention de Voltanis qui se trouvait également dans la bibliothèque mais que je n’avais pas remarqué jusque-là.
-Allons bon, qu’est-ce qu’il se passe encore ? Grogna le juge, de mauvais poil en s’approchant de moi.
-Ri…Rien du tout votre honneur, je regardais une vidéo amusante, rien de plus ! Improvisai-je en cachant les écrans du mieux que je le pouvais.
-Si ce n’est que ça…Je déteste les vidéos des humains, elles ne parlent que de chats et…
Voltanis fit une pause dans sa phrase et fronça les sourcils et une goutte de sueur perla de mon front. Le juge était connu pour son humour assez peu développé et son obsession pour le règlement et ce que j’étais en train de faire n’était certainement pas à son gout à en juger par son expression…
-Dis-moi jeune fille, quel genre de vidéo amusante regardes-tu exactement ?
-Une…Une vidéo de chats qui tombe, c’est très drôle, hahaha !
-Est-ce que je pourrais y jeter un œil ?
-Je…Je ne pense pas que cela vous fasse rire, surtout que vous devez ouvrir un portail pour retourner à la plage !
-J’ai un peu de temps et je n’ai pas envie de parler avec mon gendre.
A contrecœur et en serrant les dents voyant déjà mon châtiment arriver, je me décalai pour laisser le juge passer. Cependant, alors que je pensais que ce dernier allait me réprimander, il éclata de rire en voyant Jessica et Miyako menottées, tentant vainement de s’expliquer à un policier à moitié endormi.
-Enfin ! J’ai rêvé de voir ça depuis dix ans et finalement j’ai l’occasion de voir cette fille dos au mur ! S’exclama-t-il, les larmes aux yeux tant il riait.
-Vous…Vous connaissez cette blonde insupportable ? M’étonnai-je, légèrement soulagée.
-Un peu que je la connais ! J’ai du la supporter pendant sept ans…SEPT ANS ! est-ce que tu te rends compte ? J’ai failli démissionner plusieurs fois ! Elle et son copain dans le lac là, j’ai juré que la prochaine fois que je les voyais, je leur ferais passer un sale quart d’heure !
Toute ma crainte s’envola d’un seul coup et une nouvelle idée géniale me vint en tête. J’avais peut-être trouvé un nouvel allié de taille pour rendre mes plans encore plus amusants et rendre la vie des autres encore plus impossible !
-Vous savez, si vous voulez, je peux vous aider à faire ça ; lançai-je d’un ton mystérieux qui captiva l’attention du juge.
-Ah oui, vraiment ? Je t’écoute jeune fille, qu’as-tu prévu ? Me demanda-t-il, des étoiles dans les yeux comme un enfant devant un nouveau jouet.
-C’est une surprise pour le moment mais si vous restez encore un peu, vous devriez avoir un beau spectacle, qu’en dites-vous ?
-Tant que je peux me venger de cette peste et de cet idiot à l’espoir, je suis prêt à tout, jeune fille, même à sacrifier mes vacances avec mon maitre !
-Parfait, dans ce cas, j’aurais besoin d’emprunter vos pouvoirs aux moments opportuns, vous pensez que c’est possible ?
-Même si c’est contraire au règlement d’utiliser ses pouvoirs sur les humains, je suis prêt à faire une entorse pour donner une bonne leçon à Jessica !
Je me félicitai intérieurement. Je n’aurais pas pu rêver mieux que les pouvoirs d’un esprit de duel pour mener à bien mes projets et savoir qu’en plus j’avais l’accord du juge ne pouvait être qu’un signe que je ne pouvais pas échouer !
-Alors, quel est le plan ?
-Patience, attendons que les choses avancent, je vous expliquerai en temps voulu ; répondis-je.
-Tu es sournoise, j’aime cette attitude ; me dit le juge avec un sourire tout aussi effrayant que manipulateur.
Nous n’étions encore qu’au début des vacances et je m’étais promis qu’elles allaient être inoubliables, autant pour moi que pour eux…





Dernière édition par Heart le Dim 17 Sep - 18:43, édité 1 fois
avatar
Messages : 80
Age : 21
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Crossover]Des vacances singulières

le Dim 17 Sep - 18:42
.
avatar
Messages : 80
Age : 21
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Crossover]Des vacances singulières

le Dim 17 Sep - 18:42
.
Contenu sponsorisé

Re: [Crossover]Des vacances singulières

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum