Faeris : Le Royaume des Duels

Partagez
Aller en bas
avatar
Messages : 1062
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le Démon d'un autre monde

le Mer 15 Aoû - 11:46
Allez, dernier chapitre du quatrième et pénultième arc de cette saison :

Chapitre 67 - Le Démon d'un autre monde...

Spoiler:
Quelques secondes après avoir traversé ce tunnel de lumière, les douze personnes finissent par arriver au lieu même où toute cette aventure a commencé. Tous arrivent à l'arrière de la maison de Dan Lotyuwi, le désormais "quartier général" de toute l'équipe. Le 26, Kamen Street retrouve alors son nouveau locataire principal. Les jumeaux, les Flame Charmer et Kaly retrouvent cet endroit qu'ils connaissent presque par cœur. Leo et Virgo sont également apparus pour discuter avec les jumeaux et quelques pièces de cette maison leur ont été dévoilées. Par contre, il y en a un qui est totalement apeuré devant cette grande maison.

- C'est là-dedans que vous vivez ?, dit-il, un peu en retrait, derrière Kaly. Ça me fait penser aux affreuses casernes en Endlenda. Même les auberges ne sont pas comme ça chez nous
- Ce sont nos maisons, ou du moins celle de Dan, dit Veneko.
- Où est-ce qu'il est d'ailleurs ?, demande Nejma.
- Chut …, lui dit Alicia.

Elle montre alors Dan en train de porter le corps inanimé de sa marraine à l'intérieur de la maison. Seule Nejma ose le suivre très discrètement pour voir ce qu'il va faire. Le jeune homme porte ce corps avec une aisance peu commune, comme si elle était aussi légère qu'une plume. Il monte les escaliers, toujours avec son amie dans le creux de ses bras. Deux minutes plus tard, le groupe voit Nejma redescendre en toute hâte. Son frère lui demande alors :

- Que fait-il ?
- Il l'a posée sur son lit et il doit être en train de lui parler, comme si elle était simplement endormie.
- Tout ça me rend heureux, dit Senji, ce qui lui vaut un immense regard de jugement de la part du reste du groupe.
- Il va falloir qu'on fasse quelque chose pour l'aider à surmonter cette perte, dit Alicia.
- Oui mais pour le moment, nous devons retrouver Nephomet et ses acolytes, dit Kaly.
- Je ne peux pas m'empêcher de voir à quel point Dan est malheureux. J'aimerais faire quelque chose pour qu'il se sente mieux.

Kaly insiste donc sur le fait de devoir poursuivre la lutte contre les ténèbres. Les Flame Charmer et les jumeaux sont encore tournés vers la mélancolie de leur ami. Le fait que les quatre autres personnes étant focalisées sur ce combat sont celles qui ne vivent pas dans ce monde de façon permanente. La jeune Elfe finit par capter de nouveau l'attention du groupe :

- S'il vous plaît, j'aimerais que tout le monde laisse de côté ce qui s'est passé dans les ruines. Je sais que tout ce qui a pu se passer vous a perturbé, et Dan le premier, mais vous devez faire abstraction de la mort de Shizuka. Je sais que c'est triste pour vous mais nous devons continuer à mener cette lutte contre Nephomet.

Tout le monde a attentivement écouté les quelques mots de la Dame Déchue du Palais, et ça a le mérite de pousser tout le monde à repenser à ce combat. À vrai dire, même Kaly est aussi bouleversée par la mort de Shizuka, qui s'était vraiment bien occupée d'elle quand elle a débarqué dans ce monde avec de sérieuses blessures. Cependant, elle a déjà connu ce genre d'événement triste, comme avec Gythè, sa mère adoptive, il y a plus d'une centaine d'années. Depuis cela, elle a appris à gérer ses émotions devant la mort d'un être cher. À présent, elle décide de prendre les choses en main. Veneko pose alors une question qui n'a rien à voir :

- Les enfants ne sont pas à la maison ?
- C'est vrai que je ne les ai pas vus, remarque Jeff.
- Non, répond Alicia. Shizuka m'avait dit qu'elle voulait venir en Endlenda et m'a demandé si je pouvais les accueillir à l'hôtel le temps qu'elle revienne. Et ils doivent toujours y être à l'heure qu'il est.
- Tiens, en parlant d'heure …, dit Kylie. Quelle heure est-il ?
- Il doit être au moins une heure du matin, répond Jeff.
- Euh … il n'est que cinq heures et quart … de l'après-midi, dit Nejma avec une voix qui relève de l'incompréhension la plus totale.

Incompréhension, le mot convient bien à la situation. Tout le groupe regarde autour d'eux et constatent l'étrange absence de lumière solaire. Généralement, il fait encore jour à cette heure-là et ici, à Akinokuwa, le ciel est identique à celui observable lors d'une nuit quasiment noire. Ça n'a sauté aux yeux de personne tellement le plus important était d'avoir quitté l'Endlenda et d'être tous revenus au 26, Kamen Street. Tout le monde est un peu sans voix, mis à part Senji qui semble s'en moquer totalement. Pour lui, ce ciel obscur ne change pas grand chose à celui d'Endlenda qu'il a connu depuis que Elhahr a été défait par les lieutenants de Nephomet en Ostiàr. Cette teinte noire d'encre l'emplit au contraire d'une certaine joie. C'est d'ailleurs le seul du groupe qui sourit.

- Mon médaillon, il s'illumine d'une façon très étrange, dit Veneko.

En effet, l'émeraude au cou du jeune homme devient très scintillante. D'après ce que Leo lui a dit à propos de ce pendentif, c'est le signe que le Mal n'est pas loin de l'endroit où il se trouve, un peu comme un radar. Puis, c'est au tour de l'améthyste de Nejma de devenir incandescente. Elle s'arrête net de bouger et une série d'images lui traversent la tête de manière très rapide. Elle voit les quatre Démons au beau milieu du centre-ville d'Akinokuwa, puis des flammes bleues géantes et enfin, un bâtiment qui s'effondre. Il n'en faut pas plus pour que la jeune fille fasse part de ce qu'elle a vu à Kaly.

- Bon, maintenant qu'on sait où ils sont, nous devrions nous dépêcher des les arrêter avant que cette ville ne devienne un monceau de ruines.
- D'accord, disent le reste du groupe.

Un petit tremblement se fait ressentir à Akinokuwa. L'incompréhension est totale chez tout le groupe. Même si le Japon est un pays fortement touché par le risque sismique, Akinokuwa est plutôt à l'abri de ce risque. Les Flame Charmer sont complètement abasourdis en entendant cette secousse. Kaly en est toute bouleversée car au fond d'elle, elle arrive à assimiler la douleur et la peine de chacune des victimes. C'est comme si leurs sentiments négatifs l'affectent au point de la pousser à leur venir instinctivement. La Dame Déchue du Palais fait alors un signe au reste du groupe de la suivre. Ces derniers hochent tous la tête et se préparent à partir à la recherche de leurs ennemis. Et, au moment où tout le groupe allait effectivement partir pour rattraper ces Démons, une petite sonnerie retentit, captant l'attention de Kylie et d'Alicia. Cette dernière tâte ses poches et sort son portable. Elle s'arrête net de bouger et regarde le nom de son interlocuteur. Faisant signe au reste du groupe d'attendre, elle répond alors à cet appel.

- Allô ?
- Oui, patronne !, dit une voix masculine.
- Que se passe-t-il ?, demande Alicia.
- Vous devriez revenir immédiatement nous aider à faire évacuer l'hôtel.
- Comment ça, évacuer l'hôtel ?
- D'étranges créatures sont dans le centre-ville en train d'attaquer des bâtiments.
- D'étranges créatures ? Comment ça ?
- Des espèces de grands humains, très terrifiants. Ils s'attaquent à la ville.
- Nous arrivons immédiatement.
- Il faut que vous nous aidez à mettre tout le monde en sécurité.
- J'arrive tout de suite ! Commencez à amener tout le monde dans les sous-sols !
- Oui, patronne !, répond l'employé.

Alicia raccroche et tout le monde la fixe avec des yeux ébahis. Son teint vire au pâle et elle se met à balbutier. Elle s'apprête à formuler une phrase mais elle en est presque incapable. Ce n'est qu'avec les mots de Dan que la situation semble se débloquer. Ce dernier a quitté la chambre de Shizuka, dans laquelle il était en train de se recueillir. Il apparaît sous les yeux de tout le groupe, avec une mine triste, basse et sombre. Il dit alors :

- On n'a pas une seule seconde à perdre …

Personne ne lui répond. Il enfile son Disque de Duel et sans rien dire, il se met à courir à toute vitesse en direction de l'hôtel Saint-John. Dan est un grand athlète et il est capable d'élever sa vitesse jusqu'à 35 km/h même sans s'être échauffé. Le reste du groupe est totalement stupéfait devant le choix désespéré du jeune homme. Puis, ils décident quand même de le suivre, certains en courant et d'autres avec une autre manière. Alicia se ressaisit aussitôt et prend ses clés de voiture, qui étaient sur la table du salon de la maison. Elle y entre rapidement, suivie de Nejma, Veneko et Kylie, tous en mode Starsky et Hutch. Les autres prennent alors la voie de pied. En un clin d'œil, Senji a disparu du champ de vision de Kaly. Sean et Jeff se mettent à rattraper Dan en courant. Leo, Virgo et la jeune Elfe se mettent à s'envoler en direction du centre-ville.

Les pneus de la Dodge Viper SRT décapotable d'Alicia Saint-John crissent sur le trottoir juste devant le portail d'entrée du 26, Kamen Street. Dans sa tête, la jeune femme aux cheveux rouges a l'image de Dan immensément triste, vraiment au bout du rouleau, complètement démoralisé. La vue de la mélancolie de son idole la pousse à appuyer à fond sur l'accélérateur. En moins de cinq secondes, elle est passée de la première à la cinquième vitesse, avec un compteur qui affiche cent kilomètres à l'heure. Elle manque d'écraser Sean et Jeff qui ont vite plongé sur le côté pour éviter d'avoir à subir les talents de conduite de leur patronne et chef d'équipe.

- Faudrait lui rappeler que ce n'est pas un circuit de voitures, dit Sean en se relevant.
- Au moins, elle est déterminée, répond Jeff. Bon, faut qu'on se dépêche !

Les deux hommes courent aussi vite que possible après ce petit plongeon improvisé sur l'asphalte. Il leur reste encore un kilomètre et demi à parcourir avant d'arriver à l'hôtel. Les premiers arrivés sont Kaly, Leo, Virgo et Senji. Ils se dressent juste devant le bâtiment et sont rapidement suivis de la voiture d'Alicia qui a l'air d'être surprise de ne pas voir beaucoup de monde sur la route. "J'essaye toujours d'éviter les routes très fréquentées", répète-t-elle. Les trois derniers du groupe arrivent en courant, Jeff et Sean un peu essoufflés tandis que Dan est en pleine forme. Les douze personnes se dressent au pied de l'hôtel et un terrifiant spectacle se présente sous leurs yeux.

Spoiler:
L'immeuble près de l'hôtel, une petite tour de vingt étages avec des bureaux de sociétés, est en flammes, de grandes flames bleues. La moitié supérieure du bâtiment est quasiment calcinée tandis que des gens sont en train de quitter la tour en hurlant. D'autres immeubles sont eux aussi attaqués par les flammes. On entend d'autres cris qui terrifient la ville. Des scènes d'horreur se déroulent sous les yeux du groupe, avec des individus qui vont jusqu'à faire le saut de l'ange pour éviter de passer leur derniers instants dans la chaleur du brasier. Les quatre Démons sont en train de s'amuser à terrifier la ville d'Akinokuwa. Dilvolg est sur la terre ferme, face à l'établissement de crédit bancaire. Il charge une boule d'éclairs qu'il expédie en plein dans la façade du bâtiment, comme s'il était en train de lancer une balle de base-ball. Une petite explosion survient et qui détruit le gros de la façade. De la fumée sort de ce bâtiment, ce qui semble le ravir. Et il s'avance dans ces petites ruines et en balance les cadavres des employés qui ont péri dans cet accident, le tout sous les yeux effarés des Flame Charmer.

Eyazon est également en train de faire ses ravages personnels dans le centre-ville. Il se trouve non loin de ses acolytes, près du quartier de Kana, là où se trouvent des gratte-ciels résidentiels et professionnels. Il est en plein milieu de la route, face à ces immeubles géants. Un poids lourd lui fonce dessus mais Eyazon ne réagit pas du tout, si ce n'est qu'en souriant. Les pneus crissent et le chauffeur tente alors de braquer à fond à gauche pour éviter de tamponner quelques voitures et Eyazon. Cependant, ce dernier claque des doigts et une sorte de bruit métallique résonne. Le camion finit par faire des tonneaux et passe au-dessus du lieutenant de Nephomet, qui s'est quand même baissé à la manière de Neo pour éviter de prendre des tonnes d'acier dans le crâne. Le véhicule termine son saut en s'encastrant dans des poteaux et un lampadaire, avec quelques flammes en prime. Puis, le lieutenant se relève et un sourire sardonique se dessine sur son visage.

- Et si nous écoutions une petite symphonie pour accompagner ces danses macabres ?

Il prend une grande inspiration et compte jusqu'à trois avec ses doigts. Lorsque le troisième doigt est tendu, il expulse un immense champ sonore qui brise toutes les fenêtres dans un rayon de cent mètres. Ce qui est effroyable, c'est qu'il se trouve juste à côté d'un immense gratte-ciel en verre.  Les morceaux tombent comme s'il en pleuvait. Les voitures garées à proximité volent à cause de la puissance sonore d'Eyazon, et même … des individus finissent par perdre la vie à cause de tout ce carnage crée par la voix d'une seule personne. À l'intérieur même de ces immeubles, les occupants et les travailleurs ressentent fortement ces ondes sonores. Ce qui se passe est pratiquement identique à l'effet d'une bombe qui exploserait non loin de l'endroit où ils se trouvent. Des bouts de fenêtres occasionnent de profondes blessures.

- Que c'est génial de se révéler sous son vrai visage …, dit-il en s'arrêtant de hurler.

Quant à Andralon, il fait à peu près la même chose que Dilvolg, à avoir du dégât brut, mais il préfère surtout terroriser tout le monde en métamorphosant ses bras en des serpents gigantesques attaquant la population. Ses bras s'étendent jusqu'à une quinzaine de mètres et les mains, qui sont des têtes de serpent, paraissent autonomes et mordent certains tentant de fuir. Il a l'air de beaucoup s'amuser aussi. Les victimes des mains de l'élégant démon sont en train d'agoniser, le venin mortel se propageant dans tout le système sanguin et nerveux, paralysant les muscles et les organes vitaux. La personne ayant reçu ce poison ne peut qu'agoniser en silence avant de mourir.

- Je ne suis pas mécontent d'avoir passé cinq cents ans à créer ce poison, dit-il en riant.

L'ignoble Nephomet est évidemment présent dans le cœur même d'Akinokuwa. Il ne participe pas aussi activement que ses trois lieutenants, étant donné qu'il n'a pas encore recouvert son vrai corps. Il regarde ce flot de destruction ravager la ville, certes avec une légère amertume puisqu'il aurait voulu faire ça lui-même, mais, de l'autre côté, il s'en réjouit puisqu'il voit ce qui constituera son futur royaume. De temps en temps, il jette quelques éclairs pour neutraliser les policiers et des soldats qui tentent inconsciemment de défendre la population. D'ailleurs, l'un d'entre eux, quelqu'un de très jeune et surtout inexpérimenté, tente de tirer sur Nephomet, qui lui tourne le dos en contemplant ce que Dilvolg et Andralon font. Une fois la première balle tirée, le Démon l'esquive sans même prendre conscience qu'on lui tire dessus. Le jeune homme vide son chargeur et toutes sont également évitées par la cible, qui n'a même pas pris le temps de se retourner. Il stoppe la dernière balle avec deux doigts et la regarde. Puis, il se retourne et voit le jeune policier qui prend peur et fuit en lâchant son arme. En haussant les épaules, il lance la balle qui transperce le cœur du fuyard et qui s'effondre à cinquante mètres de Kaly, sans un cri.

En voyant toute cette destruction, cette violence rare, ce cataclysme, Kaly commence à ressentir des douleurs plus fortes au niveau de la poitrine. Une petite veine se dessine sur le crâne de la Dame Déchue qui voit le Mal grandir dans ces deux mondes. Ensuite, d'autres personnes tentent de s'enfuir en se dégageant des décombres, parfois des parents avec leurs enfants. Sans même hésiter, Nephomet décide de s'entraîner au tir à la foudre. Il tue trois personnes avant de s'en prendre à une mère de famille qui veut protéger son fils en voyant l'aura sombre qu'il dégage. Au moment où l'éclair jaillit de la main pour frapper l'enfant, on entend un hurlement si sonore suivi d'une puissante détonation.

- Oh non non non … Ce n'est pas comme ça que je voyais la suite des événements, dit Nephomet avec une voix agacée très sarcastique.
- Ça suffit !, dit Kaly en se tenant face à Nephomet.

L'intervention de Kaly stoppe les trois lieutenants dans leur élan de violence, les poussant à se regrouper face au petit groupe. Les quatre démons font face à Kaly, qui a figé l'éclair juste avant qu'il ne touche la personne qui était ciblée. Kaly a sa lance dans la main et elle commence à scintiller, preuve de son énervement. Elle ne dit rien et un air très sérieux se dégage de son visage. Les douze personnes se tiennent face aux quatre démons dans une ambiance plus que tendue.

- Je suis étonné de vous voir aussi tôt, dit Nephomet. Je dois avouer que le sort que vous avez jeté était très puissant.
- Pourquoi ?, dit Kaly. Pourquoi est-ce que vous en êtes arrivés là ?
- De quoi ? Tout ça ? Je ne vois pas en quoi tout cela est effrayant.
- Ôter la vie d'un être vivant innocent est un crime en soi. Et vous, vous êtes en train de prendre un malin plaisir à terroriser cette ville. Je ressens la tristesse en chaque personne terrifiée, agressée, blessée au milieu de son espace de vie. Je ressens aussi la douleur des âmes des personnes qui ont perdu la vie. Ni rien ni personne ne peut accepter ce que vous venez de faire ici.

Sa voix est à la limite du monotone et une larme apparaît sur le coin de l'œil gauche. Elle fait surtout sourire ses quatre adversaires. Elle parle froidement, mais on se rend compte qu'elle est sous le coup d'une émotion très intense. C'est limite si elle est sur le point de craquer nerveusement et d'avoir recours à un sort de magie si puissante que les effets sur la ville et ses habitants seraient très mauvais. Après quelques secondes de confrontation les yeux dans les yeux, la personne la plus effroyable de toute l'histoire de l'Endlenda répond :

- Que sais-tu de la mort et de la souffrance, Kaly ? C'est elle qui permet de purifier la vie de ses impuretés, comme ça … hop !, dit Nephomet en faisant un mouvement de la main.
- Mais pourquoi ici ?
- Je vous l'ai expliqué. Je veux contrôler l'Endlenda et ce … monde sous-développé, faire en sorte que chaque être vivant soit débarrassé de ces maux qui pourrissent son existence afin de la rendre plus vivable. Et pourquoi est-ce que nous avons opéré quelques actions dans ce monde ? Parce que la destruction permettra d'opérer une renaissance. Nous allons détruire ces piliers de la douleur pour façonner ce monde comme il se doit, comme notre destinée nous l'a indiquée.
- Le refaire selon tes idéaux ?
- Les miens, ceux de mes trois élèves mais aussi selon ceux de chaque habitant qui décidera de se rallier à nous.
- Parce que vous pensez que les habitants de ce monde vont vous accepter après ce que vous venez de faire ?
- Depuis que nous avons été battus lors de cette Guerre il y a des lunes, dit Eyazon, nous avons toujours voulu prendre notre revanche sur Elhahr et l'Endlenda. Pendant tout ce temps, nous avons fait de nombreux allers-retours dans ce monde pour découvrir cette société et suivre son évolution.
- Et je dois dire que nous avons été très déçus, continue Dilvolg. Très déçus de voir que l'humanité est en dessous de tout ce que nous avons pu imaginer. Ce monde est pourri jusqu'à ses fondements. La mort et la souffrance sont présentes mais il n'y a aucune évolution telle que notre maître la voit.
- Tout ce que votre humanité a entrepris depuis sa création n'a constitué qu'en une vaste glissade vers un déclin certain et funeste. La civilisation des hommes n'a sans doute plus lieu d'être et c'est pour ça que nous intervenons. L'homme est une créature qui n'est douée d'aucune faculté si ce n'est que de faire le mal autour d'elle.

Nephomet écarte les bras et un large sourire se dessine sur son visage. Ses trois disciples semblent avoir résumé le gros de sa pensée. En entendant cela, n'importe qui se sentirait offusqué et là, les Disques de Duel s'allument simultanément, un peu comme si des policiers braqueraient leurs armes chargées sur de dangereux malfaiteurs.

- Je rectifie ce que Andralon a dit, reprend Nephomet. Il y a quand même une chose qui reflète une certaine marque d'imagination chez vous : les Duels de monstres. Je dois avouer que je suis épaté par le potentiel que cela peut représenter. Mes disciples et moi-mêmes décidons que le Duel sera le vecteur de notre message de renaissance. Chaque personne qui aura décidé de nous rejoindre nous aidera dans notre quête de ce monde nouveau. Nous remplacerons vos armées pathétiques par des corps de Duellistes d'élite … comme vous, jeunes gens.

Voyant l'incompréhension qui gagne de plus en plus les esprits des Flame Charmer et des Aces, Nephomet soupire et réexplique plus précisément le fond de sa pensée.

- Je vous dis que si vous nous rejoignez maintenant, vous pourriez accéder à tout ce dont vous avez rêvé. Je pourrai accéder à la moindre de vos requêtes … même les plus secrètes.

Et là, une brume obscure envahit Nephomet. Ce dernier se déplace jusqu'au groupe de Duellistes. Tous sont prêts à dégainer leurs cartes, tel un règlement de compte dans le Far West. La voix de Nephomet atteint une tonalité aiguë, limite stridente. Sa main passe près du visage de Kaly, qui n'ose pas bouger en guise de réponse. Eyazon, Dilvolg et Andralon jettent tous les trois un sort qui permet de bloquer les mouvements adverses, le temps pour leur maître de s'amuser un peu avec ses adversaires.

- Je peux lire dans vos simples petits esprits de mortel. Commençons par toi, dit-il en se dressant face à Sean. … Tu as eu une vie faite d'aventures … tu as affronté les meilleurs du monde … et là, tu aimerais juste une maison pour couler des jours heureux … Je peux te l'offrir cette maison. Tu pourrais vivre sur les flancs de la plus belle montagne que tu puisses trouver … Et je suis celui qui peux réaliser ton rêve. N'aie crainte. Ton bonheur est également le mien.

Sean est très troublé par ce que le Démon vient de lui dire. C'est exactement ce que le membre le plus expérimenté des Flame Charmer a pour rêve. Il a toujours dit qu'il voudrait tout laisser tomber, les Duels de compétition, l'hôtel Saint-John, le tumulte des villes, etc. pour s'établir paisiblement sur le flanc d'une montagne, d'où il pourrait contempler les beautés du paysage. En entendant l'expression "réaliser ton rêve", Sean Myfrek se met à réfléchir.

- Passons à vous deux, reprend le Démon en se tenant derrière Jeff et Kylie. Je vois que vous vous aimez d'un amour qui semble véritable. C'est une très belle chose. Mais … je sens votre peur la plus profonde … Vous craignez simplement de ne pas pouvoir être là l'un pour l'autre … Je peux remédier à cela. Il vous suffirait de venir avec moi et je vous garantirai une vie éternelle, où vous seriez ensemble à jamais. N'est-ce pas quelque chose qui se refuse ?

C'est au tour du couple de devenir dubitatif devant la proposition qui leur est faite. Depuis qu'ils se sont déclarés l'un à l'autre sur les pentes du Mont Snoreos, leur principal intérêt commun est de vouloir vivre ensemble. Et là, comme pour Sean, Nephomet lit dans les pensées de Jeff et Kylie pour exploiter ce qu'il estime être des faiblesses. C'est en s'appuyant sur la corde sensible de chacun qu'il arrivera à les soudoyer et à les amener exactement où il veut.

- Et vous, jeune demoiselle, dit-il à Alicia, vous avez une envie très secrète ?

Il s'arrêter juste devant la jeune Saint-John. Celle-ci commence à perdre son calme et la panique commence à la gagner. Elle a envie de réagir mais elle s'en sent incapable, la plongeant dans l'impuissance la plus néfaste. Alicia tente alors de fermer ses pensées à Nephomet mais …

- Impossible de me résister, reprend le Démon. Tes pensées me sont dévoilées aussi facilement que les pages d'un livre. Je peux voir tout ce que tu as vécu depuis ta naissance. Et j'ai accès au moindre de tes rêves. Je vois un désir profond … tu aimerais qu'il te remarque plus. Et tu sais bien que je peux faire en sorte que ton rêve se réalise.

Alicia est un peu perplexe. Elle aussi se met à être de plus en plus dubitative face aux mots charmeurs et séduisants de Nephomet. Si ses pensées seraient en passe d'être réalisées, alors elle pourrait enfin être heureuse. "Et si ce qu'il disait est vrai ?, se dit-elle. Ma vie en serait sans doute meilleure. Mais est-ce qu'il aura aussi les mêmes rêves que moi ?". Cela fait étrangement sourire le Démon.

- Oui, tu te poses des questions sur la véracité de mes propositions, dit-il en souriant un peu. Tes amis se posent également des questions. Vous croyez que je suis en mesure de vous tromper rien qu'avec des mots. Je n'ai qu'une seule réponse, c'est non. Je ne peux pas mentir sur la réalisation de vos rêves. Si je vous propose de réaliser vos rêves, c'est que moi et moi seul suis en mesure de vous aider à accomplir votre destinée. Et je suis sûr que vos amis ici présents ont des désirs cachés au plus profond d'eux-mêmes.

Il se tourne vers Nejma et Veneko et là, malgré la présence des médaillons et des guides, quelque chose d'étrange se produit.

- Je sais que vous aimeriez être plus proches de vos parents, les enfants, dit-il. Et je sais ce que vous vous dites, tout comme vos deux guides. Vous êtes en train de vous demander pourquoi vos médaillons ne ferment pas la porte de vos esprits. En fait, je n'ai effectivement pas la possibilité de lire les pensées mais Andralon s'est chargé de le faire pour moi. Il en a appris beaucoup en vous invitant à dîner, et ça, c'est tout ce qu'il y a de plus fantastique.

Nejma et Veneko sont perplexes aussi. C'est vrai que leurs parents n'ont pas tellement été là pour eux. Étant les aînés d'une fratrie plutôt grande, ils ont vite été en quelque sorte délaissés. De plus, comme ils appartiennent à une catégorie de la société très haute, l'encadrement qu'ils ont reçu a été strict et sévère, les poussant à vouloir avoir un peu de temps avec leurs parents. Nephomet regarde alors Dan et là, l'évidence est plus que claire.

- Il me reste encore un humain à sonder …, dit-il. Mais c'est encore plus simple de voir ce que tu voudrais, mon cher ami, Dan Lotyuwi. Tu veux simplement revoir ceux qui t'ont quitté. Yusuke, Akiyo et Shizuka … tous les trois aimeraient énormément te revoir et je sais pertinemment que tu voudrais les revoir plus vivants que jamais. Crois-moi Dan, je connais les fondements de la nécromancie et …
- Pas un mot de plus !, hurle Kaly.

Spoiler:
L'Elfe stoppe les lectures spirituelles de son Némésis. Ce dernier recule instinctivement comme s'il en était effrayé. Tout le petit groupe est alors libre de bouger comme ils le veulent. Les propositions complètement surdimensionnées de Nephomet ont eu le mérite d'agacer la jeune Elfe à un niveau assez élevé. Ça doit être le fait qu'il ait parlé de faire revenir les morts à la vie qui l'a poussée à l'interrompre.

- Tu es une affreuse créature, Nephomet. C'est pour ça que les Sages d'Endlenda t'ont refusé d'être présent au Conseil. Cesse donc de bonimenter, tu me rends vraiment malade.
- Honnêtement, je m'en fiche totalement. À la limite, c'est ce qu'il m'a été le plus facile à laisser de côté. J'ai détruit le Conseil par pure vengeance. Je me suis occupé du Palais et je dois dire que nous avons été de vrais … comment dit-on cela chez vous ? Une …
- Une équipe de démolisseurs, dit Andralon.
- Voilà, des démolisseurs, reprend Nephomet. Et quant à mes talents de nécromancie, je dois dire que c'est quelque chose que vous aimeriez également avoir. L'apprendre a toujours été formellement interdit par les lois d'Endlenda mais depuis une petite centaine d'années, cette pensée a regagné en intérêt à vos yeux. Ne serait-ce pas à cause du décès de cette chère Gythè ?

Nephomet parle avec une telle aisance et avec une telle gestuelle qu'on croirait qu'il est en train d'hypnotiser son auditoire avec ses mots. Ceux-ci, à partir de sa bouche, deviennent une arme qui lui octroie la capacité d'asservir l'esprit de son adversaire pour ensuite le manipuler et l'obliger à se remettre en question. En outre, le regard joue énormément dans le côté persuasif. En ce qui concerne plus précisément le cas de Kaly, le fait que Nephomet soit sous l'apparence d'Elhahr est un facteur qui peut expliquer l'énervement de la Dame Déchue du Palais.

- Ça suffit !!!, hurle-t-elle, les iris de ses yeux tournant vers le jaune scintillant. Je suis exaspérée devant ce sombre et sale serpent sournois et vicieux, qui siffle ses mots sentant le vice, paraissant délicieux aux oreilles de mes amis. Vous n'êtes qu'un triste menteur éhonté, qui ressemble à ce mythe humain qu'est Faust.

Nephomet recule encore mais ne répond pas. Kaly s'adresse alors à ses camarades avec une voix très solennelle, qui arrive même à déstabiliser Senji, pour le moment plutôt calme – ce qui est toujours un risque –.

- Ne cédez pas à cette tentation qui vous est soumise. Nephomet n'agit que dans son intérêt. S'il vous propose de réaliser ces rêves qui vous sont chers, c'est uniquement pour pouvoir vous contrôler pour mieux se débarrasser de vous.
- Attends un peu, dit Alicia. Ne crois-tu pas qu'il essaye de se montrer sincère ? Peut-être que nos rêves peuvent se réaliser ?
- Alicia …, soupire Dan, ne te voile pas la face. Tu sais que chacun d'entre nous ne peut pas forcément réaliser tout ce qu'il voudrait tout au court de sa vie. Parfois, on est obligé de laisser certaines choses de côté.
- Que veux-tu dire par là ?
- Ce que je veux dire, c'est que je veux effectivement revoir mes parents et Shizuka, faire en sorte qu'ils aient toujours été là physiquement et non dans des souvenirs. Mais si Shizuka a pu m'apprendre une chose de façon posthume, c'est qu'il est inutile de faire revivre les morts. Même si mon désir le plus cher aurait été de lui dire au revoir dans les règles de l'art, je ne peux m'empêcher de penser que la magie ne servirait à rien. Elle n'appartient plus à ce monde …
- Que c'est émouvant, de la part d'une petite chose sensible, ricane Nephomet.
- Tu ne me fais pas peur.
- Que tu crois … mais je ne pense pas que ce soit le moment propice pour régler nos différends. Patiente encore un peu mon cher.

Sur ces mots, Nephomet et ses quatre acolytes s'envolent dans le ciel, pour se dresser au niveau de la plus haute tout d'Akinokuwa, un building de cent mètres de haut qui est équipé d'un relais d'antenne satellite pour la télévision. Kaly est totalement impuissante et n'arrive même pas à réagir. C'est la première fois que ça lui arrive mais en même temps, il lui est impossible de s'en prendre directement à Nephomet car elle voit toujours en lui l'image de son frère Elhahr, protecteur de Kaly depuis des centaines d'années.

- Chers habitants de ce monde, dit Nephomet en amplifiant le son et la portée de sa voix, je me présente. Je suis le Seigneur Nephomet d'Endlenda et votre futur maître. Mon ambition est de faire de cet endroit un monde plus vivable pour chaque être vivant. Et la lumière que je vous apporterai me permettra de m'élever comme votre future divinité. Cependant, je ne peux encore m'emparer de votre monde dans l'immédiat. Je sais que je vais devoir me heurter à des résistances.

Là-dessus, Nephomet marque un petit temps d'arrêt avant de reprendre le fil de son appel au monde :

- Oui, vous pouvez vous demander pourquoi je ne m'empare pas de ce monde. J'ai déjà mis la main sur l'Endlenda, mon monde à moi. Mais j'ai besoin de mon armée pour faire plier les bastions de résistance qui m'empêche de vous faire rencontrer la divine lumière de la vérité. Seule celle-ci vous permettra de vivre dans une liberté totale. Tous, vous apprendrez à me respecter, à croire en moi, à me vénérer. Mon armée arrivera dans votre monde dans une journée selon le calendrier de mon monde, ce qui équivaut à sept de vos jours humains. Lorsque minuit sonnera au septième de ces jours, je serai celui qui vaincra le mal qui pourrit ce monde si merveilleux. À présent, mes futurs fidèles et loyaux sujets, je vous laisse faire le saint décompte avant votre renaissance spirituelle.

Une énorme détonation survient, manquant d'exploser les paraboles, et les quatre Démons ont totalement disparus. Kaly est légèrement déprimée en ayant assisté à tout cela sans pouvoir répliquer. C'est dans ces moments si rares qu'elle se rend compte qu'il y a certaines choses qui sont capable de la déstabiliser. Puis, tout le monde regarde autour d'eux et la façon dont le premier passage des Démons a été révélateur de l'immense menace qu'ils représentent pour l'humanité.

Des bâtiments en ruines, des flammes géantes qui comburent encore des parties de gratte-ciels et des véhicules, des corps meurtris … c'est un spectacle consternant et catastrophique qui se présente à tout ce groupe. L'hôtel Saint-John a également été touché par l'attaque, avec plusieurs trous dans la façade avant, et des chambres entières qui ont été explosées. En voyant cela, Alicia ne peut s'empêcher d'être triste. Mais ce n'est rien en comparaison de la détresse de la Dame Akinokuwa, suppliciée par quatre affreuses créatures. Les quatre Démons de l'Apocalypse sont venus en reconnaissance du monde dans lequel ils s'apprêtent à envahir.

Quelques minutes plus tard, Kaly reprend enfin ses esprits et décide alors d'éteindre les flammes bleues d'un geste de la main. Cela a provoqué une sorte d'absorption du dioxygène qui a réduit le brasier à néant. Elle sait qu'elle pourrait réparer intégralement les dégâts matériels mais quelque chose semble l'en empêcher. Juste après avoir mis fin à l'incendie, Kaly tombe à genoux, et frappe le sol de son poing en disant :

- Ignobles monstres ! Soyez damnés pour l'éternité ! Je ne vous laisserai pas détruire ce monde !

Des larmes commencent à perler sur les joues de la Dame Déchue du Palais. C'est Senji qui tente de la réconforter, action qu'il n'a pratiquement jamais fait auparavant. Il sait que le seul qui soit réellement capable de faire sécher ces larmes est un Elfe du nom d'Elhahr, mais que ce dernier est porté disparu depuis qu'il a été battu par les lieutenants de Nephomet dans le temple de Tihyliza. Elle continue à laisser échapper sa peine et à les maudire devant tout le reste du groupe. Dan finit par l'aider à la relever et tous voient les enfants qui sortent de l'hôtel, apeurés. Ils vont tous se réfugier dans les bras des Aces et des Flame Charmer. Senji recule un peu en voyant les dix petites personnes arriver comme des fusées.

Ils ont l'air surpris de ne voir ni Mina ni Warren ni Shizuka, parce que c'était cette dernière qui devait les récupérer à l'hôtel juste après son retour d'Endlenda. Tous les regards enfantins se tournent vers Dan et ce dernier plonge de nouveau dans un état dépressif. Il n'en faut pas plus pour qu'ils comprennent qu'il lui est arrivé quelque chose d'affreux. Dan décide alors de rentrer chez lui, sans même tenir compte de l'avis des autres. Nejma veut lui parler mais Kaly intervient alors en lui faisant un signe négatif de la main. "Laissons-le pour le moment. Il ira mieux plus tard.", ajoute-t-elle avant de penser de suite à ce qu'il va se passer dans les sept prochains jours.

En Endlenda, pendant que Nephomet et ses trois "hommes de main" sont en train de montrer au monde des hommes leur puissance colossale, une personne est étendue sur le sol glacé, dans un état relevant de l'inconscience prolongée. Quelques minutes après avoir ressenti l'onde de lumière projetée par Kaly sur le sol des ruines, une sorte d'électrochoc survient dans l'esprit de cette personne. Ses paupières violacées se mettent à bouger, tout comme le bout des doigts ensanglantés et avec quelques égratignures. Puis, une paire d'yeux bleus pâle finissent par être dévoilés. Une douce voix masculine résonne alors dans une espèce de petite salle :

- Où … où suis-je ?

Il se retourne, les yeux fixant quelque chose d'obscur, sans doute un plafond. En effet, une sorte de porte avec une toute petite grille se dresse juste à côté de lui. La salle est entièrement plongée dans l'obscurité, même si une faible lueur rougeâtre apparaît à travers cette grille. La personne se relève et tâte un peu autour de lui, sans rien trouver. Il claque alors des doigts et une faible boule de lumière bleue apparaît au milieu de la toute petite salle dans laquelle ce personnage se trouve.

- Même sa cellule de Lietas est plus grande que ce … placard, dit-il en se levant.

Sans même réfléchir à ce qu'il fait, il fait sortir la porte en acier renforcé de ses gonds. Peut-être que l'endroit où il se trouve est protégé par une puissante magie mais au vu de ce qu'il vient de faire, ce n'est sûrement pas le cas. Quelques pas plus tard, tout en se tenant aux murs, la mystérieuse personne finit par arriver dehors, non loin d'un volcan d'où prennent place de vaste torrents de lave en fusion. La chaleur devient de plus en plus étouffante, encore plus que dans cette espèce de cellule plongée dans le noir. Cet Elfe regarde autour de lui et fait une sorte de petit constat. "Je dois dire que j'ai dû faire quelques erreurs monumentales pour me retrouver dans cette situation.", se dit-il avant de constater qu'il se trouve sur un mini-îlot entouré par la lave. Il finit par déployer trois paires d'ailes et s'envole jusqu'à se retrouver quelques centaines de mètres plus loin, sur le flanc d'une montagne, avant de voir le reste de l'îlot être submergé par la lave, et par la même occasion, ce qui devait être sa geôle.

Là, il enlève son manteau rouge et doré, en lambeaux, et époussette le reste de sa tunique. Avec un petit mouvement de la main de haut en bas, il fait apparaître ce qui ressemble à un grand miroir. Miroir dans lequel il constate que son visage et une partie de son torse et ses bras sont couverts de plaies dont certaines ont encore un peu de mal à cicatriser.

- Quelle tristesse de voir une telle violence sur le corps d'un Elfe de haut rang …

En moins d'une seconde, il fait un autre mouvement de la main sur chaque endroit endolori et une étrange sensation de douceur et de chaleur s'empare de son corps. Les plaies et la douleur disparaissent d'elles-mêmes. Puis, il regarde tout autour de lui et n'a aucun doute sur ce qu'il s'est passé rien qu'en regardant le ciel. Il se rend compte que le Palais, l'endroit le plus sûr pour un Elfe, a été détruit et qu'il n'y a plus aucun frein au retour des Démons dans ce monde. "Je dois me rendre dans le monde des hommes pour voir si rien n'est perdu … Il faut que j'affronte mon frère … Elhahr n'est pas encore mort.", pense-t-il avant de se mettre à méditer, assis sur une grosse pierre. Quelques minutes plus tard et il commence à scintiller d'une lumière bleue intense, avant de se remettre debout et de faire apparaître de nouveau son inséparable épée flamberge.

- Allez, il est temps de s'amuser un petit peu, dit-il en souriant juste avant de claquer des doigts pour se téléporter autre part.

Il finit par arriver dans la forêt de Keliyith, et plus précisément juste devant le lac. Il aperçoit une empreinte de pas, quelques arbres couchés et des impacts sur certains troncs. Il ne lui en faut pas plus pour savoir qu'il y a dû avoir un sacré combat dans cette forêt entre deux personnes. En posant sa main sur un de ces impacts, un éclair lui traverse l'esprit et des images apparaissent dans son esprit. Il y voit l'identité des deux personnes qui se sont battues et le moins que l'on puisse dire, c'est que cela le fait beaucoup rire. "Je n'arrive pas à croire que Senji s'est réfugié dans cet endroit et qu'il s'est battu contre Dan … J'aurais vraiment voulu assister à cela". Mais ce n'est pas ce qui lui importe le plus. Il se tient devant le lac et plonge dans l'eau, tout habillé et avec son épée. Il nage jusqu'à atteindre le point le plus profond du lac.

Quelque chose apparaît lorsqu'il fait de nouveau apparaître sa petite boule de lumière pour éclairer cet endroit sombre. Il se trouve quand même à une petite cinquantaine de mètres de profondeur et il respire normalement. Au niveau de son visage, il y a une espèce d'énorme bulle d'oxygène qui recouvre le nez, la bouche et les oreilles. Et cette petite lumière a mis en exergue une sorte de petite caverne. Elhahr nage alors jusqu'à arriver dans une sorte de grande salle cachée sous la forêt. C'est quelque chose d'assez étrange à essayer de comprendre et même le plus avisé et le plus objectif des hommes serait incapable de comprendre pourquoi un Elfe aurait creusé une caverne dans un lac au beau milieu d'une forêt.

Là, Elhahr sort de l'eau et allume des torches dans toute la salle. Une fois la lumière apparue, on se rend compte qu'il n'y a que lui pour avoir ce genre d'idées. Une bibliothèque remplie de livres de magie, des armes en tout genre, des espèces de mannequins, une table avec un petit coffret se tiennent devant le désormais ancien Seigneur du Palais d'Endlenda. Et l'élément qui permet de voir que cet endroit est une œuvre d'Elhahr, c'est un portrait accroché sur le mur. Ce portrait représente feu son épouse, Dame Gythè, peinte comme sur le tableau de Boucher représentant la Pompadour. Il faut savoir que Elhahr et Gythè adoraient passer du temps au château de Versailles pendant les règnes de Louis XIV et Louis XV. Et Elhahr a eu l'idée de peindre son épouse de la même manière que la Marquise.

Il reste quelques secondes devant ce grand portrait avant de commencer à se remettre en forme. Son objectif est de vouloir affronter les Démons une dernière fois, dans l'optique d'une revanche après avoir été vaincu par Eyazon dans les Temples Obscurs. "Cette fois, je vais avoir l'insigne honneur de me battre au maximum de ma puissance.", dit-il avant de fermer les yeux et de se battre contre les mannequins qu'il anime par un simple clignement des yeux. Il reprend ses schémas d'entraînement traditionnels tout en ne retenant aucun de ses coups. Il ne lui faudra que quelques heures avant d'atteindre son potentiel maximal avant de se rendre dans le monde des hommes pour affronter le démon d'un autre monde...


avatar
Messages : 1062
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le Démon d'un autre monde

le Lun 3 Sep - 11:16
Parce que c'est la rentrée, que j'ai envie de bosser un peu...

Arc V - La Guerre des Deux Mondes

Chapitre 68 - For Whom The Bell Tolls...

Spoiler:
Le compte à rebours a été lancé par les Démons et la ville d'Akinokuwa sait qu'elle n'a plus que sept jours à vivre avant de connaître une fin sans doute funeste. Le groupe de Kaly est revenu au 26, Kamen Street, en compagnie des enfants récupérés à l'hôtel Saint-John. La Dame Déchue du Palais a dû leur expliquer ce qui s'est passé concernant Warren, Mina et enfin Shizuka, ce qui a contraint les jumeaux et les Flame Charmer à procéder à une séance de consolation, empreinte d'une immense tristesse pour tous, et en particulier pour Dan. Ce dernier est également devenu totalement amorphe depuis qu'ils sont revenus et que Nephomet ait refusé son défi une seconde fois. Les enfants essayent quand même de serrer Dan dans leur bras mais il paraît totalement à côté de la plaque. Le premier jour de ce décompte débute alors.

Tout le monde se trouve dans le salon et Senji se trouve un peu mal à l'aise dans un fauteuil. Même s'il en a déjà vu au Palais, il ne s'est jamais assis dedans. Il ressemble vraiment à un enfant qui découvrirait le monde et qui en aurait peur. Lui qui a vécu des années dans une prison se trouve à présent dans une maison confortable. Kaly essaye un peu de le calmer avant de se mettre à exposer ses plans.

- Je suis désolé ma Dame … mais cet endroit me dérange. Ma cellule à Lietas était plus agréable que ça.
- Bon maintenant, tu vas me laisser parler et tu me demanderas la permission pour t'exprimer, dit-elle en jetant un petit sort qui suffit à immobiliser Senji.
- Maintenant, nous devons nous préparer pour cette guerre contre les Démons. Il nous reste encore sept de vos jours terrestres pour nous préparer.
- Mais comment devons-nous faire ?, demande Veneko. Nephomet a dit qu'il ramènerait son armée pour envahir notre monde.
- Nous allons devoir nous battre contre tout ça ?, s'étonne Nejma. Mais c'est encore pire que ce que nous avons vu dans ces ruines.
- Justement, dit Kaly, nous ne pouvons empêcher les Démons d'arriver ici. Il nous est impossible de faire autrement …
- Donc ?
- Nous allons devoir nous battre dans Akinokuwa, dit l'Elfe, de marbre.

Là, c'est au-delà de ce que tout les autres peuvent espérer. Faire de leur ville un immense champ de bataille pour tenter de repousser les ténèbres et les renvoyer dans les abîmes, c'était bien la chose la plus simple, la plus évidente et la plus effroyable à leurs yeux. Cela signifierait qu'il leur faut se battre avec toute leur âme et toute leur détermination. Les combats à la fois dans les ruines et dans le centre-ville d'Akinokuwa n'a servi que de prélude à ce qui serait un troisième et dernier combat contre les ténèbres. La perspective de se battre contre les lieutenants de Nephomet angoisse de plus en plus Veneko qui recommence à pâlir, attirant le regard inquiet de sa sœur :

- Ne me dis pas que tu as peur ?
- Qui n'aurait pas peur dans ce genre de moments ?, répond ce dernier.
- Senji, dit Leo qui se tient à côté de lui.
- Je parle d'être humain, Leo, reprend le jeune Duelliste. Je n'ai pas souvenir d'avoir été aussi inutile de toute ma vie. Quand je me regarde dans un miroir, il n'y a rien d'autre qu'un grand perdant, incapable de se prendre en main pour faire quelque chose de constructif de ses dix doigts …
- Arrête de te sous-estimer Veneko, dit Nejma.
- Merci mais je veux quand même aller faire le point dans ma chambre … tout seul, dit-il en se levant, sous les yeux plus qu'inquiets de Nejma.

Une fois que Veneko a refermé la porte de sa chambre, un peu violemment mais sans trop s'en rendre compte, Nejma se rassied dans le canapé et se tient la tête dans les mains. Elle laisse échapper un large soupir, malgré la tentative de Virgo pour la réconforter. Il semble qu'elle lui murmure quelques mots mais personne n'arrive à les comprendre dans leur intégralité. En voyant cela, Kaly pose ses mains sur ses hanches et un air un peu contrarié s'affiche sur son visage. Son esprit commence à être vite agacé de cette lassitude et de la tristesse qui gagne petit à petit la totalité des personnes sous ce toit. Elle dit alors avec une voix très autoritaire :

- Je commence à en avoir marre de ce piteux état dans lequel vous baignez depuis notre retour d'Endlenda. N'avez-vous donc rien retenu de ce que je vous ai dit tout à l'heure ? Il faut que vous mettiez de côté vos tourments pour vous concentrer sur cette lutte contre les Démons. Au cas où cela vous aurait échappé, le temps nous est compté ! Dans exactement sept jours, ce sera au tour de votre monde de sombrer dans les flammes des ténèbres. Et vous êtes encore capable de faire quelque chose pour remédier à cette menace venue d'un autre monde !

Les regards sont pointés en direction de la jeune Elfe qui n'y prête aucune attention. Elle continue de parler comme si de rien n'était. Senji la contemple attentivement pendant cette allocution et cette situation lui rappelle quelque chose. "Je le revois dans ces paroles …" pense-t-il.

- Si vous passez vos sept derniers jours de liberté à déprimer, alors considérez que Nephomet a déjà gagné … Rendre les armes n'est et n'a jamais été une solution viable, que ce soit en Endlenda ou même ici. J'ai étudié l'histoire de ce monde et les très nombreuses guerres qui ont secoué cette terre. Quel est le point commun de la majeure partie des généraux et des soldats qui se retrouvaient à risquer leur vie ? Ils n'ont jamais renoncé, allant jusqu'à se sacrifier, armes à la main …

Personne n'ose répondre au nez et à la barbe de Kaly, comme si ses mots étaient des chaînes paralysant les destinataires de ce petit discours. D'ailleurs, l'Elfe se met à regarder autour d'elle et décide alors de sortir une sorte d'argument d'autorité.

- Souvenez-vous de Shizuka lors de son Duel … Elle s'est retrouvée exposée à une attaque de Deadroot, le genre d'attaque où en sortir vivant tient du miracle … Son compteur de Points de Vie a baissé, baissé, baissé mais jamais elle n'a abandonné. Jusqu'au bout, elle s'est battue et elle est restée vaillante. Voyez ce que vous devez faire : vous relever, vous préparer et surtout, vous concentrer. Jamais vous ne pourrez prétendre être en mesure de battre un Démon avec cet air pathétique que vous affichez depuis une heure. Je sais que vous êtes capable de vous surpasser pour vous battre. Là, tel que vous êtes, je ne retrouve pas les Duellistes qui étaient motivés pour m'accompagner en Endlenda. Si vous n'êtes pas capables de vous extirper de cette condition misérable, alors c'est que vous êtes indignes d'être les meilleurs Duellistes.

Sur ces mots, Kaly sort de la maison pour se rendre dans le jardin, afin de méditer un peu. Elle laisse les Flame Charmer, les enfants, Senji et Nejma en plan dans le salon. Leo et Virgo sont partis la suivre en dehors de la maison. Le doute plane de plus en plus sur Akinokuwa, et l'état d'esprit dépressif de tout le groupe n'aide en rien. Dan et Veneko se sont enfermés dans leur chambre respective. Sept jours ont été comptés et le moins que l'on puisse dire, c'est que les Démons, de là où ils sont, prennent leur pied en voyant ce doute et cette peur qui s'accroît au fil des précieuses secondes qui passent. Le couperet semble alors se rapprocher plus vite que l'on ne le penserait avec cette tristesse très présente.

Les autres personnes présentes dans la maison décident alors d'aller un peu partout. Nejma monte également dans sa chambre, tout comme les enfants. Les Flame Charmer sont dans la cuisine pour préparer quelque chose à manger pour les autres. Il n'y a que Senji qui n'a pas bougé, et encore, il semble s'accommoder au confort du fauteuil sur lequel Kaly l'a installé. Pendant une demi-heure, la maison paraît cruellement vide même avec une quinzaine de individus à l'intérieur. Le vent a commencé à se lever, ce qui ne dérange pas tellement les trois personnes qui continuent leur méditation dehors, sur la terrasse de la maison. Pourtant, quelqu'un agit différemment du calme qui règne.

Dan descend l'escalier et va jusqu'au garage, avant d'en ressortir avec une pelle, des cordes et des piquets, puis se rend dehors. Il marche en direction d'un acer palmatum, plus communément appelé érable palmé ou érable japonais lisse. C'est un magnifique arbre qui avait été planté par Theodore Lotyuwi, l'arrière-grand-père de Dan, en avril 1952, juste après avoir été démobilisé du Corps des Marines des États-Unis. C'était un très grand passionné d'horticulture et a fait planter pas mal d'arbres pour embellir le jardin de cette maison qu'il a fait construire. Et Shizuka adorait cet érable, sous lequel elle adorait se détendre. Dan commence alors à planter les piquets et les relie avec la corde.

Pendant deux heures, le jeune homme creuse un trou parfaitement rectangulaire, faisant deux mètres de long sur un mètre de large et un mètre de profondeur. Il est plutôt énergique dans cet exercice manuel. Comme il est assez fort physiquement, il ne s'épuise pas beaucoup en creusant. Il a retiré son manteau et son T-Shirt et a mis un casque relié à un baladeur. Dans ses oreilles passe des albums des Ramones, de Guns'n'Roses ou encore Radiohead. Il travaille en silence pour être le plus efficace possible. Mais son silence finit par être brisé par deux petites voix fluettes. Dan arrête la musique, abaisse son casque puis reprend son souffle en voyant Rébébé et Joan, accompagnées d'Alicia.

- Qu'est-ce que tu fais ?, demande Joan.

Dan s'agenouille pour se mettre au niveau des deux petites filles, se tenant à la pelle. Son regard est en partie mélancolique, preuve du caractère solennel de son geste. Il n'en faut pas plus à Alicia pour comprendre ce que fait son idole. Mais les enfants ne voient juste qu'un trou creusé par leur protecteur.

- Dan veut faire en sorte que l'âme de Shizuka rejoigne le ciel. Et pour ça, il faut que Dan creuse un trou dans lequel Shizuka pourra dormir éternellement.
- Il ne faut pas pleurer pour ça, dit Rébébé en voulant essuyer une larme sur le coin de l'œil de Dan. C'est beau ce que tu fais.
- Tu es quelqu'un d'exceptionnel …, lui dit Alicia, tandis que Dan se relève avec l'aide des deux enfants. Ça montre à quel point tu tiens à elle pour faire en sorte qu'elle se repose ici.
- Une nuit, nous avions eu l'idée de nous allonger au pied de cet arbre pour regarder une pluie d'étoiles filantes. Et elle m'avait dit qu'elle voudrait rester ici éternellement à regarder les étoiles, car c'était quelque chose qu'elle aimait énormément. Et je veux exaucer son souhait … Je veux qu'elle puisse voir les étoiles sous cet arbre.

Alicia ne répond pas, étant vraiment émue par cette anecdote. Face à elle se trouve cet enfant rongé par la nostalgie et le trépas de celle qu'il vénérait encore et qu'il idolâtrera toujours. De plus, le fait de voir Dan torse nu la pousse à dévier son regard pour ne pas donner l'impression de le reluquer. Bien évidemment, elle en rougit un peu mais met en avant le côté émotion du petit récit de son ami.

- Est-ce qu'on peut t'aider ?, demandent les deux petites filles.

Dan les fixe d'un air un peu hébété, devant l'immense sourire sur ces deux visages adorables. Il réfléchit un petit peu et finit par hocher de la tête. Il leur dit de ramasser des fleurs pour faire un bouquet, le plus beau que l'on puisse imaginer. Pendant plusieurs minutes, Dan continue à creuser sous le regard apathique d'Alicia, auquel le jeune homme ne prête aucune attention. Ce n'est qu'au bout de dix minutes où Kaly arrive, accompagnée du reste du groupe, y compris Veneko et Senji. Tous sont sidérés devant le travail colossal qui est entamé par le jeune homme, qui a déjà réalisé un quart du trou.

- Dan, on a besoin de toi pour se préparer …, dit Nejma.
- Je refuserai tant que Shizuka ne sera pas enterrée, répond ce dernier en continuant à creuser.
- Comment ça ?
- En Endlenda, on aurait érigé un bûcher funéraire, remarque Senji.
- Et je refuse de voir ça, dit Dan. J'ai promis à Shizuka que je lui rendrai les derniers honneurs dus à son rang, et je la mettrai en terre dans le respect de la tradition.

Il s'arrête subitement de creuser lorsqu'il se rend compte qu'une main est posée sur son épaule. Cette main, c'est celle de Veneko, qui le regarde avec un air totalement sérieux, le visage fermé. Les deux amis croisent leur regard et le plus jeune des deux inspire un grand coup avant de dire :

- Est-ce que tu aurais une autre pelle ?

Dan sourit un peu en entendant ces mots. Il contient son rire avant de montrer le garage d'un signe de tête. En voyant cela, Sean, Jeff et Nejma décident alors de se joindre à Dan pour creuser cette sépulture. Sur les trois heures qui suivent, les cinq personnes travaillent avec un certain entrain, tout en ayant à l'esprit le caractère solennel d'un enterrement. Ils creusent sous les yeux d'Alicia, de Kylie et de Kaly, cette dernière tenant les enfants par la main et le bras, et présentant un visage qui oscille entre la tristesse et l'émotion, l'émotion de devoir assister à cette scène. Quant à Senji, il s'est transformé de nouveau en corbeau et s'est posé sur l'érable en question, en penchant un peu la tête sur la droite.

Spoiler:
Une heure et demi plus tard, la tombe est enfin creusée. Les pelleteurs s'asseyent tous pour respirer, constatant l'immense tas de terre. Dan enlève le cordeau et les piquets et va les ranger dans le garage. Vient ensuite une question d'Alicia tout à fait pertinente dans la situation :

- Comment allons-nous faire pour le cercueil ?

Sur le coup, Dan a un peu l'air niais parce qu'il voulait enterrer sa gouvernante, chose noble, mais il n'avait pas prévu de cercueil. Il se gratte l'arrière de la tête en essayant de trouver une réponse. Mais Kaly intervient.

- Ne bougez pas et regardez.

La Dame Déchue du Palais se tient devant le trou qui a été creusé et fait apparaître sa grande lance, qui impressionne déjà les enfants. Elle plante la pointe de son arme sur le sol, à à peine un centimètre de profondeur et murmure quelques mots. La pointe de sa lance se met à scintiller d'une lumière blanche si éclatante, rappelant le dôme qu'elle a fait apparaître dans les ruines juste après le départ de Nephomet pour ce monde. Elle en retire sa lance trois secondes plus tard pour la planter dans le tas de terre et reproduire la même manipulation.

- Son tombeau sera fait de la matière la plus noble qui soit …, dit-elle en retirant sa lance.

Devant tout le monde, le tas de terre est devenu une sorte de petit buffet en marbre. Il fait exactement les mêmes dimensions que le trou qui a été creusé sur la longueur et la largeur. La hauteur est toutefois légèrement plus basse. Ce marbre est également blanc, d'une pureté incroyable et totalement étincelant que l'on pourrait le confondre avec le vide s'il était entouré de neige. Les bords sont polis et reflètent une perfection qui ne peut s'obtenir qu'avec la magie. Cependant, il est extrêmement lourd et seule Kaly est capable de le faire bouger par télékinésie pour qu'il se cale dans le trou. C'est un peu comme si un enfant jouait avec des formes géométriques à placer dans une petite table.

Le jardin du 26, Kamen Street est particulièrement silencieux. Senji a repris sa forme elfique et assiste à tout cela. Dan a été prendre le brancard de la salle de repos et est monté dans la chambre où il l'avait placée, celle dans laquelle sa gouvernante dormait depuis que Yusuke et Akiyo ont disparu. Le jeune homme est le premier à entrer dans la chambre et là, il semble fondre en larmes devant ce qu'il est sur le point de faire. Face à lui, Shizuka donne juste l'impression de dormir paisiblement. Ses mains sont jointes juste au milieu de sa poitrine et ses yeux sont fermés. Le corps n'a pas subi la moindre égratignure et laisse cette impression de somnolence de la part de cette dame qui ne cessera jamais de fasciner celui dont elle s'est occupée. Son Disque de Duel est posé sur la table de chevet et est resté allumé depuis la fin du Duel. Le Deck qu'elle jouait y est chargé et une seule carte est activée. Celle-ci n'est autre que Northwenko, Déesse de la Rédemption. En voyant cela, Dan a une idée. Il prend le Disque de Duel, récupère les cartes du Cimetière et les remet dans le Deck, à l'exception de la carte de monstre Rituel, qu'il place entre les deux mains jointes du cadavre. Il veut ensuite mettre le Disque de Duel au bras gauche mais hésite un peu.

"Et si elle venait à se réveiller ?, se dit-il. Elle serait énervée comme jamais d'avoir été réveillée … Et si tout cela n'était qu'une vaste blague ? Que je me réveillerais dans une seconde ? … mais attends un peu … Qu'est-ce que je suis en train de dire ? Je ne suis pas fou, ni en train de rêver … Elle est bien là et elle ne se réveillera pas. Elle te l'a assuré. Ressaisis-toi, Dan !". Il reprend ses esprits et finit par attacher le Disque de Duel, avant de reculer et de laisser les jumeaux et les Flame Charmer placer le corps gisant sur le brancard, sur lequel deux draps en lin ont été posés. Ils descendent dans ce qui semble être un silence de mort. Pas une musique ni même la Marche Funèbre ne résonnent dans la maison ou dehors. Dan mène le "cortège funéraire", suivi des six porteurs qui lèvent le brancard et le posent sur leur épaule.

Dans le jardin, Kaly se tient aux côtés de Senji et des enfants. Tous sont immensément tristes de voir celle qui les a accueillis sous son toit, certains pleurent, d'autres se retiennent tant qu'ils peuvent lorsque le cortège passe à côté d'eux. Puis, Dan se tient derrière le tombeau et ordonne à ce que le brancard soit posé à terre, puis la déposition du corps. Pour ça, les six porteurs tiennent fermement une partie des draps de lin et le soulèvent pour ensuite le déposer avec une minutie des plus élevée dans le tombeau. Une fois cela fait, Dan constate que le corps n'a pas changé de posture, que la carte de Northwenko est toujours calée entre les deux mains, et que le Disque de Duel est toujours attaché au bras gauche. Elle s'est figée pour devenir une statue. Elle gît dans ce petit caveau de marbre, portant cette tenue toujours immaculée qui constituait l'héritage de sa famille depuis des générations. Ce dernier éclair subi n'a altéré en rien son immense beauté.

Enfin, les porteurs et Dan se mettent à soulever la plaque de marbre qui est censée refermer le caveau. Une fois parfaitement posée, Kaly pointe de nouveau sa lance en direction de cette plaque et quelque chose se grave sur le marbre blanc. Kaly est en train de lire dans l'esprit de Dan et sa lance grave cet épitaphe. Deux minutes plus tard, en lettres gothiques noires, il est possible de lire ceci en kanjis puis en anglais:

Ici repose Shizuka Guzi
1969-2016

Times marches on for whom the bell tolls
And a new day will dawn for those who stand long
And nothing else matters.
I'm buying a stairway to heaven...

Cet épitaphe est composé de quatre extraits de paroles de chansons que Shizuka adorait. Si on les lit hors de leur contexte respectifs, le sens s'apparente à une sorte de petit enseignement. La première, tirée de For Whom The Bell Tolls de Metallica, explique qu'elle a accepté la mort. Le temps lui était compté avec le glas et ce dernier a cessé de sonner lorsqu'elle a expiré. Ensuite, la deuxième phrase, provenant de Stairway to heaven de Led Zeppelin, indique que ceux qui vivent doivent apprendre à faire sans ceux qui sont partis. Les vivants doivent accepter le caractère différent de la vie sans ceux qui leurs sont chers et qui ne sont plus de ce monde. Elle s'adresse un peu à Dan si on y réfléchit bien. La troisième est aussi tirée d'une chanson de Metallica, Nothing Else Matters. Là, Shizuka indique que seul le changement importe. Le souvenir d'une personne disparue perdurera mais le plus important reste le fait que les morts ne pourront revenir à la vie. Ni elle ni personne seront capable de faire quoi que ce soit. La vie continue et c'est tout. Enfin, la dernière mais non la moindre, tirée de Stairway to heaven de Led Zeppelin, concerne plus Shizuka elle-même. Après sa mort, elle dit qu'elle marche sur l'escalier qui la mènera au paradis. Elle tient plus du caprice de la personne enterrée que d'un apophtegme.

Les enfants déposent des bouquets de fleurs, et le silence continue à couvrir cet enterrement. Une légère brise glacée commence à souffler. Puis, une petite lumière violette émane du Deck de Dan, dans la petite pochette attachée à sa taille. Cette petite boule étincelante se pose aux pieds du Duelliste et se matérialise sous les traits du petit Ange Suigin Tou. Elle a toujours son air fermé, presque insensible à toute forme d'émotion. Elle est à peine plus haute que la plus petite des enfants, à savoir Rébébé. Sa tête arrive au niveau des coudes de la fillette. Dan utilise alors une espèce de télépathie pour pouvoir échanger quelques mots avec elle.

- Te revoilà …
- Quelle scène …
- Tu n'avais pas besoin d'apparaître, Suigin Tou, surtout si c'est pour être méprisante.
- Laisse-moi faire ceci pour apaiser les âmes …


Elle lève sa petite main gauche, en mettant en avant l'annulaire sur lequel se trouve un anneau métallique serti d'une rose taillée. Celui-ci prend une teinte violette et une pluie de pétales de fleurs jaillissent de cette bague. Tout le monde regarde aux alentours et contemple cette scène un brin romantique, avec la douce cascade florale, apportant une aura sereine dans les cœurs. Ensuite, Suigin Tou retourne dans le Deck de son propriétaire. Ce dernier est tombé à genoux devant la tombe, en larmes. Le tableau est très sentimental : un enterrement des plus silencieux, un arbre noble qui sert de gardien pour la tombe d'une femme majestueuse, et devant elle, un petit garçon qui dit adieu à celle qui l'a élevé pendant de longues années. Personne n'a voulu prononcer quelques mots ou bien procéder à une laudatio, pensant qu'il vaut mieux garder un silence plutôt que de prononcer des mots qui pourraient être déplacés. Le seul regret de Dan concernant cet enterrement, c'est de ne pas être avec Warren et Mina.

Tous restent encore une petite dizaine de minutes à se recueillir avant de rentrer à l'intérieur de la maison. Là, Dan mange un petit peu, afin de reprendre quelques forces. C'est le moment que choisit Kaly pour s'entretenir avec le jeune homme, qui boit tranquillement une tasse de thé qui a été préparée par Alicia.

- Dan … je sais que les dernières heures ont été éprouvantes pour toi, comme pour tout le monde, mais j'aimerais que tu comprennes que nous avons une bataille à mener contre les auteurs de ces horreurs. Il faut que tu nous aides dans la préparation de ce combat.

Elle est obligée d'attendre que le jeune homme balafré termine sa tasse de thé et pose ses coudes sur la table. Il inspire un grand coup et sa voix devient plus grave.

- Il faudrait donc réunir une armée de Duellistes qui serait en mesure de se battre contre les Démons dans sept jours, soit vendredi prochain. Est-ce que j'ai résumé ta pensée ?
- C'est … c'est très succinct mais dans les grandes lignes, c'est ça.
- Et est-ce que quelqu'un a une idée de comment nous allons procéder pour convoquer cette armée ? Internet serait une solution …
- Nous pourrions vous filmer en train de lancer un appel. Et il faudrait le faire relayer chez les meilleurs Duellistes du monde, dit Alicia.

Il n'en faut pas plus à Dan pour accepter. Si Alicia propose cette idée, c'est en partie parce que son réseau de relations est très développé. Elle fait partie des grands noms du Duel et elle n'aura pas de mal à trouver des personnes qui répondront à cet appel. Son père est également très influent dans le monde du Duel de monstres, étant un des membres du comité d'organisation du Golden Tournament. Dix minutes et un appel à Kito Saint-John plus tard, tout le monde se retrouve dans le salon. Pour l'occasion, Alicia a sorti le caméscope qu'elle garde dans sa voiture. Le jeune homme est assis dans un des canapés. La première chose qu'il a demandé, c'est que tout le monde se place en dehors du champ de la caméra.

- La caméra est prête, tu me fais signe quand tu es prêt toi aussi, dit Alicia.
- Alea jacta est, soupire Dan.
- De quoi ?, demande Veneko.
- C'est du latin, dit Kaly. Ça veut dire "le sort est jeté".
- Vous parlez latin en Endlenda ?, s'intrigue Alicia.
- Elhahr a vécu quelques temps à Rome.
- Allez, on peut y aller, dit Dan d'une voix basse.

Alicia jette un œil plutôt inquiet en direction de Dan, tout en commençant à filmer. Le Duelliste balafré commence par se présenter. Sa voix est pesante mais captivante. Il en vient ensuite à la partie la plus sérieuse de sa petite allocution :

- Aujourd'hui, une ville a été prise pour cible par des êtres malfaisants. Ces êtres … ne sont absolument pas des humains. Croyez-moi ou non mais ce sont de véritables Démons. Leur objectif est de conquérir notre monde et de réduire l'humanité en esclavage. Ils sont passés à l'attaque sur Akinokuwa, étant sans pitié envers de pauvres innocents. Le cœur et l'âme d'Akinokuwa a souffert aujourd'hui.

Il marque un léger temps de pauser pour reprendre son souffle. Cela ne dure pas plus de trois secondes mais il semble très dévasté par cette offensive démoniaque dans le centre-ville d'Akinokuwa. Il reprend ensuite le fil de son discours :

- Une de ces immondes créatures, un Démon du nom de Nephomet, a provoqué l'humanité avec ce crime. Mais il ne compte pas s'arrêter là puisque dans pas moins de sept jours, il reviendra pour conquérir le monde, accompagné de son armée. Est-ce que nous voulons vraiment assister à la fin du monde tel que nous le connaissons ? Je ne suis pas du tout de cet avis. Sept jours ? C'est un laps de temps suffisant pour élaborer un petit comité d'accueil, qu'en dites-vous ? Je suis prêt à parier que vous aussi, vous n'êtes pas du genre à vous faire dicter ce que vous avez à faire. C'est pourquoi j'appelle tous les Duellistes qui se sentent prêts à défendre l'humanité. Venez à Akinokuwa avant le 22 juillet et vous pourrez accomplir quelque chose de grand.

Là, Dan se lève du canapé et allume son Disque de Duel. D'une voix énergique, il se place à une trentaine de centimètres de la caméra.

- Nous renverrons ces infâmes créatures directement dans leurs ténèbres. Ils apprendront que l'être humain n'est pas un vulgaire animal. Le glas funèbre commence à sonner mais exclusivement pour ces Démons …

Sur cette phrase tout à fait encourageante, Dan s'incline en guise de salut et fait discrètement signe à Alicia pour qu'elle coupe la caméra. Une fois l'enregistrement terminé, Dan se laisse tomber dans le canapé et souffle de nouveau. C'est comme si ce qu'il venait de faire lui a aspiré toute son énergie. Le choix de mettre Dan comme seul interlocuteur peut paraître étrange mais étant donné qu'il est devenu extrêmement populaire depuis la finale du Golden Tournament, Alicia savait pertinemment qu'une grande partie des Duellistes serait réceptif à cet appel au monde. Pourtant, cette petite séance cinématographique n'est pas terminée car Kylie a proposé qu'il refasse ce monologue dans plusieurs langues, pour capter encore plus de Duellistes. Et comme Dan est hyperpolyglotte, il décide de reproduire ce qu'il vient de dire en anglais, en espagnol, en français, en russe, en allemand et en arabe. En tout et pour tout, cela dure une heure et demi. Puis, constatant qu'il est déjà minuit, il décide d'aller se coucher tandis que les jumeaux passent un peu de temps dans la salle d'entraînement.

Spoiler:
Senji décide de passer la nuit en corbeau, posté sur l'érable à côté de la tombe de Shizuka. L'Elfe Noir a un sommeil pour le moins plutôt agité, en raison d'innombrables crises de folie et de massacres à l'aveugle. Elhahr a eu vent qu'une nuit, alors qu'il était confiné en haut de sa tour à Lietas, il aurait hurlé si fort que la totalité des gardes de cette tour sont devenus sourds. De plus, ses cris de douleur étaient si effroyables que deux d'entre eux se seraient pendus en compagnie des détenus qui y étaient enfermés. Depuis, la tour ne contenait plus qu'un seul prisonnier, Senji. Et le fait de se métamorphoser l'empêcherait d'avoir à terroriser tout le monde, car l'esprit de la personne sous sa forme humaine s'amoindrit lorsqu'il devient animal. Kaly en a été informé et exige que son ancien maître d'armes passe ses nuit sous cette forme. Kaly s'est endormie dans la chambre de la gouvernante. Leo et Virgo sont repartis dans leur Deck respectif. Tout le groupe est casé, y compris les Flame Charmer qui se sont tous étendus sur les canapés et les fauteuils, alors qu'ils ont un hôtel non loin d'ici. Les enfants, quant à eux, sont tous au second étage, comme d'habitude. La nuit permet au calme de revenir hanter Akinokuwa, laissant apparaître la menace des Démons plus clairement.

Le lendemain, samedi, tout le monde se lève en milieu de matinée. Seul Dan est encore cloîtré dans son lit à neuf heures et demi, lorsque les Flame Charmer et les jumeaux préparent le petit déjeuner pour les enfants. C'est l'occasion pour Kaly d'essayer d'expliquer à Senji en quoi consiste un petit déjeuner, puisque le concept de "petit déjeuner" n'existe pas en Endlenda. Elle dit que la seule chose à retenir, c'est que "les humains passent une grande partie de leur journée à manger". L'Elfe Noir est assis et ce sont les enfants qui montrent les diverses choses à manger. Mais tout ce qu'il ne retient, c'est :

- Je voulais que Kaly m'apporte du pain et de la confiture dans ma cellule, dit-il d'une voix limite rêveuse.
- Comme ça ?, répond la jeune Elfe en lui tendant une tartine.

On croirait voir un couple, surtout qu'ils sont assis l'un à côté de l'autre. Senji a perdu à peu près tout ce qu'il avait pu connaître de la vie civilisée, préférant se tourner vers l'anthropophagisme. Pourtant, il en vient à poser une question aux enfants :

- Là d'où je viens, tout le monde me craint … mais ici, vous n'avez pas cette crainte. Pourquoi n'avez-vous pas peur de moi ?

Tout le monde se regarde et une salve de réponses lui reviennent :

- Tu ne me fais pas peur du tout, dit JM avec un air confiant.
- Ce sont vraiment des petites natures là d'où tu viens, dit Flo en riant.

Les réactions des autres enfants sont similaires, ce qui fait rire Kaly. Pourtant, Senji fronce légèrement les sourcils, ne comprenant pas tellement ce qu'on vient de lui dire. À vrai dire, lui qui a une clairvoyance d'esprit plutôt bien développée, les moments où il apparaît un peu confus sont rares.

- Vous êtes en train de me dire que du haut de vos neuf-dix ans, vous prétendez n'avoir peur de rien … Les enfants de nos jours …
- S'il veut se battre, dit Fab, il va trouver quelqu'un à qui parler.

Senji se met à sourire, et comme à chaque fois qu'il sourit, son visage devient terrifiant. C'est un peu comme les créatures malfaisantes dans les mangas, avec un visage tout à fait déformé par l'expression affichée. Bien évidemment, à la vue de ce visage, tous les enfants prennent peur et se réfugient derrière Kaly, ce qui la fait rire. Au moment où Senji allait se mettre à parler, le téléphone se met à sonner, ce qui le fait sursauter. Nejma se lève pour répondre. Elle en revient une minutes plus tard, le sourire aux lèvres.

- C'était Reizo.
- Reizo Matsuda ? Celui que Dan a affronté lors du tournoi ? Comment il a eu le numéro de Dan ?

Tout le monde se retourne vers Alicia, voulant une petite explication. La jeune femme rit un peu avant de répondre :

- Je plaide coupable. J'ai mis le numéro de téléphone de Dan dans la description de la vidéo.
- Reizo dit qu'il sera là avec ses élèves les plus vaillants, donc on peut espérer du lourd.
- Faudrait noter tout ça quelque part, propose Jeff en terminant son café.

Pendant toute la matinée, les coups de fils se succèdent et chacun répond tour à tour. Près de cent cinquante appels ont été reçus et des noms connus apparaissent sur une liste tenue par Alicia. Elle a l'air très contente de voir que son idée de filmer Dan porte ses fruits. D'ailleurs, elle monte l'escalier pour aller annoncer la nouvelle à l'intéressé. Au moment où elle s'approche de sa porte, elle entend un bruit de sanglot. Sa main, posée sur la poignée de porte, se crispe et cela la brise dans son élan joyeux. Quand elle redescend, elle voit Veneko qui se trouve au téléphone. Le jeune homme semble désemparé et Alicia lui demande :

- Qui c'est ?
- La princesse Klothilde. Elle exige de parler à Dan.
- Il est dans sa chambre et n'a pas l'air d'être disposé à répondre pour le moment.
- Qu'est-ce qu'on fait alors ?, demande Veneko tandis qu'un énorme juron allemand sort du haut-parleur. L'autre bourge ne risque pas de la boucler si elle ne parle pas à Dan.
- Bon, je vais le chercher, dit Kylie qui était assise à côté de Veneko.

Alicia tente alors de dire à Kylie que Dan est actuellement en train de pleurer sans doute la mort de sa gouvernante et qu'il a besoin de laisser couler ses larmes, mais elle en est incapable. Par un heureux miracle, le jeune homme balafré finit par faire acte de présence deux minutes plus tard, Kylie le serrant dans ses bras. Bien évidemment, cela attire l'attention d'Alicia et de Jeff. Dan prend le combiné que tient Veneko tandis que Kylie explique ce qu'elle vient de faire à ses équipiers.

- Je suis entrée et il était allongé sur son lit. Je lui ai demandé s'il pouvait venir. Il s'est levé et m'a serrée dans ses bras, sans dire un mot. Je n'ai pas trop compris pourquoi mais j'ai cru bon d'agir de la sorte. Et ne sois pas jaloux, Jeff …
- Ah mais je n'ai rien dit.

À présent, les trois Flame Charmer et Veneko contemplent Dan s'exprimer en allemand avec Klothilde. Personne d'autre ne comprend ce qu'il se dit entre les deux Duellistes mais Dan est toujours aussi insensible face à la princesse bavaroise. Il parle comme s'il portait toute la misère du monde sur son dos. Sa voix est si froide que même un cadavre serait plus expressif. Il finit par raccrocher et regarde ses observateurs :

- Qu'est-ce qu'il y a ?
- Rien, rien, disent les autres.
- Klothilde a accepté de venir … mais elle voulait que ce soit Warren qui l'accueille à son arrivée ici, elle et une partie de son académie de Duel.
- Elle risque d'être de très bonne humeur alors, plaisante Veneko.
- Cette femme est si agaçante que ça ?, demande Kylie.
- Le jour où tu auras une personne qui te traite de tous les noms pendant cinq minutes sans interruption et dans une langue étrangère …
- Mais tu as compris tout ce qu'elle te disait ? Parce que vu la tête que tu tirais quand tu écoutais, c'était limite si tu faisais exprès de comprendre …
- En fait, je me serais cru dans l'unité du Gunnery Sergeant Hartman tellement tout ce qu'elle me balançait était spontané … mais bon, Hartman était largement plus amusant et convaincant.

Le téléphone sonne de nouveau avant que Nejma ne réponde à Dan. Cette fois-ci, c'est le jeune homme qui répond directement, tandis que la jeune Duelliste pose une question aux Flame Charmer.

- Hartman ? Qui est-ce ?
- Dan te le dira …, répond Kylie.
- À votre avis, qui peut bien appeler ?, demande Alicia.
- Je ne sais pas …, dit Jeff, mais notre liste commence à être remplie.
- Donne-la moi, que je voie un peu.

Tandis que Veneko compte le nombre de personnes qui feront le trajet jusqu'à Akinokuwa, Dan a l'air d'être en très grande conversation avec quelqu'un que les autres ne semblent pas connaître. De plus, il se met à parler en français. La conversation dure en tout et pour tout sept minutes et Dan finit par raccrocher, un demi-sourire sur les lèvres.

- C'était la présidente Miyako Hikari et malheureusement, elle ne pourra pas se joindre à nous … ils ont une affaire qui les préoccupe énormément … Faudra vraiment songer à trouver ce satané nid de créatures psychopathes et le détruire.
- Amusant … on a vraiment l'impression de faire un listing pour un enterrement collectif, raille Veneko, en tenant la liste.
- Ça ne va pas de dire des choses comme ça ?, lui rétorque sa sœur.
- Bah … faut être réaliste, répond son frère. Ce n'est pas comme si on était en train d'établir une liste pour le mariage de Dan avec Alicia.

Il ne dit rien de plus puisque Alicia se charge de le mettre à terre avec une balayette très puissante. Même Dan en est totalement surpris. La "damoiselle" de Dan rougit fortement, tout en essayant de rester calme après avoir entendu cette réplique. Il faut dire que, comme l'idée de filmer Dan venait d'Alicia, la rumeur d'une potentielle liaison amoureuse entre les deux Duellistes n'est pas quelque chose d'impossible, sans oublier le fait qu'Alicia a l'air d'être obsédée par la personne du jeune Lotyuwi, et ce, depuis un certain moment déjà. Leur relation est devenue plus intime en Endlenda, comme en témoigne leur petite promenade main dans la main dans la plaine, ou bien la séance d'entrainements aux arts martiaux dans la tour de Zeist.

Allongé par terre, Veneko regarde un peu le visage de chacun et constate que Dan a l'air plus triste qu'avant. D'ailleurs, ce dernier décide de se promener dans la maison, jusqu'à ce qu'il tombe nez à nez avec deux des enfants, Pluche et Kuma. L'air triste qui se dégage du nouveau maître de maison pousse la petite fille à lui faire un câlin :

- Faut pas être triste, dit-elle.

Dan ne dit rien, sinon rendre le câlin aux deux enfants. Cela aimante les autres enfants qui vont tous entourer le jeune homme pour qu'il les prenne également dans ses bras.

- Dan, dit Kaly, pourquoi n'irais-tu pas passer un peu de temps avec eux ? Je suis sûre que cela te ferait le plus grand bien.

En entendant cela, les dix visages rayonnent de joie, tandis que celui qu'ils entourent est un peu perplexe. Il focalise d'abord son attention sur la Dame Déchue du Palais, qui est adossée à un mur et qui envoie un joli sourire amical à ce dernier. "C'est comme si Shizuka était en train de me parler à cet instant même … Je n'arrive pas à y croire.", se dit-il avant de contempler cette nuée de petites sauterelles toutes guillerettes, qui commencent à insister pour que leur "protecteur" passe quelques heures avec eux. Au bout d'une minute de réflexion, il finit par céder à la pression :

- Le petit peuple a gagné, dit-il avec humour. Qu'est-ce que vous voudriez faire ?
- Qui est-ce que tu traites de petit ?, raille Rébébé.
- Toi parce que tu es minuscule, plaisante Pierre.
- Meh …
- Toi aussi t'es tout petit, dit Lionheart.
- Même pas vrai, je suis plus grand que toi.
- Cessons, dit Trotski d'une voix tout à fait distinguée et qui réussit à faire rire Dan.
- Bon, un cache-cache, ça vous tente ? Premier et second étage uniquement et c'est moi qui compte.

L'idée séduit immédiatement les enfants qui se hâtent de grimper les escaliers, à part Lionheart, JM et Rébébé qui insistent pour que Dan les porte jusqu'en haut. Pendant plus de quatre heures, on entend des cris d'enfants tout à fait joyeux, Dan qui amuse la galerie, des éclats de voix et des rires. Une fois ces quatre heures passées et les enfants en train de faire une sieste, le jeune Lotyuwi redescend en bas et s'enferme dans la salle cinéma, juste après avoir échangé quelques mots avec Veneko sur un appel qui a été reçu. Lorsque le verrou de la salle a été tourné, les Flame Charmer et Kaly demandent à Veneko si tout s'est bien passé :

- Qu'est-ce qu'il regarde ?, demande Kaly.
- Il a décidé de regarder deux films britanniques mais j'ai oublié leur nom. C'est un truc humoristique mais le nom m'échappe.
- Monty Python ?, répond Sean.
- Voilà, c'est ça.
- Ça devrait lui redonner le sourire.
- J'espère juste que ce qui est arrivé à Shizuka ne va pas trop le démoraliser cette semaine, dit Kylie.

Kaly regarde Alicia et lui fait un clin d'œil. Cette dernière comprend qu'il est temps pour elle de faire quelque chose d'important avec Dan, quelque chose qui décidera sans doute de l'avenir de la future alliance des Duellistes et même du monde tout entier.


avatar
Messages : 1062
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le Démon d'un autre monde

le Lun 3 Sep - 11:39
Chapitre 69 - Confessions...

Spoiler:
Encore cinq jours avant cette sombre guerre infâme qui dévastera Akinokuwa. Tout ceux qui occupent le 26, Kamen Street sont partis se promener pour rencontrer et discuter avec ceux qui veulent défendre la ville. Tous ? Non. Il y a une personne qui n'a pas suivi le groupe. Cette personne est toujours cloîtrée dans sa chambre, étendue sur son lit, un semblant de larme à l'œil. Dan Lotyuwi n'est toujours pas sorti de sa chambre depuis une journée entière, juste après avoir passé un peu de temps avec les enfants dans la salle de jeux. Depuis ces derniers jours, il ne s'exprime que très peu, cherchant à éviter les autres personnes. Vers 17h, tout le monde a décidé de sortir en ville, y compris les dix enfants. Nejma a quand même prévenu Dan à la porte de sa chambre. "Nous allons en ville, Dan. Tu peux venir avec nous si tu veux.", a-t-elle dit. Et Dan a répondu avec un "Non" sans émotion. La porte n'est pas fermée à clé.

Une fois que tout le monde est parti, Dan décide enfin de sortir de sa chambre, vêtu d'un peignoir. Il se dirige vers la salle de bains pour prendre une douche. Celle-ci ne dure pas plus de quatre minutes. Dan ne prend que très rarement de longues douches. La température de l'eau à chaque fois est toujours réglée à 38°C. Une fois ce très court laps de temps passé, Dan s'habille et va se préparer une tasse d'Earl Grey. Après cela, Dan se dirige vers la salle cinéma. Il n'a absolument pas dit un seul mot depuis ce "Non" adressé à Nejma. En même temps, il n'a personne à qui parler étant donné qu'il est tout seul dans la maison.

Une fois dans la salle cinéma, Dan prend une film et le pose soigneusement près du projecteur. Il ferme les rideaux et volets de la salle puis lance le disque. Il s'assied dans un des fauteuils et soupire. Ce premier film présente des souvenirs de famille. Shizuka avait filmé ses parents lorsqu'ils s'étaient rencontrés, avec des moments amusants, des Duels, leur vie ensemble. Pendant une vingtaine de minutes, il est assis, seul, à regarder ses parents et Shizuka prendre du plaisir à vivre dans cette maison. Puis, il y a quelques moments où Dan se voit, tout petit, dans les bras de ses parents. C'est presque une rétrospective de ces quelques années passées avec ses parents avant leur tragédie en Endlenda. C'est une scène presque identique au clip "Mockingbird" du rappeur Eminem. Il est assis à regarder ces vidéos de famille. Il y voit ses grands-parents qui vivent à Seattle, Washington, son arrière-grand-père qui habite toujours dans sa maison natale à Omaha, Nebraska. Ces personnes sont toujours vivantes et Dan garde toujours des contacts avec eux.

Cependant, ce moment de silence est interrompu quand un bruit de porte qui s'ouvre se fait entendre dans cette salle. Dan ne bouge pas, se contentant d'arrêter le film qui passe. La personne qui ouvre la porte ne fait pas le moindre geste, pensant que Dan n'aurait pas entendu. Mais ses sens sont tellement aiguisés qu'il sait pertinemment quelle personne l'observe.

- Ne reste pas ici, Alicia, dit Dan.
- Je suppose que te demander comment tu as fait pour savoir que c'était moi est inutile.
- Que fais-tu ici ?
- J'avais envie de voir si tu avais besoin de quelque chose.
- Et je n'ai besoin de rien. Merci de ton attention.
- Et j'avais surtout envie de parler avec toi.
- Je n'ai rien à dire.

Dan est toujours assis dans son fauteuil. Il n'a même pas daigné se retourner pour regarder Alicia. La jeune femme se sent un peu maltraitée quand elle se rend compte du comportement de son ami. Sans hésiter, l'héritière de la famille Saint-John s'avance jusqu'à se tenir devant Dan. Le jeune homme a l'air tellement blasé, ce qui énerve son interlocutrice qui a les mains posées sur les hanches. Elle soupire à son tour et son regard est vraiment empreint d'un certain mépris.

- Il va falloir que tu cesses d'être aussi méprisant avec tes amis.
- Comment ça "méprisant" ?
- Même pas un mot, pas un seul sourire, pas un seul signe de vie de ta part. Tout le monde s'inquiète énormément pour toi. Et tu le sais ça.
- Et alors ?
- Arrête d'agir comme ça avec moi. Ça m'attriste beaucoup de te voir dans cet état-là.
- Je n'y peux rien. Je ne suis pas en forme.

Alicia s'assied à côté de Dan. Elle tourne un des fauteuils pour bien observer son ami. Il est toujours amorphe, se contentant de fixer l'écran de projection éteint. Le visage d'Alicia est passé de cette douceur et cette candeur qui lui sont propre. L'attitude déplacée de Dan ne lui permet pas d'éprouver le sentiment habituel qui l'habite, à savoir une forme d'admiration permanente, se matérialisant par une affection physique continue. Ici, Alicia dévoile sa facette très sérieuse. Elle prend une des deux mains de Dan et la serre contre les siennes.

- Est-ce que tu veux discuter un peu avec moi ?
- Je ne sais pas ce que je peux te dire.
- Je sais que tu es triste avec ce qui a pu se produire ces derniers jours. Mais tu ne dois pas t'en vouloir. Ce qui est arrivé à Shizuka et à Mina n'est pas de ta faute.
- Je regrette de ne pas avoir pu les protéger toutes les deux.
- Shizuka t'a interdit de lui venir en aide. Elle s'est battue pour te protéger et elle l'a fait jusqu'au bout.
- Shizuka …, soupire Dan en versant une larme.
- Tu peux toujours venir en aide à Mina. Elle est toujours en vie et je suis sûre qu'elle n'attend que ton aide.
- Je … Je ne sais pas si je serai de nouveau capable de me battre en Duel.

Cette réflexion semble choquer Alicia. La jeune femme penche la tête et fronce les sourcils. Dan n'a toujours pas fait le moindre geste. Et là, on peut sentir que la patience d'Alicia est mise à rude épreuve avec ce monument d'insensibilité qu'est devenu Dan.

- Regarde moi, Dan !, ordonne Alicia.

Le jeune homme tourne sa tête très lentement, faisant au passage craquer une articulation. Ce mouvement de tête est digne d'un T-800 à la recherche de Sarah Connor. Les yeux de Dan luisent malgré la teinte brune de ses yeux. Son teint pâle est comparable à celui de Senji, mais pas pour les mêmes raisons. Dan ne sort plus depuis qu'il a envoyé son message à destination des Duellistes de la planète. Il est resté cloîtré dans sa chambre, ne mangeant pratiquement pas et se contentant d'une tasse de thé à cinq heures de l'après-midi. En voyant ce visage morbide, Alicia dit alors :

- J'ai l'impression que toi aussi tu es perdu.
- Est-ce que je représente un danger pour toi ?
- Tant que tu gardes tes esprits, tu es sauf. Mais là, on dirait que vivre ne t'intéresse plus. Je veux que tu me dises ce qui ne va plus chez toi.
- Et pourquoi ?
- Parce que le monde compte sur toi. Toi et toi seul est capable de retourner cette situation. On t'a désigné pour être celui qui se mesurera à Nephomet quand cette satanée guerre débutera. Si tu y vas dans cet état-là, je n'ose pas imaginer ce qui nous arrivera à tous.
- Est-ce que tu as peur de la mort ?
- Bien sûr que j'ai peur de la mort. Je ne tiens pas à ce qu'elle m'emporte dans quelques jours. Mais quand je te vois en ce moment, en train de te morfondre, je ne sais même pas si je ferais mieux de m'en aller pour de bon.
- Qu'est-ce que tu veux dire par là ?
- Que tu es en train de nous démoraliser. En restant enfermé dans ta chambre à longueur de journée, tu nous inspires la peur. On n'a pas l'air d'y croire quand on te voit dans cet état.
- Il me faut du temps.
- Tu en auras suffisamment quand tout cela sera terminé. En attendant, il faut que tu te reprennes.
- Je veux dire qu'il me faut du temps pour digérer tout ce qui s'est passé.
- La mort de Shizuka est tout à fait triste, j'en conviens … mais …
- Mais quoi ?, dit Dan en passant d'une voix molle à une plus réactive.
- Est-ce que tu crois que si Shizuka avait survécu et si elle se trouvait encore parmi nous, elle approuverait ta conduite ? Crois-tu qu'elle accepterait le fait de te voir vautré dans ton lit et dans un fauteuil alors qu'il y a une guerre à mener ?
- Non.
- Exactement. Elle est passée à deux doigts de réduire Dilvolg en cendres. Elle est venue jusque dans ces ruines pour t'empêcher de te faire pulvériser par cette ordure. Elle s'est battue et a donné tout ce qu'elle avait en elle pour lui mener la vie dure.
- Et elle lui a mené la vie dure, sourit Dan.
- Mais ça n'a pas été suffisant. Regarde la réalité en face Dan. Tes parents et Shizuka ont fait ce qu'ils ont pu pour t'épargner une lutte contre ces Démons. Maintenant, c'est à toi d'agir pour rendre ce monde meilleur.
- Je ne peux plus agir. J'en … j'en suis incapable !!

Dan plonge directement dans les bras d'Alicia, en pleurs. La jeune femme ne l'avait jamais vu aussi bas dans son humeur. La mélancolie du jeune homme est tellement profonde qu'elle sait que le brusquer ne ferait qu'empirer les choses. Pour le moment, tout ce qu'elle fait, c'est le serrer dans ses bras et le réconforter comme elle le peut. On croirait voir Shizuka ou Akiyo prendre soin de Dan. Ce dernier semble avoir régressé de plusieurs années en arrière, du temps où il était tout petit et encore insensible aux malheurs de la vie. Sa "Super Maman" était là pour lui redonner le sourire et lui sécher ses larmes. Elle était là en permanence pour lui insuffler une joie de vivre. Puis, c'était au tour de Shizuka d'endosser ce rôle. Elle a pris ce rôle très à cœur. Alicia l'a bien vu dans les ruines du Palais d'Endlenda.

La jeune femme à la chevelure rubis se rappellera toujours de l'arrivée de Shizuka et de Northwenko face à Dilvolg. Dan était à terre, mal en point et ces deux Grâces du ciel ont fait irruption. L'attention que portait la gouvernante a profondément émue Alicia. Shizuka a agi en "Super Maman" très poule, protégeant son enfant à tout prix. Son Duel était tout bonnement épique malgré sa défaite lourde de conséquences. Ça, madame Saint-John a assisté à tout ça et le fait de voir Dan en train de pleurer dans ses bras lui inflige cette douloureuse réminiscence. C'est comme si Shizuka transmettait le flambeau à Alicia, en lui demandant de veiller au bonheur de Dan, de la même façon qu'une mère agirait.

Dan ne dit rien, ses pleurs sont suffisants pour comprendre la peine qu'il traîne avec lui à la manière d'un bagnard et son boulet. Les larmes chaudes et salées inondent ses yeux, formant un torrent et achevant son cours sur l'épaule de la jeune femme, de la même façon qu'une cascade. Sa tristesse est visible sur le visage angélique d'Alicia, déterminée à vouloir aider son petit Duelliste préféré. Pendant cinq minutes, Dan pleure dans ses bras. Alicia ne bouge pas mais finit par sortir un beau mouchoir de tissu qu'elle applique sur les joues de son ami.

- Je n'aime pas te voir pleurer. Tu es suffisamment fort pour ne pas avoir à le faire.
- C'est … c'est plus fort que moi.
- Je comprends ce genre d'émotions. Je me souviens avoir été inconsolable quand j'ai appris que ma mère était morte … J'avais sept ans. J'ai passé des heures à pleurer dans les bras de mon père quand il était à la maison.
- Qu'est-ce qui était arrivé à ta mère ?
- Une grave pneumonie l'a emporté en plein hiver. Et pourtant, j'étais très attachée à elle. Je me doutais qu'elle avait une santé fragile mais elle continuait à s'occuper de moi. Mon père en a été très affecté lui aussi.
- C'est triste, dit Dan d'une voix maussade.
- On aimerait sauver tout le monde mais des fois, certains ne veulent pas et ne peuvent pas être sauvés.
- Pourquoi est-ce que tu dis ça ?
- Je veux te faire comprendre que ce n'est pas en te lamentant sur ton sort que tu feras revivre Shizuka ou tes parents. Tu ne peux pas activer Monster Reborn pour les ramener à la vie.
- Je sais, dit Dan.

Le discours d'Alicia perturbe encore un peu plus Dan. Il aimerait ne pas l'écouter davantage mais au fond de lui-même, il sait que ses paroles énoncent une vérité ad hoc et à laquelle il ne peut fuir. Même les Elfes ne jouent pas avec les sorts de nécromancie, estimant cet acte contre-nature. Son esprit mêle tristesse et réflexion à propos de la mort, le poussant à poser des questions.

- Est-ce que je peux empêcher la mort de mes amis ?
- Ce n'est pas le genre de questions auxquelles je peux t'apporter une réponse. Tu ne pourras pas les empêcher de rendre un dernier soupir. C'est quelque chose d'évident. Mais en tout cas, tu peux les aider à vivre le plus longtemps possible.
- Je me sens pathétique avec ce genre de questions.
- Tu n'as pas à l'être, Dan. C'est tout à fait normal de se poser ces questions. Tout le monde, à un moment où un autre de sa vie, finit par avoir ce genre de réflexion.
- Et pourquoi est-ce que ça m'arrive ici et maintenant ?
- Je ne suis pas une psychologue, dit Alicia en riant. Je peux toujours t'apporter mon aide et ma réflexion mais ces questions sont tellement compliquées qu'il est toujours difficile de trouver une réponse adéquate.
- Je suppose qu'il est difficile de ne pas se remettre en question.
- Je pense. Mais, se remettre en question est une grande preuve d'intelligence.
- Tu me traites de débile ?
- Non, je ne te traite pas de débile. C'est même le contraire. Opérer ce genre de réflexion nécessite une concentration importante. Elle te pousse à te demander ce qui cloche chez toi. C'est un peu comme une mise à jour de ta conscience.
- J'avoue ne pas comprendre.

Spoiler:
L'ignorance de Dan fait rire Alicia. Le jeune homme sourit aussi mais ce qu'il dit semble fasciner la jeune femme. "Alors comme ça, son esprit ne se remet pas en question ? Il me semble que les personnes dans cet état n'éprouvent pas tellement de sensations. Mais sa tristesse depuis ces derniers jours aurait dû l'aider à repenser certaines choses … C'est bien quelque chose que je ne comprends pas chez lui. Depuis que je le connais et avant cette expédition, Dan était impassible et fort. À croire que ces derniers événements l'ont profondément blessé. Je dois à tout prix l'aider à se sentir mieux. C'est ce que Kaly m'a demandé tout à l'heure.", se dit-elle.


Deux heures plus tôt, Dan était dans sa chambre, sans doute en train de dormir en pleurant. Les autres étaient en train de préparer leurs Decks. Mais Alicia s'est absentée quelques minutes de la salle d'entraînement, la mine basse. Elle s'est postée devant la baie vitrée du salon, regardant le ciel qui commence à s'obscurcir malgré l'été et l'heure. Le ciel gris sombre planant sur Akinokuwa n'inspire pas une certaine joie dans le cœur de tout le monde. Perdue dans ses pensées, la jeune femme entend tout de même un bruit de porte qui se ferme et des pas allant dans sa direction. Elle se retourne en prononçant le seul prénom qui lui venait en tête :

- Dan ?
- Euh … non.
- Qu'y a-t-il, Kaly ?

La Dame Déchue du Palais se tient face à la jeune femme aux cheveux couleur sang. Une expression inquiète se dessine sur le visage pâle de l'Elfe. Alicia aurait bien évidemment voulu voir Dan sortir de sa chambre, chambre dans laquelle il s'est enfermé depuis la veille.

- Est-ce que je peux te parler ?
- Bien sûr, Kaly, bien sûr.
- Je te trouve trop inquiète à propos de Dan.
- Il m'inquiète en effet. Est-ce que tu lui as parlé ?
- Malheureusement non. Je n'ai pas envie d'envenimer son esprit. Il vit une période trop dure et, bien que la situation ne soit pas si joyeuse, je me refuse d'aller lui parler.
- Je le ferai, dit Alicia, sûre de ce qu'elle veut.
- Et qu'est-ce qui te fait croire que tu es la meilleure pour ça ?
- Je connais suffisamment Dan pour l'inciter à parler, à découvrir le fond de sa pensée.
- Nejma et Veneko peuvent le faire eux aussi et ça ne les dérangent pas le moindre du monde.
- Kaly … Dan a perdu ses parents et il vient de perdre la seule figure parentale qu'il pouvait avoir auprès de lui. Il a encore de la famille mais elle est éparpillée au Japon et aux États-Unis. Il faut qu'une personne assez proche de lui aille lui parler.
- Mina l'aurait fait.
- Oui mais elle n'est pas là. Ce que je veux te dire, Kaly, c'est que Dan me considère comme une confidente. Pendant le voyage en Endlenda, il m'a promis qu'il me parlerait lorsqu'il ne se sentira pas bien. Et là, je veux qu'il respecte ses engagements en venant me parler.

Le ton d'Alicia surprend Kaly. Jamais l'Elfe n'aurait cru que la jeune femme se sente aussi responsable et déterminée à vouloir prendre en charge un jeune homme dépressif. Mais en y repensant, Kaly se souvient de la réponse de Dan à une de ses questions. Elle lui avait demandé s'il préférait plus Mina ou Alicia. Cette fois, la jeune Elfe sait pourquoi la réponse de Dan était aussi indécise. Les sentiments de Dan étaient déjà bien confus mais là, il n'y a aucun doute possible. Résignée, Kaly finit par répondre.

- D'accord. Je veux bien te laisser lui parler.
- Je n'avais pas besoin que tu me l'autorises.
- Je compte proposer une petite sortie au groupe. Tu resteras ici pour veiller sur Dan. Nejma a vu avec son médaillon qu'il sortira de sa chambre au moment où il sentira qu'il est tout seul dans la maison. Il se rendra dans la petite salle cinéma et sera très triste. Là, tu iras lui parler avec ton cœur. Est-ce que tu es d'accord ?
- Si c'est une vision que Nejma a eue, je ne peux la contredire.
- Je sais que Dan sera triste mais il ne faut pas que tu agisses de façon malsaine avec lui. Il pourrait devenir violent.
- Je saurai m'y prendre avec lui. Shizuka m'a expliqué comment l'esprit de Dan agissait et je pense l'avoir compris.
- Je te fais confiance, Alicia. On a besoin de Dan et je crois que tu es la seule capable d'agir pour son bien dans cette situation.


Il est vrai qu'Alicia est assez proche de Dan. Et Kaly ne semble pas tellement comprendre les émotions que Dan peut ressentir. Si c'était Mina qui se trouvait face à elle, l'Elfe n'aurait même pas insisté pour l'empêcher d'aller parler à Dan. Si c'était Mina et non Alicia, Dan se serait sans doute immédiatement confessé à sa meilleure amie. Et là, en voyant hésiter devant des questions presque existentielles, Alicia sait qu'elle doit l'aider.

- Une remise en question doit te permettre d'éviter certaines erreurs. Elle te permet à la fois de t'améliorer en tant qu'homme et tu peux en apprendre beaucoup sur toi-même.
- Ça ne m'est jamais arrivé auparavant.
- Je ne peux pas t'expliquer comment ce genre de processus se réalise. C'est différent d'une personne à l'autre.
- Je ne sais pas si je me sens capable d'aller aider Mina.
- Alors là, si jamais tu penses ne pas être capable, tu ne pourras pas réussir à faire quelque chose. Mais tu dois voir au fond de toi si tu t'en sens capable.
- C'est quelque chose de compliqué.
- Je n'ai jamais dit que c'est quelque chose qui se réalise en un claquement de doigts, sourit Alicia. Mais je ne vais pas t'accompagner dans cet examen. C'est quelque chose que tu dois faire par toi-même.
- Je comprends.

Dan regarde attentivement Alicia et il constate qu'une minuscule larme se forme sur le coin de son œil gauche. Intrigué, Dan se demande bien ce qui peut provoquer cette perle salée. De nouvelles questions arrivent dans les pensées du jeune homme. Et là, il demande alors à Alicia :

- Que se passe-t-il ?
- Il y a quelque chose qui me trouble moi aussi.
- C'est quelque chose qui a un lien avec mon état dépressif actuel ?
- Il y a ça mais ce n'est pas tout.
- C'est-à-dire ?
- Laisse-moi terminer avant de dire quoi que ce soit.
- D'accord.
- Je n'aime pas tellement te voir dans ce genre d'état. D'ailleurs, je n'apprécie pas de voir mes amis déprimer. Et tu fais partie de mes meilleurs amis … Depuis quelques temps, j'ai l'impression que quelque chose me tourmente. Et j'avais des doutes sur cette chose. J'ai passé un temps assez considérable à y réfléchir, à me poser les bonnes questions et à trouver les bonnes réponses.

Là-dessus, Alicia marque un temps de pause pour reprendre son souffle. Elle fixe toujours la main de Dan qu'elle a prise pour le consoler un peu plus tôt. Là, le jeune homme est toujours concentré sur la petite larme dans le coin de l'œil. L'attitude adoptée par le Duelliste balafré a radicalement changé depuis ces dernières minutes. Il passe d'une lassitude intense, pratiquement vulgaire, à une concentration absolue. Ses pensées chaotiques deviennent alors toutes disciplinées, concentrées telles un rayon laser. Le regard d'Alicia se trouble à son tour. Elle est comme perturbée par ce qu'elle a dit.

- Il faut que je t'avoue quelque chose, Dan. Cette chose qui me tourmente, c'est toi. Je suis très sincère en disant cela.
- Euh …
- Ne dis rien et laisse-moi continuer. Tu te souviens de notre Duel lors du Tournament je suppose. Lorsque notre équipe a appris que nous devrions vous affronter, j'ai fait mes recherches sur toi et j'avais donné l'ordre à mon équipe de te laisser m'affronter …
- Je ne comprends pas tellement la manœuvre.
- J'avais envie de me retrouver seule avec toi. Je voulais te rencontrer, ayant pu discuter avec ta maman. J'avais envie de te parler, de voir si tu étais comme elle. Et …
- Je devine la suite.
- Je suis tombée sous ton charme. Jamais auparavant je n'avais affronté de Duelliste comme toi. Ta personnalité très sombre et réservée m'a intriguée. C'est pour ça que je t'ai demandé de t'agenouiller devant moi après le Duel. Ta grande noblesse de cœur et d'esprit est tout à fait adorable.

Dan fait un petit geste de la main pour interrompre ce qui semble être un début d'aveu. Alicia décide alors d'accepter de l'entendre dire quelques mots en réponse à cela.

- Donc c'est pour ça que tu t'es presque collée à moi depuis tout ce temps ?
- Je sais que ce n'est pas très "adulte" de ma part. Je n'aurais peut-être pas dû le faire.
- Je n'ai pas dit que je détestais ça. J'ai trouvé ça touchant de ta part.
- Bref, je reviens à ce que je disais avant que tu ne m'interrompes. Après, ton équipe nous a proposé de vous aider pour la suite du tournoi. Bien évidemment, j'ai sauté sur l'occasion de pouvoir te revoir. J'avais envie d'en savoir plus sur toi.
- Ben ce fut le cas ?
- Oui et j'étais contente de te voir jusqu'en Finale et soulever le trophée. Et il y a eu cette expédition en Endlenda il y a plusieurs jours. Tu te souviens de cette marche en direction de la forêt de Keliyith ?
- Oui.
- Je t'avais demandé si tu voulais me tenir la main.
- Ah … ça.
- J'estimais que tu pouvais la prendre car tu étais quelqu'un de très digne. J'ai apprécié d'avoir pu être avec toi dans cet endroit. Tu m'as appris plein de choses et notamment sur moi-même. J'ai également pu en apprendre sur toi. Tu m'as révélé une partie de ton âme, une partie encore plus touchante que ce côté sombre et réservé que tu as d'habitude.
- Tu fais allusion à ma réaction après avoir appris la défaite de Warren et ce qu'il a fait à Mina.
- C'est à partir de là que je n'ai plus eu le moindre doute sur mes tourments. Tu es la personne qui joue avec mon cœur depuis notre rencontre. Depuis que tu m'as salué avant de m'affronter en Duel, je suis tombée raide dingue de toi. Tu … Tu m'as … Tu m'as volé mon cœur. Dan, je t'aime.

S'il fallait trouver un mot pour décrire l'état de Dan après ces trois derniers mots, "interdit" serait le choix le plus judicieux. Ses yeux sont grands ouverts, sa bouche fermée et son cœur a l'air d'avoir manqué plusieurs battements. La voix d'Alicia était presque solennelle. Puis, elle s'avance très lentement face à Dan, toujours stoïque et donnant plus l'impression d'un mannequin d'exposition qu'à un jeune homme. La jeune femme hésite à se mouvoir davantage et là … elle ferme les yeux. Elle se laisse guider par son cœur et finit par s'accoler à son ami. Les lèvres rougeoyante d'Alicia s'unissent à celle d'un Dan presque amorphe. Alicia ne se cache pas et embrasse tendrement la personne qu'elle estime être son meilleur ami. Au fond d'elle-même, elle se demande si son geste aggrave la situation ou non. Tout ce qu'elle fait, c'est dévoiler ses sentiments à la personne vers lesquels ces derniers sont tournés. Il n'y a pas de prétexte fallacieux invoqué pour expliquer cela.

Quant à Dan, ces trois mots l'ont comme paralysé. À vrai dire, il s'attendait un peu à cette révélation. C'était quelque chose qu'il avait vu venir depuis longtemps. Le comportement d'Alicia lui était dévoilé dès le moment où il a ouvert la porte de la chambre du treizième étage de l'hôtel Saint-John. Il savait qu'après avoir affronté Alicia, celle-ci finirait par éprouver certaines émotions envers lui. Il a laissé faire, mais au fond de lui, quelque chose le perturbait également. Il s'en est rendu compte. En acceptant de jouer le jeu proposé par les émotions d'Alicia, une partie de lui a commencé à ressentir un sentiment réciproque, convoitant la jeune femme. C'est ce qu'il se dit quand il ressent le parfum de rose rouge qui s'applique à ses lèvres. C'est pour cela qu'il ne bouge pas ni n'émet la moindre réaction. Une portion de son âme s'est mise à aimer Alicia Saint-John.

Le contact des lèvres a provoqué une certaine onde de choc spirituelle qui a neutralisé les pensées du jeune homme au profit de celles de la jeune femme amoureuse. C'est elle qui a pris les devants. Ses bras sont délicatement enlacés autour du cou de son ami, le genre de signe qui peut s'interpréter par un "Laisse-toi faire et laisse-moi te dire ce que je pense de toi" de la part d'Alicia. Et elle n'a pas tellement tort de penser ainsi. Dan ne s'est réellement jamais posé ce genre de questions et n'a pas tellement eu envie de se les poser. Trop occupé à étudier ou bien à s'entraîner durement l'ont empêché ces réflexions. Et pourtant, ce n'est pas comme s'il n'était pas confronté à ce genre de sentiment très rarement. Depuis qu'il est revenu au lycée et à chacune de ses apparitions, il fait chavirer les cœurs des filles. Il disait "n'en avoir cure" de ces personnes. Et là, au beau milieu de sa salle cinéma, il est confronté à une vraie et honnête déclaration pour la première fois.

Ses pensées étant paralysées par la sensation amène provenant des lèvres d'Alicia, Dan ne réagit plus de façon consciente. Instinctivement, ses bras vont aussi s'enlacer autour de la taille de la jeune femme. Sur son visage, il se met à rougir comme jamais auparavant. Ses yeux fermés laissent place à une foule sentimentale agréable. Son cœur se remet à battre et cette fois, nettement plus vite. Son rythme cardiaque accélère, tout comme celui de la jeune femme, peu assurée elle aussi. La seule chose qu'elle garde en tête, c'est cette sensation suave qui s'empare de son corps, aussi douce que du sucre, faisant suspendre le temps qui passe. Son corps se décompose, devenant aussi mou que de la guimauve. Le cerveau a surchauffé et c'est le cœur qui a pris les commandes. Alicia ressemble à une petite fille qui a réalisé un rêve de princesse en trouvant son prince charmant. La seule chose qu'elle peut se dire pendant cet instant est "Je t'aime, Dan", tandis que ses lèvres rencontrent un délicat parfum de bergamote imprégné dans celles appartenant à la personne qu'elle pourrait appeler "amant".

Parlons de Dan à présent. Lui est tout aussi gêné que la personne qui l'embrasse d'une façon purement amoureuse. Est-ce qu'il s'attendait à être aussi bloqué ? Sans doute. Après, une partie de lui ressentait cet amour pur pour l'affable Alicia. Il ne peut pas ne pas aimer cette émotion très rare. Rares sont les moments où il a pu véritablement aimer quelqu'un. Ces fragrances de rose qui envahissent et brouillent les sens de Dan sont tout simplement exquises, lui montant à la tête à un point où ça agit comme une drogue. Alicia agit avec une très grande sérénité pour éviter d'agacer ou énerver Dan. Pendant exactement deux minutes, les lèvres ont été soudées, laissant vagabonder une immense sensation de béatitude pour les deux personnes.

Après ces deux minutes de pur bonheur, les deux personnes se détachent très lentement, et ouvrent leurs yeux progressivement. Alicia estime avoir pu voir le vrai Dan Lotyuwi et a pu l'aimer. Ce dernier n'est plus cet être impassible, laissant place à un être parfaitement humain. Alors qu'ils sont toujours l'un dans les bras de l'autre, la jeune femme se met à rire un peu, sous le regard curieux mais détendu de Dan.

Spoiler:
- Désolée … pour t'avoir …
- Volé ce baiser ? Tu n'as pas à l'être.
- C'était plus fort que moi. Je … Il fallait que je t'avoue mes sentiments avant que toute cette affreuse guerre ne débute. J'avais peur … de garder ça pour moi et de ne pas t'en faire part.
- Tu as bien fait de soulager ta conscience, Alicia. Je ne t'en veux pas du tout. Je te dirais même que ton geste fut absolument merveilleux. … Jamais je n'ai été aussi transporté qu'avec ton baiser.
- J'ai réussi à te faire sourire. Je peux être contente de moi.
- En effet …
- Est-ce que je t'ai surpris ?
- Je vais être parfaitement honnête avec toi : Oui, j'ai été agréablement surpris par ce geste.
- Agréablement ?, demande Alicia, intriguée et souriante.
- Je t'avoue que ce baiser était magnifique. J'aurais moult adjectifs pour qualifier mon état après ce que tu m'as offert, Alicia.
- C'est vrai ?
- Oui, et moi aussi je suis plus qu'honnête. Mais, je savais depuis longtemps que tu éprouvais ce sentiment pour moi. Et une partie de moi a succombé à ton charme divin …

Là, Alicia continue à sourire même si elle sait que la mention "partie" implique un petit discours qui ira contrecarrer les désirs de son cœur. Avant de continuer, Dan remarque que les yeux de son interlocutrice se remplissent progressivement d'une légère tristesse.

- Mais je dois t'avouer que mon cœur est tourné vers une autre personne … et je ne veux pas te rendre triste.
- Ce … ce n'est pas moi, je présume.
- Malheureusement.

Une goutte d'eau salée coule de chaque œil d'Alicia. Elle, qui venait de connaître une joie intense et divine pendant ces deux minutes de baiser amoureux, se retrouve avec un cœur en partie brisé. Dan se rend compte que s'il ne fait rien, le retour de bâton pourrait être plus que nocif à la fois pour lui mais surtout pour Alicia.

- Alicia, dit Dan en lui prenant les mains, je veux que tu saches que je t'adore et que jamais je ne te ferai de mal. Je t'aime aussi mais c'est d'une façon un peu différente. Mes sentiments sont tournés vers la personne à laquelle tu penses mais tu restes quelqu'un de très cher à mes yeux et à mon cœur aussi. Ne m'en veux pas, ça m'attriste tout autant que toi.
- …
- Je te chéris autant que n'importe lequel de mes amis et je ne veux pas non plus que tu sois triste.

Alicia commence à pleurer, mais au même moment où les premières larmes traversent les joues rosées, Dan intervient avec le beau mouchoir en tissu dont elle s'est servie pour lui sécher ses larmes tout à l'heure.

- Tu n'as pas à pleurer …
- Je … je sais. C'est juste que tu es le premier homme qui m'ait autant fasciné. J'ai tellement attendu de pouvoir te dire ce que tu représentais pour moi. Tu es une personne vraiment adorable et j'aurais voulu que tu acceptes mes sentiments, j'aurais été la plus heureuse des femmes.
- Tu es sérieuse ?

Alicia répond avec un signe de tête positif et serre Dan dans ses bras. Elle éclate en sanglots. Dan ne peut que la consoler à son tour.

- Bien sûr que j'accepte tes sentiments, Alicia. Mais je ne peux que les recevoir d'une manière différente de la tienne.
- Je ne … je ne comprends pas du tout, dit la jeune femme, toujours les larmes aux yeux.
- Être ton ami importe plus pour moi qu'autre chose. Tu es comme une amie très proche, une grande sœur, une confidente. Tu n'as pas à pleurer.

Pendant quelques minutes, il la rassure encore et encore, histoire que son amie ne soit pas triste davantage. Alicia se colle dans le creux de ses bras, un peu comme une petite fille qui cherche du réconfort dans les bras d'une figure paternelle ou fraternelle. Le jeune homme finit lui déposer un délicat baiser sur le crâne, ce qui estompe immédiatement toute forme de pleurs. Puis, il propose quelque chose :

- J'ai quelque chose qui pourra t'aider à te détendre.
- Ah bon ? De quoi s'agit-il ?
- Écoute bien.

Dan se saisit d'une des deux télécommandes qui se trouve près du projecteur et appuie sur le bouton rouge de la plus petite d'entre elles, de couleur blanche. Et aussitôt, une chanson se fait entendre. Alicia retourne dans son fauteuil tandis qu'un des titres les plus célèbres du groupe Aerosmith passe dans un très beau juke-box, avec des armatures en bois de noyer et de jolies lumières qui donnent un aspect kitsch à la chose. Les designs très rétros font penser aux diners et motels sur les routes américaines. On a ça dans des séries comme Happy Days, le style années 1950 et 1960, lorsque le monde découvrait le déhanché provocateur du King Elvis Presley ; où les gens dansaient sur Johnny B. Goode de Chuck Berry ; où le monde découvrait le comique légendaire de Dean Martin et Jerry Lee Lewis ; où les américains étaient charmés par le cinéma hollywoodien. Dan se lève de son fauteuil et tend une main à Alicia.

- M'accordes-tu cette danse, ô ma damoiselle ?

Il ne lui faut pas plus de deux millisecondes pour réagir. Aussitôt, les deux personnes se mettent à danser sur l'air d'I Don't Wanna Miss A Thing d'Aerosmith. Alicia se laisse totalement guider par les pas de Dan. Sa tête est posée sur l'épaule carrée de son ami. Elle ne dit rien, ne voulant pas briser ce qui semble être un moment inoubliable à la fois pour elle et pour Dan. Ils ne font que "se balancer" au rythme de la voix de Steven Tyler. La chanson suivante est un autre titre d'Aerosmith, intitulé Dream On. Et cette fois, Alicia écoute la voix melliflue de Dan qui chante en même temps ces paroles de cette balade

"Every time I look in the mirror
All these lines on my face getting clearer"

La "damoiselle" de Dan écoute ces mots avec une grande attention. Chaque mot la plonge dans une profonde sensation de béatitude. Elle écoute la chanson jusqu'au refrain où Dan accentue sa belle voix :

"Sing with me, sing for the year
Sing for the laughter, sing for the tear
Sing with me if it's just for today
Maybe tomorrow the good Lord will take you away"

Chaque fois que ce refrain revient, Alicia se met à accompagner Dan, pour son plus grand bonheur. Sa partenaire de danse est également une chanteuse très douée, capable de s'illustrer sur de nombreux timbres de voix. Ensuite, ils continuent de danser paisiblement tandis que la voix de Bob Dylan passe dans le juke-box, avec les titres Knockin' on Heaven's Door puis Like A Rolling Stone, deux des plus grandes chansons de l'histoire de la musique. Aucun mot ne sort de la bouche de Dan ni de celle d'Alicia, chacun se contentant de sourire en voyant l'autre sourire. Puis, c'est au tour du groupe Scorpions de faire entendre sa voix avec deux fameux titres Still Loving You puis Wind of Change. Ce sont plus des chansons d'amour mais Alicia pense : "C'est le fond sonore qui est agréable. Même si les paroles me rendent triste, danser avec Dan me comblera tout autant de bonheur.". C'est vrai que certaines paroles peuvent être interprétées comme étant blessantes pour Alicia mais sa pensée est largement plus véridique que ces paroles. Au moins, elle aura réussi à rendre le sourire à Dan et à lui avouer certaines choses.

Les chansons se suivent et sont tout aussi douces. Dan et Alicia dansent une variante de tango sur la totalité de la chanson Ghosttown de Madonna. Et là, la jeune femme dévoile à Dan ses talents de danseuse. Cette performance est splendide et absolument rien n'est à rejeter. On croirait voir un véritable couple avec une synchronisation des plus parfaites. La petite séance de vrilles avec une jambe qui se lève pour frapper ensuite le sol. Dan en vient même à lever une des deux jambes d'Alicia, la faisant aussitôt rougir. Cette chanson dévoile une fusion parfaite entre ces deux personnes. L'une fait passer l'un sous son bras levé puis vice-versa. Dan agit en parfait danseur. Pas un seul faux-pas de la première à la dernière note de la chanson. Et à la dernière note, la posture de Dan est merveilleuse parce qu'il est agenouillé avec Alicia dans ses bras. La jeune femme s'est laissée tomber dans ses bras parce qu'elle savait qu'il ne la laisserait pas se fracasser contre le sol.

La chanson suivante est dans un autre registre puisqu'il s'agit de Poison d'Alice Cooper. Cette chanson fait plutôt allusion à la tentation des deux côtés pour cacher son amour pour l'autre. Et là, la danse est légèrement différente puisque ça se rapproche du sensuel. Après les premiers mots d'Alice, les paroles deviennent plus explicites :

"I wanna love you, but I better not touch (don't touch)
I wanna hold you, but my senses tell me to stop
I wanna kiss you, but I want it too much (too much)
I wanna taste you, but your lips are venomous poison"

Là, Alicia devient comme possédée par le démon qui vit dans les paroles des chansons. Elle met ces paroles en application en voulant de nouveau embrasser Dan mais ce dernier refuse. Il continue à danser en chantant ce refrain significatif. Une certaine tristesse se dessine sur le doux visage d'Alicia mais Dan le dissipe en tentant alors d'embrasser Alicia sur le deuxième refrain. De façon réciproque, c'est Alicia qui refuse le baiser de Dan. C'est assez comique quand on interprète cela au second degré mais au fond d'eux-mêmes, ils savent que ces paroles sont révélatrices de leurs passions auparavant secrètes.

Quelques chansons plus tard et le duo continue encore à danser. Les registres sont toujours les mêmes, à savoir du rock. Ils dansent absolument bien ensemble. Près de vingt-cinq minutes après avoir commencé à danser, les deux personnes ne se lassent toujours pas de ce petit moment intime. Au contraire, ils voudraient que ce moment soit éternel. Et là, la chanson Black Eyed Boy du groupe écossais Texas passe dans le juke-box. Alicia est une fan inconditionnelle de la voix de Sharleen Spiteri. Alors cette fois, c'est elle qui prend les devants à la fois en danse et en chantant, pour son plus grand plaisir.

"You should know
You're falling into fiction
I can tell
You're on some foolish mission

You're black eyed soul
You should know
That there's nowhere else to go
My black eyed boy
You will find
Your own space and time"

Les paroles s'appliquent parfaitement à Dan, excepté le fait qu'il n'ait pas les yeux noirs mais marrons. Mais pour ça, on peut très largement oublier ce petit détail. Ces deux strophes composant le refrain sont tellement révélatrices de ce que Dan va devoir faire dans les jours à venir. Pour la femme aux cheveux rubis, Dan est son "Black Eyed Boy" et elle fera tout ce qu'elle pourra pour qu'il puisse trouver son "own space and time". Et sa mission en tant qu'Ace s'apparente presque à un suicide collectif. Il emmènera une armée de Duellistes face à une armada de soldats obscurs, menée par un affreux personnage dont le sombre dessein est de remodeler l'humanité toute entière et se proclamer maître. Et Dan est l'un des Élus qui devront rétablir le monde dans un certain équilibre entre la lumière et l'obscurité.

Les chansons continuent de passer dans le juke-box et les deux personnes continuent de danser, passant de quelque chose de calme à quelque chose de plus sensuel. Alicia est dans les bras de Dan sur l'air de In The Air Tonight de Phil Collins puis tous les deux reproduisent la chorégraphie de Dirty Dancing avec la chanson The Time of My Life de Bill Medley. Viennent ensuite Stairway to Heaven, Hotel California et, dans un registre assez différent de toutes les chansons précédentes, un célèbre air de jazz : Sing Sing Sing de Benny Goodman. C'était une des chansons sur lesquelles Dan adorait faire des claquettes en duo avec Shizuka. Il regarde Alicia et lui dit de bien suivre les mouvements de ses pieds. Puis, il se met à faire quelques pas sans la musique. Lorsqu'elle est remise, le duo se met à esquisser une petite chorégraphie, cette fois avec les rythmes de jazz endiablés.

Dan ressemble un peu à Fred Astaire dans sa façon de se déplacer en dansant. Il saisit Alicia parfois par la taille, parfois par la main, et son jeu de jambes n'a jamais paru aussi beau qu'en ce moment. Alicia le constate et n'est qu'admirative devant le talent de son partenaire du moment. De plus, comme elle porte une robe, la scène fait un peu penser à ces films muets des années 1930, avec beaucoup de musique, à l'âge d'or du jazz et ses grandes figures comme Duke Ellington ou Louis Armstrong. Plus les secondes passent et plus la façon dont Alicia danse devient de plus en plus souple. Ses jambes se mettent à virevolter, réussissant à suivre la cadence imposée par le tempo de la chanson et par celui de Dan. Ils en viennent même à atteindre une grande synchronisation, comme pour Ghosttown quelques minutes plus tôt. La jeune femme regarde le visage de son ami et le retrouve tel qu'il était quelques semaines auparavant, illuminé et plein de joie. Shizuka lui avait enseigné la danse et lui avait dit que "ce n'est pas le genre d'activité où on se doit d'avoir les larmes aux yeux. Danser, c'est avant tout un moyen de montrer sa joie de vivre." Et cette fois, c'est la dernière chanson, le juke-box étant éteint après cette performance visuelle. Dan retourne s'asseoir sur son fauteuil, avec Alicia sur ses genoux et installée dans ses bras.

- Merci encore d'être venue, dit-il en serrant son amie dans ses bras et en lui embrassant le front.
- Tu l'aurais fait si quelqu'un d'autre était à ta place, répond-t-elle, toute souriante.
- C'est vrai. Sinon, je suis fatigué après avoir autant dansé.
- Moi aussi. Quelle heure est-il ?
- Il doit être pas loin de sept heures, dit-il en jetant un œil sur sa montre.
- Les autres ne devraient pas tarder à rentrer.
- Et ils ont pu vu vous voir les autres, lance une voix près de la porte de la salle cinéma.
- Qui est-là ?, demande Dan.
- Tu ne reconnais pas tes propres amis ?, dit Veneko en apparaissant dans l'entrebâillement de la porte.
- Ça fait une demi-heure qu'on vous observe, ajoute Kylie.

Dan et Alicia se relèvent et constatent que le reste du groupe se trouvait dans la maison. Extrêmement gêné, le jeune homme cherche à regarder ailleurs mais les yeux de tout le groupe de ceux d'Alicia sont braqués vers lui, épiant le moindre geste. Résigné, il ne peut que se rendre à l'évidence et dire :

- Je vous présente des excuses pour ne pas m'être comporté comme j'aurais dû.
- Tu n'as pas à t'excuser, dit Kaly. Nous sommes tous un peu coupables de ne pas avoir réagi aussitôt.
- Je crois qu'Alicia a fait du bon travail, dit Senji, ce qui lui vaut un regard noir de la part de Kaly.
- Quand avez-vous commencer à nous observer ?, demande Alicia.
- Dan était en train de chanter sur du Aerosmith, dit Sean, l'expert musical.
- D'où est-ce que tu sais aussi bien chanter, Dan ?, questionne Veneko.
- Et je ne savais pas que tu dansais aussi bien Alicia, dit Kylie en souriant.
- C'est vrai que vous étiez fantastiques, tous les deux.

Dan et Alicia se regardent et laissent échapper un certain rire, ce qui amuse les autres personnes. Puis, ils se dirigent vers le groupe, Alicia toujours calée dans les bras du jeune homme. Une personne réagit immédiatement :

- Vous formez un très beau couple.
- Tais-toi, Jeff !, répondent Dan et Alicia.
- Cette synchronisation …
- Non, on n'est pas ensemble, dit Alicia avec un sourire amusé. Dan est comme un petit frère pour moi. Il est trop mignon.
- C'est louche, dit Veneko.

Là, Kylie et Nejma assènent chacune un petit coup de poing sur la tête de Jeff et Veneko. Pour elles, ce genre de moment tout à fait adorable ne doit pas être brisé par des remarques inutiles. Dan s'approche des enfants et les serre dans ses bras en souriant. À ce moment-là, il se rend compte qu'il est passé à côté de quelque chose depuis une journée. Ça ne lui sert à rien de devoir ressasser le passé et d'en pleurer. Nonobstant la mélancolie qui est amenée avec ces événements, il faut être capable de mettre cela de côté pour pouvoir avancer vers un chemin ensoleillé. Cette petite séance de confession avec Alicia a l'air de lui avoir fait énormément de bien, même s'il a été pleinement et profondément veule, torpide, atone, inerte lorsqu'il a pu toucher les délicates lèvres rouges rosées de son amie. La douce odeur de ses lèvres présentant un arôme de framboise, en plus du parfum de rose délicatement distillée ont permis le développement de sentiments amoureux. Dan gardera cela en mémoire même s'il a refusé de donner suite. Même si une vague tristesse borde la jeune femme, elle sait qu'il lui aurait été trop lourd de garder ses émotions pour elle-même. À présent, la rixe face aux démons revient occuper les pensées de Dan.


avatar
Messages : 1062
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le Démon d'un autre monde

le Lun 3 Sep - 11:55
Chapitre 70 - Plus que trois jours de répit partie 1 - La tristesse de Mina...

Spoiler:
Si j'avais à décrire l'état dans lequel je me trouve en ce moment, je ne suis pas sûre qu'il y ait le mot le plus adéquat. Catastrophique serait un terme trop fort. Mauvaise est plus vague. Étrange ne refléterait pas tellement la situation. J'ai un énorme bourdonnement qui me parasite l'intérieur du crâne. C'est comme si on avait fait exploser un pétard géant juste à côté de mes oreilles, sans casque ou bien une quelconque protection. La sensation de surdité est affreuse et c'est le moins que l'on puisse dire. Imaginez un pivert en train de s'acharner sur votre boîte crânienne comme si c'était un arbre dans lequel il allait percer de nombreux trous. Je jurerais ne pas avoir bu la moindre boisson alcoolisée mais cette migraine me laisserait penser que j'ai une sévère gueule de bois. Je tente d'ouvrir les yeux mais les paupières ont dû être soudées tellement c'est difficile de faire ce mouvement pourtant si anodin. Mon corps est réduit à une lourde masse inerte, inanimée, impuissante, immobile … un tas de gravats sur le sol, voilà ce que je suis.

Décrire la position dans laquelle je me trouve relèverait de l'exploit tant que je n'aurai pas réussi à ouvrir ces fichus yeux. Mes sens ne répondent plus. C'est limite si mon cerveau s'est échappé et a pris son indépendance. Je deviens une loque, dont les bras sont devenus flasques et les jambes des flaques. Je ne sais même plus ce qui m'est arrivée ! Est-ce que j'ai fait un effort physique totalement inconsidéré et considérable, au point de découvrir de nouveaux muscles dans mon corps ? L'intégralité de mon corps est ankylosé et j'ai la douloureuse sensation que cela ne fait qu'empirer au fil des secondes. Ma tête est en proie aux migraines les plus carabinées, sans doute trop puissantes pour un tube d'aspirine. Mes cervicales ont l'air d'être fragilisées et la souffrance que j'arrive étrangement à ressentir doit être due à des mouvements de la tête que je dois faire en totale inconscience. Mes bras sont plus mous que le flan que me préparait ma mère quand j'étais petite, tout comme mes jambes. Et pour le reste du corps, il y a vraiment trop de sensations qui se croisent un peu partout, ce qui fait que tout est si insupportable.

Je n'ai vraiment aucune idée de l'endroit où je me trouve, ni même depuis combien de temps j'y suis. Je suis presque morte cérébralement tellement ma pensée sonne creuse. La dernière chose dont j'ai parfaitement souvenir, c'est la toute fin du Duel entre Eyazon et Warren dans cette espèce de bunker en plein dans cette étrange forêt. J'ai clairement vu mon ami perdre ce combat avec l'attaque d'une créature que je n'avais jamais vu auparavant. Après que Warren a perdu tous ses Points de Vie, je crois qu'il s'était effondré puis relevé et …

- TOUT VA BIEN ???, hurlé-je spontanément.

Je me redresse comme si je venais de me réveiller après un affreux cauchemar. On aurait dit un vampire des Carpates qui émergerait de son cercueil la nuit pour aller faire une razzia sanguinolente. Tout à coup, mes yeux se sont ouverts, mes oreilles débouchées et mon énergie retrouvée. À présent, je peux passer à la question suivante : Qu'est-ce que je fais dans cet endroit ? Avant même que la réponse me parvienne, j'entends une voix d'homme juste devant moi, une voix familière.

- Je t'ai demandé si tu étais réveillée, pas si tu pouvais hurler … En tout cas, ça m'évite d'avoir recours à la manière brutale.

J'ai la sensation d'avoir une immense nappe de brume dans le champ de vision mais je crois que c'est sans doute parce que j'ai passé trop de temps "endormie". J'essaye de les frotter pour voir plus clairement mais … mes bras ne bougent plus ! J'arrive à les sentir, un peu plus depuis quelques secondes, mais je suis incapable de les faire passer derrière mon dos. Une étrange chose entoure mes poignets, et plutôt solidement je dois dire. Je plisse mes yeux pour distinguer plus nettement la personne qui vient de s'adresser à moi. Je reconnais la voix mais la silhouette de ce personnage est plutôt étrange. Il faut attendre une minute et un courant d'air pour faire bouger le rideau, ce qui me permet de distinguer plus clairement une partie du visage grâce aux clair de lune.

- Wa … Warren ? C'est … C'est toi ?, bégayé-je.
- Il semblerait que oui, dit ce dernier.

Il est assis sur une chaise, le regard froid et menaçant posé sur moi. Je tremble légèrement lorsque j'aperçois très distinctement le blanc de ses yeux. Ceux-ci sont comme démunis et privés de bons sentiments. Il esquisse un sourire mais ce dernier est totalement assombri par l'éclat lunaire, ce qui renforce cette peur en moi. Warren ne se lève pas mais continue de me parler :

- Est-ce que cet endroit ne t'effraye pas trop ?

Je regarde autour de moi et … il y a de quoi être terrifiée. Je suis dans une petite chambre d'à peine dix mètres carrés. Le sol est à moitié recouvert d'un truc bleu que je n'arrive pas à définir. Les murs sont aussi blancs que les yeux de Warren et le papier peint moisi est arraché sur certains pans. Le plafond a l'air d'avoir survécu à un tremblement de terre étant donné les larges fissures qui le zèbrent. À la droite de Warren se trouve une porte, fermée pour le moment, mais en toute logique, ça devrait être une chambre donc c'est une petite salle d'eau. À côté de moi se trouve un placard avec deux portes fracassées comprenant un miroir … ou du moins, ce qu'il en reste. De larges traces de sang traversent ces plaques et il y a un morceau de chair qui se putréfie au pied, dégageant cette odeur absolument vomitive et atroce. Warren est assis sur cette chaise devant une espèce de table encastrée dans le mur et la salle d'eau. Quant à moi, je suis assise sur un lit ou une sorte de moitié de matelas. J'arrive à voir la fragilité du sommier, auquel un quart des lattes ont disparues. Enfin, la table de chevet – ayant un pied en moins – qui s'y trouve est surmontée d'un socle de lampe avec … un crâne.

- Qu'est … qu'est-ce que c'est que cette horreur ?, dis-je, toute effrayée.
- Le corps du dernier occupant de cette chambre. Si je m'appuie sur une étude du crâne en partie noirci, il est sans doute mort depuis plus de trois mois.
- Où … Où sommes-nous ?
- Ah oui ! Nous ne sommes plus en Endlenda, et ce, depuis quelques jours. Tu te souviens d'une petite salle dans laquelle nous étions et où j'ai pointé un couteau dans ta direction ? En fait, tu as fermé les yeux de façon instinctive … et tu t'es un peu évanouie pendant quelques jours … Sinon, pour reprendre la question que tu m'as posée, nous sommes revenus à Akinokuwa et plus précisément dans l'ancien hôpital militaire.

J'écarquille les yeux en essayant de me repasser la séquence dans mon esprit encore dans les vapes. Pourquoi est-ce qu'il a décidé de nous poser ici ? Pourquoi cet endroit devenu le repaire du vice ? L'inquiétude s'accroît sur mon visage, ce qui semble faire rire Warren. J'arrive même à sentir une goutte de sueur perler sur mon front.

- Je sais ce que tu te dis, Mina. Tu veux savoir pourquoi tu es ici …
- Euh …
- C'est bien simple. J'ai juste eu une idée en tête et tu me seras d'une immense utilité. Ça, je te le garantis.
- Dis-moi ce que tu vas faire ?
- Et puis quoi encore ? Tu as cru que je répondrai à toutes tes questions ? - Tu es vraiment pitoyable, ma chère Mina. J'aime laisser le voile sur certaines choses, surtout sur ce que tu comptes devenir …

Il n'en fallait pas plus pour que mon corps soit rapidement gagné par la peur. Une étrange sensation s'empare de mes bras. Ils deviennent froids comme la glace mais les muscles sont devenus un peu trop raides, pareil à ceux des cadavres. Ma respiration devient plus saccadée, mon cœur ratant quelques battements sous le coup de l'effroi. La personne qui se tient face à moi n'est pas le Warren avec lequel j'étais devenue amie. Il ressemble à la version d'avant mais avec une certaine maturité en plus. Il ne se contente plus de faire souffrir des individus pour les rabaisser. Je ne sais pas tellement quoi penser en contemplant cette silhouette plus qu'épouvantable.

- Est-ce que tu as peur, Mina ?

La question paraît des plus simplistes, tout comme la réponse. Comment ne pas avoir peur dans ce genre de situation tout à fait digne d'un film d'horreur ? Depuis que j'ai ouvert les yeux, j'ai l'impression de vivre le pire cauchemar possible … et j'ai la sensation que ce n'est pas tellement un produit de mon imagination. Pourtant, après un petit temps d'hésitation la plus pure, je finis par répondre :

- Bi … Bien sûr … que oui !
- Est-ce que tu crois avoir raison d'être terrifiée ?

Je hoche la tête en essayant de détourner mon regard le plus possible du visage hideux de Warren illuminé par la laideur du clair de lune. Ça me rappelle la nuit où j'avais envie de regarder un film d'horreur toute seule chez moi. Je m'étais bien enfermée et j'avais choisi Ring, d'Hideo Nakata. Histoire de bien me mettre dans l'ambiance, j'avais construit une espèce de tente avec des couvertures et j'avais commencé à visionner ce film. Je devais avoir treize ans, j'étais toute seule à la maison. Mes parents travaillaient et mon frère était chez des amis. La créature qui sortait de la télévision m'avait tellement effrayée que j'ai eu peur des écrans et des sonneries de téléphone pendant au moins quinze jours. Évidemment, j'ai dû raconter cela à mon frère, qui s'est aussitôt moqué de moi. Depuis, s'il y a bien un genre de film que je ne veux pas regarder à tout prix toute seule, c'est bien les films d'horreur.

Si je raconte cette mésaventure, c'est parce que j'ai l'intime sensation que je me trouve en plein dans un de ces films. Je suis la triste victime et Warren serait le tueur … MON tueur. J'ai l'impression d'avoir Méduse sous les yeux. De plus, je suis – trop – solidement ligotée aux bras et aux jambes pour tenter une quelconque opposition. Si c'était une situation clichée, la victime finirait par se faire dessus. Heureusement pour moi et pour ma dignité, ce n'est pas le cas. Pour cela, je dois remercier Dan. Il m'a appris à mettre mes peurs et mes émotions de côté, ou du moins en partie. D'ailleurs, en mentionnant ce prénom, il me vient une question mais …

- Dan est à Akinokuwa aussi … cependant, il est juste chez lui, avec toute sa petite équipe de minables Duellistes.
- Comment …
- J'ai appris à lire dans la pensée des individus avec qui j'ai pu avoir un contact. Et du coup, je lis en toi comme dans un livre ouvert.
- C'est malsain de faire ça, dis-je en tentant de me défendre.
- Je sais que tu es apeurée. Rien qu'avec cette révélation minime, tu as la chair de poule, des sueurs froides, les dents qui claquent. C'est quelque chose qui est certes naturel … mais vraiment intéressant dans notre cas. J'aime te voir en train de t'apitoyer sur ton sort en te demandant quand la personne que tu espères voir finira par arriver.
- Dan va venir me sortir de là, je le sais !, dis-je.

Warren éclate de rire juste après cette remarque. Je suis absolument sérieuse en disant que Dan va venir ici. Il ne reculerait devant rien pour m'aider, ça j'en suis absolument certaine. Je dois sortir d'ici pour rejoindre Dan … mais c'est mission littéralement impossible. Il n'y a que dans mes rêves que je pourrais me trouver dans les bras de Dan.

- Est-ce que notre demoiselle aurait le cœur qui chavire pour le beau ténébreux ? Si j'en crois la dilatation de ta pupille gauche, c'est le cas.
- N … Non !, dis-je, interdite. Tu te trompes.
- Si tu le dis, dit Warren en croisant ses jambes et en sortant un paquet de cigarettes de sa poche.

C'est bien la première fois que je le vois faire ça. Pourquoi est-ce qu'il s'est mis à fumer ? Je croyais pourtant qu'il n'y toucherait pas, étant donné que son père avait l'habitude de fumer quatre cigares par jour. Il prend une cigarette qu'il allume aussitôt. Et là, des volutes de fumée envahissent la petite chambre. L'atmosphère devient de plus en plus nauséabonde. Je ne peux pas m'empêcher de tousser après avoir inhalé de cette immonde fumée. Cela fait rire Warren qui continue à parler, tout en écrasant les cendres dans un cendrier de fortune.

- Est-ce que tu as une petite idée de ce pourquoi nous sommes précisément dans cet ancien hôpital ?

J'aimerais répondre sans bégayer mais je ne peux que me résoudre à faire un signe de tête négatif. Mais dans ma tête, je n'ai absolument aucune idée de la réponse. Et même si je devais étudier la question avec un peu de recul, j'en serais totalement incapable. Cela fait évidemment sourire Warren qui tire une nouvelle latte et projette un immense jet de fumée.

- Arrête de faire ça !, dis-je.
- Ah oui ?, dit-il. Tu crois réellement m'impressionner, Mina ? La peur doit t'avoir fait perdre une partie de ta raison pour te mettre à proférer des menaces envers moi. Est-ce que tu sais qui je suis au moins ?
- Euh … Warren ?
- Je suis le fils du démon Eyazon, lieutenant de Nephomet, Seigneur d'Endlenda et bientôt maître des hommes.
- De … De quoi ?
- Je me doute bien que tu ne te doutes pas de la chances que tu as de te trouver face à une personne importante dans le renouveau de ce monde corrompu.

Spoiler:
"Mais qu'est-ce qu'il est en train de me déblatérer ?", me dis-je en l'écoutant attentivement. Si je me souviens bien, c'était ce que son père essayait de nous expliquer dans ce bunker mais là non plus, je n'avais pas trop compris. Qu'est-ce qu'il veut dire en parlant de "monde corrompu" et de "renouveau" ? Je ne vois pas quel est l'objectif des Démons dans notre monde. Est-ce qu'il veut dire qu'il y aura une grande bataille et que ces créatures malfaisantes pourraient tous nous tuer ? À en croire le nouveau sourire de Warren à travers ce nuage toxique blanchâtre, les questions que je me pose doivent avoir des réponses qui ne me plaisent pas.

- Tu es en train de lire dans mes pensées ?, dis-je.
- C'est amusant de connaître des pensées idiotes … surtout quand elles appartiennent à une petite idiote, ricane-t-il.
- JE NE …, hurlé-je.

Je n'ai pas eu le temps de terminer ma phrase que j'ai l'impression d'avoir été balancée en arrière à cause d'un gros coup de vent. Je me cogne violemment la tête contre le mur derrière et mon dos heurte la tête de lit en ferraille. La douleur traverse mon corps avec une fulgurance que je n'avais jamais connue auparavant. Bien évidemment, je laisse échapper un faible hurlement pour manifester cette souffrance. Cela fait rire Warren qui prend un pied total. Mon crâne devient tout chaud à l'endroit du choc et un picotement me gagne sur les omoplates. Je gémis de douleur tout en essayant de me redresser pour fixer et fusiller Warren du regard.

- Qu'est-ce que t'essayes de me faire avec tes yeux de biche ?, raille-t-il. Tu te crois dotée du pouvoir de télékinésie ?
- Tu as peur de moi …

Est-ce que je me rends compte de ce que je suis en train de lui dire ? Visiblement pas du tout. J'ai l'air encore plus stupide qu'avant en essayant de persuader Warren que tout ce qu'il fait ne sert à rien. Il a raison de dire que je suis une idiote parce que je suis certaine que quelqu'un va venir ici dans les minutes qui suivent pour mettre fin à mon calvaire. Je crois dur comme fer que Dan va venir dans cet ancien hôpital pour me délivrer, j'y crois tellement que … d'un autre côté, je réalise qu'il est vain pour moi de résister trop longtemps face à Warren.

- Tu n'es déjà plus dans le déni, c'est vraiment admirable, Mina. Tu n'est vraiment pas normale et je crois comprendre pourquoi Dan a eu l'air de s'intéresser à toi …
- Pourquoi est-ce que tu dis ça ?
- Je ne sais pas … je me dis qu'entre taches, vous vous accommodez pourtant bien. Ça doit être ça qui est absolument fascinant chez toi comme Dan.

Je ne réponds pas, préférant éviter une réponse physique de la part de mon "geôlier". Et pour être honnête, j'essaye de ne pas penser du tout. Comme ça, il n'aura rien à découvrir et je n'aurais pas à me sentir violée dans ma propre intimité spirituelle. Dit comme ça, j'ai l'impression de perdre la raison de manière progressive. Tant que je mentionne ce mot infâme qu'est "violer", tout un tas de petites réflexions cruciales traversent mon esprit à une telle vitesse que j'ai du mal à me rappeler des questions posées toutes les cinq secondes. Je sais qu'elles me poussent à m'interroger sur ce qui a pu se passer entre le moment où Warren m'a attaquée juste après son Duel et quand je me suis réveillée la première fois, puis jusqu'à il y a une petite dizaine de minutes. N'a-t-il pas profité de la situation pour commettre un acte répréhensible ? Là est tout le cœur de ma méditation intérieure. Concernant ce qu'il vient de dire sur le fait que je suis une tache, au même titre que Dan … de la part de Warren, à vrai dire, il m'a sortie tellement de fois ce genre d'appellation déplaisante qu'au bout de quelques temps, ça a perdu tout son caractère offensant.

- Dis-moi, Mina …, dit Warren en se levant.
- Quoi ?
- N'y a-t-il pas quelque chose que je pourrais t'accorder ici en attendant que le beau balafré se pointe ici ? Un peu comme un service si tu préfères …
- Un … Un service ? Qu'est-ce que tu veux dire par là ?, dis-je d'un air très méfiant.
- Je ne sais pas … dans ton cas, on serait en droit de demander à pouvoir se promener un peu … Rester ici est assez néfaste pour l'organisme …
- Pas plus que d'être à la solde de ce Nephomet, claqué-je spontanément.

Il s'était approché jusqu'à ce que son visage soit à quatre cinquièmes de mètres du mien et là, je ne me suis pas rendue compte que son poing gauche, toujours ganté depuis des mois, était parti en destination de ma mâchoire. Une vive douleur me parcourt le bas du visage, renforcé par le fait que je me sois mordue très solidement la langue. Je laisse échapper un cri de douleur tellement c'est insupportable. Je regarde Warren droit dans les yeux et ceux-ci ont pris une teinte jaunâtre, penchant parfois vers le pourpre, comme ceux de son père.

- Tu sais, Mina … j'aurais pu manifester une certaine clémence à ton égard avant le dernier acte de cet opéra qu'est le crépuscule de l'humanité … mais il semblerait que ta langue n'a jamais appris à se tenir. C'est amusant cinq secondes mais ça épuise vite. Qui sait … peut-être que si tu refuses d'être coopérative avec moi, je risquerais de tomber alors d'outrepasser certains droits.

Je ne comprends pas tellement ce qu'il veut dire, mais, à voir le sourire diabolique qui déchire son visage, auquel je trouvais un certain charme à partir du moment où il avait changé de nature après ce Duel, je constate qu'il a décidé de porter un masque révélant sa triste nature d'être malfaisant. Il se rapproche à coups de millimètres et une odeur ignoble parvient à me donner envie de vomir mes tripes. Cette odeur est un mélange de tabac froid, d'eau de Cologne, de … chair en putréfaction et de terre mélangée à de la transpiration et du sang. De mon côté, mon corps est de plus en plus gagné par les sueurs froides et j'ai l'impression que mon cœur va lâcher sous l'effet d'un immonde infarctus. Mes poumons se gonflent et se dégonflent par intermittence, se bloquant de façon progressive.

Warren n'est plus celui que j'ai connu. C'est devenu un être vicieux, une hyène, un démon de la pire espèce. Ses yeux continuent d'imiter Méduse et je crois que je suis en train de me lapidifier sur ce morceau de lit. Je ne tremble pas car mes muscles en sont purement incapable dans le moment. Puis … une main gelée se pose sur le bas de ma cuisse gauche, à l'endroit même où j'ai reçu une coupure pas encore cicatrisée d'Endlenda. La pression occasionnée par son pouce et son index est si forte que je sens mon propre sang en sortir, comme si un adolescent ferait éclater ses boutons d'acné devant un miroir. J'aimerais hurler pour le faire reculer mais c'est au tour de mes cordes vocales de me faire faux bond. L'haleine fétide de Warren parvient jusqu'à mes narines et un énorme haut le cœur me gagne. Je n'ose vraiment pas imaginer la suite de ce qu'il veut faire de moi.

Il murmure quelque chose que mes oreilles n'arrivent même plus à capter. Mon cerveau fout de nouveau le camp pendant que l'autre main de Warren se pose sur mon autre cuisse, cette fois-ci, un peu plus haut. Mes boyaux se contractent. Comme je ne crois pas avoir avalé quoi que ce soit depuis des jours, j'ai la sensation que je vais vraiment vomir … Ah ! Si je pouvais effectivement me vider les intestins sur le visage de cette affreuse personne. Ce n'est plus des mains qu'il a mais des blocs de glace avec cinq bâtonnets au bout. Il approche encore plus lentement sa tête, jusqu'à ce qu'elle arrive limite nez à nez avec la mienne. Des larmes se forment sur le coin de mes yeux et s'apprêtent à jouer les cascades tandis que je sens la respiration fumante de cet être piquer le grain de ma peau. Ligotée, je suis tout ce qu'il y a de plus impuissante. Mes bras sont derrière mon dos et mes jambes sont oppressées par deux tiges de glace.

Je ferme donc les yeux pour ne pas avoir à voir la suite des événements, ne me référant plus qu'à mes autres sens. Est-ce que j'allais toucher le fond dans cet endroit ? J'aurais sans doute mieux fait d'écouter Dan et de rester au 26, Kamen Street avec Shizuka et les enfants, plutôt que de jouer les aventurières intrépides … Je regrette absolument tout ce qui s'est passé depuis que j'ai fait cette proposition tout à fait sordide à Dan. En fait, je n'ai rien de ce que Dan, Nejma ou Veneko ont … Je n'ai pas cette fermeté lorsqu'il faut prendre des décisions. Je regrette amèrement tout ce qui a pu m'arriver depuis des jours. La peur s'était déjà emparée de moi au moment-même où Dan s'est finalement résolu à m'accepter pour l'accompagner dans ce portail dimensionnel. Je suis peureuse, pleurnicheuse, pitoyable … bref, je ne suis rien … Vais-je mourir ? Warren me disait que non mais je suppose qu'il est vain d'accorder sa confiance à un serpent, surtout si celui-ci a été engendré par un Démon.

Pendant que je ressassais mon glorieux passé, j'ai totalement fait abstraction de ce que Warren faisait. J'ai senti une vive sensation au niveau de mes lèvres. Ça avait un goût pour le moins épouvantable. C'était comme manger un morceau de viande crue, d'où le sang coulait encore fraîchement. Ça n'a duré que dix secondes, sans doute les pires de ma vie. Je pense que toute cette expérience est déjà la pire chose que j'ai pu vivre, à des kilomètres devant les petites scènes de harcèlement de la part de ce même individu, mais là … ce goût tout à fait repoussant, vomitif, répugnant me hantera pendant un très long moment, si ce n'est jusqu'à la fin de mes jours – si nombreux soient-ils –. Puis, une fois ces dix secondes infernales et éternelles écoulées, je sens un espèce de courant d'air et un bruit étrange. La pression sur mes cuisses disparaît instantanément J'ouvre un œil et je vois Warren à l'autre bout de la salle, agenouillé et se tenant le bas du ventre.

- Qu'est-ce … Qu'est-ce … qui s'est … Que … s'est-il … passé ?, bégayé-je, sous le coup d'un choc inimaginable.
- Un simple bécot …, dit Warren, toujours dans cette étrange posture. J'ai … testé mes … propres limites … et c'était agréable.

Le mot "bécot" a sonné comme le glas pour moi, et le "agréable" était le toucher glacial de la Faucheuse. C'était dévastateur et je sens une intense douleur au plus profond de mon cœur. Il a osé le faire … Il a osé briser une des barrières protégeant mon intimité ! Je dois avouer que c'était la première fois que cela se produisait … mais quelle horreur !!! C'était ignoble !! Tout ce qui pouvait rester de dignité et d'honneur chez moi a volé en éclats. Mon état est difficilement descriptible mais Warren est tout aussi étrange. Il continue de se tenir le ventre mais il a l'air de s'esclaffer. Son petit rire devient de plus en plus fort et me fait frissonner de terreur. Je ne sais pas pourquoi mais je me mets à vouloir le raisonner.

- Où est le Warren qui a été accueilli par Dan sous son toit ? Où est celui qui a pris ma défense pendant le Tournoi ? Où est-il ?

Après avoir ri pendant une minute trente, Warren me regarde après avoir fait un mouvement de tête hyper rapide. On aurait tout simplement cru voir un chien de chasse se mettant à l'arrêt après avoir entendu un bruit provoqué par un gibier.

- Il faut choisir sa voie … ce Warren s'est perdu … et mon père l'a recadré sérieusement … celui que tu as connu n'est visiblement plus de ce monde … Et toi ? … Est-ce que tu as choisi ta voie ?
- Je … veux … t'aider …, dis-je, toujours en bégayant. Reviens … avec … nous.

Je ne comprends absolument pas ce qu'il me dit. Là, mon cerveau a disjoncté et la panique commence à s'emparer de moi pour me torturer … J'ai répondu comme je pouvais, même si je ne savais pas trop quoi dire. Il vient de m'embrasser contre mon gré et je n'ai rien de plus débile à lui dire que je veux l'aider. Il faudrait que je commence à consulter parce que je crois que ça ne tourne plus trop rond dans ma tête. Et un éclair de lumière bleue illumine la salle et une intense douleur me paralyse. Avec ce que j'essaye de voir tout en me tortillant de douleur sur ce morceau de matelas, c'est un Warren qui a révélé sa vraie nature, celle d'un Démon impitoyable, prêt à tuer quiconque se mettant en travers de son chemin. Il a main tendue dans ma direction et me balance des éclairs. Cette fois, j'arrive quand même à hurler et même à m'égosiller tellement toute cette souffrance est inutile et inhumaine. J'atteints des tonalités de voix inédites à cause de cette infâme punition. La torture est au-delà de tout ce que j'ai pu supporter.

Spoiler:
"Heureusement" pour moi, cela n'est que bref. Je ne sais pas combien de temps il s'est amusé à vouloir m'électrocuter mais il s'est arrêté. Je suis parsemée de brûlures certes superficielles mais la douleur est nettement plus qu'insupportable. Je comprends un peu ce qu'un condamné à mort doit ressentir sur la chaise une fois mise en marche. Je suis devenue un morceau de viande grillée et légèrement fumant. Est-ce que je vais mourir ? Aucune idée. Est-ce qu'il teste ses nouveaux pouvoirs dans le but de torturer le reste de l'humanité ? Peut-être. Est-ce qu'il fait ça pour le plaisir ? Plausible. Mais là, je parviens à entendre le bruit d'une porte qui s'ouvre et … un événement tout à fait improbable à mes yeux survient …

- Tu aurais quand même pu nous dire où tu étais fourré …, râle une voix familière.
- Tiens … qu'est-ce qu'elle fait ici, celle-là ?, demande une autre voix connue.

Je peine à ouvrir les yeux après cet épisode électrique mais ces voix criardes ne sont pas un signe de bon augure. Sid et Ryô viennent d'entrer dans la petite chambre où nous nous trouvions. Et je pense qu'ils ne sont pas venus seuls. J'aimerais reprendre conscience mais la douleur subie est trop forte pour que je puisse rester éveillée et en état de capter la moindre parole. Je renonce à m'effondrer en me cognant contre la tête de lit.

- Ne me dis pas qu'elle vient de claquer ?, demande Sid.
- Non … elle est de nouveau knock-out, et si possible, pour au moins deux jours. J'ai encore besoin d'elle, dit Warren.
- Tu es toujours décidé à remettre ça avec lui ?, interroge Ryô.
- Arrête de me prendre pour quelqu'un de faiblard.
- Ce que tu es, Warren … Ce que tu es. Tu n'as pas réussi à faire vaciller ton propre père et si je me souviens bien … la personne que tu dois affronter a toujours gagné contre toi. J'espère que tu sauras correctement manier ton jeu …
- Je ne décevrai pas notre Maître.
- Il n'y a pas que lui que tu ne dois pas décevoir, si tu vois ce que je veux dire.

Warren regarde attentivement les quatre autres personnes présentes – l'intuition de Mina s'est révélée exacte puisque Terry et Jil – sont effectivement avec Sid et Ryô. Il fronce les sourcils face à quatre membres du petit gang qu'il dirigeait puis qu'il a affronté en finale du Tournament. À en croire cet air sérieux, la remarque de Sid n'était pas tellement nécessaire. Warren serre le poing droit et répond :

- Tu n'as pas à me dire ce que je dois faire pour mon père.
- C'est amusant parce que ce que disait la fille est un peu vrai, objecte Ryô. Tu te places vraiment sous la sainte protection d'Eyazon.
- Et alors ?
- Ça fait un peu favoritisme … si tu vois ce que je veux dire, place Terry.
- Ne me dites pas que vous en éprouvez de la jalousie ???, raille Warren. Je vous ai toujours trouvé pathétiques mais pas à ce point-là. J'ai un groupe de gamins qui pinaillent parce qu'ils ne sont jamais entendus ni respectés … Franchement, vous me décevez encore et toujours. Va falloir songer à mûrir parce que j'en connais qui serait très friand de vous délester d'une partie de vous-même si vous finissez encore par échouer. Ça serait dommage pour vous.

Warren reçoit un coup de poing de la part de Sid. C'est reparti pour les scènes d'enfantillages entre ces deux personnes. Ils n'ont jamais pu s'entendre, que ce soit dans un même camp ou évidemment face à face. Une légère coupure apparaît sur la lèvre inférieure de Warren, faisant apparaître une minuscule gouttelette de sang. Il n'a même pas vacillé après cette gauche. Il porte cependant un doigt à l'endroit devenu légèrement plus chaud à cause de l'hémoglobine et hume l'odeur de son propre sang, ce qui provoque des réactions étranges de la part des quatre autres personnes. Sid reprend alors :

- Le fait que ce soit ton père n'a rien à voir avec cette mission, tout comme un éventuel favoritisme. Le Grand Chef t'a ordonné de régler tes comptes avec l'autre enfoiré … et si tu échoues … nous pourrons sans aucun doute danser sur ta tombe. Je n'apprécie pas tellement le fait de devoir répondre à tes ordres, Warren. Mais ce n'est pas à moi de décider. Nous avons également des objectifs à accomplir pendant cette bataille. Continue à sentir ton sang si ça te chante mais tu n'auras pas d'autre chances de bien te faire voir par ton paternel ou par le Grand Chef si tu te fais battre comme un simple débutant par ce gars …

Comme très souvent, Sid reçoit une droite massive en pleine mâchoire. Cela a le mérite de calmer les ardeurs des trois autres personnes qui comptaient sans doute s'en prendre à son agresseur, ou bien se moquer de nouveau de lui. Ils le fixent avec des yeux grands ouverts, en reculant d'un pas. Par ailleurs, Warren répond sans hausser la voix, soudainement devenue incroyablement silencieuse et monotone :

- Je suis devenu plus puissant que lui … Mon père a beau ne pas m'apprécier, n'empêche que je suis obligé de lui rendre hommage, à lui comme à Nephomet. Et si je peux assouvir ma vengeance sur ce cher Lotyuwi … alors ce sera uniquement le fruit de mes efforts. Allez donc vous préparer … on a besoin de vrais hommes pour gagner cette bataille, pas de pleureuses … y en a une à côté et c'est bien suffisant.

Sid se relève, aidé par Ryô, et fait signe à ses compères de quitter la chambre. Une fois la porte refermée, Warren tourne la clé pour la verrouiller et s'adosse à la porte en riant comme s'il venait de se briser le bras. Pendant trois ou quatre minutes, il ressemble davantage à un fou aliéné qu'à un être humain. Il fume une seconde cigarette qu'il écrase contre la porte. Rien ne semble être en mesure de le ramener à la raison pour le moment. Il se redresse et s'assied sur le lit, en boitillant, ce qui est étrange puisqu'il n'est pas blessé. Une fois posé, il dit alors :

- Je sais que tu es toujours consciente, Mina … Ton esprit est encore moins discret qu'un rhinocéros dans ce couloir.

J'ouvre aussitôt les yeux. J'avais fait en sorte de cacher mon visage et garder les yeux fermés pour feindre un nouveau malaise. En réalité, la séance d'électrocution m'a bel et bien affaiblie mais j'ai pu vite récupérer et j'ai entendu les deux coups de poings qui ont été échangés entre Sid et Warren. La main gelée de ce dernier se pose sur mon épaule gauche et me retourne rapidement sur le dos. De nouveau terrifiée, je n'imagine pas ce qu'il a en tête. Son autre main repousse les cheveux qui couvrent mon visage endolori. D'ailleurs, l'intégralité de mon corps est ankylosé et ces liens qui m'oppressent ne font que renforcer cette affreuse souffrance.

Une fois mon visage dégagé, je parviens à contempler ce monstre, assis juste à côté de moi, souriant comme un diable. Et cette voix glaciale, agaçante et propre à cet être résonne dans mes oreilles :

- Je vais être très clair … il y a une personne que je désire affronter plus que tout au monde. Il y a une personne que je veux réduire au silence, en plus de toi. Il y a une personne qui me permettra enfin d'accomplir ma destinée de marcher aux côtés de mon père et du Seigneur Nephomet. Cette personne se nomme Dan Lotyuwi … J'ai beau l'avoir côtoyé et avoir vécu sous le même toit que lui pendant quelques mois … cette époque est révolue depuis longtemps. Nous nous affronterons ici même, dans ce splendide hôpital, théâtre de la déchéance ultime de celui que les Démons appellent "Le Démon des Anges". Je lui offrirai un spectacle qui sera gravé éternellement dans son esprit … et toi … Toi ! Mina Mizunori ! Tu seras la première spectatrice de ce fabuleux tableau intitulé "Avènement des Démons et châtiment humain".

Écoutant ces paroles complètement dérangées ne fait que m'énerver encore plus. Réagir physiquement serait complètement inutile et surtout débile. Ma respiration devient de nouveau plus difficile, très saccadée. Et mon ravisseur se permet même une nouvelle atteinte physique. Étant toujours allongée, il en profite pour croiser ses bras juste au-dessus de ma poitrine. Il approche sa tête devenue hideuse et laisse échapper un énième nuage de nicotine, enflammant ma glotte. Malgré cette nouvelle attaque, je finis par répondre la première chose qu'il me vient en tête :

- Si Shizuka te voyait comme ça …
- Comme ça quoi ?
- Elle serait déçue.

Cela fait sourire Warren, qui la tenait en très haute estime, surtout pour l'avoir accueilli sous son toit et pour l'avoir soigné des effets du paralysant lors de la Finale du Tournoi. Il se lève et se place devant une des deux portes de placard explosées. Il est dos à moi et dit d'une voix pesante :

- De toute façon, cette vieille grue ne pourra plus rien dire …
- Q … Quoi ?
- Elle a quitté ce monde. Elle a affronté Dilvolg en Duel et a perdu, occasionnant sa chute vers le monde des Enfers, le tout sous les yeux du pitoyable pauvre petit Dan. Je me demande quel est l'état mental de Dan à présent que sa pseudo-môman n'est plus là … Une petite pièce sur le torrent de larmes.

Cette déclaration vient anéantir mon esprit. Shizuka ? Morte ? Je ne peux pas le croire ! C'est impensable d'imaginer cela. Et en Duel surtout ?? Elle qui a été une très grande Duelliste dans sa jeunesse, qui a formé Dan et qui a soutenu toute l'équipe pendant le tournoi … Partie à jamais ? Je suis littéralement sans voix. Mais d'un autre côté, je crois être un peu d'accord avec ce que vient de dire Warren. Dan doit vraiment être au fond du trou pour avoir été témoin de cela. Je regrette vraiment de ne pas être restée à Akinokuwa. J'aurais sans doute pu convaincre la gouvernante de rester à la maison plutôt que de perdre la vie sans doute inutilement contre un Démon.

Ma peine grandit au fil des secondes voire des microsecondes. J'aimerais serrer Dan dans mes bras pour le consoler. J'aimerais pouvoir apaiser la terrible douleur qu'il doit subir depuis quelques jours. Mais … je ne peux rien faire … à peine bouger la main. C'est tout ce dont je suis capable. Si Dan est devenu pitoyable à cause de cet événement, je le suis aussi parce que je me sens un peu stupide de ne pas avoir pris les bonnes décisions.

- Je commence à croire que c'était la douleur que nous avions tous les deux ressenti l'autre jour, me dit Warren en se retournant. … Tu sais ? C'était juste avant que je ne te pointe un couteau sous le nez. Je crois que le décès de cette vieille chouette m'a rappelé le souvenir de l'ancien Warren. …. Brrr, quelle horreur ! Il est à présent neutralisé et il ne reviendra plus jamais me hanter.

"Ainsi donc, une part de bonté subsiste en lui …", me dis-je. Tout n'a pas l'air d'être perdu. Si Warren éprouve encore ce sentiment de souffrance liée au deuil, c'est qu'il est capable de ressentir la joie et le bonheur. Son âme est de plus en plus rongée par la haine, la destruction et la mort. Fumant sa troisième cigarette, il ne se rend pas compte que son esprit a été lâchement obscurci par les ténèbres de son père. Entre deux lattes, il me dit :

- Est-ce que tu veux que je t'avoue un de mes petits secrets ?
- Si … tu me le dis … ça ne sera plus … secret, lui dis-je.
- Possible mais bon … au point où nous en sommes … En fait, je me suis rendu compte de quelque chose il y a de cela quelques mois. À l'époque, c'était l'ancien Warren, l'espèce de Duelliste faiblard qui vivait avec vous, qui était aux commandes de mon esprit. J'en ai fait la découverte il y a de cela quelques heures, pendant que tu étais en train de dormir …
- Et … qu'est-ce qu'il … a découvert ?
- Quelque chose d'affreux ! D'impensable et de complètement irrationnel !!, répond-t-il en me voyant stupéfaite. Il en pinçait pour toi. Tu te rends compte de la stupidité de ce Warren. Être tombé sous ton charme !! Mais c'est absolument débile !!

Je ne réponds pas du tout. À vrai dire, je suis tiraillée entre le choc et la curiosité. Je suis bien évidemment choquée parce que d'entendre un aveu sentimental de la part d'un type qui m'a brutalisée pendant un petit moment, ce n'est jamais la meilleure chose qui peut vous rassurer. Est-ce qu'il est atteint du syndrome de Lima ? On ne sait jamais. En tout cas, je ne suis pas atteinte de celui de Stockholm … Ce choc confirme ma peur pour cet individu. Et je comprends mieux l'espèce de bécot qu'il m'a fait. Ses limites, comme il l'a dit, étaient sans doute celles qu'il a fixé après avoir changé de camp … C'est l'option la plus plausible que je puisse imaginer. Et d'un autre côté, je suis effectivement curieuse. Curieuse de savoir comment Warren, du temps où il était devenu plus appréciable, a développé ce genre d'affection à mon égard ? J'avais mis mon ressentiment haineux de côté pour lui tendre la main et faire en sorte qu'il change. Il a effectivement changé et je devais être la première à m'en réjouir. Mais là … tout se noie dans une espèce de réflexion pseudo-philosophique que je ne veux pas détailler.

- Je ne sais pas si tu te rends compte de l'immense erreur que j'ai pu commettre … ou plutôt celle de l'ancien Warren. Sérieusement, tu en prends conscience ???

Je ne trouve rien de mieux que d'acquiescer de la tête, sans prononcer le moindre mot. Là-dessus, Warren écrase son troisième mégot avec le talon et s'avance de nouveau vers moi. Sa main se pose sur mon épaule et tout à coup, il arrache une petite mèche de cheveux. Le coup sec provoque une énième douleur. J'en ai vraiment marre de souffrir dans cet endroit plus qu'anxiogène.

- ARRÊTE DE ME FAIRE DU MAL !!!!, hurlé-je.
- Tais-toi …, murmure Warren.

Une droite suffit à coucher Mina sur le matelas. Warren la regarde, sans broncher, sans parler, sans rire, sans sourire, quelques cheveux d'un brun sali par le sang et la poussière dans le creux de la main. Pourquoi ces deux derniers gestes ? Pourquoi tant de violence à l'égard d'une personne qui est complètement innocente à toute cette panoplie d'événements sombres et tristes ? Pourquoi ? Pourquoi ?

- Ferme ta gueule, Mina … tu parles beaucoup trop …, murmure Warren.

Il se saisit d'une nouvelle cigarette et l'allume. Puis, il retourne s'asseoir sur la chaise sur laquelle il était confortablement installé avant que Mina ne se réveille. La jeune femme a reçu une droite semblable à celle qu'il a expédié directement dans la mâchoire de Sid quelques minutes auparavant. Elle gît sur le matelas moisi, du sang apparaissant sur le coin du crâne. Elle est complètement knock-out et ne se relèverait même pas au compte de dix. Warren aurait-il gagné un combat entre son "ancien lui", qui avait l'air d'être grandement soutenu par Mina ? Possible.

Une fois assis, il prend une feuille de papier jaunie par le temps. Il regarde sa main et ne réfléchit pas … il se met à écrire quelque chose, avant de le rouler puis de nouer les longs cheveux de Mina arrachés. Que peut-il bien vouloir et à qui est destiné ce message ?


avatar
Messages : 1062
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le Démon d'un autre monde

le Lun 3 Sep - 12:16
Chapitre 71 - Plus que trois jours de répit partie 2 - Alliance réunie...

Spoiler:
Akinokuwa, trois jours avant la fin du compte à rebours lancé par Nephomet. Toute la ville est devenue silencieuse, presque morte. Il n'y a quasiment plus rien qui ne fonctionne. Les bus, trams et métros sont suspendus. Les infrastructures financières sont littéralement hors-service. Sur les quatre dernières journées, elles étaient totalement prises d'assaut par des dizaines de milliers d'habitants en proie à une panique démentielle. Beaucoup ont également quitté la ville en laissant toute leur vie derrière eux. Le jour se lève à peine et il fait pourtant sombre. Un nuage noir d'encre recouvre le ciel, en laissant passer quelques rayons. Depuis l'assaut des Démons, la ville se transforme petit à petit en une ville-fantôme. Et ça, Dan ne peut que le constater. Il est en train de se promener dans les rues du centre-ville en compagnie d'Alicia et de Kaly. Senji s'est transformé en corbeau et ses croassements résonnent comme dans un cimetière.

- C'est la première fois que je vois cela, dit la jeune femme, effrayée.
- Nous sommes deux …, répond Dan.

Même la Lune a l'air plus accueillante quand on constate l'état déplorable d'Akinokuwa après une toute petite attaque sans doute anodine par rapport à ce qui est prévu dans trois jours. Les Démons ne sont restés qu'une petite vingtaine de minutes … un gros quart d'heure maximum, et pourtant, cela a suffi pour terrifier la population. Dame Akinokuwa a été blessée et l'agonie plane au-dessus d'elle. À cause de cet effroi, Alicia se retrouve à serrer contre le bras gauche de Dan. Pourtant, plus de vingt-quatre heures plus tôt, les deux personnes s'étaient fixés sur leurs sentiments par rapport à l'autre. Mais là, Dan n'a pas de réaction d'hostilité vis-à-vis de ce geste d'Alicia. "Je ne peux pas la plonger davantage dans la peur …", se dit-il. Kaly glisse un léger regard aux deux personnes et dit alors :

- Tu n'as pas l'air d'avoir peur, Dan.
- Et pourtant, c'est le cas. Je sais que tout ce qui se passera dans trois jours déterminera l'avenir de nos deux mondes, mais j'essaye de la laisser de côté.

Dan est complètement glacial dans sa manière de parler. Il est très blasé mais encore plus que d'habitude. Il y aurait plusieurs hypothèses pour tenter d'expliquer cela. La première, la plus crédible, est qu'il ne supporte pas l'absence de Mina, retenue prisonnière de Warren depuis trop longtemps. Il en va à se demander s'il la reverra vivante dans les prochains jours. La deuxième solution, non des moindres, est qu'une partie de lui regrette amèrement d'avoir refusé d'accepter les sentiments d'Alicia. C'est quelque chose qui se comprend également car il se rend compte que jouer avec ce genre de sensation n'est pas la meilleure chose à faire. Il tient énormément à Alicia, certes moins que Mina, mais il a avoué qu'il la défendrait corps et âme, comme chaque personne à laquelle il tient. La troisième et dernière raison est qu'il a toujours en tête les mots que Shizuka lui a dit sur le contrôle de ses émotions. Il n'a pas encore tourné la page après le décès et l'enterrement de sa gouvernante, et c'est tout à fait normal. Ce sont les trois raisons majeures de l'attitude nonchalante de Dan.

- On a l'impression que la Faucheuse a préparé son terrain de jeu …, murmure le jeune homme.
- Pardon ?, demande Kaly.
- Nous devrions rentrer. Les Duellistes ayant répondu à notre appel devraient commencer à arriver dans quelques heures.

Kaly acquiesce et les trois personnes rentrent de leur promenade. Ils ne vont pas au 26, Kamen Street mais directement à l'hôtel Saint-John. C'est là que Dan a fixé le "point de rendez-vous" à tout le monde. Sur le retour, qui prend une petite dizaine de minutes, Alicia discute un peu avec Dan sur ce qu'il compte faire. À vrai dire, le jeune homme ne sait pas tellement quoi répondre. Il a déjà énormément de choses à régler et surtout à organiser. Son amie ne cherche pas à pousser la conversation, même si elle a réussi à tirer un sourire pendant plus de trois secondes sur son visage balafré.

Une fois arrivés à l'hôtel, Dan, Alicia et Kaly sont agréablement surpris de voir un petit attroupement sur et devant le parvis. De loin, cela ressemblait à une masse sombre mais, au fur et à mesure que les trois personnes marchent vers le bâtiment, constater la présence d'une bonne soixantaine de personnes voire plus était devenu plus facile pour eux. Celles-ci sont parfaitement silencieuses, à tel point qu'on les confondrait avec des statues. Le plus fascinant est qu'elles portent toutes la même tenue, à savoir une sorte de tenue de samouraï, mais sans les plaques de métal. Ce n'est que du coton, teint dans un noir le plus obscur qui soit. Tous portent des sandales de bois et ont une ceinture de kimono avec des broderies argentées. Tous ont leur Disque de Duel au bras et un sabre dans le dos.

Ils forment deux colonnes sur l'escalier, dans le style d'une photo de classe, avec toutefois un espace d'un mètre entre les groupes. Devant eux, un homme plus grand que tous les autres se tient debout. Sa tenue est de couleur cramoisie, avec une sorte de cerisier noir en guise de motif. Son crâne est vide de tout cheveu et il a une espèce de petite barbiche noire sur le menton. Ses yeux bridés semblent portés sur Dan, qui est toujours en train de marcher sans trop se rendre compte de cet étrange comité d'accueil. La personne en question fait deux pas en avant et se tient comme pour faire un salut militaire. Il hurle deux mots et d'un coup, les deux colonnes de Duellistes forment une haie d'honneur.

- Je suis extrêmement ravi de te revoir, Dan Lotyuwi, dit la personne en s'avançant.
- Le plaisir est partagé, Reizo, dit Dan en s'inclinant.

Reizo imite son interlocuteur, tout comme Alicia et Kaly. Senji, qui était toujours sous sa forme animale, vient se poser juste à côté de la Dame Déchue du Palais avant de reprendre sa forme humaine sous les yeux d'un Reizo totalement stupéfait. Les yeux du Maître Moine témoignent d'une certaine inquiétude devant l'aura dangereuse de l'Elfe Noir. C'est la première fois qu'il est témoin de ce genre de phénomène. C'est à Kaly de répondre pour éviter une situation compliquée à gérer.

- Il n'y a aucune raison d'avoir peur. Senji ne vous fera aucun mal tant que je suis là.

Intimidé, Reizo se contente de hocher la tête. C'est la première fois qu'il est sujet à ce genre d'angoisse depuis son Duel épique face à Dan en quart de finale du Tournoi. Fidèle à ses habitudes très provocatrices, Senji se fend d'une petite pique :

- Votre concentration n'est pas si parfaite que Dan l'a prétendu … Mais je suppose que c'est quelque chose de facilement rectifiable avant de se jeter dans une guerre dont l'issue est connue d'avance …

Il faut un geste de la main de la part de Kaly pour calmer Senji. Elle sait parfaitement qu'il est capable de pousser un homme à se suicider rien qu'avec des mots. Il l'a déjà fait d'innombrables fois durant son incarcération aussi longue, poussant les autorités responsables de Lietas à déplacer tous les autres détenus hors de la tour de Senji. D'ailleurs, pour l'anecdote, la tour dans laquelle sa cellule se trouvait a été surnommée "l'Ambassade de Pandémonium" par Elhahr lorsqu'on lui donnait des informations sur ce qui s'y passait. Senji est considéré comme un véritable Démon, mais différent des quatre autres qui veulent détruire les deux mondes. Et la réaction de Kaly face à son ancien maître d'armes a pour effet de faire descendre la pression du côté de Reizo.

- Vous n'êtes pas venu seul, dit Dan. Cela fait plaisir à voir.
- En effet, répond Reizo. Dès que nous avons reçu votre message, j'ai demandé à mes élèves les plus vaillants de se joindre à moi. D'ailleurs, Katsue, Okura et Kimiye sont également ici. Ils sont à l'intérieur de l'hôtel, en train de discuter avec vos amis.
- Nous devrions les rejoindre, suggère Dan.

Les quatre personnes traversent la haie d'honneur des élèves de Reizo, qui, au moment où ce dernier passe, portent chacun leur main à la poignée de leur sabre, en guise de respect. Une fois les portes de l'hôtel ouvertes, tout le monde pénètre dans le grand hall. Les personnes mentionnées par Reizo – qui faisaient partie de son équipe lors du tournoi – sont effectivement en train de discuter avec Nejma et Veneko. Les enfants sont également présents et jouent un peu partout dans le hall. Dès que Dan apparaît, les dix petites personnes au visage candide accourent aussitôt pour le serrer dans ses bras.

Mais, ce qui surprend le plus le jeune Lotyuwi, c'est que le hall de l'hôtel n'est pas si vide que ça. En fait, d'autres personnes se retournent d'à peu près partout pour porter leur attention sur le visage balafré de l'auteur de cet appel de détresse au monde. Dan donne l'impression de reproduire cette scène du bar dans Terminator 2 : Le Jugement Dernier. Bien évidemment, il n'est pas tout nu, il n'est pas seul mais un immense silence règne dans ce hall. En plus des coéquipiers de Reizo, des Flame Charmer et des jumeaux, il y a déjà une bonne quinzaine de Duellistes, venant pour la plupart d'Akinokuwa. Dan les reconnaît aisément pour en avoir croisé au lycée. Sinon, il y a huit autres personnes qui ne sont pas si inconnues que ça. Pour preuve, ils ont fait partie du top huit du dernier Golden Tournament.

Le groupe qui se trouve au bar est l'équipe venue d'Amérique, menée par un homme du nom de Keenan Smith-Taylor. C'est un homme de vingt-cinq ans, avec des yeux sublimes. C'est également un champion au cricket et au rugby. Dès qu'il voit Dan, il ne peut pas s'empêcher de lui faire un grand signe de la main. Il avait vraiment apprécié la discussion qu'il avait pu entretenir avec le jeune homme et Shizuka. Keenan est un grand fan de la marraine de Dan et c'est même grâce à elle qu'il a eu envie de se mettre à ce jeu de cartes. Le chef d'équipe est entouré de ses trois coéquipiers et de ses deux managers. À sa gauche, une jeune femme blonde aux yeux verts se retourne, un verre de whisky en main et un autre homme plutôt massif au crâne dégarni. À la droite de Keenan, il y a une autre femme, avec les cheveux bruns très courts et quelques taches de rousseur sur son visage rayonnant de joie, une autre à la peau sombre avec une longue tresse, et enfin, un homme qui fait plus de la cinquantaine, avec une belle barbe fouillée.

Donc, de gauche à droite, il s'agit de June Foley – manageuse de l'équipe, fiancée de Keenan, et Duelliste très douée –, Donovan O'Brien – le monsieur muscles de l'équipe, qui est également gardien de zoo –, Keenan, Carrie Adams – la cousine de Donovan –, Ophelia Yindu – d'origine nigériane – et enfin Richard Perrington, l'entraîneur de l'équipe et ancien champion du monde de Duel. Ils ont plutôt l'air content d'être ici, malgré la gravité de la situation. À vrai dire, ce sont des passionnés de Duel et peu importe les événements, ils ne reculent jamais devant une occasion de faire parler les cartes. Ils viennent tous du sud de la Floride. Pour le moment, ils prennent un peu de bon temps au bar.

L'autre équipe qui est déjà arrivée à l'hôtel s'est également classée dans le top seize du tournoi. Cinq personnes sont assises en cercle, les yeux fermés et se contentent de méditer. Le capitaine de l'équipe, Rahdjano Naditjorani, porte une sorte de turban sur la tête. Il a une longue barbe blanche et ne porte quasiment pas de vêtements. Il a une sorte de grand pagne de lin blanc qui couvre ses jambes mais cela s'arrête là. On pourrait croire qu'il est indien mais non. Ils viennent tous de Tasmanie. Les deux autres hommes, Tjangala et Aadharsh – leur espèce de gourou –, portent également un pagne de lin blanc. De dos, on constate beaucoup de tatouages tribaux. Il y a deux femmes dans cette équipe : Oluwakemi et Madalyn. Elles ne sont pas seins nus mais portent une grande robe de coton avec des motifs colorés. Cela doit sans doute être par respect pour la culture "occidentale" qui vise à cacher le plus possible la nudité féminine. N'empêche que cette équipe est extrêmement redoutable sur un terrain de Duel, participant régulièrement à des compétitions internationales.

- Il y a d'autres personnes qui sont ici, lance Nejma à Dan.
- Oui, des Duellistes sont arrivés d'Europe il y a une heure et sont en train de se reposer après ce trajet. Si je me souviens bien, c'était l'équipe d'Irlande des frères O'Kear et celle d'Italie que vous aviez affronté, dit Veneko. Après, il y en a d'autres mais je ne me souviens plus des noms.
- C'est vraiment génial, dit Dan d'une voix traduisant joie et fascination.

Il va à la rencontre des deux équipes qui occupent le hall tandis que les élèves de Reizo montent au deuxième étage, dans les chambres que Sean et Jeff ont laissées à leur disposition. Il est possible que le fait que l'hébergement et les repas seraient gratuits pour ceux qui prendraient part à ce conflit a pu avoir son petit effet coup de pub, mais c'est fort peu probable. Cela dure une petite heure. Cependant, avant même que le groupe de Reizo ne commence à prendre d'assaut les ascenseurs et les escaliers, les portes de l'hôtel s'ouvrent brutalement, ce qui a le mérite de faire sursauter Senji. Dan entend son nom qui est prononcé avec une telle hargne que cela suffirait à réveiller quelqu'un qui vient juste de s'endormir après un puissant somnifère. Ce dernier ne se retourne pas mais il est simple de déduire l'identité de la personne qui vient d'entrer dans l'hôtel.

Spoiler:
Une femme moyennement grande, presque au même niveau que Dan, aux yeux d'un bleu scintillant et à la longue chevelure blonde, coiffée d'une sorte de diadème doré et luisant vient d'entrer dans le hall. Elle porte une sublime robe bleue ciel brodée avec des petites pierreries. Avec elle se trouve une cinquantaine de personnes, chacune possédant un Disque de Duel. Mais cette personne au centre, ayant également une canne dans la main droite, ornée d'un sceptre, est tout à fait effrayante dans sa façon de s'adresser au jeune homme.

- Qu'est-ce que cet accueil déplorable ??? Vous me faites tous honte !!!

Dan, lui, se contente de souffler un grand coup avant de se retourner avec un pas de danse à la Michael Jackson. Il se retrouve alors nez à nez avec la princesse Klothilde de Bavière, accompagnée de sa servante Juliane, des autres membres de son équipe qu'elle avait lors du tournoi, Silke et Ulrich, mais aussi d'autres personnes qu'il n'a jamais vu auparavant. Lorsque le visage balafré de Dan apparaît dans le champ de vision de la princesse, il n'en faut pas plus à cette dernière pour essayer de le gifler mais … c'est tellement futile d'essayer ce genre d'attaques sur Dan puisqu'il les esquive sans problème.

- Où est Warren Fuzenki ???, hurle la princesse.
- Pardon ?, demande Nejma.
- Warren ?, dit Veneko.
- Oui !! Warren !! J'avais envie de le revoir après notre petit Duel. Où est ce jeune homme complètement inconscient ?

Elle vient de dire cela en pointant son sceptre en direction de Dan. Ce dernier commence vraiment à en avoir marre de cette attitude déplorable de la princesse. Elle n'a salué personne, se contentant de beugler sur quiconque. D'ailleurs, elle a interrompu la séance de méditation de l'équipe de Radhjano qui se lève. Tout le monde a les yeux rivés sur cette petite "fi-fille à papa pourrie gâtée" selon les mots de Warren qu'il a prononcé ici même. "Au fond, ce qu'il disait était la pure vérité … elle ne fait que râler … mais on va lui répondre.", se dit le jeune homme.

Pour cela, il pose sa main sur le sceptre mais Klothilde l'avait sûrement prédit puisqu'elle esquive le geste de Dan pour ensuite lui donner un coup sur le bras. C'est le moment que choisit Kaly pour calmer la princesse mais en voyant l'attitude redevenue blasée du jeune homme, elle se retient de faire quoi que ce soit. Il en va de même pour Senji. Une fois le coup de canne donné, la Duelliste "télépathe" s'adresse à la personne en face d'elle avec une telle véhémence que cela en devient vite malsain.

- Que monsieur Lotyuwi m'explique l'utilité de cet "appel de détresse" totalement foireux pour obliger une personne de mon rang à venir ici ! Nous espérons que tu saches parfaitement ce que tu comptes faire de nous … quoique non ! Nous autres, bavarois, ne décidons pas d'obéir au moindre de tes ordres ou ceux de ton équipe tout à fait mauvaise et pathétique.
- Même Shizuka ne me parlait pas comme ça pour me disputer, pense Dan.
- Enfin bon, si j'en crois ces deux clowns qui se tiennent derrière toi, j'ai l'impression que tout ce que tu nous as sorti de stupide dans cette vidéo n'a pas l'air si dangereux que ça. Je regrette vraiment d'avoir gâché tout ce kérosène pour venir dans cette espèce de petite bourgade … kérosène que je devrais te faire payer ou que j'aurais pu te faire boire jusqu'à la dernière goutte … Et je ne le répéterai pas une troisième fois ! Où est Warren Fuzenki ???
- En fait, Warren est … actuellement dans le camp des Démons qui veulent ravager ce monde, dit Veneko sans se démonter.

On aurait cru que Klothilde allait se déchaîner sur Veneko pour cette phrase sortie vraiment de manière spontanée. Elle en serait vraiment capable. Une fois – même si tout se remet facilement en cause avec Klothilde – elle aurait frappé un homme qui lui aurait marché sur le pied et qui ne se serait même pas excusé. Elle s'est acharnée si durement que l'homme en question aurait eu un traumatisme crânien et que son hospitalisation se serait étendue sur trois mois et demi. Mais les ragots de ce genre, peu d'individus parfaitement sensés tels que Dan y feraient attention. Là, dans le hall de l'hôtel Saint-John, la princesse s'est instantanément figée après avoir entendu cette réponse, réponse à laquelle elle ne devait sans doute pas trop s'attendre. L'une des personnes à gauche de Klothilde, une jeune fille ayant sans doute le même âge que Dan et donnant l'impression d'un portrait miniature de la princesse – peut-être sa sœur qui sait ? –, a l'air plus choquée que toutes les autres.

- Et ça, vous n'auriez pas pu le mentionner avant ? Histoire de ne pas passer pour une conne, réplique la princesse, jamais à court de piques.
- Au moins, je dois vous accorder deux choses, dit Dan en s'inclinant quand même. La première est que Warren avait raison lorsqu'il vous avait remis à votre place le soir du tirage au sort des demi-finales. La seconde est que vous êtes honnête avec vous-même en disant que vous ne devriez pas passer pour une conne. La preuve en est cette scène tout à fait mémorable présentant votre arrivée ici.

N'importe qui aurait cru que Klothilde allait balancer Dan contre le mur – même si ce dernier ne se serait évidemment pas laissé faire –. La réponse du jeune homme vient totalement contrebalancer l'attitude jugée exécrable – comme d'habitude – de son interlocutrice. Il n'a pas bougé mais s'est redressé après avoir effectué un salut de courtoisie à la princesse. Et celle-ci ne se gêne pas de faire plonger cette scène dans une dimension tout à fait surréaliste. Elle se met à jurer en bavarois – et pas en allemand – tout en frappant Dan de toutes ses forces avec sa canne. Personne n'est en mesure de traduire les jolis mots fleuris qui sortent de la bouche de cette femme au caractère trempé dans l'acier inoxydable.

Lors d'une interview que Warren a donné à un journaliste sur comment il a perçu ce tournoi, la question suivante lui a été posée : "Qu'avez-vous pensé de la princesse Klothilde ?". Et à cela, le jeune homme a répondu : "Ce n'est pas une simple réponse qu'il me faut … une dissertation serait nécessaire pour décrire cet étrange phénomène … D'un côté, elle est absolument détestable parce qu'elle ne se rend pas compte qu'en tant que princesse, elle a une certaine image de bienveillance à montrer au monde, ce qui tombe à l'eau au moment où elle commence à parler en allemand. Mais d'un autre côté, ce côté très provocateur peut se révéler sympa dans le sens où on voit rarement des Duellistes avec ce caractère, capables de vous motiver à aller jusqu'au bout … Mais franchement, s'il faut que je donne mon avis sur la princesse, vous n'avez qu'à retrouver la vidéo du tirage au sort des demi-finales … je suis sûr que mon opinion clamée à haute voix a été enregistrée et postée sur internet …".

Personne ne se souvient de pourquoi ce journaliste était venu interviewer l'équipe ayant gagné le Golden Tournament mais cette déclaration de Warren reflète plutôt bien le caractère de la princesse Klothilde qui se met cette fois à hurler des mots compréhensibles pour tous, tout en s'acharnant physiquement sur Dan, qui réalise l'exploit de ne pas faire le moindre mouvement. Il devient une statue de marbre face à cette furie complètement déchaînée. Même Senji est admiratif devant cette aura de passivité glaciale du jeune homme. C'est là où on se rend compte que Dan et la douleur physique ne vont pas tellement ensemble. Il s'est imposé un entraînement physique des plus conséquents, mélangeant pratiques de l'armée américaine, japonaise et quelques conseils toujours aussi précieux de Shizuka.

- Espèce de sale petit minable !! Pourriture ! Petit enfoiré !! Je vais t'apprendre la politesse !!! Tu n'es qu'un raté, fils de raté, petit-fils de lavette et descendant d'une famille d'immenses bouseux … Même ta stupide gouvernante ne fait pas le poids …

Klothilde brandissait ces paroles scandaleuses tout en frappant Dan comme si elle se battait à l'épée mais lorsqu'elle en vient à mentionner la famille Lotyuwi et Shizuka, la victime des coups ne fronce même pas le sourcil et stoppe un coup de sceptre avec deux doigts, juste devant son visage. Il s'est servi de son index et majeur droit pour faire un "V" mais le dos de la main face à la princesse. Inutile de dire que dans certains pays, ce geste est tout autant obscène que les paroles de la princesse. Cela a le mérite de clouer le bec de cette dernière qui écarquille les yeux. Elle tente alors de retirer sa canne mais il est déjà trop tard. Dan s'est saisi du sceptre et le tient à la verticale avec la main droite.

L'objet mesurant un mètre dix, constitué d'une partie en bronze et une autre en bois, est un objet d'une facture totalement inouïe. Des dizaines d'orfèvres se sont attelés à réaliser cet artefact absolument unique. C'est l'apanage du royaume de Bavière et il est en la possession du prince ou de la princesse héritière. Nul autre que cette personne ne peut en prendre possession car, selon des légendes, il apporterait la malédiction sur la personne en question, ainsi que sur toute sa famille, descendance comprise. Et là, Dan le tient en main propre, ce qui choque un peu les Duellistes derrière Klothilde. Dan tourne ensuite le sceptre sur quatre-vingt-dix degrés et le tient à présent à deux mains … avant de briser la partie en bois d'un coup de genou aussi sec qu'imprévisible. Il jette les deux morceaux aux pieds de la princesse et la saisit par le col. Ensuite, il la soulève et lui dit d'une voix froide et grave :

- Altesse … je suis dans le camp qui veut absolument maintenir la lumière dans ce monde … ne me poussez pas à amputer nos effectifs d'une personne aussi puissante que vous en un seul coup. Vos pouvoirs psychiques sont sans effet sur moi grâce à Kaly ce qui nous place sur un pied d'égalité. Je pourrais effectivement vous ôter la vie en serrant mon étreinte davantage mais non … Alors apprenez à vous contrôler ou bien je le ferai à votre place …

Klothilde ne répond pas. Dan la repose sur le sol. Son rythme cardiaque n'a absolument pas changé. Pas d'accélération ou de ralentissement. C'est comme s'il s'exprimait de façon normale dans une situation normale. C'est sans doute exagéré mais il ressemble étrangement à Senji dans ce genre de moment. Cela n'est d'ailleurs pas sans lui déplaire, étant donné l'immense sourire sur son visage. Dan ne dit rien et se contente de regarder la princesse, désormais désabusée après avoir été de nouveau remise à sa place par un des membres de l'équipe qui lui a empêché d'accéder à la finale du Tournoi. Elle n'a jamais digéré sa défaite contre Warren, même si la fin de leur Duel montrait plutôt une certaine sympathie de la princesse envers son adversaire. Est-ce qu'elle compte répliquer physiquement ou psychologiquement face à cette personne tout à fait étrange ?

Après l'avoir reposée sur le sol, on a le droit à une petite confrontation de regard entre les deux personnes. Klothilde fronce les sourcils comme jamais auparavant. Quant à Dan, il s'en fiche royalement de la réaction de la princesse. Ce n'est pas comme s'il cherchait à la vexer encore plus que ce que Warren avait déjà réalisé. Là, il ne semble pas avoir d'objectifs précis, si ce n'est de calmer ses nerfs. L'interlocutrice de Dan serre les deux poings et on pourrait s'imaginer qu'elle va frapper son adversaire en pleine poire. Elle tremble de plus en plus, laissant transparaître son agacement le plus total. Et … Dan finit par s'incliner en faisant un pas en arrière. Il pose un genou à terre et penche l'avant de son corps en signe de respect. Lorsqu'il se relève, la princesse finit pat lui coller une claque.

- Je vous interdit de vous incliner devant moi.
- Pardon ?
- Ce serait plutôt à moi de le faire, dit-elle.

Scène surréaliste : la Princesse s'agenouille à son tour, ainsi que le reste de la délégation bavaroise, le tout devant un Dan légèrement surpris. Le visage de ce dernier est totalement inexpressif. Elle en profite pour adresser également ses excuses les plus sincères au jeune homme, avant de se relever. C'est au tour des autres personnes présentes dans le hall d'en recevoir. C'est assez inouï de voir qu'elle s'est subitement calmée après la réponse très cinglante du Duelliste balafré. Klothilde tente de rattraper la discussion en lui adressant un sourire oscillant entre le forcé et le poussif. "Je devrais prendre cette tête en photo pour la montrer à Warren lorsqu'il sera de nouveau conscient.", pense Dan.

- Je vous interdis de vous prosterner devant moi, Herr Lotyuwi. Vous n'avez pas à être aussi courtois devant une personne aussi malpolie que moi.
- Vous … vous êtes … sérieuse ?
- Absolument.

Dan écarquille les yeux. C'est bien la première fois que quelqu'un lui dit cela. Jamais il n'aurait cru qu'une personne de sang royal pose un genou à terre devant lui, tout en lui présentant des excuses. On dit toujours qu'il ne faut pas désespérer, que tout vient à point qui sait attendre, mais là, c'est vraiment surprenant. Klothilde n'est pas connue pour être quelqu'un de très calme envers ceux qui la provoquent. Elle a même manqué d'être traînée en justice pour avoir frappé un de ses adversaires qui l'avait qualifiée – à bon entendeur – de "faible petite perruche à couronne". Inutile de dire que la princesse héritière de Bavière a quasiment perdu son sang froid, avant d'être retenue par Juliane. Peut-être que Warren et Dan se sont inspirés de cet exemple pour pouvoir répondre du tac au tac à la princesse, mais n'empêche que le jeune homme tend la main pour aider son interlocutrice à se relever.

- J'aimerais savoir ce qui est arrivé à Warren, demande Klothilde.
- C'est amusant de voir à quel point vous tenez à lui, fait remarquer Dan.
- C'est un excellent Duelliste et il a réussi à me redonner le sourire en Duel. Voilà pourquoi je m'intéresse à lui. Je pense qu'il aura un grand avenir …
- En attendant, il s'avère que Warren est le fils de l'un des Démons qui a lancé ce compte à rebours bientôt arrivé à son terme. Il en a profité pour enlever notre amie Mina. Depuis, il attend patiemment que quelqu'un vienne le chercher, l'affronter … et …
- Et se faire vaincre comme une misérable lavette, coupe Klothilde. Dites-moi où il se trouve et je lui passerai le goût de vouloir détruire le monde.

L'attitude de Klothilde est trop étrange pour ne pas être soulignée. Elle a interrompu celui que Kaly place à la tête de l'Alliance Lumineuse avec une telle détermination que ce dernier s'en rend bien compte. Il aimerait que cela ne se passe pas comme ça. Il aimerait beaucoup ne pas avoir à en découdre une bonne fois pour toute avec Warren. S'il ne s'agissait que d'un simple petit Duel sans le moindre enjeu aussi crucial, il ne dirait pas non. Après tout, il veut jouer "pour le fun". Tout cela nonobstant n'est que pure illusion. Illusion totale que ce jeu de cartes et d'hologrammes lorsque l'on se rend compte que ce futur affrontement aura deux enjeux. Dan le sait, il en est pleinement conscient et ça le hante terriblement. Il fait petit à petit le deuil de sa marraine et gouvernante mais il est clairement tourmenté par l'absence cruelle de sa meilleure amie, Mina. Depuis qu'il a eu cette petite discussion musclée à Zhàn Ji, Dan est plus obnubilé que jamais à l'idée d'entrer au cœur de l'arène pour un combat déchirant contre celui qu'il considérait encore comme son meilleur ami il y a … quelques temps. Il en a même oublié la notion du temps pendant ce voyage en Endlenda.

En voyant ce regard plein d'étincelles, de volonté, de rage de vaincre, ces deux saphirs dans les orbites de la Princesse Klothilde Hilda Maria-Magdalene de Bavière, Dan ne sait pas trop quoi dire. Dans sa tête, la réponse est irrémédiablement négative. Il a décidé qu'il irait sauver Mina et Warren et il tiendra parole. D'un geste de la main, il empêche la princesse d'insister davantage pour aller se mesurer au fils d'Eyazon.

- Ce n'est pas que je vous déteste, Altesse … mais je veux affronter Warren avant de me charger des Démons et surtout de leur chef suprême … cet ignoble Nephomet.

Spoiler:
Il n'en faut pas plus pour que Klothilde écarquille les yeux. En général, on s'attendrait à une nouvelle scène de ménage, avec du mobilier qui traverse la pièce ainsi que des cris de terreur. Tout le monde recule un peu en s'attendant à un nouveau feu d'artifice de colère. Mais il n'en est rien. La princesse reste calme et semble accepter le choix de son jeune interlocuteur, à la grande surprise de ce dernier. C'est à ne pas en croire ses yeux tellement elle s'est radicalement métamorphosée depuis qu'elle a mis les pieds dans l'hôtel Saint-John.

- Soit, Herr Lotyuwi, j'accepte de me plier à vos ordres dans cette bataille, dit-elle.
- Franchement, vous me faites flipper à vous adresser de la sorte à un type sur lequel vous avez craché pendant plus de quinze minutes, répond Dan.
- Et vous avez raison, je ne vous apprécie guère. Cependant, je ne vais pas vous faire le déshonneur de tourner le dos à cette petite assemblée de Duellistes qui se tient ici … aussi peu nombreuse soit-elle …

C'est à ce moment précis que les jumeaux interviennent. Nejma et Veneko se tiennent à leur tour face à la princesse. Dan est encadré par les deux autres Aces, très discrets jusque là. Ils ont beau être plus jeunes mais ils sont tout à fait capable d'assumer leur statut. Ils ne sont pas souvent mis au devant de la scène car ils préfèrent plus agir aux côtés de Dan – et Warren quand celui-ci à la tête sur les épaules –. Pour être honnête avec ces deux adolescents tout à fait charmants, la gloire, la reconnaissance, la célébrité … il ne leur viendrait même pas à l'esprit une nanoseconde de les réclamer, même si Veneko aime se donner des grands airs. Ils sont également gagnants dans cette aventure dans l'Endlenda et plus généralement de tout ce qui a pu se passer depuis le Duel entre Dan et Warren en début d'année. Avant, ils étaient limite partie intégrante du décor. Puis, en passant pas mal de temps aux côtés de Mina, de Warren, de Shizuka et surtout de Dan, ils ont clairement et progressivement emmagasiné de la confiance, de l'assurance, de la technique et tout un tas de valeurs que la gouvernante affectionne. Même s'ils ne sont pas du même acabit que les deux "leaders" de leur équipe, les jumeaux Kunoka sont vraiment importants car ils représentent cette aura de fraternité pure et dure.

Jamais Nejma n'a ressenti la moindre haine envers son frère et vice versa. Leur complicité est absolument incroyable, même quand il s'agit de faire quelques bêtises et de se couvrir en lançant toute sorte de mensonges crédibles. La jeune fille blonde – dont les cheveux commencent à virer au châtain – a un esprit très vif et réfléchit toujours pour trouver des solutions à une énigme. Veneko réfléchit certes moins que sa sœur mais il est toujours d'une aide aussi précieuse quand il s'agit de ruser ou de tromper un adversaire. Chacun est là pour aider l'autre en cas de besoin et c'est ce qui rend ces jumeaux si passionnants. Bien évidemment, ils ont leur défauts comme la timidité excessive, l'excès d'assurance, l'orgueil et la gourmandise pour Veneko ; l'excès d'inquiétude, l'angoisse permanente et le manque de zèle pour sa sœur, ainsi que d'autres choses mais la nature n'a sans doute pas réussi à mettre sur pied l'être humain parfait.

Ils se tiennent tous les deux, entourant Dan et fixant la princesse droit dans les yeux. Elle comprend vite qu'elle ne doit pas chercher davantage à protester. Veneko répond à cette dernière :

- Sauf votre respect, Altesse, ce hall peut vous paraître vide … mais ce n'est pas le cas de la totalité de l'hôtel.
- Des centaines et des centaines de Duellistes venus du monde entier sont là, à Akinokuwa, pour nous aider à protéger le monde, reprend sa sœur. Ne croyez pas que notre Alliance ne se résume qu'au hall quand quarante étages remplis vous surplombent.
- Si ça peut vous faire plaisir, jetez un coup d'œil sur la liste qui se trouve juste à côté de vous … sur le petit pupitre en bois, explique le jeune garçon.

Par simple curiosité, Klothilde se tourne vers l'objet indiqué et voit un bloc avec des dizaines de feuilles de papier et quelques crayons. Se trouvant face à cela, ses yeux ont l'air d'avoir raté un épisode en voyant la vingtaine de pages remplies entièrement sur le recto – le verso a été utilisé pour des affiches –. Une myriade de noms écrits en différentes langues, parfois magnifiquement lisibles ou bien absolument incompréhensible. Pas mal d'individus sont connus de la princesse, notamment celui de la princesse Milena de Russie, qu'elle avait vraiment envie d'humilier au Tournoi. Elle est venue et … pas toute seule. Près de quatre-vingt-dix noms en cyrillique occupent une des feuilles. D'ailleurs, l'en-tête de la feuille comporte la mention "Akademiya de Russie", le nom de l'école de Duel qu'elle a crée à Saint-Pétersbourg et à Moscou. Les deux femmes ne s'entendent vraiment pas et certains – Warren notamment – dit que c'est toujours un pur plaisir de les voir en train de s'insulter copieusement.

Sinon, plein de grands Duellistes sont présents sur cette espèce de registre et les détailler n'aurait pas une grande importance. Toujours est-il qu'elle finit par inscrire son nom sur une nouvelle feuille et que chaque personne l'ayant accompagnée l'imite. Une fois que l'émargement a été accompli, Alicia indique aux élèves de la princesse bavaroise l'étage qu'ils auront à leur disposition. Le hall se vide pendant presque trois quarts d'heure, histoire d'accorder un repos à tout le monde. Senji en profite pour continuer à se dégourdir les ailes en allant jusqu'en haut du toit. La première et sans doute seule réunion de préparation doit débuter dans la soirée et Kaly estime que l'esprit doit être reposé pour être au maximum de sa concentration. Dan dort dans la même chambre qu'Alicia, sur le même lit où il se tenait quand il a affronté son hôte lors de leur Duel. Ça n'a pas l'air de trop la gêner, surtout que l'autre lit est occupé par Kaly. La jeune femme aux cheveux rubis dort juste à côté de son idole, comme si tout ce qui s'était passé entre eux quelques heures auparavant ne s'était pas produit.

Environ deux heures plus tard, les Aces, les Flame Charmer et Kaly se tiennent dans le hall et déclenchent une sorte de "Wake up call" pour voir débouler l'intégralité des résidents temporaires de l'hôtel descendre en masse dans la salle principale. Une marée humaine se dresse au pied d'une estrade tandis que celle-ci voit les trois Aces et Kaly, sans oublier Senji qui est revenu du toit entre temps, surplomber le reste de la foule. L'ambiance est clairement pesante quand on voit l'air affiché sur le visage limite dépressif de Dan. Une fois que le silence règne, le jeune homme le brise :

- Bonsoir tout le monde. J'espère que vous avez pu vous reposer un peu, histoire de récupérer de votre long voyage. Je vous demanderai d'être très attentif car le temps ne joue pas tellement en notre faveur.
- Pourquoi ?, lance une voix dans l'audience.

Est-ce que la personne, qui est en fait un Duelliste venant de New-York, a posé cette question dans le but de détendre l'ambiance ? Si c'est le cas, ça a complètement raté puisque Dan lui assène un immense regard noir. Pourtant, c'est Veneko qui se charge de lui répondre.

- Parce que la guerre approche à grands pas, sombre idiot.

Dan souffle à Veneko de se calmer un peu avant de reprendre le fil de son allocution.

- En effet, comme l'a si magnifiquement dit mon ami, Akinokuwa va être le tout premier terrain de jeu des Démons. Et nous allons devoir nous battre pour faire en sorte que ces immondices soient vaincues.

Après avoir prononcé le mot "vaincu", tout le monde dans l'auditoire lève le poing et laisse échapper un cri de guerre, histoire d'apporter plus de motivation. Cela a le mérite de surprendre Dan, qui a une légère réaction mêlant incompréhension et surprise. Mais bon, ça le fait brièvement sourire donc il ne va fusiller personne du regard. Il continue ensuite son discours :

- Amusant … Où j'en étais ? Ah oui, la guerre … Je vais laisser la parole à Nejma car elle a une information plus que déterminante dans la suite des opérations.

Nejma bégaye un peu tout en voyant Dan lui faire un clin d'œil. "Gère ton stress, Nejma, se dit-elle. Tout va bien se passer.". Elle fait face à plus de deux cents personnes, voire trois cents. Respirant un bon coup, elle parle à son tour :

- Merci Dan … Bonsoir à tous … Je vais essayer d'être claire. Vous avez fait le choix de venir pour défendre cette ville et je trouve ça vraiment formidable. Cependant, je me dois de vous expliquer certaines choses nous concernant, Dan, Veneko, Warren et moi. Les Elfes, représentés par Kaly, nous ont octroyés quelques "pouvoirs" par le biais de ces précieux médaillons. Et le mien me permet notamment d'entrevoir l'avenir.

Cela provoque quelques réactions d'admiration dans le public, car en effet, avoir cette faculté n'est vraiment pas donné à tout le monde. Et c'est quelque chose qui peut être mal perçu par certains. Elhahr, notamment, déteste le fait de lire l'avenir, chose qu'il a très souvent reproché à Kaly concernant son expédition. Ça doit être une autre raison qui l'a poussé à ne pas s'intéresser à tout ce qui relève de la divination, même s'il aime bien prédire les coups de ses adversaires en combat. Gythè avait déploré cette attitude et … plus le temps passait et plus elle semblait ne pas en tenir compte.

- Ce pouvoir peut effectivement être pratique mais, restons honnête, reprend Nejma, il a ses limites. Je n'ai pas pu voir le dénouement de cette bataille qui souillera notre ville. Mais … parce qu'il y en a forcément un …, j'ai pu entrevoir les différents endroits où les armées des ténèbres arriveront. Je les ai tous notés sur cette feuille.

Nejma sort un petit morceau de papier plié en quatre de sa poche. Elle le déplie et énumère dix lieux répartis dans tout Akinokuwa. Le premier est Kyuzô Park. Le deuxième est à Yew Terrace. Puis, il y a le district de Gozuko, où se trouve notamment la bibliothèque ; Tashino, le quartier avec une des ailes du Nikkei ; Sooyama, avec la piscine municipale ; Mayi, qui est occupé par les usines chimiques ; la place de la mairie ; le quartier ancien ; l'université et enfin, le lycée Tanahashi, qui est celui où toute l'équipe est inscrite.

Sur un plan d'Akinokuwa, tous ces endroits ne sont pas forcément éloignés les uns des autres. Le plus loin reste quand même le district de Mayi, qui est à l'extrémité nord de la ville, soit à près d'un kilomètre de l'hôtel Saint-John. Ces dix endroits cités sont compris dans un périmètre d'au moins deux kilomètres, ce qui peut paraître aisé à couvrir étant donné le nombre de personnes présentes à l'intérieur de l'hôtel Saint-John. On peut aussi se demander si certains des lieux mentionnés ne seront pas en réalité des pièges destinés à tromper les visions du médaillon de Nejma. D'ailleurs, Klothilde ne se prive pas de poser la question. Et la réponse est apportée par la Dame Déchue du Palais d'Endlenda :

- Les visions du médaillon d'Alvunir, porté par Nejma, révèlent toujours la vérité. Si dix portails ont été ouverts dans cette vision, c'est que ces portails seront utilisés par les Démons pour faire passer leur armée de l'Endlenda jusqu'ici.

La réponse à l'air de convaincre tout le monde. Pourtant, une autre interrogation subsiste du côté de tous ces Duellistes qui ont consenti à faire ce long voyage : Comment se défendre à part avec leur Deck ? Et pour ça, c'est au tour des deux experts en combat contre les Démons de s'adresser à toute cette foule.

- Vous devez savoir que lorsque vous vous battez contre une créature issue de notre monde, explique Kaly en mentionnant indirectement Senji, vous pouvez faire appel à une créature de votre jeu de cartes. Cependant, une fois invoquée, elle est comme reliée à vous par une sorte de cordon vital … Autrement dit, si ce monstre venait à être détruit par un adversaire, vous en ressentiriez une douleur physique réelle. Et par conséquence, plus vous jouerez de créatures et plus vous risquez de perdre votre précieuse énergie vitale … amenant parfois à vous retrouver sur la route qui mène au dernier voyage.

C'est fascinant de voir à quel point Kaly essaye de ne pas trop effrayer les Duellistes présents dans la salle. La façon dont elle manie l'éloquence pour sortir un euphémisme a l'air de bercer Senji. Il ne dit rien, sans doute parce que la Dame Déchue du Palais souhaite l'empêcher de traumatiser tout le monde. Cependant, il va quand même trouver le moyen de s'exprimer.

- Si jamais vous vous demandez ce que vous comptez faire pendant que vos monstres se lutteront à vos côtés, vous pouvez toujours avoir recours à des armes classiques. Mais je vous mets en garde à mon tour … les créatures qui se battront dans cette ville ont des armures très résistantes et certaines peuvent maîtriser la magie noire … Soyez plus que prudents si vous ne voulez pas que la dernière chose qui inonde vos yeux soit du sang et des larmes.

Cette remarque est vraiment à l'opposé de ce que Kaly a pu dire. Senji aime la franchise, le cynisme et la violence dans les mots. Chaque fois qu'il s'adresse à quelqu'un, il ne peut jamais s'empêcher de paraître très froid. Ce n'est même plus de la condescendance mais un sadisme pur. Certains ressentent un léger frisson, si ce n'est plus. Pourtant, d'autres n'ont pas l'air d'être trop gêné par le fait de devoir se battre avec des armes réelles, comme les élèves de Reizo, chacun ayant un sabre et un poignard personnel. Ce dernier ne fait pas que d'enseigner l'art du Duel, il est aussi une fine lame. Néanmoins, il n'est pas le seul à octroyer des armes à ses élèves. La princesse Milena est également une championne reconnue de tir au pistolet et la plupart de ses élèves – du moins les plus expérimentés et les plus âgés – ont tous deux armes à feu sur eux. Et, pour être honnête, la grande majorité des Duellistes ici présents ne sont pas venus qu'avec leur Disque de Duel et leur Decks.

C'est à Dan de reprendre la parole pour le briefing. Cette fois, c'est pour répartir les différents groupes pour gérer les portails dimensionnels. Le but est de prendre les ennemis par surprise, même si c'est sans doute ce à quoi les Démons s'attendent. Les membres des écoles de Duel sont séparés pour pouvoir offrir de la diversité dans les groupes. C'est un peu comme à l'école primaire, quand on fait des équipes pour un match de foot à la récréation ou bien après manger. Bien évidemment, la question de la communication entre les différents groupes parvient aux oreilles de Dan, ce à quoi il répond :

- Si jamais vous êtes en très mauvaise situation, vous n'aurez qu'à expédier les fusées de détresse qu'on distribuera.

La réunion se termine aux alentours de neuf heures et demi du soir. Un repas est organisé dans la gigantesque salle à manger de l'hôtel. L'ambiance est vraiment sympa quoique pesante, sachant que c'est peut-être la dernière fois qu'ils prendront part à un tel festin. Les tranchées du front de l'Est pendant la Première Guerre mondiale étaient quand même largement plus effrayantes que ce qu'on peut observer à l'hôtel Saint-John.

Juste avant les douze coups de minuit, alors que les trois Aces, Kaly, Klothilde, Reizo, Keenan et Milena étaient en train de discuter en compagnie des Flame Charmer, un bruit de verre brisé attire leur attention. Nejma et Veneko vont voir de quoi il peut bien s'agir, suivis par Kaly. Passant du bar à l'entrée du hall, ils constatent qu'il n'y a plus personne. Une des six portes vitrées a explosé en morceaux et, non loin du mur du fond, quelque chose de sombre est comme collé au mur. Kaly s'avance prudemment, craignant de voir un monstre jaillir sous ses yeux. Plus elle avance et plus elle distingue la forme d'un carreau d'arbalète avec une sorte de papier enroulé tout autour. Avec, un geste de la main, elle détache le projectile du mur et retire le morceau de papier qu'elle prend dans ses mains, ce qui fascine les autres personnes autour.

- Qu'est-ce qu'il y a d'écrit ?, demande Veneko, au moment où Dan arrive pour voir ce qu'il se passe.

Kaly regarde Dan, qui est déjà moyennement joyeux depuis quelques jours, et répond à Veneko :

- Que Dan devra se rendre demain soir dans l'hôpital abandonné s'il ne veut pas avoir à organiser l'enterrement de Mina. Signé Warren.

Dan prend le message tendu par Kaly et il ne dit rien, se contentant de s'asseoir dans un des fauteuils du hall. C'est le moment que choisissent les autres Duellistes pour monter dans leur chambre. Kaly fait de même. Elle sait qu'il ne faut absolument pas déranger Dan dans ce genre de situation, à moins de vouloir subir sa colère. Toute la nuit durant, il reste éveillé, regardant cette affreuse lettre. Le lendemain, l'hôtel se vide petit à petit car tout le monde doit rejoindre les lieux auxquels ils ont été affectés. Tous ont l'air d'être prêts à accomplir leur devoir. Personne n'a pu entrevoir Dan pendant une partie de la matinée jusqu'à ce qu'il vienne s'asseoir en attendant le moment où il va devoir entrer en scène.


avatar
Messages : 1062
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le Démon d'un autre monde

le Jeu 6 Sep - 17:06
Chapitre 72 - Le calme avant la tempête...

Spoiler:
Une ambiance mêlant concentration et amertume occupe le hall de l'hôtel Saint-John. Les Flame Charmer sont tous assis au niveau du bar de l'hôtel, la mine un peu basse. Nejma et Veneko sont en train de préparer leurs Decks en vue des prochains combats, qui feront d'Akinokuwa un champ de bataille pour Duellistes. Les enfants sont tous calmes, regardant la seule personne dont l'esprit semble tellement perturbé depuis quelques moments. En effet, Dan est plongé dans ses pensées les plus profondes, ses tourments et ses cauchemars. D'ailleurs, les autres personnes le regardent également, sans pour autant le voir, ne souhaitant pas le déranger. La joie habituelle dans l'hôtel a laissé place à une affreuse tristesse depuis que le groupe a reçu cette lettre, plantée devant l'entrée du bâtiment. Cette maudite lettre écrite de la main de Warren même ordonne à Dan de se présenter dans l'ancien hôpital militaire abandonné s'il veut revoir "[sa] chère Mina" vivante. Pour rien au monde il n'aurait voulu recevoir ce genre de lettres. Surtout après cet espèce de coup de Trafalgar orchestré de main de maître de la part d'Eyazon.

Seul dans une partie du hall de l'hôtel Saint-John, Dan fatigue de nouveau ses yeux en se repassant chaque mot de cette lettre. Il semble se désespérer un peu dans un des fauteuils, laissant échapper un profond soupir. Puis il la dépose sur une petite table et se dirige en direction des toilettes pour se passer de l'eau sur le visage. Là, après s'être aspergé, il pose les mains sur le bord du lavabo et fixe le miroir. Il regarde son reflet dans le miroir, celui d'une personne abattue devant les récents événements. Il a appris que ses parents étaient partis dans l'au-delà en voulant le protéger. Il a appris que sa meilleure amie se retrouve prisonnière du camp d'en face. Mais le pire, c'est que sa gouvernante, celle qui l'a chéri depuis la disparition de ses parents, celle qui a fait de lui l'un des meilleurs Duellistes du monde, celle qui l'a élevé comme son propre enfant, elle s'en est allée et … sous ses yeux et sans qu'il puisse la sauver. Il a vu le spectre glacial de la Grande Faucheuse l'emporter et il n'a rien fait. Dan commence à trembler au niveau des bras et se met à frapper le miroir de toutes ses forces.

Les coups pleuvent sur le mur. Il réussit à fracturer le miroir à plusieurs endroits. Des morceaux de miroir tombent par terre, avec dessus des petites taches de sang provenant des mains de Dan. Il frappe les dix miroirs dans les toilettes. Chaque miroir est fracturé et de nombreux fragments tombent tour à tour, se brisant eux aussi en plusieurs morceaux. Son humeur sanguine se dépolie au travers des directs expédiés. Puis, continuant son déferlement de rage, il décide de démolir chaque lavabo à coups de poings. Sa force physique est tellement impressionnante que ses poings traversent la céramique, laissant de nombreux trous un peu partout. L'un d'entre eux est complètement démoli et ne laisse plus que le robinet et le bouchon relié à la canalisation.

Après son petit carnage sur les lavabos, ce sont les portes en bois des toilettes qui font les frais de la rage de Dan. Elles sortent toutes de leurs gonds, certaines finissant cassées en plusieurs morceaux sous les coups répétés des pieds de Dan. Les charnières sont complètement tordues. Les néons sont également victimes des coups de Dan. Ce dernier lance des morceaux de céramique ou de bois dans les espèces de grilles protégeant ces tubes luminescents, en explosant certains et en abîmant d'autres. En tout et pour tout, Dan a bien dû s'acharner sur l'installation sanitaire pendant dix minutes. Dix minutes, c'est le temps qui lui a été nécessaire pour ravager les deux tiers des toilettes des hommes. Puis, il continue à frapper dans les murs, causant des creux un peu partout avant de s'agenouiller devant un des rares lavabos en état, face à un miroir qui le laisse entrevoir tel qu'il est devenu : un être dépressif et atrabilaire, dont la tristesse et le regret l'empêche d'avancer.

"Le moment est bientôt venu. Je vais finalement me réveiller et faire ce que j'ai à faire. Je jure sur l'honneur de ma famille que je donnerai tout ce que je suis en mesure de donner pour pouvoir te sauver, Mina. Je ferai tout pour te tirer des griffes de Warren et lui faire payer ce qu'il a osé te faire. Tu es la personne pour laquelle je n'hésiterai pas à donner ma vie pour te protéger. Tu me manques … terriblement … Mina", se dit Dan en versant une larme mais en adoptant une expression de rage comme face aux miroirs qu'il a démoli avec son poing. Sa tristesse semble être incomparable quant à la haine qu'il entretient pour Warren. Il laisse quand même échapper un soupir entre deux larmes. La lumière des toilettes est entrecoupée de moments où la luminosité est plus basse, la faute aux néons éclatés. Des étincelles sortent à répétition des tubes, ce qui donne une certaine ambiance plutôt inquiétante à la scène ; mais aussi assez révélatrice du moment où une personne décide finalement d'agir pour changer les choses. Les toilettes sont quasiment plongées dans le noir, les seules lumières sont celles des issues de secours et des quantités d'étincelles en provenance de ces néons.

L'absence de Mina semble creuser un vide plus important dans l'esprit de Dan, ce qui le pousse à déchaîner sa rage. Après tout, Mina est quelqu'un que Dan considère comme précieuse pour lui. C'est elle qui a réussi à faire changer certaines attitudes plutôt moyennes de Dan. Elle l'a changé en quelqu'un de bien plus mature et il la remercie pour tout ce qu'elle a pu faire depuis qu'ils se connaissent. C'est-à-dire depuis ce jour, un peu avant Noël, devant le lac de Kyuzô Park où ils se trouvaient tous les deux sur un banc. Il sort de sa poche une photo et la déplie, puis verse une nouvelle larme. En fait, cette photo les montre justement pendant cette journée particulière tant aux yeux de Mina qu'à ceux de Dan. C'est le jour qui a commencé à changer sa vie. Il garde cette photo avec lui car c'est cette rencontre qui a animé son cœur et son esprit. Et son absence sonne comme un creux dans son cœur, comme si on lui avait arraché quelque chose de précieux par la force.

Ce dernier désinfecte ses plaies et bande ses mains. Puis, il enfile des gants en cuir pour couvrir ses mains et sort donc des toilettes, à la manière de Warren après qu'ils ont commencé à sympathiser. Il se dirige ensuite vers les ascenseurs, sans être vu par les autres personnes présentes. Il se rend sur le toit de l'hôtel Saint-John et contemple le crépuscule nitescent, inondant Akinokuwa d'une vive lumière rouge-orangée. Puis, il s'avance jusqu'à sa chaise pliante, installée face au soleil. Il saisit un étui posé aux pieds de cette chaise et l'ouvre. Il en saisit la chose qui est à l'intérieur et s'assied dans sa chaise. Puis, il regarde le ciel et verse encore une larme.

Pendant ce temps, les autres personnes du groupe présentes dans le hall sont en train d'étudier les divers lieux à défendre pendant les conflits qui occuperont Akinokuwa dans les prochaines heures. Nejma et Veneko organisent le tout en compagnie des Flame Charmer, Kaly et Senji. Étrangement, les enfants sont également dans la salle. On pourrait croire qu'ils seraient à Kamen Street dans un endroit plus sûr mais bon, ils restent dans le coin. Ensuite, l'équipe se rend dans les cuisines pour préparer à manger. Cependant, personne ne décide d'aller déranger Dan, qui est visiblement préoccupé par d'autres choses. Alicia a suggéré aux autres de le laisser et d'aller le voir quand ils estimeront que c'est le moment le plus adéquat pour aller lui parler.

Une heure plus tard, après la petite collation, tout le groupe se retrouve dans le hall de l'hôtel Saint-John, en train de s'inquiéter sur le sort de Mina et à préparer les affrontements qui vont bientôt ravager Akinokuwa et le monde entier. Ce sera à Dan d'aller récupérer Mina. Les Flame Charmer sont en train d'appeler des Duellistes en leur donnant des consignes pour se préparer à ce conflit qui va ravager leur ville. Sean s'adresse à Reizo et la majeure partie de ses meilleurs étudiants dont Katsue, Okura et Kimiye qui étaient présents lors du Golden Tournament. Kylie téléphone à la Princesse Klothilde, qui est toujours secondée par sa fidèle Juliane. Le duo Puentes est également présent dans les personnes qui ont décidé de se joindre à la bataille. Nejma essaye de pratiquer la méditation, un peu comme Dan le ferait dans ce genre de moments. Veneko relit le message envoyé par Warren, ou plutôt la personne ignoble qu'il est devenu, à savoir ce monstre de cruauté qui a osé s'en prendre à une amie qui lui avait pardonné ses mauvais comportements précédents. Mina a pardonné à Warren pour avoir été odieux avec elle et ce, malgré les multiples scènes d'humiliation privée ou publique. Veneko chiffonne la lettre de Warren et la lance à l'autre bout du hall d'entrée de l'hôtel.

- Je ne comprends toujours pas pourquoi on ne peut pas y aller nous aussi, dit Veneko
- La lettre stipule que seul Dan peut aller sauver Mina, lui répond sa sœur.
- On est pourtant des Aces nous aussi …, dit Veneko.
- Je crois que Warren veut régler ses éventuels comptes avec Dan et surtout servir la cause menée par son père, dit Sean. Mais je n'arrive toujours pas à croire que Warren est le fils de cet odieux Eyazon.
- Incroyable quand on y pense, dit Nejma. Mais ce n'est pas ce qui nous concerne pour le moment. Il faut qu'on se focalise sur le début de cette fichue guerre.
- J'aurais dû affronter Warren dans cette satanée forêt, se lamente Sean. Je me suis enfui comme un lâche.
- Ne t'en veux pas, dit Alicia. Ce n'est pas ta faute.
- Normalement, tous les Duellistes ayant répondu à notre appel seront prêts à se lancer à l'assaut des Forces Obscures, dit Kaly.
- À propos, dit Alicia, est-ce quelqu'un sait où est Dan ? Ça fait un moment qu'on ne l'a pas vu.
- Il n'est quand même pas parti affronter Warren ?, se demande Jeff.
- C'est vrai que ça fait un moment qu'on ne l'a pas vu …, dit Kylie.
- J'espère qu'il n'est pas en train de désespérer après avoir lu cette lettre, dit Veneko.
- Mais où est-ce qu'il a bien pu passer ?, demande Alicia, visiblement très inquiète pour son petit Duelliste préféré.

Tout le monde relève la tête et écarquille les yeux. Quelque chose semble clocher dans l'hôtel. En effet, où est-ce que Dan a bien pu passer ? Il doit être toujours dans l'hôtel visiblement … mais où précisément dans l'hôtel ? Cela fait au moins deux heures et demi que personne ne l'a vu. Tout le monde balaye alors le hall du regard mais aucune trace de Dan, ni d'une éventuelle note qu'il aurait pu laisser comme indice sur sa localisation. Visiblement, il avait l'air vraiment triste lorsqu'il a lu la lettre qui lui a été adressée par Warren. À sa première lecture, les mains de Dan tremblaient en tenant la feuille de papier. Est-ce qu'il est déjà parti en direction du lieu indiqué par Warren, à savoir l'espèce de vieil hôpital abandonné situé à environ trois pâtés de maison de l'hôtel ? Les personnes présentes dans l'hôtel – les Flame Charmer, les jumeaux, les enfants, Kaly et Senji – s'interrogent sur leur leader et ce qu'il peut bien faire.

- Personne ne l'a vu ?, demande Veneko.
- Ça doit faire un moment qu'il n'a pas donné le moindre signe de vie, dit Jeff. Depuis au moins plus d'une heure sans doute …
- Je crois qu'il était allé aux toilettes, dit Alicia. Mais après … je ne sais pas ce qu'il a pu faire.
- Vous croyez que c'est le fait de devoir sauver Mina des mains de Warren et surtout d'affronter Warren qui le perturbe ?, demande Kylie.
- Je pense que oui, en plus du fait d'avoir subi la perte de Shizuka sous ses yeux, répond Kaly. Dan semble plonger dans une petite phase de dépression et il a besoin de se retrouver seul. Par contre, il m'inquiète de plus en plus aujourd'hui et on doit le retrouver.
- Ce n'est pas que depuis aujourd'hui, note Senji. Dan me paraît nettement plus angoissé et déprimé depuis que Shizuka a disparu.
- Il m'a confié que de la voir disparaître, c'est comme un coup de poignard en plein cœur, dit Alicia. Je ne l'ai jamais vu aussi triste que ça.
- Shizuka était comme un parent pour lui.
- Il n'est quand même pas parti dans cet hôpital abandonné ?, s'interroge Senji.
- Sans doute … mais on l'aurait vu et Reizo nous aurait prévenu qu'il l'aurait vu, fait remarquer Nejma.
- Alors allons le chercher, dit Veneko. Il doit toujours être dans l'hôtel.

Spoiler:
Ainsi, tout le petit groupe se sépare, allant fouiller dans les moindres recoins des salles de l'hôtel, dans les moindres pièces, même dans celles qui leur sont inconnues, ainsi que dans les chambres vides de l'hôtel. Est-on vraiment sûr que Dan se trouve dans l'hôtel ? Il n'aurait quand même pas eu l'idée malsaine de faire quelque chose d'insensé. Dan est pourtant quelqu'un de conscient de ce qu'il fait. Sean ouvre la porte des toilettes et constate avec horreur le massacre qui règne dans la pièce. Il demande à ce que tous les autres se rendent compte de ce qui a bien pu se passer :

- Oh mon dieu !, dit Alicia en constant l'intérieur des toilettes de son hôtel.
- Qu'est-ce que c'est que tout ce bordel ?, dit Veneko en saisissant un bout de céramique.
- Celui qui a fait ça n'y est pas allé de main morte, dit Jeff, cynique.
- Mais … Mais … qu'est-ce qui s'est passé ?, dit Kylie, un peu horrifiée devant la grande quantité de débris de céramique, de copeaux de bois et d'éclats de miroir qui jonchent la pièce.
- Qui a pu faire tout ça ?, demande Nejma. C'est une vraie scène d'horreur.
- Est-ce que c'est … Dan qui a éclaté cet endroit ?, demande Senji. Même moi je serai incapable de mettre cet endroit dans un tel état sans aucune raison.
- Je crois que c'est effectivement Dan qui a eu un gros accès de colère, dit Kaly. Cette colère provient d'une profonde tristesse. Et il la transforme en rage.
- Continuons à le chercher avant qu'il ne fasse quelque chose de plus dangereux, dit Alicia. Ne perdons pas de temps.
- Il ne faut pas le laisser dans cette tristesse, dit Kaly. Il risque de souffrir encore plus et qui sait ce qu'il serait capable de faire en étant plus énervé.

Sur ces paroles, tout le monde reste encore un peu pétrifié face au carnage provoqué par Dan dans les toilettes. Les enfants reculent et se collent contre les jambes des Flame Charmer, ayant peur de ce qui a pu dévaster les toilettes. Les enfants craignent que Dan deviennent quelqu'un de mauvais et qu'il s'en prenne à n'importe qui. Visiblement, ils doivent avoir peur de perdre la personne qu'ils considèrent comme leur héros. Puis, tout le groupe décide de se remettre en quête de Dan. Une dizaine de minutes de recherches infructueuses plus tard, Nejma s'arrête auprès de la porte d'entrée de l'hôtel et dit soudainement :

- Hé ! Est-ce que vous entendez ?, dit-elle en tendant une oreille.
- Mon estomac ? Oui …, se plaint Veneko en se tenant le ventre. Je commence à avoir un petit creux.
- Mais non pas ça, lui répond sa sœur. Le bruit dehors …
- Oui, je l'entends aussi, dit Jeff.
- De quoi s'agit-il ?, demande Kaly.
- On dirait une musique, pense Sean.
- Allons voir dehors d'où est-ce que ça peut provenir, propose Alicia.

Tout le monde, Nejma, Veneko, les Flame Charmer, les enfants, Kaly et Senji sortent du hall et de l'hôtel pour essayer de découvrir ce qui a pu attirer leur attention. Ils dévisagent les quelques bâtiments en ruine d'Akinokuwa qui se présente à eux aux dernières lueurs du crépuscule. Puis ils essayent de chercher le lieu d'où le bruit peut provenir. Un bruit qui est bien plus fort quand il est entendu en extérieur. Étrangement, ce ne sont pas les seuls à avoir entendu le bruit qui résonne dans le ciel assombrissant d'Akinokuwa. On peut commencer à voir des personnes qui sortent peu à peu de leur habitation ou de l'endroit auquel ils ont été placés, un Disque de Duel à la main et scrutant également le ciel pour voir d'où peut provenir ce bruit. De plus en plus de personnes commencent à écouter cette mélodie qui provient d'un endroit qui est pour le moment inconnu. Ce son est assez grave et ressemble à une sorte de musique. L'installation mise en place doit être assez conséquente pour pouvoir résonner assez fort dans tout Akinokuwa. Qui a bien pu mettre au point cette installation ? Et d'où est-ce qu'elle peut provenir ?

- On dirait quelqu'un qui fait de la guitare quelque part, dit Alicia. Mais où ?
- En tout cas, il joue vraiment bien, fait remarquer Veneko.
- On dirait que cette personne est triste, dit Kylie.
- J'ai l'impression qu'il est en train de jouer "Voodoo Child" de Jimi Hendrix, note Sean, également un grand fan de musique. La cover est extrêmement bien reproduite, on pourrait penser que c'est Jimi lui-même qui joue.
- Oui mais il est mort depuis plus de trente ans, note Jeff. Et ça pourrait être un enregistrement.
- Non, ajoute Sean. Sur cette partie-là de la musique, il y a des paroles. Le son paraît authentique et n'est pas accompagné d'une batterie.
- Je crois que ça vient du toit de l'hôtel, dit Senji.
- Comment ça ?
- La portée du son est assez lointaine et avec ma vue perçante, j'arrive à voir ce que vous appelez des "enceintes".
- Tu es sûr ?, demande Nejma. Tu as déjà vu des enceintes avant ? Est-ce que tu sais ce que c'est ?
- Euh … non.
- Ben ne dis pas des mots que tu ne connais pas !
- Ou sinon, j'arrive à distinguer l'ombre d'une personne sur le toit, visiblement éclairée par quelque chose. Je crois que c'est plus évident pour se rendre compte de la localisation de cette personne qui joue de la musique.
- Donc il y a une personne qui fait de la guitare sur le toit de l'hôtel et on ne l'a pas vue rentrer ?, s'étonne Alicia.
- Cela voudrait dire que cette personne serait …, dit Jeff.
- Serait Dan ?, termine Kylie.
- Pas possible …, dit Jeff.
- Pourquoi est-ce qu'il fait ça ?, se demande Alicia.
- Allons voir !, ordonne Nejma.

Tout le monde se dépêche de prendre les ascenseurs pour arriver au quarantième étage de l'hôtel. Les dix-huit personnes se tassent dans les deux ascenseurs de disponible pour une ascension qui dure exactement quatre minutes et vingt-et-une secondes. Puis, une fois arrivés au dernier étage, ils prennent un petit escalier de douze marches qui les amène sur le toit de l'immeuble. Une fois la grosse porte d'acier ouverte, le spectacle qui s'offre à leur yeux est … pour le moins surprenant. Chaque personne se met à balayer le toit de l'hôtel du regard et "dévisage" l'espèce de décor qui y est planté, un décor qui est plutôt impressionnant.

Sur ce toit, il y a six colonnes de trois enceintes, semblables à des réfrigérateurs, scotchées grossièrement entre elles et postées à chaque coin du bord de l'hôtel. D'autres petites enceintes sont fixées sur l'ensemble d'antennes et de paraboles qui surplombent le toit de l'hôtel. L'hôtel est assez long ce qui fait que le nombre d'enceintes est assez pour pouvoir résonner sur un rayon assez grand. Des mètres et des mètres de fils et câbles jonchent le toit, attachés au sol par du gros scotch gris. Trois spots de lumière blanche sont posés sur le sol, éclairant de dos la personne qui émet cette mélodie grave, un peu comme un bat-signal. On pourrait se croire sur une scène de concert, un concert un peu improvisé. Est-ce réellement lui qui a fait toute cette mise en scène ? Et surtout pourquoi est-ce qu'il a fait tout cela ? Qu'est-ce qui a pu lui passer par la tête pour faire ça ? Et aussi, comment il a fait pour installer tout ça aussi discrètement ?

Assis sur son inséparable chaise pliante, trois amplificateurs traînant à côté, Dan est en train de montrer un de ses nombreux talents à savoir celui de faire de la guitare. De dos, la chaise représente la bouche d'un démon en train de tirer la langue, un peu comme la légendaire langue de Gene Simmons du groupe Kiss. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il sait se débrouiller. La mélodie sortant de son jeu de doigts est empreinte d'une certaine tristesse et de mélancolie mélangée à de la colère. Il n'a sans doute pas remarqué que d'autres personnes sont en train de le regarder, de le contempler, de l'admirer, étant donné que le son sortant des nombreuses enceintes a dû couvrir le bruit crissant de l'ouverture de la porte qui donne sur le toit. C'est surtout que lorsqu'on regarde la scène à partir de la porte qui permet d'accéder au toit, la chaise pliante de Dan et Dan sont uniquement de dos.

En ce moment, il est en train de jouer une cover du titre "Fear of the Dark" du groupe Iron Maiden, mais sans les paroles. Il se met ensuite à chanter "Numb" de Linkin Park. Son anglais est tellement fluide et sa voix tellement melliflue. Au moment où il passe au refrain, certains des spectateurs sont bouche bée quand Dan dit "I've become so numb I can't feel you there … Become so tired so much more aware … I'm becoming this all I want to do … Is be more like me and be less like you.". Il a tellement de charisme quand il chante, que certaines des personnes l'écoutant ont les larmes aux yeux. Il est possible qu'il pleure en train de chanter.

Dan sait également très bien chanter. Mais le problème, c'est que sa voix s'enroue assez vite, ce qui donne l'impression qu'il finit par chanter totalement faux. Lors d'un karaoké avec tout le groupe, Warren l'a envoyé sur scène pour chanter. Au début, il captivait tout le monde mais au bout de dix minutes, c'était parfaitement inaudible et néfaste pour les oreilles. Depuis, il ne chante que très rarement. Mais lorsqu'il chante bien, c'est un pur régal à entendre. Son registre préféré est … l'opéra. Son préféré est l'opéra-comique "H.M.S. Pinafore, or The Lass That Loved a Sailor". Sa chanson préférée dans cet opéra est "For He Is An Englishman", qu'il adore chanter en tenue d'amiral de la marine britannique du XIXè siècle. Shizuka adorait l'écouter en train de chanter cet opéra. Rien que pour l'amuser, Dan jouait tous les personnages qui chantaient, qu'ils soient marins, matelots, vieux, jeunes, masculins ou féminins. Une fois où elle était malade, Dan s'était mis à chanter la partition entière de cet opéra, au plus grand bonheur de sa gouvernante. Elle s'était mise à éclater de rire quand il a interprété tout cela et en discutant tout seul, lui donnant une impression de guérison. Il a assuré les chœurs lui-même, tout en dansant une valse avec Shizuka à la fin. La raison pour laquelle il adore cet opéra tient dans le visionnage de l'épisode des Simpson "Lac Terreur" où le personnage de Tahiti Bob interprétait cet opéra. Il s'agit de son épisode préféré et chantait en même temps que Bob. Et du coup, il a appris l'intégralité des paroles.

Le jeune homme adore tout ce qui est musique métal et rock. Pour lui, les sonorités des chansons de groupes comme Black Sabbath, Metallica, Iron Maiden ou encore Led Zeppelin apportent une quantité de rêves. La musique fait rêver Dan et le transporte dans un monde rien qu'à lui. C'est là où il préfère s'isoler. Mais il adore également tout ce qui est rap – style 2Pac, 50 Cent, Eminem, Dr. Dre ou Snoop Dogg –. Les mélodies de ces différentes chansons sont très belles et il s'amuse à danser là-dessus. Il est également friand de musiques plus pop ou RnB, avec des artistes telles que Madonna, Britney Spears, Katy Perry, Beyoncé ou encore Rihanna. C'est même ce qu'il écoute le plus souvent. Il fait venir leurs albums par son grand-père paternel qui vit aux États-Unis. Il connaît chacune des chansons presque par cœur et danse admirablement bien dessus.

Dan adore tout ce qui est art comme la danse ou le chant. Il estime que cela l'aide dans sa maîtrise des arts martiaux, lui qui, à dix-huit ans, est déjà entre autre renshi – quatrième dan de judo –, troisième dan en kendo et en karaté, ceinture noire de jiu-jitsu brésilien avec un grade un et ceinture bleue et troisième grade de krav-maga. Dan est un surdoué tout ce qu'il y a de plus surprenant. Il a montré très tôt des dispositions pour les sports de combat et Shizuka l'a pris en charge comme il se doit. Feu la gouvernante savait ce qu'elle faisait lorsqu'elle a décidé d'élever Dan. Il serait presque l'enfant parfait quand on voit tout ce qu'il sait faire, ce qu'il est capable de faire et ce qu'il a fait.

La puissance du son produit et le nombre d'enceintes et d'amplificateurs font qu'on pourrait se croire aux premières loges d'un concert de metal du style Linkin Park, Metallica, Guns'n'Roses ou Iron Maiden, groupes que Dan affectionne et qu'il est même allé voir en concert en compagnie de Shizuka, elle-même très grande fan de ce genre musical. À un moment, environ dix minutes après que le reste du groupe se soit également retrouvé sur le toit de l'hôtel, il se lève de sa chaise, révélant son grand manteau gothique noir, s'arrête de jouer quelques secondes et pose sa guitare. Les faibles lueurs du soleil disparaissent, ne le laissant éclairé qu'avec les spots, positionnés derrière lui. Il décide d'enlever son manteau et son T-Shirt, le laissant torse nu. Pourquoi est-ce qu'il décide de se mettre torse nu ? Aucune idée. De dos, il ressemble bien à quelqu'un qui maîtrise les arts martiaux, et surtout celui de quelqu'un qui se serait battu et qui aurait reçu un coup assez dur. Des marques sont visibles sur son dos. Il semble avoir quelques bleus et autres ecchymoses dans le dos et au niveau des bras, preuve de sa volonté de se battre jusqu'au bout, exactement comme Shizuka. Sa peau est étrangement très pâle et semble tirer sur une teinte bleutée, confirmant le fait que les personnes absentes en ce moment ont emporté la chaleur de son corps. Il reprend sa guitare, un modèle Stratocaster noir et blanc de 1961, fait quelques pas, se plaçant bien à la convergence des trois faisceaux lumineux, laissant échapper un soupir et couler une larme puis se met à jouer ce qui semble être le final de sa prestation … un tout dernier riff.

Ce riff … on pourrait y consacrer des lignes et des lignes à le décrire en long, en large et en travers tellement il est … extraordinaire. Ce riff est joué d'une manière si sonore qu'on pourrait croire que toute la rage de Dan y a été soigneusement placée. Chaque note pourrait faire l'objet d'un commentaire, si ce n'est pas trop exagéré. C'est limite si les vibrations produites par chaque note font trembler le sol. Au début, il joue note après note, ne laissant qu'un petit intervalle entre chaque changement de note. Le ton est en decrescendo jusqu'à une note assez grave. Puis, le rythme change, devenant plus rapide et plus effréné, un peu comme un crescendo rythmique. On pourrait croire à une reprise d'un solo de Jimi Hendrix, les notes allant en dents de scie, d'une plus grave à une plus aiguë puis revenant à la note de départ. Les accords s'enchaînent aussi parfaitement que deux pas de danse ou qu'une suite de cartes permettant un First Turn Kill dévastateur. Il repasse ensuite à une tonalité nettement plus grave. Le tempo s'accélère au fil des notes. Seul un expert musical pourrait définir les différents tempos adoptés dans ce riff. Peut-être un adagio ou bien un andante ? Un moderato ? Peut-être. La saturation de la guitare donne une ambiance pesante au riff de Dan. Le reste de son corps n'esquisse pas le moindre mouvement, si ce n'est que les gestes rapides de ses mains sur les cordes de l'instrument. De dos, on pourrait voir quelqu'un de stoïque, qui ne bouge pas d'un iota pour jouer. A-t-on déjà vu une statue jouer de la guitare ? À moins d'être magicien, ce n'est pas tellement logique. Lorsque la mélodie commence à s'accélérer, on a la sensation que le sol se met à trembler. L'intensité du son produit, du nombre d'enceintes et d'amplificateurs réussit à insuffler cette perception d'un tremblement de terre, qui pousse les oiseaux perchés dans les arbres et sur les bâtiments à s'envoler, gagnés par la peur. Les notes allongées font un peu penser à un glas funèbre qui s'étend à l'intégralité de la ville d'Akinokuwa.

On pourrait le présenter comme cela : quelques notes pour montrer qu'on sait faire du bruit puis enchaînement rapide et magnifique. Chaque note semble être pesée au moment où elle est jouée. Est-ce qu'il joue sans se poser de questions sur le sens de ce qu'il joue, sur sa musicalité ? En le voyant de dos, il est difficile de décrire en totalité l'expression qu'il est en train d'arborer mais avec des hypothèses, cela devient possible. Il ne regarde pas devant lui, se contentant de faire attention à ses doigts en plein mouvement. Visiblement, il n'a pas l'air de jouer avec un quelconque médiator, préférant abîmer ses doigts. Il ne doit pas afficher de sourire en jouant, se limitant à un simple visage exprimant de la tristesse et se noyant dans une mélodie musicale. Dan serait capable de se faire un nom dans le domaine musical étant donné l'intensité du son qu'il vient de produire. Il reprend cette mélodie quatre fois consécutives … comme s'il voulait sonner un glas annonçant l'arrivée d'une créature obscure – et cette créature serait en réalité lui-même, laissant exploser sa rage contre tout ceux qui s'opposent à lui – …

Les nuages deviennent de plus en plus sombres et une sorte de fine pluie commence à tomber sur Akinokuwa. Dan en train de jouer de la guitare torse nu sous la pluie, cela semble être une image assez clichée mais … dans le contexte, le sublime est au rendez-vous. La tristesse dégagée dans la mélodie se retrouve avec la fine pluie qui tombe, comme si c'est lui-même qui décide de la météo, choisissant à sa guise entre la pluie et le beau temps, choisissant en fonction de son humeur.

Dans un certain délire interprétatif, Dan serait un peu comme une divinité ayant ce genre de compétences. Bien évidemment, c'est le monde réel et Dan se contente de fasciner les gens comme jamais. Il les pousse à rêver d'un avenir meilleur, un avenir auquel il veillera personnellement à son avènement … un avenir qu'il va instituer au monde entier. On pourrait immortaliser cette scène, en faire une très grande peinture, dans laquelle le peintre en question doit se donner pour objectif de faire ressortir la tristesse et le désespoir qui habite l'esprit de Dan. Cette scène est tout simplement la triste apothéose de la complainte chantée par Dan Lotyuwi : une foule de sombres sentiments inextinguibles transmise selon une surprenante musique.

Les autres personnes sont absolument sans voix devant la prestation musicale de Dan. Nejma et Veneko ont voulu s'avancer pour dire deux mots à Dan mais Sean et Alicia les en ont dissuadés, préférant admirer leur ami en train de jouer et ne pas le déranger. Dan est vraiment quelqu'un de mystérieux, n'expliquant que très peu certains gestes, ne dévoilant que très peu sa vie privée, même à ceux qu'il côtoie le plus. L'image qui se dresse devant tout le groupe est celle d'un homme triste, qui a perdu ceux qui l'aimaient le plus : ses parents et Shizuka, qui lui était très dévouée, et ce, jusqu'à son dernier soupir, qui a même donné sa vie pour protéger celle de Dan. Sa mort lui a laissé beaucoup de marques au niveau psychologique et ces marques ne disparaîtront pas tant que cette bataille ne sera pas gagnée. Sa meilleure amie a été enlevée par celui qui a été son meilleur ami mais qui a été transformé en monstre cruel, dont la seule part de lumière cachée par des nuages noir d'encre. La nostalgie coule des yeux de Dan sous la forme de larmes, tout comme sa tristesse face aux événements qui s'annoncent. La rage que ressent le jeune homme charismatique est véhiculée par chacune des notes provenant de sa guitare. Il veut attaquer cette tristesse avec cette hargne placée dans cet épisode musical.

On peut vraiment dire que Dan est quelqu'un de charismatique. Tout ce qu'il fait suscite l'admiration des individus aux alentours. Depuis le tournoi, il n'a cessé d'être suivi par des admiratrices qui ne pensent qu'à lui. N'importe quelle personne affirmerait que Dan est assez séduisant, que ce soit ici, sur ce toit, ou dans le reste de la vie, presque un modèle de perfection, ce à quoi il se moque complètement. Son idéal de vie est de savourer chaque moment présent. Dan est humble comme jamais. Jamais il s'est enorgueilli de quelque chose comme d'une victoire en Duel ou d'être le meilleur de la classe. La vantardise ne cite pas chez Dan. Il se caractérise par son apparente situation inexpressive face à une difficulté ou face à un adversaire en Duel. Dan s'approcherait quasiment du modèle stoïcien. La douleur physique ne l'affecte pas, il l'affronte. C'est comme s'il vit en pleine léthargie, insensible à tout ce qui le concerne de près ou de loin … L'orgueil ne semble pas l'atteindre, même si on pourrait interpréter certaines de ses paroles comme étant une preuve d'orgueil. Dan serait donc totalement insensible.

Totalement insensible ? Pas sûr. Son seul ennemi mortel, c'est la peine qu'il peut ressentir lorsqu'il se met à ressasser le passé : son enfance avec ses parents – ou plutôt les rares souvenirs qu'il a pu conserver – … la vie avec Shizuka, ses amis, les Duels … puis les moments les plus tragiques comme les multiples disparitions, les peines subies et d'autres événements peu joyeux. La tristesse est néfaste pour quelqu'un de nostalgique comme Dan. Tous ces événements sont racontés dans ce riff de guitare d'une virtuosité incroyable. C'est exactement comme s'il raconte sa vie en détail dans ce riff. Une paire d'ailes noires et on le prendrait vraiment pour un ange, un ange venu rendre son jugement sur les Démons pour leurs actes malfaisants. Un Ange justicier en quelque sorte, c'est ce à quoi Dan peut ressembler dans cette situation. Une sorte de super-héros qui serait capable de faire presque tout ce qui est possible de faire.

Pendant les trois dernières minutes de ce riff, la plupart des personnes dehors ont mis leurs occupations en suspens afin d'écouter la mélodie dramatique émise cette personne sur le toit. Cette mélodie résonne dans le ciel et réussit à capter l'attention de toute la ville. À environ huit cents mètres de l'endroit d'où joue Dan, dans une petite salle d'où le toit de l'hôtel Saint-John est visible, Warren entend également cette musique.

Spoiler:
Warren – ou plutôt ce qu'il est devenu depuis sa défaite contre Eyazon en Endlenda – est en train de me surveiller. Tout ce dont j'arrive à me rendre compte, c'est que je suis étendue sur le sol glacé d'une petite pièce où j'ignore me trouver. Mes yeux ont le plus grand mal à distinguer quoi que ce soit. L'astre lunaire commence à émerger de son sommeil pour illuminer Akinokuwa à sa manière. La fenêtre assez grande laisse passer ces rayons argentés jusqu'à mes yeux, ce qui les fait s'ouvrir. Même épuisée, mes oreilles ont réussi à capter cette mélodie nostalgique qui est jouée. Warren se lève ensuite de sa chaise et se dirige vers la fenêtre. Il regarde le toit au loin, bras croisés, et il me décrit ce qu'il peut distinguer.

- Trois spots sur un bâtiment que je dirais être cet ignoble hôtel Saint-John. Je suis persuadé que la personne qui doit jouer de la guitare doit être quelqu'un qui a du temps à perdre. Il doit profiter des quelques heures de répit laissées avant de devoir céder son âme à Nephomet.

Je ne réponds pas du tout, ayant un bâillon sur la bouche. Est-ce qu'il s'est rendu compte de cet élément ? Je pense que oui. Warren vient ensuite enlever le bâillon qu'il a serré assez fort au niveau de ma bouche. Ensuite, il me place sur une petite couchette et me pose alors une question à laquelle il doit s'attendre à une réponse de ma part.

- Je crois que quelqu'un a eu la brillante idée de faire un petit concert avant de mourir. Visiblement, la musique semble adoucir les esprits avant qu'ils ne soient absorbés par le Démon. Et à entendre la puissance du son, celui qui a eu l'idée de faire tout ça n'y a pas été avec le dos de la cuillère en matière d'installation. J'aimerais beaucoup entendre cette personne jouer plus longtemps. As-tu une petite idée sur le nom de la personne qui veut jouer les mélancoliques ?

Je ne réponds pas, ayant énormément de mal à trouver des mots pour formuler une quelconque réponse. C'est comme si on m'avait bloqué les cordes vocales avec une sorte de produit anesthésiant ou bien qu'on me les a retirées à un moment où j'étais totalement inconsciente et inerte. La situation dans laquelle je me trouve me fait tellement mal. Mon corps semble tout à coup oppressée par l'environnement. Chaque membre de mon corps me partiellement ou totalement ankylosé, que ce soit la tête, les bras ou les jambes. Mon corps étant totalement engourdi, je n'arrive pas à faire les efforts nécessaires pour comprendre ce que Warren me dit. Et se rendant compte que je ne prononce pas un mot, Warren décide alors de répondre à la question qu'il a posé. Je pense qu'il doit avoir une idée de la réponse à sa propre question, tout comme moi d'ailleurs.

- Je pense que je serais prêt à parier une de tes jolies mèches de cheveux que c'est ce cher Dan Lotyuwi qui s'amuse à jouer sur le toit de cet hôtel Saint-John, bien évidemment accompagné de toute sa bande de lèche-pompes. Mais je dois avouer que ce qu'il produit est quand même audible et sympa à entendre, voire même très beau pour certains enchaînements. Quelle ironie … de si belles capacités de jeu musical dévoilées juste avant sa disparition. Il doit être en train de jouer son propre requiem car … il ne sera lui non plus pas des nôtres dans le monde qu'il va contribuer à créer. Je jure sur mon honneur qu'il rejoindra le monde de l'au-delà sous les coups de mes monstres.

"Je sais que c'est Dan qui est en train de jouer, me dis-je. Je l'ai déjà vu jouer de la guitare et je reconnais ces sonorités mélancoliques.". Je sais parfaitement qu'il n'y a que Dan qui est capable de ce genre de choses. Sa mélodie est tellement empreinte de mélancolie qu'elle me fait verser une larme. En entendant ce qu'il joue, j'ai l'impression d'écouter une histoire qu'il est en train de raconter. Cette douloureuse affliction qu'il vit me parvient et me touche au plus profond de mon être. J'éprouve également de la peine pour lui, en apprenant par Warren ce qui est arrivé à Dan dans l'Endlenda il y a quelques jours. Je sais qu'il est également capable de jouer quelque chose de plus joyeux, au point de pouvoir écrire des chansons. Je le verrais bien fonder un groupe de rock surtout avec son look un peu gothique. Mais je préférerais qu'il ne fasse pas fantasmer des cruches qui iraient limite dans le harcèlement pour pouvoir passer quelques instants avec lui, limite pour le séduire. S'il y avait quelqu'un avec qui je voudrais partager ma vie, ce serait bien Dan. Je serais vraiment prête à tout pour lui.

À ce moment là, quelques larmes coulent de mes joues tellement cette mélodie est belle mais sonore. J'arrive à me retourner pour me mettre dos à Warren, afin qu'il ne me voit pas en train de pleurer. Je sais qu'il ne me regarde pas. Je connais bien l'impression ressentie lorsque Warren me jette un regard noir. "Dan … tu me manques terriblement … Je veux que tu viennes me sauver. Ta présence est une lumière dans mon esprit et sans toi … je m'ennuie … Je sais que tu es en mesure de battre Warren … Dan … je t'aime.", me dis-je. En fait, je dois avouer que j'ai toujours aimé Dan, et ce, depuis le jour où je l'ai rencontré. C'est vrai que j'ai pu penser que le fait que son côté fumiste est quelque chose qui ferait en sorte que je ne sortirai jamais avec lui. Mais en tout cas … malgré certains rares défauts, Dan a réussi à fondre mon cœur. À l'entendre jouer cette musique triste et ne pas pouvoir le regarder – en plus du fait qu'il doit sûrement pleurer pendant sa musique, la seule chose que je voudrais faire, c'est le prendre dans mes bras et le consoler. Je n'aime pas le voir triste et je veux le revoir sourire à nouveau après ces événements. Mais avant cela, il va devoir se battre contre Warren.

Sur le toit de l'hôtel, lorsque la dernière note du riff de Dan cesse d'émettre le moindre son, Dan casse sa guitare en la frappant de quatre coups sur le sol. À chaque coup de guitare sur le sol, le bruit passe dans les amplificateurs et fait un tel vacarme que des corbeaux dans Kyuzô Park juste à côté s'envolent, sans doute apeurés par l'onde sonore. Un des amplificateurs est également pulvérisé par le dernier coup de guitare, à tel point que des étincelles jaillissent en masse. Un dernier coup de pied et il quitte le champ de vision du groupe pour s'écraser au sol. Dan finit à genoux avec une respiration assez saccadée. Il reste ensuite devant les morceaux de la guitare et sa respiration devient encore un peu plus haletante. Ensuite, il remet son T-Shirt. Il enfile ensuite son manteau, met son chapeau sur sa tête et se retourne. En se comprenant qu'il n'est plus tout seul sur le toit de l'Arène, il affiche une certaine réaction en se rendant compte qu'il était observé pendant qu'il jouait. Il ne dit rien, se contentant de fixer le groupe de personnes devant lui. Et curieusement, au moment où le dernier son sort des enceintes, les dernières gouttes de pluie cessent de tomber sur Akinokuwa, ne laissant quasiment aucune trace d'humidité sur le sol. Un silence glacial prend place sur le toit, que Dan décide de briser.

- Celle-là n'est qu'une copie, dit-il en désignant les débris de la guitare. La vraie est dans ma cave et appartenait à mon père.
- Tu … Tu joues … admirablement bien, bégaye Alicia, ce à quoi les autres hochent de la tête. Tu es extrêmement doué.
- Quelle virtuosité …, dit Jeff, les yeux écarquillés.
- Je n'ai jamais vu un tel talent à la guitare, dit Sean.
- Je suis époustouflée, dit Kylie.
- C'était tellement puissant, remarque Veneko.
- Pourquoi tu es venu jouer ici ?, demande Nejma.
- …

Il ne répond pas. La réponse aphone de Dan est totalement prévisible avant même que la question ne soit posée. Il est probable que chaque personne ait déjà compris pourquoi Dan est venu ici. Cette musique sonne vraiment comme un glas à l'encontre de celui qui va être le prochain adversaire de Dan, à savoir ce maudit Warren. Mais, Dan regarde le sol puis le groupe, et ses lèvres finissent par bouger, et ce, pour la première fois depuis des heures.

- Je vais quand même répondre. Ne rien dire serait un peu insultant. Pour le lieu, j'aime contempler un coucher de soleil. Un coucher de soleil est quelque chose de splendide à admirer. J'avais besoin de m'exprimer … et ce, de n'importe quelle manière, musicale ou violente. Cette mélodie signifie la fin de mon sommeil et de mon inactivité. Le glas a sonné et Warren est la victime toute désignée. Les Anges Démons l'attendront de pied ferme pour le punir.

Personne ne répond à l'annonce de cette phrase pour qualifier Warren, ce qui laisse à penser que Dan dit la vérité. Dan reprend ensuite sa réponse :

- D'abord, je vais aller sauver ma chère Mina de cette abomination qu'est devenue Warren. Je lui demanderai pardon pour ne pas avoir agi plus tôt. Elle sonne également la fin de ce Warren est actuellement, c'est-à-dire une créature pervertie par le Mal. Je ne veux surtout pas que vous veniez. Ce combat est le mien et seulement le mien. D'accord, ça sonne égoïste mais je n'ai pas le choix. Je préfère risquer ma vie seule face à Warren plutôt que de vous inclure dans la balance. Je ne veux pas courir le risque de perdre Mina sans doute pour toujours. À présent, je vais me rendre dans cet endroit malsain libérer Mina.

Personne n'ose répondre ou ajouter quelque chose à ce que Dan vient de déclarer. Il prend son Disque de Duel et l'enfile à son bras gauche. Il marche plutôt lentement et s'engouffre à l'intérieur du bâtiment. Le reste du groupe le suit et l'accompagne jusqu'à la sortie de l'hôtel. Au moment de passer la porte, il se retourne vers le groupe, leur sourit, lève le pouce gauche en signe de confiance. Il laisse échapper un : "Bonne chance". En se retournant à nouveau, il jette un objet par terre en le catapultant avec son pouce. Personne n'arrive à voir cet objet. Alicia va ensuite le ramasser, comme si c'était une sorte de cadeau. Dan va affronter Warren qui est devenu sans doute plus puissant qu'il ne l'a été et il reste confiant, absolument sûr de lui. Il sait qu'il risque sa vie mais de nombreuses sont également en jeu. S'il le pouvait, il aurait demandé à toute l'équipe de l'accompagner pour ce Duel. Cependant, il s'agit d'une affaire qu'il doit résoudre seul. Kaly semble s'inquiéter pour Dan. Depuis qu'il a quitté le toit de l'hôtel, son visage a gardé une expression totalement triste et sans doute résignée. Elle sait que les derniers événements ont été très difficiles pour Dan. Depuis que Shizuka est partie, qui peut le consoler ? Kaly ne sait pas si elle est capable d'assumer ce rôle après ces derniers événements.

Son Duel s'annonce comme celui qui va faire pencher la balance qui régit ce monde … le sauver ou le faire basculer dans les ténèbres éternelles. Dan finit par sortir de l'hôtel, toujours en marchant et en conservant cette dégaine qui lui est propre, la dégaine de quelqu'un qui ne se presse pas. Il avance plutôt lentement, ce qui ajoute une dimension pesante. Il aurait rendez-vous avec la Mort elle-même qu'il l'attendrait sans même se presser. Il pourrait continuer à avancer sur le chemin de la vie pour rejoindre la Faucheuse comme tout le monde … mais il semble tellement n'en avoir rien à faire et il la rejoindrait les mains dans les poches et les yeux fermés.

Le reste du groupe avance jusqu'au parvis de l'hôtel pour admirer cette silhouette marchant sans faire le moindre bruit, tel des semelles de vent, le bas du manteau flottant avec quelques courants d'air un peu comme une cape. Dan a beau être ami avec des Anges, il a une démarche de Démon et une attitude de Démon. Cela dit, ça colle parfaitement avec les cartes "Ange Démon" qu'il joue. Kaly lui a appris que chaque être possède une part angélique et une part démoniaque. Chaque personne ne peut vivre qu'avec une de ces deux parts. Mais pour Dan, c'est différent. Son Deck "Ange Démon" lui permet de manipuler les deux facettes à la fois, ce qui fait qu'il ressemble souvent à quelqu'un de démoniaque tout en étant du côté des Anges. C'est quelque chose qui peut sembler compliqué et sans doute illogique mais c'est une des lois qui règle la vie en Endlenda et la philosophie elfique – Dan a encore un peu de mal à comprendre tout cela.

Sur le parvis de l'hôtel, Nejma et Veneko ne savent pas tellement quel sentiment éprouver pour Dan. Ils savent pertinemment qu'il ne fera pas trop d'écarts et qu'il restera fidèle à lui-même en conservant cette tranquillité d'esprit. Son Duel a beau avoir un enjeu plus que capital, il restera le même quoi qu'il arrive. Nejma tourne les yeux vers le reste du groupe et seul Alicia semble éprouver un quelconque ressentiment pour Dan et au comportement dont il fait preuve depuis quelques temps, c'est limite si elle se retient de pleurer à l'idée qu'elle ne verrait plus Dan. Nejma sait-elle ce qu'Alicia ressent pour Dan ? À son avis, Alicia serait une amie vraiment proche du Duelliste balafré. Cette espèce de nonchalance permanente, cette tristesse et cette réservation exprimée par Dan semblent lui donner quelques frissons à tel point qu'elle semblait pleurer lorsque le son de la guitare résonnait sur le toit de l'hôtel.

Elle tient l'objet que Dan a jeté dans sa main droite et le regarde. Elle semble assez hébétée devant cet objet. Il s'agit d'une pièce de monnaie, un dollar d'argent américain de 1900 représentant La Fayette et Washington. C'est le genre d'objet qui peut se vendre une fortune aux enchères pour des collectionneurs. Où est-ce que Dan a se procurer un tel objet assez rare ? Et à en voir les petites marques sur une partie de la pièce, on pourrait croire qu'il a dû s'en servir pour jouer de la guitare tout à l'heure, comme si c'était un médiator – un peu comme Brian May du groupe Queen. De plus, cette pièce est extrêmement rare et vaut assez cher … mais Dan semble se moquer de la valeur qu'on peut accorder à une pièce. Elle lui a servi de médiator et c'est bien la seule chose qu'elle pouvait faire. Alicia regarde attentivement la pièce et laisse échapper un "Bonne chance Dan … je crois en toi.", ce qui traduit une certaine mélancolie de la part de la jeune femme à l'égard du Duelliste, qu'elle admire pour son sang-froid et ses capacités en Duel qui sortent de l'ordinaire, ce Duelliste auquel elle s'est vraiment attachée, au point d'en éprouver des sentiments amoureux.

Dehors, Dan marche tranquillement, l'air extrêmement concentré, les mains toujours dans les poches. Le vent se met à souffler un peu plus fort et agite le bas du manteau de Dan. Il marche pendant plus de quinze minutes et se met à penser : "Je sais que Warren va me donner du fil à retordre pendant ce Duel. Je ne dois pas me laisser impressionner. Il risque de vouloir me faire chanter pour que j'abandonne. Et pour ça, il va utiliser Mina. Je resterai solide comme un roc et aucune tentative de chantage ne me troublera lors de cet affrontement capital dans cette guerre.". Il marche encore cinq minutes après avoir réfléchi sur les probables tentatives d'influence dont Warren pourrait avoir recours. Puis, il arrive au niveau de la grande rue où se trouve le fameux bâtiment indiqué sur la lettre. Avant d'arriver devant l'entrée d'un imposant bâtiment faiblement éclairé par les rayons de la lune et par ce qui semblerait être des lampadaires, il se dit alors : "Me voilà, Mina. Je vais me faire pardonner de ne pas être resté à tes côtés. Je vais te sauver. Prépare-toi à une dure épreuve, Warren.".

Il avance peu à peu, toujours en marchant lentement, et longe le mur qui sépare le terrain occupé par ce bâtiment et la route. Une fois après s'être placé juste au niveau de l'entrée, sans regarder le bâtiment. Il baisse son chapeau, ce qui fait que si quelqu'un se trouve devant lui, il ne pourrait voir que la partie de son visage avec la cicatrice qu'il a à l'œil – le gauche. Puis, il décide d'entrer dans la cour du bâtiment, éclairée par une haie de lampadaires. "Mina … ce Duel … il est pour toi. Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour te sauver. Puis lorsque j'aurai gagné ce Duel, je me mettrai à genoux pour implorer ton pardon. J'irai jusqu'à cet acte parce qu'après tout … Mina … je t'aime … de tout mon cœur.", se dit-il en avançant silencieusement, sans perturber le calme de la nuit.


avatar
Messages : 1062
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le Démon d'un autre monde

le Jeu 6 Sep - 17:25
Chapitre 73 - Urgences partie 1 - Recherche...

Spoiler:
La gibbeuse décroissante apparaît dans le ciel et surplombe la ville d'Akinokuwa. Le vent se lève et Dan avance tranquillement en direction du lieu indiqué par la lettre reçue de la part de Warren. Près de vingt minutes après avoir quitté l'hôtel Saint-John, et constaté l'effrayant silence noyant les rues d'Akinokuwa, le jeune homme finit par longer les murs formant l'ancienne enceinte de l'ancien hôpital militaire de la ville. Le bâtiment se trouvant dans une zone mal famée de la ville, les autorités publiques songeaient à le détruire pour en faire de nouveaux logements – décision appuyée par le magnat du bâtiment Kito Saint-John – , tandis que d'autres voulaient le rénover, se heurtant juste au fait que cet endroit se trouve en plein quartier où règne la délinquance, chose qui terne le charme de la banlieue d'Akinokuwa en général.

Depuis une quinzaine d'années que les installations ont été déclarées non-conformes aux normes de sécurité en vigueur, c'est un vide total, à part pour les sans domiciles fixe, les gangs qui zonent un peu partout et qui se battent dans le cadre de leurs petites guéguerres de territoire. Certains disent qu'il y a des gens qui y viennent pour des trafics de drogue, d'alcool, d'armes mais aussi d'êtres humains ou d'organes. D'autres racontent aussi que des prostituées s'y rendent avec leurs clients. Sans prendre le parti de ces acteurs malfaisants, il faut dire que le choix de cet hôpital en ruines est une très bonne chose puisqu'il n'est pas tellement contrôlé par les forces de l'ordre. Ces derniers laissent cette société déviante se développer librement tant qu'elle ne se mette pas à perturber le centre-ville.

Apparemment, cet endroit aurait été construit au début de l'ère Meiji, de 1876 jusqu'à 1880, par un groupe de voyageurs japonais qui avaient vécu avec leurs familles en France sous le Second Empire. Ils avaient été subjugués entre autres par les merveilles architecturales françaises. Le jour où ils s'apprêtaient à rentrer au pays, ils sont tombés sur un hôpital militaire en bord de mer. Ils sont allés jusqu'à demander au maire de la ville s'il pouvaient avoir les plans du bâtiment pour pouvoir le faire construire chez eux. C'était bien évidemment avant que la ville d'Akinokuwa ne soit fondée, c'est-à-dire le 18 juillet 1899. L'hôpital a été rapidement construit, reprenant exactement ce qui avait été vu par ces voyageurs dans cette ville littorale. Il était alors rattaché à une ancienne commune qui a fusionné avec Akinokuwa, encore néophyte. Avec les différentes guerres menées par l'armée impériale nippone, cet hôpital a hébergé la myriade de blessés de guerre, qu'ils soient japonais ou américains. L'arrière-grand-père de Dan y a résidé le temps de se remettre de ses blessures par balles après les batailles d'Iwo Jima et d'Okinawa.

Ce n'est qu'au tout début des années 1990 que la fonction primaire de ce bâtiment a été remise en question, par rapport à l'état des lieux. Le rénover aurait coûté une énorme somme à l'époque – chiffrée à plusieurs dizaines de milliards de yens de l'époque –. Et il a officiellement cessé d'accueillir des militaires blessés le 18 juillet 1899, soit lors du centenaire de la fondation d'Akinokuwa. Il n'a plus jamais été entretenu et c'est alors que toutes ces activités secondaires ont commencé à s'y développer.

Dan regarde avec minutie le bâtiment et essaye d'imaginer les cent quarante années d'histoire qui ont pu se dérouler à l'intérieur de cette enceinte. Il était déjà passé devant une fois en compagnie de Shizuka mais n'y a jamais mis les pieds pour les raisons que tout le monde connaît. D'ailleurs, la gouvernante lui avait interdit de s'y rendre sous aucun prétexte, estimant que cet endroit "qui accueillait autrefois la charité, est désormais devenu le repaire du vice". C'est une des rares occasions où elle a clairement menacé Dan si jamais il contrevenait à cet ordre. Même si elle savait pertinemment que son filleul respecterait ses dires, elle le mettait quand même en garde. Cependant, elle n'est plus de ce monde et il se demande ce qu'elle lui dirait si elle apprenait qu'il a quand même pénétré l'intérieur de cet ancien hôpital respectable.

- Désolé, Shizuka … mais c'est une véritable urgence qui se présente face à moi, pense-t-il. Je dois y entrer, sauver Mina et ramener Warren à la raison. J'espère juste que tu ne m'en voudras pas trop de t'avoir désobéi … Pourquoi est-ce que je me mets à parler à l'esprit d'une personne qui a quitté cette vie ? Est-ce que cet endroit, rien que par ma présence, me ferait perdre la tête et me pousserait à parler sans aucun intérêt alors que la vie de deux personnes est en jeu ? Ce sera un Duel seul contre les ténèbres qui ont pris possession de ces quartiers.
- Ne t'en fais pas
, résonne la voix de Kaly, restée à l'hôtel avec le groupe. Tu n'affronteras pas cela tout seul.

Une fois arrivé au niveau de l'entrée du complexe délabré, Dan s'esclaffe devant l'obscurité quasi-totale, avant de voir les quelques lampadaires encore en état s'allumer par intermittence. "J'ai le droit à une haie d'honneur. Au moins, il sait comment recevoir …", se dit-il en se tenant devant les deux bâtiments de l'entrée. Celui à sa droite est l'accueil du parking tandis que celui de gauche a une utilité qui lui reste inconnue. Ne perdant pas une seconde, le jeune homme marche tranquillement sur une route bitumée, tout en jetant quelques regards curieux sur la présence de palmiers au milieu des haies. Une trentaine de mètres plus tard et il se retrouve face à une gigantesque façade s'étendant en longueur, qui s'illumine tout à coup grâce à des luminaires au sol. Trois rangées de quarante-neuf fenêtres – dont une qui est en réalité la porte d'entrée – sont présentes sur cette façade. Dan n'arrive pas à voir en détail le fronton et la sculpture qui y est représentée.

La porte d'entrée est condamnée par un éboulis qui s'était produit il y a quelques années. Sans trop savoir où il est ni où aller, Dan décide de marcher un peu, comme pour se promener malgré l'urgence du sauvetage de Mina. Il prend le chemin sur sa droite et avance plus profondément sur une petite route presque intégralement plongée dans l'obscurité. Il constate cependant qu'elle a pu être empruntée par des voitures, étant donné le petit parking en épi qui la borde, et aussi les trois carcasses de voitures partiellement incendiées. Serrant les poings, Dan ne faiblit pas dans son objectif et marche d'un pas plus décidé, quoique empreint d'une certaine tranquillité. La route se poursuit sur sa gauche, longeant cette fois un espèce d'abris à vélos ou bien de toilettes publiques en préfabriqué, non en briques. Un lampadaire en parfait état attire sa curiosité. Des espèces de lauriers sculptés sont entortillés sur ce candélabre. "Quelle beauté ! Si seulement cet endroit pouvait ressembler à ces réverbères …". Il reste dans un état de fascination pendant quelques minutes devant ce pilier lumineux avant de reprendre son petit tour.

Tout cela l'amène à se retrouver sur un embranchement. Sur sa gauche, Dan constate la présence d'une autre route qui sépare le bâtiment de façade avec les quatre autres ailes disposées de façon perpendiculaire par rapport à cette première. "On se croirait dans un de ces châteaux français de l'époque moderne.", commente Dan. Les lampadaires éclairent toujours aussi bien cet endroit, étant placés sur un espèce de trottoir pavé. Le jeune homme décide de marcher dessus tout en faisant attention aux nombreux trous correspondant à des pavés qui ont été retirés à la main. S'il fallait émettre une hypothèse là-dessus, il conviendrait d'avancer la thèse de la guerre des gangs. Un pavé lancé par un type costaud peut sérieusement endommager un être humain, et ce n'est qu'un simple euphémisme de penser cela. Visiblement, des groupes se sont livrés à des petites émeutes, brisant les fenêtres à coup de pavé. Des morceaux de portes en bois restent fixés aux gonds, à croire que plus les années passent, plus les dégradations s'accroissent.

Dan continue de marcher sur cette route, avec face à lui une carcasse de ce qui semble être une ambulance encastrée dans un lampadaire. Deux espèces de galeries vitrées permettent de relier le bâtiment de façade et les autres espaces de "résidence". Les structures ont beau être en métal, le tout est pour le moins très vétuste, en témoigne les nombreuses traces d'oxydation et la corrosion que cela a provoqué. Les ornements des piliers pourtant si magnifiquement bien sculptés sont désormais complètement ruinés. De plus, il n'y a pas que ça qui a subi les effets du temps. Dan regarde au-dessus de lui et constate que les murs sont attaqués. Cela n'a visiblement pas été peint, mais juste recouvert d'une fine couche de ciment, et des pans entiers de murs sont mis à nu. Ce serait presque semblable à une dépigmentation de la peau chez l'être humain si on se penche sur la forme de ces "creux" sur les murs. Il est également possible que le toit ait commencé à s'effondrer sous le poids des années. Tout ce qui se présente aux yeux de Dan fait incroyablement morne, morbide, morose. Il n'y a pas d'autres couleurs que le noir, le blanc et le gris. Le vert ferait figure d'exception, représenté par la mousse qui s'accumule à certains endroits.

En poursuivant son petit tour d'horizon de l'hôpital, le jeune homme arrive devant une sorte d'arcade en pierre blanche – craie ou calcaire – débouchant probablement sur un couloir où une salle d'un bâtiment plongée dans l'obscurité. Pourquoi "probablement" ? Parce que tel qu'on le verrait à travers les yeux de Dan, on serait dans une configuration relevant du trou noir. Il y a deux lampadaires espacés d'au moins huit mètres et au milieu, dans la partie la moins sujette à l'éclairage, il y a cette ouverture creusée dans le mur. Quelques fils électriques traînant ça et là renforcent l'idée que cet endroit tombe dans l'obsolète. On pourrait croire que cette porte est peinte sur le mur tellement aucune lumière ne s'en dégage de l'intérieur. "Je ne vais pas tenter le diable.", se dit Dan en poursuivant son chemin.

Il y a d'autres arcades de ce style et Dan essaye de s'imaginer où déboulent chacune d'entre elles. Levant de nouveau les yeux, il remarque une espèce de construction avec un toit oblique. Il aurait pu s'agir de verrières mais si c'est le cas, ce n'est plus du tout une verrière. Les carreaux ont été remplacés par des planches de bois dont certaines pourrissent encore un peu plus chaque jour. Des graffitis ont été réalisés sur la totalité des plaques boisées. Les chefs d'œuvre artistiques vont du trash au très élégant. Des insultes en japonais aux sexes, sans passer par des menaces de mort, les gangs qui ont vécu dans ce lieu désolant ont dû avoir un sérieux manque d'éducation pour en arriver là. Et avec le réverbère qui éclaire fort bien cette partie du mur, des traces noires sur ce dernier éveille la mémoire du jeune homme. "Ah oui ! Je me souviens de cet incendie". En effet, une grande partie des murs avaient été noircie suite à l'explosion de cocktails Molotov de la part de ces gangs qui se livraient de vraies guerres à l'intérieur de l'hôpital. Les pompiers s'étaient précipités pour éteindre les flammes, coûtant la vie à deux des leurs. Par ailleurs, un autre graffiti indique sur le bas de ce mur : "Ici sont morts deux pompiers dans un incendie …". La suite a été recouverte par autre chose.

Une porte avec des barreaux condamnée est l'élément suivant qui pousse Dan à s'interroger sur ce qui peut bien se cacher derrière. Il semblerait entendre un craquement provenir de l'intérieur. Sans trop réfléchir, Dan fait voler les chaînes en éclat avec deux coups de pied et ouvre la porte. La seule chose qui ne change pas tellement du reste du complexe hospitalier, c'est l'obscurité patente qui se présente à ses yeux. Il se met à murmurer quelques mots et le diamant de son pendentif se met à scintiller à tel point qu'il peut désormais voir comme en plein jour. En réalité, la salle dans laquelle il se trouve n'est autre que la morgue de l'hôpital. C'est un espace plutôt grand, avec une trentaine de chambres froides pour les cadavres, trois tables destinées à l'autopsie et quatre bureaux avec des instruments plutôt rudimentaires. Il y a des scies, des pinces, des couteaux, des seringues complètement rouillées. Les lustres ont été explosés, laissant une multitude de morceaux de verre et de métal au sol. Cet endroit provoque quelques nausées chez le jeune homme. En effet, l'une des tables contient un corps qui n'a pas été décomposé.

S'approchant lentement de ce monceau de chair, Dan essaye de s'éloigner le plus possible de ce qui peut bien reposer sur la table, en gardant tout de même une distance suffisante pour regarder attentivement. C'est bien un corps mais est-ce qu'il est humain ? La question se pose un peu plus quand on voit que la peau a été en partie brûlée à certains endroits, laissant la chair à l'air libre. Une myriade d'asticots et d'insectes nécrophages en tout genre se donnent à cœur joie sur ces trous dans la peau. Il n'y a plus beaucoup de vêtements en parfait état sur ce corps mais l'horreur commence à naître dans l'esprit du jeune homme. La vue répugnante de la mort sur l'être vivant inciterait Dan à quitter immédiatement la morgue. Pourtant, il ne peut s'empêcher de contempler le corps gelé et pourrissant qui trône sur la table en inox. Le visage a été complètement défiguré mais il est plutôt aisé de reconnaître le fait que ce cadavre est celui d'une jeune femme. Celle-ci devait être âgée d'une vingtaine d'années maximum. Ses cheveux sont mi-longs et d'un brun terni par l'obscurité. Le reste du corps a été dénudé, révélant quelque chose autrefois sans doute très gracieux mais actuellement en piteux état. Les vautours et autres corbeaux se feraient un plaisir de déchiqueter les restes incarnadins.

On aurait pu penser que Dan se serait contenté de regarder ce corps avant de ressortir de la morgue mais il y a un morceau de papier qui attire son attention. Il est posé sur le ventre du cadavre. L'encre sur le papier laisse à penser que la personne qui a rédigé cette note n'a pas eu recours à de l'encre à proprement parler. Les teintes vermeilles, penchant vers un rouge d'Andrinople, poussent le jeune homme à en déduire que c'est bel et bien du sang humain qui a servi pour l'écriture. De plus, il est plutôt clair ce qui confirme l'hypothèse d'une rédaction récente de ce mot. Dan s'en saisit et lit avec stupeur les quelques lettres écrites. "AIDE MOI, DAN !" ont été rédigés avec une typographie plutôt hâtive. L'étincelle crépite dans l'esprit du jeune homme, prenant l'apparence d'une seule et unique personne, celle qui compte le plus dans son cœur, celle qui est retenue prisonnière ici et qu'il doit secourir au plus vite, Mina. Reprenant ses esprits, il en déduit qu'elle a dû subir une blessure et que les traces d'hémoglobine qui souillent ce morceau de papier proviendraient justement de Mina.

Une question vient troubler les pensées du jeune homme tandis qu'il a les yeux posés sur ce message d'alerte. Est-ce que le corps qui se trouve devant lui est celui de Mina ? Il cherche un signe distinctif qui pourrait enlever cette hypothèse. Le problème prend une dimension nettement plus profonde et sentimentale puisque le jeune homme n'a pas vraiment montré une vraie proximité avec celle-ci. Après tout, il se rend progressivement compte que lui et Mina ont été de simples connaissances, puis de bons amis, allant même jusqu'à être très proches l'un de l'autre mais sans plus. Cette pseudo-proximité tient plus du fait que Mina a vécu chez Dan une bonne partie du temps depuis le début de l'année. La jeune femme passait le plus clair de son temps à assister aux séances d'entraînement de l'équipe et à échanger quelques mots avec tout le monde. S'il y a bien quelqu'un avec qui Dan a eu un sérieux manque de communication, c'est bien Mina. Il a toujours pris beaucoup de temps avec Nejma et Veneko, notamment dans le cadre du tournoi, tout comme Warren, mais beaucoup moins avec sa voisine de quartier. Jamais il n'a pu l'écouter lui raconter sa vie ou bien savoir deux-trois choses sur elle.

Comment faire pour reconnaître le cadavre d'une personne en ayant une idée sur l'identité de celle-ci ? Il ne l'a plus revue depuis le départ en Endlenda, juste avant qu'ils ne soient tous séparés. La première chose qui surgit dans sa tête est de réfléchir pour tenter de retrouver une éventuelle parcelle mémorielle, dans laquelle il pourrait avoir remarqué un certain détail physique. Cependant, le corps est criblé de marques de décomposition et toute tentative de reconnaissance se complexifie davantage pour le jeune homme. Mina n'a pas de tatouages, elle n'a pas de cicatrices apparentes sur les mains, le visage ou les bras. Il parvient quand même à avoir une réminiscence de la petite boucle d'oreilles argentée qu'elle portait à l'oreille gauche. Avec une paire de gants qu'il sort de la poche interne de son manteau, il bouge délicatement les cheveux et … voit cette joaillerie en train de le narguer. C'est effectivement celle de son amie Mina, cette petite puce d'oreille argentée avec une perle blanche crème.

- Ne me dites pas que …, se dit-il, les yeux grands ouverts.

Spoiler:
Il avait vu trop de situations de ce genre depuis quelques jours, ou du moins, il s'était répété une seule situation des centaines de fois. En effet, il s'est remémoré cette tragique scène dans les ruines du Palais d'Endlenda et cet éclair mortel foudroyant une innocente femme courageuse. La dimension fatale de cet événement continue de traumatiser le jeune homme, tout comme les nombreux cauchemars qui ont été engendrés. Commençant à désespérer devant ce corps, ses propres jambes se mettent à trembler indépendamment de sa volonté. Il ne se rend pas compte que le médaillon qu'il porte à son cou se met à briller et lui envoie on ne sait comment un flashback concernant ce corps.

Dans cette vision, Dan contemple très clairement cette table dans la morgue, avec trois personnes qui posent ce cadavre sur cette table. Cela ne l'aide pas pour autant à reconnaître l'identité du cadavre comme étant celle de Mina Mizunori. Par ailleurs, ces trois individus ont le visage couvert, mais ne s'empêchent pas de prononcer quelques mots. Qu'entend Dan lorsqu'il tend l'oreille ? "On doit le … faire croire à … enfermée ailleurs … bientôt quitter …". Juste après avoir entendu ces quatre morceaux de phrase, la vision apportée par le pendentif de Myurnir se termine, ramenant Dan dans l'instant présent.

- Alors ce n'est pas elle …, dit-il en contemplant le corps d'une malheureuse inconnue qu'on a fait passer pour Mina. Elle n'est pas loin, je le sens …

Sans hésiter, Dan se rue sur les chambres froides de la morgue, pensant avoir entendu un bruit. Est-ce que Warren serait assez stupide à ses yeux pour avoir enfermé celle qu'il aime dans un de ces coffres muraux ? Il y en a exactement vingt-quatre, dont quatorze bloqués par la rouille ou bien sans porte. Il en ouvre un au hasard et c'est un rat qui vient ruiner un espoir candide de retrouver Mina. Le jeune homme recule d'un pas devant le rongeur et en ouvre d'autres, vides pour la plupart ou bien remplis de gravats. Puis, il focalise son attention sur le dernier "caveau" et l'ouvrir. C'est le seul où la poignée pour tirer la tablette sur laquelle les cadavres sont placés est accessible. Par esprit de logique, il la tire et constate qu'il y a quelqu'un sous un drap moisi. En voyant cela, le pire commence à germer dans la tête du jeune Lotyuwi. Ses mains commencent à trembler, surtout lorsqu'il se rend compte que l'un des bracelets en cuir que son amie portait très souvent se trouve dans ce compartiment. Il le prend et tente de tirer la couverture d'un coup sec. Il n'y parvient qu'au bout de la deuxième tentative. Et là, il recule de nouveau, mais cette fois, plus brusquement.

Une expression d'effroi se lit sur son visage lorsqu'il s'aperçoit que ce compartiment était habité par un corps en pleine décomposition. L'odeur nauséabonde qu'il dégage commence à empester l'intérieur de la morgue. Il faut de nouveau un petit temps d'adaptation au jeune homme avant de reprendre totalement ses esprits. Il remet de nouveau la couverture sur le corps et referme le tombeau mural. Au plus profond de lui, Dan sait qu'il commet quelque chose qui est contre-nature. Depuis son plus jeune âge, on lui a appris – et en particulier Shizuka – à ne pas troubler le repos des morts. Il a toujours en tête le fait que l'âme d'une personne partie dans l'au-delà pourrait le tourmenter s'il venait à perturber son sommeil éternel. C'est pour cela qu'il s'est en quelque sorte prosterné juste après avoir refermé le dernier compartiment, en guise d'excuse pour l'esprit du défunt. Au moins, cela lui aura permis d'être un peu plus rassuré étant donné que Mina ne se trouve pas dans cette morgue. C'est donc à ce moment qu'il décide enfin de mettre un terme à cette angoisse qui augmentait son rythme cardiaque. Même s'il sait que Mina court un énorme danger, Dan ressort tranquillement de la morgue, dans le but de poursuivre sa petite exploration de l'ancien hôpital.

Il continue de marcher, cette fois sur la route bitumée et non sur le trottoir. Il passe sous le deuxième couloir servant de passerelle entre les bâtiments, quand une espèce de silhouette semble attirer son attention. Elle se trouve à une petite vingtaine de mètres, au niveau d'un passage dans le mur. Cette ombre disparaît presque aussitôt après que Dan l'a remarquée. Par pur effet domino, Dan se met à courir pour essayer de la rattraper, empruntant ce passage et cet escalier. Le seul petit bémol … c'est que cet escalier donne sur un cul de sac artificiel, en partie dû à un tas de gravats. Il n'y a absolument aucune autre issue possible pour cette personne. "Par tous les dieux, comment est-ce qu'il a fait pour sortir ???", s'étonne le jeune homme qui décide alors de redescendre pour reprendre son chemin. Sa respiration commence à haleter un petit peu. Après quelques pas, il finit par s'arrêter contre un réverbère pour récupérer. Ce n'est certainement pas sa course qui l'a épuisé. Au contraire, le jeune homme a l'air d'être en proie aux vertiges. Il se frotte les yeux et fixe attentivement l'ombre qui est projetée au sol, sa propre ombre. Il fait trois quatre gestes basiques comme bouger le bras, lever la jambe, agiter ses doigts … et aucune potentielle "désynchronisation de l'ombre portée".

Non, cela ne pouvait pas être possible. Un être humain de la corpulence de Dan se serait forcément retrouvé bloqué dans ce petit escalier. Le jeune homme cherche à comprendre par quel tour de passe-passe cette silhouette a pu disparaître à travers les murs. Un craquement vient à son tour attirer son attention. Un autre, à peine trois secondes après, indique que quelque chose doit être en train de marcher derrière la haie de pins qui borde la route perpendiculaire à celle sur laquelle Dan se trouve. Il s'agit de l'autre voie qui permet de rejoindre l'entrée du complexe hospitalier. En moins de quatre secondes, Dan a parcouru les quinze mètres qui le séparent de cette rangée d'arbres. Mais il n'y a rien. Est-ce que c'est une hallucination auditive ? Est-ce que c'était réellement une branche qui a rompue sous les pas d'une personne qui devait être en train d'espionner le jeune homme ? Ou bien est-ce qu'avec toute cette angoisse accumulée avec le petit passage dans la morgue, Dan commence à délirer un peu ? Le chemin qui se tient devant lui est en pente très légère et n'est que faiblement éclairé. Il n'y a plus qu'un seul réverbère en marche et une petite loupiote au-dessus d'une porte qui doit sans doute donner sur le sous-sol de l'aile la plus à gauche des quatre bâtiments par rapport à celui de façade.

Sans trop réfléchir, Dan emprunte cette petite chaussée, qui a terriblement souffert, au vu des nombreux nids-de-poule. Une voiture ne pourrait pas l'emprunter sans y laisser ses pares-chocs et ses suspensions. Sans trop aller dans le cliché, on pourrait limite croire à un bombardement uniquement sur cette route. Une fois arrivé au bout, Dan regarde sur sa droite, la haie bloquant l'autre côté, et voit un amas de carcasses de voitures le long d'un mur. Et de l'autre côté, il y a une petite chapelle. Avançant lentement, le jeune Duelliste constate un amas de voitures étrangères, dont une petite Peugeot 205 de couleur rouge qui reste la seule à peu près en parfait état, à part le capot arraché et le gros du moteur retiré. Dan passe juste à côté et se rend compte que la clé est encore sur le contact. "Avec des mais et des si, on mettrait Paris en bouteille …", se dit-il après s'être imaginé au volant de ce petit véhicule. Reprenant son chemin, il distingue plusieurs voies qui s'offrent à lui. Il aimerait tous les emprunter mais la pensée de Mina en danger l'obsède et il finit par emprunter une sorte de voie d'accès qui mène au deuxième bâtiment. Cela ne l'empêche pas de jeter un vif et bref coup d'œil sur ce paysage désolé de ruines. Une espèce de serre, une mini casse automobile, un muret détruit et un bloc de logements dénué de toit … apparemment pas grand chose.

La configuration des lieux où se trouve Dan nécessite d'être éclairée. Si on a un plan aérien de l'hôpital, Dan est quasiment à l'extrémité nord de la carte et du deuxième bâtiment en longueur en partant de la gauche – sans compter celui de façade et les autres plus petits –. En fait, celui-ci et celui à sa droite sont reliés entre eux, avec deux couloirs, un au nord et un au sud. Celui au sud fait la jonction avec la façade – grâce aux passerelles actuellement rouillées – tandis que l'autre au nord permet d'accéder à la chapelle. Et ces deux bâtiments reliés encerclent un petit parc avec quelques arbres, dont un magnifique cerisier. l'extrémité nord est légèrement arrondie et amène à une gigantesque suite de piliers en pierre, donnant directement accès sur ce parc. L'obscurité gâche un peu la chose, noircissant le tableau paysager.

Focalisant de nouveau son attention sur Mina – et cette fois, de façon définitive –, Dan essaye de trouver une porte qui pourrait lui permettre enfin d'accéder à l'intérieur de cette aile hospitalière. Il marche sur un sol couvert de plâtre et de terre. Les piliers sont couverts de graffitis, les fenêtres sur sa droite sont pour le moins brisées et/ou fermées, et certaines ont encore des canettes d'alcool qui traînent. En jetant un regard à travers certaines d'entre elles – au cas où, éventuellement, Mina s'y trouverait –, la tristesse commence à naître chez le jeune homme, qui constate de plus en plus cette dévastation monumentale, cette absence totale d'humanité, cette pestilence qui pourrit cet endroit. Au bout d'une trentaine de mètres de marche, il finit enfin par trouver la porte, qui permet aussi de déboucher sur le parc et le bâtiment d'en face. Après tout, s'il faut fouiller l'intégralité des chambres pour retrouver Mina, il ne se priverait nullement de le faire. C'est d'abord la porte la plus proche sur laquelle le choix de Dan va se porter. Il y a cependant un hic, c'est une porte qui est fermée et qui fonctionne avec un code. Étrangement, le petit clavier fonctionne toujours. Pourtant, en regardant bien et même dans la pénombre, il est aisé de trouver les chiffres qu'il faut taper pour pouvoir déverrouiller cette porte.

Deux tentatives plus tard et Dan finit par faire le premier pas à l'intérieur de cet endroit. Il se retrouve dans un hall où a été étalé un immonde linoléum bleu, tacheté par de nombreuses choses indescriptibles. Trois autres portes entourent Dan. À sa gauche, une avec les chiffres 001 à 018, 019 à 037 à sa droite et une porte renforcée devant lui. "Elle doit sans doute donner dehors", pense Dan à propos de cette dernière. En faisant quelques pas en avant et en levant les yeux, Dan se rend compte qu'il y a deux étages, en témoigne le large escalier près de la porte sur la gauche. "Tout ça à fouiller, ça va me prendre un temps énorme …", soupire-t-il avant d'avoir une idée. Posant sa main droite sur son médaillon, il essaye de voir si une vision plus claire pourrait l'aider. Fermant les yeux, il murmure quelque chose d'incompréhensible pour personne. Lorsqu'il les ouvre de nouveau, il se rue sur l'escalier et le grimpe quatre à quatre pour accéder au premier étage. Il passe à côté de fenêtres avec des petits barreaux qui donne une vue sur l'extérieur que Dan a justement renoncé de visiter.

Une fois arrivé au premier étage, le jeune homme regarde les deux portes, distancées d'au moins douze mètres l'une de l'autre. Sur celle désormais à sa droite, avec les chiffres 038 à 055 et celle qui est à sa gauche, plus proche de lui, avec les numéros 056 à 073. Il prend aussitôt cette porte et avance lentement dans le couloir. Une drôle d'odeur empeste une fois que la porte s'est refermée. C'est un mélange entre de la viande pourrissante, de l'urine, de l'alcool et du plastique en grande partie brûlé. Le papier peint crépi des murs a été grandement arraché et le faux plafond avec les quelques diodes ont été dévastés. La chose qui intrigue le plus le jeune homme, c'est de savoir pourquoi est-ce qu'il y a encore de l'électricité qui a l'air de passer ici étant donné qu'il n'y a plus aucun résident. Mettant rapidement cette interrogation de côté, Dan passe en revue les numéros de porte, certaines étant ouvertes. La chambre numéro 58, par exemple, est recouverte de graffitis de gangs. Il n'y a plus rien à part un lit, une table et une espèce de petite pièce avec un évier crasseux et une douche complètement détruite. Dan prend la peine de lire ces tags et constate que cet endroit est vraiment devenu un haut lieu du vice, étant donné le caractère érotique des inscriptions. En bref, les performances d'individus ont été gravées sur les murs. "Qu'est-ce que diront les scientifiques de l'avenir en tombant sur ces inscriptions ? Même des singes seraient perplexes devant ça …", pense Dan avant de retourner dans le couloir. La chambre qu'il avait vu dans cette vision n'était pas celle-là.

Il continue à marcher jusqu'à arriver au numéro 71. Comme toutes les autres portes de ce couloir, elle est "peinte" – parce que c'est devenu vétuste – en bleu turquoise, penchant vers le vert. Elle dispose également d'un judas. Avant même de tenter quoi que ce soit, il approche délicatement son oreille pour capter d'éventuelles conversations à l'intérieur. Pourtant, les battements encore plus sourds de son propre cœur sont les seuls sons que ses tympans reçoivent. Sa main se pose sur la clanche dans un mouvement se rapprochant du ralenti. Si c'était un film et que quelqu'un attendrait vraiment derrière la porte pour un guet-apens, on pourrait avoir une série de plans rapprochés, à la fois sur le visage de Dan, ses yeux qui bougent à toute vitesse, une veine sur le front qui grossit légèrement, sa main qui se crispe sur la poignée, son autre main qui bouge frénétiquement, etc. Ils seraient entrecroisés de plans avec l'adversaire en embuscade, souriant d'une manière diabolique.

Le cerveau du jeune homme commence à sérieusement surchauffer face à ce suspense qui le ronge de plus en plus depuis qu'il a quitté la morgue. Les secondes s'écoulent et une foule inquantifiable de questions parasitent l'intégralité de son corps. "Que faire ? Ouvrir ? Ne pas ouvrir ? Défoncer la porte à coups de pied ? Est-ce que cette vision était réelle ? Qu'est-ce qui m'attend derrière ? Vais-je passer de l'autre côté ? Où est Mina ? Pourquoi est-ce que j'ai accepté d'y aller seul ? Suis-je assez stupide pour laisser Mina mourir ? Dois-je quitter cette vie ?". Ce n'est qu'une partie des interrogations qui poussent les neurones du Duelliste balafré à griller. Fermant les yeux, il décide de laisser son cœur choisir. En temps normal, on trouverait cette décision très noble mais là … cela relèverait plus de la plus pure inconscience. Il pousse la poignée à fond et lorsqu'il sent que la porte est en train de s'ouvrir, il recule pour donner un gros coup de semelle pour éviter un piège qu'on lui aurait tendu. Est-ce que la vision du pendentif allait se vérifier ? La réponse est un …

… non ! Pas de jingle de la victoire provenant de Final Fantasy pour fêter les retrouvailles entre Mina et Warren. Il entre dans la chambre en allumant la lumière, qui, étrangement, fonctionne sur les deux petites ampoules murales. Face à lui, un espèce de carnage a l'air d'avoir eu lieu. Au niveau mobilier, cette chambre n'est pas vide. Il y a une table de chevet avec une lampe, un lit en très moyen état, collé au mur. Le matelas y est toujours présent, mais avec de la mousse qui ressort. La structure est en métal et on peut même voir une partie du sommier. À l'autre bout de la chambre, sur la gauche de la fenêtre, il y a une table encastrée au mur, avec deux chaises dont l'une est renversée. La petite salle d'eau est là, tout comme le placard avec un miroir dont les morceaux pointus jonchent le sol. L'autre partie du placard est une petite kitchenette en zingue, moyennement propre, avec de la vaisselle moisie dans le petit évier. Note de l'auteur : Je dis que c'est un hôpital mais il y avait eu une tentative de réaménagement en logements résidentiels, sans grand succès. La fenêtre est fermée mais un courant d'air emplit doucement cette chambre, faisant onduler les rideaux déchirés par la moisissure. Tout est poussiéreux mais quelques empreintes de pas sont distinctes. Une chaise est tournée en direction du lit et elle n'est pas couverte de poussière. Preuve est faite que quelqu'un a bel et bien logé ici récemment. Et une odeur très forte est présente ici.

Cette odeur provient du lit. Un esprit simple en conclurait que quelqu'un a eu l'excellente idée de se soulager dessus, pourtant, il y a juste une couverture posée sur un tas étrange. Il y a des toilettes dans la salle d'eau et elles sont "propres" dans la mesure où le tartre et le calcaire ont commence à faire des taches noires, probablement impossible à retirer en dix fois, même avec le meilleur détergent au monde. Dan inspire profondément et se saisit d'un des bords de la longue couverture qui traîne par terre. Il la tire d'un coup sec, faisant au passage voler la poussière et créant ainsi un effet de brouillard. Lorsque celle-ci est enfin retombée, Dan a cru halluciner en voyant un squelette recroquevillé sur le lit, se tenant la tête dans les mains. Les os s'éparpillent sous les yeux effarés du jeune homme qui a clairement plongé dans le black-out.

Dans sa vision, Mina était assise, encerclant ses jambes repliées avec ses bras. Elle était assise sur ce lit, bâillonnée et tremblant de tous ses membres. C'était e-xa-cte-ment la même posture ! La même que celle du squelette au moment où la couverture a volé dans la chambre. Est-ce réellement Mina qui … ? Non, non, non ! Cela ne pouvait pas être possible ! Le sang sur le message retrouvé dans la morgue était encore frais, et les os de ce squelette ne sont plus couverts de chair et ont l'air d'avoir passé un très long moment à l'air libre. Des traces verdâtres et noirâtres sont pullulent sur cette carcasse osseuse à la manière de la varicelle. Un sternum, un fémur et une clavicule ont quand même abandonné la couleur blanche pour le marron sombre, limite une teinte résultant d'une faible carbonisation. "Je commence à en avoir marre de tout ça !", se dit-il avant de remarquer quelque chose sur le bureau. C'est également une petite feuille de papier, avec quelques mots en anglais écrits dessus : "Dommage ! Pas assez rapide !", toujours avec du sang.

Spoiler:
Le message est de même dimension que le premier retrouvé dans la morgue. Et la hâte avec laquelle ces mots ont été rédigés laissent à penser que l'auteur des deux messages est le même. Mina a dû être contrainte d'écrire cette note avec son propre sang, vraisemblablement plus que terrifiée par Warren. D'ailleurs, ce dernier a dû prendre un malin plaisir à torturer son otage. Dan est de plus en plus énervé par le fait d'être constamment mené en bateau depuis qu'il a reçu cette lettre dans l'entrée de l'hôtel Saint-John. Il chiffonne ce morceau de papier et décide de sortir de la chambre mais lorsqu'il se retourne pour atteindre la porte, celle-ci se referme violemment toute seule. Stupéfait devant cela, Dan tente ce qu'il peut pour essayer de l'ouvrir mais rien n'y fait. Elle est verrouillée de l'extérieur. "Pu**** !!!", se dit-il en essayant de frapper dessus pour essayer de la briser. Tout ce qu'il réussit à faire, c'est à provoquer une longue fissure sur toute la largeur, mais le fait que toutes les portes des chambres sont renforcées rend le tout légèrement plus impossible. Ne voulant pas s'épuiser davantage, Dan décide de sortir par la fenêtre.

La particularité du premier étage est qu'il se trouve au niveau d'une sorte de mini toit goudronné. Dan se tient juste devant la fenêtre pour essayer de sortir, mais celle-ci est rongée par la rouille – car elles sont assez anciennes et donc pas simples à ouvrir –. Il tire d'abord les rideaux et là … une chose passe furtivement devant la fenêtre. Dan n'arrive pas à distinguer clairement ce qui a traversé le "toit" en quatrième vitesse. Sans réfléchir, le jeune homme se saisit d'une des deux chaises et la balance d'une seule main contre la fenêtre qui finit par voler en éclats. Là, il essaye de voir quel chemin a été emprunté par cette silhouette.

La voyant courir sur le toit de l'autre côté du parc, Dan se met à sprinter pour tenter de la rattraper. Il passe juste devant le dôme de la chapelle pour se retrouver face au premier étage du bâtiment d'en face. La silhouette finit par s'engouffrer dans une fenêtre à l'exact opposé de l'endroit d'où Dan est sorti. Ce dernier se demande toujours ce que pouvait bien être cette chose. En la voyant courir, c'était sans doute un être humain mais rien de plus. Impossible de savoir si c'est un homme ou une femme et ce qu'elle pouvait porter comme vêtements. Dan se met à courir aussi vite qu'il peut, avant d'entrer à son tour – vingt-cinq secondes après la mystérieuse personne –. Il atterrit dans une autre chambre, quasiment identique à celle qu'il a quitté. La porte est ouverte et il finit par chercher la direction empruntée par sa "proie". Un coup d'œil à gauche, un à droite et c'est l'issue de secours qui a été empruntée. Le couloir traversé, l'escalier emprunté pour accéder au second étage, un temps d'hésitation avant de poursuivre sa course dans le couloir … Cela épuise de plus en plus le jeune homme qui a l'air de tourner en rond, tel un poisson rouge dans son bocal.

Cinq puis dix minutes plus tard, après avoir parcouru près d'un kilomètre dans le bâtiment, Dan se rend enfin compte que tout cela a été fait exactement pour lui faire perdre la tête. Il a monté des escaliers à en vomir, a réalisé quelques pointes de vitesse dans les couloirs, enfoncé des portes à coup de pied pour rien. Pour le moment, il se trouve au deuxième étage du troisième bâtiment perpendiculaire à celui de façade. Ses mains sont posées sur les genoux, tout en s'adossant à la rambarde d'escalier. Pour reprendre son souffle, il décide de jeter un bref coup d'œil par dessus ce garde-corps. Les escaliers sont tout en longueur, avec quelques "semi-paliers" qui sont liés à deux gros piliers comportant des gravures. Mais ce n'est pas ça qui perturbe le plus le jeune homme. Non, ce qui commence à le déranger – mis à part le fait qu'il tourne en rond depuis vingt minutes pour essayer de retrouver Mina –, c'est le fait qu'il commence à être pris de vertiges. Il tâte la poche de son manteau, dans l'espoir de trouver une bouteille d'eau mais il n'en est rien.

Reprenant son souffle et épongeant son front d'un revers de la manche avant d'expédier un petit crachat par dessus la rambarde, Dan décide alors de descendre le grand escalier pour ressortir dehors. Pourtant, il entend un claquement de porte qui semble provenir de la porte d'entrée. Il se penche légèrement pour voir ce dont il peut bien s'agir. Des cris étranges résonnent dans ce grand hall et Dan a l'air d'avoir été repéré. Tandis que ces étranges poursuivants montent l'escalier avec une vitesse plutôt impressionnante, Dan retourne dans le couloir le plus proche. Il court à toute vitesse lorsqu'il décide de tromper ces derniers. Pour cela, il ouvre violemment la porte d'une chambre puis descend les escaliers lui permettant d'accéder au couloir sud qui fait la jointure entre les deux ailes purement résidentielles. La porte qu'il a choisi d'ouvrir était à moitié détachée de ses gonds et elle "bloque" légèrement le passage.

Ne se retournant pas du tout, Dan se prend pour un adepte du parkour. Il passe directement par dessus les barrières, sans faire trop de bruit et joue les Mary Poppins sur les rambardes d'escalier. Arrivant au rez-de-chaussée en à peu près cinq secondes, il décide alors de rejoindre ce couloir, qui contient quelques structures métalliques, pas vraiment des échafaudages, mais comme si une entreprise de BTP allait rénover cet endroit. Il y a des espèces de toiles à moitié déchirées qui bougent à cause du vent. Dan se retrouve au beau milieu de ce couloir lorsqu'il entend de nouveau des bruits de porte et des cris. La situation fait un peu penser à ces jeux vidéos qui parlent de survivre face à des zombies. Stupeur, le jeune homme est encerclé par quatre silhouettes sur sa gauche et trois sur sa droite. Une décision doit être rapidement prise sinon Dan risque de mal finir. Sans réfléchir, il court et traverse le carreau pour atterrir dans le parc. Puis, il reprend son sprint infernal, poursuivi par trois de ses poursuivants.

Il sent l'odeur de ces personnes qui le suivent. Il entend les bruits de pas effrénés qui s'acharnent à vouloir grignoter mètre par mètre pour tenter de revenir à sa hauteur. Dan finit encore par ruser en tournant sur sa gauche, dans la direction du premier bâtiment qu'il a visité. Là, il essaye d'escalader un des deux piliers qui encadrent la porte. Dan n'est pas un professionnel de l'escalade mais pour l'occasion, il se débrouille comme il peut. À sa grande surprise, il réussit à grimper les quatre mètres et demi qui lui permettent de revenir sur le toit goudronné. Deux secondes de récupération et le revoilà en train de chercher où fuir. Le plus simple pour lui serait bien de descendre de ce toit pour arriver juste à côté de la chapelle mais c'est bien risqué. Rentrer dans le bâtiment est également une option mais elle présente plus de risques.

Il court un peu moins vite pour finir par se placer juste devant le dôme de la chapelle. Surplombant le parc, il en vient à poser quelques questions. Qu'est-ce qu'il fait ici ? Ça, il le sait. Il est là pour sauver Mina. C'est quelque chose de solidement ancré dans son esprit. Cela fait bien trop longtemps qu'elle est retenue par Warren. Mais est-ce que Dan n'est pas là pour autre chose ? Affronter Warren ? Cela paraît comme une évidence pour lui, puisqu'il la maintient prisonnière depuis leur voyage en Endlenda. Sauver Warren ? De qui ? De son père. Mais est-ce que Dan devrait présenter des excuses à Mina pour ne pas l'avoir protégée ? C'est quelque chose qui semble également essentiel pour lui, étant donné qu'il s'agissait d'une promesse. Warren mériterait-il des excuses pour son comportement ? Parce qu'il a enlevé et probablement frappé Mina ? Non. Parce qu'il a perdu contre son père, un des lieutenants du Démon, et qu'il l'a rejoint sans doute contre son gré ? La question se pose en effet, mais Dan a du mal à trouver une réponse qui conviendrait le plus. Est-ce que Dan doit demander à Warren de lui pardonner de lui avoir salement ouvert le crâne dans la tour de Zhàn Ji ? Dan en vient à se poser plein de questions tandis qu'il essaye continuellement de fuir les silhouettes obscures qui étaient à sa poursuite.

Néanmoins, il y a des interrogations qui parasitent la légère méditation du jeune homme. La première d'entre elle est toute simple : Pourquoi est-ce que Dan se trouve encore dans ce lieu précis ? Quelles sont les raisons qui l'ont poussé à se promener de longues minutes spécifiquement dans cet endroit ? Il aurait pu se rendre la tâche plus simple en allant directement chercher Warren, l'affronter, le battre et faire en sorte que tout redevienne presque comme avant. Est-ce que son trajet à l'intérieur de l'hôpital a été calculé par Warren ? Est-ce que Dan a été attiré par quelque chose d'étrange qui l'aurait poussé à suivre un trajet prédestiné ? Il tente de réfléchir lorsqu'une étincelle jaillit au plus profond de son esprit. Il ouvre les yeux et constate qu'il est adossé contre le dôme de la chapelle, encerclé par les sept silhouettes obscures. Même la gibbeuse ne permet pas d'afficher leur visage, ou du moins une partie. Ils sont tous méconnaissables dans cette pénombre.

Dan ne bouge pas. Il trouve toujours le moyen de se retrouver dans une situation plutôt compliquées mais avec une attitude très cocasse. Ici, il sifflote l'air principal du film Le Bon, la Brute et le Truand. Tous ont l'air de le regarder en attendant que l'un d'entre eux se mette à s'acharner sur lui. Ce dernier reste impassible et se gratte la pointe du menton avec le pouce, tout en souriant. Il ne dit rien, maintenant son regard sur ces mystérieuses personnes l'entourant. Le vent souffle et refroidit les chevilles du jeune homme. Ce duel à un contre sept dans un petit périmètre sur le toit d'un bâtiment en pleine nuit est assez singulier comme situation. Est-ce que c'est ce que Dan imaginait quant à son excursion dans cet ancien hôpital ? Visiblement pas. Seul les lèvres bougent un peu, révélant une certaine surprise, balayée d'un simple mouvement faisant paraître l'ironie de la scène.

Au moment précis où le jeune homme allait tenter quelque chose, à l'instant même où son pied se décolle du mur, il est soudainement pris de vertiges. Par un phénomène pour le moment inexplicable, Dan se tient la tête et tombe à genoux. Sa vue commence à défaillir et l'ombre de la nuit ne fait que se remplacer, laissant un grand voile noir couvrir ses petits yeux marrons. "Que se passe-t-il ??", se demande-t-il. Tout à coup, une multitude d'images lui traversent l'esprit, celles-ci n'étant pas provoquées par le médaillon de Myurnir. C'est une véritable cascades de clichés en noir et blanc qui travaillent ses cellules grises. Que peuvent bien représenter ces réminiscences ?

Elles montrent toutes deux personnes en particulier : Mina et Dan. Chaque moment où ces deux personnes se sont retrouvées à moins de trois mètres d'écart est comme projeté dans les yeux de ce dernier. En quelques secondes, il est en train de vivre plusieurs mois de relations amicales, les moments où il l'a protégée des attaques de Warren, les petites discussions à Kyuzô Park, leur promenade dans Akinokuwa, et tout ce qui a pu se passer, depuis le jour où Dan a défié Warren en Duel, après que celui-ci a continué à proférer des menaces futiles et inutiles sur celle qui officiait en tant qu'arbitre à l'époque. Tous ces souvenirs assaillent Dan tel une nuée de sauterelles. À la limite, les moments heureux qu'il a pu avoir avec elle ne sont pas si agressifs … sauf qu'après ceux-là, c'est toute une série d'images terrifiantes la montrant sans vie, dans l'hôpital, Dan à ses côtés, visiblement en larmes. Il s'en veut cruellement car il se sent responsable de sa mort. Les images de son assassinat théorique par Warren le hante, jusqu'à ce que ce soit son propre décès qui lui apparaisse. Et … il le perpétue lui-même ! Il s'ôte la vie d'un mouvement de couteau, justement pour retrouver Mina dans l'au-delà. Ces douloureuses visions accompagnées de maux de tête très douloureux le font terriblement souffrir sur ce toit bitumé, jusqu'à le faire s'effondrer aux pieds de ces sept silhouettes mystérieuses.

Toute trace d'une éventuelle sensation n'est plus perçue par le jeune homme. Il est comme déconnecté du monde réel. Il n'y a rien qui puisse lui faire prendre conscience de quoi que soit, le poussant à rêver. Il se voit en train de s'envoler dans le ciel, surplombant la ville d'Akinokuwa. Il est étrangement seul au-dessus du plus haut building de la ville, la regardant d'un œil plus qu'attentif. Akinokuwa est manifestement très paisible. Il n'y a rien en rapport avec la guerre qui s'apprête à frapper la ville. Aucune trace des premières actions des Démons dans la ville. C'est comme si tout le monde vivait en paix, comme si rien de tout cela ne s'était produit auparavant. Dan a l'air si étonné devant ce calme. Comme à chaque fois, des tonnes de questions viennent lui travailler l'esprit. Il se met à errer dans les rues, sans rencontrer aucune personne. La ville est totalement déserte. Il se regarde et n'a pas changé sa tenue. Son long manteau noir et son Disque de Duel sont toujours là.

Ce monde onirique dans lequel il se trouve finit par s'interrompre au bout d'une petite dizaine de minutes. Tout à coup, il finit par ouvrir subitement les yeux et se reprend ses esprits. Il bouge difficilement la tête et ses paupières deviennent aussi lourdes que du plomb. Il tâte avec peine le sol et se rend compte qu'il est sur une pelouse finement tondue. Il s'agit sans doute de la seule chose qui soit toujours entretenue dans cet hôpital. Dan a l'impression de se réveiller après avoir ingurgité une dizaine de somnifères ou bien avec une gueule de bois résultant d'un binge drinking en soirée. Il essaye de se relever en s'aidant de ses mains. Ses jambes sont devenues du coton et ses bras sont mielleux. Est-ce que cela est le résultat de ces visions qui ont traversé son esprit ? En tout cas, il bouge vraiment comme un type qui se serait démoli à coup d'absinthe un dimanche soir et qui doit aller travailler le lundi matin à huit heures. Vidé de son énergie, il tente même de ramper pour … pour rien parce que devant lui se dresse quelqu'un. Même s'il était parfaitement conscient, il aurait eu du mal à distinguer son visage ou la couleur et le type de chaussures qu'il porte. De vagues sons parviennent à se faufiler entre le bourdonnement qui couvre ses oreilles.

Il sent la chaleur d'une main qui lui est tendue. À moitié dans un état comateux, il ne cherche plus à savoir qui est qui et ce pourquoi il est là, du moins pas pour le moment. Il concentre l'essentiel de son énergie restante pour parvenir à soulever son bras, chose qu'il finit par réaliser après un effort titanesque. Puis, c'est au tour de son autre bras d'être soulevé, cette fois par quelqu'un d'autre. Petit à petit, il se rend compte qu'on est en train de l'aider à se relever et qu'on l'assied sur une chaise. Mais qui peut bien se trouver ici ? Nejma ? Veneko ? Les Flame Charmer ? Kaly ? Senji ? Vraisemblablement pas. En effet, s'il s'agissait de ces personnes, elle se seraient approchées de Dan pour lui adresser des mots de réconfort.

Il faut quand même quelques minutes – moins de dix – pour que le jeune homme reprenne totalement connaissance. Il est assis sur une chaise en bois, face à une autre chaise. Il essaye de se lever mais … il n'arrive même pas à bouger les bras et les jambes. Il est cloué sur place … ou bien simplement ligoté. C'est ça ! Il est attaché et bien solidement en plus. Aucun son ne sort de sa bouche, tandis que son nom est hurlé par une voix d'homme qu'il reconnaît bien. Il tourne la tête tout autour de lui, toutefois, cette personne n'est pas présente près de lui. Il regarde face à lui et il n'y a que la chapelle. Levant les yeux, il remarque que quelqu'un se tient sur la croix qui domine le dôme. La lune l'éclaire de dos et donc, son visage est difficile à décrire, surtout qu'il doit se trouver à une vingtaine de mètres de distance. Cette personne lance alors un sonore :

- Tu en as mis du temps, Dan !!
- Warren ?, se dit ce dernier en écarquillant les yeux.


avatar
Messages : 1062
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le Démon d'un autre monde

le Jeu 6 Sep - 17:56
Chapitre 74 - Urgences partie 2 - Confrontation...

Spoiler:
La personne qui se trouve sur le sommet de ce dôme déploie une paire d'ailes ressemblant aux ailes d'un dragon ou bien d'un démon. Avec deux battements, elle se retrouve sur la terre ferme et cette paire disparaît comme par magie. Celui qui vient d'interpeller Dan avance presque dans le silence le plus total, seulement troublé par quelques cliquetis métalliques. C'est à peine s'il est en mesure de distinguer son visage au fur et à mesure qu'il se rapproche. La distance entre les deux adversaires se réduit petit à petit … quinze … dix … cinq … trois … deux mètres. Il finit par s'arrêter juste à côté d'une chaise que Dan n'avait même pas remarqué. Elle était placée juste devant lui et il ne l'a visiblement même pas remarquée. Et c'est sur cette chaise que Warren décide de s'asseoir.

Une fois assis, Dan peut enfin dévisager ce jeune homme qui lui cause tant de soucis depuis de nombreuses heures, qui lui en a causé quelques uns par le passé et qui vont devoir en découdre, sans doute une bonne fois pour toute. Warren est pratiquement méconnaissable. Il porte une espèce d'armure absolument hideuse : un plastron de couleur noir qui donne l'impression d'avoir passé une dizaine d'années enfermé dans une salle de musculation. Un heaume est joint à cette "armure", la plus belle pièce de tout l'équipement du jeune homme. D'ailleurs, il le porte, ce qui empêche de reconnaître son visage. C'est loin de ce que les forgerons de l'Europe médiévale occidentale pouvaient forger. En fait, cela ressemble presque un peu à un casque de Sutton Hoo mélangé à un masque de luchador mexicain et un masque d'acteur de théâtre de la Grèce Antique.

Warren se dresse devant un Dan totalement impuissant. Ce dernier sent le regard perçant à travers ce casque. L'espèce de chevalier noir défait trois sangles, ayant pour effet de faire tomber les différentes composantes de l'armure, y compris les jambières qui ne se réduisaient qu'à un protège cuisse en cuir et des protèges-tibias un peu plus longs que ceux en football. Il claque des doigts et une des silhouettes obscures de tout à l'heure surgit de derrière un palmier pour se saisir de toute la ferraille et la déplacer ailleurs. Warren porte ensuite la main à sa tête et en enlève lentement le casque, dévoilant la laideur de la chose qui se cachait dessous.

Son visage n'avait pas forcément changé. Ses yeux ressemblaient à ceux de son père, avec la même teinte violette. La seule différence, c'est quand même la cicatrice juste au-dessus du sourcil droit, résultant du passage à tabac magistral de la part de Dan en Endlenda. Warren jette son casque en plein dans le visage de Dan, dans un excès de rage aussi soudain que violent. Il n'est même pas en mesure de se gratter le coin de la joue alors essayer d'esquiver un morceau de métal d'un kilo lancé à deux mètres de l'endroit où vous êtes … cela se termine avec une large entaille sur la joue et sur le front. Le nez a également reçu un sérieux coup et du sang commence à couler petit à petit sur cette gueule d'ange balafrée qui a tant fait chavirer les cœurs il y a quelques mois. Il roule sur le sol, en produisant un bruit lourd. Warren dit alors :

- Si ça ne tenait qu'à moi, je le referai encore et encore, jusqu'à ce que ta sale gueule finisse noyée dans son propre sang.

Dan ne peut s'empêcher d'en sourire bêtement et expédia un crachat en plein dans le visage de Warren, mêlant salive et sang. Il ne dit rien d'autre pour narguer celui qui se tient debout devant lui et qui, en réponse, pousse la chaise en arrière avec sa chaussure. Dan tombe à la renverse, ses bras écrasés par le dossier du siège. Malgré la douleur, l'otage ne bronche pas, si ce n'est qu'un hurlement contenu au plus profond de lui, se transformant en grognement. Un premier, un second et un troisième finissent par sortir de la bouche de ce dernier avant qu'il ne soit relevé et de nouveau assis. Warren prend l'autre chaise, place le dossier juste devant Dan et s'assied dessus comme pour un interrogatoire musclé dans un commissariat de police à une heure nocturne.

- Comprends-moi bien, Lotyuwi ! Je ne le répéterai pas une troisième fois. Ne joue pas au con avec moi parce que tu risques de perdre bien plus que ta misérable et insignifiante petite vie de loser … Et arrête de te la jouer gros dur, tu ne m'effraies pas du tout.
- Si ça peut te rassurer, toi non plus …, dit Dan en haletant. Tu ne me fais pas peur et tu n'es pas un type balèze … mais un pauvre Duelliste qui s'est égaré.

Sans hésiter, Warren colle trois gifles bien sonores, dont une qui fait voler une dent de Dan. Il espère sans doute qu'avec ça, Dan finirait enfin par comprendre la situation dangereuse dans laquelle il se trouve. Il veut surtout que la peur s'immisce en lui.

- Il en va de ta vie … mais surtout de celle de Mina. Tu sais ? Celle à qui tu as dit quelque chose avant d'arriver en Endlenda … C'était quoi déjà ?

Il fait semblant d'avoir oublié, pose sa main sur le menton, tout comme cet homme de bronze totalement nu et musclé qui a vu le jour en 1882. Puis, avec une voix très sarcastique et cynique, il répond à sa propre question :

- Ah oui ! "Bon … je sens que je fais une grosse erreur mais tu peux venir avec nous. Par contre, tu resteras avec moi et tu ne me lâcheras pas d'une semelle.". Tu parles d'une erreur. C'est sans doute la plus grosse connerie que tu n'aies jamais faite, quoique d'autres tiennent quand même la route.
- C'est plutôt à toi que cette erreur serait attribuée, objecte Dan. Si je me souviens bien, elle se trouvait avec toi en Endlenda. Je t'avais même demandé de t'assurer de sa sécurité. Donc tu as également une part de responsabilité.

Le fait que Dan rejette une partie de cet accident sur son adversaire ne fait qu'agacer ce dernier davantage. Une énième gifle lui est assénée, ce qui continue à faire rire le Duelliste balafré. L'énervement sur le visage du fils d'Eyazon continue à augmenter.

- Mais nous n'allons quand même pas nous crêper le chignon juste à cause de cela quand même ?, demande Dan.
- En effet, répond Warren. Tu sais, j'avais beaucoup d'estime pour toi jusqu'à ce que tu prennes l'initiative de nous emmener en Endlenda avec toi.
- Tu as accepté de me suivre … de là à dire que j'ai été autoritaire …
- J'aimerais autant que tu ne m'interrompes pas quand je te parle … ça me gonflerait un peu de devoir te tuer sans que nous en ayons terminé.
- Terminé quoi ?
- J'ai quelque chose à te proposer.
- J'espère que ce n'est pas de rejoindre votre gang de malfrats démoniaques pour détruire ce monde. Je te l'ai déjà dit, je l'ai déjà signifié à Nephomet et s'il faut que je te le crie dans toutes les langues du monde, crois bien que je le ferai. JE NE VEUX PAS VOUS REJOINDRE !!!

Dan s'exprime avec une telle fermeté que Warren recule légèrement. Cela ne semble pas perturber ce dernier pour autant. Il reprend son air sérieux et reprend son petit discours.

- Je crains que ce refus ne soit que trop problématique pour toi. Tu n'es pas tellement en position de négocier.
- Pourquoi ?
- Pourquoi quoi ? Sois précis un peu …
- Pourquoi est-ce que je suis dans une situation désavantageuse ?
- Parce que j'ai quelqu'un qui peut me permettre d'arriver à mes fins en t'obligeant à me suivre. Faites-la venir immédiatement !!

Il vient de s'adresser à une des silhouettes se tenant aux abords du parc. Celle-ci disparaît aussitôt et revient quelques minutes plus tard, mais plus toute seule. Warren ricane un peu tandis que Dan s'exclame de vive voix :

- Mina !
- Tu peux hurler tant que tu peux, elle n'est pas en mesure d'entendre le moindre de tes appels.
- Qu'est-ce que tu lui as fait ?, hurle Dan à Warren.
- Moi ? Juste de quoi l'empêcher de trop se plaindre. Elle se réveillera en temps voulu.

La silhouette avance en poussant Mina, les mains ligotées derrière le dos, les bras couverts de coupures et d'ecchymoses, et le visage recouvert d'un sac noir. Son pantalon et son T-Shirt sont déchirés à plusieurs endroits, révélant au jeune homme une souffrance subie pendant un petit moment. À la vue de cette petite scène, le front de Dan commence à suer à grosses gouttes. Tous les scénarios possibles sont envisagés, y compris les plus affreux et les plus funestes qui soient.

- Je sais à quoi tu penses en voyant ce genre d'images, dit Warren. Mais je puis t'assurer que je ne vais pas ordonner à mes ombres qu'elles la décapitent sur le champ et sous tes yeux … quoi que … j'avoue que je m'imagine le film, le film de ta détresse et de tes larmes coulant éternellement … Et si je le faisais quand même ?
- TU ES UN HOMME MORT, WARREN !!!, hurle Dan.
- Roh … tu me gâches mes fantasmes, ricane ce dernier. Tu devrais te décoincer un peu. Tu en veux une, mon pote ?

Warren sort un paquet de cigarettes de sa poche et le tend à Dan, juste après en avoir pris une et l'avoir portée à sa bouche. Le visage de Dan se crispe et une veine se gonfle sur sa tempe.

- Le Warren Fuzenki que j'ai connu est mort, réplique Dan.
- Bon, tant pis, dit Warren en haussant les épaules. Ça t'aurait fait du bien de t'en griller une mais bon, on finira tous par mourir un jour où l'autre.

Il range le paquet de cigarettes dans sa poche et en sort un briquet. Il allume sa cigarette et tire une latte. La fumée qu'il expire est si blanche qu'elle ferait pratiquement penser à un nuage de lait dans une tasse de café. Une seconde bouffée est tirée et cette fois, Warren souffle toute la vapeur toxique en plein dans le visage de Dan qui en tousse. Il prend le temps de la terminer jusqu'au filtre et la fait tomber sur la pelouse avant de la piétiner d'un coup sec.

- Je croyais que tu ne tomberais pas aussi bas pour attraper un cancer … déjà qu'être aux basques de ton père était déshonorant …
- Je ne partirai pas dans la futilité en te disant que j'en ai encore un, moi … mais bon, en parlant de paternel, il a exigé quelque chose de ta part.
- Arrête un peu les chantages du genre "si tu ne rejoins pas l'armée de l'autre enflure, ta petite amie va mourir" et toutes les autres variantes. Tu sais, c'est épuisant d'entendre ça depuis plusieurs jours.
- Mais que veux-tu ? Il semble que le Seigneur Nephomet a envie de t'accorder sa grâce et de ne pas t'éradiquer de l'humanité. Il pense qu'éteindre une lignée aussi brillante que la tienne serait un peu trop mauvais.
- Alors ? Qu'est-ce que tu veux qu'on fasse ? Continuer à parler de tout et de rien ici ou alors on fait quelque chose de constructif ?

Un observateur de la scène pourrait trouver cela absolument fade mais c'est ce que Dan recherche. Il veut juste que Warren perde son calme et se mette à s'acharner sur lui, afin de répliquer en bonne et due forme. Même attaché, Dan sait se défendre. Le sang s'est arrêté de couler sur le visage du Duelliste balafré et l'air frais commence à le faire coaguler. Warren fait un signe à la silhouette obscure qui tient Mina par l'épaule, incitant ces derniers à quitter le parc pour se rendre à l'intérieur du bâtiment. Quelques minutes plus tard, après avoir raconté à son "prisonnier" ce qu'il a pu apprendre sur la vérité apportée par Nephomet, Warren dit alors :

- Ah voilà ce que j'attendais ! Lotyuwi, j'ai une proposition à te faire.
- Je …
- Laisse-moi finir ! Tu as deux options : soit tu acceptes de te rendre ici et maintenant et je vous épargnerai tous les deux, soit tu vas mettre ta vie en jeu lors d'un Duel ici et maintenant !

Dan écarquille les yeux. Un Duel ? C'était bien la première chose à laquelle il s'attendait en venant ici. Tout ce qu'il voulait, c'était régler son compte à Warren en moins de dix minutes. Il l'avait déjà battu en Duel mais là, c'est tout autre chose. Dan n'a jamais affronté les Satellchevaliers mais il connaît bien leur mécanique. En revanche, Warren connaît très bien les Anges Démons pour les avoir affrontés. Warren se lève de sa chaise et brandit la ceinture contenant la pochette du Deck de son potentiel futur adversaire. Concernant Dan, il n'en faut pas plus pour prendre une décision des plus rationnelles à ses yeux.

- Tu me connais, je ne suis pas du genre à baisser mon froc devant des lavettes comme toi, Warren. Non seulement je t'affronterai en Duel mais je l'emporterai.
- Oh ! Je ne m'attendais pas à cette décision de ta part, ironise Warren.

Il détache lui-même les liens de Dan, tout en s'imaginant recevoir une salve de coups de poings et de genoux sur chaque centimètre carré de son corps. C'est pour ça qu'il agit avec un certain mépris. Les cordes tombent mais les coups ne pleuvent pas. Il rend son Deck à Dan, tout comme son Disque de Duel. Ce dernier est particulier puisque quelque chose a été gravé tout autour de "l'unité centrale" : "L'idéal du Duel, c'est de prendre du plaisir.". C'était la première leçon que Shizuka avait enseignée à Dan lorsqu'elle lui a appris à jouer. D'ailleurs, ce Disque de Duel lui a été offert par sa marraine à ses quatre ans et y avait fait graver ces mots. Dan relit cette phrase et se rend compte que sa gouvernante a parfaitement raison. Le Duel est avant tout l'apanage du plaisir. C'est d'ailleurs pour ça que ce jeu a été commercialisé par Illusion Industries. Pourtant, le jeune homme se souvient du dernier Duel qu'il a vu : Shizuka contre Dilvolg. Jamais ce Duel n'aurait pu avoir dans une vie idéale … mais la réalité a frappé et celle qui pensait cela s'est heurtée à cette dure réalité.

Dan remet sa ceinture autour de sa taille et place le Disque de Duel contre son bras. Il soupire profondément avant de charger son Deck. Il fait face à Warren puis, comme pour un duel à mort, chacun se met dos à l'autre et avance de dix pas, pas un de plus, pas un de moins et se retournent. Warren dit alors :

- Au fait, j'ai oublié de te parler de quelque chose de très important pour ce Duel.
- De quoi s'agit-il ?, répond Dan.
- Tu sais, nous avons une invitée qui se fera un plaisir d'assister à notre petite bataille, comme au bon vieux temps dans l'Arène de Duel du lycée. Si monsieur Dan Lotyuwi veut bien me faire le plaisir de se retourner.

Dan se retourne et ce qui se présente sous ses yeux l'effraye au plus haut point. Deux personnes se tiennent au-dessus du couloir qui permet de relier les deux bâtiments encadrant le parc. Il y a une espèce de petite passerelle qui donne sur le vide. Derrière eux se trouve une horloge détraquée, sans la petite aiguille et avec des impacts de balle. Warren fait un geste de la main et tout à coup :

- Qu'est-ce que je fais ici ????, hurlé-je.
- MINA !!!, crie Dan.
- DAN !!!, répondis-je.

Spoiler:
Je regarde autour de moi et je sens un vif courant d'air qui me refroidit les chevilles. J'ai les bras qui sont liés derrière le dos. J'ignore précisément où je me trouve dans cet hôpital mais le moins que je puisse dire, c'est que je suis littéralement au bord du vide. Il y a une planche sur laquelle je me trouve, deux rambardes et quelqu'un dans mon dos, pointant une épée. Sa pointe acérée me caresse dangereusement la colonne vertébrale, tandis que je me rends compte qu'une corde est attaché à mon cou.

- Tu vois, Lotyuwi, raille Warren. Tu as l'insigne honneur de lutter pour deux. En effet, je vais inclure Mina dans la balance.
- Pourquoi cette corde à mon cou ???, crié-je.
- Laisse-moi expliquer un peu la situation, Mina, répond Warren. En fait, comme Dan a accepté de mettre sa vie en jeu en m'affrontant en Duel, je me suis dit qu'il devait vouloir me sortir de l'emprise de mon père. C'est ça ?
- Ce serait un plus pour nous dans la lutte contre les Démons, dit Dan d'un ton ferme.
- Voilà, mais d'un autre côté, je me dis que si je peux vous tuer tous les deux et faire de vous des symboles de la résistance écrasée, le Seigneur Nephomet pourrait m'accorder un peu plus de crédit. Alors, j'ai eu la brillante idée d'ajouter le sort de Mina conjointement à celui de Dan.
- Pu**** ! Explique-toi clairement !
- À chaque fois que Dan perdra des Points de Vie, Mina avancera un peu plus vers le pays des morts. Et lorsque le compteur de Dan atteindra le zéro, la jolie demoiselle finira ses jours la corde au cou et suspendue six mètres dans le vide, tout comme Dan.

En entendant cela, je commence à verser une larme. Ma vie est sur le point de s'achever avec une simple défaite en Duel. Je regarde Dan et il est au bord de l'anéantissement. La tête basse, il dit :

- Je ne veux pas de ça.
- Pardon ?
- Que ma vie soit en jeu, je ne dis rien. Mais que Mina soit également concernée, je refuse, dit Dan en commençant à enlever son Disque de Duel. Sa vie importe plus que la mienne.

Warren se met à éclater de rire. Il se tape sur les cuisses tandis que Dan est tellement silencieux. En voyant cela, je ne peux pas m'empêcher de fondre en larmes. Il serait donc prêt à m'épargner au prix de sa vie. C'est bien la première fois que j'entends cela à mon sujet. Bien évidemment, on devrait en être heureuse mais … la situation ne se prête absolument pas au bonheur. Warren s'arrête de rire, essuie une larme et fixe Dan :

- C'est d'un pathétique …, soupire Warren, toujours en se retenant de rire. J'aurais dû noter toutes ces remarques aussi stupides les unes que les autres qui ont pu sortir de ta bouche.
- Je refuse de me battre tant que Mina ne sera pas en lieu sûr.
- Tu sais que nous sommes encore plongés dans une impasse. Je ne peux évidemment la laisser partir comme ça. Soit tu refuses ce Duel et elle mourra immédiatement en même temps que toi ou bien tu me fais le plaisir de livrer ce Duel ici et maintenant, tout en risquant de la perdre … Tu ne voudrais quand même pas passer à côté d'une chance de rester en vie.

Dan est face à un petit cas de conscience et je ne peux que le comprendre. Il est immobile, debout face à Warren. Je crois comprendre pourquoi il ne veut pas faire ce Duel. Et je décide alors de parler à mon ami :

- Fais le, Dan ! Fais ce Duel ! Ne te préoccupe pas de savoir si je vais mourir ou non ! Il faut que tu sauves Warren !
- Je ne veux pas te perdre, Mina, répond-t-il. Je ne veux pas que tu finisses comme Shizuka. Je ne me le permettrai pas.
- Il faut bien que tu te battes pour rester en vie, Dan.
- Jamais je ne prendrai le risque de mettre ta vie en jeu. Mina … je t'aime.

Les quatre derniers mots suffisent pour paralyser mon esprit. Pour être honnête, la situation ne se prête pas tellement à une scène romantique. On dirait un remake de Roméo et Juliette mais dans une version plutôt étrange, où les deux amants sont sur le point de se faire tuer. Je suis sur mon "balcon" et cette phrase pousse mon cœur à battre la chamade. Je ne me suis jamais sentie aussi heureuse tout en étant craintive quant à la potentielle tournure que peuvent prendre les événements. Je veux répondre à cet aveu mais la voix criarde de Warren m'interrompt juste avant que j'en aie la possibilité :

- Quel splendide plot twist ! J'aurais dû filmer cela ! Bon, revenons à nos affaires ! Dan, je te laisse dix secondes pour faire un choix. Soit tu fais ce Duel, soit vous mourrez ici et maintenant !

Il commence le décompte fatal. Dix ! Dan ne bouge toujours pas. Il est aphone et a l'air de trembler. Neuf ! Je ressens les battements sourds de mon cœur en étant spectatrice impuissante de cette scène. Huit ! Warren laisse échapper un sourire en me voyant paniquer. Sept ! Dan n'a toujours pas bougé d'un iota. Six ! Je tente de hurler pour que Dan réagisse mais rien ne sort de ma bouche. Cinq ! Warren a l'air d'être aux anges. Quatre ! Mon ami est devenu une statue. Trois ! Mes mains se crispent. Deux ! Warren lève un pouce en l'air et s'apprête à le retourner. Un !

- TU L'AS TON DUEL !!!, hurle Dan en remettant son Disque de Duel au bras.

Warren est comme pétrifié devant l'élan réactif de son adversaire. Son pouce était à moitié retourné et lui-même ne semble pas comprendre l'intégralité de l'action. Je suis au bord de la crise de nerfs et de l'arrêt cardiaque après avoir entendu ce rugissement du Duelliste balafré. Au moins, il nous accorde un peu de répit dans cette vie.

- Bon, il semblerait que nous avons encore un peu de temps avant de rejoindre le train des folies menant aux Enfers, dit Warren après avoir repris ses esprits. Madame Mizunori, veuillez rester bien en place sans effectuer le moindre mouvement. Cette corde pourrait vous blesser davantage. Et toi, Dan, prépare-toi à recevoir ta dernière leçon en Duel avant d'arrêter le jeu …
- Allez, arrête avec tes phrases puant la vacuité à tous les niveaux et faisons parler les cartes !, lance Dan.
- Je serai ravi de mettre fin à la vie de ta petite copine ici et maintenant, répond Warren.

Les Disques de Duel s'allument en même temps et les deux Duellistes piochent leurs cinq premières cartes dans un timing des plus parfaits. La gibbeuse descendante permet d'éclairer le Terrain, tout en étant relayée par les quelques lampadaires encore en fonction – moins de cinq – dans le parc de l'ancien hôpital.

- Duel !, scandent Dan et Warren.

Warren : 4000 Dan : 4000

- Je puis te rassurer en te disant que je ne lirai pas dans tes pensées, afin de ne pas tuer tout suspense pour ta dulcinée. Et, je suppose que cela ne te dérange pas que je prenne les devants pendant ce Duel, dit Warren.
- Plus vite tu joueras, plus vite je te battrai et plus vite Mina sera sauvée.
- Vu que tu as l'air déterminé à ce que je te réduise en cendres, je commence par jouer l'Obscur Satellchevalier Unukalhai.

Dan recule d'un pas en voyant le monstre joué par son adversaire apparaître. Le Unukalhai que Dan a pu voir en Duel est radicalement différent. Celui qui se tient face à lui a un corps jaune écarlate et ultra scintillant. Mais son armure … son armure reflète le passage de Warren dans le côté des ténèbres. L'armure si luisante est désormais d'un terne maladif, mêlant du noir et de l'indigo. Cette créature dégage alors une aura largement plus négative, ce qui perturbe son adversaire. Et je le suis aussi. Je connaissais ces monstres tout étincelants mais là, plus rien n'est semblable par rapport à ce qui s'est passé auparavant.

- Quelque chose a l'air de t'intriguer, est-ce que j'ai raison ?
- La mention du "Obscur" me dérange un peu, je dois l'avouer
- C'est un cadeau de mon père. Il a eu la bonté de m'offrir ce que je recherchais : un moyen d'atteindre les sommets et de pouvoir réduire à néant n'importe qui, y compris tes pitoyables monstres "Ange Démon" !
- Et tout ce que tu auras, c'est une correction dans les règles de l'art.
- En attendant de voir ça, l'effet de Unukalhai s'active et j'ai la possibilité d'envoyer un de ses camarades du Deck au Cimetière, comme … Obscur Satellchevalier Capella. Et c'est là que ce Duel va prendre une dimension tout autre que tout ce que tu as pu vivre avant.

Une brume grisâtre envahit le Terrain. Elle semble émaner du Disque de Duel de Warren. Un pouvoir terrifiant viendrait-il d'être appelé ou alors s'apprêterait-il à arriver ? Une gouttelette de sueur apparaît sur le front de Dan, se mêlant au sang qui a séché. C'est la même chose pour moi et je commence vraiment à m'inquiéter de plus en plus.

- Prenons un peu le temps pour expliquer ce que le cadeau de mon père a pu me permettre, dit Warren. Mes monstres "Satellchevalier" ont été bénis par la lumière de Nephomet, ce qui leur a octroyé de nouveaux pouvoirs. Comme Capella a été envoyé au Cimetière, son nouvel effet s'active et tu ne peux pas activer aucune carte Magie ou Piège jusqu'à la prochaine End Phase ! Rien que ça !
- Comment ?!, s'étonne Dan. Mais qu'est-ce que t'a raconté Eyazon pour que tu cèdes à ses paroles ? C'est bien trop dangereux !
- La vérité, toute la vérité et rien que la vérité, plaisante Warren.

Dan recule encore un peu, jusqu'à ce que son talon touche le bas d'un poteau en ferraille. Il dévisage de nouveau la personne qui se trouve en face de lui et peine à reconnaître Warren Fuzenki, le Duelliste avec lequel il avait réussi à s'entendre pour le mieux, à tel point qu'il l'a invité à vivre chez lui. Ce n'est plus un être humain qui se dresse face à lui mais bel et bien un démon. Plus rien n'a à voir avec leur petit Duel dans l'Arène du lycée en début d'année. Ici, les enjeux sont très nettement au-delà de l'imaginable.

- Je pose deux cartes et je termine mon tour, dit Warren.

Dan inspire, expire, avance de nouveau, comme il l'a toujours fait auparavant, et pioche pour marquer le début de son tour, un tour sans pouvoir faire appel aux tremplins qui accroissent la puissance de ses Ange Démons.

- Je commence par invoquer mon Ange Démon – Clair Obscur.

Au moment où Kaly apparaît sur le Terrain, sa lance pointée en direction d'Unukalhai, un vicieux sourire se dessine sur le visage de Warren. Ce sourire se transforme en vifs éclats de rire qui perturbent Dan et Kaly.

- Qu'est-ce qu'il se passe ?
- Déjà une action et tu tombes à pieds joints dans mon piège. Et je t'assure que Dame Kaly va grandement en pâtir, dit Warren en mimant des guillemets pour le "Dame Kaly", tout en prenant une voix sarcastique.
- Je hais ce type, marmonne Dan.
- Je retourne ma carte Magie Tir Fatal de Sniper. Tu dois renvoyer une carte sur ton Terrain et dans ta main directement dans ton Deck.
- Je te promets que ce n'est pas ça qui me fera reculer dans ma volonté de te mettre à terre, dit Dan en récupérant la carte de Kaly.

"Désolé, Kaly", pense-t-il en remettant l'Ange Démon – Clair Obscur et la Magicienne Capricieuse dans son Deck avant de le mélanger. Warren vient de lui gâcher son Invocation Normale et lui a déjà coupé l'accès aux cartes Magies et Pièges. Dan se retrouve presque pieds et poings liés face à son adversaire, qui continue de rire de lui.

- Tu oublies quelque chose, Warren …, dit Dan.
- Ah oui ?
- L'effet de Clair Obscur est activé et un "Ange Démon" disposant de 1600 points d'ATK ou moins passera de mon Deck à ma main. Et celle que j'ai choisi est l'Ange Démon – Ange Soldat, que je suis en mesure d'invoquer Spécialement si je ne contrôle aucun monstre. Je crois que le mode défense sera meilleur. Je pose ensuite une carte face cachée et je termine mon tour.
- Dis-moi si tout va bien, se moque Warren. D'habitude, tes tours de jeu sont très volumineux en matière de cartes jouées. Généralement, tu nous sors des combinaisons tout à fait délirantes et tu te retrouves avec une grosse pointure, sans oublier d'asséner une petite pique à ton adversaire … mais là, je n'ai rien vu de tout cela … Rassure-moi, tout va bien ?

Dan ne répond pas, préférant serrer les dents face au caractère désagréable des mots de Warren. Ce dernier veut le pousser à bout psychologiquement. Le problème est que je suis actuellement en grand danger de mort sur cette planche, une corde au cou et une épée pointée dans le dos. Si Dan tente quoi que ce soit de dangereux, je risque de faire le grand saut dans l'au-delà. Au plus profond de moi, je prie pour que Dan réussisse à l'emporter rapidement.

- À mon tour !, dit Warren en souriant. Je vais commencer par invoquer mon Obscur Satellchevalier Procyon et …
- Je vais répliquer avec la carte Magie Bain Sanglant Hivernal, dit Dan.

Warren marque un temps d'hésitation avant de continuer à jouer. C'est la première fois qu'il voit cette carte activée et bien évidemment, il se demande si son effet pourrait avoir des répercussions sur son monstre ou bien sur lui-même. En voyant cette temporisation, Dan engrange toujours un peu plus de confiance car il sait que l'essentiel du Duel passera par un ascendant psychologique sur son adversaire.

- Ne t'inquiète pas … ton monstre sera sauf, lui dit Dan.
- J'active la faculté spéciale de Procyon. Je vais défausser l'Obscur Sirius pour piocher une carte.
- Et c'est là que ma carte va entrer en jeu, sourit Dan.

Warren regarde autour de lui et se rend compte que le sol, pourtant noirci par la nuit, devient d'un rouge très écarlate. Le parc de l'hôpital est devenu une fange mais la boue est remplacée par du sang. Et lorsque Sirius a rejoint le Cimetière, un étrange phénomène se déroule sous les yeux de l'adversaire du Duelliste balafré. En fait, une petite boule de lumière, symbolisant l'âme du monstre, plonge dans cette mare sanglante. Warren n'a pas l'air de comprendre ce qui se déroule sous ses yeux, nécessitant une petite explication.

- Vois-tu, Warren. Tu as peut-être des cartes plus puissantes mais celle que je viens de jouer va totalement changer la donne. Et pour cause, à chaque fois qu'un monstre sera envoyé dans ton Cimetière, j'aurai le droit de tirer une carte supplémentaire.
- Pardon ? Tu peux me la refaire celle-là ?
- Joue ! Ne me fais pas perdre mon temps !, dit Dan en piochant une carte.
- Tu sais quoi ? En fait, le fait d'avoir expédié Sirius au Cimetière va aussi me permettre de renforcer mon arsenal puisque son second effet me permet de tirer deux nouvelles cartes et de t'infliger 500 Points de Dommages.

Dan sent une très légère décharge le foudroyer au moment où Warren pioche ses deux cartes. Et comme Dan vient de perdre des Points de Vie, je suis obligée d'avancer sur la planche qui me maintient encore en vie. Ma vie ne tient qu'à quelques pas sur ce morceau de bois.

Warren : 4000 Dan : 3500

Spoiler:
- Regarde ton amie, Lotyuwi. Je crois qu'elle avance doucement mais sûrement vers son funèbre destin !
- Ta gueule, Warren !, hurle Dan. Reprenons ce Duel !
- D'accord, d'accord, calme-toi un peu. Où est-ce que j'en étais ? … Ah oui ! J'étais sur le point d'activer ma carte Magie Pont Célèste Satellchevalier. Tu connais le but de la manœuvre mon cher ami. Je vais remplacer Procyon par l'Obscur Satellchevalier Véga en mode Défense.
- Ça veut dire que …
- Que je suis en mesure d'activer sa faculté spéciale pour faire appel à mon vieil ami l'Obscur Satellchevalier Deneb.

Au moment où Deneb apparaît sur le Terrain, les médaillons de Dan et de Warren se mettent à s'illuminer. L'esprit de Kaly sort du Deck de Dan pour une petite confrontation les yeux dans les yeux avec Deneb. Ce dernier semble être méconnaissable pour la Dame Déchue du Palais. Cela ne dure que quelques secondes – les Duellistes ne s'en rendent même pas compte –, mais on sent à travers ce Duel que c'est un affrontement entre deux rivaux en Duel. Dan a l'air de reprendre son calme légendaire tandis que Warren veut tout faire pour essayer de le déstabiliser, tout en m'utilisant pour accélérer ses sombres desseins. Ma réaction ne change pas depuis le début de ce Duel et je ne peux en avoir une autre.

- L'effet de Deneb me permet d'ajouter Altaïr en main et tu connais la suite …
- Je ne la connais que trop bien.
- Je vais recouvrir Unukalhai, Véga et Deneb pour faire appel à un monstre Xyz. Il descend des étoiles pour illuminer le cœur des hommes d'un éclat nouveau, celle de la vérité. Fais naître une nouvelle ère, celle d'une lumière inédite ! Apparais ! Obscur Stellchevalier Delteros !

Au-dessus du Terrain apparaît un immense cercle représentant le vide intersidéral, avec les étoiles et des galaxies en tout genre. Une de ces étoiles se met à étinceler et se transforme en un puissant rayon qui traverse l'espace pour atterrir en plein milieu du Terrain. La puissance de ce rayon est telle que de là d'où je me trouve, j'en viens à ressentir une petite secousse qui me fait quasiment perdre l'équilibre. "Heureusement" que la personne derrière moi me maintienne debout sur cette planche. Mon cœur bat de plus en plus fort et j'ai la sensation qu'un arrêt cardiaque va me tomber dessus avant la fin du Duel.

Sur le Terrain, un immense guerrier aux ailes et au bouclier bleutés, et à l'armure assombrie par l'aura de ténèbres qui se dégage du Deck de Warren. Delteros est immensément menaçant et le monstre de Dan, l'Ange Démon – Ange Soldat, est moyennement rassuré face à son nouvel adversaire. L'opposant de Warren ne peut que fixer sans trop réagir, pour le plus grand plaisir de ce dernier.

- Il est toujours aussi impressionnant, même après un léger relooking. C'est pour ça que je remercie vivement mon paternel pour ce splendide cadeau. Mais je crois que tu apprécieras davantage la beauté des Satellchevaliers lorsqu'ils passeront à l'attaque. Delteros ! Annihile moi cette pathétique créature face à toi.

D'un coup d'épée et avec un petit hurlement, le monstre de Warren pulvérise celui de Dan. Il n'y avait absolument rien à faire. L'Ange Soldat avait beau être en mode Défense, l'épée du guerrier intersidéral lui a brisé ses deux bras d'un seul coup et il explose, laissant Dan avec un Terrain vide. Ce dernier peut enfin espérer faire quelque chose au prochain tour.

- Au fait, Dan, tu sais quoi ? Mon tour n'est absolument pas terminé. J'ai une petite carte à jouer pour avancer un peu plus ton supplice et surtout celui de ta petite amie. Je révèle mes Cendres Fatales !
- Je le sens très mal, murmure Dan.
- J'ai parfaitement entendu ce que tu viens de dire et je ne peux qu'acquiescer. Ma carte me permet de détruire un monstre sur mon côté du Terrain et tu vas perdre autant de Points de Vie que le monstre choisi possède de points d'ATK.

Dan semble halluciner et je commence à désespérer encore un peu plus pour ma propre survie. Si je me souviens bien, Delteros possède 2500 Points d'ATK et Dan ne peut absolument pas répondre étant donné que son Terrain est identique à un trou noir. Mes yeux se concentrent sur le guerrier géant sur le Terrain qui tourne au gris sale. Petit à petit, il devient une statue de cendres et s'affaisse lourdement et un immense nuage couleur poivre est en train d'asphyxier Dan. Il pousse un terrifiant hurlement qui me glace le sang. Pendant qu'il éternue, Warren s'exprime un peu :

Warren : 4000 Dan : 1000

- Dan, je vais avoir un acte de grande noblesse envers toi. Si tu abandonnes ici et maintenant, je toucherai deux mots à mon paternel pour qu'il puisse vous épargner toi et Mina. Tu sais, je pense qu'avec une superbe imploration de ta part pour que je stoppe ce Duel, tu pourras garder ta vie et ainsi préserver celle de Mina.

Puis, le nuage de cendres disparaît progressivement et l'ombre de Dan est toujours debout, face à son adversaire. Lorsque son visage devient visible, il y a une immense fermeté dans le regard qu'il assène. Les yeux marrons du jeune homme deviennent de plus en plus étincelants.

- Warren … lis bien le mouvement de mes lèvres. JA-MAIS ! Tu m'entends ? Jamais je ne me mettrai à genoux devant toi pour stopper ce Duel. J'ai eu des situations largement plus complexes que celle-ci et je m'en suis sorti avec brio. Même si la vie de Mina est en jeu, je me battrai jusqu'au bout pour la sauver ! Donc, tes propositions d'arrêter le massacre, tu peux te les carrer directement où je pense.

Tout cela ne fait qu'accroître le rictus de Warren. Le refus de Dan d'obtempérer permet alors au Duelliste démoniaque de continuer à le torturer physiquement et psychologiquement. Je ne peux que prendre ce dernier en pitié. Voir cet homme qui vient de m'avouer ses sentiments en train de souffrir ne fait qu'accroître ma peine.

- Et je vais pouvoir piocher quatre cartes comme quatre monstres ont été envoyés au Cimetière, dit Dan.
- Tu n'oublies quand même pas le fait que mes Satellchevalier disposent d'un pouvoir dès qu'ils passent par la case Cimetière ?, raille Warren. On va commencer par le premier effet de Delteros qui te fait bannir une carte de ta main.
- Ma Jarre de Cupidité ne me servira pas …
- Ensuite, le second effet de Delteros va me permettre de faire appel à un camarade qui loge dans ma main ou dans mon Deck. Celui que je vais choisir n'est autre que l'Obscur Satellchevalier Altaïr.
- Et c'est tout ?
- Mais bien évidemment que non, répond Warren sur un ton à nouveau sarcastique. Les effets de Véga, Deneb et Unukalhai vont s'activer pour faire passer ce Requiem de Lotyuwi sur un tempo plus rapide.

Dan grince des dents. De mon côté, je me trouve tout proche du bout de ma planche funèbre. Mes prières pour une victoire de Dan deviennent de plus en plus récurrentes malgré la situation totalement défavorable.

- Commençons par l'effet de Deneb, énumère Warren. Il va envoyer les deux cartes du haut de ton Deck directement au Cimetière.
- Embuscade et Ange Démon – Faucheuse Hybride … honnêtement, j'aurais eu du mal à retourner la situation avec ces deux cartes, pense Dan.
- Ensuite, l'effet d'Unukalhai ne servira pas puisqu'en temps normal, il ferait détruire deux de tes monstres. Mais comme tu es loin d'en avoir, c'est un coup dans l'eau.
- C'est déjà ça …
- Et voici la cerise sur le gâteau apportée par la sublime Véga !, triomphe Warren. Elle va t'empêcher de faire appel aux monstres de ton Extra Deck jusqu'à la troisième End Phase après l'activation de cet effet !
- COMMENT ??, hurle Dan. Ce n'est pas possible ?!
- Oh que si ! Et là, je vais prendre un pied encore tout à fait monstrueux en voyant comment tu vas te débrouiller pour le prochain tour. Et j'active ensuite l'effet d'Altaïr pour faire revenir Sirius sur le Terrain, me permettant ainsi de rapatrier Unukalhai, Procyon, Deneb, Véga et Delteros dans le Deck, pour me faire piocher une carte.

Dan est totalement démuni sur le Terrain face à la terrible armada de Warren. Son Terrain est vide mais sa main est plutôt remplie. Le problème, c'est qu'il ne connaît pas la complexité du nouveau Deck de Warren. Déjà que sans les pouvoirs d'Eyazon, les monstres Satellchevalier sont très puissants … mais conjugués aux ténèbres des Démons, c'est une arme de destruction massive. Je ne sais pas si Dan est effrayé mais en tout cas, moi, je le suis complètement.

- Allez, je pose deux cartes face cachées et je termine mon tour. À toi, Lotyuwi … enfin, si tu tiens encore debout.
- La contrepartie de mon Bain Sanglant est activée et je vais perdre 100 Points de Vie par carte piochée ce tour-ci. Et comme j'en ai eu six supplémentaires, je ne disposerai plus que de 400 Points de Vie pour te battre.

Warren : 4000 Dan : 400


avatar
Messages : 1062
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le Démon d'un autre monde

le Jeu 6 Sep - 18:12
Chapitre 75 - Urgences partie 3 - Le Début de la fin...

Spoiler:
Depuis le début du combat, Warren n'a pas arrêté de mener la danse. En toute honnêteté, Dan m'a paru en-dessous de ce à quoi il nous a habitué en Duel. J'essaye de ne pas être trop négative mais je me rends compte à quel point Warren est devenu plus puissant. Je crois que ce Duel contre Eyazon en Endlenda amplifié le conflit qui avait l'air de peser dans son esprit. Ça a comme libéré une force dévastatrice, et les Satellchevaliers n'ont rien pu faire pour la contrer. Elle semble les avoir happés par ses énergies mauvaises et a dû pervertir leur esprit.

Je regarde Dan et il n'a toujours pas bougé d'un iota depuis l'activation des Cendres Fatales. Il est debout, faisant toujours face à Warren, un air très sérieux. Il a dix fois moins de points de Vie que son adversaire et c'est dans ce genre de moments qu'il se met à jouer plus intensément. C'est comme s'il a un mode "Jeu Dangereux" inscrit dans ses neurones lorsqu'il fait un Duel. De manière générale, il se met toujours en mauvaise voire très mauvaise posture avant de retourner la situation à son avantage. Là, il doit jouer ou bien nous mourrons tous les deux. Là, je prie fort dans ma tête pour que la carte qu'il pioche soit suffisante pour espérer un immense retournement de situation.

- Je commence par activer la carte Magie Absorption de Magie. Puis, je vais activer ma carte Un Jour de Paix. Nous allons tous les deux piocher une carte mais nous ne pourrons pas recevoir de dégâts jusqu'à la fin de ton prochain tour. Et comme j'ai joué une carte Magie, je gagne 500 Points de Vie.

Warren : 4000 Dan : 900

- Ensuite, je vais pouvoir activer une de mes cartes favorites : Ange Démon – Renfort. Tu la connais très bien si je m'abuse.
- Oui mais tu n'auras pas l'occasion de l'utiliser puisque je révèle ma carte face cachée, Stellnova Oméga. Je vais sacrifier Sirius pour annuler l'effet de ta carte, la détruire et piocher une carte, sans oublier les deux cartes octroyées par l'effet de Sirius. Dis adieu à tes renforts, ha ha ha !

La carte de Dan vole en éclats mais il reste toujours imperturbable, comme s'il se mesurait à l'ordinateur de Duel dans sa salle d'entraînement. La moindre sensation du toucher glacé de la Faucheuse ne semble pas l'effrayer et il continue alors à jouer.

- Je vais invoquer Un Homme Arrivera, pour une situation qui s'apparente à du déjà vu n'est-ce pas ?

Je me souviens qu'il l'avait joué contre Reizo, ce qui lui avait permis de reprendre du poil de la bête. Warren connaît très bien les nombreux effets de Dan. Il connaît la quasi-intégralité de son jeu pour l'avoir minutieusement observé et n'attend qu'une seule chose … voir le compteur de Points de Vie tomber à ce chiffre fatidique de zéro, synonyme de mort pour lui et moi.

- Je vais activer sa faculté spéciale pour le bannir afin de récupérer mon Ange Soldat du Cimetière. Puis, je vais invoquer mon Ange Démon – Éclat Inflammable. Ensuite, je vais activer son effet, qui me permet de faire venir une de ses copines sur le Terrain afin de te botter le cul ! Normalement, nous perdrions chacun 500 Points de Vie mais Un Jour de Paix nous préserve de cette perte.
- Quel monstre as-tu choisi ?
- Oh … je vais combattre les ténèbres qui te manipulent par des ténèbres toutes différentes, symbolisées au travers de l'Ange Démon – Princesse Obscure. Et lorsqu'elle apparaît Normalement sur le Terrain, elle m'offre 500 Points de Vie pour chaque carte que je contrôle. Si je fais le calcul, ça me fait en tout 1500 Points supplémentaires.

Warren : 4000 Dan : 2400

- Est-ce que j'ai terminé ? Non. Bien sûr que non ! Je vais autoriser ma Princesse Obscure à faire une petite descente sur ton Terrain pour cisailler Altaïr.

Sans perdre de temps, le monstre désigné coupe celui de Warren en deux, projetant des nuées obscures un peu partotr sur le Terrain. De là d'où je suis, j'ai l'impression que Dan se reprend un peu. Pourtant, quelque chose me perturbe : en temps normal, il se serait déjà attelé à réduire au moins un peu la barre de Vie de son adversaire mais là … elle est restée immaculée. C'est quelque chose qui ne lui ressemble pas et qui, forcément, m'inquiète. Est-ce qu'il a une stratégie pour gagner ce Duel ? J'ai plus l'impression qu'il ne fait que subir, au plus grand plaisir de Warren. Il encaisse mais ne frappe pas. J'ai envie de l'encourager de vive voix mais je ne crois pas être dans la meilleure des situations pour faire quoi que ce soit. "Je t'en supplie, Dan. Je sais que tu es meilleur mais ne te laisse pas abattre …", me dis-je.

- Je pose une carte face cachée et je termine mon tour.
- Encore deux tours sans pouvoir faire appel à des monstres de l'Extra Deck, rappelle Warren. Mais le mieux, comme tu as détruit Altaïr, tu n'as pas le droit d'Invoquer Spécialement jusqu'à la End Phase de mon tour.
- Je m'en moque totalement.
- Si tu veux. À moi, je pioche et je vais jouer la très célèbre Excavation de Pierre Magique. Je vais défausser deux cartes pour récupérer une carte Magie que je vais m'empresser de rejouer.
- Le Tir Fatal de Sniper …
- Quelle clairvoyance !, s'extasie Warren, toujours ironique. Tu es incroyable et je veux que tu fasses un numéro de voyance dans un cirque …
- Après ce Duel, même si je perds, je t'éclaterai la gueule en bonne et due forme, dit Dan sur un ton de voix menaçant.
- Ouais c'est ça … et moi j'irai danser sur vos tombes, répond Warren tandis que Dan renvoie une carte de sa main et l'Éclat Inflammable directement dans son Deck.

Warren : 4000 Dan : 3400

- Et maintenant, mesdames et messieurs, le grand, l'immense, le majestueux Warren Fuzenki s'apprête à effectuer un tour de magie pour appeler un de ses monstres les plus dangereux !, dit-il avec une gestuelle très théâtralisée.

Dan ne répond pas. C'est bien la première fois que Warren s'agite de cette sorte. Même lorsque j'avais repris conscience dans l'une des chambres de cet hôpital morbide, il n'agissait pas comme ça, restant au contraire très calme, plus froid, trop apeurant. Je n'ai aucune idée de ce qu'il peut réserver à Dan et je continue à prier pour qu'il l'emporte, même si ça ne sert absolument à rien. Il serait sans doute au maximum de ses capacités si j'étais hors de danger, assise confortablement dans un des canapés en cuir de sa salle d'entraînement. Mais tout cela paraît si loin. L'atmosphère se refroidit cruellement tandis que Warren reprend son tour de jeu.

- Je vais retirer de mon Cimetière le Marchand Ésotérique et l'Obscur Satellchevalier Sirius pour invoquer de ma main le terrifiant Être Bipolaire en mode Attaque. Ce qu'il y a de splendide chez cette perle, c'est qu'il ne peut pas être détruit au combat tant que je dispose d'un monstre d'attribut Lumière dans mon Cimetière, ce qui est le cas avec mon Illusionniste d'Effet. Mais ce n'est pas tout ! Il ne peut pas être détruit par des effets de carte du moment que j'ai un monstre d'attribut Ténèbres dans mon Cimetière, n'est-ce pas Altaïr ? Tu sens cette force dévastatrice ? C'est celle qui va t'expédier six pieds sous terre.

Dan se retrouve face à un monstre indestructible et disposant d'une puissance de feu largement supérieure à celle de ses monstres. Mon inquiétude continue à s'accroître et je ne pense pas que je pourrai pardonner Dan s'il venait à commettre l'impossible.

- Je vais activer une autre carte Magie, le Renfort de l'Armée, pour faire venir Véga en main. Elle va nous faire l'honneur de sa présence sur le Terrain, tout comme Alsahm, qui va apparaître grâce à l'effet de Véga. Tous les deux sont en mode Défense.

Warren : 4000 Dan : 3900

Trois monstres à deux pour Warren. La vision de Dan à genoux après avoir perdu me hante encore et encore mais je refuse toujours d'y croire. Je sais qu'il peut encore l'emporter et tant qu'il aura des Points de Vie, je maintiendrai mon espoir de survivre à cette atroce expérience dans cet hôpital.

- L'Être Bipolaire va anéantir la pathétique Princesse Obscure. Et je vais souffler un peu en mettant un terme à mon tour.

Quand je regarde Dan livrer ce Duel, j'ai vraiment la sensation qu'il est en train de se battre avec un bras dans le dos, ou bien qu'il joue avec un fusil chargé braqué dans le creux de l'omoplate. Le calme essaye de résister sur son visage mais tout devient de plus en plus dur. Même s'il a refait son retard du point de vue Points de Vie, il est très largement en dessous de ce qu'il est capable de faire. Même avec une main très fournie, il n'arrive pas à créer cette petite étincelle qui met le feu aux poudres. Ses monstres Ange Démon ont du mal à prendre leur envol pour terrasser leur adversaire.

- J'ai vraiment l'impression que tes Anges ont du plomb dans l'aile, ricane Warren.
- À moi de jouer, je pioche et …
- Pas si vite, coupe Warren. Pendant ta phase de pioche, je révèle une très puissante carte Piège nommée Psychiatrie.
- Une petite explication s'impose puisque je ne connais pas cette carte, dit Dan.
- En effet, je te l'accorde. C'est un cadeau d'Eyazon. Je te résume le principe. En fait, pour la jouer, je vais devoir passer mon prochain tour. Et à ta seconde phase d'attente, donc celle de ton prochain tour de jeu, j'aurai l'insigne privilège d'activer jusqu'à trois cartes depuis ma main. Et pendant mon prochain tour de jeu, je pourrai simplement faire venir … N'IMPORTE QUEL monstre de mon Deck, peu importe son mode d'invocation. Et tu ne pourras rien faire contre cela. Ai-je été clair ?
- Plus que je n'aurais pu l'espérer. J'ai hâte d'affronter ce monstre pour te montrer à quel point je serai toujours meilleur que toi.
- C'est le baratin habituel …
- Je pose une carte et je termine mon tour.
- Je suis censé passer mon tour de jeu, c'est de nouveau à toi de jouer. Considère cela comme un petit cadeau de ma part.

Je ne comprends pas tellement la manœuvre tentée par Warren. Si j'ai bien compris, la carte Psychiatrie – carte que je ne connaissais pas mais que je soupçonne provenir d'Eyazon – représente une arme à double tranchant. Le fait de pouvoir répliquer pendant le tour adverse sans poser de cartes peut être utile mais Warren court un risque énorme en passant son tour. Dan ne pet toujours pas jouer de monstres depuis son Extra Deck mais ses invocations spéciales ne sont plus bloquées pour autant. Rien ne dit qu'il pourrait enfin débloquer le compteur de Points de Vie de Warren vers le bas. De l'autre côté, Dan doit faire attention étant donné qu'à la fin de son tour, il se retrouvera aux prises avec un monstre inéluctablement très puissant.

- Bon, c'est de nouveau à moi de jouer, dit Dan en inspirant avant de piocher. Au fait Warren ?
- Quoi ?
- Est-ce que tu te souviens de la toute première carte que j'ai jouée lors de notre première confrontation ?
- J'ai effacé de ma mémoire tout ce qui pouvait avoir un lien avec toi, et surtout les parties où tu te payais ma tête.
- J'aimerais de nouveau te la présenter. Il s'agit de ma Pomme de la Curiosité. Tu connais déjà le couplet ? Je regarde les cinq premières cartes de mon Deck et j'en sélectionne une qui sera ajoutée à ma main.

Warren : 4000 Dan : 4300

- Qu'est-ce que tu veux que ça me fasse ? Je sais qu'au prochain tour, tu perdras.
- J'active une carte Magie du nom de Ville Fantôme. Elle m'empêche d'avoir recours à l'Extra Deck ce tour-ci mais pas la peine. Je peux l'activer puisque je ne contrôle aucun monstre. En renonçant à un petit millier de Points de Vie, je vais pouvoir invoquer Spécialement deux monstres de Niveau 4 maximum depuis ma main ou mon Deck. Cependant, ils ne pourront pas bénéficier de leur effet.

Warren : 4000 Dan : 3800

- Voilà … je te laisse nez à nez avec mes Ange Démon – Demoiselle à Armure Rose et Protectrice du Sanctuaire.

Les deux Elfes désignées apparaissent dans un petit tourbillon de lumière. Le Terrain de Dan ne lui permet toujours pas de se débarrasser de L'Être Bipolaire doté de 2500 Points d'ATK et indestructible. Si je connais bien les monstres de l'Extra Deck de Dan, il n'y a que l'Ange Démon – Roi de l'Apocalypse qui puisse tenir la comparaison avec Warren. Le problème, c'est que Dan est amputé de son Extra Deck pour ce tour, donc une autre option doit être prévue.

- Et si nous faisions basculer ce tour de jeu vers quelque chose de plus doux ? Puisque je possède un monstre dont le nom contient Ange Démon, j'ai la possibilité de faire venir l'Ange Démon – Magicienne Capricieuse pour aider ses amies.

Un pentacle apparaît et une petite boule de lumière en sort et virevolte jusqu'à se matérialiser en une très jolie petite créature, avec des petites oreilles de lapin et un collier avec un grelot doré. En Endlenda, cette personne se prénomme Mesu et c'est également une des grandes amies de Kaly, au même titre que Myrhià. Avec sa petite taille, tout le monde la prend pour une enfant mais en réalité, elle a exactement le même âge que cette dernière. Elle dispose de pouvoirs très puissants, lui permettant notamment de contrôler la gravité, la lumière et le climat. Elhahr s'est souvent méfié des limites de ce pouvoir, au point de la plonger dans un profond coma – qui est en réalité un sort de sommeil très puissant que seul le lanceur peut contrôler – quand il sent des perturbations dans son esprit. Mais en dehors de cela, Mesu est une Elfe un peu timide mais très joyeuse. Par ailleurs, la tenue qu'elle porte – si légère et un peu osée qu'elle soit – est un cadeau d'Elhahr provenant du monde des hommes.

Spoiler:
- Je vais activer sa spectaculaire faculté spéciale. Je vais sélectionner trois cartes Magies et/ou Pièges et tu vas devoir en choisir une au hasard. Les voici … S'il prend celle-là, j'ai de grandes chances de l'emporter.
- Celle du milieu, dit Warren sans hésiter.
- Elle ne me coûtera que 500 Points de Vie puisque mon Absorption de Magie est présente. Je vais activer mon Sort de Terrain Vallée Lumineuse des Elfes.

Warren : 4000 Dan : 3300

- Ensuite, je vais de nouveau renoncer à 1000 Points de Vie pour piocher deux cartes supplémentaires, dit Dan en souriant. Je pose deux cartes face cachées et je vais te laisser la main.
- Ne me dis pas que tu viens de préparer ton Terrain pour ton assaut final ? Est-ce que tout ce que tu viens de faire n'était qu'une vaste blague ? C'est sans doute la prestation la plus pathétique que j'ai pu voir de ta part. Trois petites fillettes piteuses qui ne pourront pas tenir la comparaison avec toute mon armada. Ce que tu as fait était mauvais.
- Et pourtant, mon prochain tour sonnera le glas pour toi.

Warren éclate de rire. Il se tient les mains sur les cuisses tellement la réponse de Dan a l'air hilarante à ses yeux, ce qui ne l'est pas du côté de ce dernier. C'est presque s'il en vient à pleurer de rire. Quant à moi, j'ai une énorme foi en ce qu'il vient de dire. Je sais que lorsqu'il prononce ce genre de phrase prophétique, elle se réalise toujours. C'est comme un don de préméditation pour les fins de Duels. Un bref sourire apparaît sur mon visage, tandis que je regarde Warren. Il se reprend au bout d'une minute et demi de fou rire en solitaire.

- Allez, reprenons-nous, Warren, dit-il. Je vais jouer mon Obscur Satellchevalier Deneb en mode Attaque et activer son effet pour ajouter Altaïr en main. Et tu sais ce qu'il se passe lorsque je possède trois monstres Satellchevalier sur le Terrain.
- Delteros ?
- Presque ! C'est en quelque sorte son grand copain. Je vais recouvrir Deneb, Véga et Alsahm pour faire venir le trublion des Satellchevalier. Reposant dans le Triangle d'hiver, il descend sur Terre pour purifier les esprits malveillants des ténèbres ! Viens à moi ! Obscur Stellchevalier Triwinter.

Un peu comme Delteros tout à l'heure, cette fois, c'est le sol qui s'est transformé en une réplique miniature du plafond céleste. Un triangle se dessine à partir de trois points brillants. Ces étoiles sont extraordinairement luisantes dans le couvert nocturne. Se nommant respectivement Bételgeuse, Sirius et Procyon, elles forment cette figure à partir de laquelle jaillit une énorme colonne de lumière. Et dans celle-ci s'élève lentement une silhouette obscure, armée d'une longue épée et d'un immense bouclier triangulaire avec trois arceaux. Une cape flotte derrière au fur et à mesure que ce monstre émerge. Dès que le pilier de lumière disparaît, cet immense guerrier qu'est Triwinter surplombe le Terrain, aux côtés de L'Être Bipolaire, mais ses yeux jaunes fixent les trois Ange Démon de Dan. Et ce dernier est bouche bée devant une telle prestance, ce qui ne manque pas de faire rire Warren.

- N'est-il pas magnifique ? Et tu sais parfaitement ce qu'il se passe lorsque Triwinter apparaît … On va avoir une légère brise sur le Terrain qui va le nettoyer en profondeur.
- Je ne me laisserai pas faire …, répond Dan en retournant automatiquement une de ses cartes face cachées. La Chaîne Démoniaque annule l'effet de ton monstre et l'empêche de m'attaquer.
- Fait chier …, soupire Warren.
- Autant dire que ton Triwinter te sera aussi utile qu'un maillot de bain au Pôle Nord en plein hiver.

Des chaînes malachites sortent de la carte de Dan et enroulent les deux bras et les deux jambes de Triwinter, ce qui l'empêche de faire quoi que ce soit. Cela agace beaucoup Warren mais il laisse vite cela de côté pour reprendre le fil de son petit jeu, jeu qui commence à lui filer entre les mains.

- Après tout, est-ce que le plus important n'a pas été joué auparavant ?
- Qu'est-ce que tu veux dire par là ?, demande Dan.
- Qu'il me reste encore une corde à mon arc pour t'asséner le coup de grâce. Te souviens-tu de ma Psychiatrie ? Je vais pouvoir faire appel à un monstre et pas n'importe lequel.

La température chute brutalement et je commence à avoir de plus en plus froid dans cet endroit. Warren ouvre grand les bras et fixe les nuages sombres qui se rassemblent juste au-dessus du Terrain de Duel. Prenant un air solennel, il se met à dire :

- Reposant dans les profondeurs des ténèbres depuis des siècles et des siècles, le temps est venu pour toi de te réveiller et de répandre le flot de la destruction sur le monde. Démon de la Trinité, je fais appel à toi et à ta légendaire puissance ! Apparais ! Eraser le Démon de l'Enfer !!
- Eraser …, murmure Dan.

Des éclairs déchirent le ciel, faisant apparaître l'ombre d'une créature serpentine. On entend des hurlements assez puissants suivis de très lourdes détonations, dont l'une d'elle s'abat à deux mètres de Dan, qui n'a pas bougé. La créature appelée traverse le ciel, provoquant des ondes assez puissantes. La personne derrière moi a rangé son épée et me maintient par la corde qui me serre le cou, tellement la vitesse de déplacement de ce "dragon" est élevée. Un immense éclair s'abat juste derrière Warren, dont le visage devient tout aussi ferme et sérieux que celui de Dan. Et là, cette grande créature ailée répondant au nom d'Eraser apparaît sur le Terrain.

- Sa puissance d'ATK correspond au nombre de cartes que tu possèdes sur le Terrain multiplié par 1000 .. faisons un calcul si tu veux bien.
- Ça fait six cartes en tout, dit Dan.
- Donc la bagatelle de 6000 Points, rien que ça … et ça devrait être suffisant pour t'anéantir une bonne fois pour toutes. Eraser ! Élimine la Magicienne Capricieuse sur le champ !
- Rugissement Menaçant !, répond Dan du tac au tac. Je stoppe tes assauts monstrueux pour ce tour.
- Oh non ! Ce n'est vraiment pas amusant quand tu te casses le crâne à échafauder le plan ultime pour ça, Lotyuwi. Tu sais quoi ? C'est exténuant de te voir te débattre pour rester en vie alors que tu n'as même pas tenté la moindre attaque sur mes Points de Vie. Donc, je mets quand même un terme à mon tour et à la vie de la pauvre cruche qui a longtemps espéré que tu viennes la sauver. Balance cette pleurnicheuse dans le vide !

Je sens la pointe de l'épée de la silhouette qui continue à me pousser. Je fais tout pour éviter d'avoir un trou dans la peau et ce qui devait arriver arriva … Trois pas plus tard et mes yeux surplombèrent le vide qui allait désormais me servir de tombeau. Si j'avais les mains libres, j'aurais pu faire quelque chose pour essayer de m'en sortir mais elles sont solidement liées, à tel point que je ressens une immense brûlure dans mes poignets, causée par les frottements de la corde sur la peau. Tout mon esprit s'apprête à se déconnecter, si bien que je n'entends plus Dan hurler ou même les battements de mon propre cœur. "Voilà … c'est terminé pour moi …", me dis-je. L'au-delà m'appelle et je ne peux que succomber à ces voix inlassables. Le vent siffle dans mes oreilles … à moins que ce ne soit une banshee qui annonce mon trépas ? Voilà mon dernier plongeon. J'imagine que Warren doit en être fier. La corde finit par se tendre et je ne me débats pas dans le vide.

Ma respiration devient de plus en plus ardue et la moindre bouffée d'air devient plus précieux que tout l'or du monde. Je sens mes bras faiblir et du sang remplir mes yeux. Je sais que je ne dois pas hurler à la mort comme un chien car cela ne fera qu'accélérer ma mort. Mes yeux se fixent sur Dan … le dernier visage que je veux avoir en tête avant de rendre l'âme. Mes oreilles viennent de se déconnecter, mes bras sont sans énergie et … je ne peux que fermer les yeux. Ça y est, je suis morte ? Je ne sais pas trop quoi dire. Mais pourtant …

… j'ai comme l'impression qu'un courant d'air très brutal me secoue dans tous les sens. J'essaye d'ouvrir les yeux et … Stupeur ! La corde qui serrait mon cou n'est plus tendue. Je suis dans les bras de quelqu'un, dans les airs. Mon esprit n'est pas vraiment en mesure d'expliquer quoi que ce soit. Deux minutes plus tard, je suis étendue au sol, avec ce qu'il reste de corde autour de ma nuque. Ce qui se trouve sous mes yeux est difficilement descriptible. Il y a cependant une masse blanchâtre qui parvient jusqu'à ma rétine. Une voix féminine melliflue caresse mes oreilles :

- Mina ? Mina ? Mina ?

Je ne peux que gémir avec toute cette peur et cette douleur qui vient de se produire. Il me faut quelques secondes pour que les images qui me parviennent soient plus claires. J'ai la tête qui tourne comme une toupie. Cette femme qui s'est adressée à moi a posé sa main sur mon visage prend une forme plus connue, tandis qu'un homme à l'allure effrayante se tient juste à côté d'elle.

- K … Ka … Kaly ? C'est …
- Oui, tu es saine et sauve. Senji est arrivé in extremis pour couper la corde.
- Euh …
- Tout va bien ??, lance Dan.

J'arrive péniblement à lever le pouce pour répondre par la positive. Respirer est devenu pratiquement impossible. Dès que mes poumons se gonflent, j'ai la sensation que mon ventre va exploser. J'ai la nausée et des envies de vomir dès que j'expire. J'ignore où je suis précisément dans le parc mais j'arrive quand même à distinguer le Duel entre Dan et Warren. D'ailleurs, ce dernier est totalement à terre après ce qui vient de se passer. Il se relève lentement et ne peut s'empêcher de hurler. En me voyant sur le sol, serrant quelques brins d'herbe dans ma main avec le peu de forces qui subsistent dans mon corps, Dan respire un peu plus. Je ne sais pas si c'est une larme que je vois apparaître sur le coin de l'œil mais il sourit et je l'imite.

- Ça me donne envie de vomir, râle Warren.
- Voilà quelque chose que ton père ne pourra jamais t'offrir, répond Dan en se retournant vers son adversaire.
- On va enfin passer aux choses sérieuses. Toi contre moi …
- Tu ne crois pas si bien dire, réplique Dan d'un air si froid que j'en ai la chair de poule. C'est à moi de jouer et je vais mettre un terme à notre Duel ici et maintenant !

Warren ne dit rien, encore sous le choc que son plan soit vite tombé à l'eau. Il a toujours un avantage numérique sur le Terrain mais mon sauvetage par Kaly et cette personne appelée Senji a distillé la peur, peur qui commence à gagner son esprit et à le faire perturber. Perdant ses nerfs un bref instant, il projette une puissante décharge d'énergie obscure qui percute Dan au torse. Ce dernier recule de cinq mètres et se cogne l'arrière de la tête contre un poteau en métal, ce qui le fait tomber.

- Je t'aurai à l'usure …, dit Warren en haletant.
- Et moi, je t'aurai à l'issue de ce Duel, répond Dan alors qu'il est toujours à terre.
- Pardon ?

Il se relève, l'air de rien, et fusille Warren du regard. Le plus étrange dans ce regard des plus noirs est qu'il ressemble à celui qu'un psychopathe pourrait adresser à une de ses victimes. Ils sont grands ouverts et très clairs, renforçant le côté hypnotique et dangereux de la part du Duelliste balafré. Au moment où il se met à parler, on voit qu'il est devenu beaucoup plus démoniaque que son adversaire, pourtant fils d'un Démon.

- Je vais procéder au sacrifice de mon Ange Démon – Magicienne Capricieuse, de la Protectrice du Sanctuaire et de la Demoiselle à Armure Rose pour faire appel à un véritable Ange de la Mort.
- Pas ça …, murmure Warren.

Dan déploie ses bras et penche la tête en arrière. Sa voix devient on ne peut plus grave et pesante, comme si sa créature allait s'incarner corps et âme dans l'enveloppe charnelle du Duelliste. Warren est totalement impuissant devant cette invocation. L'atmosphère se refroidit petit à petit, absorbant tout ce qui peut inspirer la joie ou le bonheur. Dan se met alors à scander quelques mots à l'encontre de son adversaire.

- Il est constamment nourri des esprits des Elfes qui ne sont plus, la puissance qu'il recèle est incommensurable. Son corps est à l'image de ce qui le fait vivre. Sa présence amène un souffle glacial dans le cœur de ses adversaires. Tremble devant lui, Warren !! Renais de parmi les morts !! Ange Démon – Chevalier Squelette des Ténèbres !!

Un vortex mêlant lumière blanche et brume obscure apparaît et l'immense squelette se tient derrière Dan. Il regarde Eraser directement dans les yeux, grâce à ses orbites. Il déploie ses ailes jaunâtres et une multitude de feux follets apparaissent autour de lui, histoire d'effrayer Warren davantage. Le crâne blanchâtre se distingue du reste du monstre tout de noir vêtu. J'arrive à le distinguer mais mes sens sont totalement parasités à cause de cette pendaison.

- J'espère que ses 3500 Points d'ATK ne te perturberont pas trop, d'autant qu'il y a deux cartes de moins sur le Terrain. Eraser va donc perdre un peu de poids … Et comme Magicienne Capricieuse a été envoyée au Cimetière, je gagne 300 Points de Vie pour chaque carte Magie dans mon Cimetière, et il y en a trois.

Warren : 4000 Dan : 4200

- Et alors ? Tu crois qu'un sac d'os, aussi grand soit-il, pourra venir à bout d'Eraser ?, raille Warren. Au prochain tour, il tombera en ruines, tout comme tes points de Vie par la même occasion.
- J'active la terrifiante faculté spéciale de mon Chevalier Squelette des Ténèbres. J'espère que ta mémoire ne te fait pas défaut sur ce coup.

Warren se contente de grogner un peu.

- Si je m'acquitte de 1000 Points de Vie, je suis en mesure d'annuler les effets de tous tes monstres, sans oublier de réduire leurs Points d'ATK à néant jusqu'à la fin du tour. Montre-lui comment ça marche !

L'Ange Démon ouvre la bouche et crache une espèce de fumée fluorescente. Elle envahit le Terrain de Warren et s'attaque à ses monstres. Elle pénètre les peaux et crée des petites taches noirâtres, un peu comme de la corrosion. Warren écarquille les yeux en voyant Eraser tomber de haut et s'abaisser à son niveau.

Spoiler:
- Peu importe si tu détruit un de mes monstres. Tu ne pourras pas protéger ton gugusse au prochain tour. Et il n'a pas assez de Points d'ATK pour me battre en un seul coup. Donc, en ce qui concerne ta correction, elle repassera parce que ce Duel est terminé pour toi et Mina.
- C'est à ce moment que je vais retourner ma dernière carte Piège, celle qui te sera fatale, Warren. J'active la Chaîne du Repentir !!
- Qu'est ce que c'est … Qu'est-ce que c'est que cette carte ?, demande son adversaire, passablement confus devant son ignorance.
- L'instrument de ta déchéance, Warren Fuzenki ! Je renonce à 500 Points de Vie pour choisir un monstre que je contrôle. Jusqu'à la fin de ce tour, la Chaîne lui permet d'accroître ses Points d'ATK en y ajoutant ses points de DEF. Je sais que tu es une buse en maths alors laisse moi te montrer. Dans le cas échéant, tu additionnes 3500 et 2900 et tu sauras le montant de ta défaite !!!

Warren : 4000 Dan : 3700

- NON !! CE N'EST PAS POSSIBLE !!!

Au moment où le squelette allait attaquer le monstre de Warren, le médaillon de Dan ainsi que celui de Warren se mettent à briller. Une fois le flash orangé éteint, Dan regarde autour de lui et la situation n'a pas tellement changé. Le Chevalier Squelette fait toujours face à Eraser et L'Être Bipolaire mais ceux-ci ne rugissent pas. Warren ne bouge pas du tout. Cela intrigue énormément le jeune homme qui se dit :

- Qu'est-ce qui se passe ?
- Dan …, lance une voix faiblarde. Dan …
- Qui … Qui est là ?


Dan regarde le Disque de Duel de Warren qui brille étrangement. Il était sur sa lancée pour porter l'estocade dans ce combat acharné. Son élan est brusquement interrompu par cet étrange phénomène. Trois boules de lumière surgissent de ce Disque pour prendre la forme de trois guerriers non étrangers à l'esprit de Dan.

- Je … Deneb … Véga … Altaïr … Que se passe-t-il ?
- Dan ! Nous n'avons pas le temps 
!, dit Deneb.
- Il faut que tu aides Warren !, supplie Véga, la guerrière au halo rougeâtre.
- Il court un grave danger en étant sous l'emprise de son père et des ténèbres, dit Altaïr.
- Comment ça ?, demande Dan, tout hébété.
- Depuis qu'il a perdu contre un des serviteurs du Démon, notre esprit de lumière a été confiné et nos corps ont été remplacés par une aura maléfique. Il faut que tu nous délivres de ce mal.
- J'allais le faire. J'allais détruire l'Être Bipolaire.
- Surtout pas !
, répond Deneb. C'est Eraser qui doit être détruit. Lui et lui seul doit être la cible de l'attaque de ton Ange Démon.
- Pourquoi ?
- Il représente la part d'ombre apportée par Eyazon pour contrôler Warren. Il domine l'esprit de l'Ace qui est le sien et sans cela, vous ne pourrez pas sauver le monde.
- Je vois
, dit Dan.
- Dan … Sauve le, je t'en prie, dit Véga, prenant l'air d'une mère très inquiète pour le sort de son fils.
- Je m'y engage. N'ayez crainte … Warren sera sain et sauf à l'issue de ce Duel, je vous le promets.

Les trois guerriers retournent dans le Deck de Warren et, comme par magie, le Duel semble reprendre son cours normal. Le Démon de l'Enfer Eraser pousse un rugissement sonore et le monstre de Dan laisse échapper un rire très terrifiant, un peu comme le Skull Kid. Dan réfléchit à ce qui vient de se passer sous ses yeux, à l'apparition des trois fidèles guerriers du vrai Deck du vrai Warren. "Je sais ce qu'il me reste à faire … Warren", pense Dan.

- Chevalier Squelette des Ténèbres !! Annihile Eraser le Démon de l'Enfer avec ta Chaîne du Repentir !!! C'en est terminé, Warren !!

Le monstre de Dan fait tourner la petite faux à toute vitesse avant de l'expédier directement dans le crâne d'Eraser. Ce dernier pousse un hurlement strident, faisant éclater les dernières fenêtres de l'hôpital encore présentes, avant d'éclater, provoquant une violente détonation qui projette Warren quinze mètres en arrière. Une attaque à 6400 portée contre un monstre incapable d'attaquer pour se défendre a causé de sérieux dégâts sur le Terrain. Les autres monstres de Warren, Triwinter et L'Être Bipolaire, explosent également. L'intensité de l'attaque du squelette géant est telle que des grosses fissures apparaissent sur les murs de l'hôpital.

Warren : 0 Dan : 3700

Warren est à terre, inconscient. L'explosion d'Eraser a violemment repoussé le jeune homme qui tombe lourdement sur le sol. Dan a été un peu secoué et se tient la tête. Je suis toujours allongée dans les bras de Kaly et je vois le vainqueur du Duel s'avancer lentement vers nous, un air à la fois confiant et soulagé sur le visage. Je tente de me tenir sur les coudes et de relever le haut du corps pour distinguer correctement cette personne se rapprochant de moi. Il a quelques égratignures et du sang sur le visage. Il marche en boitillant et finit par tomber à genoux juste devant moi, les larmes aux yeux. Il me serre doucement dans ses bras, comme si je n'étais qu'une fragile poupée de porcelaine qu'on ne veut surtout pas briser. Malgré cette jolie précaution à mon égard, il tremble beaucoup et je crois avoir distingué une larme dans le coin des yeux.

- Je suis … si heureux que tu sois en vie …
- Dan …, dis-je en essayant de le serrer le plus fort possible.
- Je t'aime, dit-il en tenant mon visage ému dans ses mains.
- Je t'aime aussi …

Il s'approche doucement, jusqu'à ce que ses lèvres viennent se coller aux miennes avec une immense délicatesse. J'oublie absolument tout ce qu'il y a autour de moi et vit intensément ce baiser qu'il m'offre. Tout à coup, je me sens revivre, mon corps se réchauffe en un éclair et j'arrive à poser ma main sur le visage de celui que je peux appeler "mon amour". Le temps s'arrête littéralement pour nous deux et c'est la plus belle chose qui m'arrive depuis des années. Je vis ce baiser comme une délivrance après tant de jours passées dans la tristesse, la souffrance, la peur … Dan vient de me libérer et rien ne peut me faire plus plaisir pour le moment. Cette tendresse, cette sensation de douceur si passionnante me tend ses bras. C'est si chaleureux et réchauffant que je pourrais en profiter d'une manière sempiternelle.

Après plus d'une minute d'un amour le plus pur, Dan finit par scinder ces lèvres collées. J'aurais voulu qu'il me réconforte davantage mais il semble que nous n'y pouvons rien. Il se met sut un genou et me tend une main pour m'aider à me relever. Bien évidemment, c'est ce que je fais. J'en oublie presque le fait que j'ai failli mourir suspendue dans le vide. C'est quand je finis par me trouver sur mes deux jambes que je me souviens ce qu'il vient de m'arriver. Mes jambes tremblent tellement que je manque de perdre l'équilibre, avant que Dan ne me soutienne.

- Merci …, dis-je en souriant.

Dan me sourit et je lui rends la pareille. Pourtant, l'air plutôt romantique cesse lorsque mon ventre me fait terriblement mal. Je laisse échapper un gémissement de douleur. Dan me regarde et dit :

- Mon dieu, Mina …, dit-il en me regardant. Tu es toute pâle !
- Je … je … je vais bien, dis-je. Ne t'en fais pas, Dan.
- Il faut que tu te reposes, mon ange, me dit Dan.
- Tu es le démon de mon cœur, lui dis-je de façon spontanée. Tu es incroyable …

J'essuie une légère trace de sang sur son visage et je reçois un second baiser de sa part. J'ai vraiment l'impression d'être dans un de mes rêves d'enfant, celui où je suis dans les bras d'un prince charmant. Néanmoins, cette atmosphère devenue romantique est interrompue par une remarque inopinée de Kaly :

- Et Warren ? Comment va-t-il ?

Aidés par Kaly et Senji, nous finissons par arriver au niveau du corps inanimé de Warren. Il n'a absolument pas bougé depuis la fin de ce Duel. Une ombre jaillit de son corps, et plus particulièrement de son médaillon. Cette chose disparaît dans la nuit. Il a les yeux fermés et Dan tombe à genoux pour tenter de réveiller son adversaire du soir.

- Il respire toujours, note le Duelliste balafré. Warren ! Warren ! Est-ce que tu m'entends ? Réponds moi ?
- Ma … ma tête, dit ce dernier en reprenant conscience. Que … que se passe-t-il ?
- Est-ce que ça va ?
- D... Dan ? Mina ?

Il faut l'aide de Kaly pour relever Warren. Il est assis et se tient la tête à cause d'immenses douleurs. Il regarde tout autour de lui après avoir pleinement repris conscience et nous aperçoit, debout, les yeux posés sur lui. Senji se désintéresse de la situation et regarde plutôt les silhouettes obscures qu'il a tué avant de secourir Mina.

- Qu'est-ce que … Je me souviens … Je ne sais plus ce qu'il se passe. Qu'est-ce que c'est que cette tenue ?
- Tu … tu ne te souviens de rien ?, dis-je. Tu as essayé de nous tuer, Dan et moi. Tu as défié Dan en Duel et tu as perdu.
- Je … je me souviens avoir affronté mon père et avoir perdu puis … le trou noir. Pour ce qui s'est passé … je suis désolé, Mina.

En entendant ces mots, je ne réponds pas. Je ne comprends pas tellement l'attitude de Warren et d'un autre côté, j'ai envie de lui accorder mon pardon. Je suis tiraillée mais pour le moment, le silence se lit sur mon visage. Je regarde celui de cette personne assise à terre, qu'il baisse en signe de honte. Après tout, cette personne m'a fait souffrir à l'intérieur de ces murs. J'ai vécu les jours les plus atroces de mon existence aux côtés de Warren, ce qui me gêne beaucoup dans le fait de lui pardonner. Il ne dit rien d'autre là-dessus et c'est Dan qui brise ce silence.

- Il faut que nous retournions en ville. Le compte à rebours de Nephomet est sur le point de s'achever.
- Cinq minutes de tranquillité avant la tempête pour être précis !, hurle une voix non loin de l'endroit où nous nous trouvons.

Warren relève la tête et le moins que l'on puisse dire, c'est que la personne qui vient de parler ne nous est pas inconnue. Je reconnaîs cette voix, pour l'avoir entendue par le passé. Les deux Elfes ont également une réaction de surprise. Son visage se crispe aussitôt et un seul nom lui vient en tête :

- Eyazon …
- Tu m'as immensément déçu … comme toujours, répond ce dernier en se posant sur la pelouse, à dix mètres de notre groupe.
- Je reprends ceci, dit-il en tendant le bras.

Une carte du Disque de Duel de Warren quitte instantanément le Deck pour rejoindre la main de son père. Cette carte n'est autre que Eraser. Le visage d'Eyazon est ferme et froid. Il ne semble pas faire attention à Senji, Kaly, Dan et moi. Seul Warren a l'air de l'intéresser.

- Nous allons devoir en découdre, Warren Fuzenki. Et pour ça, je te prierai de m'affronter en Duel au 66, Domôn Street. Tu as exactement une heure et demie pour t'y rendre … et ce n'est pas négociable parce que je peux te tuer dans la seconde qui suit. Sur ce, à tout de suite, fils …

Il disparaît dans un tourbillon, nous laissant – Warren surtout – dans l'incompréhension la plus totale. Le silence est total dans le parc de l'hôpital tandis qu'une immense secousse survient. Dan et moi tombons à terre, du fait de notre faiblesse physique pour le moment. Pour Kaly, il n'y a qu'une seule explication à cette secousse suivie de plusieurs lumières anormales qui semblent émerger du sol.

- La bataille a commencé …, murmure Kaly.
- Nous devons retourner dans le centre-ville, dit Dan. L'alliance aura besoin de nous …

Dan aide Warren à se relever et nous nous soutenons tous les trois – Warren à gauche, Dan au centre et moi à droite – pour essayer de sortir de cet endroit. Je pose ma tête sur l'épaule de mon Duelliste balafré. Warren et Dan sont exténués physiquement et aussi psychologiquement après ce Duel et … ils vont devoir se battre dans l'instant dans Akinokuwa pour sauver le monde. J'espère qu'ils vont tous les deux être en parfaite condition pour se battre. C'est également le moment choisi par Deneb et Véga pour apparaître en chair et en os, tout comme Kaly. Ils se tiennent face à leur Duelliste en souriant. Warren avance et c'est Véga qui le serre dans ses bras. On l'entend dire :

- Je suis désolé, mes amis … Je veux me rattraper … Nous irons défier Eyazon ensemble … et le vaincre ensemble.


avatar
Messages : 1062
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le Démon d'un autre monde

le Mar 11 Sep - 18:31
Chapitre 76 - La voie de la douleur...

Spoiler:
La guerre … Elle a finalement débuté ! Tout ce pourquoi le monde s'acharne à éviter, il faut qu'elle soit apportée par des monstres venus d'une autre dimension. Bien que nous soyons dans l'enceinte de l'hôpital, il est possible de voir les premières conséquences de l'arrivée massive de l'armée des ténèbres. Le ciel commence à rougir par petites touches. Des incendies commencent à s'allumer un peu partout. D'immenses colonnes de fumée nauséabondes transcendent le ciel. Mais le plus incroyable reste ces piliers de lumière qui semblent jaillir du sol, et qui font trembler la terre. Je regarde Dan et il a l'air dépité. Kaly est sous le choc mais le plus triste reste Warren. Il est au bord des larmes. Je crois qu'il est en train de culpabiliser pour avoir été dans les têtes pensantes de ce débarquement massif. Son regard apitoyé croise le mien et même s'il ne parle pas, il se sent jugé et ses yeux trahissent ses pensées.

- Enfoirés de démons …, fulmine Dan. Ils touchent leur bille pour gâcher le plaisir des gens.
- Si j'avais pu faire autrement pendant ce Duel contre mon père, soupire Warren.
- C'est fini …, dis-je.
- Ce qui est fait est fait, philosophe Senji. Arrêtez de vous apitoyer sur votre malheur pour une fois. Ce n'est pas avec ce genre d'attitude que vous réussirez à battre Nephomet et ses immondes petits cafards de lieutenants.
- Il a raison, dit Kaly. Sortons d'ici le plus vite possible pour retourner dans le centre-ville.

C'est le moment que choisit Warren pour s'effondrer. Il tombe subitement avant d'être rattrapé de justesse par l'Elfe Noir. Le Duel contre Dan et le fait d'avoir été délesté de tous ses pouvoirs maléfiques l'a grandement épuisé. Il est gagné par des sueurs froides et ses yeux prennent instantanément la direction des coins externes. Complètement knock-out, il finit quand même par se tenir debout avec notre aide, à Dan et moi. Je sens sa respiration brutale pendant la traversée du parc de l'hôpital. C'est comme s'il allait faire une crise cardiaque tellement ses bouffées d'air sont conséquentes. Dan a l'air de s'inquiéter également de son état de santé, plus que du sien, qui est loin d'être parfait. À ce moment-là, la première de mes pensées est tournée vers les deux autres membres de notre équipe : Nejma et Veneko. Ils sont restés en ville et doivent sans doute se battre ardemment contre des créatures. J'espère que tout ira bien pour eux.

Pendant que le groupuscule de la Dame Déchue du Palais quitte lentement l'hôpital, dans le reste d'Akinokuwa, les hostilités ressemblent à une guérilla tellement le chaos semble s'installer confortablement. Bien évidemment, personne ne s'est préoccupé de voir si Dan l'avait emporté face à Warren, mis à part deux personnes. L'évidence même est que ces deux Duellistes répondent respectivement aux noms de Nejma et Veneko Kunoka. Ils n'avaient pas suivi leur ami jusqu'à ce bâtiment pour cet affrontement mais … quand il leur était aisé de pouvoir se servir des deux médaillons autour de leur cou pour voir un peu ce qui pouvait bien se tramer de ce côté de la ville. Lorsque les Points de Vie de Warren ont été réduits en poussière, Veneko exultait de bonheur, avant d'être brusquement interrompu par les premières secousses.

Ils s'étaient placés au niveau du lycée Tanahashi, en compagnie de deux des membres de l'équipe de la princesse Milena, Sergueï et Oksana, ainsi que quinze des élèves de l'Akademiya et des Duellistes venant d'Akinokuwa même, principalement des lycéens, environ soixante. Tous avaient l'air d'accepter le risque de perdre la vie dans ce combat mais ils semblaient s'en moquer, ce à quoi Nejma soupira : "Ils sont d'une inconscience inimaginable.". Ne sachant pas trop quoi faire, ils avaient préparé quelques pièges. En même temps, connaissant parfaitement les lieux pour s'y sentir "enfermé" pendant plusieurs années, c'est facile de préparer le terrain pour une arrivée indésirable. Néanmoins, il faut relativiser le fait que tout le dispositif de défense ressemble beaucoup à ceux qu'on peut voir dans les films Home Alone, ce qui ne permet pas d'oublier la créativité de certains Duellistes très stratèges, surtout les élèves à fond en informatique et en physique-chimie. Lorsque les premières secousses se produisirent, une large fissure fractura une partie de la cour bitumée.

- Tenez-vous prêts !!!, hurle Nejma à tous ceux qui l'entendaient.

Lorsque les premiers soldats des ténèbres finissent par émerger hors du portail, près de soixante-dix monstres les attendaient de pied ferme. On peut citer quelques noms : Oméga de la Constellée et Confrérie du Poing du Feu – Buffle qui ont été joués par Nejma et Veneko, un Hydrogeddon et un Oxygeddon joués par Sergueï ou encore un Soldat Canon joué par Oksana. Et sinon, il y a toute une panoplie des monstres plus classiques : Univers Exarion, Dame Guerrière D.D., Denko Sekka, des Troupes d'Assaut Gobelines, les Gadget Rouge, Vert, Jaune, Or et Argent, Guerrier Roquette, etc. Il y a du beau monde, ce qui pousse Veneko, juste après avoir planté un couteau dans le dos d'un ennemi :

- S'il faut mourir, c'est la journée idéale.
- Tu n'as pas autre chose pour m'inquiéter encore plus que ça ?, lui répond sa sœur.

Dans le lycée, et l'université dans une moindre mesure, le plus amusant vient des mordus de sciences comme dit précédemment. Certains ont pu mettre à profit leurs connaissances en chimie pour produire des ersatz de grenades, tout aussi dangereuses. Alors quand ils ont des cibles sous les yeux, ils ne vont certainement pas se prier de les essayer. Avec une extrême prudence, ils se placent sur les toits des bâtiments et, riant un peu comme des baleines, provoquent un beau bombardement. Comme leur technique n'est pas très au point au début, certains monstres joués par des Duellistes au sol sont touchés, occasionnant des blessures, et pire si la personne au sol est parfaitement vulnérable. Durant les dix premières minutes des combats dans le lycée, seuls six personnes ont passé l'arme à gauche, incluant quatre élèves de l'Akademiya, dont un qui s'est littéralement vu priver de la partie basse de son corps suite à un très violent coup de massue donné par une sorte de troll – vaincu par Nejma juste après –.

Pourtant, un événement va perturber l'entrain des jumeaux pendant ce combat qu'ils mènent d'une main de maître tous les deux. Sergueï et le jeune Kunoka se chargent aisément de nettoyer du self la vingtaine de soldats, qui, on ne sait comment, ont réussi à faire apparaître des créatures polymorphes un peu partout. Elles ressemblent à des plantes, des espèces d'araignées mais avec deux pattes en plus, des quadrupèdes prenant la forme de chacals mixés avec des loups et des lions … bref, l'Arche de l'horreur. Pendant ce temps, Nejma est en train de couvrir ceux qui ont subi d'importantes blessures suite aux combats – le pire étant deux élèves de Milena qui ont chacun perdu un membre –. Elle se démène comme elle peut lorsqu'un soldat avec une sorte de Disque de Duel la provoque.

- Qu'est-ce qui se passe, mon grand ? Tu veux un peu de sparadrap pour couvrir les blessures que tu vas subir ?

Elle lance Oméga à l'attaque mais ce dernier se retrouve paralysé d'un coup sec, puis démembré par la quinzaine de mini-soldats qui l'ont dépecé morceau par morceau. La douleur ressentie par la jeune fille est intense et elle tombe à genoux, hurlant comme jamais elle ne l'a fait auparavant sous le coup d'une telle souffrance. Heureusement pour elle, l'endroit où Sergueï et Veneko se trouvaient est juste à côté et ce dernier voit sa sœur tomber lourdement. Il ne lui en faut pas plus pour expédier son Buffle à la charge. Une fois tout cela arrangé, il laisse son collègue russe se charger du nettoyage pour venir au secours de sa sœur. Affaiblie, elle a énormément de mal à verrouiller ses deux jambes et reste assise par terre. C'est le moment que choisit la créature armée d'un Disque de Duel de provoquer Veneko … mais d'une manière bien étrange.

- Vous deux ! … Kunoka ! Duel ! … Manoir !
- Bordel ! Qu'est-ce que tu racontes ???, hurle Veneko tandis qu'une explosion survient à dix mètres de lui.

Cette explosion, c'était un ennemi qui s'est fait pulvériser par une "grenade" lancée par un lycéen et aussitôt protégé par la combinaison Soldat Canon et Machine à Spectre d'Oksana. Elle s'amuse beaucoup à vider les chargeurs de ses Tokarev sur des créatures – son père aurait été membre du KGB –. La créature s'adresse toujours à Veneko, mais cette fois, avec une voix nettement plus familière :

- Nous vous attendons dans le district d'Izahou, dans la grande maison flanquée du numéro 10 … j'espère que vous ne voulez pas que vos parents soient des victimes collatérales à ce conflit …

Il n'en faut pas plus à Veneko pour identifier son locuteur, qui a pris possession de cette créature pour parler à travers elle. Par ailleurs, celle-ci se fait pulvériser par une salve de tirs du monstre joué par Oksana et tombe au sol, révélant une silhouette qui lévite au-dessus même des bâtiments scolaires, avant de disparaître dans un nuage de fumée tout en invoquant un incendie sur celui des sciences, comportant des bonbonnes de gaz et une chaudière très sensible.

- La maison … !!! Andralon !! Reviens, espèce de lâche !!!, s'égosille Veneko.

Le mal est fait, le lieutenant du Démon a déjà pris la poudre d'escampette, laissant tout le groupe de l'Alliance avec un incendie à gérer en plus d'une invasion démoniaque. Oksana, qui se trouve juste à côté, vient en aide à Veneko.

- Vous ! Sauvez vos parents !, dit-elle avec un fort accent du sud de la Russie. Nous allons gérer incendie !!

Elle aide Nejma à se relever mais la jeune fille est un peu mal en point suite à la destruction de son monstre Oméga. Leo et Virgo sont également présents et se battent comme ils peuvent. Le premier est immédiatement détourné de l'incendie, par peur de le voir s'agrandir. Et le comble, c'est qu'il y a des lycéens qui sont bloqués et que les créatures deviennent de plus en plus puissantes au contact du brasier. Leo aide alors Nejma et Veneko à se tenir debout quand Oksana se met à tirer dans les airs, interpellant son camarade Sergueï. Hurlant en russe, ce dernier sort du self, sans avoir terminé son travail de nettoyage et constate avec effroi l'incendie. Il dit alors :

- J'active la carte Liaison – H2O et je sacrifie mes deux Hydrogeddon et mon Oxygeddon pour faire appel au Dragon d'Eau.

Les trois monstres indiqués fondent sur place, créant une immense flaque d'une couleur indescriptible. De là jaillit une immense colonne d'eau qui prend la forme d'une grand et puissant serpent de mer, constitué à 100% d'eau, même pour les dents et les yeux. Il pousse un immense rugissement et crache un puissant canon d'eau directement sur le brasier, sans même se rendre compte qu'il y avait des individus à l'intérieur. Moins de trente secondes plus tard et toutes les fenêtres du bâtiment des sciences explosèrent, provoquant une sorte de petit tsunami dans la cour, inondant au passage ennemis comme alliés. Ensuite, le chef russe se tourne vers Nejma et Veneko et leur hurle dans leur langue :

- Nous allons nous charger de ces soldats !! Dépêchez-vous de fuir !!!

Pourtant, au moment où il termine sa phrase, il est transpercé au niveau de l'épaule gauche par une lance expédiée par un ennemi à qui il tournait le dos. Nejma est terrifiée en le voyant vaciller … mais c'est mal connaître le Russe, ancien haltérophile mesurant deux mètres et pesant près de deux cents kilos. Même si le projectile a traversé de part en part le grand gaillard de Vladivostok, il en faut largement plus pour l'abattre, ce qui semble surprendre la créature qui l'a attaqué.

C'est là que le moment le plus "étrange" de cette bataille dans le lycée survient : le géant russe retire la javeline, laissant apparaître un gros trou complètement affreux à voir. Le sang coule à profusion et le teint de la masse de chair pâlit. Tenant fermement l'arme dans son autre main, il se met à entonner l'hymne de sa patrie à gorge déployée et se bat presque comme si de rien n'était, sous les yeux des jumeaux, devenus soudainement apathiques. La lance est renvoyée à l'envoyeur, qui la reçoit littéralement entre les deux yeux. Tel un ours, il se met à rugir et chante son hymne de plus belle, tout en sortant une arme à feu qu'il n'arrive pas à vider entièrement car elle s'enraye. Un autre coup l'atteint au mollet droit, cette fois-ci l'œuvre d'une flèche tirée quasiment à bout portant par un archer gobelin ennemi – que Virgo décapite dans la foulée après l'avoir remarqué –. Le géant continue de vaciller, jusqu'à s'adosser contre un mur. Il n'y a plus rien à faire pour lui … il est condamné …

… Mais il y a une volonté digne d'un Michel Strogoff ou d'un Stakhanov dans ce colosse. Dans sa poche, il sort une petite flasque en métal, contenant très certainement de la vodka – ce qui vient s'ajouter à la liste des clichés sur les soldats russes – et la vide d'un trait. Se tournant ensuite vers son Dragon d'Eau, il lui dit :

- Attaque jusqu'à ce que tous ces ennemis de la liberté soient noyés !!!

Nejma et Veneko retrouvent leurs esprits lorsqu'ils voient la masse hydraulique inonder la cour du lycée. Leo et Virgo viennent porter secours au dragon en allant aider tous les membres de l'Alliance qui risquent de se noyer, et achevant les créatures survivantes. Tout cela dure moins de trois minutes puisque Sergueï expire avant que tout soit bel et bien nettoyé. Il ne s'est pas arrêté de chanter l'hymne russe et finit par vaciller une dernière fois, tombant sur le dos, sous les yeux d'Oksana, en larmes devant ce véritable héros.

Les quelques monstres de Duel qui ont pu survivre jusque là, ainsi que les élèves disposant d'armes à feu continuent de se battre contre les dernières forces qui restent. Le portail dimensionnel s'était subitement refermé lorsque Andralon est venu avertir les jumeaux. Personne n'y avait prêté attention et cela suffit au bonheur des survivants, qui, une dizaine de minutes plus tard, se rendent compte qu'il n'y a plus personne de vivant du côté des envahisseurs obscurs.

- Quel spectacle désolant, soupire Nejma en voyant ce qui se présente sous leurs yeux.

Une quarantaine de Duellistes sont étendus sans vie un peu partout dans la cour du lycée. Les créatures démoniaques se décomposent d'elles-mêmes après avoir perdu la vie. Le bâtiment des sciences est à moitié calciné et visiblement, aucune explosion ne s'est produite. Nejma se dépêche d'entrer dans ce dernier pour voir s'il n'y a pas d'éventuels blessés à l'intérieur. Accompagnée par Virgo, elle parcourt les trois étages de ce parallélépipède rectangle fait de pierre, de ciment et de béton armé, patrouillant dans un demi-mètre d'eau. Ce spectacle était à ses dires "désolant" mais le troisième étage est bien au delà du "désolant" lorsqu'elle voit trois corps recroquevillés sous une fenêtre … brûlés au trois quarts et quasiment méconnaissables, le tout près d'une immense flaque violette phosphorescente qui est celle de plusieurs ennemis décomposés. La jeune fille ne peut pas s'empêcher de vomir à la vue répugnante de ces cadavres. Virgo tente de la réconforter comme elle peut :

- Ce n'est pas ta faute … Allez, sortons d'ici maintenant.

Elles sortent, sans même prononcer un mot. Voyant Veneko qui aide deux lycéennes à se redresser, dont une avec un bras cassé suite à un choc avec un ennemi, elle a les larmes aux yeux et court se réfugier dans les bras de son frère, en boitillant.

- Il faut mettre un terme à cette bataille …
- Je sais …
- Andralon nous a défiés chez nous. Il est temps de lui montrer de quoi on est capable.
- Je te suis.

Au préalable, Virgo et Leo se chargent de patrouiller dans le reste du lycée, pour voir s'il n'y a pas des survivants des deux camps. Le petit contingent de Duellistes russes venus lutter devant ce portail a été grandement atteint. Sur les quinze étudiants, seuls cinq en ressortent parfaitement vivants et trois sont grièvement blessés, sans compter la mort de Sergueï. Il faisait partie de l'équipe de la princesse Milena et s'était même montré décisif lors de grandes compétitions en équipe, comme le Golden Tournament. Son trépas laisse Oksana complètement triste. L'inspection des moindre recoins du lycée dure près de vingt minutes car quelques Duellistes se sont cachés après avoir été blessés et… trois soldats ennemis avaient réussi à se cacher du Dragon d'Eau mais sont finalement exécutés en bonne et due forme par une Oksana de très mauvaise humeur. Trois balles ont sifflé et trois masses se sont effondrées.

- Au moins, on peut classer cette bataille comme terminée, dit Veneko.
- Maintenant, nous devons retourner chez vous, dit Virgo à Nejma.

Spoiler:
Trois minutes plus tard et les jumeaux, accompagnés de leurs Esprits, se retrouvent face à un véritable aperçu de ce que peut être l'Apocalypse. Des incendies en masses se lèvent dans ce ciel nocturne devenu incandescent. Celle que certains appellent "Dame Akinokuwa" est en quelque sorte condamnée à tort sur un bûcher et essaye de s'en défaire. Dans les airs, des créatures ailées sont en train de se poursuivre. Des grands dragons sont en train de rugir sur les grands immeubles, subissant des assauts de soldats ennemis qui volent dans les airs grâce à des espèces de petits monstres ailés. Tout ce panorama chaotique serait absolument compliqué à décrire dans sa totalité. N'empêche qu'à la sortie du lycée, des espèces de gros serpents se tiennent face aux jumeaux.

On croirait voir les Gorgones et des semblables tout à fait hideux se tiennent dans ce périmètre de cinquante mètres autour du lycée. Veneko, qui a une peur bleue des serpents, tombe à la renverse. Virgo, qui a toujours un temps d'avance sur ses adversaires, en profite pour se cacher les yeux, ainsi que ceux d'une Nejma qui a l'air d'être perdue. Leo en fait de même avec son frère. D'ailleurs, le membre de la Confrérie du Poing du Feu ne peut pas faire grand chose pour lutter contre ces reptiles. Son léopard de feu est même contraint de disparaître un court moment. L'une des créatures les plus menaçantes, une espèce de grosse dame s'avance vers Leo, avec une partie inférieure serpentine, une chevelure faite de ces affreux reptiles. Son souffle fétide et nauséabond parvient jusqu'aux quatre personnes qui continuent de reculer jusqu'au niveau du portail fermé du lycée.

- Un serpent géant comme assassin … quelle mort !, soupire Veneko.
- Geh zur Hölle, Hurensöhne !, hurle une voix.

Et en un claquement de doigts … ou plutôt un coup d'épée, la dizaine de gros serpents se transforma en un gros tas de chair morte. Virgo ouvre de nouveau les yeux et aperçoit un grand guerrier ailé, dégageant une aura de pureté et de glace. Et à côté de lui se tient une grande dame à la longue chevelure blonde, un diadème, et une tenue plus adaptée pour le combat que les habituelles robes coûteuses et parsemées de pierreries. D'une voix plutôt directe, elle s'adresse aux jumeaux :

- Tout va bien ?

Ces derniers ouvrent leurs yeux à leur tour et constatent l'élégance bavaroise de la princesse Klothilde, avec deux membres de sa garde privée et de son Nékroz de Brionac. Elle avait la charge de la "section" de Duellistes qui devait lutter contre le portail près de la mairie. Celle-ci et le lycée Takahashi ne sont éloignés que d'une centaine de mètres, ce qui fait que le monstre aquatique joué par Sergueï a pu facilement être vu par ceux qui se battaient au même moment près de l'hôtel de ville. C'est donc le cas de la princesse, qui aide Veneko à se relever.

- Le lycée a été sécurisé, dit-il, tout fièrement.
- C'est une bonne chose.
- Maintenant, nous devons retourner chez nous. Deux des lieutenants de Nephomet doivent s'y trouver, dit Nejma.
- Est-ce que c'est loin ?
- À douze pâtés de maison au sud-est d'ici, explique le jeune homme.
- Alors ne perdez pas une seconde. Nous allons vous …

Avant même qu'elle ne termine sa phrase, elle dégaine son épée et pare un coup lancé par un monstre qui a réussi à se faufiler dans l'ombre. Virgo s'occupe ensuite de l'annihiler en l'illuminant. La route n'est absolument pas sûre pour les jumeaux qui sont encore loin de chez eux. La mairie et le centre-ville se trouve d'ailleurs sur le chemin qu'ils doivent emprunter pour retrouver leur maison. Accompagnés de Klothilde et de deux membres de sa garde personnelle, les jumeaux parviennent jusqu'aux zones de combat les plus intenses, à savoir la mairie et le centre-ville. Les deux sont quasiment confondus, ce qui fait que la bataille est nettement plus ardente que dans le lycée.

La vue au sortir du lycée est mille fois plus désolante lorsqu'on est directement plongé dans le vif de l'action. Une rue est entièrement noyée par les flammes. Des monstres de Duel sont détruits et leurs Duellistes en sont profondément affaiblis. Certains sont étendus, sans vie, sur l'asphalte qui se réchauffe à cause de ce brasier. Des nuées de soldats attaquent les hommes, femmes et enfants qui se défendent à coups de carte et d'armes. Par exemple, un vieil homme, dont l'âge est sans doute supérieur à soixante-quinze ans, vient d'ôter la vie à trois créatures avec un vieux fusil et se défend comme il peut avec une batte de fer. C'est un exemple qui peut paraître anodin mais dans ce genre de moment, il faut savoir se défendre avec ce qu'on a sous la main.

Ce qui est curieux dans ce genre d'événement, c'est le fait de se poser la question sur l'évacuation de la ville. Les habitants qui ont pu assister à la première incursion démoniaque dans la ville ont pu prendre peur, et cette peur s'est renforcée avec l'appel de Dan. Ce serait complètement farfelu et absurde de dire que l'intégralité de la population d'Akinokuwa se livre corps et âme dans cette lutte totale. Si on prend le cas du lycée, qui ne comporte pas moins de trois mille élèves, lors des combats, il n'y avait même cent personnes. Qu'est-il advenu de la population de la ville en une semaine ? Elle a fui, abandonnant quasiment tout derrière elle. Alicia, qui se bat également dans le centre-ville, jette un regard bref à l'intérieur de l'une des maisons contre laquelle ses monstres Volcaniques viennent de brûler des soldats obscurs. Et elle s'aperçoit, dans l'une d'elles, gagnées par le feu, que les habitants ont sans doute pris peur et ont pris leurs jambes à leur cou, laissant une table, avec les couverts pour un repas.

Une myriade de soldats ennemis occupe la ville, et certains continuent à émerger du portail, qui est en plein milieu de la place centrale, près de la fontaine … ou du moins, ce qu'il en reste. Les membres de l'Alliance les plus téméraires se battent avec des armes blanches. Des explosions en série surviennent, ce qui attire l'attention de Nejma. Sur le haut d'un bâtiment, un Duelliste avec un fusil de précision est en train de se battre contre deux soldats obscurs. Une explosion l'atteint à la jambe et il finit par passer par dessus bord. Rien à faire. C'est un autre Duelliste qui va les éliminer tous les deux avec la carte Canon Newton.

- Allez ! Dépêchez-vous de retourner chez vous !!, hurle Klothilde.

Nejma et Veneko ont l'air désemparés en voyant leur ville ravagée par ces flammes, ce fléau, cette pestilence. Leo et Virgo sont là pour les ramener à la réalité et à l'urgence de leur mission. La princesse leur fait signe de les suivre à travers toute cette marée enflammée et sanguinolente. Ils remontent la rue de la mairie, écrasant au passage une centaine de ces envahisseurs. Leo dévoile une grande partie de son talent de combattant, rejoint ensuite par deux de ses camarades, Confrérie du Poing du Feu – Serpent et Cardinale. Nejma, malgré sa douleur subie suite à la perte d'Oméga, décide de faire appel à Hyades et Kaus. Les jumeaux décident alors de donner un coup de main à l'Alliance qui commence à subir quelques revers.

La princesse ne se prive pas de leur rappeler ce qu'ils doivent faire mais Nejma lui répond sciemment qu'elle veut aider l'Alliance. Veneko ajoute que se battre sur plusieurs fronts ne fait que le renforcer. Ils sont vite rejoints par Alicia qui, après avoir entendu ce qu'ils doivent faire, leur passe deux armes à feu, prises sur deux cadavres d'élèves de Milena. Elle leur dit :

- J'espère que vous savez vous en servir.
- Ben … dans les films, répond naïvement Veneko.
- Et bien tu apprendras sur le tas. On va essayer de vous frayer un chemin pour que vous puissiez affronter Dilvolg et Andralon.

Les jumeaux n'ont jamais tenu une arme à feu dans leur vie et … ils se retrouvent avec deux Beretta en main. Dans n'importe quel autre contexte, la personne qui reçoit une arme à feu pourrait être contente mais là … les visages de ces derniers sont absolument choqués, mais ils savent qu'ils n'ont pas le choix. Ils chargent chacun leur pistolet, tout en ayant dans la tête leur combat contre les deux lieutenants. Les balles commencent à fuser, transperçant des créatures obscures par derrière. Les quatre monstres supplémentaires, additionnés à Leo et Virgo, tout en comptant Klothilde et Alicia, tout ça permet de contrebalancer le rapport de force numérique qui est nettement défavorable à l'Alliance.

- Je suppose que je peux jeter mes bonnes résolutions de l'année, plaisante Veneko.
- Pourquoi ? Tu avais prévu de ne pas utiliser d'armes à feu ?, lui répond sa sœur après qu'elle a tué un soldat ennemi.

De leur côté, les monstres joués par les jumeaux se battent avec une telle énergie que cela en est impressionnant. Ils joignent leurs forces avec les autres qui étaient déjà là et qui peinent énormément face aux envahisseurs. La grande diversité des Types des monstres de l'Alliance permet un combat tout ce qu'il y a de plus exaltant, étant donné son caractère très hétérogène. On voit des bêtes ailées servir de montures à des guerriers et des magiciens ou bien des magiciens amplifier les attaques des monstres de Type tonnerre, pyro et aqua. Les bêtes font des ravages un peu partout mais les soldats de l'Armée de Nephomet sont incroyablement nombreux et il en débarque autant qu'il n'y en a qui tombent sous les coups de l'Alliance.

Dans le quartier ancien d'Akinokuwa, qui n'est franchement pas loin de la mairie, c'est l'équipe de Reizo qui a la lourde tâche d'en assurer la défense. Le maître Moine Duelliste affiche son calme légendaire quand il dégaine son sabre. Et il se permet même une petite folie en invoquant deux monstres très puissants : Six Samouraïs Légendaires – Shi En et Shien, Ombre des Six Samouraïs. On a beau lui avoir expliqué que c'était dangereux de courir un tel risque en faisant venir deux monstres de ce calibre mais ce n'est vraiment pas sa préoccupation majeure, qui est évidemment de "faire en sorte de maintenir un équilibre pacifique permanent dans ce monde". Les trois autres membres de l'équipe qu'il a amené jusqu'aux portes de la demi-finale du tournoi de cette année se défendent remarquablement bien.

Okura joue toujours ses "Champions Héroïques" mais cette fois-ci, avec un entraînement plus conséquent que lors du tournoi. Katsue est splendide avec ses "Chevaliers Nobles", tout comme Kimiye qui manipule un deck "Ninja". Ceci dit, ils se battent comme la plupart des autres combattants de l'Alliance, avec leurs propres armes. Dire que Reizo est une fine lame serait inutile. De plus, vingt-cinq élèves de son contingent se livrent également corps et âme dans cette bataille. Le cadre du quartier ancien, avec les maison du style fin XVIIè , donne vraiment une atmosphère d'un pur combat mené par les grands shoguns et les nombreux samouraïs, comme dans certains films de Kurosawa. En même temps, le portail dimensionnel n'est pas aussi large que ceux qui sont en plein centre-ville. La place est plus réduite mais cela n'empêche pas l'armée des ténèbres de se montrer particulièrement sauvage, cruelle et dévastatrice. De nombreux incendies se propagent un peu partout, ce qui rend la tâche de l'Alliance un peu plus complexe. De temps en temps, on entend Reizo donner d'incroyables cris d'encouragement.

Ça s'était notamment constaté au moment précis où le portail s'est ouvert. Lorsque les premières abominations d'Endlenda ont pointé leur nez plein de pustules, les Duellistes ont entendu un puissant "BANZAÏ !!!" lancé de vive voix par Reizo Matsuda, repris ensuite par l'intégralité de la petite troupe présente pour prendre les ennemis par surprise. Et fait amusant, même la petite troupe russe qui a été affectée à la défense de ce quartier a répondu à Reizo avec ce même cri de guerre.

Spoiler:
Dans l'hôtel, Warren est toujours un peu épuisé. Dan est obligé de le motiver en permanence pour qu'il soit de nouveau capable de se battre. Kaly a utilisé sa magie pour soigner les nombreuses coupures, ecchymoses et autres égratignures qui parsemaient nos corps, à Dan, Warren et moi. Au moment où nous allions sortir, toujours accompagnés des deux Elfes, une lance d'ombres se plante devant nous et une voix désagréable à l'oreille résonne dans le silence de l'hôpital.

- Vous allez quelques part ?
- Et merde, soupire Warren.

Nous nous retournons et voyons six personnes se tenir derrière nous, devant la façade principale du complexe hospitalier. Elles sont toutes éclairées par un projecteur au sol, permettant de développer toute la laideur de leur hideux faciès :

- Je comprends pourquoi j'avais envie de vomir tout à l'heure, soupire Warren.
- Oh les piques à deux balles dès maintenant, dit la personne au centre, qui n'est autre que Sid.
- Franchement, tu nous déçois de plus en plus à chaque seconde qui passe, dit Ryô.

Les six derniers membres de la clique de Sid se tiennent désormais face à nous cinq. J'ignore ce qui s'est passé pour Koji, Frank, Rashidô et Toni. Normalement, ils sont inséparables mais Warren me souffle qu'ils auraient perdu leur âme suite à un combat perdu en Endlenda. J'ignorais cela et Kaly l'a confirmé car elle l'a ressenti quand elle a entendu la voix de Sid. Du coup, ils ne sont plus que six à vouloir nous mettre en pièces – enfin, Dan, Warren et Kaly plus que moi –. C'est Marco qui appelle les trois premières créatures : Aigle, Alligator et Cobra Berceau-Gris. Ils sont directement envoyés à l'attaque mais repoussés par un champ de force de Senji qui apparaît de façon complètement improbable. Je recule de quelques pas en prenant conscience que cette voie d'entrée dans l'hôpital est sur le point de devenir un nouveau théâtre de combats. Dan et Warren sortent de nouveau leurs cartes, suivis par Kaly qui tient sa lance en main, et de l'Elfe Noir qui a un étrange halo sombre autour de lui.

- Senji ! Je vous défends de rester ici !!! Allez rejoindre Nejma et Veneko sur le champ !!
- Je vous prie de m'excuser mais je ne comprends pas, répond ce dernier avec un large sourire sarcastique.
- Dan, Warren et moi allons affronter ces jeunes malades. Vous devez retrouver les deux autres Aces. J'ai eu une vision qui les mettait aux prises avec Dilvolg et Andralon.

La clique de Sid n'a que faire des discussions entre la Dame Déchue du Palais et de son ami. Sid a fait venir deux monstres "Infernoid", Ryô ses "Bêtes Héraldiques", Donald ses "Monde Ténébreux", tandis que Jil et Terry ont fait appel à des monstres ténébreux que je ne connais pas. Dan et Warren réagissent avec Stellchevalier Delteros pour ce dernier alors que le premier a fait appel à l'Ange Démon – Armure d'Argent et la Petite Sorcière Obscure. Le combat n'est évidemment pas du tout déséquilibré même si Warren éprouve quelques difficultés à se remettre de son épuisante bataille contre Dan.

- Qu'obtiendrai-je de votre part si je me plie à vos ordres ?, demande Senji.
- Ce n'est pas le temps de négocier !, lui répond Kaly en parant un jet de flammes obscures venant dans sa direction.
- Je peux très bien m'enfuir …
- Vous pourrez alors me demander ce que vous voudrez, se résout Kaly, n'ayant pas envie de perdre trop de temps à discuter.
- Vraiment tout ?, dit Senji en esquivant simplement une attaque de l'Infernoid Patrulea.
- À part céder les pouvoirs du Seigneur du Palais, tout ! Maintenant, dépêchez-vous de venir en aide aux deux Aces.
- Oui, ma Dame !, dit Senji en se mettant au garde-à-vous.

Il se transforme en un grand corbeau, esquivant de nouveau une attaque, cette fois-ci expédiée par Aberconway, Bête Héraldique. Puis, il s'envole en croassant. C'est bien la première fois que je vois un être "humain" se métamorphoser. Je suis vraiment admirative devant cela mais mon attention est de nouveau focalisée sur les combats qui se déroulent sous mes yeux. Ça fait six personnes dans le camp de Kaly contre les douze personnes du groupe de Sid. Je me demande pourquoi Senji a été contraint de s'en aller, alors qu'il semblait être en mesure de se battre sans aucun problème. De là d'où je suis, c'est-à-dire dix mètres en arrière, les combats paraissent vraiment équilibrés malgré le nombre nettement défavorable du côté de Dan. Je le vois tirer une carte et scander très fort :

- J'active l'Arcade des Âmes et je vais fusionner mon âme avec celle de l'Ange Démon – Armure d'Argent.

En une fraction de seconde, les deux entités que j'ai clairement pu distinguer, à savoir mon ami et l'Elfe avec cette armure si luisante et étincelante sous une faible lumière, ces deux entités ne sont devenues qu'une seule. J'arrive à entrevoir le visage de la personne portant cette tenue de combat et déployant ses ailes … et c'est celui de Dan. Je le reconnaîtrais entre mille avec ses cicatrices. Mon esprit ne répond plus. Je suis complètement époustouflée devant tout cela.

- Warren ! Il faut que tu fasses de même, lui lance Kaly.
- De … De quoi ? Mais je n'ai jamais fait ça !!, répond-t-il en essayant d'esquiver les coups de Terry comme il peut.

Kaly prend les choses en main et frappe le sol avec sa lance, ce qui a pour effet de produire un immense flash aveuglant. N'ayant pas imaginé ce qui allait se passer, je ne me suis pas protégée les yeux, même si j'ai senti l'ombre de Dan passer devant moi. Mes yeux sont comme rongés par de l'acide et je tombe à genoux en essayant de plaquer mon visage contre le sol pour ne pas subir davantage de dégâts. En tout cas, ça a sans doute causé les mêmes réactions pour la clique de Sid puisque j'arrive à entendre des cris de détresse et deux petites explosions. Ces cris devaient sans doute être ceux de Terry et de Jil qui devaient être dans la même situation que moi. Des mots sortis de la bouche de Warren me parviennent aux oreilles par intermittence. Puis, la lumière du flash disparaît progressivement et je sens une main métallique m'aider à me lever.

- Tout va bien ?, me dit quelqu'un qui n'est autre que Dan.

Je ne réponds pas, étant encore un peu dans les vapes à la suite de cette lumière très intense. J'essaye d'ouvrir mes yeux, ce qui est compliqué, mais pas autant que le fait de voir distinctement. Tout en parant une attaque – puisque j'entends un choc avec le bras en argent –, Dan m'aide à m'adosser contre un mur et pose un délicat baiser sur mon front.

- N'aie crainte, on va s'occuper d'eux. Repose-toi.

Je hoche la tête et il semble retourner se battre, impression confirmée par les vifs éclats d'argent qui parviennent jusqu'au fond de ma rétine, malgré l'espèce de brouillard sombre, qui s'estompe très lentement. En plus de ça, j'ai la tête qui tourne un peu. Mais cela ne m'empêche pas d'entendre parfaitement les combats et d'en proposer une description.

- J'active la carte Arcade des Âmes et je vais fusionner mon âme avec celle du Stellchevalier Triwinter.

Triwinter ? Ce n'était pas le monstre que Warren avait fait venir au départ. Est-ce que Delteros a été détruit par un des monstres de Sid ? Je ne pense pas parce que Warren n'aurait sans doute pas été capable de se tenir debout après une potentielle destruction. Je le répète encore mais Warren n'est vraiment pas au top de sa forme après sa défaite contre Dan. Les pouvoirs qui lui avaient été donnés par Eyazon les lui ont été repris et je suis quasiment certaine que ça l'a beaucoup épuisé. Mais s'il a joué un deuxième monstre, de surcroît tout aussi puissant que Delteros, si ce n'est plus, c'est qu'il doit être en mesure de se battre comme il l'a fait avant de perdre son combat contre son père.

Un immense courant d'air plutôt frais envahit l'atmosphère, me procurant quelques frissons au passage, et apaisant légèrement mes yeux. Petit à petit, je recouvre la vue et … sous les yeux, j'arrive à distinguer trois silhouettes complètement étincelantes, plus une avec une longue chevelure blanche-argentée et une dernière, nettement plus petite mais avec de larges ailes noires. Du côté des monstres du camp adverse, en plus de Patrulea, des trois "Berceau-Gris" et d'Aberconway, je sais qu'il y a aussi l'Amphisbène, Bête Héraldique, Infernoid Harmadik, Goldd, Wu-Lord et Lucent, Seigneur des Enfers du Monde Ténébreux. Le combat s'annonce vraiment serré et un peu déséquilibré.

- Bon, Warren …, dit Dan, si on s'amusait un petit peu ?
- J'allais te le proposer, répond ce dernier en souriant.

J'entends des détonations en tout genre, des cris et des bruits en tout genre, difficiles à décrire sans l'image, ce à quoi je n'y peux absolument rien. J'ai un peu l'air sotte en essayant de raconter ce qui se passe dans mon champ de vision tout embrumé. La succession de sons se poursuit pendant au moins une dizaine de minutes avant que je ne finisse par retrouver l'intégralité de ma vision. Je ne trouve pas le mot juste pour exprimer à quel point cela fait un bien fou de pouvoir voir de nouveau. Je sais ce qu'a pu ressentir l'aveugle miraculé. Je me frotte les yeux deux fois plutôt qu'une et … jamais deux sans trois. Du coup, je peux enfin observer ces combats dans la cour avant du parc hospitalier.

Les monstres ont changé du côté du groupe de Sid. Harmadik a disparu et a laissé place à l'Infernoid Attondel. Grapha, Seigneur Dragon du Monde Ténébreux a remplacé les deux monstres joués par Donald. Terry et Jil gisent par terre. Ryô et Marco sont toujours avec les mêmes créatures hideuses, même si Marco vient juste de les remplacer par le Dragon Berceau-Gris. Il est dit dans certains mythes que le dragon représente la figure diabolique, et à en voir ces masses tout à fait imposantes, je suis vite d'accord. C'est comme si je me retrouvais dans un des cauchemars que je pouvais faire quand j'étais toute petite, avec la croyance du monstre sous le lit. Je dois avouer que ça m'a littéralement rendue insomniaque par moments.

De leur côté, Dan et Warren n'ont absolument pas perdu de monstres, la Petite Sorcière Obscure et Delteros sont toujours là. Triwinter et Armure d'Argent sont toujours fusionnés avec les âmes des deux Duellistes qui se tiennent debout, avec Kaly au centre. Je regarde attentivement Dan et il bouge très légèrement la tête dans ma direction, avec un œil très particulier, comme s'il voulait me dire "Ne t'en fais pas. Tout ira bien. Je te le promets". Il déploie ses ailes, tout comme les deux autres "Ange Démon" et prennent tous les trois leur envol, pour faire face aux monstres de Sid et de Donald. Warren, lui, brandit son épée, tout comme Delteros.

- Je te laisse commencer, Warren !, dit Kaly.
- Avec plaisir !

Il frappe le sol avec son épée et tout à coup, un immense vortex surgit ex nihilo dans le ciel. Il semble aspirer tous ceux qui se trouvent en-dessous, c'est-à-dire tout le monde, moi compris. À ce moment-là, Kaly utilise sa lance sacrée pour créer une grosse bulle qui envahit tout notre camp, y compris moi-même. Seul Warren reste en dehors. Il se contente de parer les nombreuses attaques qu'il reçoit, mais qui sont affaiblies par le grand tourbillon qui plane au-dessus de nos têtes. La Petite Sorcière Obscure en profite pour déployer ses ailes, les agrandir selon sa volonté, pour parer une autre attaque qui était destinée à Kaly. En effet, cette dernière doit maintenir son espèce de bouclier pour éviter que nous soyons happés dans l'espèce de trou noir.

Je regarde attentivement le groupe de Sid, qui ne bénéficie évidemment pas de la protection de Kaly, et certains de leurs monstres, comme ceux de Ryô, se font instantanément engloutir par ce corps céleste. J'arrive à l'entendre hurler distinctement, avant de tomber lourdement à terre. Les autres monstres résistent plutôt bien à cet ouragan, incitant Warren à y mette fin. C'est le moment que choisit Attondel pour décocher un jet de flammes identique à celui qui avait percuté Dan de plein fouet lors de la Finale du Tournament. Ce jet de flammes est destiné à Warren, toujours dans l'armure de Triwinter. À l'instant précis où il allait toucher sa cible, Dan se jette devant pour faire bouclier. Il est dos à Attondel et un brasier de couleur pourpre s'abat sur lui comme la foudre s'abat sur un arbre. Des cris sortent de sa bouche et ils me glacent le sang. Néanmoins, c'est différent des autres fois où j'ai ressenti ce coup de froid. Est-ce que c'est parce que Dan et moi avons finalement procédé à l'aveu de nos sentiments que la douleur que je ressens est plus aiguë que d'habitude ?

- Dan !! NON !!!, hurlé-je avant que Kaly n'intervienne.

D'un mouvement de la main, elle transforme les flammes sombres en poussière, poussière qui tourbillonne dans les airs en même temps que les dernières rafales causées par le trou noir qui s'affaisse sur lui-même. Mon ami tombe à genoux devant Warren, ce qui n'est encore jamais arrivé auparavant. Je le dis parce que cela pourrait se prêter à confusion. Delteros et la Petite Sorcière Obscure se mettent alors à affronter les monstres restants. Warren aide Dan à se relever mais ce dernier a subi tellement de blessures qu'il reste quelques secondes à terre. La fusion avec l'Armure d'Argent se fissionne et le monstre Xyz retourne dans l'Extra Deck. Est-ce qu'il va s'effondrer pour de bon ? J'espère que non.

Et il me procure toujours autant d'inquiétudes quand je le vois se relever, aux côtés de Kaly, puisque Warren s'est rué vers Donald et son Lucent. La Dame du Palais d'Endlenda décide alors de prendre les choses en main et de se battre comme une fière guerrière Elfe. Sa lance est une arme si puissante qu'elle réussit à retourner un énième crachat de flammes d'Attondel à l'envoyeur, rien qu'en la faisant tourner, un peu comme les majorettes dans les parades. Rien qu'avec cette suite de moulinets hyper rapides, Infernoid Attondel tire sa révérence, tout comme Patrulea. C'est au tour de Sid de ressentir la perte d'une partie de son énergie. La Petite Sorcière Obscure est aux prises avec le Dragon Berceau-Gris et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle ne fait qu'esquiver les jets d'acide lancés par la créature de Marco.

- J'active la Lycanthropie Angélique, dit Dan en révélant une carte Piège.

Tout à coup, les ailes du petit Elfe deviennent incroyablement plus menaçantes et le bout de celles-ci ressemblent à un loup enragé. Il ne lui en faut pas plus pour qu'elle se rue sur son adversaire aérien. Les jets de plumes noires à répétition tailladent ce dernier qui, incapable de se défendre, finit par exploser, éparpillant une substance visqueuse un peu partout. Enfin, les deux derniers monstres, ceux de Donald, sont aux prises avec Triwinter et Delteros. Lucent plie sous les coups de l'épée du guerrier stellaire jaunâtre tandis que Warren essaye tant bien que mal de se défaire de l'immense Grapha. Il esquive deux jets de flammes mais ne fait pas attention à une charge du dragon du Monde Ténébreux qui le balance vingt mètres en arrière, contre un arbre. Warren peine à se relever et c'est au tour de Kaly de s'en charger.

La Dame aux cheveux d'argent s'avance lentement face à son adversaire. Donald est le seul qui soit resté debout depuis le début du combat. Il ordonne à sa créature d'attaquer l'Elfe avec tout ce qu'il a en lui, ce que Grapha va évidemment faire. Un jet de flammes est expédié à une vitesse folle vers l'Elfe. Elles sont si intenses que la moitié de la forêt amazonienne pourrait partir en fumée en moins de quatre minutes. Pourtant, Kaly l'esquive avec une simple petite pirouette très provocatrice. Une fois rétablie, elle pointe sa lance et murmure quelques mots en elfique … et je n'ai pas compris ce qui s'est produit en détail, puisqu'un énorme nuage de poussière obscurcit le parc de l'hôpital.

Je sais qu'il y a eu un immense « BANG » et une lumière très forte mais je ne sais pas vraiment ce que Kaly vient de faire. Une fois le nuage dispersé, avec entre autre l'aide de la Petite Sorcière Obscure, le bâtiment de façade de l'hôpital a entièrement disparu, de même que les trois quarts du reste des constructions, rendant le tout à l'état de terrain vague. Les derniers monstres ont disparu, tout comme la bande de Sid. Je ne sais pas ce qui s'est produit mais la puissance magique de la Dame du Palais est incommensurablement grande.

- Tout va bien, Warren ?, lance Dan qui vient de se remettre debout.
- J'ai connu des jours meilleurs, répond ce dernier en se relevant, sans l'armure de Triwinter.

Il est à l'autre bout du parc, titubant suite au choc que lui a infligé Grapha. Les autres monstres qui ont été joués sont revenus dans leur Deck respectif et vient ensuite le constat de la situation.

- Où sont-ils ?, demande Dan.
- Aucune idée, répond Kaly. Mais j'ai senti la présence d'un Mal très puissant au moment où j'ai détruit cet endroit.
- Il faut que j'aille affronter Eyazon, déclare Warren.
- On vient avec toi, dit Dan.
- Non ! Trop dangereux, répond ce dernier. C'est une affaire de famille et je dois régler ça seul.
- La dernière fois, il t'a manipulé et tu as perdu, dis-je.
- C'est différent. Vous m'avez ramené sur le bon chemin et je sais que je ne dois pas l'écouter. Vous feriez mieux d'aller aider Nejma et Veneko. Ils auront sans doute plus besoin de votre aide que moi.

Kaly hoche la tête et se prépare à s'envoler. Warren quitte alors l'hôpital en direction de l'adresse qui lui a été donnée par son père. Le voyant comme ça, je regarde Dan qui me fait un signe de la tête et qui murmure : "Il aura sans doute besoin de toi". Même s'il y a encore quelques heures, il était sur le point de me tuer, je ne peux pas laisser un de mes amis foncer dans un péril mortel tout seul. Je décide alors de me mettre à sa poursuite en l'interpellant. Pendant ce temps, Kaly s'envole, avec Dan sur son dos.

Dans une maison vétuste, située non loin de l'ancien hôpital, Eyazon est face à une fenêtre, faiblement éclairée. Il fume un cigare et laisse échapper des volutes de fumée, malgré la présence d'une autre personne, assise dans l'ombre.

- Cesse donc de cracher cette fumée, je te prie, dit la voix.
- Veuillez m'excuser, Maître, répond Eyazon en laissant tomber son cigare avant de le piétiner.

Dix secondes plus tard et un "Crac !" survient dans cette petite salle, suivie de l'apparition des six personnes qui se trouvaient dans l'entrée de l'hôpital. Sid est debout, tout comme Donald, mais les quatre autres sont au sol, à la limite de l'inconscience. Ils regardent autour d'eux et se rendent compte qu'ils ont quitté l'hôpital. Voyant le dos et le crâne nu d'Eyazon ainsi que la personne assise dans la pénombre de la salle, ils savent que leur présence n'augure rien de bon.

- Savez-vous pourquoi nous vous avons fait téléporter jusqu'ici ?, leur dit-on.

Les deux adolescents ne répondent pas, mais essayent de comprendre comment ils sont arrivés ici et surtout, cherchent des mots pour tenter de s'excuser ou de se justifier. La personne répond donc à sa propre question :

- Malgré nos avertissements, vous avez encore échoué, pour la toute dernière fois. Nous allons donc nous passer de votre service, en plus de récupérer vos âmes.

Avant même que Sid ne puisse ouvrir la bouche pour essayer d'expliquer vainement ce qu'il vient de se produire, une immense lumière verte est projetée de la main gauche de cette personne. Ce rayon frappe les six adolescents qui se mettent tous à se tordre de douleur, avant de s'effondrer au sol … et de disparaître dans un halo de fumée noire. Tout est fait de façon très rapide, si bien qu'offrir un tableau de la scène est compliqué. Le temps est précieux, surtout pendant une bataille cruciale pour l'avenir des mondes. La personne se lève de son siège et se tourne vers Eyazon :

- Tue ton fils !, dit-il avant de disparaître dans un nuage de fumée grise.
- Ce sera fait, Seigneur Nephomet, dit-il en s'inclinant et regardant de nouveau la fenêtre.

Petite note : je n'ai pas traduit l'apostrophe de la Princesse Klothilde du teuton en français pour des raisons de politiquement correct.


Contenu sponsorisé

Re: Le Démon d'un autre monde

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum