Faeris : Le Royaume des Duels

Partagez
Aller en bas
avatar
Messages : 1058
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le Démon d'un autre monde

le Sam 31 Mar - 19:59
Chapitre 38 - De Charybde en Scylla ...

Spoiler:
Dès maintenant, cette partie de la traversée des marais s'annonce nettement plus difficile que le reste. La plupart des membres de cette expédition n'a jamais été aussi loin dans l'Endlenda. Il n'y a que cinq qui ont déjà mis les pieds en Ostiàr, et Senji commence déjà à regretter d'avoir quitté sa cellule de Lietas. "Au moins, dans ma cellule, je peux faire ce que je veux.", dit-il avant de voir Elhahr le fusiller du regard. La partie des marais dans laquelle les vingts Elfes se trouvent semble être une copie conforme du paysage. Il y a des marais à perte de vue, des feux follets, un semblant de végétation ou encore des squelettes avec de la chair qui a l'air d'être fossilisée. Les visages des Elfes commencent à pâlir à la vue des corps qui sont dans l'eau. Et les corps sont quasiment bien conservés dans l'eau.

Elhahr commence à se détourner un peu de son objectif et porte son attention en direction d'un petit point d'eau. Ce point d'eau fait dix mètres de diamètre et l'eau est assez verdâtre. Il y a des sortes de petites plantes dans l'eau, un peu comme des algues. Il regarde attentivement dans le petit point d'eau et constate qu'il y a deux corps dans ce petit lac. L'un d'entre eux est celui d'un Elfe. Le cadavre a un œil en moins, des lacérations au niveau du torse – probablement en se faisant attaquer par une créature ailée démoniaque. Le corps porte une armure métallique dorée déchiquetée, une tunique rouge-mauve, ce qui indique qu'il s'agit d'un soldat avec le grade de chef de petite escadrille. L'autre cadavre dans la petite mare est celui d'un autre Elfe, également membre d'une escadrille aérienne, probablement la même, sauf que lui a perdu une jambe et ses yeux. C'est alors qu'un genre de flash lui vient à l'esprit.

Dans ce flash, Elhahr se rappelle un des nombreux épisodes de la guerre d'Endlenda. En tant que général suprême des Elfes, il a participé à de nombreuses batailles contre les Forces Obscures. Elhahr se souvient d'un moment où il s'est rendu à l'endroit qui constitue actuellement les marais de Veselia. Il se tenait bien au-dessus des combats, en tant qu'observateur. Le Seigneur du Palais se souvient parfaitement de cela, car c'était quelques heures après avoir franchi les murs de créatures ennemies au niveau de la forêt d'Okahara. Des troupes elfiques ont réussi à s'infiltrer jusqu'en Ostiàr et livrent une dure bataille contre des créatures démoniaques. La forêt d'Okahara a été assez traumatisante pour certains soldats, mais la plaine de Veselia – devenue complètement marécageuse – a été encore plus perturbante. Non seulement c'est une des batailles les plus rudes de cette guerre, mais elle regroupe plusieurs types de combats : corps-à-corps, archers, aérien et surtout magique. De là où il se trouvait, accompagné d'une partie de son état-major et d'une troupe d'élite de centaine de jeteurs de sorts elfiques, Elhahr assiste à une sorte de feu d'artifice sur le champ de bataille : des étincelles qui jaillissent des sortilèges lancés par les deux camps ou encore des épées qui s'entrechoquent avec une telle férocité qu'on pourrait penser que les lames s'enflamment à chaque coup.

Elhahr ordonne à ses troupes d'élite qui sont à ses côtés de partir en soutien de leurs compagnons. Les soldats chargent donc des sorts à longue portée – ils se trouvent à 3400 pieds du sol – qui sont capable d'atteindre des cibles mouvantes. La vue d'un Elfe est extrêmement développée et il leur est donc plus facile d'atteindre des cibles dans un rayon de quatre cents kilomètres. La troupe d'élite est composée de deux cents soldats, comme toutes les autres troupes. Un sort met trois secondes à charger et le terrain est envahi par plus de 350000 soldats. C'est un peu le genre de problème mathématique qu'on pourrait poser en examen à des élèves au niveau secondaire. Une partie de la troupe, Elhahr compris, dégomment des soutien aériens ennemis. La situation peut paraître assez soft lorsqu'on se place du côté aérien avec Elhahr, mais au sol, c'est un calvaire. Les soldats elfiques tombent comme des dominos, étant en sous-nombre. Des créatures démoniaques s'acharnent sur des Elfes à cinq voire six contre un. La peau est percée et une fontaine de sang prend place sur le corps de la victime. Puis, une fois que l'Elfe est agenouillé, son corps est lacéré par des griffes et des épées acérées. Pour les victimes démoniaques, le corps est tranché de partout par des Elfes. Le sang commence à inonder la plaine. Il en vient même à remplacer l'eau quant à l'infiltration dans le sol. C'est ce liquide couleur rouge qui vient nourrir la terre, la rendant moins fertile et plus stérile, plus infâme, plus malsaine. Les Elfes ne supportent pas de voir leur sang couler sur une plaine qui n'en est pas digne.


Senji s'aperçoit que Elhahr n'avance pas. Il essaye de forcer le Seigneur du Palais à reprendre la marche. Les autres Elfes ne tentent absolument rien par peur d'éventuelles représailles de la part du chef d'expédition ou bien par crainte d'une fourberie de l'Elfe Noir. Puis, Senji finit par se retourner et observe Elhahr en train de fixer les deux cadavres dans le petit point d'eau :

- Seigneur Elhahr …

Il n'obtient pas de réponse. Tout le monde regarde le Seigneur du Palais en train de contempler les deux cadavres. Personne n'ose esquisser le moindre geste, comme s'ils étaient pétrifiés.

Sur le champ de bataille, Elhahr continue de regarder les scènes de combats. Des démons de plus en plus menaçants et résistants commencent à envahir le champ de bataille. Les troupes elfiques subissent de plus en plus de pertes. Sans hésiter, Elhahr ordonne à une partie de ses troupes de l'accompagner combattre sur la terre ferme, tandis que l'autre reste dans les airs en couverture. Elhahr et près de cents soldats foncent vers le champ de bataille à une vitesse vertigineuse. Puis, ils posent tous le pied sur terre et dégainent leurs épées. Près de quatre cents démons imposants viennent d'apparaître. Leurs armures sont renforcées et elles ne laissent que peu d'espace libre – un au niveau du coude, un autre sous la glotte et un dernier aux genoux –. Les épées sifflent dans le ciel qui surplombe Veselia. Les autres combats reprennent de plus belle. Les sorts fusent, des cris de douleur frappent les tympans de chaque combattant. C'est une lutte à mort qui prend place sur cette plaine de Veselia. Elle diffère d'Okahara dans le sens où elle est quasiment décisive dans la reconquête de l'Endlenda par la lumière. Un des généraux démoniaques a été vaincu à Okahara et il semble y avoir laissé sa propre vie.

Sur Veselia, la situation est trente fois plus critique. Tous les soldats s'estiment être dépassés par les troupes ennemies. Une véritable marée belliqueuse a submergé Veselia, lui donnant son caractère marécageux. Des petites poches de lutte plus intenses s'organisent sur la totalité de l'espace. Elhahr se défend comme il peut, c'est-à-dire sans trop se forcer. Deux démons de 2,50 m se dressent face à lui. Tous les deux portent une sorte d'épée massive qui ressemble plus à une hache. Elhahr ne réfléchit pas et avec son épée flamberge, opère un mouvement du poignet tout en se baissant. Ce mouvement réussit à perforer les genoux des démons qui les oblige à tomber à genoux. Puis, avec une autre épée, Elhahr tranche la tête des deux démons en un seul coup. Puis, il vient en aide à quelques soldats qui commencent à céder sous les coups. Il vient en aide comme il peut mais le soutien arrive finalement avec un sort à longue portée provenant d'un des Elfes restés dans les airs. Il continue alors de se battre et découpe un à un chaque créature démoniaque qui se dresse face à lui.


Elhahr se penche un peu plus vers la surface de l'eau, pour observer les deux cadavres. Senji remarque immédiatement que Elhahr commence à être obnubilé par ces cadavres. C'est comme si le cerveau du séraphin ne répondait plus. Plus rien ne semble le détourner de l'activité de contempler. Elhahr regarde de plus en plus attentivement les corps et un phénomène assez perturbant est en train de se produire. À travers les yeux d'Elhahr, les cadavres semblent s'animer. Pour les autres Elfes, rien ne semble se produire. Senji sent que quelque chose est en train de mal se passer. Elhahr paraît sous l'effet d'une substance psychotrope et se met à dire quelque chose d'inquiétant pour le reste de la compagnie :

- Les cadavres bougent.

Il voit les deux cadavres ouvrir les yeux et se mettre à bouger dans le point d'eau. Puis, ils semblent émerger de la surface et se dressent devant le Seigneur du Palais, qui semble toujours dans les vapes, sans conscience. Les yeux du séraphin commencent à devenir vides de vie. Puis, un des deux cadavres semble entraîner Elhahr dans l'eau. Il tombe sans même une seule réaction défensive. L'appel de l'au-delà semble avoir perverti l'esprit du séraphin, ce qui n'est pas rien.

Voyant le chef de l'expédition tomber dans l'eau, toujours attaché à "la corde de l'unité", Senji ne réfléchit pas. Il tranche la corde un peu avant la troisième boucle, qui est serrée autour de la taille de Pyrrhin. L'espace entre les boucles est assez variable, ce qui empêche le reste de la file derrière Elhahr de devoir s'arc-bouter pour le retenir. Tous sont pétrifiés devant ce qui est en train de se passer. Senji n'hésite pas et plonge la tête la première dans l'eau boueuse pour tenter de ramener le Seigneur du Palais à la raison. L'Elfe Noir semble immunisé par l'espèce de maléfice qui envahit ces marais, les rendant maudits. Sa folie semble être un parfait bouclier à cet espèce d'appel de l'au-delà. Il réussit à récupérer le séraphin, qui semble perdre conscience et se laisser mourir. Avec un peu d'efforts, ils réussissent à émerger de l'eau.

- Aidez-moi à le tirer hors de là !, hurle-t-il aux autres Elfes.

Ceux-ci s'exécutent et tirent Elhahr hors de l'eau. Il est allongé et trempé de la tête aux pieds. Senji est en train de maintenir son visage. Il utilise un sort pour tenter de le réchauffer car l'eau du marais est glacée – en dessous de deux degrés –. Il passe ensuite sur la traditionnelle technique de la compression abdominale pour tenter de le faire respirer. Ce dernier semble avoir fait un malaise et se trouve en situation d'hypothermie. Il n'a passé que quinze secondes dans cette eau glacée mais cette eau est tellement différente de celle qu'on pourrait avoir sur une plage par exemple. Senji continue de compresser la poitrine du Seigneur du Palais tandis que deux Elfes, Pyrrhin et Dùhin, tentent de le réchauffer avec un tissu imbibé d'alcool.

Après quelques minutes de réanimation, Elhahr finit par ouvrir les yeux et recrache de l'eau. Il se redresse un peu et se tient sur les mains. Il est essoufflé et sourit faiblement. Puis, il se frotte les yeux et regarde ce qui l'entoure. Il voit le visage de certains de ses hommes, le fixant avec attention.

- Est-ce que vous allez bien, Seigneur Elhahr ?, demande Dùhin.
- Ben oui. Pourquoi me posez-vous cette question, Seigneur Dùhin ?, répond-t-il.
- Euh …
- Pourquoi est-ce que vous me fixez avec ces yeux-là ? J'ai l'impression d'avoir manqué quelque chose …
- Vous … Vous avez oublié que vous avez failli vous noyer ?, demande Pyrrhin.
- Me … Me noyer ? Et qui m'a sorti de l'eau ?
- C'est moi, dit Senji, se tenant debout derrière lui.

Le Seigneur du Palais tourne la tête vers la droite et voit le dos de Senji, qui tourne sa tête vers la gauche. Il regarde le visage pâle et obscur de Senji. Est-ce que Elhahr vient de se rendre compte que Senji vient de lui sauver la vie ? L'air qu'il affiche est assez menaçant, quand on sait qu'il a essayé de le tuer au moins trois fois dans la forêt d'Okahara et dans la cellule de Lietas. Elhahr reste assis à regarder le visage de l'Elfe Noir, puis se relève et dit :

- Je vous remercie, Senji.
- Pas de quoi. Mais je n'ai pas envie de rester là-dessus et d'avoir une dette envers vous. Pas de faveur et repartons !
- Vous êtes certain ?
- Oui, je confirme.
- Ben j'aurais pu enlever le collier électrique à votre cou mais tant pis.
- …

Senji écarquille les yeux et vient de réaliser une petite erreur de jugement envers lui-même. Étant fidèle à sa parole, il n'ose pas revenir sur ce que Elhahr vient de dire et tous reprennent leur route à travers la partie inférieure des marais de Veselia. La partie abordée par les Elfes devient de plus en plus marécageuse, dans laquelle les jambes des Elfes commencent à s'empêtrer dans une boue visqueuse et une eau verdâtre. Tous sont ralentis par cette boue qui arrive jusqu'au milieu des tibias. Certains Elfes s'arrêtent pour arracher la partie basse de leur manteau. Il s'agit pourtant de véritables œuvres d'art, cousues à la main avec des dorures et un tissu tellement rare et soyeux qu'on préférerait le garder pour des occasions particulières. Ce geste montre très clairement une détermination des Elfes qui se renforce avec les épreuves qui commencent à s'accumuler. Il n'est plus question de pauses dans cette partie des marais et sans doute jusqu'à ce que l'objectif final soit accompli. Il fait assez froid dans cette partie de l'Ostiàr avec des moyennes n'excédant pas douze degrés.

Après une heure où la marche est de plus en plus pénible, Elhahr autorise quand même ses troupes à souffler cinq minutes. Tous déposent leur paquetage sur une petite surface artificielle en bois. Il n'y a même plus de chemin en dur. Tous sont recouverts par une grosse couche de boue ou bien d'eau. Cependant quelque chose va attirer l'attention des Elfes. C'est Senji qui va en faire part en premier :

- Je sens quelque chose qui frôle mes pieds.
- Pareil …, dit un autre Elfe du nom d'Arsùn.
- Ne bougez plus !, ordonne Elhahr.
- Que se passe-t-il ?, demande Dùhin.
- Écoutez !

Tout le monde se tait et tend l'oreille. La seule chose qui se fait entendre, c'est le léger souffle du vent. Puis, une sorte de grondement commence à résonner dans les marais de Veselia. S'il fallait tenter de reproduire ce grondement, la nature même du son est indescriptible mais il faudrait réussir à le produire dans un endroit où l'acoustique est excellente, un peu comme dans une vaste caverne. Elhahr ne bouge pas la tête mais ses yeux bougent beaucoup pour tenter de déceler le moindre mouvement dans la boue. Un autre grondement se fait entendre sur cette plaine marécageuse, un peu plus intense que le premier. La prudence des Elfes est redoublée.

- J'ai comme un mauvais pressentiment, dit Senji.

Un troisième grondement arrive juste après le premier. Puis, la terre se met à trembler un petit peu. Ce n'est pas tellement un séisme, les Elfes se sentiraient plus secoués que cela. Ils commencent à poser les mains sur les pommeaux des épées. Elhahr lève ses deux bras et les croise, indiquant aux Elfes qu'ils doivent se regrouper en paires. De cette façon, chaque Elfe assure les arrières d'un de ses camarades en cas de combat. Senji se retrouve à assurer les arrières d'Elhahr. Un quatrième grondement se produit et des ondulations commencent à être observées dans la boue. Des petites bulles éclatent sur la surface. Cela dure trois minutes. Pendant ces trois minutes, des gouttes de sueur commencent à perler sur le front des Elfes, y compris Elhahr, pourtant réputé pour garder un calme total. "Qu'est-ce qui va sortir de cette boue ?", se demande le séraphin, de plus en plus anxieux devant cette situation.

Spoiler:
Avant de voir ce qui va sortir de cette fange, les Elfes sont plus occupés par ce qui se passe autour d'eux. En effet, un peu comme sous l'effet d'un sortilège, les Elfes regardent un mur de ronces et d'autres espèces de broussailles assez hostiles – épines en tout genre –. Cette muraille finit par s'organiser sous la forme d'un dôme infranchissable. Il fait douze mètres de haut à son sommet et à un rayon de vingt mètres. Il est recouvert de ronces, avec des épines tellement acérées qu'on pourrait croire qu'il s'agit de véritables aiguilles. Du lierre semble souder les différentes plantes qui composent ce dôme. Tout semble avoir été préparé pour piéger les Elfes.

- Nous sommes prévisibles …, laisse échapper Elhahr.
- En tout cas, vous aviez raison sur ce mauvais pressentiment, répond Senji.

Essayant de se détourner du nouvel environnement qui les entoure, les Elfes focalisent de nouveau leur attention en direction des bulles dans la boue qui commencent à être de moins en moins nombreuses. Puis, à la fin des trois minutes, il n'y a plus aucune bulle. Elhahr se demande si cette chose tapie sous la couche de boue va finir par sortir. En tout cas, il est hors de question d'attaquer à l'aveugle. Étant donné le dôme végétal, essayer de tenter quelque chose sans avoir étudié attentivement la zone en question peut s'avérer fatal. Après un long moment de silence glacial où le temps semble s'être figé et où personne n'a esquissé le moindre mouvement, deux yeux oranges apparaissent dans la boue. Sans hésiter et dans une logique de défense, les Elfes dégainent les épées. Puis, à l'endroit où les yeux ont pu être observés, une sorte de mini-explosion survient et de la boue empêche les Elfes de discerner ce qui est en train de sortir de sous la surface.

Des sifflements se font entendre et certains Elfes commencent à écarquiller les yeux et à pâlir. Pour certains, ce bruit sonne comme celui d'un gros problème. Une fois que les giclées de boue sont retombées, éclaboussant au passage certains Elfes, dont Pyrrhin et Senji, tous regardent la créature qui se tient face à eux, avec un air qui associe effroi, fascination et horreur. La créature qui se tient devant eux est littéralement monstrueuse. On ne peut pas imaginer pire horreur dans cet endroit. Il s'agit d'une sorte d'hydre à sept têtes, toutes plus immondes les unes que les autres, qui partent d'un seul corps, avec une sorte de tête. Les têtes des serpents qui forment cette hydre sont grises, avec le haut de la tête qui est plus sombre. Les écailles sont grisâtres. La tête centrale est un peu différente avec une sorte de collerette pourpre et un objet doré sur la tête. Ses yeux sont les plus orangés et ses écailles nettement plus sombres. Le reste du corps est grisâtre, sauf pour l'espèce de visage central qui est plus sombre, avec des espèces de crochets et des yeux jaunes-orangés. Chaque tête se met à pousser un hurlement assez sonore, s'apparentant limite à un sifflement strident, qui agace les Elfes, les obligeant à se couvrir les oreilles. Ce monstre est réputé légendaire en Endlenda et on le nomme Ananta dans plusieurs légendes. Tous ceux qui l'auraient combattu ont fini par céder sous les crocs venimeux d'Ananta. Son venin serait si puissant que la moindre goutte pourrait foudroyer un homme en cinq secondes.

Mais ce n'est pas tout. D'autres serpents commencent à sortir de la fange, assez menaçants et montrant leurs crochets acérés. Des dizaines et des dizaines de serpents jaillissent ainsi de la fange et encerclant les Elfes, qui commencent à se regrouper et à être gagnés par la panique. C'est à Elhahr de motiver ses troupes :

- Soldats … ne vous laissez pas gagner par la peur ! Et ne vous laissez pas prendre par surprise !

Les combats commencent sur-le-champ. Les Elfes commencent d'abord par s'en prendre aux petits serpents, étant plus facile à combattre, et surtout sans doute moins menaçants que l'hydre. Ananta se contente d'observer les combats. Chaque Elfe se bat avec une certaine hargne et une détermination intense. Ils savent pertinemment qu'ils ne peuvent pas s'enfuir sans passer l'obstacle Ananta. Et leur stratégie est d'affronter l'hydre en étant le plus nombreux possible, ce qui implique de se débarrasser des éléments perturbateurs que sont les petits serpents. Cela dit, éliminer tous ces serpents ne s'avère pas être une tâche aussi aisée. Ces serpents repoussent les assauts répétés des Elfes, lançant parfois des crachats de venin, esquivés avec plus ou moins de facilité.

Au bout d'une dizaine de minutes de combats, les petits serpents finissent tous par être tués. Des morceaux de chair de serpent jonchent le sol boueux. Les Elfes se battent de façon plus intense  à chaque coup d'épée donnée. Ananta est toujours en train de les observer massacrer ce qui semble être sa "famille". Chacune des têtes d'Ananta paraissent de plus en plus énervées. Elhahr regarde attentivement ce monstre légendaire tout en tranchant les têtes des petits serpents. Est-ce qu'Ananta a l'intention de les prendre par surprise ? En tout cas, Elhahr ne se fie pas à l'air vicieux du serpent. C'est d'ailleurs un des animaux dont il se méfie le plus. Les petits serpents se font de moins en moins nombreux. Mais quelque chose d'imprévu va se produire. Un hurlement se fait entendre, ce qui attire l'attention des autres Elfes.

- Que se passe-t-il ?, dit Ursyn.
- J'ai … ressenti une douleur … à la jambe, dit Arsùn, l'Elfe avec lequel Ursyn forme une équipe.
- Une douleur ?, dit Senji, proche de la scène.
- C'est … ce serpent, dit Arsùn en désignant un serpent orangé face à lui.
- Oh non ! Il t'a mordu !, dit Ursyn.

Ce dernier se hâte de trancher la tête au serpent qui a mordu Arsùn. Par ailleurs, ce dernier commence à pâlir. Il a été mordu au mollet. Le venin du serpent est extrêmement puissant et Arsùn est de plus en plus faible. Il a du mal à se tenir debout. Ursyn finit par le soutenir et remarque que les yeux de l'Elfe empoisonné deviennent de plus en plus rouges. C'est un peu comme s'ils étaient injectés de sang mais de façon plus abondante. Ursyn et un autre Elfe, Tersòr, transportent Arsùn vers une paroi du dôme, un peu à l'abri des quelques serpents qui sont toujours présents sur le terrain boueux.

Ursyn appelle Senji pour qu'il tente de soigner Arsùn. Mais le problème, c'est que l'Elfe Noir ne semble pas enclin à bouger. Au contraire, il semble un peu pétrifié sur ce petit champ de bataille. Est-ce que Elhahr s'est rendu compte que Senji n'a quasiment pas bougé depuis qu'Ananta a émergé de sous la boue ? Il a quand même dégainé Morglay, son épée aux trois lames entortillées, mais il n'a pas fait grand chose, à part trancher quatre serpents qui se sont approchés de lui et d'Elhahr. L'Elfe Noir a entendu l'appel d'Ursyn, qui se trouve à moins de sept mètres sur sa droite, et il fixe Arsùn, toujours plus pâle et souffrant, mais il n'a absolument pas réagi. Le Seigneur du Palais, qui se trouve derrière lui et qui est occupé à jeter des sorts de feu en direction des nids de serpents en compagnie de Pyrrhin, se rend compte que Senji ne bouge pas. Fixant toujours Ananta d'un œil et Senji de l'autre, Elhahr décide d'asséner un petit coup de coude dans l'aine de Senji et lui dit :

- Senji, bougez-vous un peu !
- Je … J'ai … J'ai peur, répond ce dernier.
- Laissez-la de côté et allez aider Arsùn !, dit Elhahr.
- Mais je croyais que nous devons rester par deux.
- Je vais rejoindre Pyrrhin et on se défendra à trois. Je veux que vous vous occupez d'Arsùn le plus vite possible.
- D … D'accord, dit Senji en courant le plus vite possible en direction d'Arsùn, Ursyn et Tersòr.
- Senji, dépêchez-vous !, hurle Ursyn.

Au moment où Senji allait arriver près d'Arsùn, trois espèces d'humanoïdes surgissent de dans le sol boueux. Les cheveux de ces créatures sont des serpents, un peu comme les Gorgones, qui sont capable de pétrifier les personnes qui les regardent droit dans les yeux. Senji baisse immédiatement les yeux, imité par le reste de ses compagnons. Une de ces créatures se retourne pour s'en prendre aux trois Elfes près de la paroi du dôme, laissant ses deux semblables s'occuper de Senji. La peur se lit de plus en plus sur le visage de l'Elfe Noir. Aurait-il une certaine phobie des serpents ? En tout cas, c'est ce qui semble se dégager sur cette petite scène. Senji décide alors de se battre les yeux fermés face à ces deux espèces de Gorgones. Les yeux fermés, ses autres sens sont plus développés, en particulier l'ouïe. L'oreille de Senji est plus développée que la normale – si on excepte évidemment celle d'Elhahr et sans doute celle de Kaly –, ce qui lui confère des réflexes assez conséquents. "Je sais que je peux battre ces créatures, se dit-il. Mais j'ai une peur bleue des serpents."

L'Elfe Noir décide de prendre son courage à deux mains. Il empoigne Morglay avec sa main droite et, avec sa main gauche, il décide de lancer un sort sur la boue au niveau du corps écailleux des deux créatures. Le sort est en fait un souffle de vent assez puissant. La boue est assez liquide, ce qui éclabousse les visages des créatures. Le sort a été exécuté avec une grande vitesse, ce qui empêche les créatures de contrer le sort. Elles sont obligées de se couvrir le visage avec les mains et se tortillent. C'est alors que Senji en profite pour sauter au niveau de leur têtes – plus hautes que lui d'au moins un mètre –, et d'un coup sec, tranche les deux têtes. Celles-ci tombent face contre terre et se décomposent presque immédiatement. Quant à la troisième créature, elle essaye de tuer les deux Elfes qui s'occupent d'Arsùn. Ursyn a déployé un bouclier lui permettant d'esquiver le regard de la créature serpentine qui se dresse face à eux. Cependant, à cause d'une certaine inexpérience due à la jeunesse, et surtout d'une fourberie de son adversaire, Ursyn voit son bouclier voler en éclats par un coup de main assez puissant. Puis, d'un autre coup de main et avec l'inattention de l'Elfe, Ursyn finit par être projeté dos en premier contre la paroi. Les pointes des ronces et autres aiguilles commencent à se planter légèrement dans l'épiderme dorsal d'Ursyn, trouant au passage son manteau. Il pousse un cri de douleur assez fort avant de retomber face contre terre dans la boue.

Senji se dépêche de trancher la tête de la troisième créature avant de voler au secours d'Arsùn. Tersòr est en train de le maintenir éveillé afin qu'il ne perde pas conscience. Mais, au moment où Senji allait commencer à préparer son remède, il ressent un choc sur son bras gauche. Ce choc est assez violent et l'Elfe Noir est balancé lui aussi contre la paroi. Tersòr est comme paralysé devant ce qui se passe. En effet, une des têtes d'Ananta vient de percuter Senji et terrifie Tersòr. La tête de serpent ouvre la gueule et se saisit du corps d'Arsùn, devenu presque aussi flasque et inerte qu'une part de flan. Tous les Elfes s'arrêtent net de bouger pour observer l'action d'Ananta. La tête qui vient de s'emparer d'Arsùn plante ses crocs empoisonnés en plein milieu de l'abdomen, ce qui provoque une giclée de sang. Puis, elle avale le corps en entier. Tous les Elfes pâlissent à la vue de cette horreur. Senji peine à se relever. Le choc combiné à son attitude tétanisée semble l'avoir affaibli. Il a quand même pu constater la mort violente d'Arsùn. Tersòr est totalement sous le choc de cet acte. Ursyn est également à la peine mais il réussit quand même à se relever.

- Soldats !, hurle Elhahr. N'attaquez pas Ananta en solo ! Défendez-vous du mieux que vous le pouvez !

Petit à petit, la panique commence à gagner tous les Elfes. Les petits serpents recommencent à affluer dans la fange sous le dôme végétal. Les plus expérimentés se chargent de les brûler avec de puissants sortilèges, tandis que les autres s'éloignent le plus possible des points d'action pour récupérer leur souffle. Senji se relève et traîne Tersòr vers l'arrière. Ce dernier est toujours pétrifié par Ananta et la mort d'Arsùn, qui était l'un de ses meilleurs amis. Des flammes commencent à envahir l'intérieur du dôme et on entend les serpents hurler dans les petits brasiers. Mais, étrangement, les parois du dôme semblent ignifuges et cela inquiète de plus en plus Elhahr.

Plus vers l'arrière, Senji est en train d'essayer de calmer Tersòr. Mais comme l'Elfe Noir n'est pas au mieux de ses capacités physiques et psychologiques, tenter de le ramener à la raison est plus compliqué que prévu. Et le fait qu'Arsùn et Tersòr étaient proches a laissé une certaine amertume dans l'esprit et le cœur de ce dernier. Il réussit à se relever. Il brandit son épée et, sous le coup d'une réaction d'orgueil, fonce tête baissée face à Ananta. La tête qui se présente face à lui est celle qui a justement avalé son ami. Le combat s'engage mais la façon dont Tersòr essaye d'obtenir justice témoigne de sa maladresse et d'une certaine inexpérience approfondie. La plupart de ses coups sont dans le vide. Et lorsqu'ils touchent la cible, les impacts de l'épée sont localisés au sommet du crâne, qui est de surcroît la partie la plus solide. Elhahr est en train de fixer Tersòr en train de se battre. Puis, après quelques minutes d'acharnement, le jeune Elfe devient de plus en plus précis et il réussit à éclater les crocs venimeux de la tête qu'il combat. Après les crocs, Tersòr esquive une charge pour finalement trancher cette tête d'Ananta, s'attirant au passage un regard foudroyant de la part des six autres têtes.

Il se retourne vers Elhahr, qui fait un pas en arrière. Cette action fait froncer les yeux du jeune Elfe qui ne semble pas comprendre cette réaction. Mais, c'est en se retournant qu'il comprend. Il écarquille les yeux en voyant ce qui est en train de se passer. Ananta pousse un rugissement assez puissant, faisant trembler la terre et déclenchant des petites rafales de vent assez intenses. Les six têtes rugissent tour à tour. Puis, la tête qui a été tranchée et qui gît sur le sol se décompose pour disparaître. Définitivement ? Non. Elle est en train de repousser à l'endroit même où elle a été tranchée, comme dans la légende des Douze Travaux d'Hercule et sa lutte contre l'Hydre de Lerne, qui, lorsqu'on lui coupe la tête, à l'endroit où elle a été coupée, deux autres apparaissent. La différence notoire, c'est qu'il n'y a qu'une tête qui repousse. Et, d'une façon très fulgurante, la tête nouvellement née transperce Tersòr au niveau du cœur avec le crochet de sa mâchoire inférieure. Tersòr ne bouge plus, lâche son épée et tremble. Il meurt sur le coup et finit par être avalé lui aussi par la bouche assassine d'Ananta. En l'espace d'un peu moins de vingt minutes, le corps expéditionnaire vient de subir deux pertes d'une façon peu orthodoxe. Et à en croire la légende, si Ananta ingurgite quelque chose – comme un cadavre par exemple –, celui-ci serait immédiatement dissous par des sucs très acides. Ces sucs ont un effet corrosif extrêmement puissant, à tel point qu'une plaque d'acier de trente centimètres finirait par se dissoudre en quatre minutes, chronomètre en main. Et la tradition elfique impose une sorte de crémation à l'air libre, un peu comme dans les traditions antiques dans le monde des hommes. De cette façon, l'esprit du mort peut rejoindre le ciel.

Elhahr vient d'assister à cette scène, totalement impuissant. Et il n'est pas le seul, puisque le reste de l'expédition a également été témoin de ces deux "assassinats". Les différentes têtes d'Ananta fixent le groupe d'Elfe, tous immobiles, comme si ce qui vient de se passer avait un effet pétrifiant. Les Elfes commencent par se regarder les uns les autres. Les échanges de regards plus ou moins furtifs durent à peu près dix minutes, sous l'œil attentif des sept têtes et du visage central d'Ananta. Que compte faire Elhahr et toute sa troupe ? Deux membres de leur équipe ont perdu la vie et ils se retrouvent face à une créature totalement ignoble. Comment les Elfes vont se débrouiller pour se battre contre Ananta ? Au moins, ils n'auront pas à s'occuper des petits serpents. Ces derniers ont tous été réduits en cendres par Pyrrhin, Dùhin et Elhahr. Ce sont les trois Elfes les plus qualifiés dans le domaine magique pour s'occuper d'exterminer ce genre de créature. Et cela ne semble pas plaire à Ananta, qui les regarde vraiment d'une façon très malsaine, comme si sa rage s'amplifiait à chacune des petits serpents qui ont été massacrés. Elhahr semble interpréter ce regard des plus noirs de cette façon.

- Elle va tous nous massacrer, chuchote Elhahr au reste de ses collègues.
- Comment ça ?, répond Pyrrhin qui se trouve derrière lui.
- On a tué une partie de sa famille et elle n'a sans doute pas apprécié.
- Comment allons-nous l'affronter ?
- De façon très structurée. Soldats, préparez-vous ! Surtout, gardez les yeux et les oreilles grandes ouvertes !

Spoiler:
Avant de décrire le combat, il faut quand même préciser la situation à l'intérieur du dôme. Les dix-huit Elfes encore en vie se trouvent face à Ananta, et dans une situation assez complexe. C'est un peu un tableau qu'on pourrait décrire. On pourrait diviser la scène en trois. Sur le trois têtes de gauche d'Ananta – quand on la regarde dans ce sens –, il y a six Elfes répartis en trois groupes de deux : le duo Murhièn-Felnòr, Sanhè-Laryin et Luptè-Torhyin. Sur la partie centrale d'Ananta, avec la tête plus sombre, il y a le trio composé d'Elhahr, Dùhin et Pyrrhin, ainsi que le duo Narhàn-Weyl. Enfin, sur la partie droite, avec les trois dernières têtes d'Ananta, il y a les duos Aynir-Dorhàn et Tashìn-Kernòr, ainsi que Kyùdan, Ursyn et Senji.

Au moment où Elhahr lève son bras pour lancer l'assaut contre Ananta, il ordonne à Murhièn, Felnòr, Sanhè et Laryin d'aller directement au contact contre les deux têtes les plus à gauche. Le duo Luptè-Torhyin part en soutien derrière eux. Sur l'aile droite, Narhàn, Weyl, Tashìn et Kernòr sont envoyés avec Kyùdan pour se battre contre les deux têtes les plus à droite. Senji et Ursyn sont toujours un peu sonnés par les percussions reçues. Pendant que ces Elfes se battent contre les têtes de serpent, Elhahr, Pyrrhin, Dùhin, Aynir et Dorhàn lancent une flopée de sortilèges pour tenter de décapiter les trois autres têtes. Sur la gauche comme sur la droite, le fait d'avoir envoyé un surnombre d'Elfes par rapport aux têtes permet d'avoir un certain avantage. Les deux groupes attaquent de façon simultanée, d'abord pour tenter de briser les crochets venimeux. Les Elfes attaquent puis se relayent, c'est-à-dire qu'il y en a un qui frappe – souvent pour faire reculer l'adversaire – et un attaque dans la foulée pour planter son épée dans la peau écailleuse du serpent. Les mutilations s'enchaînent et les serpents finissent par se retrouver sans crochets. Les sortilèges lancés par Elhahr et consort ont également pour objectif de détourner les trois têtes centrales des assauts au "corps-à-tête". Cette stratégie commence à payer puisque les attaques simultanées empêchent Ananta d'attaquer. C'est trop facile. Un peu trop même ?

Puis, c'est Ananta qui attaque à son tour. Même si plusieurs de ses têtes sont aveuglées par les attaques elfiques – plusieurs yeux ont été crevés –, Ananta est toujours en mesure de répliquer. Le visage central est toujours capable de réagir. Les différentes têtes se mettent à bouger et elles ouvrent la gueule assez grand. Puis, elles se mettent toutes à cracher un liquide violet en direction des Elfes qui se trouvent face à elles. Ce liquide semble être assez nocif au contact de la peau. Les Elfes réagissent immédiatement en esquivant les jets. Les plus expérimentés réussissent à créer une sorte de petit trou noir où la totalité du jet de venin est absorbée. Mais, pour les Elfes les plus à proximité des têtes du serpent, l'esquive est assez dangereuse. En effet, une fois que le crachat de venin est passé, les têtes de serpent ne se privent pas d'attaquer physiquement les Elfes situés dans un rayon d'au moins trois mètres. Kyùdan est balancé à six mètres de haut contre une paroi et déchire une bonne partie de son manteau avant de tomber lourdement par terre. Il bouge encore mais il semble blessé au bras gauche. Kernòr est projeté en arrière mais sa réception est plutôt assurée. Felnòr est percuté et s'envole pour terminer sur Torhyin. Et le dernier à se faire expulser est Dùhin, à cause d'une erreur d'attention. Il tombe sur le dos et rien ne semble être trop grave. Seul Kyùdan a donné de sa personne sur cette réaction d'Ananta.

Une fois la petite colère d'Ananta passée, Les Elfes reprennent leur offensive contre Ananta et Elhahr lance une beuglante à Senji :

- Senji ! Si vous voulez que je tienne ma promesse de vous autoriser à voir Kaly après cette expédition, je vous ordonne de vous lever et de ne pas rester cloué au sol ! Je vous somme de vous battre comme un Elfe digne de ce nom et de ne pas rester cloîtré comme une faible petite chose ! Si je vous ai demandé de venir, ce n'est pas pour vous regarder pleurer face à une minable créature serpentine ! Surpassez vos peurs et mêlez-vous aussi à ce combat ou vous aurez affaire à moi dans un Duel de magie ! Et j'espère que vous n'avez pas oublié que vous ne m'arrivez même pas à la cheville en quoi que ce soit.

Mine de rien, cette réaction peut sembler faible dans le monde des hommes, en partie à cause du fait que de placer des mots plutôt crus dans des conversations prenant place dans un événement pouvant faire l'objet d'une légende, ça ne passe pas tellement. Et en plus, les légendes qui sont racontées dans tout l'Endlenda sont très importantes et font l'objet d'étude pour les jeunes Elfes débutant un apprentissage pour devenir membre du Conseil des Sages. En fait, ce discours est une version plus soft parce que la version originale est nettement plus vulgaire mais pour des raisons d'éthique, il vaut mieux placer ce genre de conversation plutôt qu'une engueulade où Elhahr insulte Senji avec des noms d'oiseaux.

L'Elfe Noir a bien entendu le message envoyé par le Seigneur du Palais. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'une réaction d'orgueil est observée chez Senji. Ce dernier finit par se relever. Il empoigne Morglay, toute couverte de boue, et se rue aux premières lignes de la lutte contre la créature aux sept têtes de serpent. Senji vient en soutien à Ursyn, Narhàn, Weyl et Tashìn pour lutter contre les deux têtes de droite. Kernòr se relève également mais avance à tâtons, encore secoué par la charge d'Ananta. Les cinq Elfes attaquent avec une telle rapidité que les deux têtes d'Ananta prises pour cible ne savent justement plus où donner de la tête. La troisième tête de droite décide de venir en soutien mais c'est presque sans effet puisque Senji semble avoir retrouvé du poil de la bête et lance une série d'attaques à l'épée avec une vitesse incroyablement élevée. Puis, en compagnie de Narhàn et de Tashìn, les trois Elfes finissent par trancher une tête et à sectionner la mâchoire inférieure d'une autre tête. De l'autre côté, Murhièn, Laryin et Sanhè opèrent des ravages en tranchant deux têtes après une série d'attaques toutes aussi puissantes les unes que les autres et en utilisant le peu d'espace aérien. Pyrrhin et Dorhàn leur ont donné un petit coup de main en empêchant les autres têtes d'attaquer un Elfe en plein vol de façon sournoise. La manière dont cette deuxième offensive a été lancée a été orchestrée par Elhahr avec un certain sens de la tactique, de la cohésion et de la solidarité.

Cependant, quelque chose semble avoir été oublié par tous les Elfes sans exception – même Elhahr a oublié –. Les têtes coupées des serpents reviennent quelques minutes après avoir été séparées du corps. Le montre s'immobilise pendant quelques secondes, le temps de se régénérer. Les Elfes reculent un petit peu pour reprendre leur souffle avant de s'en rendre compte. Il est vrai que ce genre d'offensive furtive sur un terrain boueux et face à un ennemi multicéphale peut en épuiser plus d'un. Rajoutez à cela les conditions météorologiques qui ne sont pas tellement propices à une promenade de santé : les marais sont humides, ce qui semble être le seul point dans tout l'Ostiàr à présenter cette caractéristique ; mais la température est assez élevée, presque aux alentours de 39°C et celle-ci ne fait qu'augmenter avec le port de vêtements assez lourds et l'effort physique. La température du corps d'Elhahr est supérieure à 60°C mais cela n'a aucun effet sur la santé de l'individu.

Lorsque Pyrrhin et Elhahr jettent un coup d'œil à ce monstre, ils se rendent compte que ce que tout le corps d'Elfe a à peine affaibli Ananta. Elhahr fait un geste à tous ses compagnons pour leur signifier que la lutte est encore loin d'être finie. À ce moment, Aynir et Ursyn sont en train de vérifier l'état de santé de Kyùdan, qui a encore beaucoup de difficulté à se redresser après la violente charge qu'il a reçu. Senji se hâte d'aller constater les dégâts et son avis d'expert ne semble pas rassurer Kyùdan :

- Une épaule en miettes, un bras brisé en plusieurs morceaux, quatre vertèbres fracturées, une fissure du crâne et de nombreuses déchirures ligamentaires …
- C'est-à-dire ?
- Te remettre sur pied sera nettement plus long et compliqué que prévu.
- Je … Je veux me battre !
- Désolé mais on s'occupera de ça après !, lance Elhahr. Senji !
- Qu'est-ce qu'il y a ?
- Je crois avoir trouvé le moyen de se débarrasser définitivement de cette immondice.
- Expliquez !
- Il faut attaquer le visage central ! Et j'ai besoin de vous !
- Comment ça ?

Au moment où Elhahr allait répondre à la question, Ananta a fini de se reconstituer et elle pousse un rugissement tellement puissant qu'une sorte de champ sonore fait reculer tous les Elfes. Certains en tombent à la renverse. Profitant de cela, les sept gueules d'Ananta s'ouvrent et semblent charger quelque chose d'assez puissant.

- Soldats ! Répliquez avec toutes vos compétences en magie !, ordonne Elhahr.

Il a raison d'ordonner cela puisque sept jets de flammes violettes sont expulsés des gueules d'Ananta. Pyrrhin, Dùhin, Tashìn, Kernòr, Ursyn, Aynir, Dorhàn, Murhièn, Felnòr, Sanhè, Laryin, Luptè, Torhyin, Narhàn et Weyl répliquent tous de façon immédiate par un sort. Les quinze Elfes lancent un sort qui projette un courant d'air tellement puissant qu'au moment du contact avec les sept flammes, une grosse détonation survient et tous les Elfes sont projetés contre la paroi du dôme. Des hurlements de douleur se font entendre et du sang commence à couler à l'endroit où la peau a été percée. Quant à Ananta, elle n'a pratiquement pas bougé. Elhahr a réussi à se protéger de tout cela. Et l'hydre commence à recharger un sort et cette fois-ci, c'est Elhahr qui est la seule personne debout pour pouvoir résister à cela.

Dix secondes plus tard et sept nouveaux jets de flammes violettes jaillissent des gueules d'Ananta à une vitesse phénoménale. Et le Seigneur du Palais ne bouge pas face à cela. Puis, en toute simplicité, il lève sa main gauche et une lumière pure est projetée à une vitesse également très rapide. Celle-ci percute les flammes mais il n'y a pas de réaction explosive. Il regarde Ananta avec un air très sérieux et fronce les sourcils.

- Crois-tu m'impressionner ??, lance Elhahr. Des créatures comme toi ne me font pas peur et ne vont pas me résigner à abandonner ma mission. Tu as tué deux de mes soldats et ça, nous allons tous te le faire payer.

Ananta semble comprendre ce que le Seigneur du Palais vient de lui dire, et le moins que l'on puisse dire, c'est que cela n'a pas l'air de lui plaire. Elle redouble d'intensité dans la puissance de ses jets de flamme. Le visage central expédie lui aussi un jet de flammes, plus noir donc sûrement plus dangereux. Elhahr ne modifie pas la puissance de son sort. Il n'a même pas bougé après la collision des deux jets. Au contraire, il semble même en sourire. Puis, il dit à Senji :

- Lorsque je vous l'ordonnerai, vous vous métamorphoserez en corbeau et vous foncerez au milieu du visage central d'Ananta.
- Comment vous allez faire ça avec son jet de flammes noires ?, répond Pyrrhin.
- Oh, ça ?, répond le Seigneur du Palais.

Sans se démonter, Elhahr pointe son bras droit tendu et un espèce de souffle de poussière jaillit pour finalement atteindre Ananta, qui ne peut pas l'esquiver. Et le pouvoir de ce sort est assez puissant puisqu'il paralyse l'hydre. Et même mieux, ce nuage de poussière finit par lui donner un aspect de statue de pierre.

- Maintenant !, hurle Elhahr.

Senji s'exécute et se métamorphose en corbeau. Son corps se réduit pour atteindre la taille moyenne d'un de ces oiseaux. Ses jambes raccourcissent et ses pieds deviennent vraiment ceux d'un oiseau. Le nez et la partie inférieure s'allongent et prennent une teinture argentée. Ses bras deviennent des ailes. Senji est vraiment devenu un corbeau. Néanmoins, il garde le collier électrique au cou. Il pousse un croassement tellement sonore que tout le monde est obligé de se boucher les oreilles. Il s'envole à travers le dôme et va se poser sur l'épaule gauche d'Elhahr. Ce dernier donne l'ordre à Senji d'aller transpercer le visage central d'Ananta.

Senji vole comme une fusée en direction de ce fameux visage central. Son bec semble nettement plus solide que ceux des autres corbeaux. Et au fur et à mesure qu'il s'approche de la cible, Senji avance en tourbillonnant, un peu comme la fraise d'une perceuse. C'est presque s'il se met à s'embraser. Il finit par transpercer ce visage central de part en part. Cela a pour effet de faire s'exploser Ananta. Des morceaux de chair pétrifiée de l'hydre traversent le dôme un peu partout. Senji continue de voler à l'intérieur de ce dôme, tout en croassant. Puis, il se pose et se transforme à nouveau sous sa forme "naturelle", c'est-à-dire l'Elfe Noir au visage pâle et marqué de noir. C'est alors que tous les Elfes se mettent à hurler de joie. Le dôme de ronces disparaît comme par magie et tous peuvent à nouveau "profiter" d'une certaine liberté de mouvement.

Elhahr accorde à tous une petite heure de récupération, le temps nécessaire pour lui et Senji de s'occuper des nombreuses fractures et déchirures de Kyùdan. Tous se sont admirablement battu contre Ananta et ont pu montrer une certaine parcelle de leurs nombreux talents. Puis, avant de repartir, Elhahr ordonne quand même un respect de la tradition elfique concernant les deux Elfes qui ont perdu la vie dans ce combat, Arsùn et Tersòr. Mais n'ayant pas pu récupérer les cadavres, ils décident d'improviser un petit bûcher funéraire avec du bois crée par magie et les effets personnels des deux morts – après avoir récupéré les provisions, les écrits personnels et les armes. Puis, tous observent un silence royal tandis que les deux bûchers sont enflammés. La fumée qui s'en dégage est d'un blanc pur, synonyme de leur bravoure et de leur courage au combat. Cependant, la route est encore longue et les dangers risquent d'être encore plus périlleux. Cela voudrait dire que les probabilités de refaire un bûcher funéraire sont de plus en plus élevées.


Dernière édition par Bloody Maiden le Mar 29 Mai - 19:06, édité 1 fois


avatar
Messages : 1058
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le Démon d'un autre monde

le Jeu 24 Mai - 16:08
Chapitre 39 - Les Temples Obscurs partie 1 - Retrouvailles non partagées ...

Spoiler:
Dans une salle du Palais d'Endlenda, Dame Kaly d'Endlenda est encore et toujours en train d'observer l'avenir dans sa boule de cristal. Elle vient de sortir d'une réunion plutôt calme au Conseil des Sages, où elle remplace Elhahr. Depuis qu'il est parti pour cette expédition, tout au Palais est on ne peut plus placide. Le Palais a beau être habité par une grande partie des Elfes de l'Endlenda, il se trouve que les couloirs et même la cour d'entrée paraissent très vide. La jeune Elfe ne cesse de vouloir savoir si tout va bien pour Elhahr. Kaly a toujours considéré Elhahr et Gythè comme ses parents, elle qui n'a jamais connu les siens. Depuis, elle tient tellement à Elhahr, au point de l'espionner à son insu avec sa boule de cristal. Pour elle, en plus d'incarner la figure paternelle, Elhahr est comme une sorte de maître spirituel. Elhahr est sans doute la personne qui compte le plus pour Kaly, Senji l'est un tout petit peu moins.

Elle regarde sa boule de cristal et la lumière dans la salle est plus assombrie, dans des teintes violettes ou bleues nuit. Elle se met à fermer les yeux et sa boule commence à s'illuminer. Puis, elle se met à observer les différentes images qui sont renvoyées par la boule de cristal. Les yeux de la jeune Elfe changent de couleur, passant à un vert émeraude. C'est la couleur prise par les iris des yeux lorsqu'un Elfe est en train de pratiquer la divination. Les compétences dans cette discipline sont tellement vaste qu'il faut fournir un apprentissage énorme rien que pour maîtriser les bases. En ce qui concerne Kaly, c'est Dame Gythè – elle a été nommée à ce titre –, l'épouse d'Elhahr et la personne qui a voulu recueillir Kaly. À en croire Elhahr, Gythè était sûrement la plus grande prêtresse divinatoire de tout l'Endlenda. Ses visions se sont toujours révélées exactes et avec un tel niveau de précision que ceux qui étaient l'objet de ces visions n'en revenaient pas.

Concernant les images "diffusées" par la boule de cristal, Kaly semble partiellement tomber sous le choc de ce qu'elle est en train de voir. La première image est celle d'un crâne, ce qui ne présage pas de bons augures. Puis, elle assiste à de nombreuses scènes de combat, mettant aux prises Elhahr et ses soldats contre des créatures obscures indescriptibles. Ces combats semblent faire rage puisqu'une série d'explosion, probablement due à l'utilisation de sortilèges très puissants, réduit le lieu du combat en ruines. Il s'agit d'une sorte de grand bâtiment, avec une longue rangée de piliers. Ce bâtiment est très probablement un des trois Temples Obscurs dans l'esprit de Kaly. Les combats font rage à l'intérieur de ce temple. Elle voit la compagnie d'Elfes qui subit de lourds dégâts face à des créatures obscures qui sont totalement en surnombre et qui s'acharnent sur chaque Elfe. Les Elfes tombent un à un sous les coups et les sorts des Démons. Senji n'apparaît plus sur cette vision. Elhahr est également vaincu au combat. Cette vision des Elfes ayant perdu leur combat et la plupart ayant laissé leur vie ne vont pas rassurer Kaly davantage.

Puis, une vision d'un avenir un peu plus lointain apparaît dans la boule de cristal. Elle y voit une sorte de crevasse très profonde et assez obscure. Les ténèbres semblent avoir façonné cet endroit et l'atmosphère y est plus que ténébreuse. Une faible lueur se distingue au fond de cette crevasse, dans les tons rougeoyants. Cette lumière devient de plus en plus forte, au point d'exploser et de s'élever au ciel, sous la forme d'une colonne. Puis, cette colonne éclatante s'estompe et une silhouette d'une grande créature ailée prend place dans un ciel d'Endlenda plus obscur que l'obscurité. La vision se poursuit sur des parties entières de l'Endlenda mises à feu, ravagées par un fléau pire que la peste ou bien d'autres horribles. Des maisons de villageois sont brûlées et leurs habitants vivent un sort qui est affreusement cruel, d'où les détails épargnés.

Le Palais est la cible suivante de ces Forces Obscures. Elle y voit tout le monde attaqué et tué par ces infâmes créatures obscures, ce qui a l'air de renforcer le pouvoir de cette grande créature ailée qui fonce sur le Palais. Il y a comme une reproduction des scènes de combats des Temples Obscurs dans le Palais d'Endlenda et … cela étant une reproduction, les Elfes finissent par être massacrés pour la plupart. Les créatures obscures semblent les réduire en esclavage ou en prison. Et pour finir, la dernière image de la boule de cristal la montre, elle, en train de se défendre contre cette créature ailée. Cependant, l'image renvoyée par la boule de cristal la montre vaincue en combat par cette créature et abattue par les Démons. Cela lui suffit pour ne pas poursuivre sa séance de divination. Elle s'arrête immédiatement et détourne son regard de l'autre côté de la salle, haletante de peur. Elle tente d'interpréter ce qu'elle a vu. Et il semble qu'il n'y ait pas tellement d'autres alternatives à ce qui risque de se passer. À en croire les visions données par la boule de la cristal, l'expédition d'Elhahr est soumise à l'échec et ce qui risque d'arriver sera bien pire.

Mais, ce qu'elle considère comme étant le pire dans cette vision, ce n'est pas qu'elle s'est vue défaite par les Démons, c'est plus le fait d'avoir vu Elhahr et Senji vaincus par les Démons. Pour elle, c'est impensable de voir Elhahr vaincu en combat. Il n'a jamais été battu au cours de sa vie et même lors de son apprentissage. Pour Kaly, Elhahr est la figure paternelle, invincible et protectrice. Le voir échouer signifierait la fin de toute une époque dans l'Endlenda, c'est-à-dire plus de deux mille ans de paix et de protection. Sans Elhahr, l'Endlenda risque de devenir le terrain de jeu des Démons. Les Elfes risquent de voir leur paix perpétuelle s'arrêter pour laisser place à des années sombres. Après quelques minutes de réflexion, Kaly se met à pleurer. Des larmes commencent à couler sur son visage pâle. Elle laisse échapper un long soupir et le bruit de ses sanglots commence à être de plus en plus fort.

Kaly se lève de son petit "pilier" de pierre et pleure de plus en plus fort. La suite devient de plus en plus inquiétante concernant la jeune Elfe. Elle se met à trembler et l'expression de son visage paraît très enragée. Elle pousse un hurlement et envoie une ribambelle de sortilèges contre les murs. Des détonations résonnent dans toute la salle. Les murs semblent très épais puisque de nombreux impacts criblent les murs, sans pour autant fracturer le mur. Kaly ne dit absolument rien, se contentant juste d'hurler et de pleurer. Sa rage explose dans cette petite salle. Des éclats de roche finissent par l'atteindre et l'éraflent à plusieurs endroits, notamment au visage. Ensuite, elle enchaîne avec une série de sorts plus puissants, consistant en une sorte de jets de lumière et d'éclairs contre chaque centimètre carré de la salle. La petite porte en bois finit par céder sous les jets de sorts. Sa tristesse explose, tout comme d'autres objets dans la salle. Une armoire vole en éclats, des bibelots et d'autre objets en verre. Et c'est son corps qui semble en payer le prix. Elle subit de nombreuses coupures et des morceaux de verres se plantent au niveau de l'abdomen. En plus, du sang commence à couler légèrement de ses plaies.

Pendant qu'elle laisse échapper sa rage, deux gardes effectuent leur tour de ronde à cet étage justement. Ce dernier est pratiquement désert et peu fréquenté en temps normal. Au moment où ils tournent dans la partie du couloir qui jouxte cette salle, ils aperçoivent les lumières des sorts qui éclairent le couloir étant donné que la porte est brisée. Des morceaux de bois et de pierre jonchent le sol de ce couloir, ainsi qu'une boule de cristal qui est en train de rouler jusqu'à l'autre bout du couloir. Ils entendent Kaly qui hurle de toute ses forces. Ses sanglots résonnent dans la salle et dans le couloir. Lorsqu'ils se rendent compte que quelqu'un est en train de se déchaîner dans cet endroit, l'un des deux gardes commence à brandir sa lance pour s'apprêter à intervenir. L'autre garde tend son bras au niveau du torse et fait un signe de tête négatif. Son collègue a l'air surpris.

- Pourquoi ?, murmure le garde.
- Il s'agit de Dame Kaly dans cette salle.
- Comment le sais-tu ?
- La boule de cristal.
- C'est-à-dire ?
- C'est la prêtresse divinatoire du Palais.
- Et alors ? Si elle a un problème, nous devons l'aider.
- Ordre du Seigneur Elhahr : Ne jamais s'opposer à Dame Kaly lorsqu'elle est en colère. N'allez surtout pas tenter quelque chose. Faites demi-tour et reprenez votre activité normale.
- Mais à cette allure-là, elle risque de démolir le Palais.
- D'après le Seigneur Elhahr, sa rage va l'épuiser et elle va tomber dans les vapes. Nous ferions mieux de partir.

Les deux gardes font immédiatement demi-tour et prennent un autre couloir pour leur ronde de garde. Ils ne veulent pas avoir une quelconque altercation involontaire avec Kaly ou encore moins avec Elhahr. L'ordre a été donné par ce dernier à toute la garde du Palais soit plus de six cents Elfes. La raison de cet ordre n'a pas été expliquée. Le Seigneur du Palais n'est que peu clair lorsqu'il donne un ordre. Tout ce qu'ils ont à faire, c'est d'écouter et d'obéir. Apparemment, Elhahr n'a pas prévenu la garde au sujet de la mystérieuse origine et la potentielle grande puissance de Kaly. À vrai dire, les Elfes de la garde n'osent pas poser de question à Elhahr. La seule pensée d'un regard noir est traumatisante et pousse toute personne à se rétracter. Un des Elfes de la garde pense que le Seigneur du Palais serait capable de pousser une soldat à se trancher la gorge avec sa propre épée rien qu'avec un simple regard. Sa puissance serait ainsi tellement impressionnante.

Environ une heure plus tard, les deux gardes font à nouveau un passage dans ce couloir où Kaly se trouve. Mais cette fois, le couloir est moins lumineux et moins bruyant. Plus rien ne se fait entendre. Les gardes n'osent pas bouger, de peur de s'attendre à une quelconque mauvaise réaction de la part de Kaly. À vrai dire, ils ont un peu peur d'elle, même s'ils la tiennent en très haute estime, étant donné qu'il s'agit de leur supérieure hiérarchique – poste qu'elle assure de façon temporaire en l'absence du Seigneur Elhahr –. Kaly est une Elfe très respectée dans le Palais pour la gentillesse dont elle fait preuve avec ses congénères. Pour certains, Kaly est si gentille et ne ferait pas de mal à une mouche. Tous les élèves qu'elle a eu en divination l'adorent. Elle a commencé à enseigner la divination un tout petit peu de temps avant que Gythè ne meure – la semaine qui a précédé son trépas pour être précis –. Elle et Elhahr lui ont donné l'approbation pour devenir la nouvelle grande prêtresse divinatoire du Palais. Et en ce qui concerne son défoulement de rage, les gardes ne savent toujours pas s'il faut intervenir ou pas. Ils avancent lentement en direction la petite salle. Ils redoutent que cette petite scène ne leur attirent des ennuis. Quelques instants plus tard, ils finissent par jeter un œil dans la salle et ils voient le corps de la jeune Elfe étendu sur le sol. Elle est inconsciente et son corps est recouvert de coupures, d'ecchymoses et de sang.

Les gardes entrent aussitôt dans la salle et celui n'a pas voulu intervenir précédemment s'approche du corps de la Dame du Palais. Il pose sa main sur le cou de Kaly pour trouver un pouls, ce à quoi il arrive. L'autre garde reste dans l'entrée de la salle, tout aussi inquiet que son collègue. Une sombre pensée leur vient en tête.

- Elle est …, demande le garde.
- Encore vivante mais en état de choc et gravement blessée, répond son collègue. Dépêche-toi d'aller chercher Myrhià et dis-lui de venir avec une civière et quelque uns de ses élèves.
- Tout de suite.

Le garde se dépêche d'aller chercher la personne indiquée. L'autre Elfe est toujours aux côtés de Kaly, histoire de la surveiller. Le garde revient près de vingt-cinq minutes plus tard avec sept Elfes, avec une sorte de civière. Celle qui semble être la chef du petit groupe est vêtue d'une longue robe rouge bordeaux assez simple. Les manches de cette robe sont plus dans les tons vert bouteille et le bout des manches est assez large. Les bords de cette robe sont dorés et une sorte de sigle est sur les manches. Ce sigle consiste en une paire d'ailes argentées, avec un losange entre les deux ailes. Son visage est celui d'une femme qui pourrait avoir vingt-cinq ans dans le monde des hommes. Elle a une longue chevelure blonde et des yeux d'un vert pétillant. La seule chose qu'elle a avec elle est un sac qu'elle porte en bandoulière. Les autres Elfes semblent avoir le même âge physiquement mais sont sûrement plus jeunes. Il y a trois Elfes hommes et trois femmes en compagnie de la chef, qui est sans doute Myrhià.

- Oh Seigneur ! Kaly !, dit la chef de groupe. Que s'est-il passé ?
- Elle a laissé exploser sa rage dans la salle, répond le garde.
- Elhahr m'avait prévenu que cela risquait d'arriver.
- Comment cela ?
- Aucune idée … Mais on n'a pas de temps à perdre. Garàn, Hyiàe, Leòr, aidez-moi à la mettre sur la civière. Faites très attention à ce qu'elle ne perde pas davantage de sang.

Les trois Elfes nommés se dépêchent de déposer la civière à côté de Kaly, tout en déblayant les débris de mur sur le sol. Elle est inerte et couvert de coupures. En la déplaçant sur la civière, Myrhià se rend compte que son amie, et temporaire Dame du Palais, baigne dans une petite mare de sang, sang qui est en train de teindre ses cheveux blancs en rouge. Elle écarquille les yeux et s'approche doucement de la civière, l'air encore plus inquiète.

- Ne bougez pas la civière. Elle est dans un état encore plus grave que ce que je pensais. Je vais soigner ces blessures ici. Reculez un peu.

Tous s'exécutent. Myrhià se met à genoux devant la civière. Elle commence à appliquer ses mains juste au-dessus des plaies sur le ventre de Kaly et murmure une incantation en elfique, à peine audible. Ses mains s'illuminent et prennent une teinte orangée. Et progressivement, le sang qui inonde le sol se met à se mouvoir en direction du corps. Il revient dans le corps et les plaies se cicatrisent. La peau se referme et paraît comme neuve. Cependant, elle reste toujours inconsciente. Myrhià est assez inquiète quant à l'état physique de son amie. Elle se relève et dit à ses élèves :

- Nous allons la transporter à l'infirmerie. Sèysa, Nydàs, Leòr et Bàlran, vous allez porter la civière. Garàn et Hyiàe, vous me la surveillez et vous me préparez les pommades et des bandages.
- Oui, chef !, répondent les six élèves.
- Quant à vous deux, dit Myrhià aux gardes, j'aurais besoin que vous me décrivez ce que vous avez vu.

Les quatre personnes portent la civière avec le corps inerte de Kaly, accompagnés des autres. Myrhià est avec les deux gardes, pour une sorte d'interrogatoire. Les trois personnes parcourent le couloir, en direction de l'infirmerie.

- Est-ce que la Dame du Palais va s'en sortir ?, demande l'un des deux gardes.
- Je crois que oui. Du moment qu'elle a récupéré le sang perdu, elle aura plus de chances de s'en sortir rapidement. Elle dans un léger coma avec de multiples hématomes, des coupures profondes et une fatigue extrême. Racontez-moi comment vous l'avez trouvée, et de façon précise.

Les deux gardes racontent ainsi le déroulement de leur ronde, l'ordre donné par Elhahr, l'explosion de rage de Kaly et la façon dont ils l'ont trouvé. Myrhià est la responsable en chef de l'infirmerie du Palais d'Endlenda. Une trentaine de minutes plus tard, Myrhià se retrouve face au lit où Kaly est allongée. Elle se met à appliquer certaines pommades sur les hématomes et sur les nombreuses plaies. Ses bras sont plein de contusions. Elle et certains de ses élèves sont en train de lui bander les bras. Myrhià remarque que son amie a des traces de larme séchées sur le visage et il semble qu'elle en déduit l'activité qui a poussé Kaly à déchaîner sa colère.

Spoiler:
Pendant ce temps, dans l'Ostiàr, les dix-huit Elfes de l'expédition sont toujours en route en direction du Temple de Tihyliza. Pour le moment, ils sont à plus de trente kilomètres de l'endroit où ils se sont battus contre Ananta. De l'endroit où ils marchent, ils peuvent distinguer la fumée se dégageant des deux bûchers funéraires en l'hommage d'Arsùn et Tersòr. En ce qui concerne les autres Elfes, Kyùdan est encore blessé depuis sa lourde chute face à Ananta. C'est Ursyn qui se charge de l'aider à avancer. D'autres Elfes ont également un peu de mal à reprendre la marche. Il est vrai que le combat contre Ananta a obligé les Elfes à employer une partie de leur puissance. Un combat contre des Démons oblige à recourir à au moins dix fois plus de puissance que face à une créature comme Ananta. En ce qui concerne les membres de cette expédition, tous ont passé au moins plus de cent ans dans le corps d'armée d'Endlenda. Tous ont été jugés apte par Elhahr pour participer à cette expédition. Ils sont tous assez doués dans le maniement de l'épée, toujours à se perfectionner et assez compétents dans le domaine de la magie. L'Elfe le plus jeune de cette expédition, Narhàn, n'est âgé que de 412 ans, soit moins longtemps que depuis l'internement de Senji à Lietas.

En ce qui concerne ce dernier, l'Elfe Noir a le sourire aux lèvres. La troupe d'Elhahr est sur le point de quitter les marais de Veselia et c'est sûrement lui qui s'en réjouit le plus. Le lieu du combat avec Ananta et tous ces serpents ont sans doute effrayé Senji. La raison de cette peur trouver sa justification à travers certaines légendes qu'on trouve dans des contes pour enfants d'Endlenda et même dans le monde des hommes. Cette légende concerne l'histoire d'une renaissance d'un mort grâce au pouvoir mystique d'un corbeau. La personne qui renaîtrait grâce à ce corbeau disposerait d'une quasi-immortalité et d'une force presque surhumaine. L'une des rares menaces de ce pouvoir serait un serpent. Cela pourrait donc expliquer cette ophidiophobie de la part de l'Elfe Noir. En tout cas, il semble s'amuser comme un petit fou dans ces marais, malgré l'exaspération d'Elhahr. Il se contente de lancer des petits sorts en direction de la fange, histoire de provoquer des éclaboussures un peu partout. C'est bien la première fois que toute l'équipe le voit dans cet état. Depuis les dernières semaines et leur rencontre – la première pour certains – avec Senji, personne n'est en mesure de comprendre la personnalité de ce personnage tout à fait mystérieux, et même Elhahr en est incapable.

Toute l'expédition continue à avancer dans ces infâmes marais de Veselia. Leur objectif est presque à leur portée. Tous paraissent être fin prêts à affronter ces Démons. Pourtant, Elhahr ne semble pas partager la même détermination et le même entrain à aller se battre contre des Démons. Il s'arrête un peu de marcher et pose sa main au niveau de son cœur, comme s'il venait d'être pris d'une douleur soudaine. Pyrrhin le regarde et semble un peu inquiet :

- Seigneur Elhahr ? Est-ce que tout va bien ?
- Je ressens une grande tristesse, mêlée à de la douleur et à de la colère.
- Comment cela ?
- Je crois qu'une personne à appris une nouvelle qui ne semble pas lui plaire.
- Est-ce qu'il s'agirait de la personne à laquelle nous pensons ?
- Je crois que Kaly n'a pas écouté le conseil que je lui ai donné avant de partir et elle a regardé dans sa boule de cristal.
- Ce qui signifie ?
- Qu'elle a cherché à voir notre avenir à tous et que, comme je le pense aussi, cet avenir semble funeste.
- Le pensez-vous aussi ?
- Plus que jamais. Nous ne risquerons pas de passer le premier temple si nous aurons à nous battre, voire le deuxième si on a beaucoup de chance. En tout cas, on n'ira pas jusqu'au dernier temple, le plus affreux.
- Aurons-nous à nous battre dans ce premier temple ?
- Sans doute et si jamais nous aurons à nous battre, les potentiels résidents des autres temples viendront immédiatement en renfort.
- Qu'est-ce que vous recommandez alors ? Nous jeter dans la gueule du loup en allant se faire massacrer un par un par ces Démons ?
- Exactement. Et je vous dis que nous ne nous ferons pas massacrer. S'il faudra se battre, les Démons ne savent pas ce dont nous sommes capable.

Pyrrhin semble tout à fait hésitant quant à ce que vient de lui dire Elhahr. Ce dernier reprend la marche, tout en gardant à l'esprit ce qui a provoqué cette petite douleur. Les autres Elfes ne se sont pas tellement préoccupés de ça, préférant garder à l'esprit une certaine détermination et de volonté d'en découdre. Le Seigneur du Palais se met alors à inspirer profondément et décide d'utiliser de se facultés de télépathe.

- Myrhià ?
- Euh … Oui. C'est vous Seigneur Elhahr ?
- Je suppose que la douleur ressentie provient de la réaction de Kaly. Où est-elle ?
- Sur un lit à l'infirmerie. Deux gardes l'ont trouvée dans un état grave, couverte de sang, d'éclats de mur, de bois et d'un peu de verre. Elle est toujours inconsciente.
- Prenez bien soin d'elle et surtout, faites attention à ses moindre faits et gestes.
- Oui, mon Seigneur.
- Aussi, j'aimerais bien que vous lui fassiez comprendre qu'elle doit rester aussi calme que possible. Dites-lui que Gythè et moi seront toujours fiers d'elle, quoiqu'il arrive. Peu importe si notre expédition est vouée à l'échec, ce sera à elle de ramener la lumière en Endlenda.
- D'accord, mon Seigneur.
- Allez également dans ma chambre et donnez-lui le paquet sur mon bureau, ainsi que le petit médaillon doré.
- Tout de suite.
- Et redonnez-lui le sourire. Je veux qu'elle soit aussi souriante que lorsqu'elle était enfant.
- Je … Je vais essayer mais je ne vous garantis rien.


Elhahr s'arrête immédiatement de parler avec Myrhià. Ce qui semblait être une intuition s'avère être la réalité. Kaly est bel et bien l'objet d'inquiétude de la part du Seigneur Elhahr. Depuis le décès de Gythè, Elhahr est très préoccupé par l'état de Kaly, aussi bien physique que mental. Et avec le pressentiment de devoir échouer lors de cette expédition voire même d'y laisser la vie, il ne veut pas que Kaly ne se perde sur un chemin obscur et que son état soit sans doute irréversible, source de danger. La considérant comme sa fille, Elhahr tente alors de la protéger autant qu'il le peut. Il reprend alors la marche en direction de ce maudit Temple.

À un moment quasiment simultané, justement dans l'endroit où les Elfes sont censés arriver, c'est-à-dire le temple de Tihylisa, les silhouettes de Dilvolg et d'Andralon fixent avec attention la plaine qui correspond aux marais de Veselia. Les deux personnes se tiennent debout dans l'entrée du temple, aux pieds d'une des colonnes. Ils portent tous les deux une armure qui semble argentée, alliée à des métaux résistants comme du fer ou de l'étain. Leur regard malsain fixe avec attention l'avancée d'Elhahr. Puis, ils se retournent après avoir entendu une sorte de craquement à l'intérieur du temple. Une troisième silhouette s'approche lentement d'eux, ne laissant voir qu'une paire d'yeux violets dans la pénombre de l'intérieur du temple.

- Tu en as mis du temps, Eyazon, dit Dilvolg.
- On croyait que tu ne viendrais jamais, dit Andralon.
- Vraiment ?, répond Eyazon. Et qu'est-ce qui te fait croire cela, Andralon ?
- Une simple intuition … et aussi le fait que tu n'aimes pas les voyages entre ce monde des hommes et l'Endlenda.
- En effet, j'abhorre ces changements de dimension, mais si c'est pour fêter nos retrouvailles avec ce débris d'Elhahr, je peux mettre les maux d'estomac et de crâne de côté.
- Alors ? Où est-ce qu'ils en sont dans ce stupide tournoi de cartes ?, demande Dilvolg.
- Ils se rapprochent de la victoire. Ils n'ont plus que trois manches à gagner.
- Et ceux qui semblent être les élus de cette prophétie ?
- Au même point.
- Selon ton scénario idéal, la logique voudrait que ces deux équipes aboutissent à un combat très intense dans cette finale du tournoi, dit Andralon.
- Tu as tout à fait raison. C'est effectivement comme ça que j'ai envisagé ce plan.
- Et sinon, en ce qui concerne Elhahr et sa petite bande ?
- Ils ont été obligé de passer par les marais de Veselia.
- Je le vois bien, et sinon ?
- Ils ont fait une petite halte à cause d'Ananta.
- Ont-ils reçu un accueil chaleureux ?
- À en voir la mince colonne de fumée blanche qui s'élève à plus de cent kilomètres, je pense qu'il y a eu un petit péage.
- Ainsi donc, ils ont réussi à venir à bout d'Ananta, se dit Eyazon en se tenant le menton. Est-ce que j'aurais peut-être sous-estimé cette bande de clowns qui se dirige vers nous ?
- Possible. Et je pense qu'ils ont l'air déterminé à aller se battre à l'intérieur de ce temple.
- Ne t'inquiète pas pour ça, Dilvolg. Tu sais bien que nous avons des troupes dans les temples qu'il faut … réactiver.
- Je vois. Que devons-nous faire ?
- Tout simplement s'occuper des préparatifs pour cette petite cérémonie de retrouvailles avec Elhahr. Faites en sorte qu'elle soit … inoubliable.
- Comme vous voulez !, répondent Dilvolg et Andralon.

Les trois Démons retournent à l'intérieur du temple de Tihylisa, un sourire démoniaque au lèvres. Ce n'est qu'une question d'heures avant que Elhahr et toute son équipe n'arrive pour jouer les troubles-fête dans le temple. Un combat sans doute décisif risque de s'amorcer dans quelques temps et l'avenir de tout l'Endlenda ainsi que celui des hommes.

Les Elfes de la compagnie finissent, après de nombreuses heures de marche, par quitter les marais de Veselia. Ils passent alors sur une petite plaine sèche et totalement dévastée, type d'espace habituel dans l'Ostiàr. Ils prennent trois minutes de pause pour reprendre leur souffle après cette traversée. Ensuite, ils reprennent tous leurs paquetages et se dirigent droit vers le temple de Tihylisa. Les consignes d'Elhahr sont les plus strictes : Il ne faut pas se laisser décourager. Tous avancent à travers cette plaine avec une grande détermination. Ils sont tous silencieux et concentrés sur leur objectif. Elhahr a l'air de plus en plus refermé sur lui-même, se contentant de marcher tout en méditant sur de nombreuses choses.

Moins de trois-quarts d'heure plus tard, toute l'équipe arrive au bout de cette plaine. Elle se retrouve alors devant un fleuve de lave, et avec un grand édifice à près de deux cents mètres au loin. À ce moment-là, Elhahr ne cherche pas à se casser la tête et ordonne à tout le monde de survoler le fleuve de lave. Mais avant, il leur demande à abandonner les paquetages et à n'emporter que leurs armes et au moins une petite trousse de soins. Ils déposent leurs affaires amenuies par le trajet dans un petit endroit caché, sous quelques roches mais de façon bien distincte pour les retrouver. À présent tous se déplaceront avec au minimum deux épées, une lame et quelques plantes médicinales dans l'intérieur du sous-manteau. De toute façon, rien de très précieux n'a été emporté pendant ce voyage, si ce n'est qu'une petite amulette qui repousse les esprits.

Spoiler:
Tous se tiennent devant le fleuve de lave. Chacun déploie ses ailes et se met à traverser le fleuve de lave. Ce fleuve a une longueur d'au moins quatre mètres, assez linéaire et plutôt calme. La seule chose qui peut être menaçant dans ce fleuve est les bulles de lave qui éclatent. La traversée ne dure que deux minutes et tout le monde arrive en parfait état de l'autre rive du fleuve de lave. La chaleur de l'endroit commence à faire dégouliner les gouttes de sueur sur les visages de chaque Elfe. Le mercure doit s'élever à au moins 45°C, voire plus de 55°C. Les Elfes reprennent leur marche en direction de l'entrée du temple. Ils avancent le plus vite possible. Puis, au moment où tous les Elfes arrivent jusqu'aux marche qui mènent au Temple de Tihylisa. Elhahr fait un signe de la main pour arrêter ses troupes et se tient devant eux. Tous s'arrêtent et foment une ligne parfaite. Le Seigneur du Palais décide alors de faire à nouveau un discours à ses troupes dans le but de les motiver :

- Ecoutez-moi, Elfes d'Endlenda. Je demande toute votre attention. Nous voici dans ce qui semble être notre ultime épreuve … les Temples Obscurs. J'ai quelques mots à vous dire avant de se frotter à ce qui semble être le dernier rempart des ténèbres dans ce monde. Tout ce que vous avez vécu, tous vos entraînements, tout cela vous a mené jusqu'à cet endroit. Ne pensez pas que tout cela est uniquement dû à une sélection de ma part. Non, ce n'est pas ça. Ce sont les étoiles qui ont décidé de votre participation à cette mission. Vous avez tous été gratifiés d'un courage et d'une détermination à toute épreuve et c'est pour ça que je vous ai demandé de m'accompagner jusqu'ici. Les ténèbres ont été autrefois vaincues mais il semble que l'histoire est visiblement destinée à se répéter. Les ténèbres sont bel et bien de retour et c'est notre devoir de les vaincre et les sceller à jamais. Tout l'honneur des Elfes du Palais d'Endlenda repose sur cette tâche divine. Cette tâche est inscrite au plus profond de notre esprit depuis le jour de notre naissance. C'est notre destinée à chacun d'entre nous, de sauver ce monde du désespoir causé par l'avènement des ténèbres.

Tous regardent Elhahr en train de parler et de faire les cents pas. Il est plus sérieux que jamais. Le fait de l'entendre parler de mission sacrée amplifie cette dimension sérieuse. Elhahr reprend ensuite son discours :

- Nous avons certes perdu des camarades sur cette route. Mais nous voilà à la dernière étape de cette périlleuse aventure. Avant de faire le moindre pas en direction de cette mort certaine, écoutez-moi attentivement parce que je ne me répéterai pas. Je vais finalement vous dire pourquoi nous nous trouvons ici. Les entendez-vous ? Vous entendez ces voix qui osent nous narguer, nous conspuer, nous menacer. Ces voix sont celles des abominations que notre peuple se doit d'affronter. Ces voix cherchent à nous perturber, à insuffler la peur dans notre esprit. Si je vous ai choisi, c'est parce que vous êtes plus forts qu'eux. Les seules personnes qui ressentent de la peur sont celles qui se trouvent dans ces trois ignobles édifices. Ces personnes qui se tiennent en embuscade pour nous abattre comme des chiens. Si vous vous laissez corrompre par ces voix, je vous garantis que vous n'aurez même pas le temps de le regretter parce que vous finirez avec une boîte crânienne éclatée et les entrailles déchiquetées par les charognes. Et en plus, votre esprit servira aux sombres desseins de ces abominations. Je suis absolument sûr que cette vision n'est pas à l'ordre du jour. N'ayez aucune crainte quant à ces infâmes visions macabres.

Personne n'exprime le moindre geste. Tous restent parfaitement immobiles, et surtout Senji qui écoute attentivement le discours.

- Alors écoutez-moi ! Je ne veux pas que la moindre de ces créatures maudites s'échappe. Vous êtes les meilleurs guerriers que l'Endlenda possède. Ne vous arrêtez pas de vous battre ! Vous n'avez pas vu le jour pour essuyer continuellement des échecs lamentables ! Faites-moi le plaisir de lutter contre ces monstres ! Battez-vous jusqu'à la mort ! Laissez de côté toutes vos autres pensées et gardez toujours le combat en tête ! Faites brûler votre désir de triompher ! Laisser éclater votre ardeur au combat au grand jour ! VOUS N'ÊTES PAS DES MAUVIETTES ! ARRÊTEZ DE PLEURER ET DE VOUS LAMENTER ET DRESSEZ-VOUS FACE À CE DANGER COMME DES ELFES FIERS DE SERVIR L'ENDLENDA !! Soit vous restez ici et vous resterez à jamais des loques déshonorées car vous aurez bafoué l'honneur d'un Elfe … ou soit vous me suivez à l'intérieur de ces "temples", une épée à la main, et vous vous battez jusqu'à la mort. À partir de ce moment, on vit et on meurt ensemble ! Avez-vous envie de mourir seul dans la honte et le discrédit éternel ? Non ? Nous resterons donc jusqu'à la fin pour honorer nos engagements envers notre Endlenda ! Montrez votre loyauté en vous jetant à corps perdu dans la bataille, quitte à y laisser votre vie.

Elhahr passe du ton solennel à un ton qui se caractérise plus par l'envie d'accroître la détermination dans l'esprit combatif de ses soldats. L'honneur d'un Elfe au combat est la qualité que le Seigneur du Palais met le plus en avant dans son enseignement auprès des Elfes. Il reprend ensuite :

- Alors dégainez tous vos épées ! Montrez-moi ce dont vous êtes réellement capable ! Offrez votre force ! Offrez votre détermination ! Offrez votre esprit combattant ! Offrez tout ça pour défendre ce dont en quoi vous avez toujours cru ! Soumettez chaque fibre de votre corps pour réussir cette périlleuse mission. Ne vous laissez pas gagner par la crainte ! Montrez-moi à quel point votre désir de l'emporter sur les ténèbres est fort ! Prouvez-moi votre véritable valeur ! Faites rayonner l'espoir d'un monde meilleur ! Nous irons tous sur le champ de bataille. Nous allons danser avec le spectre glacial de la Grande Faucheuse. Le ciel est sombre dans cette partie de l'Endlenda. Nous nous battrons pour qu'il soit de nouveau illuminé ! Le soleil se lèvera de nouveau dans cet endroit obscur ! Nous chasserons les ténèbres jusqu'à ce qu'il n'y ait plus rien ! Notre cri de victoire résonnera dans ces terres malfaisantes ! Finissons ce combat en apothéose ! Les têtes malsaines de ces créatures auront l'insigne honneur d'orner les geôles du Palais d'Endlenda.

Elhahr est extrêmement sérieux en lançant toutes ces exclamations. Il a l'air de beaucoup s'amuser en lançant quelques provocations à l'encontre des Démons.

- Ces créatures promettent de répandre un monde de ténèbres, autrement dit un monde infernal. Ils veulent un monde infernal ? EH BIEN, ON VA LEUR EN DONNER, DU MONDE INFERNAL ! JE VOUS JURE QU'ON VA LEUR RENDRE LA VIE INFERNALE !!! FAISONS DE CET ENDROIT INFÂME UN VÉRITABLE ENFER POUR CES CRÉATURES !!! NOUS ALLONS LEUR POURRIR LA VIE !!! SOLDATS ! ACCOMPLISSONS NOTRE DEVOIR ET METTONS UN TERME AU RÈGNE DE CES HORRIBLES CREATURES !! ON Y VA !!!

Tous commencent à monter les marches qui mènent au Temple. Ce dernier semble un peu dans le même style d'architecture que des temples grecs du monde des hommes, avec quand même une certaine inspiration de l'architecture hindouiste. Seule la silhouette de la façade du temple est visible. Le temple doit être d'une couleur noire, impliquant l'utilisation d'une pierre du style basalte. Il y a une cinquantaine de marches entre le terrain en plaine et l'entrée du temple. Les Elfes préfèrent monter ces marches plutôt que de les survoler. Les Elfes sont capables de voler mais, dans leur apprentissage, ils apprennent tôt à privilégier la marche à pied, qui permet un entraînement physique bien plus important.

Une fois tous arrivés à la cinquantième et dernière marche, tout le groupe se retrouve dans l'entrée de ce temple. Elhahr lève juste son pouce en direction de ses camarades, histoire de les inciter à conserver leur calme pour ainsi mieux se battre quand le moment sera venu. Elhahr lance ensuite un sortilège qui envoie une petite boule de lumière à dix mètres devant lui et qui lui permet de confirmer l'absence de présence étrangère dans l'entrée du Temple. L'équipe d'Elhahr pénètre ainsi dans le Temple. L'intérieur est totalement sombre. Elhahr allait lancer un autre sortilège lorsqu'une voix grave résonne à l'intérieur du Temple :

- Oh, inutile de lancer un petit sort inutile. Laissez-moi éclairer votre lanterne.

Un bruit semblable à un claquement de doigts résonne et des feux illuminent soudainement l'intérieur du Temple. Il est possible de voir au moins six rangées de piliers sur près de vingt mètres de long. L'intérieur est extrêmement vaste. Par contre, il n'y a pas beaucoup de fioritures et de gravures sur les piliers. Au fond du temple se trouve un autel qui est surélevé de quatre marches. Et sur la plus haute marche, trois grandes silhouettes massives, encapuchonnées et peu distinctes se tiennent debout. Les dix-huit Elfes se mettent en position de garde, la main sur la garde de leurs épées, prêts à les dégainer.

- Seigneur Elhahr, c'est un plaisir de vous revoir, dit la silhouette qui semble être celle de droite.
- Plaisir non partagé, Démon Andralon, répond Elhahr.
- Je suis sûr qu'au fond, nous vous avons manqué depuis tout ce temps, répond celui du milieu.
- Est-ce que vous vous sentirez mieux si nous enlevions nos capuches ?, demande celui de gauche.

Les trois personnes retirent donc leur capuche et révèlent les trois visages que le Seigneur du Palais redoutait de voir. Dilvolg se trouve à gauche – reconnaissable grâce à sa grande carrure et à ses trois mèches de cheveux particulières –, Andralon est à droite, et Eyazon et son crâne chauve se trouve au centre. Ils descendent lentement des marches et avancent lentement face aux Elfes. Ils marchent en synchronisation jusqu'à se retrouver à quatorze mètres des Elfes. Eyazon reprend :

- Que me vaut l'honneur de votre visite ?
- C'est …
- Attendez !, dit Andralon. Je vais deviner. Vous étiez en train de parcourir tout l'Endlenda pour tenter de savoir si le pouvoir des ténèbres était encore de ce monde. Est-ce que je me trompe ?
- Dans les grandes lignes, c'est cela, répond Elhahr.
- Maintenant que vous avez votre réponse, qu'allez-vous faire ?, demande Dilvolg.
- Je suppose que nous allons en découdre sur le champ de bataille, répond Senji.
- Oh … mais que vois-je ? Ne serait-ce pas l'Elfe Noir ?, lance Eyazon. Si je me souviens bien, vous faisiez partie des meilleurs généraux de l'armée Elfe … jusqu'à votre petit coup de sang en salle du Conseil. … Si vous vous demandez comment je le sais, c'est tout simple. J'ai fait un petit tour à Tombolin il y a quelques centaines d'années et j'ai appris quelques choses sur Lietas.

Senji fixe Eyazon avec un regard totalement noir, ce à quoi il répond avec la même chose. Elhahr le regarde avec une certaine appréhension.

- Sinon Elhahr, que comptez-vous faire ?, lance Andralon.
- Vous vous doutez bien que nous n'avons pas fait un trajet aussi long à travers l'Endlenda juste pour visiter et revenir avec l'armée toute entière.
- Et vous pensez bien que nous n'allons pas vous laisser comme ça, dit Eyazon en enlevant son manteau et en dégainant son épée.

Il est imité par Dilvolg et Andralon. Les Elfes commencent également à laisser tomber les manteaux et à dégainer les épées. Senji dégaine Morglay et craque chacune de ses articulations. Elhahr dégaine également sa longue épée flamberge. Les trois Démons ne bougent pas du tout, ce qui a l'air de surprendre Elhahr.

- Alors ? Que faisons-nous ?, demande Eyazon.
- Cessez votre pseudo-courtoisie, dit Elhahr. Si vous voulez vous battre ici, vous aurez dix-huit Elfes prêts à donner leur vie pour vous réduire à néant tous les trois.
- Alors ça je demande à voir, répond Andralon.

Elhahr lance un petit sort en direction d'Eyazon, qui utilise une protection pour détourner le sort. Ce dernier va finir sa course dans le mur du fond. Eyazon réplique avec un sort légèrement plus puissant en direction d'Elhahr mais ce dernier ne prend même pas la peine de lever la main pour parer le sort. Il fronce un peu les sourcils et une sorte de barrière réfléchit le sort en direction d'Andralon. Il esquive de justesse, ce qui fait sourire Elhahr.

- Vous n'avez absolument rien perdu de votre talent, dit Eyazon. Dommage que vous n'en aurez plus besoin après cette petite scène.
- J'en doute fort.
- Je veux vous proposer quelque chose à vous et vos dix-sept Elfes.
- …
- Rejoignez notre cause pour la dévastation de tout ce monde pourri par la lumière. Elle ne sert à qu'à pacifier et à assurer la défense de gens sans intérêt. Vivre dans un monde dirigé par les ténèbres du Seigneur Nephomet vous permettrait d'exploiter la totalité de votre potentiel magique. Vous deviendriez tellement puissants en servant le Seigneur Nephomet qu'il vous placera en haut dignitaires de son grand royaume obscur.
- C'est ça, c'est ça. Arrêtez de me faire rire, j'en ai les lèvre gercées.
- Nous pourrons modeler un nouveau monde, à notre image.
- Il n'y a que les Démons pour avoir des visions totalement absurdes, répond Elhahr.

Sur ces mots, les trois Démons claquent des doigts et une centaine de créatures démoniaques apparaissent dans un nuage d'ombres, toutes armées et prêtes à se battre. Elhahr fait signe à ses compagnons de se tenir prêt à se battre. Le début de la fin est sur le point de commencer.


avatar
Messages : 1058
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le Démon d'un autre monde

le Dim 27 Mai - 23:31
Chapitre 40 - Les Temples Obscurs partie 2 - Lutte profane ...

Spoiler:
Au sein du temple de Tihylisa, plus d'une centaine de personnes se font face et la tension est de plus en plus électrique. Elhahr fixe le trio de Démons qui semblent le narguer. Tous les acolytes d'Elhahr ont la main ferme sur leurs armes. Les créatures obscures poussent quelques grognements, attendant avec impatience le signal des Démons pour se ruer en direction des Elfes. Eyazon regarde Elhahr avec une certaine forme de méprise, et vice-versa. La froideur dans le regard violet d'Eyazon est totalement effrayant. De plus d'Eyazon, les deux autres Démons, Andralon et Dilvolg, ont l'air très impatients de décimer le groupe d'Elfes. Le silence est tellement pesant dans le temple que le moindre bruit risquerait de perturber les esprits de chaque créature, et les inciteraient aisément à se défouler sur leurs adversaires. Pourtant, ce silence est vite brisé par nul autre que le Seigneur du Palais lui-même :

- Avant de devoir en finir dans ce temple, j'aimerais poser quelques questions ?
- Pourquoi est-ce que vous en auriez le droit ?, répond Dilvolg.
- Oui ! Tout ce que vous avez à faire, c'est de la boucler, répond Andralon.
- Après tout, nous avons fait un si long voyage pour vous rendre une petite visite avant de vous réexpédier dans les ténèbres. Pourquoi ne pas causer aimablement ? Après tout, nous sommes en quelque sorte vos invités, ironise Elhahr.
- Croyez-vous que cela est nécessaire ?, chuchote Dùhin.
- Je suis sûr que nous en saurons un peu plus sur leurs motivations et sur leur survie, lui répond Elhahr.

Après quelques secondes de réflexion, Eyazon relève la tête et fixe le Seigneur du Palais de ses yeux violets. Il a un petit rictus glacial et répond à son interlocuteur :

- Ma foi, je pense que c'est la moindre des choses, dit-il sur le même ton ironique. On vous laisse la possibilité de poser trois questions principales. Pas une de plus, pas une de moins.
- Et les questions subsidiaires ?, répond Elhahr.
- Elles ne comptent évidemment pas, sinon je n'aurais pas précisé le "principales". Considérez cela comme … une faveur de la part du Seigneur Nephomet. C'est la moindre des choses.
- Je me passe aisément de ses faveurs, répond Elhahr. Mais merci quand même pour les trois questions.
- Il faut bien laisser son côté cruel de temps en temps, dit Eyazon en prenant un cigare dans une boîte.
- Je vois que vous avez réussi à apprécier certains côtés du monde des hommes.
- Un excellent Montecristo, gamme Torpedos, mes préférés …, répond Eyazon en allumant ce cigare. En tant qu'hôte, je me dois de vous en proposer un, qu'en dites-vous, Elhahr ?
- Je dois dire qu'un cigare ne serait pas de refus. Au point où on en est … Je suppose que vous n'avez pas de cognac avec cela.
- Ma foi, j'en suis navré. J'oubliais que vous êtes un grand amateur d'alcool. Je vous en aurais proposé volontiers mais … d'une, je n'ai pas pris de bouteille pour le voyage et de deux, j'y aurais glissé une quantité infime de cyanure de potassium ou bien d'hydroxyde de sodium ou de l'arsenic ou encore du tétrafluorure d'uranium. Peut-être que de l'acide sulfurique aurait été nécessaire …
- Un cigare me suffit amplement, répond Elhahr. Mais je constate qu'Andralon a été un excellent professeur de chimie.
- Je suis sûr que ce n'est pas ça qui vous tuera, répond Eyazon.

Eyazon saisit un autre cigare dans la boîte et le lance en direction d'Elhahr. Il l'attrape alors qu'il se trouve à plusieurs mètres. Puis, les deux personnes coupent le bout du cigare. Puis, ils claquent des doigts et une petite flammèche apparaît. Les deux personnes allument leur cigare et commencent à le fumer. Étrangement, les autres Elfes ne semblent pas perturbés en voyant Elhahr se mettre à fumer. Elhahr fume la pipe, et ce, une fois par jour. Pourtant, il ne semble pas avoir de quelconques problèmes respiratoires. Le tabac est quelque chose qui est assez répandu dans l'Endlenda. Au moment où Elhahr laisse échapper de la fumée, Eyazon lui demande :

- Bon, on ne va pas passer toute l'éternité dans cet endroit. Posez votre première question !
- Très bien, comment avez-vous fait pour survivre au conflit ?
- Très bonne question, répond Eyazon en laissant échapper de la fumée.
- Répondez-moi ou je désintégrerai chacun d'entre vous, répond Elhahr.

Il commence à perdre son sang-froid. Le Seigneur du Palais semble avoir passé trop de temps dans ce temple. Cela fait en tout et pour tout près de quinze minutes que les dix-huit Elfes sont entrés dans cet endroit et tous commencent à être de plus en plus impatients à l'idée de se battre. Sentant cette impatience, Eyazon sourit puis laisse échapper une autre bouffée de fumée avant de répondre.

- C'est une longue histoire, je ne suis pas sûr qu'elle vous intéresse, "Seigneur" Elhahr.
- Au contraire, j'adore les histoires, répond ce dernier.
- Moi, j'ai tout simplement réussi à matérialiser un portail vers une autre dimension et atterri dans le monde des hommes, dit Eyazon.
- Je croyais que ce sort n'était pas encore connu à l'époque, dit Elhahr. Ce n'est pas une question.
- Oh … à ce que je vois, le Seigneur Nephomet vous a caché pas mal de choses. En fait, la création d'un portail dimensionnel relève de compétences magiques extrêmement développées. Avant la Guerre, très peu de personnes étaient en mesure de mettre ce savoir en pratique. Il y avait cet immonde Seigneur du Palais qu'était votre père, … ce Trishin. Je crois que de là d'où il nous regarde, il ne doit pas être si fier de voir son fils l'égaler en terme d'incompétence.
- Vous êtes immonde, certes, mais veuillez rester poli envers quelqu'un qui pourrait vous désintégrer en moins de trois secondes, réplique Elhahr, qui ne doit pas être d'accord avec les opinions d'Eyazon quant à Trishin.

Eyazon se contente d'un autre rictus, voyant les effets d'une simple répartie sur l'esprit d'un Elfe extrêmement puissant qu'était celui de Trshin. Cet Elfe était tellement sage et ses dons en magie étaient incommensurables. On répète souvent qu'Elhahr est l'Elfe le plus puissant qu'on ait pu voir en Endlenda, mais il aurait du mal à tenir dans un duel face à Trishin. Ce dernier est souvent cité en tant que grand modèle de sagesse. Une fois, lors d'une exploration dans des montagnes très loin au nord du Palais d'Endlenda, il est tombé sur un grand dragon aux allures cristallines à trois têtes. Ce dragon légendaire est à l'origine de dévastations dans l'extrême nord de l'Endlenda – partie non cartographiée dans les cartes présentes dans la quasi-totalité des atlas de ce monde –, et s'apprêtait à le massacrer. Trishin ne bouge pas et immobilise les ailes du dragon. Il réussit à le plier à sa volonté. Une légende raconte qu'il avait des excès de colère à cause d'une profonde blessure. Puis, le dragon est devenu plus "pacifique" après sa rencontre avec Trishin. Après, cette histoire relève plus d'une histoire fantaisiste, étant donné que seul Trishin a rencontré ce dragon.

Pourtant, il a eu une fin des plus tragiques. Alors qu'il se reposait après une petite séance d'entraînement avec Elhahr et un autre Elfe du nom d'Aïr – qui était l'apprenti de Trishin –, ce dernier a profité du fait qu'Elhahr quitte la salle pour aller chercher quelque chose à boire, Aïr a usé des compétences qu'il a appris auprès de Trishin pour le tuer. Ce dernier faisait une sieste dans la salle d'entraînement et ne s'est pas rendu compte de tout cela. Il a été foudroyé et c'est une des causes de la Guerre d'Endlenda. Et le fait d'entendre le nom de Trishin évoque de vieux souvenirs, parfois douloureux, à celui qui est devenu Seigneur du Palais, c'est-à-dire Elhahr.

- Il y avait également Aïr qui maîtrisait ce sort, avant de changer son odieux nom pour Nephomet. Il nous a enseigné cela avant que la Guerre ne s'achève. Et si je ne m'abuse, vous aussi avez appris cela.
- Sinon, que vous dire de plus sur la façon dont on a survécu ?, se demande Eyazon après être arrivé à la moitié de son cigare.
- Racontez, un point c'est tout, répond Elhahr.
- Dilvolg et Andralon sont également partis dans le monde des hommes mais ils se sont cachés en Endlenda encore quelque temps juste après la Guerre.
- Pourquoi ?
- Vous ne vous souvenez pas de ce qui s'est passé au moment où aviez battu Nephomet ?, demande Dilvolg.
- Son corps a été scellé dans un cercueil magique et jeté dans un gouffre tellement profond que nul ne sait s'il a une fin, dit Elhahr.
- Excusez-moi de vous interrompre, Seigneur Elhahr, dit Senji. Je croyais que nous avions jeté quatre cercueils dans ce gouffre.
- Votre boulot a été mal fait, dit Andralon. Si nous trois sommes devant vous, c'est qu'il y a eu un petit problème de votre côté.
- En effet, un seul cercueil a été jeté, dit Elhahr, la mine plutôt basse.
- Expliquez un petit peu à vos acolytes, dit Eyazon. Je suis sûr que ça peut les intéresser.
- Nous n'avons jamais retrouvé les corps de ces trois Démons qui se dressent face à nous. J'ai pensé qu'ils avaient été désintégrés lors d'une explosion magique que j'avais déclenché mais …
- Mais nous avons survécu selon les ordres de notre maître Nephomet, coupe Eyazon, tout souriant.

Cette très mauvaise nouvelle selon le point de vue d'Elhahr ne va pas le rendre plus amical. Son expression commence à tourner vers celle qu'il a l'habitude d'avoir quand quelqu'un lui répond de travers – principalement Senji –. La couleur de ses yeux passe du bleu pâle au jaune vif. Il se rend compte de son erreur d'il y a des centaines d'années de cela. Ce changement d'expression n'a pas été ignoré par ses adversaires tant que par ses coéquipiers.

- Est-ce que je rêve ou bien le fait de nous savoir en vie vous dérange au plus haut point ?, demande Dilvolg. Vous paraissez si … énervé. Pourtant, ça fait presque vingt minutes que nous sommes face à face dans ce temple.
- Je dois dire que ce temps passé en exil a été particulièrement long, dit Eyazon. Je suppose que vous vous demandez ce que nous avons pu faire pendant toutes ces longues et frustrantes années.
- Je dois dire que je m'ai déjà ma petite idée sur la question, répond Elhahr.
- Je suis sympathique. Je ne vais pas la compter dans les trois questions que je vous ai octroyé.
- Oh, trop gentil …, répond Senji qui semblait plutôt anxieux
- Cessez d'être trop hypocrite, Senji, lui lance Eyazon.
- À qui le dites-vous, répond ce dernier.
- J'ai passé des années incognito dans l'Endlenda, ajoute Eyazon. Nous avons cherché notre maître pendant des années. Pour ça, j'ai été obligé de me cacher dans les différents endroits habités de tout l'Endlenda, excepté le Palais car il me file des nausées pas possible.
- Pour être honnête, je suis un peu d'accord là-dessus, dit Senji.
- Et c'est pour ça que vous avez explosé d'une façon pathétique et que vous avez été expédié dans cette infâme bâtiment qu'est Lietas.
- Ça a son charme je dois dire.
- C'est bien ce que je dis : il n'y a que des minables dans votre genre qui font régner la justice avec des moyens aussi peu coercitifs.
- Alors que pour vous, le concept de justice …
- On opère selon une méthode certes radicale mais tout aussi efficace, répond Andralon.
- Et avez-vous réussi à trouver votre maître ?, demande Elhahr. Là, c'est la deuxième question.
- Bien évidemment que oui, répond Eyazon. Il faut croire que l'endroit où vous l'aviez jeté n'était pas aussi profond que vous le croyez.
- Un mot me vient à l'esprit mais je ne vais pas vous en faire part …, répond le Seigneur du Palais.
- Parce que vous n'avez pas les ressources nécessaires pour le faire.

Les yeux d'Elhahr virent au rouge écarlate. Personne ne l'a vu autant humilié de la sorte par quelqu'un. En tout cas, sa rage commence à augmenter de façon plutôt inquiétante. Il grince des dents, ce qui ne lui arrive quasiment jamais. La dernière fois qu'Elhahr a grincé des dents, c'est lorsque Kaly n'avait que quinze ans et qu'elle a accidentellement planté la pointe de son épée dans la cuisse d'Elhahr.

- Le cercueil contenant le corps du Seigneur Nephomet se trouve dans sa demeure à Jeroesh. Je suis sûr que vous seriez heureux de le revoir une dernière fois.
- Avant que je ne l'expédie lui et les trois sous-fifres dont il est devenu la nourrice dans un vide qui, je l'espère, vous prive de toute envie de revenir.
- Ne soyez pas aussi catégorique, répond Eyazon. Vous ne savez même pas à quel point sa puissance excède la vôtre.
- J'attends de voir ça. La dernière fois que je l'ai vu, il n'avait pas l'air en grande forme.
- Effectivement, il n'était pas en grande forme lorsque nous l'avons retrouvé … mais son esprit est toujours en vie.
- Vous ne réussirez pas à la ramener à la vie.
- Je crois que vous faites erreur. Il y a une façon de le ramener avec une enveloppe corporelle. Et vous nous serez utile, chacun d'entre vous, dit Eyazon en montrant chaque Elfe du doigt.
- Trois mots vont être utile pour vous répondre, dit Senji. Dans vos rêves !
- L'Elfe Noir …, dit Dilvolg. J'oubliais à quel point il peut être totalement désagréable quand il répond. Et … je rêve où c'est un collier autour du cou.
- Ça ?, demande Senji en désignant le collier électrique.
- Oui.

Senji se sent un peu gêné en se rendant compte qu'il a toujours ce fichu collier à impulsion électrique qu'Elhahr lui a mis au moment de sa sortie de cellule. Il regarde son collier, puis Elhahr qui lui a imposé ce fardeau, et enfin Dilvolg. Visiblement, ce dernier a l'air très acerbe sur le boulet attaché à Senji. L'Elfe Noir déteste le fait de devoir porter ce collier, estimant qu'il l'empêche de révéler son véritable potentiel, qui, selon Elhahr, serait aussi dévastateur qu'un ouragan de catégorie quatre.

- Je pense que ça doit être désagréable de devoir servir de petit chien à cet ignoble Elhahr, lance Dilvolg.
- Je pense que lorsque nous en aurons fini avec vous, dit Senji, je me ferai une joie de faire de toi mon paillasson devant ma cellule.
- Oh mais c'est qu'il sait se défendre, répond le Démon baraqué. Et moi qui te prenais pour une lavette, Senji.
- Ne me prends pas trop pour une bleusaille. Je suis sûr que tu ne m'arrives pas à la cheville en combat.
- Je serai ravi de te voir empaillé dans ce temple. Je suis sûr qu'un corbeau ferait du plus bel effet.
- Calmez-vous Senji, répond Elhahr. Je vous ai répété maintes fois de ne pas vous laisser submerger par la colère.
- Oh, que c'est totalement pathétique comme scène !, s'écrie Andralon.
- Rappelez vous que si tout se passe bien, je vous permettrai de voir Kaly plus souvent, dit Elhahr.
- Kaly ? Est-ce que ce n'est pas la petite cruche que vous avez pris sous votre aile ?, lance Eyazon. Elle ne va pas s'en remettre après avoir vu le grand Seigneur Elhahr perdre son combat et tué par le futur Seigneur d'Endlenda, l'illustre Nephomet.

Spoiler:
Elhahr décoche un regard totalement noir en direction du Démon qui vient de manquer de respect à son petit "blanc argent" Kaly. Il s'agit de son petit joyau et en aucun cas, il n'accepterait qu'on lui dise du mal. Le rouge écarlate de ses yeux semble de plus en plus amplifié, preuve de sa rage qui croît de plus en plus face à ces Démons. Voyant qu'il commence à perturber Elhahr, Eyazon semble décidé à enfoncer le couteau dans la plaie.

- Je crois que je viens de toucher un point sensible, dit Eyazon.
- Cessez de parler de Kaly, répond le Seigneur du Palais. Elle est au moins cent fois plus puissante que chacun d'entre vous. Même Nephomet ne pourrait pas lutter plus de dix minutes face à Kaly.
- Alors pourquoi ne l'avez-vous pas emmenée avec vous ?
- Elle serait trop puissante et vous seriez jaloux de ses incommensurables talents.
- Alors ça je demande à voir. Le Seigneur Nephomet reviendra dans quelques heures, le temps de vous mettre hors service et de procéder au rituel de résurrection. Il sera parmi nous, plus puissant que jamais. Ni vous ni Kaly ne serez en mesure de l'arrêter. Et je ne vous parle pas de ces quatre gamins que vous considérez comme les élus de cette prophétie fallacieuse.
- D'ailleurs, je crois que l'un d'entre eux fera bientôt défection à ce petit groupe, fait remarquer Andralon.
- C'est bien ce que je pensais … un voile d'ombres au-dessus de sa tête … j'aurais dû deviner que vous aviez un lien avec lui, Eyazon, dit Elhahr.
- J'ai hâte de le faire souffrir pour avoir trahi ce lien sacré, répond ce dernier. Et ce n'est pas le fait d'avoir voulu le convaincre de se joindre à vous qui ne m'empêchera de le ramener à moi.
- Par chance, il y en a un qui sera capable de vaincre les ténèbres que vous apportez dans ces deux mondes. Kaly le guidera pour accomplir sa destinée.
- Par pitié, Elhahr ! Ne me parlez pas de cette Kaly, et encore moins de ce gamin. Il servira d'instrument de domination pour le Seigneur Nephomet. Et je crois qu'il est bientôt sur le point de perdre son petit tournoi contre nos petits protégés.

Elhahr se rend compte que tout ce qu'il a planifié depuis de nombreux mois, voire des années, risque de partir en fumée en écoutant ce que les Démons sont en train de raconter. Pourtant, il ne se rue pas sur ces derniers, se contentant de tirer sur le cigare, à présent à moitié consommé. La fumée qu'il expulse prend la forme d'un oiseau qui s'envole dans l'obscurité du temple.

- Je suppose que le Seigneur Nephomet prévoit de raser l'Endlenda avant de s'en prendre au monde des hommes.
- Et vous supposez à merveille, répond Andralon.
- C'est tout à fait cela mais je crois que je vais développer un peu, ajoute Eyazon.
- Si cela peut éclairer ma lanterne …
- Une fois que nous vous aurons vaincu, vos âmes et vos corps serviront dans ce rituel de résurrection. Pour ça je ne peux en dire plus, ce serait vous gâcher la surprise. Quand le Seigneur Nephomet reviendra parmi nous, il enverra son armée des ténèbres détruire le Palais d'Endlenda et tous les Elfes qui s'y trouvent. À vrai dire, quelques uns de nos espions se sont révélés utile en infiltrant la garde du Palais. Ils nous rendront la tâche plus facile. Excuse-moi d'avoir pensé le contraire, Dilvolg.
- Andralon, note bien que c'est la première fois qu'Eyazon s'excuse de quelque chose.
- C'est noté, plaisante le Démon aux cheveux blonds. Et ça vaut de l'or.
- Fermez-là vous deux, répond Eyazon, un peu exaspéré. Mais en tout cas, la centaine de gardes à notre compte se débarrassera de chaque Elfe, homme, femme et enfant. Si je ne m'abuse, la responsable de la garde est bien Kaly.
- Oui.
- Elle va avoir du pain sur la planche, se moque Dilvolg.
- Je crois que c'est l'une des plus grosses buses de tout l'Endlenda. Mais elle n'est rien comparé à l'ancienne Grande Prêtresse du Palais, vous savez, celle qui fut autrefois votre épouse.
- …
- Je veux bien évidemment parler de Dame Gythè. Je n'ai jamais vu une Elfe autant faible de ma vie. Dommage qu'elle nous ait quitté prématurément. Il lui restait sans doute de belles années à vivre si elle ne s'était pas interposée pour recevoir ce jet d'acide.
- Suffit !, hurle Elhahr.
- Mais qu'est-ce qui vous arrive ?, demande Eyazon. Je ne fais que raconter la vérité ! Je parie que Kaly ignore cela.
- Laissez ma femme et Kaly tranquille ! Elles n'ont rien à voir avec ce conflit dans ce temple.
- Vous avez sans doute raison. Mais après tout, Gythè n'a jamais voulu qu'on la sauve de cette attaque. J'aurais voulu revoir le regard désespéré dans vos yeux quand vous l'avez récupéré en très mauvais état.
- Je vous ai dit d'arrêter de parler d'elle.
- Il faut voir la réalité en face, Elhahr. Vos sentiments ne peuvent plus être cachés par votre air confiant, qui me répugne à un point assez haut.
- Aïr l'a agressée et elle n'a cessé de souffrir jusqu'à son dernier soupir.
- Et ce sera bientôt votre tour lorsque le Seigneur Nephomet reviendra.

Les autres Elfes de la compagnie regardent Elhahr. C'est la première fois qu'il est dans cet état depuis justement le décès et les funérailles de Gythè. Sa mort l'a tellement dévasté et il semble que toutes les cicatrices qui y sont liées ne se sont pas refermées. Il semble même qu'il y ait de la pourriture qui s'empare de ces plaies. Et cette pourriture va endommager encore plus l'esprit du Seigneur du Palais. Même certains parmi les plus fidèles lieutenants d'Elhahr – Pyrrhin et Dùhin entre autres – n'ont jamais assisté à cette scène impliquant Elhahr. Par ailleurs, en Endlenda, le fait d'insulter une personne décédée est considéré comme un crime de haut rang et les sentences qui sont appliquées convergent toutes vers la mort. La peine de mort existe en Endlenda. Cela paraît un peu primitif mais l'affront à l'honneur d'une personne ne peut être lavé que par la mort de celui qui a osé salir cet honneur. Il est possible de faire des excuses juste avant que la sentence soit appliquée mais il est facile de dire des excuses sans les penser sincèrement.

Un des cas les plus retentissants d'insulte à l'âme d'un mort – excepté ceux d'Aïr qui sont indénombrables – a eu lieu il y a mille ans. Un Elfe du nom de Fersyn a osé pénétrer dans une des cryptes du Palais et a fait exploser la pierre tombale de l'un des généraux Elfes pour une raison qui n'a jamais été découverte. Il a osé mutiler le cadavre et … lorsque le méfait a été constaté, Fersyn a été immédiatement capturé et jugé. D'après Elhahr, c'est un des procès les plus rapides de toute l'histoire de l'Endlenda. En moins de quinze minutes, on a pu assister à la défense de Fersyn, l'accusation et la délibération – Elhahr officiait en tant que juge suprême du Palais –. Fersyn a été évidemment reconnu coupable et condamné à la "fusillade", c'est-à-dire qu'il est attaché contre un mur en pierre, yeux bandés et incapable de bouger. Puis, un peloton de cinq Elfes lancent des sorts qui tailladent le corps jusqu'à ce qu'il soit vidé de son sang. Inutile de préciser que la mort survient immédiatement.

Le système pénal d'Endlenda paraît totalement cruel pour quelqu'un du monde des hommes mais en Endlenda, il est on ne peut plus juste. Les crimes liés à l'honneur d'une personne décédée sont extrêmement graves. D'une façon générale, l'honneur est la principale qualité d'un Elfe. D'autres affaires de ce genre existent et sont toutes consignées dans un énorme livre intitulé Système pénal, châtiments et détail des procès en Endlenda. Ce livre est une mine d'or pour tous ceux qui veulent faire du droit en Endlenda – et même dans le monde des hommes –. Il contient des procédés de rhétorique pour influencer les juges et les jurés, des conseils pour attendrir, les façons de persuader et tout un tas d'autre choses.

Elhahr est un grand amateur de rhétorique. Il a pu assister à un plaidoyer de Cicéron contre Catilina entre autres. Le Seigneur du Palais a obtenu une licence de droit à la Sorbonne en 1310. Il a étudié à Oxford au début du XIIIè siècle, puis à Harvard et Yale au début du XIXè siècle, à chaque fois en philosophie, en rhétorique et en droit. Il a d'ailleurs assisté aux procès de Nuremberg et à de nombreuses autres affaires judiciaires au Royaume-Uni, en France et aux États-Unis. Et s'il avait à juger les différents Démons pour ce genre de crime, il dispose d'un bagage extrêmement conséquent en la matière. La seule personne qui a réussi à échapper à un jugement dans ce style, c'est Aïr. Il aurait dû être jugé pour crime envers une personne sacrée – meurtre de Trishin –, insulte sur l'honneur d'un mort, trahison envers le Conseil des Sages, et crimes de guerre – incluant le déclenchement de la Guerre d'Endlenda –. Pourtant, il a réussi à échapper à son jugement, ce que Elhahr n'a jamais digéré.

- Est-ce que je viens de commettre un crime pour mériter ce regard aussi noir ?, demande Eyazon.
- Je crois que vous êtes au courant que j'ai horreur qu'on bafoue la mémoire de Gythè.
- Et c'est pour cela qu'on vous enverra la rejoindre, dit Eyazon en tirant une nouvelle fois sur son cigare. Est-ce que par hasard vous auriez une dernière question ?
- Oh mais bien sûr que j'en ai une dernière. Il s'agit de la troisième question que vous nous avez offert.
- Je vous écoute.
- Laissez-moi finir cet excellent cigare avant …
- Vous n'êtes vraiment pas conciliant …

Eyazon soupire et se contente de tirer sur son cigare. Elhahr tire une nouvelle fois, pendant environ vingt secondes, sous les yeux surpris de tout le monde. Cela a pour effet de diminuer de moitié la taille du cigare qui restait. Il en a fumé la moitié soit 7,45 centimètres. Et là, la taille de son cigare a atteint 3,22 centimètres. Celui d'Eyazon est à six centimètres. Toute la fumée absorbée par Elhahr est expulsée par la bouche et le nez. Puis, elle semble s'animer d'elle-même et forme un visage, son visage. Un grand sourire assez diabolique est dessiné sur ce nuage de fumée. Puis, il finit par s'estomper. Impatient, Eyazon invective directement Elhahr :

- Allez-vous finir par poser cette dernière question, oui ou non ?
- Calmez-vous, je finis les quelques millimètres de mon cigare. Après, je vous poserai cette fameuse troisième et dernière question.
- Soit … je vous laisse terminer ce Montecristo.
- C'est très aimable à vous, répond Elhahr de façon très hypocrite.

L'attente est de plus en plus insupportable pour les créatures démoniaques qui encerclent Elhahr et ses compagnons. Au moment où le cigare est devenu trop petit pour être porté à la bouche, le Seigneur du Palais le laisse tomber et se met à dire :

- Voilà. Mon cigare est fini. Je vous remercie pour votre très grande patience pendant ces longues minutes.
- Qu'est-ce que vous fichez, Elhahr ?, dit Eyazon en trépignant.
- Soldats, vous pouvez dégainer vos armes pendant que je pose cette troisième question.
- À vos ordres !, disent les compagnons d'Elhahr d'une seule voix.
- Démons ! Ma troisième question est la suivante : Est-ce que vous venez vous battre ou bien faut-il qu'on aille vous chercher par la force ?

Elhahr dégaine son épée flamberge et lance le premier sort qui crée un cercle de flammes tout autour de la zone de combat. Des flammes rougeoyantes illuminent le temple de Tihylisa. Les Démons donnent l'ordre à leurs créatures d'attaquer immédiatement les Elfes. Ceux-ci n'attendent pas et projettent des sorts pour repousser des créatures anthropomorphes qui se ruent sur eux. Ces créatures poussent un hurlement strident en étant projetées contre le mur de flammes. Les trois Démons ont enlevé leur cape et ont saisi leur épée, attendant impatiemment les Elfes, et surtout Elhahr. Quant à Senji, aussitôt que Elhahr a lancé l'assaut sur les créatures obscures, il s'est dépêché de se cacher derrière un pilier qui structure la voûte du temple. Il a fait cela d'une façon tellement furtive – comme lui seul saurait les faire – qu'il a réussi à éviter l'attention de tout le monde, Elfe comme créature obscure comme Démon. Même Elhahr ne s'est pas rendu compte que Senji s'est discrètement éclipsé du petit champ de bataille.

En ce qui concerne les effectifs juste avant le "coup d'envoi" de ce nouveau conflit sans doute dévastateur en Endlenda, les Elfes sont clairement en sous-nombre par rapport à ces créatures obscures. Celles-ci encerclent les dix-sept Elfes et on les estimerait à plus de cinquante, facilement plus de cinquante. On serait dans une fourchette de cinquante à deux cents créatures obscures. Et quand bien même ces créatures seraient toutes défaites, il faudrait venir à bout des trois calamités qui se tiennent au pied de l'autel du temple de Tihylisa. Ces trois fichus Démons commencent sérieusement à donner des insomnies à Elhahr depuis quelques temps. Nul doute qu'il veuille en finir rapidement et passer à autre chose. Parmi les créatures obscure, on a des anthropomorphes ; des créatures volantes, un peu dans le style d'une chauve-souris ; des quadrupèdes qui ressemblent un peu à des gros phacochères ainsi que des espèces de gros félins dans le style smilodon, ce qui accroît le caractère un peu primitif de la scène.

Elhahr fait signe à quatre Elfes de le suivre. Il s'agit de Pyrrhin, Dùhin, Kernòr et Tashìn. Il a désigné ces quatre Elfes pour l'aider à affronter le trio infernal composé de Dilvolg, Andralon et Eyazon. Tous les trois sourient de façon ironique en voyant les cinq Elfes s'envoler pour les rejoindre. Les trois Démons n'hésitent pas et s'envolent également, mais sans paire d'ailes, juste grâce à de la magie. Elhahr ordonne à Dùhin et Tashìn de s'occuper d'Andralon. Il envoie ensuite Pyrrhin et Kernòr affronter Dilvolg. Pour lui, ces quatre soldats sont amplement qualifiés pour mettre Dilvolg et Andralon hors d'état de nuire. Le temple devient une vaste scène de bataille, avec d'une part, les douze Elfes et Senji au sol en train de se battre contre les créatures obscures, et d'un autre côté, les cinq Elfes face aux trois Démons.

Les Elfes au sol se battent d'une façon exemplaire. Personne ne se blesse en se battant contre ces créatures. La tactique du combat en paire fonctionne à merveille, comme lors du combat contre Ananta dans les marais de Veselia. Une partie des Elfes projettent des sorts qui visent à aveugler, à repousser ou bien à geler l'ennemi puis l'autre partie ne se prive pas d'aiguiser les épées sur ces créatures. Ce sont Narhàn et Luptè qui coordonnent toutes ces attaques au sol, en faisant très attention aux attaques sournoises des Démons se battant au-dessus de leur tête, qui peuvent avoir une petite envie d'attaquer en traître. Petit à petit le nombre de créatures obscures diminue. Mais lorsqu'elles meurent, leur corps se consume, ce qui provoque des fumées noires. Celles-ci sont inoffensives pour l'organisme mais elles peuvent occulter la vision sur le champ de bataille. Certains Elfes reculent peu à peu à cause de ces fumées. Ils utilisent des sorts de courants d'air pour tenter de retourner ce désavantage en avantage.

De leur côté, le groupuscule d'Elhahr est un peu plus haut, à une altitude de l'ordre de vingts pieds au-dessus du sol. Tous ont une épée dans la main et l'autre prête à projeter des sortilèges puissants à destination des Démons. Quant à ces derniers, ils lévitent simplement. Dans leur main respective se forme une épée à partir d'ombres. Dilvolg fait face à ses adversaires sur l'aile gauche du temple. Andralon est à droite et Eyazon est au centre. Il n'est pas utile de préciser que le Démon Eyazon va faire face au Seigneur du Palais Elhahr. Au moins deux raisons sont avancées pour justifier ce choix dans ce duel : la première est liée au fait qu'Eyazon aurait un rang un peu plus élevé que ses deux camarades ; la deuxième raison est qu'Elhahr veut laver l'affront que le Démon à fait à l'Endlenda, à Kaly et surtout à Gythè. Elhahr pointe sa lame flamberge en direction d'Eyazon, ce qui semble l'étonner étant donné que ce genre de lame de près de deux mètres n'est en possession que d'une seule personne dans tout l'Endlenda … et elle se trouve en face de lui. Elhahr ordonne à ses quatre soldats d'attaquer Dilvolg et Andralon.

- Allez-y, je vous attends de pied ferme !, raille Dilvolg à Pyrrhin et Kernòr.
- Doucement avec eux quand même, lui répond Andralon. Ce serait dommage que tu y laisses ta peau.
- Avec ces deux demi-portions ? J'en mange un au petit-déjeuner.
- Quand vous aurez fini de bavasser, nous pourrions en venir au fait, sale pourriture !, lance Pyrrhin.
- Toi, tu ne vas pas du tout monter dans mon estime, lui répond Dilvolg.

Spoiler:
Les quatre Elfes se jettent à l'assaut des deux Démons. Dilvolg commence en premier par lancer un sort en direction du crâne de Pyrrhin. Ce dernier s'empresse de le bloquer avec sa lame. Cela a pour effet de renvoyer une petite partie du sort en direction de son destinataire, que ce dernier esquive en penchant la tête sur le côté. Dilvolg se met à sourire d'une façon un peu stupide et fonce en direction de Pyrrhin. Moins de trois secondes plus tard et un bruit résonne dans le temple. Ce bruit, c'est celui des épées de Pyrrhin, Kernòr et Dilvolg qui s'entrechoquent. Avec son autre main, Dilvolg réussit à matérialiser une deuxième épée pour mettre Kernòr à distance. Il réussit à lutter contre deux adversaires de façon simultanée. Le rythme de la danse des épées devient de plus en plus effréné et les deux Elfes se rendent compte que leur adversaire est largement au-delà de leurs espérances. Dilvolg affronte les deux Elfes à l'épée sans trop de difficulté. Avec la température à l'intérieur du temple qui grimpe à grimper du fait des flammes et de l'ardeur au combat, des gouttes de sueur commencent à perler sur les fronts des trois épéistes. Dilvolg se bat très rarement à l'épée. Il préfère le combat à main nues ou bien l'utilisation de sortilèges particulièrement axés sur la destruction et la mutilation de l'adversaire. Pourtant, ses talents d'épéiste sont clairement impressionnant. De plus, le fait d'être ambidextre est un véritable atout.

En ce qui concerne Andralon, les choses sont un peu plus différentes que pour son collègue Dilvolg. Dùhin et Tashìn n'optent pas pour le combat rapproché. Dùhin n'est pas tant un maître de l'épée qu'un maître des sorts. Il commence par lancer une pluie de petites pierres acérées en direction du Démon. Ce dernier effectue une splendide pirouette pour esquiver la totalité de ces pointes de pierre. Tashìn tente de lancer une série d'éclairs en direction de son adversaire, mais celui-ci en esquive certains et en contrôle d'autres, avec une sorte de petit champ de force qui bloque l'avancée du sortilège. Visiblement très surpris devant cela, Andralon lance un jet de flammes à une vitesse supersonique. Dùhin ne se prive pas de créer un petit trou noir pour absorber ces flammes. Puis, avec un autre claquement de doigts, un petit trou blanc apparaît sous les pieds d'Andralon. La vitesse d'exécution de ce sortilège doit être élevée, sinon l'adversaire voit venir la riposte. En l'occurrence, la vitesse du jet de flammes est estimée à 250 km/h. La distance entre Andralon et Dùhin est de huit mètres. Le temps écoulé entre le moment où le jet de flammes a été crée, où le trou noir s'est formé, où il a absorbé les flammes, où il s'est résorbé et où le trou blanc s'est formé est de huit dixièmes de secondes. C'est le genre de choses qui peut paraître irrationnel si on doit penser cela avec un esprit de mathématicien. Tout cela a duré plus vite qu'un clignement d'un œil. En ce qui concerne le trou blanc, celui-ci expulse le jet de flammes à une vitesse identique à celle de départ mais … Andralon l'esquive en faisant un saut en vrille, un peu comme en patinage artistique. Cela ne l'empêche pas de lancer à ses deux adversaires :

- Mon acuité visuelle est très développée et je suis capable de prévoir le temps exact que met vos petits sorts de pacotille pour arriver jusqu'à moi.
Alors que la fête commence, lance Dùhin.

Et sans hésiter, il lance une rafale de sorts en direction de son adversaire, tout comme Tashìn mais ce dernier opte plus pour la protection par rapport aux sorts lancés par Andralon. Ce dernier, voyant tout ce qui arrive en direction de sa petite personne, bouge sur quelques centimètres pour esquiver tous les sorts. Après en avoir esquivé un, il bouge à nouveau et en évite un nouveau, et ainsi de suite. Puis, il avance en direction de Tashìn et disparaît pour se retrouver derrière lui, en profitant d'une rare erreur d'inattention. Voulant lui apprendre quelques tours, Andralon finit par être piégé par Dùhin qui s'est également mu d'une façon quasi-furtive et qui assène un coup de genou en plein dans le plexus d'Andralon. Ce dernier a beau porter une armure, les protections en métal des Elfes couvrent une grande partie du corps, y compris au niveau des rotules. La force avec laquelle Dùhin a frappé Andralon est assez puissante pour faire un trou dans un mur. Puis, il veut poursuivre avec un sort en pleine tête pour aveugler le Démon mais ce dernier s'envole à travers le temple.

Sans hésiter, les deux Elfes se mettent à sa poursuite et lui balancent une quantité de sorts qui, en temps normal contre un Elfe lors d'un entraînement, seraient difficiles à esquiver. Mais la puissance et les réflexes d'Andralon lui permettent de bloquer la plupart des sorts qui lui sont adressés. Il en envoie également à destination des deux Elfes qui le harassent de plus en plus. Mise à part les bruits de détonation des sorts et des chocs entre les épées, on entend le rire glacial d'Andralon qui se moque de Dùhin et de Tashìn. Mais, si un observateur voulait décrire les trois personnes en train de se battre, il ne verrait qu'une traînée de fumée noire poursuivie par deux traînées de fumée blanche. Elles traversent l'intérieur du temple à une allure folle. Personne parmi ces trois personnes n'arrive à prendre l'ascendant sur le camp opposé.

Au milieu de tout cela se trouvent les deux dernières personnes qui n'ont pas encore été évoquées au beau milieu de toute cette pagaille. En effet, il s'agit d'Eyazon et du Seigneur Elhahr. À partir du moment où les combats ont débuté de toute part, les deux personnes se font face, parfaitement immobiles et se fixant du regard. C'est limite si les yeux n'ont pas cligné une seule fois. Elhahr a toujours sa longue épée en main et Eyazon tient également son arme. Ce duel de regard est extrêmement important pour la concentration des deux combattants. Ils n'ont pas le droit de flancher, auquel cas leur camp aurait un sérieux désavantage. Aucun son n'est sorti. On croirait voir deux statues qui lévitent dans les airs. Elhahr commence à se rendre compte qu'il pourrait ne pas ressortir vainqueur de ce combat contre tous ces Démons. Le fait d'en battre au moins un serait quelque chose de largement dans ses cordes mais … en battre trois, même si on est considéré comme l'Elfe le plus puissant de l'histoire de l'Endlenda, cela relèverait d'un effort monumental.

- J'espère que vous êtes prêt à livrer le combat de votre vie, lance Eyazon.
- Je vous attends de pied ferme, Démon, réplique Elhahr.

Sur ce, les deux combattants rangent immédiatement les épées et se lancent des sorts d'une puissance magique totalement démentielle. Les détonations sont si sonores qu'elles perturbent tous les autres combattants dans le temple. Par ailleurs, les Elfes viennent de venir à bout des créatures obscures et se mettent à regarder les combats des trois Démons contre les cinq Elfes. Ils n'ont pas été autorisés à venir en aide pour déstabiliser les Démons – ce qui serait un énorme plus pour les cinq d'en haut – mais se méfient quand même des potentielles résurgences de la part des créatures obscures. Si on doit comparer cette scène avec une référence cinématographique, on pourrait choisir la scène de la bataille du Département des Mystères dans Harry Potter et l'Ordre du Phénix. Il y a pas mal de similitudes dans la façon dont les combats sont représentés, sans toutefois les imiter mouvement par mouvement.

La puissance des sorts magiques lancés par Eyazon et Elhahr est si élevée qu'elle cause des fissures dans les piliers et dans la voute en pierre du temple de Tihylisa. Puis, après quelques boules de lumière, de feu et d'éclairs, Eyazon finit par expédier un jet de flammes pourpres en direction d'Elhahr. Ce dernier réplique avec un puissant courant d'air, qu'il a nommé "Vent Divin d'Endlenda". Les deux jets magiques se percutent à une distance qui se trouve être le milieu de la distance qui sépare Eyazon d'Elhahr. La détonation est si particulière qu'elle fissure la totalité des piliers dans un rayon de plus de quinze mètres. Les deux combattants maintiennent leur sort. Eyazon ressent la puissance de ce "Vent Divin" et tente d'amplifier la puissance de son sort avec ses deux mains. Elhahr ne fait que contrôler son sort avec une seule main, l'autre main sert pour tenter de maintenir une certaine forme d'équilibre psychologique et physique.

- Est-ce que vous êtes en train de vous rendre compte d'une éventuelle erreur de jugement, Eyazon ?, lance Elhahr. Vous avez l'air anxieux et cette ride sur votre crâne déplumé tend à me faire croire cela.
- F … Fermez-la, vieux débris !, répond Eyazon.

Elhahr semble avoir raison. Celui qui semble être le chef des trois Démons est clairement mis en difficulté par Elhahr. Ce dernier réussit à repousser le jet de flammes pourpres et projette Eyazon jusqu'au fond du temple. Néanmoins, ce dernier se rattrape et dégaine son épée et se rue sur Elhahr. Bien évidemment, le Seigneur du Palais l'a deviné et il se tient juste face à lui, sa flamberge en main. Les réflexes d'Elhahr ne changent pas, peu importe les conditions dans lesquelles il se bat. Les bruits d'épée sont hyper rapides. On a l'impression que les deux combattants veulent en finir, ce qui est perceptible par la cadence des coups donnés. Les épées se trouvent à deux mètres et demi, la longue lame d'Elhahr lui confère un avantage certain dans le combat rapproché. Celles-ci tournoient dans l'obscure clarté du temple, toujours illuminé par des flammes qui se font de moins en moins étincelantes.

Elhahr est aisément reconnaissable en combat étant donné qu'il a encore un manteau par dessus son armure. On voit les différents pans qui s'agitent en même temps que le Seigneur du Palais se déchaîne avec sa lame. Il frappe avec une telle puissance et une telle vitesse que la seule chose qu'il est possible de voir, c'est de vifs éclairs dorés correspondant aux mouvements de l'épée flamberge. Eyazon arrive à suivre la cadence des coups d'Elhahr même s'il se rend de plus en plus compte que la fougue et la vivacité d'Elhahr n'a jamais été amoindrie avec les années.

- Voilà quelque chose que vous les Démons ne serez jamais capable de faire …, dit Elhahr.

Sur ce, il recule de trente centimètres. Puis, il pointe son épée en direction d'Eyazon, un peu à la manière d'un escrimeur, et attaque avec une série de moulinets que les Mousquetaires n'auraient pas renié. Dix secondes plus tard et l'épée d'Eyazon se brise. Le bras droit du Démon est également entaillé à deux endroits. Eyazon recule en se tenant le bras.

- Bon … qu'allez-vous faire de plus, ?, demande Elhahr.
- Oh … vous venez de faire quelque chose que vous allez regretter. Et nous trois, nous allons faire ça !
- Oh non pas ça …

Eyazon, Dilvolg et Andralon reviennent au niveau de l'autel, sous l'œil horrifié d'Elhahr. Ils écartent les bras et se mettent à réciter une incantation en langue interdite. Elhahr fait signe à ses camarades de reculer le plus possible et de faire le plus attention. Lorsque les incantations ont été récitées sans erreur, le sol se met à trembler. Les derniers mots entendus avant sont :

- Apparaissez ! Créatures de l'Obscurité Totale ! Démon de l'Enfer Eraser !, hurle Eyazon.
- Créatures de l'Obscurité Totale ! Démon de l'Enfer Deadroot !, hurle Dilvolg.
- Créatures de l'Obscurité Totale ! Démon de l'Enfer Avatar !, hurle Andralon.

La terre ne cesse de trembler pendant près de cinq minutes. Puis, le sol se fissure, se craque et s'ouvre. Des profondeurs du sol maudit d'Ostiàr jaillissent des flammes noires. Les Elfes sont totalement abasourdis devant ce qui se passe devant eux. Puis, le temple commence à être envahi d'une buée noire totalement opaque. Deux choses sont perceptibles cependant : le râle de deux créatures et deux paires d'yeux luisants. Une fois la buée dissipée, Elhahr a les yeux totalement écarquillés et est sans voix. Ses compagnons sont dans la même situation. Après une vingtaine de minutes de combat, les dix-huit Elfes se retrouvent face à trois créatures démoniaques totalement gigantesques, à tel point que le toit du temple ne va pas suffire à contenir ces créatures. L'une d'elle est un démon de couleur verte sale, avec un casque qui semble provenir d'un crâne de bouc. Le deuxième, celui du centre, est une grande créature serpentine avec deux bras et des ailes un peu moins étendues que la première. Il est de couleur ocre avec un éclat qui fait penser à du bronze. La dernière créature n'est autre qu'une sphère noire, rien de plus, rien de moins.

- Qu'avons-nous fait ?, se dit Elhahr.
- Qu'est-ce que c'est que ces choses ? demande un Elfe.
- Vous avez devant vous les trois Démons de l'Enfer : Avatar, dit Andralon en pointant la sphère.
- Voici Deadroot, dit Dilvolg en montrant fièrement sa créature verte hyper musclée et terrifiante.
- Et Eraser, dit Eyazon en pointant celui qui reste. Qu'allez-vous faire contre ces toutes puissantes créatures ?
- Ce que nous allons faire ? Les battre !, dit Elhahr.
- Fou aliéné !, lance Eyazon. Vous ne serez même pas capable de causer ne serait-ce qu'une simple égratignure sur ces monstres.

Elhahr regarde ces trois Démons et les probabilités de survie ne jouent pas en sa faveur. Il sait que pour les battre, il lui faudra compter sur toute l'aide, tout le courage et toute la combativité de ses soldats pour triompher, et en particulier celle de l'Elfe Noir. Mais où peut-il bien être ?


avatar
Messages : 1058
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le Démon d'un autre monde

le Dim 27 Mai - 23:48
Chapitre 41 - Les Temples Obscurs partie 3 - La rage du corbeau ...

Spoiler:
Les regards des Elfes se portent sur les trois créatures qui viennent de faire leur apparition dans un mur de flammes noires et de brumes obscures. Certains n'en croient pas leurs yeux. Devant eux se tient sans doute le plus grand défi de toute leur longue existence – à partir de trois cents ans on peut employer le qualificatif "long" –. Elhahr mesure la gravité de la situation. Faire face à trois Démons légendaires, dont on dit qu'ils seraient capable d'éradiquer toute forme de vie positive, ce n'est pas quelque chose à prendre à la légère. Et pourtant, ce n'est pas la première fois que le Seigneur du Palais a à affronter ces créatures. En effet, quelques uns des souvenirs qui ont resurgi pendant l'expédition montraient ces créatures, quasiment voilées par des ombres. Seule la forme et les yeux des créatures permettent de les reconnaître. Elhahr regarde un à un ses coéquipiers et tous semblent tétanisés devant ce spectacle démoniaque. Ne voulant pas partir défait, Elhahr décide de créer une barrière ectoplasmique entre les Elfes et les Démons. Eyazon penche la tête vers la droite et fronce un sourcil. Il dit avec un certain soupçon de moquerie :

- Attendez un peu, Elhahr …
- Qu'y a-t-il ?
- Sérieusement ? Vous avez la Trinité des Démons Infernaux face à vous et tout ce que vous faites, c'est … une petite barrière magique ? J'ai dit que votre épouse Gythè était une buse mais vous êtes bien au delà de tout ça.
- Je suis parfaitement au courant que cette barrière ectoplasmique n'est pas en mesure de repousser éternellement vos trois sal****ies, ne m'en faites pas la remarque. Je tiens juste à motiver mes troupes à donner tout ce qu'elles ont pour vous détruire.
- Des dernières volontés ?, s'étonne Eyazon. Je ne manquerais ça pour rien au monde. Je vais faire un bon geste et vous laisser procéder à ces dernières volontés. Andralon, je veux que tu filmes ça.
- Avec joie !, répond ce dernier en sortant une petite caméra numérique.

Elhahr tourne alors le dos aux Démons, ne laissant entre lui et ces derniers que la barrière ectoplasmique. Tous les soldats Elfes – sauf Senji que le Seigneur du Palais semble avoir oublié – écoutent attentivement ce qu'on va leur dire.

- Je tâcherai d'être bref. Vous avez été braves d'un bout à l'autre de cette expédition. Chacun d'entre vous aurait très clairement mérité de vivre plus longtemps. Depuis que nous sommes entrés dans ce temple totalement immonde, vous vous êtes conduits d'une façon des plus digne qui soit. Vous vous battez avec une ardeur digne de nos ancêtres les plus illustres. Mais je décèle beaucoup de peur et de nostalgie dans vos yeux. Je sais que vous préféreriez être au Palais à vous détendre. Pas la peine de le cacher, je l'ai lu dans vos pensées alors que je fixais Eyazon du regard.

Cette remarque ne semble pas plaire du tout au Démon qui se rend compte qu'il n'était même pas une priorité pendant la petite joute qu'il a eu face au Seigneur du Palais. Cependant, il ne bronche pas et se contente de regarder la scène d'émotion. Andralon est en train de filmer et Dilvolg est plié de rire.

- Je vous ai dit que cette expédition se terminera soit par la destruction des Démons ou bien par notre propre destruction, à nous, Elfes du Palais d'Endlenda. Cependant, je vais procéder autrement … et pour une fois, je ne vais pas respecter les lois du Palais.

Qu'est-ce que Elhahr veut dire par "ne pas respecter les lois" ? Il est le Seigneur du Palais depuis plus de mille ans. Il est âgé de près de deux millénaires et demi et dispose d'une sagesse qui est incomparable avec celles des Elfes qui lui sont contemporains. Ne pas respecter les lois serait quelque chose de totalement absurde chez lui. Même s'il lui arrive de ne pas respecter une discipline permanente, comme ses siestes au Conseil des Sages ou bien son caractère enfantin qu'il adopte de temps en temps, Elhahr reste un monument d'obéissance et de sagesse. Les Elfes qui regardent Elhahr sont surpris d'entendre cela. Le Seigneur du Palais sourit et reprend :

- La loi d'Endlenda stipule que la désertion est interdite. Cependant, compte tenu des circonstances dans lesquelles nous nous trouvons, je vais faire une entorse au règlement. Que ceux qui veulent s'en aller pour revenir au Palais le peuvent. Vous ne serez pas punis pour votre geste car c'est un ordre.
- Vous … vous êtes sérieux ?, raille Eyazon. Vous préférez virer vos propres troupes avant de nous affronter ? J'espère que tu filmes ça, Andralon.
- Et je filme, répond ce dernier.
- Je préfère vous voir fuir et défendre ma propre vie plutôt que de vous voir périr de la main de ces Démons. Alors je vous ordonne de survivre pour rendre l'Endlenda meilleur.

Un silence de mort règne dans le temple. Les trois Démons et les Créatures Infernales ne font aucun mouvement ni aucun bruit. Elhahr vient de lâcher une phrase qui pourrait être très lourde de conséquence pour l'Endlenda et surtout pour lui.

- Je vous ordonne de fuir !, répète Elhahr.
- Non !, dit Pyrrhin en s'avançant près d'Elhahr. Ne tentez pas de manœuvre désespérée en voulant nous épargner.
- Lorsque nous avons accepté de participer à cette expédition, dit Dùhin, nous avons également accepté la totalité des conséquences qui vont avec, et en particulier l'idée de mourir pendant le trajet aller ou retour et surtout au combat.
- L'honneur d'un Elfe est l'arme la plus puissante que nous possédons, dit Kernòr. Et cet honneur est supérieur à n'importe quelle créature démoniaque.
- Elhahr, vous êtes conscient que même votre toute puissance aurait du mal à venir à bout de ces Démons. Vous ne pouvez pas accomplir cela tout seul, explique Tashìn. Et pour ma part, je n'ai jamais dit que je partirai sans me battre.
- Alors si je résume, vous avez tous pris la décision de rester pour vous battre ?, demande Elhahr.
- Oui, Seigneur !, s'écrient les autres Elfes à l'unisson.

Les trois Démons sont pliés de rire devant cette scène qu'ils trouvent d'un pathétique. Elhahr regarde chacun des seize Elfes qui se tiennent debout, en armes, épée à la main. La détermination et la volonté de lutter de se battre jusqu'au bout est vraiment intense. S'il fallait idéaliser cette scène, on pourrait entourer chaque Elfe de flammes et en mettre dans leurs yeux, témoignant ainsi de leur ardeur au combat. Puis, le Seigneur du Palais baisse un peu la tête et se met à sourire. Après, il la relève et dit :

- À présent, puisque vous avez tous pris votre décision, l'heure de vérité vient d'arriver et nous aurons le droit à un combat final en apothéose contre une trinité de Démons. Êtes-vous prêts à vous battre ?
- Oui, Seigneur !!
- Alors faisons en sorte de nous battre jusqu'à la mort !

Tous les soldats Elfes lèvent leur épée au ciel et scandent un cri de guerre en elfique. La puissance de la sonorité provoque un champ sonique qui pousse les trois Démons – Eyazon et compagnie – à couvrir leurs oreilles. Les Créatures Infernales ne sont pas sensibles à ce champ sonique. Puis, Elhahr ordonne à chaque Elfe de charger un sort à destination de leurs adversaires tandis que ceux-ci frappent de toutes leurs forces contre la barrière ectoplasmique. Le fait de voir dix-sept Elfes en train de se préparer à résister le plus longtemps possible fait éclater de rire Eyazon, qui dit d'une voix malsaine :

- Je n'ai jamais vu une telle scène aussi pitoyable. Je crois qu'on pourrait vous décerner la palme de la naïveté à chacun d'entre vous.
- Croire que vous tous … vous sentir capable de tenir tête aux Trois Créatures Infernales, faut vraiment être simple d'esprit pour avoir ce genre de pensée en tête, dit Dilvolg.
- Il n'y a que des gens qui insinuent que la lumière dépasse les ténèbres qui peuvent se permettre d'avoir ces idées suicidaires, ajoute Andralon. Mais si c'est ce que vous désirez. Si vous avez envie de mourir ici, on va accepter votre requête.
- Créatures de l'Enfer ! Attaquez ces Elfes insignifiants !

Tel des marionnettes, les trois Créatures Infernales se mettent à bouger. Comme il n'y a pas beaucoup de place dans ce temple depuis qu'ils sont apparus, la structure du temple commence à faire défaut. Des fissures gagnent la totalité des murs et de nombreux piliers cèdent, sous l'effet du temps et surtout à cause des mouvements de bras d'Eraser et de Deadroot. Les Elfes se protègent des chutes de pierres tout en préparant une contre-attaque. Après trois minutes passées à faire quelques mouvements au ralenti, les Créatures Infernales finissent par s'en prendre à cette barrière ectoplasmique, dernier rempart des Elfes. Cependant, quelque chose éveille la curiosité d'Elhahr. Les trois Démons qui se tiennent derrière et qui ont invoqué ces créatures pourraient venir en aide à celles-ci mais elles se contentent de rester immobiles, comme si quelque chose les en empêche … Puis, l'étincelle jaillit dans l'esprit du Seigneur du Palais qui commence à sourire.

- Je sais comment nous allons procéder pour vaincre les ténèbres !
- Si vous avez un plan d'attaque, je crois que c'est le moment ou jamais de l'appliquer, répond Pyrrhin.
- Pyrrhin, Dùhin, Tashìn et Kernòr ! Vous continuez d'attaquer les trois lèches-bottes de Nephomet qui se tiennent derrière. Quant aux autres, je ne peux que vous dire d'assurer du mieux que vous pouvez pour repousser les assauts de ces Créatures !
- Oui, Seigneur !!, répondent tous les autres Elfes.

De son côté, l'Elfe Noir s'est complètement fait oublier par le reste des combattants dans le temple, Elfes comme Démons. Caché sous une pile de gravats, allongé sur le ventre, il assiste à la scène. Il a réussi à s'éclipser discrètement du champ de bataille, sans attirer l'attention d'Eyazon ou d'Elhahr. Passé maître dans la furtivité, Senji est totalement protégé d'une éventuelle attaque. Il est totalement hors de vue. Mais quelque chose dérange dans son attitude. Il est comme pris d'une soudaine panique, panique qui le fait trembler. Il est comme pris d'une sorte de convulsion assez faible mais assez forte pour qu'il tremble. Il murmure à lui-même : "La mort … La mort … elle est ici.". La vision le dégoûte et des larmes commencent à couler sur ses joues pâles. Néanmoins, s'il a des larmes qui coulent sur les joues, l'expression de son visage est contraire à celui d'une personne triste. … Au contraire, Senji a un large sourire dérangeant sur le visage. C'est limite s'il se passe la langue sur les lèvres, l'incitant à se préparer à passer à table et dévorer les cadavres qui resteront sur ce champ de bataille.

Senji regarde attentivement ce qui se passe. Les coups répétés de Deadroot sur la barrière finissent par la faire voler en éclats. Elhahr savait que cela ne ferait que lui donner un peu plus de deux minutes pour échafauder un plan de bataille … ou plutôt de survie en l'occurrence. Si tout se passe comme Elhahr l'a prévu, alors ils ont peut-être une chance de venir à bout d'un Démon. Au moment où Deadroot allait balayer la zone devant lui – avec comme cible Luptè et Sanhè –, Pyrrhin expédie un sort en pleine tête de Dilvolg. Déjà, le Démon hurle de douleur. Le sort utilisé a des effets identiques à celui d'un fer chauffé au rouge collé contre la peau. Mais ce qui se passe, c'est que Deadroot s'arrête immédiatement de bouger au moment où Dilvolg a été frappé par ce sort. Visiblement, cela ne plaît pas du tout à Eyazon qui regarde Elhahr. Ce dernier continue à sourire d'une façon qu'il trouve insolente.

- Dilvolg ! Andralon !, hurle Eyazon.
- Qu'est-ce qu'il y a ?, beugle Dilvolg.
- Soyez toujours en mouvement ! Tentez d'esquiver les sorts qu'on vous lance et essayer de vous défendre si c'est un combat rapproché !
- Pourquoi ?, répond Andralon qui commence à esquiver les sorts lancés par Dùhin et Tashìn.
- Parce que ces Créatures Infernales sont reliées à nous. Si on crève, elles disparaissent. Tu veux d'autres explications ou bien c'est rentré dans ton petit crâne ?
- Reçu cinq sur cinq !, répond Andralon qui commence à bouger de façon furtive.
- Tu as décelé la faiblesse de ces Créatures … sale enfoiré !, lance Eyazon à Elhahr.
- L'enfoiré comme tu le dis est sur le point de te renvoyer de là d'où tu viens.

Eyazon dégaine son épée et pare les quelques sorts qui lui sont adressés par Elhahr. Puis s'en suit une longue série de duel à l'épée entre les huit personnes : Eyazon, Dilvolg et Andralon chez les Démons et Elhahr, Pyrrhin, Dùhin, Kernòr et Tashìn chez les Elfes. La sueur dégouline de plus en plus chez les Démons. En effet, l'invocation de la Trinité Infernale nécessite une puissance magique extrêmement importante. Tellement importante que la vie de la personne qui a accompli le rituel d'invocation est comme reliée à celle de la Créature invoquée. Dans le cas présent, Dilvolg est relié à Deadroot, Andralon à Avatar et Eyazon à Eraser. Si l'un des deux meurt alors que l'autre est présent, ce dernier disparaît instantanément. Si le Démon invocateur subit des dégâts en combat, la Créature est immobilisée tant que le contact spirituel entre les deux n'est pas rétabli. Il faut disposer d'une très grande sagesse et vivacité d'esprit pour réussir à comprendre cela. Il semble que seul Elhahr dispose d'un esprit aussi développé pour arriver à comprendre cela et à construire des plans aussi cohérents.

Les combats à l'épée continuent de plus belle dans le temple. Tandis que Dilvolg, Andralon et Eyazon se battent contre ces cinq Elfes, les autres combattants Elfes tentent, de leur côté, d'affaiblir les Créatures Infernales à l'épée et avec des salves de sorts. La première cible des Elfes est Deadroot. Luptè et Sanhè, juste au pieds de ce dernier, sont les premiers à frapper la Créature Infernale. Ils attaquent au niveau des jambes. La créature fait environ cinq mètres de haut, ce qui fait que frapper au niveau des jambes est assez compréhensif. Deux autres Elfes, Dorhàn et Aynir, attaquent Deadroot avec des sorts au niveau des ailes et des bras. Si tout se passe comme Elhahr l'a prévu, Deadroot devrait tomber sous les coups des quatre Elfes. Dilvolg et Deadroot hurlent de douleur. Mais quelque chose ne semble pas fonctionner totalement comme le Seigneur du Palais l'a prévu. L'expression sur le visage de Dilvolg est totalement différente de celle de quelqu'un qui serait blessé. Il commence à s'énerver et à repousser les tentatives d'assaut de la part de Pyrrhin et de Kernòr. Et comme sa rage commence à exploser, celle de la Créature à laquelle il est relié commence également à accroître. Pendant que Elhahr se bat avec Eyazon, le Seigneur du Palais regarde ce que la Créature de Dilvolg est en train de faire.

Les Elfes qui se trouvent à proximité de Deadroot se rendent compte que celui-ci est de plus en plus menaçant. Luptè recule de plus en plus et ses yeux sont écarquillés. Puis, les yeux jaunes de Deadroot sont de plus en plus étincelants. Ensuite, la Créature Infernale effectue un balayage avec le bras droit. Aynir esquive le coup en sautant à plus de trois mètres de haut. Lui s'en tire mais … pas les trois autres qui se trouvent près de la Créature. Luptè, Sanhè et Dorhàn sont tous les trois balancés en arrière. Luptè est propulsé contre un pilier. On entend les bruits des fractures des bras et des vertèbres dans tout le temple. Le pauvre Elfe meurt sous le coup. Elhahr s'arrête immédiatement de se battre contre Eyazon et reculant un peu. En ce qui concerne les autres Elfes percutés : Sanhé se fait percuter au niveau des jambes et elles sont complètement brisées, au moment où il entre en collision avec le mur. Pour Dorhàn, son scénario de bataille s'achève avec une percussion en pleine tête. La suite est complètement affreuse dans le sens où la tête est quasiment arrachée du reste du corps. Une giclée de sang est projetée contre le mur. Avec un seul coup, la Créature Infernale vient de tuer trois personnes. Le Seigneur du Palais est totalement sous le choc. Il regarde les trois corps étendus sur le sol, totalement inertes, puis regarde Eyazon qui lui dit :

- Génial comme spectacle, non ?
- Je les vengerai. J'en fais le serment.
- Ils ne pouvaient pas mériter une mort aussi glauque.
- Ils partent avec les honneurs.
- C'est ça, c'est ça.

Spoiler:
Elhahr reprend son épée et tente d'asséner un coup puissant, précis et sans doute imparable à destination du genou gauche d'Eyazon. Une profonde entaille est visible dans ce genou. Cela a pour effet de dessiner une grimace des plus malsaines sur le visage du Démon. Comme pour Dilvolg, cela a un effet sur la Créature qui lui est alliée, Eraser. Il pousse un hurlement strident qui oblige tous les Elfes à reculer pour ne pas être plus vulnérable face à cette créature. La seule exception notable est Weyl, qui, à cause d'un manque de concentration avéré, se tord de douleur à cause du champ sonore crée par Eraser. Puis, la Créature agite ses deux bras et lacère toute la partie avant de Weyl, c'est-à-dire ses bras, son torse et surtout son visage. Le pauvre s'écroule, évidemment mort sur le coup. Son corps est devenu une véritable œuvre de boucherie, avec une ouverture du haut du lobe occipital jusqu'au niveau de la mâchoire inférieure, par laquelle de la cervelle s'écoule. Un œil a éclaté et du sang inonde le sol autour du corps. Les entrailles sont en partie déversées sur le sol. Ursyn qui se trouve au plus près de Weyl se met à vomir devant l'affreuse scène. Lui, il a été repoussé en arrière à cause du champ sonique et s'est blessé au niveau du pied droit, sans doute brisé.

Le Seigneur du Palais et les autres Elfes debout regardent ce qui vient de se passer et c'est absolument immonde. Le teint des visages devient de plus en plus pâle face à ces horreurs. Les Démons commencent à se délecter de ces horreurs. Voyant qu'ils sont en train de prendre un grand ascendant psychologiques sur les Elfes, ils font signe à leur Créatures de se défendre face aux assauts des Elfes. Ils semblent que ce sont ces trois Démons qui vont se battre contre les Elfes, armes à la main. Dilvolg décide alors de passer à l'offensive contre Pyrrhin et Kernòr. Les coups donnés par le Démon sont de plus en plus puissants et Pyrrhin commence à reculer. Kernòr est en grande difficulté. Ils se défendent comme ils peuvent mais Dilvolg semble disposer d'une maîtrise de l'épée assez développée. Pyrrhin adresse alors à Kernòr :

- Reculez pour mieux sauter !

Son coéquipier comprend immédiatement ce qui vient de lui être dit. Kernòr recule et pointe le bout de son épée en direction du Démon. Le combat est toujours au-dessus du sol, ce qui est un avantage pour Kernòr car il dispose d'une agilité dans les airs qui est assez élevée. Pyrrhin semble avoir une tactique car il laisse venir Dilvolg et bloque son épée avec une main, ce qui a des effets assez néfastes sur la peau de la main qui entre en contact avec l'épée. Puis, l'Elfe ordonne à Kernòr d'agir. Ce dernier "saute" au-dessus de Pyrrhin et Dilvolg pour tenter de lui infliger de sérieuses blessures. Mais au moment où sa pirouette se termine et où il s'apprête à frapper Dilvolg, il est totalement surpris par le fait que Dilvolg est complètement tourné vers lui. En une fraction de secondes, il a réussi à repousser Pyrrhin assez loin pour pouvoir se retourner et fixer Kernòr des yeux. Sans hésiter, le Démon frappe Kernòr avec son épée, causant une profonde entaille de cinquante centimètres de long sur le torse et de six centimètres de profondeur à certains endroits. Kernòr n'a même pas le temps d'hurler qu'il tombe comme une masse par terre, la face couverte de sang et de morceaux d'intestin. En voyant cela, Pyrrhin a une réaction d'orgueil assez importante. Il s'énerve de plus en plus et se rue sur Dilvolg. Il enchaîne une salve de trois sorts cuisants puis avec une passe d'épée. Dilvolg esquive deux des trois sorts avant de voir son épaule effleurée par le troisième sort. Puis, en constatant la rapidité avec laquelle Pyrrhin le met à l'épreuve à l'épée, Dilvolg recule de plus en plus.

Elhahr est toujours en train de regarder ce que fait Pyrrhin, tout en se battant contre Eyazon. Le fait d'avoir vu Kernòr abattu sous ses yeux ne l'a pas rendu plus sûr de lui et se met à foncer tête baissée face au Démon. Elhahr se rend compte que son ami est sur le point de se faire battre. Il ordonne à Laryin de venir en aide à Pyrrhin.

- Oh certainement pas !, réplique Eyazon.

On entend un bruit sourd. Elhahr bouge la tête de quelques degrés et voit Laryin étendu sur le sol, face contre terre et dans une mare de sang. Eyazon vient de lui lancer un sort qui lui a traversé la tête. Elhahr est donc contraint de voir Pyrrhin se battre seul. Il est de plus en plus essoufflé et se bat avec une hargne tellement ardente que Dilvolg semble mesurer cette puissance. Les coups pleuvent sur le Démon et il fait mouche. L'épée de Pyrrhin a fini par causer une multitude d'entailles sur les jambes de Dilvolg. Il se met à sourire et dit :

- C'est pour Kernòr.
- Et celle-là, c'est pour moi, dit Dilvolg. Regarde au niveau de ton poumon gauche.
- Oh … quelle … erreur … d'inattention.

L'épée de Dilvolg est plantée dans le torse de Pyrrhin et semble même ressortir de l'autre côté. Du sang commence à sortir de la bouche de l'Elfe qui a le teint de plus en plus livide. Pourtant, cela ne l'empêche pas de se saisir à nouveau de son épée et d'entailler sévèrement le bras gauche du Démon, le faisant hurler de douleur. Puis, Pyrrhin tombe sur le sol, ses yeux se fermant, et sous le regard dépité d'Elhahr qui vient de perdre un de ses meilleurs amis. Dilvolg sourit de façon sarcastique et se rue en direction des autres Elfes au sol. Elhahr regarde alors du côté d'Andralon et ce qu'il voit ne le réjouit pas plus. Kashìn et Dùhin viennent également de se faire transpercer par une multitude de sorts. Dùhin en perd un bras et une jambe tandis que Tashìn est brisé en plusieurs morceaux. Ces deux-là aussi tombent au sol, laissant le champ libre à Andralon pour s'occuper des autres Elfes au sol. Les compagnons d'Elhahr tentent de se battre sans relâche mais un à un, ils subissent un coup puissant qui les mutilent. Ursyn, Aynir, Murhièn, Felnòr, Torhyin, Narhàn et Kyùdan sont tous étendus par terre, en train de se se protéger via des boucliers magiques. Les épées ne sont même plus utiles. Seule la magie leur confère un espoir de s'en sortir, même s'il est de plus en plus minime.

- Alors, Seigneur du Palais, lance Eyazon, on dirait qu'on est dans une situation pas jolie jolie ?
- J'en prends l'entière responsabilité.
- Oh, c'est bien d'en assumer les conséquences, dit Eyazon. Mais …
- Mais quoi ?
- Rien. Je me demandais juste où est-ce que …
- Que quoi ? C'est bon, j'ai compris. SENJI !! ESPÈCE DE LÂCHE !! MONTREZ-VOUS !!, hurle Elhahr.

Il ferme les yeux et envoie une décharge au niveau maximal dans le collier, c'est-à-dire à un million de volts et demi. À ce niveau, rien ne peut survivre, mais comme c'est Senji, il y a encore un moyen pour qu'il en sorte vivant. Elhahr regarde toujours les trois Créatures Infernales mais tant qu'Eyazon ne leur donnera pas l'ordre d'effectuer le moindre mouvement, elles resteront figées. Elles sont devenues des marionnettes et les ficelles sont tirées par les Démons.

- Ah ! Je l'avais oublié celui-là, dit Eyazon d'une voix calme mais glaciale.
- Qu'est-ce qu'on fait ? On le cherche ?, demande Andralon.

Il n'obtient pas de réponse de la part d'Eyazon. En même temps, quelque chose vient de perturber l'ambiance électrique de cette bataille. Tout le monde s'arrête de bouger et tend l'oreille. La seule chose qui est captée par les personnes présentes sont des sortes de respiration très lourde, un peu comme lorsque quelqu'un fait une crise cardiaque. Ensuite, l'atmosphère devient de plus en plus sombre, encore plus qu'elle ne l'était au début du combat ou quand les Elfes ont mis les pieds dans le temple. Des voix provenant de nulle part résonnent dans le temple et les Démons semblent en avoir peur :

- Ne t'en vas pas ! … Ne t'en vas pas !
- Qui … Qui parle ?, demande Eyazon.
- Il n'y a nulle part où aller … Reste ici !
- C'est quoi cette blague ?, demande Dilvolg.

Tout le monde cherche d'où ces voix peuvent provenir. Elles sont très graves, un peu comme celle d'un diable ou d'une personne malfaisante. Elhahr commence à comprendre d'où ces voix proviennent.

- Allez ! Viens t'amuser … Tes yeux ne voient que des proies ! Pourquoi tu pleures ? Éclate-toi !
- …
- Fais ressortir tes instincts … la vue du sang … ce liquide plus précieux que de l'or …
- …
- Il n'y en a pas assez ! Pas assez ! Trop peu pour s'en délecter !
- …
- Arrêtons de nous cacher et réveillons cette bête tapie dans l'ombre ! Satisfaisons nos désirs les plus primaires !
- C'est Senji ! Attaquez n'importe où !, ordonne Eyazon.
- Il est inutile de fuir, totalement inutile ! Je sais que c'est ce que tu désires le plus … du sang. Nous goûterons ce délice. Notre langue est prête à apprécier cet effrayant et formidable festin funéraire.
- Il doit être en train de délirer, dit Dilvolg.
- Raison de plus pour l'attaquer !, répond Andralon.
- VIENS AIGUISER TES CROCS SUR LEUR CHAIR !!, hurle cette voix. C'est nous qui en tuerons le plus. Notre joie n'en sera que plus comblée.
- Je serais vous, dit Elhahr aux Démons, je reculerais et me préparerais à me défendre contre ce qui va en sortir.
- Il y a un problème … Je suis … tourmenté par le fait de devoir tuer … Mais ce n'est pas important … Tout ce que tu as à faire, c'est de sortir leur âme de leur corps et de dévorer l'intérieur.
- Je ne suis pas tellement rassuré par ce qu'il vient de dire, adresse Andralon à Dilvolg.
- Pour une fois, je suis d'accord avec toi. Il commence à me faire peur.

Puis, un petit silence suit cette dernière réplique de Dilvolg. Plus personne ne bouge et se contente de fixer le tas de gravats d'où semblent provenir les voix. Elhahr se tourne alors vers les quelques soldats qui sont encore en vie et leur fait un signe de tête. Ces derniers comprennent la signification de ce signe de tête et déploient des boucliers magiques tout autour d'eux. Elhahr fait de même. Puis, Andralon tente de jeter une petite pierre en direction du tas de gravats pour voir s'il y a une éventuelle réaction humaine. Eyazon écarquille les yeux. Elhahr dit tout bas : "Toi, tu viens sans doute de faire la plus grosse erreur de ta vie.".

La réaction obtenue n'est sans doute pas celle escomptée. Au moment où le petit caillou jeté par Andralon touche le tas de gravats, celui-ci explose et oblige les deux Démons à se protéger en se jetant au sol. La détonation secoue le temple qui commence à ne plus trop ressembler à un édifice. Lorsque tous les gravats sont retombés par terre, tout ce qu'on peut distinguer, c'est un vaste brasier et au milieu de celui-ci … Senji. L'Elfe Noir se tient debout, face aux Démons, le sourire on ne peut plus digne de la démence la plus profonde. Il pose la main sur son collier électrique et l'arrache d'un coup sec. Étant donné qu'il était pratiquement soudé à la peau, le fait d'avoir la peau du cou arrachée le fait hurler de douleur. Mais comme c'est d'un fou dont il s'agit, cette douleur se transforme en un rire tellement sinistre qu'il glacerait le sang de n'importe qui. Eyazon semble craindre cet état psychologique de Senji et recule un peu. Elhahr ne dit rien, malgré le fait qu'il se rend compte que le collier ne sert plus à rien et qu'il doit sans doute avoir atteint un niveau de folie ultime. Des larmes de sang coulent des yeux de l'Elfe Noir qui dévisage l'intérieur ravagé du temple. Il dit ensuite :

- Notre devoir est de massacrer tout ce monde. Ne nous cachons plus, il n'y a nulle part où aller !
- Mais qu'est-ce qu'il dit ?, demande Eyazon, de plus en plus intimidé.
- Posez la question à l'intéressé, moi je n'en sais rien, répond Elhahr. En tout cas, il va bien s'amuser.
- Vous êtes les mêmes … Vous êtes les mêmes … Personne n'en réchappera, c'est l'heure de passer à table ! Voyons qui fera le plus de victimes ! Laissons déferler ce flot de rage, de violence et de puissance sur ce champ de bataille ! Nous allons élever une pile de cadavres qui touchera les nuages ! Aucune pitié pour les faibles ! ATTAQUE !

Spoiler:
Et de façon quasiment instantanée, Senji se rue en direction de Dilvolg et d'Andralon qui se trouvent à moins de quatre mètres de lui. L'aura qu'il dégage est nettement plus ténébreuse que celles des Démons. Lorsqu'il se déplace, une grande traînée de fumée noire apparaît. Le premier à être touché est Andralon. Même son acuité visuelle super développée ne peut pas grand chose face à la force physique de Senji. Le Démon tente de fuir de façon furtive mais il est attrapé par le cou par Senji. Il est ensuite traîné en arrière. Senji lui adresse pas moins de six droites en plein visage, lui fracturant une orbite et le nez. Puis, il le jette comme une vulgaire marionnette en direction du plafond. Le Démon n'a même pas le temps de se rendre compte qu'il est projeté en l'air que sa course s'arrête sur le plafond. Senji fonce ensuite comme une véritable fusée en direction d'Andralon, visiblement scotché en haut. L'Elfe Noir continue à frapper Andralon jusqu'à ce que le morceau de plafond où il se trouve explose. Andralon fait une chute de quinze mètres avant de s'écraser par terre. Il n'est cependant pas mort, juste extrêmement sonné et a le tournis. Il reste étendu par terre, inconscient.

C'est au tour de Dilvolg de subir la fureur de Senji. Il tente de le transpercer de son épée mais Senji n'est décidément plus dans son état normal depuis longtemps. Il a dégainé Morglay et frappe de toutes ses forces contre Dilvolg. L'épée de ce dernier est brisée au premier coup donné par Senji. Son adversaire est ensuite expédié à son tour contre de la pierre. Dilvolg traverse la totalité du temple en explosant les piliers avec son dos. Eyazon n'en revient pas et Elhahr non plus. Senji a toujours son sourire malsain gravé sur le visage et son attention se tourne à présent vers Eyazon. Elhahr décide alors de se mettre à couvert et d'aller aider ses compagnons blessés. Eyazon regarde Senji. Il le fixe sans bouger pendant trente secondes, et pendant ces trente secondes, l'Elfe Noir n'a pas esquissé le moindre mouvement, se contentant de le fixer des yeux et de sourire de façon diabolique. Le Démon commence à trembler en voyant la tête de Senji légèrement penchée vers la gauche et du sang qui s'écoule de la bouche et des yeux. Les bras tremblants d'Eyazon traduisent sa peur. Eyazon lance un sort explosif. Senji ne semble pas avoir bougé d'un iota lorsque la détonation retentit. Puis, lorsque la fumée se disperse, il n'y a rien.

- Je jure qu'il était là !, hurle Eyazon. Il ne peut pas avoir dis...
- Je peux ? Je peux ?, dit une voix grave derrière lui.
- …
- OUI ! NOUS POUVONS !

Eyazon se rend compte de ce qui est en train de se passer derrière lui. Il tente de se retourner mais Senji est hyper rapide et le mord à la gorge. Eyazon hurle de douleur et des larmes semblent couler de ses yeux. Il se débat autant qu'il peut avant de finir par le repousser. Son cou est devenu tout bleu, avec les traces parfaites des dents de Senji. Elhahr commence à en avoir des nausées en voyant cela. Les autres Elfes ont le teint qui bascule au vert en voyant le cou meurtri d'Eyazon. Senji se dresse cette fois face à Eyazon, la bouche pleine de sang et de quelques morceaux de chair du cou du Démon. Eyazon tremble de tout son corps avant de se faire expédier tête la première contre l'autel du temple. Lui aussi est inconscient. Le silence règne alors dans le temple de Tihylisa tandis qu'Elhahr essaye de discerner une trace de vie du côté des Démons. Avant qu'il puisse dire quelque chose à Senji, il entend quelque chose auquel il ne devait sans doute pas s'attendre :

- Créatures Infernales ! Attaquez cet Elfe !, dit une voix très grave, plus encore que celle du fou Senji.
- … C'est lui …, dit Elhahr en amplifiant la puissance de son bouclier protecteur.

La voix grave réussit à animer à nouveau la Trinité des Créatures Infernales, au grand dam d'Elhahr. Avatar, Deadroot et Eraser commencent à rugir dans le temple, l'endommageant de plus en plus. À présent, les Trois Créatures Infernales sont en train de porter leur attention vers Senji, toujours dans les airs et sans doute pas plus intimidé que cela en voyant ces trois horreurs.

Elhahr s'attend au pire du pire en voyant Senji, mesurant à peine 1,80m, face à ces Créatures Infernales qui font au moins trois fois sa taille. Elhahr fait signe à ses compagnons de bien faire attention à ce qui va se passer et à se préparer à sortir du temple en cas de gros problème. Tandis qu'il arrange les blessures des quelques Elfes comme il peut, il continue à garder un œil sur Senji qui se met à nouveau à rire d'une façon tonitruante. Il est plus psychopathe que psychopathe. Il est indescriptible et pas seulement parce qu'il est dos à Elhahr. Deadroot commence à attaquer Senji le premier mais son coup de poing assez dévastateur ne trouve pas d'autre destinataire qu'un haut de pilier. Senji a esquivé ce poing en moins d'un centième de seconde. Il continue à rire, ce qui commencerait à agacer n'importe qui à la longue. Puis quelque chose attire l'attention des Elfes.

- Que fait-il ?, demande Ursyn.
- Là, il est en train de se métamorphoser. Attention à vous parce que cela risque d'être … explosif, répond Elhahr.

En effet, un gros nuage sombre entoure Senji. Ça fait un peu comme un petit cumulonimbus noir chargé d'électricité. La voix grave du début revient et elle n'est franchement pas rassurante :

- Faible ou fort ! Ils ne sont rien ! Déchirons-le juste assez pour satisfaire notre joie !

Une fois que le nuage d'orage est dissipé, Senji a laissé place à un gros corbeau, avec un bec très pointu et d'un gris éclatant. C'est exactement le même corbeau qui a détruit Ananta un peu plus tôt dans l'expédition. Ce corbeau déploie ses ailes et tout à coup, sa taille est multipliée par cinq. À présent, son envergure est d'au moins huit mètres et sa taille est d'environ sept mètres et demi. Il pousse un croassement tellement puissant qu'il agit comme un champ sonore projeté par une des trois Créatures Infernales. Deadroot est touché de plein fouet et semble tomber à la renverse. Il va ensuite picorer Eraser qui hurle à son tour. Il pousse un second croassement et expédie des plumes noires acérées en direction de ces deux Créatures, certaines se plantant dans leur chair.

Après s'être métamorphosé en corbeau, Senji opère une autre métamorphose. Cette fois, il est devenu un grand dragon noir. Ce dragon crache de puissants jets de flammes blanches en direction d'Avatar. Étrangement, c'est la seule des Trois Créatures Infernales qui n'a pas encore été attaquée. En même temps, cette sphère noire doit sans doute révéler des surprises plutôt funestes. Face à ces flammes blanches, Avatar répond avec une sorte d'épais filament noir visqueux qui va affaiblir les flammes, tout en se carbonisant progressivement à leur contact. Deux autres jets de flammes percutent Avatar mais ce dernier ne bouge pas. La seule chose visible est une large trace de brûlure qui a dû créer quelques fissures sur la couche externe de la sphère. Il y a même quelques parcelles de cette couche externe qui tombent au sol, ne laissant qu'une étrange sous-couche blanche. La fracture ne doit pas faire plus de dix centimètres de diamètre, ce qui est assez petit compte tenu de la taille d'Avatar. Senji s'arrête immédiatement de bouger et se demande ce qu'il peut y avoir à l'intérieur de cette créature. L'Elfe Noir revient sous sa forme originelle et tente de voir de que ce c'est que cette matière blanche.

En réalité, Senji n'esquisse pas le moindre geste en voyant que cette matière blanche semble être en mouvement. Il essaye de mieux voir ce dont il peut s'agir et ce qui apparaît est tout à fait surprenant. Cette matière blanche bouge jusqu'à laisser apparaître un cercle noir au milieu d'un autre cercle rouge sombre. Ces deux cercles bougent un peu partout. Avatar se met aussi à bouger un peu partout, visiblement énervé par ce qu'il vient de subir. Mais la chose la plus étrange, c'est que ces deux cercles semblent grossir quand ils sont placés juste devant Senji. Cela ne fait aucun doute pour le Seigneur du Palais qui crie à l'encontre de Senji :

- Senji ! Il s'agit d'un œil ! Faites attention !
- Un … Un œil ? Vous êtes sérieux ?, demande Kyùdan.
- Absolument. Le revêtement extérieur d'Avatar est son corps.
- Mais comment fait-il pour voir ?
- Il doit avoir des capteurs sensoriels qui anticipent chaque mouvement qui viennent vers lui. Il déploie alors une arme de défense qui est toujours un peu plus puissante que celle qui l'attaque. C'est totalement diabolique mais nous n'y pouvons rien.
- Et que va-t-il arriver à Senji ?, demande Ursyn.
- Aucune idée mais Avatar n'a pas l'air d'être très content d'être dans cette situation.

Elhahr sait qu'il a raison. La grosse sphère avec la partie d'œil qui est visible commence à bouger sur de minuscules distances, de l'ordre du centimètre. Puis, une sorte de son strident résonne dans tout le temple. Les Elfes se bouchent les oreilles. Les Démons qui gisent au sol, inconscients, semblent totalement protégés de ce cri. Cependant, Senji ne se bouche pas les oreilles. Est-ce que c'est dû à l'inattention ou bien est-ce que c'est totalement volontaire ? En tout cas, il a l'air de mal supporter le bruit provoqué par Avatar. Il tente de se couvrir les oreilles mais se met lui aussi à pousser toute sorte de hurlements à glacer le sang. Si quelqu'un veut devenir sourd, il n'a qu'à se rendre dans le temple de Tihylisa au moment où Avatar et Senji émettent ces sons stridents. L'Elfe Noir commence à se tortiller de partout. Il fonce contre tous les murs, souvent tête la première et se frappe contre ces murs. "Il est fascinant.", se dit Elhahr.

Il remarque le développement de la folie de Senji, qui continue à enchaîner les actes qu'on pourrait qualifier de stupides, à savoir se frapper sans cesse contre les murs. Ce qui ne dérange pas, c'est qu'il rit de plus belle, et son rire est du pareil au même, c'est-à-dire celui d'un être qui a sombré dans la folie la plus pure, sans avoir eu recours à quelconque substance à effets psychotropes. Il se tient le front puis se métamorphose à nouveau. Cette fois, le résultat est un ange géant, de l'ordre de six mètres de haut, tenant une grande épée de trois mètres et demi. Au même moment, Eraser et Deadroot se relèvent petit à petit après l'attaque de Senji. On revient à une formule de combat à un contre trois, avec toutefois un certain équilibre sur la taille des quatre combattants. L'Ange Noir – Senji – crée un gigantesque cyclone en battant des ailes. La force du vent engendré est bien au delà de 100 km/h et les Créatures Infernales ne semblent pas apprécier ce vent. Eraser réplique en envoyant une grande décharge électrique de sa gueule vers Senji. Ce dernier pare la décharge avec son épée mais cela n'empêche pas Eyazon de maintenir cette décharge. Avatar déploie une dizaine de tentacules visqueuses qui s'enroulent autour des ailes et de la taille de Senji. Il cesse alors de faire des courants d'air géants. Deadroot en profite pour le frapper de toutes ses forces au niveau de l'abdomen mais Senji réussit – on ne sait pas comment – à bloquer le poing de Dilvolg avec son autre main.

La scène est totalement incroyable. D'un coté, on a un Ange géant qui se bat contre les Trois Créatures Infernales. De l'autre côté, on a ces mêmes Créatures en train d'attaquer cet Ange mais celles-ci sont quasiment toutes bloquées par l'Ange. Elhahr n'en croit pas ses yeux. Senji ne vacille pas et se contente de bloquer ces attaques. Les Elfes se relèvent et contemplent ce spectacle tout à fait captivant. Sans hésiter, Elhahr ordonne à ses derniers compagnons :

- Soldats, expédiez une salve de vos sorts les plus puissants contre ces Trois Créatures Infernales, sans toucher Senji !
- Oui Seigneur !!, répondent ceux-ci.

Un peu comme une grosse mitrailleuse, les Elfes se mettent à expédier plus d'une centaine de sorts à destination de ces Créatures Infernales. Cependant, le fait que tous sauf Elhahr ont été blessés entre en compte dans la puissance de ces sorts. Ils perdent peu à peu de leur puissance avant d'arriver au niveau des destinataires. La plupart provoque une légère douleur mais il ne sont pas si dangereux. Même les meilleurs sorts d'Elhahr ne semblent pas avoir d'effets aussi puissants sur ces Créatures. Elhahr décide de prendre les choses en main et charge une sorte de grosse boule de feu, en compagnie de certains de ses compagnons qui ont encore assez de forces. Une fois cette boule chargée, Elhahr l'expédie à toute vitesse en direction d'Eraser. L'effet escompté est tout simplement une explosion de la Créature mais …

- Qu'est-ce qui se passe ?, hurle Elhahr.

La question du Seigneur du Palais est parfaitement légitime. En effet, lorsque la boule de feu magique allait percuter les Créatures, et en particulier Eraser, celles-ci ont soudainement disparu, comme par magie – avec un claquement de doigts –. La boule de feu va alors terminer sa course en plein dans le plafond du temple, qui n'avait sans doute plus beaucoup de temps avant de s'effondrer. Et cela va même au delà de tout ça puisque les murs du temple explosent. Elhahr déploie alors un bouclier magique de protection mais étant secoué par cette explosion, la puissance utilisée s'est réduite et a cessé de protéger ses compagnons. Tous sont alors propulsés quelques mètres en arrière, très amochés. L'Elfe Noir s'est de nouveau métamorphosé en corbeau. Il n'y a aucune explication quant au fait de savoir comment il a fait pour survivre à cette explosion.

Senji pousse plusieurs croassements et se met à s'envoler un peu partout dans le périmètre du temple. Il vole à toute vitesse, sans doute désorienté. Puis, il s'arrête devant des cadavres d'Elfes qui ne sont quasiment plus reconnaissables tant les dégâts sont importants. L'Elfe Noir se met alors à picorer dans les corps mutilés et en ressort des morceaux de chair, des intestins, des muscles et se met à les ingérer, au plus grand dégoût d'Elhahr qui continue à regarder cette scène, debout. Après avoir mangé un peu, le corbeau décide de s'envoler en poussant un dernier croassement, sous le regard intrigué d'Elhahr. Le corbeau s'envole en direction du nord, voulant sans doute se rendre dans un endroit paisible et où sa folie pourrait s'arrêter temporairement. "C'est ça … enfuis-toi, Senji. Kaly saura te retrouver. Elle aura besoin de toi, se dit Elhahr en regardant le détenu de Lietas immatriculé 000001 s'envoler au loin. Au moins, le Seigneur Garia va être content de ne plus te revoir.".

Puis, le Seigneur du Palais accourt près des Elfes qui ont subi le souffle de l'explosion de plein fouet. Ils sont encore tous conscients mais grièvement blessés. Le premier qu'il a sous les yeux est celui d'Ursyn. Ce dernier lui dit d'une voix très faible :

- My … Myrhià …
- Je vais vous ramener à elle, Ursyn. Je vous le promets.
- Elle … elle me … manque … Je l'aime …
- Je vous ramène tous en Endlenda. C'est fini …, dit Elhahr.
- Pour … quoi est-on … venu ici ?
- J'en suis vraiment navré, dit Elhahr.
- Moi aussi je suis navré de devoir assister à cette scène vomitive au possible mais notre combat n'est toujours pas fini, dit une voix glaciale.
- … A … Adieu … mon Seigneur, dit Ursyn en fermant les yeux après un dernier râle.
- Comment ?, dit Elhahr en gardant les yeux rivés sur Ursyn, puis en regardant les autres corps, tous transpercés d'une lance.
- Soyez raisonnable, Elhahr !, répond la voix glaciale. Si nous devons en découdre, autant écarter les boulets.
- Sale enfoiré !, dit Elhahr en laissant Ursyn par terre et en se retournant.

Face à lui se tient à nouveau Eyazon, Dilvolg et Andralon. Ils sont tous les trois debouts malgré les séquelles des combats face à Senji. Elhahr se demande encore comment ils ont fait pour s'en sortir.

- Je suis sûr que vous vous demandez ce qu'on fait encore là, répond la voix glaciale d'Eyazon.
- À ton avis.
- Nous avons renvoyé les Créatures Infernales dans les profondeurs des Enfers juste avant qu'elles ne soient atteintes par votre boule de feu. Une seconde plus tard et nous aurions été tués tout comme elles. Mais le fait de les avoir renvoyées dans les profondeurs des Enfers nous ont permis de retrouver notre puissance. Et là, nous sommes prêts pour le combat final face à vous.
- C'est une explication qui me convient, répond le Seigneur du Palais. Je suppose que ce combat se soldera par une défaite cuisante.
- La vôtre, en effet, répond Dilvolg.

À présent, l'issue de ce terrifiant combat entre Elfes et Démons repose entre les seules mains du Seigneur du Palais. Tous ses compagnons ont été tués par les Démons et leurs fichues créatures. Tandis que Elhahr doit se battre seul contre ces trois Démons, le corbeau s'enfuit en battant des ailes à destination d'un endroit qui lui sera plus paisible. Le début de la fin est presque terminé.


avatar
Messages : 1058
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le Démon d'un autre monde

le Lun 28 Mai - 0:07
Chapitre 42 - Les Temples Obscurs partie 4 - Balance déséquilibrée ...

Spoiler:
Pendant que le Seigneur du Palais est en train de lutter pour sa survie et celle de l'Endlenda, la totalité de son équipe étant décimée, la personne qui s'occupe de le remplacer au Palais reste dans l'infirmerie, toujours inconsciente. Elle est étendue dans un lit depuis des heures. La totalité de ses plaies ont été bandées par son amie Myrhià, toujours assise à côté d'elle. L'Elfe médecin cherche toujours à comprendre ce qu'Elhahr a voulu lui dire par télépathie et surtout ce qui a pu se produire pour qu'elle soit dans cet état. Kaly n'a pas ouvert les yeux depuis qu'elle a été trouvée inconsciente.  Myrhià se met alors à parler à son amie, même si elle n'est pas consciente, ce qui donne l'impression qu'elle parle toute seule.

- Kaly … je suis sûre que tu as un gros poids sur la conscience pour en arriver là. Tu sais qu'Elhahr s'est rendu compte qu'on t'a trouvé inconsciente. On a besoin de toi, je crois qu'il y a de gros problèmes dans les Montagnes de l'Est. Je vais te laisser dormir mais … honnêtement, je prie pour que tu te réveilles et que tu commences à préparer une défense du Palais.

Myrhià se lève de sa chaise et se dirige en dehors de l'infirmerie. Cependant, au moment où sa main se pose sur la grande poignée de porte, elle entend une faible voix de femme. Myrhià semble entendre cette voix et se retourne. Il n'y a qu'une seule personne dans l'infirmerie donc ce n'est pas trop compliqué de savoir qui a pu émettre ce faible son. Myrhià revient alors en direction du lit où Kaly est en train de dormir. Et en effet, celle-ci ouvre à peine les yeux. Elle est très faible.  Le soulagement se dessine sur le visage de l'Elfe médecin.

- Kaly …
- My … Myrhià …
- Je suis là. Ne t'en fais pas. On s'est occupé de toi.
- Que … m'est-il … arrivé ?, demande Kaly d'une voix faible.
- Tu as laissé tes émotions prendre le dessus. Et ce sont deux gardes qui t'ont retrouvée dans une petite salle dans une aile du Palais. Tu étais bien amochée et j'ai réussi à soigner la quasi-totalité de tes blessures. Et là, tu dois te reposer.
- C'est vraiment adorable de ta part. Merci beaucoup, Myrhià.
- Je ne fais que mon devoir envers la Dame du Palais.
- Depuis combien de temps suis-je ici ?
- Ça va faire plus de sept heures que tu dors ici.

Kaly est totalement affaiblie et elle a toutes les peines du monde à lever ses mains pour remercier Myrhià. Elle tremble suffisamment pour ne pas réussir à les lever. Myrhià saisit ses mains et les serre chaudement.

- Tes mains sont gelées.
- Je suis totalement épuisée, répond Kaly. Il faut que je me repose le plus possible. Tu veilleras sur moi encore quelques heures.
- Je sais. Mais je crois que tu vas devoir récupérer très vite.
- Pourquoi est-ce que tu me dis ça ? Est-ce qui s'est passé quelque chose pendant mon … hospitalisation ? Est-ce que Elhahr est revenu de son expédition ?
- C'est … C'est plus compliqué que ça, dit Myrhià, le visage fermé.
- Qu'est-ce qu'il y a ?, demande Kaly. Raconte-moi ce qui s'est passé.
- Elhahr a sans doute de très gros soucis en Ostiàr. Il a ressenti la peine que tu pouvais avoir et il m'a demandé de te dire plusieurs choses.
- Quelles sont ces choses ?, demande Kaly.
- Il m'a dit de te dire que tu devais rester calme et que lui et Gythè seront toujours fiers de toi quoi qu'il arrive.
- C'est vraiment gentil mais je ne comprends pas pourquoi il t'a demandé de me dire ça.
- Il a continué en disant que si son expédition venait à échouer, c'est toi qui aura la lourde tâche de ramener la lumière en Endlenda.
- Donc ça veut dire que son expédition est quasiment terminée et qu'il ne risque pas de revenir.
- C'est tout à fait possible. J'en suis même navrée pour toi.
- Pourquoi en serais-tu navrée ?
- Parce que s'il ne revient pas de cette expédition, c'est qu'il est sans doute …
- Je ne ressens pas de douleur aussi profonde dans mon cœur.

Au même moment où Kaly dit cette phrase, Myrhià est en train de se tenir le ventre, un peu au-dessous du buste. Son regard est soudainement devenu vide et sa respiration se bloque un petit peu. La seule question qui est venue à l'esprit de Kaly est d'une simplicité tout à fait dramatique :

- Qu'est-ce que tu as ?
- Moi, je ressens une grande douleur au niveau du cœur.
- Tu as mal quelque part ?
- Je … ne crois pas que cette douleur soit le fruit d'une blessure physique. Il s'agirait plutôt de quelque chose de plus profond encore, comme si on venait de m'arracher quelque chose auquel je tiens particulièrement.
- Je crois avoir compris de quoi il peut bien s'agir.
- Dis-moi.
- Ne m'en veux pas pour ce que je viens de faire mais je viens de regarder au plus profond de tes yeux et j'ai vu que tes pensées étaient, pour une partie, tournées vers Ursyn.
- C … Comment …
- J'ai pu apprendre cela grâce à Elhahr. Et cette douleur n'est pas une coïncidence. Si elle survient à ce moment précis, c'est qu'il est …
- Je … Je ne peux … pas le croire, dit Myrhià avant de fondre en larmes.

Elle va immédiatement se blottir dans les bras de Kaly, pleurant toutes les larmes de son corps. Kaly n'a même pas besoin de terminer sa phrase pour que son amie comprenne que Ursyn, qui lui a pourant promis de lui revenir vivant d'Ostiàr, a sans doute perdu la vie. Lorsqu'un Elfe est très attaché à un autre Elfe et si cet Elfe devait subir une douleur intense voire la mort, la personne qui lui est la plus proche ressentirait ce poids, transformé en une douleur pure et insupportable. Ce sont des cicatrices qui ne peuvent pas se refermer avec de la magie. Il est parfois impossible de réussir à surmonter cette peine. Même Elhahr en est incapable. La mort de Gythè l'a profondément perturbé et il ne se passe pas une journée sans qu'au moins une de ses pensées ne soit tournée vers elle – généralement la première au moment de se lever.

- Je suis là, Myrhià. Je suis là …, dit Kaly en consolant son amie.
- Elhahr m'avait garanti qu'il ne pourrait pas réussir à tous les protéger … j'espère qu'il reste le plus d'Elfes possibles pour lui prêter main forte là où il est … Est-ce que tu peux me dire que son équipe est encore assez complète ? Que vois-tu dans son esprit ?
- Je ne sais pas si je suis capable de faire cela dans les conditions actuelles. Cela requiert une forme physique assez bonne et … je ne crois pas que je rentre dans cette catégorie à l'heure actuelle.
- S'il te plaît, Kaly, implore Myrhià, les mains jointes sur le lit de Kaly.
- N'en dis pas plus. Je vais essayer mais je ne te garantis rien …

Alors, Kaly ferme les yeux et tente d'atteindre un haut niveau de concentration pour tenter d'infiltrer l'esprit d'Elhahr. D'après ce dernier, il serait même possible de s'infiltrer à travers les yeux de la personne dont on veut lire les pensées. Mais pour cela, il faut quand même avoir passé des centaines d'années à étudier et à s'entraîner à pratiquer ces sorts. Même Elhahr a du mal à voir à travers les yeux d'une personne, et pourtant, il s'entraîne d'arrache-pied. Il dit souvent que si les réunions du Conseil des Sages n'avaient pas lieu tous les trois jours, il serait capable de repousser les limites de ses capacités en magie. Il aurait même demandé à faire passer une directive pour modifier la fréquence de ces réunions à une fois tous les sept jours. Mais on l'a traité de fumiste et qu'il devrait avoir honte de sa proposition, étant le Seigneur du Palais. C'est une réaction qui sonne paradoxale quand on sait que plus des trois-quarts des Elfes du Conseil des Sages n'apprécient également pas cette trop grande fréquence des réunions du Conseil.

Bref, Kaly s'estime ne pas être assez forte pour accomplir ce sort qui nécessite une telle puissance magique. Elle tente de rester concentrée le plus longtemps possible. Dans l'état où elle est, c'est-à-dire assez épuisée et ayant de multiples contusions et hématomes, le temps moyen de concentration maximale ne dépasse pas quarante secondes, ce qui est largement insuffisant pour ce genre de sorts. Une fois qu'elle estime être arrivée à ce niveau maximal de concentration, elle ouvre les yeux et ces derniers sont devenus vert flamboyant. Puis, ils reviennent à leur couleur habituelle et la Dame du Palais reprend son souffle. Elle s'allonge de nouveau tandis que Myrhià lui demande :

- Alors ?
- Déjà, c'est incroyable.
- De quoi ?
- J'ai réussi à voir à travers les yeux d'Elhahr à son insu.
- C'est pour ça que tes yeux sont devenus verts ?
- Ils sont devenus verts ?
- Oui mais passons … qu'as-tu vu ?
- Il … Il est tout seul contre les trois Démons.
- Ne me dis pas que tous les autres sont …
- Hors combat ? Je le crains. Mais pour Senji, la sensation est différente. C'est comme s'il avait réussi à disparaître mais sans y laisser sa vie.
- Qu'est-ce que tu vas faire ? Elhahr est puissant certes mais je ne pense pas qu'il soit en mesure de tenir tête à ces Démons éternellement.
- Je crois que je n'ai pas le choix. Je vais devoir ordonner à la garde de se tenir prête en cas d'une arrivée des Démons sur le Palais.
- Avant de faire quoi que ce soit, Elhahr m'a également demandé de te donner ça, dit Myrhià en tendant un paquet.
- Qu'est-ce que c'est ?

Kaly ouvre le paquet et voit trois livres attachés entre eux par un ruban doré. Il y a un petit message sur ces livres. Sur ce message, il est écrit :

"Kaly, si tu lis ce message, c'est que je ne suis sans doute plus de ce monde. Myrhià t'a sans doute transmis ce message. Ces livres sont les trois artefacts les plus précieux à mes yeux. Il s'agit d'objets magiques extrêmement puissant et qui te seront nécessaire pour parfaire ton apprentissage. Je serai sans doute incapable de t'accompagner dans la fin de ton apprentissage, mais en toute honnêteté, je crois que tu es tout à fait capable d'apprendre par toi-même. Je crois que le temps est venu pour moi de passer le flambeau. Par ce message, je te nomme officiellement Dame du Palais d'Endlenda. Je te lègue tous les pouvoirs du Seigneur du Palais. Je suis absolument certain que tu accompliras ton devoir avec honneur. Que les étoiles te soient favorables. Je te dis peut-être adieu, mon petit blanc argent.



Elhahr.


P.S. : Tu ne t'en rendras peut-être pas compte ici mais le fait d'écrire ce message me donne les larmes aux yeux. Je suis vraiment très fier de tout ce que tu as pu accomplir. Gythè ne s'est pas trompée en s'occupant de toi. Nous sommes tous les deux absolument heureux d'avoir pu te connaître depuis ton plus jeune âge. Tu nous manqueras énormément à tous les deux.
".

En plus des trois livres avec les titres en elfique et en lettres dorées, il y a également un petit objet à l'intérieur du paquet. Il s'agit d'un tout petit médaillon argenté. Le médaillon peut s'ouvrir et à l'intérieur, il y a le portrait de Gythè tenant Kaly dans ses bras. Dame Gythè était la personne que Kaly appréciait le plus au monde. Sa tendresse était incomparable et l'amour qu'elle pouvait lui porter était tout à fait réel et sincère. Kaly était très attristée le jour où Gythè a rendu l'âme. En voyant ce médaillon, Kaly se sent un peu plus réconfortée par l'esprit même de Gythè. Elle serre le médaillon contre son cœur et le porte autour du cou. C'est alors qu'elle dit à Myrhià :

- Et si on organisait la défense de l'Endlenda ?
- Oui, ma Dame !, répond Myrhià en se mettant au garde à vous.

Au moment où elles s'apprêtent à quitter l'infirmerie, Kaly a des bandages au niveau des bras et du crâne. Leur regard est attiré par quelques éclairs rouges dans le ciel obscurci d'Endlenda. Elles ne s'arrêtent pas devant ce phénomène météorologique, elles se hâtent de trouver les responsables des petits corps de garde.

- Soldat ! J'ai un message du Seigneur Elhahr. Il ordonne la mise en défense du Palais.
- Que se passe-t-il ?
- Les Démons sont de retour. Allez allumer les feux sacrés immédiatement !
- Oui, ma Dame !

Les responsables se dépêchent d'accourir au sommet du Palais afin d'allumer les grands feux sacrés. Ces feux ne sont utilisés que pour deux reprises : quand un conflit met en péril la sécurité de l'Endlenda – au quel cas les flammes du bûcher sont oranges – ou bien quand le Seigneur ou la Dame du Palais meurt – là, les flammes sont bleues –. Ces feux oranges permettent de prévenir toutes les tours de garde, excepté celle de Zeist qui est inoccupée. Les feux oranges permettent également de prévenir les villages alentours, surtout de celui de Tombolin. Ainsi, les capitaines des gardes affectés là-bas peuvent déclencher des boucliers de protection, difficilement destructibles. Lorsque les feux sacrés du Palais sont allumés, il est possible de voir les autres feux des tours s'allumer pour montrer qu'ils ont bien reçu le message. Une sorte de grand halo pâle et lumineux enveloppe les tours. Au même moment où ce processus débute, Kaly se tourne vers Myrhià et lui dit :

- Myrhià, je vais te demander de faire quelque chose.
- Qu'y a-t-il, ma Dame ?
- Je veux que tu retrouves et que tu réunisses tous les Elfes dans le Palais qui ne peuvent pas se battre et je veux que tu les accompagnes jusqu'à la forêt sacrée de Naeeim au Nord.
- D'accord … mais et toi ?
- Elhahr m'a nommé Dame du Palais et responsable de la garde, je ne peux pas m'enfuir.
- Je crois que nous devrions rester ici.
- Nous devons être nombreux pour affronter les ténèbres et je ne laisserai pas nos amis sans défense mourir. Tous disposent d'une certaine puissance magique mais, face aux Démons, il leur sera compliqué de survivre.
- Je ne vais pas m'opposer à cet ordre, dit Myrhià en s'inclinant devant son amie. Tu crois qu'on se reverra ?
- Peut-être pas tout de suite mais oui, nous nous reverrons. Je te le promets.

Myrhià va alors serrer Kaly dans ses bras, ce que cette dernière fait également. Cette image de fraternité solennelle est très belle à voir. Les deux Elfes se connaissent depuis des centaines d'années et le lien d'amitié qui les unit est vraiment très puissant. Tellement puissant qu'elles se considèrent comme des sœurs jumelles. L'amitié en Endlenda est vraiment sacrée, cela tient presque du serment. Kaly et Myrhià ont toujours été là l'une pour l'autre, ce qui fait qu'elles forment une équipe très soudée. Lors des tournois magiques et à l'épée en équipe, la puissance des liens d'amitié qui les unit leur confère une force redoutable. Pour reprendre une expression d'un film, elles sont unies "comme les deux doigts de la main".

Au moment où Myrhià se hâte d'aller fouiller les moindre recoins du Palais pour trouver des Elfes qui ne sont pas en état de se battre, une vingtaine de gardes se dressent devant elle et la menacent avec leur lance magique. Myrhià s'arrête immédiatement et demande :

- Que se passe-t-il, soldats ?
- Vous êtes une traîtresse au Palais.
- Euh … comment ça ?
- Le Maître Suprême est notre seul maître. Nephomet a déclaré que tous les alliés d'Elhahr sont des traîtres à l'Endlenda.
- Kaly !!!

La Dame du Palais entend immédiatement le cri de son amie et se retourne. Elle se dépêche de courir en direction du cri de son amie. Elle arrive près d'elle et remarque les vingts soldats, dont les yeux sont d'un violet étincelant.

- Que se passe-t-il ?, demande Kaly.
- Nous avons été dupées et prises de vitesse !
- Au nom du Conseil des Sages du Palais d'Endlenda, vous êtes en état d'arrestation !, lance le chef de la milice qui encercle les deux Elfes.
- Vous osez me menacer ?, demande Kaly, qui semble s'énerver.
- Le Seigneur du Palais décidera de votre sort !
- C'est moi la Dame du Palais, répond Kaly.
- Plus maintenant. Nephomet est notre nouveau Seigneur du Palais.
- Alors c'est une mutinerie, dit Kaly en faisant apparaître sa lance.

Spoiler:
En une fraction de seconde, Kaly lance un sort qui gèle les bras des mutins de la garde. Puis, elle se déplace à une vitesse furtive et opère une découpe tout à fait rapide sur la totalité des mutins. Sa maniabilité des armes est impressionnante et elle utilise sa lance avec une telle aisance qu'on se rend aisément compte qu'elle a appris tout ce qu'elle sait auprès d'Elhahr. Ils sont tous découpés en petits morceaux mais, cependant, ces mutins disparaissent dans une petite buée noire et pas dans une mare de sang.

- On va avoir un autre problème, dit Myrhià.
- Raison de plus pour s'activer, répond Kaly. Tu as toujours ton épée sur toi ?
- Bien évidemment, répond Myrhià en faisant apparaître ses deux lames elfiques.
- Je vais me charger des mutins dans la garde, dit Kaly en déployant ses ailes.
- Bon courage, se disent les deux Elfes en posant la main gauche sur l'épaule droite de l'autre.

Myrhià commence à trouver les couloirs du Palais en courant, afin de trouver le plus d'Elfes pouvant être mis à l'abri. De temps à autre, elle se retrouve confrontée à un soldat aux yeux violet écarlate, ayant sans doute choisi de faire allégeance aux Démons. Myrhià ne rencontre que peu de difficultés à éliminer ces mutins. Quant à Kaly, elle ne rencontre pas plus de complications pour différencier les mutins des soldats. Des soldats de la garde sont en train de lutter contre les mutins et des centaines de cadavres de soldats de la garde du Palais jonchent le sol, baignant dans leur sang, sous les yeux de Kaly. Au bout de deux heures de recherche et de vérifications en tout genre, Kaly, Myrhià et le reste des Elfes vivants se trouvent dans la grande cour du Palais.

- Voilà, Kaly, dit Myrhià. Il n'y a plus personne dans le Palais. Toutes les salles ont été passées au peigne fin.
- Alors, dit Kaly, quelques membres de la garde vont suivre Myrhià et les autres Elfes en direction de la forêt de Naeeim. Les autres resteront avec moi et défendront le Palais.
- Oui, ma Dame !, répondent en chœur tous les Elfes.

Tandis que les soldats de la garde dégainent leur épée pour préparer la défense du Palais, Kaly adresse un mot à Myrhià :

- Tous sont apeurés. Il faut que tu les aides à oublier cette peur et que l'espoir subsiste.
- Moi aussi, je suis apeurée, répond Myrhià.
- Et moi donc, répond Kaly en souriant.
- On se reverra dans quelques temps, dit Myrhià.
- Bien sûr.

Sur ce, Myrhià prend son envol, accompagnée d'une cinquantaine de membres de la garde et de deux cent Elfes – principalement vieux, femmes et enfants –. Tout ce petit monde se désigne en direction du Nord, en direction de la forêt sacrée de Naeeim. Il s'agit d'un endroit inviolable pour tous les Elfes. Dans cette forêt se trouve un ancien village en pierre qui date d'une époque lointaine. Ce village est occupé par les Elfes lorsqu'ils doivent fuir le Palais. Un Démon ne pourrait même pas mettre le pied dans cette forêt ou bien détruire le moindre arbre. La forêt est dotée d'une puissance défensive magique inouïe. Kaly se tourne vers les autres Elfes de la garde, tous prêts à défendre le Palais.

- Soldats ! Je vous annonce que je suis officiellement devenue la Dame du Palais. Elhahr me confie la vie de notre peuple et je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour défendre le Palais. Et j'aurai besoin de vous.
- Comptez sur nous, ma Dame !, répond l'un des chefs de la garde. Nous nous montrerons digne de notre serment de protection envers l'Endlenda.
- Bon, vous connaissez le dispositif de défense du Palais en cas d'attaque. Vous l'avez répété des centaines de fois. Donc je compte sur vous pour défendre le Palais. Exécution !!!

Toute les Elfes se mettent au garde à vous puis se séparent en plusieurs groupes chargés de défendre les points les plus cruciaux du Palais, tandis que Kaly pose un genou à terre et ferme les yeux. Elle se met à méditer, un peu comme Elhahr le ferait, pour tenter de trouver une clé pour repousser les Démons.

Pendant que Kaly est en train de préparer la défense du Palais, Elhahr se trouve dans une situation bien plus délicate encore. Senji s'est enfui et tous les autres sont morts. Face à lui se trouve les trois Démons qui lui donnent énormément de fil à retordre depuis des centaines d'années. Celui qui était encore Seigneur du Palais il y a quelques minutes – ce que les Démons ignorent – tient son épée flamberge dans la main droite et sa main gauche semble être entourée d'un halo rouge pâle et étincelant. Eyazon lance alors au séraphin :

- Elhahr … est-ce que par hasard vous arrêterez de nous compliquer la tâche ?
- Qu'est-ce qu'il y a à compliquer ?, répond ce dernier.
- Il n'y a rien à faire avec ce vieux débris, dit Dilvolg à ses camarades.
- Un vieux quoi, tu dis ?, répond une voix derrière lui.

Dilvolg n'a pas le temps de se retourner qu'il reçoit une sacrée série de coups de poings, pieds et genoux dans le ventre. Le Démon reçoit pas moins de soixante-dix coups directs qui lui font cracher du sang, avant d'être propulsé le dos en premier contre un morceau du temple qui devait être le bas d'une colonne. Elhahr fait ensuite face aux deux autres Démons qui n'hésitent pas à prendre un peu d'envol pour tenter de repousser le plus longtemps ses assauts. L'ancien Seigneur du Palais semble encore tout à fait frais pour se battre. À vrai dire, depuis que la bataille du temple de Tihylisa a débuté, Elhahr a eu recours à moins d'un centième de ses capacités totales. Il ne délivre que des coups physiques et quelques sorts de débutant.

- Je suis sûr que le Seigneur du Palais que vous êtes permettrait la tenue de négociations ?, demande Andralon.
- Mais pourquoi est-ce que tu demandes ça ?, lui répond Eyazon.
- Ne vas pas me dire que là, il est simple à battre. Ça fait une heure et demie qu'on recule face à lui.
- Je ne dis pas qu'il est simple à battre mais que nous devons coordonner nos efforts.
- Il est de plus en plus puissant, fait remarquer Andralon.
- Bravo … toi comme œil de lynx, tu te places là …
- La première remarque d'Andralon n'est plus tout à fait correcte, fait remarquer Elhahr. Je ne suis plus le Seigneur du Palais d'Endlenda.
- Tiens donc … et par quel miracle ?
- Le miracle d'une simple passation de pouvoir avec la personne qui le mérite le plus. Je veux parler de la nouvelle Dame du Palais, Kaly. Elle saura mieux comment vous vaincre que moi je ne le pourrai.
- De toute façon, que ce soit vous ou elle, vous ne serez jamais de taille devant le Seigneur Nephomet. À l'heure où on en est, je crois que la garde du Palais est considérablement réduite par nos sympathisants.
- Vous me le payerez cher …
- Oui, la prospection chez vous s'est révélée très fructueuse. Mais si votre Kaly est aussi puissante que vous le dites, il ne doit pas lui rester plus d'un millier d'hommes pour l'aider à défendre le Palais.
- Le jour où elle prendra conscience de l'incommensurable potentiel magique dont elle dispose, elle n'aura plus besoin de personne pour défendre le Palais. Même Nephomet serait ridiculisé dans un combat.
- Mais avant de voir ça, il fait d'abord que l'on vous batte et ensuite, ramener le Seigneur Nephomet à la vraie vie. Je suis sûr qu'il doit se lasser d'attendre dans son sarcophage doré.
- Si vous me voulez, venez me chercher, dit Elhahr en faisant signe des mains et en prenant un air décontracté.

Andralon est le premier à se lancer dans l'ultime phase du combat entre Elfes et Démons. Il envoie un sort à destination des jambes d'Elhahr, sans doute pour les bloquer. Mais Elhahr claque des doigts et c'est un petit morceau de mur qui prend les dégâts à la place. L'air affiché sur le visage d'Elhahr semble laisser dire : "C'est tout ce dont vous êtes capable de faire ?". Visiblement, Andralon et Eyazon ont dû comprendre l'expression d'Elhahr et se mettent à lancer des sorts en très grande quantité. Elhahr lance également beaucoup de sorts. Les boules magiques se percutent toutes et les boucliers de protection fusent également. Tout passe à une vitesse plus haute. Dilvolg a toutes les peines du monde à se relever de cette correction assez … douloureuse. L'ancien Seigneur du Palais a sûrement dû lui briser une demi-douzaine de côtes et provoquer un nombre suffisant d'hématomes pour causer des blessures ouvertes, surtout au niveau du crâne, du bras et du ventre. C'est comme s'il venait de se faire percuter violemment par une grosse voiture – style 4x4 – lancée à près de 200 km/h. Le Démon titube un petit peu avant de reprendre ses esprits et de dégainer son épée et de se lancer à l'assaut d'Elhahr.

- Voyons, Dilvolg … Ce n'est pas très poli d'attaquer les gens dans le dos, dit Elhahr.

Sur ce, il dégaine son épée et se bat à l'épée avec Dilvolg, tout en esquivant les sorts lancés par Eyazon et Andralon. Puis, voyant que peu importe son regard, il réussirait à se protéger des sorts, les deux autres Démons dégainent leur épée et se mettent à affronter Elhahr. Cela ne manque pas d'amuser le séraphin.

- Ah … voilà qui est plus amusant …

Et … il dégaine une autre épée, tout aussi imposante que sa flamberge. Cette épée n'est pas une Zweihänder mais elle a quand même une lame dentelée qui fait près d'un mètre et demi, en acier inoxydable et sans doute forgée avec les restes d'une autre épée en bronze étant donné l'éclat dans les tons ocre. Il réussit à tenir sa flamberge d'une main, alors que la plupart n'y arriveraient pas. Puis, Elhahr se met à parer les trois lames des Démons avec ses deux lames à lui. Les bruits de chocs entre les cinq lames sont extrêmement sonores et répétés de façon hyper rapide. On a une danse des lames qui se déroule selon un rythme effréné. Son expression faciale ne change pas du tout, restant celle d'un être souriant en séance d'entraînement. Celles des Démons est aux antipodes d'Elhahr. Ils sont plus crispés, comme s'ils se battaient pour la première fois de leur vie. Cela donne envie à Eyazon de poser une question tout en continuant la séance d'escrime :

- Je suppose que vous vous entraînez régulièrement.
- Trois fois par jour … alors c'est vrai que j'ai l'air très souriant en vous affrontant.
- Je comprends mieux, dit Dilvolg.
- Par contre, vous me paraissez plus tendus, comme si vous vous doutez que vous êtes en train de vous mesurer à quelqu'un d'au moins cent fois plus fort que vous.
- J'en doute fort …, dit Andralon.
- Il fait un peu frisquet ici, non ?
- Que voulez-vous dire ?
- Et si on réchauffait l'ambiance ?

Spoiler:
Les Démons reculent immédiatement tandis qu'Elhahr devient de plus en plus étrange. Les trois acolytes des ténèbres regardent ce que l'ancien Seigneur du Palais est en train d'accomplir, et ce, avec un regard qui mêle curiosité, terreur et méfiance. En effet, le corps d'Elhahr devient de plus en plus rouge, un peu comme s'il se mettait à rayonner. Des petites étincelles rouges vives et dorées jaillissent d'un peu partout. Ses yeux changent de couleur, passant du bleu au jaune ambre éclatant. Sa voix semble modifiée par une sorte de transformateur et est plus grave. "Qu'est-ce que ce vieux débris est en train de faire ?", pense Eyazon. La question est tout à fait légitime parce qu'ils n'ont encore jamais vu cette technique. Visiblement, c'est quelque chose que Elhahr a dû mettre au point à se nombreuses heures perdues. On pourrait croire qu'il se transforme en Super Saiyan mais ce n'est pas tellement le cas. Une sorte de tourbillon de flammes l'enveloppe et monte au ciel. Cela a pour effet de faire tomber des éclairs d'une couleur rouge écarlate. Elhahr pousse un hurlement de rage et cela semble effrayer ses adversaires.

- Qu'est-ce qu'il fait, bon sang ?, s'énerve Eyazon.
- Aucune idée, répondent les deux autres.
- Et si on passait aux choses sérieuses ?, lance Elhahr, qui a fini son espèce de rituel de combat.

Il commence en expédiant des sorts nettement plus puissants qu'auparavant. Les trois Démons doivent s'employer pour les esquiver et même de les contenir. Ils reculent de plus en plus, bien qu'ils montent un peu plus haut dans les cieux. Elhahr ne bouge pas et continue à expédier des sorts de plus en plus conséquents et ayant une portée plus longue. Eyazon a donné l'ordre de ne pas faire la moindre tentative d'attaque frontale, ce à quoi Andralon n'obéit évidemment pas. Le Démon se place donc à hauteur d'Elhahr, tous deux étant séparés d'une dizaine de mètres. Andralon dégaine son épée et se retrouve à parer quelques boules de feu de la part d'Elhahr. Ce dernier penche la tête sur le côté et sourit. Il dégaine de nouveau son épée flamberge et débute une autre passe à l'épée contre le Démon. L'épée à deux mains, Elhahr frappe de plus en plus fort, ce qui déstabilise Andralon, finalement désarmé après avoir bloqué huit coups. Le Démon tente d'esquiver les boules de feu en reculant.

- Tu ne m'échapperas pas, dit Elhahr.

Il lance son épée en direction d'Andralon, comme s'il s'agissait d'un javelot. Et là, on assiste à une prouesse technique de la part d'Elhahr. La vitesse à laquelle l'épée est projetée est de 100 km/h et il se trouve à dix mètres de la cible. L'épée fait deux mètres de long. Le calcul est tout simple à effectuer. Andralon est totalement piégé, il ne peut absolument pas s'échapper. Eyazon tente de protéger son acolyte en lançant un sort pour bloquer mais Elhahr a senti le coup venir. D'un claquement de doigts, il fait apparaître une sorte de trou dimensionnel qui absorbe l'épée, moins d'un dixième de secondes avant qu'elle ne touche le front d'Andralon. Ce dernier a les mains devant son visage, dans un réflexe de protection. Mais Elhahr tente quelque chose de nettement plus intelligent puisqu'il décoche trois sphères magiques qui percutent Andralon, l'une au torse, l'autre au bras et la dernière au visage. Andralon hurle de douleur. L'épée d'Elhahr revient ensuite dans la main de son propriétaire après un autre claquement de doigts.

Andralon a subi d'importants dégâts physiques à cause des trois sphères magiques. Elles ont profondément brûlé la peau des bras et du torse. Celle qui l'a atteint au visage lui a ouvert la peau à de nombreux endroits. Le front a été ouvert sept fois, la joue gauche deux fois et le menton une fois. Un peu de sang s'écoule constamment à partir de ce plaies. Il n'y a cependant pas de quoi causer une hémorragie. Eyazon et Dilvolg constatent les ravages d'Elhahr sur leur acolyte, le visage rouge de sang. Elhahr les fixe des yeux et il semble déterminé à reproduire ce schéma d'attaque au moins deu fois avant d'en finir. Apeuré, Dilvolg demande :

- Comment est-ce qu'on va faire pour s'en sortir ?
- On va absorber la puissance de ses sorts pour la retourner contre lui. Attaque-le autant que tu peux !
- Inutile … petite créature futile …, répond Elhahr.

Dilvolg utilise un puissant sort qui a pour effet de paralyser l'adversaire mais Elhahr réussit à le contenir sans problème avec une seule main. Avec son autre main – il a planté son épée dans le sol pour parer le sort de Dilvolg –, il tente de percuter Eyazon avec un sort très puissant mais peu connu. C'est alors qu'Eyazon applique son idée brillante. Il réplique avec un bouclier protecteur mais qui a également la capacité de jouer les miroirs et qui renvoie donc les sorts. Sans doute surpris, Elhahr saute pour esquiver son propre sort et cela provoque une petite explosion. Pendant qu'Elhahr est en mouvement, les deux Démons s'approchent de façon furtive pour lui asséner plusieurs coups physiques, notamment au crâne et aux bras. C'est un peu la réplique de la correction qu'Elhahr a infligé à Dilvolg mais en un peu moins épique. L'ancien Seigneur du Palais est alors projeté directement contre un mur, provoquant quelques craquements dans son squelette. Un faible sourire semble se dessiner sur le visage d'Eyazon mais ils savent que ce qu'ils viennent de faire est très nettement inférieur à ce qu'il faut pour causer ne serait-ce qu'une fracture chez Elhahr. Même le fait de le voir saigner du nez n'apporterait pas une quelconque satisfaction.

Une minute après avoir été projeté dans le mur, Elhahr se détache de ce dernier et repart attaquer ses deux adversaires sur-le-champ. Cette fois, Eyazon semble avoir prévu le coup et utilise un sort qui agit exactement comme une bombe fumigène. Un grand nuage de poussière envahit le terrain et Elhahr semble être désorienté, la poussière étant une chose qu'il déteste. Dilvolg vient alors porter Andralon à une distance suffisamment éloignée d'Elhahr. En passant sa main au-dessus des plaies, Dilvolg réussit à toutes les cicatriser, un peu comme Elhahr en serait capable. Une fois que le nuage de poussière a disparu, Elhahr fait de nouveau face aux trois Démons. Une certaine forme de lassitude commence à l'envahir et il se met à soupirer puis à dire :

- Vous ne voulez vraiment pas faire une pause ? Vous me semblez tellement épuisés …
- Nous prendrons une pause lorsque vous serez mort et placé six pieds sous terre, répond Eyazon.
- Je ne voulais pas en arriver là mais bon …, dit Elhahr en joignant ses mains et en fermant les yeux.
- Qu'est-ce que vous comptez sortir encore ?

Le temps devient de plus en plus orageux au-dessus de la zone de combat. De gros cumulonimbus noirs chargés d'orage envahissent le ciel de l'Ostiàr. Elhahr prononce une incantation en ancien elfique, et plusieurs fois d'affilée, ce qui n'est pas une bonne chose permettant de rassurer les Démons sur la situation. Des orages frappent le terrain, sur le désormais ancien emplacement du temple de Tihylisa. Un dernier orage, plus puissant que les autres, frappe Elhahr au moment où il ouvre les yeux et écarte les bras. Le hurlement qu'il pousse est d'une telle intensité qu'on pourrait penser à un champ de force. Et ce qui semble être un autre sort caché a pour effet de projeter des éclairs à une vitesse folle en direction des adversaires. Comme il s'agit d'un sort crée par Elhahr – car il n'apparaît pas dans les divers manuels d'entraînement, même les plus anciens et les plus complets –, on peut s'attendre à ce que tenter de bloquer ces éclairs avec une épée soit vain … Eyazon, Dilvolg et Andralon esquivent ces éclairs mais perdent un peu leur équilibre à cause du champ de force sonore d'Elhahr. Ils esquivent ces éclairs lancés en rafale de vingts pendant au moins dix minutes.

Une fois ces dix minutes de passées – ce qui porte la durée totale du combat à près de trois heures –, Elhahr s'arrête de lancer ces éclairs et cesse de hurler. Il a du mal à reprendre son souffle et pose un genou à terre. Les trois Démons le regardent attentivement et commencent à sourire d'une façon évidemment diabolique. Puis, ils répondent à la démonstration d'Elhahr par une série de sorts paralysants, qu'Elhahr ne peut malheureusement pas parer dans leur intégralité. Il a beaucoup donné de sa puissance magique depuis le début du combat en solitaire à un contre trois, et certaines conséquences commencent à apparaître. Il ne peut plus se relever, ses genoux étant bloqués, mais il peut parer près de trois quarts des sorts qui lui sont adressés. Deux autres sorts le touche au niveau du bras gauche, ce qui le bloque totalement.

Mais Elhahr dit souvent qu'une bête blessée est encore plus dangereuse qu'une bête en bonne santé. L'expression de son visage change à nouveau, devenant plus sérieuse. Toujours handicapé dans cette position, il bloque un à un les sorts que les Trois Démons lui envoient puis il arrive même à en retourner certains contre leur expéditeur. Ainsi, Dilvolg a les jambes bloquées, Eyazon un bras paralysé et Andralon ne peut même plus bouger la partie supérieure de son corps. Puis, l'ancien Seigneur du Palais fronce les sourcils en direction d'Andralon et de Dilvolg et … tous les deux s'envolent comme par magie. Elhahr dévoile des aspects de sa puissance qui sont inconnus à ses adversaires, et les deux Démons sont propulsés à quinze mètres en arrière. Cependant, Eyazon n'a pas bougé du tout. Il a réussi à parer l'effet du dernier sort utilisé par Elhahr. De plus en plus exténué lui aussi, il lance à Elhahr :

- Bon, maintenant, on va en terminer une bonne fois pour toutes.

Eyazon lance un dernier sort paralysant qui atteint le dernier bras mobile d'Elhahr. Il est totalement bloqué dans une position très vulnérable. Il est à genoux, les bras tendus et incapable de faire le moindre geste pour se protéger. Il pourrait se servir de son esprit mais celui-ci est épuisé et ne peut plus afficher une force de concentration aussi développée. Voyant l'ancien Seigneur du Palais dans cet état d'impuissance, Eyazon se met à rire de façon très cynique. Un large rictus se dessine sur son visage, dépourvu de cheveux. Il se gratte le menton tout en souriant. Puis, il dit à Elhahr :

- Ce fut un beau combat mais … vous avez été tous pathétique …

Eyazon lance un dernier sort, en utilisant tout ce qui peut l'être afin d'amocher le plus possible le Seigneur Elhahr. En voyant la lumière verte qui s'apprête à le percuter, Elhahr n'a plus que deux noms en tête : "Kaly … Gythè … je suis désolé !", se dit-il avant de tomber à terre, inconscient, frappé par le sort d'Eyazon. Il est le dernier homme debout sur ces désormais ruines de Tihylisa. Eyazon reprend son souffle ; puis il va réveiller ses deux acolytes en ayant recours à une méthode peu conventionnelle.

- T'as fini de nous coller des droites ?, demande Dilvolg.
- Je savais que tu étais gonflant mais pas à ce point, ajoute Andralon.

Une fois les Trois Démons debout, ils constatent avec joie le massacre de la compagnie d'Elfes. Sur les dix-huit personnes qui ont pénétré l'enceinte du temple, Elhahr et Senji sont les deux seules personnes ayant survécu mais Senji est le seul à être resté conscient. Elhahr est totalement knock-out mais il n'est pas mort pour autant. Il est juste dans un état semblable au coma. Eyazon dit alors à ses acolytes :

- On a perdu suffisamment de temps. On doit ramener le Seigneur Nephomet sous sa forme matérielle. On va transporter les cadavres de ces Elfes jusqu'au temple de Jeroesh.
- Et que fait-on d'Elhahr ?, demande Andralon.
- Je suis sûr que le Maître aura de jolies choses à lui dire. Allez, on se dépêche !

Une heure plus tard et tout est prêt pour le rituel démoniaque. Les Démons ont réussi à tout acheminer jusqu'au temple de Jeroesh, demeure du Seigneur Nephomet. Les Elfes tués ont été dépouillés de leur tenues tandis qu'Elhahr est dans une sorte de bulle magique indestructible crée par Dilvolg. Eyazon saisit un très vieux grimoire avec des incantations en langage maléfique tandis que ses deux acolytes s'occupent de jeter les corps dans l'espèce de gouffre qui se situe juste devant eux. La scène est extrêmement répugnante, ce qui est principalement dû au fait de voir seize corps nus et atrocement mutilés jetés dans un gouffre d'où émane une lumière pourpre. Le rituel débute et Eyazon commence à prononcer ces incantations mystérieuses incompréhensibles. Un à un, les cadavres sont tous jetés dans ce gouffre, dont la lumière est de plus en plus intense.

Tout près d'Eyazon se trouve une grosse boîte dorée, sur laquelle des motifs ancestraux sont gravés dessus. Les archéologues les plus compétents au monde s'arracheraient les cheveux à tenter de décoder ce qui est gravé dessus. D'après Eyazon, il s'agit du sarcophage qui contiendrait le corps morcelé de Nephomet. Son esprit se trouve dans le gouffre où sont jetés les cadavres. Le rituel dure un long quart d'heure, ce qui est suffisant pour ne pas avoir à décrire ce qui se passe dans le détail. Mais ce qui est à retenir, c'est qu'une sorte de geyser de lumière pourpre prend place dans le gouffre – qui est nommé Gouffre des Âmes par les Démons –. Des nuages noirs chargés d'orage envahissent de plus en plus le ciel de l'Ostiàr. La scène est peu compréhensible, ce qui ne facilite pas tellement les descriptions super simples. Essayer de représenter cette scène en peinture serait totalement absurde. Une photo pourrait essayer d'éclairer la lanterne de quelqu'un qui assisterait à la scène et qui cherche à la comprendre mais … ce n'est même pas sûr qu'on puisse capter quoi que ce soit dans cet endroit.

Quelques minutes après que tout ce capharnaüm météorologique et magique a secoué le paysage mortifère de l'Ostiàr, une boule de lumière noire descend doucement du ciel. Elle arrive au niveau d'Eyazon et se met à s'animer tout autour des Démons. Cette boule de lumière noire, c'est la matérialisation de l'esprit de Nephomet. Puis, cette boule de lumière se modèle en une silhouette humaine, avec un visage et surtout une bouche qui dit quelques mots d'un ton de voix très désagréable à l'oreille :

- Il semble … que vous n'avez … pas réuni assez de puissance magique …
- Veuillez nous excuser, Maître Nephomet, dit Eyazon en s'inclinant, tout comme Dilvolg et Andralon.
- En attendant …, continue la voix grinçante de Nephomet, je vais … devoir me constituer … un réceptacle temporaire … Et qui de mieux … que ce cher Elhahr … pour remplir ce rôle.

Un des bras de la silhouette de Nephomet pénètre dans la prison magique où Elhahr gît, toujours inconscient. Ce bras lui arrache une mèche de longs cheveux blonds et les avale d'une façon tout à fait animale. Puis … une drôle de lumière inonde le temple de Jeroesh, éblouissant les trois Démons. Une fois que cette lumière s'est estompée, les trois Démons hallucinent en voyant que la personne qui se tient au niveau de la silhouette noire n'est autre que … Elhahr. Eyazon n'en revient pas puisque Elhahr est également dans la boule magique.

- Tu n'as pas l'esprit vif, dit Nephomet de sa voix grinçante. J'ai pris une poignée de cheveux de cet affreux Elhahr et ils me confèrent le pouvoir de modeler une réplique de son corps, en attendant que je retrouve le mien.
- Votre puissance est incomparable en Endlenda, dit Dilvolg.
- Cesse donc de jouer les lèches-bottes et préparez une armée. J'ai envie de me défouler un peu sur le Palais d'Endlenda. J'ai été privé de sensations physiques pendant trop longtemps.

Cinq minutes plus tard, Nephomet/Elhahr, les Trois Démons et pas moins de trente-cinq mille créatures obscures quittent Jeroesh en direction du Palais, caché par le couvert forestier d'Okahara. Pendant la traversée du pays, Nephomet se permet quelques commentaires :

- Il serait temps de relooker un petit peu cet endroit. Aucun changement en plus de trois mille ans c'est morose, dit-il en regardant Andralon.
- Pourquoi est-ce que vous me regardez comme ça ?
- Parce que je connais ton goût pour la mode et que j'aimerais bien que tu me trouves quelques tenues sympathiques et que tu me remodèles ce pays à mon image.
- Euh … tout … tout ce que vous voudrez …, bégaye Andralon.

Cette demande de Nephomet est tout à fait surprenante. Eyazon ne peut pas s'empêcher de lever les yeux au ciel et de penser "Deux fans de mode … c'est pas possible …" avant de se concentrer à nouveau sur l'objectif. Près de quarante minutes après avoir survolé la totalité du pays à une vitesse supersonique, toute l'armée obscure arrive au niveau des tours de garde du Palais de Zhàn Ji, Ythòr ainsi que celle de Kyàn et envoie ses créatures déchiqueter les garnisons de soldats. L'effet de surprise employé par Nephomet lui permet de ravager ces tours en moins d'une heure. Cela a pour effet de détruire les boucliers de protection qui protègent le Palais.

Il ne faut pas longtemps pour que les quelques gardes au Palais, sous le commandement de Kaly, aperçoivent la myriade de créatures obscures. À près de trente mille – la résistance dans les tours a été plutôt féroce – contre deux mille, le calcul est vite fait, surtout quand Nephomet/Elhahr prend personnellement part au combat. L'effet de surprise repose surtout sur le fait que le Seigneur Obscur a pris l'apparence du désormais ancien Seigneur du Palais. La plupart des soldats sont presque pétrifiés en voyant cette personne avec l'apparence d'Elhahr. Eyazon et ses acolytes sont en train de superviser les combats, étant encore tous les trois affaiblis par leur lutte exténuante contre Elhahr. La garde ne se rend pas ; elle préfère mourir les armes à la main, pour le plus grand plaisir de Nephomet. Une heure suffit pour massacrer la quasi-totalité de la garde. Une petite poignée subsiste, menée par Kaly. Cependant, cette petite poignée est encerclée par près de vingt-cinq mille créatures obscures – là aussi la résistance a été plutôt farouche –. Nephomet/Elhahr et les trois Démons intervient pour tenter de négocier :

- Ma chère Kaly, je suis content de vous revoir.
- Arrêtez ! Vous n'êtes pas Elhahr.
- Cette Elfe est d'une vivacité impressionnante, dit Nephomet à Eyazon.
- D'après Elhahr, elle serait capable de vous humilier en combat, répond ce dernier.
- Elle est bien bonne celle-là, répond Nephomet en éclatant de rire. Il ne passera plus son temps à déblatérer des contes pour enfants en manque de sensation fortes et qui veulent se croire plus puissants que les autres.
- Que comptez-vous faire, Nephomet ?, lance Kaly.
- Moi ?, demande Nephomet, les yeux écarquillés. Je vais tout simplement vous renverser de votre poste de Dame du Palais. Je vais m'autoproclamer Seigneur Ultime de l'Endlenda.

Nephomet agit d'une façon totalement puérile, comique et excentrique. Cela fait rire ses trois acolytes mais les gardes et Kaly sont totalement sceptiques devant l'attitude qu'il a envers eux. Puis, il reprend son petit discours à destination de Kaly et des gardes restants :

- Vous, je vous laisse deux possibilités. L'une, c'est de mourir. C'est la plus simple. L'autre, c'est de vous soumettre.
- Je préfère la troisième option : on s'enfuit, dit Kaly.
- En tout cas, vous êtes déchue de tous vos titres en Endlenda et vous êtes bannie du Palais. Bon vent, dit Nephomet en chargeant un sort.
- Soldats. Fuyez où vous savez !, dit Kaly en ouvrant un portail.

Les soldats entrent tous dans le portail qui les amène dans la forêt de Naeeim. Kaly se retrouve toute seule face à Nephomet. Elle a tout juste le temps de créer un portail dimensionnel avant d'être frappée par le sort de Nephomet qui a ricoché et qui l'a percuté à la tête. Kaly tombe à la renverse dans le portail qui se referme sur elle, laissant le Palais à un Nephomet tout souriant. Une minute plus tard et un bruit sourd se fait entendre de l'autre côté du portail. Kaly est tombée sur un sol assez dur mais recouvert par de l'herbe. Elle a une profonde blessure à la tête et du sang est en train de teindre ses longs cheveux argentés. Des voix se font entendre autour d'elle, qu'elle réussit à capter mais faiblement : "Qu'est-ce que c'est ? … On dirait … Mon dieu … Amenez-là à l'intérieur … … Dan, on l'a trouvée comme ça …". Est-ce que Kaly vient de se rendre compte que l'endroit où elle se trouve n'est autre que celui où vit un certain … Dan Lotyuwi ? La situation vient de prendre un sérieux tournant et le rapport de force est devenu défavorable aux Elfes.


Dernière édition par Bloody Maiden le Dim 30 Sep - 21:32, édité 1 fois


avatar
Messages : 1058
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le Démon d'un autre monde

le Lun 28 Mai - 0:13
Alors... j'ai terminé cette fic il y a presque un mois (je découvre de nouvelles coquilles à chaque chapitre posté) et je vais la poster dans son intégralité parce que voilà... D'ailleurs, je m'attaque au deuxième tome à la fin de la semaine, parce que d'une : stage. Et de deux : repos contraint et forcé par Bloody.
Là, j'ai fini de poster l'arc III (plutôt court et vraiment lourd) et on est à la moitié de la saison... Bon courage à ceux qui vont lire le millier de pages (1068 en tout sur mon fichier open office avec sommaire, pied de page et mise en page)


avatar
Messages : 1058
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le Démon d'un autre monde

le Sam 2 Juin - 19:28
Arc IV - Voyage en Endlenda

Chapitre 43 - Les pleurs de l'Elfe ...

Spoiler:
L'histoire de Kaly dure en tout et pour tout près de trois heures et demi, sans compter le dîner qui a duré une heure. On a commencé à l'écouter aux environs de 17h mais on a dû faire plusieurs pauses, notamment pour calmer les quelques crises de douleur de Kaly et aussi le fait qu'elle digresse énormément, un peu comme Elhahr. Les Flame Charmer sont restés d'un bout à l'autre, étant donné qu'ils sont visiblement très intrigués par ce qui se passe depuis quelques temps. Le fait de voir un Elfe avec des ailes n'est pas quelque chose de banal et ça a éveillé la curiosité de tous. La fin du long récit de Kaly s'achève sur le moment où elle est tombée dans le jardin de la maison de Dan, ainsi que le moment où elle s'est réveillé et où elle a fait la connaissance de tout le petit groupe. Il est environ 21h30 et la nuit commence à envahir le ciel. Juste après ce long récit, un long silence de mort pèse dans le salon, pendant plus de cinq minutes. Tout ce que Kaly a raconté a perturbé l'esprit des principaux intéressés, à savoir Dan, Warren, Nejma et Veneko. Je suis assise à côté de Dan dans le canapé et je le regarde attentivement. Son attitude est celle d'une personne mi-triste mi-déterminée à agir. Il se tient le menton avec sa main gauche et finit par rompre le silence :

- Une très longue et inquiétante histoire …
- Qu'en penses-tu ?, demande Nejma à son frère.
- Honnêtement, j'ai souvent tendance à ne croire que ce que je vois mais là, étant donné les circonstances, je crois qu'on a un sérieux problème.
- Je ne veux pas être pessimiste, dit Warren, mais je suis d'accord. La situation n'est pas rassurante.
- En réalité, dit Kaly, je n'étais pas censée arriver ici tout de suite. Normalement, le portail que j'avais invoqué devait m'amener dans la forêt de Naeeim. Je devais retrouver mes amis et la garde.
- Alors comment est-ce que tu as fait pour arriver dans le jardin ?, demande Dan.
- En fait, je me souviens avoir lu une incantation dans un grimoire qui permet d'ouvrir un portail entre les dimensions, dit Kaly. Je crois qu'avec la panique et au vu de la situation, j'ai dû utiliser ce sort et non celui qui m'aurait permis d'arriver à Naeeim. J'aurais dû organiser une résistance avec tous les Elfes qui restent.
- Je n'ai pas compris la fonction de Seigneur du Palais et Dame du Palais, dit Nejma.
- En fait, c'est le titre porté par l'Elfe qui est chargé de mener les affaires du Palais d'Endlenda et, plus largement, de l'Endlenda tout entier. Il n'y a pas de différence, sinon de genre, entre le Seigneur et la Dame du Palais.
- Donc, si j'ai bien compris, c'est toi la Dame du Palais, dit Sean.
- C'est cela. Sauf que Nephomet a usurpé le titre et qu'il doit être en train de remodeler l'Endlenda à son image.

La conversation dérive en passant sur divers sujets, afin d'éclairer les esprits de tout le monde sur certains points de société de l'Endlenda. Même Dan se retrouve à poser ce genre de questions, preuve que certains éléments du récit de Kaly sont pas très clairs. Cela dure pendant quelques minutes avant que les enfants, qui assistent à la conversation, commencent à bâiller. Shizuka leur dit alors :

- C'est pas tout ça mais je crois que c'est l'heure d'aller dormir. Vous dites bonne nuit à tout le monde, d'accord ?
- Oui, Shizuka, répondent les enfants en chœur.

Les dix enfants vont embrasser tout le monde et montent en file indienne au deuxième étage, là où sont les chambres qu'ils occupent depuis qu'ils sont arrivés. Ils ont vraiment l'air fatigués, à force de passer leurs journées à jouer dehors ou dedans. Certains se frottent les yeux, preuve de leur trop grand épuisement. Ils sont vraiment adorables à cet âge. Shizuka prend beaucoup de plaisir à s'occuper d'eux. Elle considère que de les avoir à la maison l'a rendue encore plus joyeuse, même si elle adore passer du temps avec Dan. C'est juste que son attitude calme et posée est contrastée avec la joie et l'énergie des enfants, et que leur présence rend la maison plus vivante. Pendant que Shizuka est en haut, la conversation reprend sur la situation inquiétante en Endlenda.

- Qu'est-ce qu'il faudrait faire pour tenter de remédier à cette situation ?, demande Warren.
- Je pense qu'il faudrait d'abord secourir Elhahr, dit Kaly. Il nous aidera à lutter contre les Démons.
- Et qu'est-ce que ça signifie ?, demande Veneko.
- On va devoir aller dans ce monde magique ?, demande Nejma.
- J'en ai bien peur, dit Dan, avec un air pratiquement maussade.
- Ben t'as l'air optimiste, lui dit Warren.
- Je dois être épuisé, répond ce dernier. Je crois que je ne vais pas tarder à faire comme les enfants et aller me coucher.
- Honnêtement, Dan, dis-je, tu ne veux pas t'engager dans cette expédition ?
- Bien sûr que j'ai envie de participer à ce voyage dans l'Endlenda, me répond Dan. Si on m'a demandé de participer au sauvetage du monde, je ne vais pas me tourner les pouces pendant que les Démons ravagent nos deux mondes.
- Point de vue intéressant, dit Warren. Et quand est-ce qu'on se rendrait là-bas ?
- Je ne sais pas du tout …, dit Kaly. Le fait d'être dans cet état a grandement occulté mes capacités magiques. L'amnésie m'empêche de me rappeler de la majeure partie des sorts appris.
- Ce genre d'amnésie peut être long ?, demandé-je.
- Cela dépend, me répond Kaly. Évidemment, j'aimerais bien que tout redevienne normal le plus rapidement possible.
- En tout cas, tu pourras compter sur moi pour t'accompagner dans ton voyage, dit Warren.
- Pareil pour nous, disent les jumeaux.
- Je pense que nous devrions en reparler plus tard, dit Kaly. J'ai la tête qui tourne.
- Nous allons sans doute vous laisser aussi, dit Alicia, très calme depuis quelques heures. Nous repasserons sans doute demain pour une petite séance d'entraînement.
- D'accord, chère Alicia, répond Dan avec un grand sourire.

Alicia retombe dans son comportement habituel et s'empresse de serrer Dan dans ses bras, et place la tête du jeune homme contre sa poitrine. Personnellement, je me mords la langue en voyant cela. Je sais qu'elle fait ça par pure acte de groupie mais je trouve cela limite lassant à la longue. Cela dit, ses coéquipiers lèvent les yeux en l'air devant son comportement. Je regarde Warren et il semble sourire en me voyant me mordre la langue. Je lui lance un regard noir qui ne lui enlève pas son petit sourire. On raccompagne les Flame Charmer dehors puis on décide d'aller tous dormir. Demain, c'est le week-end et on va pouvoir profiter d'un peu de temps libre. Dan et Warren accompagnent Kaly jusqu'à la salle de repos, où elle doit se reposer encore quelques temps d'après Shizuka. Puis, nous montons tous les cinq, avant de tomber sur Shizuka qui vient de mettre les enfants au lit et qui leur a raconté une histoire.

- Tout le monde est reparti ?, demande-t-elle.
- Oui, répond Dan. Ils reviennent demain pour une petite séance d'entraînement.
- D'accord. Et Kaly ?
- Elle est allongée dans la salle de repos, en se laissant faire. Elle dit qu'elle a la tête qui tourne.
- Je vais passer la voir. En tout cas, bonne nuit les jeunes.

Nous lui souhaitons également une bonne nuit et on se dirige vers nos chambres respectives. Cependant, Dan va serrer Shizuka dans ses bras. Il est très silencieux depuis que Kaly a raconté son histoire et a même l'air un peu triste. Shizuka ne dit rien et se contente de sourire. Visiblement, elle a compris ce qui perturbe l'esprit de Dan. Pour ça, le seule remède à la tristesse de Dan, c'est un gros câlin pour lui remonter le moral. Et ça semble réussir puisqu'il sourit quand il est dans les bras de sa gouvernante. Je regarde cette scène avec attention et je trouve ça tout à fait adorable. Puis, il nous salue en s'inclinant et se dirige dans sa chambre. Deux minutes plus tard et nous sommes tous dans nos chambres respectives. Je finis par m'endormir à minuit. Mes parents ne rentrent pas à la maison cette semaine et partent en Angleterre pour rendre visite à mon frère dans deux semaines. Donc, j'ai largement le droit d'aller vivre chez Dan le temps qu'ils partent voir mon frère. Ils sont devenus nettement compréhensifs sur le sujet depuis que je leur ai parlé de tout ça après le tournoi.

Avant de m'endormir, je me mets à penser à tout ce que Kaly a pu raconter et à tout ce qu'on a pu dire après cela. Je crois que Kaly n'a pas raconté de mensonges et étant donné l'état dans lequel on l'a trouvé, c'est vrai qu'il n'y a pas de quoi être très rassuré. Son regard était empli d'une certaine tristesse lorsqu'elle évoquait son passé et surtout, ce qui a pu se produire pour qu'on la retrouve dans le jardin, ensanglantée et légèrement amnésique. En tout cas, Dan à l'air déterminé à vouloir aider Kaly. Je ne sais pas trop s'il se rend compte du danger qu'il pourrait courir en allant dans ce monde magique pour rétablir la situation. D'ailleurs, moi non plus je n'ai aucune idée de ce que tout cela peut représenter. Je sais que Warren, Nejma et Veneko sont également d'accord pour se lancer dans cette mission de sauvetage. Mais moi, je ne sais pas si je dois les accompagner. D'un côté, je ne servirais pas à grand chose, ne sachant pas tellement jouer. Je serai plus un boulet qu'une aide. Mais de l'autre côté, si jamais je devais rester et qu'ils ne revenaient pas de ce monde magique, j'aurais du mal à vivre sans eux. À eux quatre, ils peuvent accomplir des miracles en Duel mais si ces Démons sont aussi forts que Kaly le laisse croire, il se peut qu'ils ne réussissent pas à sauver le monde. C'est sur ce genre d'hésitation que je finis par fermer les yeux et à m'endormir.

Au beau milieu de la nuit, vers deux heures et demi, la porte de la chambre de Dan s'ouvre. Ce dernier est pourtant profondément endormi, comme d'habitude. La silhouette de la personne qui ouvre la porte est celle d'une femme avec de longs cheveux argentés, étincelants grâce aux rayons de la lune. Il n'y a qu'une seule personne dans tout le 26, Kamen Street qui possède des cheveux argentés. Les rideaux de la chambre de Dan n'étant pas réparés depuis que Shizuka les a fait tomber au début du tournoi, le visage de la personne qui entre est aisément reconnaissable grâce aux rayons de la lune qui traversent également la fenêtre. Kaly a toujours l'air aussi triste qu'en début d'après-midi. Elle regarde attentivement Dan en train de dormir, l'air paisible. Puis, elle va discrètement se placer face à lui et … tire la couverture. Dan est en train de dormir en sous-vêtements, étendu sur le dos. C'est le genre de tenue qui pourrait faire fantasmer une personne le trouvant très adorable – à part peut être Mina –. Kaly s'allonge à côté de lui et remet la couverture au-dessus des deux personnes. Dan n'a toujours pas esquissé le moindre mouvement et ne s'est sans doute pas rendu compte que quelqu'un vient de se glisser dans son lit.

Quelques minutes après que Kaly s'est glissée dans le lit de Dan, ce dernier se retourne pour avoir le visage qui se colle à quelques centimètres de celui de l'Elfe, dont les yeux ne sont toujours pas fermés. Dan se rend compte qu'une drôle de sensation vient d'envahir sa chambre. Il ouvre faiblement un œil, puis l'autre, et se rend compte d'une masse sombre étendue à côté de lui. Il tente d'allumer sa lampe de chevet et dit :

- Qui … Qui est-là ? C'est toi Mina ?
- Non. C'est Kaly, répond l'Elfe.
- …

Dan ne dit rien. Il se contente d'allumer la lampe de chevet et bâille un long moment. Il se frotte péniblement les yeux avant de dévisager le visage de l'Elfe triste qui se tient allongée à côté de lui. Puis, il écarquille les yeux en se rendant compte de ce qui est en train de se passer.

- Depuis combien de temps est-ce que tu es allongée dans mon lit ?
- Cinq minutes.
- Et pourquoi est-ce que tu as décidé de venir ici ?
- J'ai fait un cauchemar.
- Moi aussi j'en fais. Et ce n'est pas pour ça que je vais squatter les lits des autres, répond Dan entre deux bâillements.
- Tu … pleures ?
- Non, j'ai juste l'œil humide à force de bâiller.
- Tu pourrais dormir un peu.
- Ce n'est pas moi qui vient réveiller les autres en se collant dans leur lit.
- Je … Je suis … désolée, dit Kaly en ayant les larmes aux yeux.
- Attends ! Ne le prends pas mal. Je ne veux pas te faire de mal. C'est juste que ce n'est pas quelque chose que j'aime beaucoup.

Dan va alors redresser Kaly, puis la serrer dans ses bras. Le réconfort est la seule chose qui peut réussir à faire baisser l'angoisse chez une personne d'après Shizuka. Ça a très bien marché avec Dan lorsque ses parents ont disparu. Et dans ce cas, la pauvre Elfe aux cheveux argentés est en train de pleurer, et essaye en même temps de dire quelques mots mais ils sont tous incompréhensibles, étant mêlés aux quelques sanglots. Dan tente de sécher les larmes de Kaly et lui adresse tout doucement :

- Je ne comprends rien à ce que tu dis.
- Je … je ne peux plus vivre comme ça.
- Si c'est pour déranger le monde toutes les nuits, tu as raison. Moi non plus je ne pourrai plus vivre comme ça, plaisante Dan avant de se rendre compte du caractère déplacé de sa réponse.
- Je … je crois que je suis devenue … mortelle, dit Kaly.
- Mortelle ? Comment ça ?, demande Dan.
- Mon corps va subir les effets de l'âge comme il est dans votre monde.
- Quel âge as-tu ?, demande Dan.
- J'aurai 650 ans à l'équinoxe d'automne en Endlenda.

Dan écarquille les yeux en entendant l'âge de Kaly. Est-ce que c'est quelque chose qui est facile à croire ? Physiquement dans le monde des hommes, elle ne fait pas plus de trente ans. C'est limite si elle fait environ vingt ans, soit un peu plus jeune qu'Alicia afin d'avoir une comparaison avec quelqu'un d'aussi proche. Dan tente de trouver une logique à ce que Kaly vient de lui dire mais elle penche la tête sur la droite, ce qui montre qu'elle tente de chercher pourquoi Dan est plutôt perplexe.

- Tu ne me crois pas ?
- Ben … je ne connais pas tellement la logique des calendriers en Endlenda mais c'est surprenant. Cependant, je ne pense pas que tu vas mourir de vieillesse. Si ton âge serait bien celui que tu pourrais avoir dans notre monde, il ne t'aurait pas fallu plus d'un mois pour vieillir instantanément et mourir. Or, tu es ici depuis un plus long moment. Donc tu n'es pas devenue mortelle comme nous pourrions l'être.
- Je … je vois, dit Kaly, à peine rassurée. Alors, je ne vais pas mourir de vieillesse ?
- Non, je te l'assure.
- D'accord.
- Alors c'est pour ça que tu as fait un cauchemar et que tu es venue dormir ici ?
- Non.
- Alors qu'est-ce que racontait ton cauchemar ?
- Je … Je ne sais plus trop.
- Tu sais, Kaly. Si tu ne sais pas ce qui t'arrive, je ne serai pas tellement apte à te venir en aide, dit Dan en se levant de son lit et en enfilant un peignoir.
- Tu … tu vas où ?
- Faire du thé. Maintenant que je suis levé, j'ai soif. Ne bouge pas d'ici, compris ?
- O … Oui …

Spoiler:
La voix de Kaly tremble de plus en plus. Dan bâille encore une fois et sort de sa chambre. Il avance doucement dans le couloir, en faisant très attention au niveau de la chambre de Shizuka. Lorsqu'elle n'a pas son compte d'heures de sommeil, il ne faut absolument pas la déranger, même si on a un très bon prétexte. Lorsque Dan avait sept ans, la maison a été la cible d'un cambriolage. Le voleur était recherché dans toute la ville depuis plusieurs mois et était réputé pour sa discrétion totale. Mais il a fait une erreur qu'il doit encore regretter en prison à l'heure actuelle. Il avait fait tomber un vase en voulant porter le sac avec son butin. Le vase s'est brisé et Shizuka a capté le bruit. Moins de dix secondes plus tard et il faisait face à Shizuka. Dan s'était réveillé et a vu la scène. La gouvernante a montré qu'elle savait se défendre. Bien que le cambrioleur avait un couteau et un pistolet, Shizuka a pu démontrer son talent de championne d'arts martiaux à Dan, en expédiant son adversaire à terre. La police est arrivée à la maison une demi-heure plus tard et a dû affronter la colère de la gouvernante quant à l'inefficacité de leurs hommes pour attraper ce cambrioleur. Dan se souvient parfaitement de cette nuit parce que l'inspecteur en charge avait l'air d'être un élève que son professeur disputait. Depuis, il arrive que Shizuka donne des cours d'arts martiaux aux policiers de la ville, en plus de Dan. Le fait qu'elle est colérique quand elle se réveille tient du fait qu'elle a l'ouïe très fine, si bien que la moindre perturbation sonore la réveille, même si elle a des bouchons d'oreille. Elle peut se réveiller une heure après avoir ingurgité une quantité de somnifère normalement suffisante pour dormir une demi-journée, et quant au chloroforme, ce n'est même pas la peine d'imaginer le résultat.

Dan réussit à traverser le couloir du premier étage et descend l'escalier sur la pointe des pieds. En même temps, son esprit est tourné sur ce qui est en train de se passer dans sa chambre depuis cinq minutes. Quelles sont les raisons qui ont poussé Kaly à venir jusqu'à sa chambre ? Dan tente de se poser la question en faisant chauffer de l'eau. Puis, quelques minutes plus tard, il remonte au premier étage, les bras chargés par un plateau avec une théière, trois tasses et quelques petits gâteaux. Il pense que cela pourra tenter de calmer l'Elfe qui se tient toujours sur son lit. Cependant, au moment où il ouvre la porte de sa chambre, il constate que Kaly n'est plus toute seule. Une autre personne se trouve dans cette chambre, incitant Dan à soupirer :

- Que fais-tu ici ?, demande Dan.
- Moi ? J'apprécie la promenade dans la maison, répond une autre personne, familière.
- Suigin Tou est venue me voir, dit Kaly.
- Non, je crois qu'elle adore venir flâner ici, dit Dan en posant le plateau sur le lit.
- Est-ce que c'est du thé ?, demande Kaly à Dan.
- Mon Earl Grey préféré, répond ce dernier. Tiens, pour toi … et je suppose que tu en veux aussi, petit Ange.
- Puisque tu le demandes, répond Suigin Tou.
- Viens t'asseoir par contre.

Les trois personnes s'asseyent sur le lit et commencent à boire leur thé. Dan ne sait vraiment pas trop quoi penser de tout ça. Devant lui se tient deux Anges en train de siroter un thé au beau milieu de la nuit. Ce n'est pas le genre de scène habituelle dans une maison mais comme il s'agit de celle de Dan, tout semble possible. Pour Dan, l'heure du thé correspond aussi à celle des questions. Il estime que lorsqu'une personne se met à boire du thé, elle est forcément obligée de savourer la boisson, ce qui la rend plus vulnérable pour l'interroger sur tout et n'importe quoi.

- Suigin Tou, qu'est-ce que tu fais ici ?, demande Dan.
- Je te le dis et je te le répète : j'avais envie de me promener ici, répond l'Ange portant une belle robe noire.
- Tu n'étais pas en train d'espionner ?
- Et pourquoi le ferais-je ? Je suis censée être une carte de ton Deck, donc je suis à ton service.
- Ça se tient, dit Dan.
- Mais j'avais surtout envie de boire du thé, parce que tu le fais très bien.
- Il suffit de me le demander. Arrête d'être aussi timide sinon tu n'arriveras à rien.
- Je sais mais j'adore ton thé. C'est ma sœur qui va être jalouse.
- Ta … Ta sœur ?, demande Dan.
- Laisse tomber.

Il semble que le petit Ange ne souhaite pas s'étendre sur sa vie privée et sur son passé. À vrai dire, cela semble éveiller la curiosité de Dan mais sans plus. Il préfère lui laisser un minimum d'intimité et de ne pas trop la presser avec des questions sans doute inutiles. Et il est vrai que depuis que les enfants vivent à la maison, l'Ange vient très rarement rendre une petite visite à Dan. Par contre, le jeune homme a quand même réussi à la faire sourire, ce qui est rare chez elle. Ensuite, la question suivante est pour l'autre personne qui boit tranquillement son thé :

- Maintenant que je suis revenu, tu vas pouvoir répondre à la question suivante : Pourquoi as-tu quitté la salle de repos pour venir ici ?
- Je …
- Je ne veux pas te presser mais j'ai encore envie de dormir un peu, même si c'est le week-end.
- J'ai fait un cauchemar.
- Ça je le sais bien que tu en as fait un. Le seul souci, c'est que je ne suis pas en mesure de t'aider si je ne connais pas l'origine de ce cauchemar.

Apparemment, la réplique de Dan semble perturber la jeune Elfe – on est toujours jeune à 600 ans en Endlenda –. Elle pose sa tasse de thé sur le plateau et s'allonge sur le torse de Dan, qui est également allongé, probablement à cause de la fatigue. Puis elle dit :

- Je pensais à Elhahr.
- Je veux que tu me racontes ce cauchemar, même s'il te terrorise. Tu le racontes d'un trait, sans t'arrêter et après, je te dis ce que je peux faire. Tu es d'accord ?
- Je … je vais essayer.
- Moi, je vais faire un petit tour dehors, dit Suigin Tou.
- C'est ça, va jouer ailleurs, plaisante Dan.
- Je repasserai dans quelques minutes, le temps de vous laisser tranquille.

L'Ange sort de la chambre en traversant la fenêtre, comme s'il s'agissait d'un hologramme. Du coup, Dan et Kaly se retrouvent tous les deux dans la chambre. À présent, leur discussion peut passer sur des sujets bien plus sérieux et sans doute plus inquiétants.

- Bon, maintenant que Suigin Tou est partie se promener, tu vas enfin pouvoir me raconter ce cauchemar, demande Dan.
- D'accord.
- Souviens-toi. Raconte ton cauchemar sans t'interrompre.
- Alors, dans ce cauchemar, je me retrouve dans le Palais d'Endlenda, en tant que Dame du Palais. Il y a des Démons qui attaquent le Palais et je vois tous les Elfes mourir en étant sans défense. Les actes de cruauté que les Démons sont en train de commettre sont tout à fait répugnants. Après, je vois le visage de Nephomet qui entre dans le Palais. Moi, je suis toute seule, sans défense et totalement apeurée. Nephomet et ses trois lieutenants sont face à moi et déposent le cadavre mutilé d'Elhahr sous mes yeux. Je suis totalement pétrifiée et Nephomet expédie un sort qui me tue. Après, je vois des scènes de dévastations dans tout l'Endlenda et également dans ce monde … Et je me réveille.

Dan regarde Kaly d'un air abasourdi. Ce qu'il vient d'entendre, c'est sans doute ni plus ni moins que la fin du monde si leur mission venait à échouer. Kaly recommence à pleurer après avoir raconté ce cauchemar. Qu'est-ce qui pourrait être le plus grave à ses yeux ? La fin du monde ? Sa propre mort ou bien celle d'Elhahr ? Il est vrai que si on y réfléchit, la fin du monde pourrait être la pire des choses qui soit. Mais le fait de voir Elhahr mourir représente justement la fin de ce monde de paix et de tranquillité qu'ont connu la plupart des Elfes. Et ça l'est encore plus pour Kaly qui vénère totalement Elhahr. En gros, le lien entre Elhahr et Kaly pourrait être comparable à celui qui unit Shizuka et Dan. Si jamais Shizuka venait à quitter cette vie d'une façon non naturelle, Dan en serait totalement anéanti. Après une petite minute de réflexion, Dan tente d'établir un petit bilan psychologique de ce qu'il vient d'entendre :

- Bon … voyons voir ce que je peux faire …
- Est-ce que c'est grave ?
- Je ne suis pas un psychologue …
- Je ne … comprends pas …
- Laisse tomber. Bon, je crois que ce cauchemar est une vision négative de ton avenir. Tu te vois mourir mais je suppose que ce n'est pas la chose qui t'effraie le plus.
- N … Non, en effet.
- C'est plus le fait que ce soit la fin du monde et qu'Elhahr ne soit plus là pour aider.
- Je crois que … c'est ça. Mais je ne veux pas croire qu'Elhahr soit mort.
- Je ne pense pas qu'il soit mort. Sinon les Démons s'en seraient vanté avant d'envahir le Palais, tu ne crois pas ?
- Je … Je crois que c'est possible.
- As-tu fait d'autres cauchemars ?
- Oui, toujours le même. Est-ce que tu crois que ces mauvais rêves seraient en réalité des prédictions qui pourraient frapper nos deux mondes ?
- Je crois surtout qu'il n'est pas souhaitable de ressasser tes mauvais rêves. Je ne me prétends pas être un expert dans le domaine onirique mais ces cauchemars que tu as sont sans aucun doute le fruit d'une trop grande inquiétude.
- Qu'est-ce que tu veux dire par là ?
- Que tu passes trop de temps à te soucier de tout et de n'importe quoi.
- Je suis censée être la Dame du Palais d'Endlenda. Mon rôle est d'assurer à mon peuple une vie pacifique.
- Je le sais bien, Kaly. Mais écoute-moi attentivement.

Dan saisit les mains de Kaly. Les deux personnes sont face-à-face, les mains dans les mains. Hors de son contexte, cette scène pourrait faire beaucoup de jalouses si elle n'était pas dans une chambre fermée à clé et à presque trois heures du matin. L'air sérieux affiché par Dan semble perturber Kaly, qui ne sait pas tellement quoi penser du jeune homme. Elle tente de voir la totalité de son visage mais ne voit que la partie balafrée. Dan reprend ensuite le fil de son discours :

- Je sais que ton rôle implique de penser aux autres. Le problème, c'est que tu sembles trop penser à eux. Tu t'enfermes dans cet état d'inquiétude permanente. Et le fait de trop t'inquiéter t'empêche totalement de te libérer de tes pensées négatives.
- Donc, d'après toi, je devrais arrêter d'être pessimiste ?
- Ça joue. Mais je veux que tu comprennes quelque chose …
- Laquelle ?
- Si la fin du monde arrive, ce ne sera pas de ta faute, ni de celle d'Elhahr. Je crois que tes cauchemars te poussent à endosser la responsabilité d'un échec dans ta mission. Ton objectif est justement d'éviter de penser à l'échec. Nous sommes tous là pour éviter cet échec.
- Je … Je vois.
- Ne reste pas crispée sur des pensées négatives car elles ont une influence sur ta manière de penser et d'agir. C'est sans doute ce qui te pousse à visualiser ces cauchemars.
- D … D'accord.
- Viens …

Dan prend à nouveau Kaly dans ses bras pour lui faire un câlin. L'Elfe aux cheveux argentés continue à trembler, même après que Dan lui a expliqué ce qui peut l'avoir dérangée. Dan est encore et toujours aussi calme quand il parle. Ce qu'il a dit part vraiment dans la volonté d'aider une amie. Il se rend compte que Kaly tremble encore, qu'elle doit avoir des larmes aux yeux et tente alors de la réconforter comme il peut. Ce câlin dure assez longtemps, à peu près cinq minutes, le temps que Kaly finisse par se calmer complètement. Puis, Dan relâche sa douce étreinte et regarde le visage de l'Elfe.

- C'est bon ? Tu es calmée à présent ?
- O … Oui, je … je crois, bégaye-t-elle.
- Reprends une tasse de thé, ça te fera du bien, dit Dan en tendant une autre tasse remplie de cet "excellent" Earl Grey, selon les mots de Suigin Tou.
- Merci beaucoup, dit Kaly d'une voix presque enfantine.
- Après, je vais te ramener dans la salle de repos. Tu dois récupérer des forces …
- Euh … est-ce que je peux te demander quelque chose ?
- Bien sûr.
- Est-ce que je peux dormir dans ta chambre juste cette nuit ?

Dan pose sa main sur le front, sans doute en signe de dépit. Déjà que sa nuit est raccourcie par l'arrivée de Kaly et, dans une moindre mesure, de Suigin Tou, voilà qu'il doit dormir encore quelques heures avec un Elfe encore un peu traumatisée. Il est déjà trois heures et Shizuka a demandé aux grands de se lever à huit heures et demi, même si c'est le week-end. En plus, il a bu trois tasses de thé, ce qui n'est pas censé faciliter le sommeil. Et il ne faut pas oublier la fenêtre sans rideaux dans la chambre. Visiblement, Kaly n'a pas encore envie d'aller dormir.

Spoiler:
- Bon ben je ne vais pas m'opposer à ça. Tu dormiras dans le lit et je me contenterai du petit canapé, dit Dan en se levant du lit.
- Tu ne veux pas dormir dans ton lit ?, demande Kaly. J'irai dans le canapé.
- Tu as besoin de te reposer et un canapé n'est pas forcément la meilleure chose pour toi. Donc tu vas dormir dans mon lit cette nuit.
- D'accord …
- Et puis ça me gênerait de me trouver dans le même lit que toi.
- Pourquoi ?
- Ça me gênerait, c'est tout.
- Je crois comprendre.

Kaly regarde Dan en souriant, ce qu'elle a rarement fait depuis qu'elle est arrivée dans au 26, Kamen Street. Dan semble être un peu gêné face à ce regard très curieux. Il se tient sur le canapé et tente d'éviter ce regard. Est-ce que Kaly a réellement compris pourquoi Dan refuse ? Et surtout, pourquoi ? Kaly pose alors une question qui perturbe totalement Dan :

- Est-ce que c'est à cause de Mina ?
- Co … Comment ça ?, répond Dan en écarquillant les yeux.
- Est-ce que ça te gêne que Mina apprenne que je dorme dans ton lit ?
- Je pense qu'elle sera moins gênée de savoir si je suis sur le canapé plutôt qu'avec toi.
- Tu préfères plus Mina ou Alicia ?

Dan écarte totalement les yeux et rougit très fortement. C'est presque s'il tombe à la renverse après avoir entendu cette question totalement piège. Est-ce que l'objectif de Kaly est de perturber Dan sur ses éventuelles faiblesses ? En tout cas, sa réaction est totalement celle de quelqu'un de surpris. Il tente alors de répondre mais ne fait que bégayer :

- Je … Je ne comprends pas … ce que tu veux …
- Je demande juste si tu aimes plus Mina ou Alicia, rien de plus.
- Pourquoi est-ce que tu me demandes ça ?
- Simple curiosité. C'est compliqué comme question ?
- Non mais c'est compliqué comme réponse.
- Ce n'est pas grave si tu n'arrives pas à répondre. Je veux juste savoir.
- Je répète ma question, Kaly : Pourquoi est-ce que tu me demandes ça ?
- Je n'ai pas arrêté de t'observer depuis que je suis arrivée. Et j'ai remarqué que tu portes une certaine attention à ces deux personnes. Et j'aimerais comprendre pourquoi.
- Ce n'est pas des choses qui te regardent.
- Tu sais que je peux lire dans tes pensées.
- D'accord, d'accord, d'accord, répond Dan en s'allongeant sur le canapé. Je vais tenter de te répondre même si ce n'est pas clair.

Dan est en train de chercher ses mots, regardant Kaly qui est en train de lui sourire. Le jeune homme a l'air de passer une très mauvaise nuit. Il est trois heures et quart passé et Dan bâille encore un peu plus. La fatigue semble l'envahir.

- Alors, qu'est-ce que je peux te dire ? J'aime beaucoup Mina et Alicia. Ce sont deux amies très proches et que je protégerai de toutes mes forces.
- Elles occupent une place particulière dans ton cœur, je peux le sentir.
- En effet.
- Mais est-ce qu'il y en a une que tu préfères plus que l'autre ?
- Elles occupent la même place dans mon cœur l'une comme l'autre. Mina a changé ma vie depuis le jour où je l'ai rencontrée. Depuis, elle est sans doute mon amie la plus chère parce que c'est la première que j'ai eu. J'aurais très peur de la perdre.
- Et pour Alicia ?
- Elle occupe également une place particulière. Depuis notre Duel lors du Tournoi, elle est devenue une très grande amie. On passe pas mal de temps ensemble, surtout pendant les entraînements. Elle a demandé à être une sorte de psychologue et de confidente. Pour elle, je lui rappelle ma mère. Et elle adore quand j'agis en noble gentleman anglais avec elle.
- Je vois. Donc ce sont des rapports très amicaux que vous entretenez.
- Totalement. Amicaux et rien de plus.

Dan regarde à nouveau Kaly et elle continue à lui sourire. Visiblement, cette réponse semble satisfaire Kaly. Dan se met à penser : "Heureusement que j'ai appris à discipliner mon esprit. Une partie de la vérité lui suffit et elle n'a pas besoin de connaître la totalité de me pensées.". Les pensées de Dan sont majoritairement tournées vers ces deux personnes, mais encore plus vers une autre personne, à savoir Shizuka. Shizuka, Mina et Alicia sont les trois personnes que Dan adore le plus. Il ferait tout pour qu'il n'arrive rien à ces trois femmes qu'il semble vénérer, quitte à mettre sa propre vie en jeu. Et il semble que Dan ne veut pas que Kaly connaisse toutes ses pensées.

- Tu as ce que tu veux savoir ?
- Hmm … oui, dit Kaly en se tenant le menton.
- Maintenant, on va dormir. Je suis très fatigué.
- Il y a encore quelque chose que je voudrais, dit Kaly, avec un air qui semble identique à celui que peut afficher Alicia.
- Je suis claqué, j'aimerais me coucher, dit Dan en soupirant.
- S'il te plaît, après je te laisserai dormir.
- Bon … d'accord. Dis-moi ce que tu veux ?
- D'abord, j'aimerais que tu me salues comme tu le fais avec Alicia.
- Parce qu'il n'y a pas qu'une seule chose ?
- Non.
- Si c'est pour que tu me laisses dormir après.

Dan se lève du canapé, tout comme Kaly qui se lève du lit. Puis, la jeune Elfe se tient debout, face à Dan. Ce dernier la regarde avec un air totalement serein puis il recule d'un pas et s'agenouille. La façon dont il se tient est totalement chevaleresque. Il tient la main gauche de Kaly, celle où se tient une petite bague dorée sertie d'une améthyste, qui lui a été offerte par Gythè et Elhahr à son centième anniversaire. Dan dit :

- Votre sagesse et votre beauté sont incomparables sur cette terre. Ô Dame Kaly, laissez-moi baiser votre main en gage de serment.
- Je vous y autorise.

Dan dépose un léger baiser sur l'améthyste de la bague. La situation est quasiment comme avec Alicia. Dan ne se sent pas ridicule mais au contraire, il adore faire preuve de courtoise. C'est une qualité que Shizuka lui a appris. Avec les cours qu'elle lui a donné, Dan a appris à se comporter en parfait gentleman et à adopter un comportement tout à fait digne de celui des chevaliers dans les romans de chevalerie européens du Moyen-Âge, catégorie de romans qu'il a dévoré d'un bout à l'autre dans la bibliothèque de ses parents. Dan est un grand lecteur et il adore reproduire ce qu'il lit, pour le plus grand plaisir de son entourage, un peu comme Don Quichotte mais en nettement plus sérieux. Il a même appris à se battre à l'épée, en regardant une adaptation du Comte de Monte-Cristo, celle de 1934 – Dan adore le cinéma –. Shizuka s'est également occupée de lui donner des cours d'escrime. C'est à se demander comment elle a eu le temps de lui apprendre les arts martiaux, l'escrime et de lui donner des cours, sans oublier les très nombreux voyages qu'ils ont pu accomplir en près de quinze ans.

Maintenant, Dan est l'un des esprits les plus brillants du lycée, même s'il n'y passé que six mois. Il parle plusieurs langues comme le français, l'anglais, l'allemand, le gaélique, l'espagnol, l'arabe et le russe. Il est extrêmement doué en physique-chimie, en médecine, en biologie, en maths, en histoire-géographie, en musique et en philosophie. Il sait cuisiner sans brûler la cuisine. Il danse à peu près tout : claquettes, valse, tango, paso doble entre autres. Il est surtout très sportif, maîtrisant un grand nombre d'arts martiaux, mais aussi d'autres sports. Dan est tout simplement le genre de super-élève surdoué dans à peu près tous les domaines. Il ne parle que très rarement de comment il a fait pour apprendre tout ça, mais on se doute aisément que tout cela est le fruit d'un enseignement très intensif auprès d'amis de ses parents et surtout de Shizuka.

On pourrait penser que les capacités de Dan sont très largement exagérées mais il n'en est rien. Tout cela est parfaitement vrai. On lui a demandé de passer des tests de compétences il y a quelques années et ses notes sont tout simplement les meilleures et ont atteint la quasi-perfection. Cependant, il a refusé d'aller dans une école pour surdoués, préférant se cantonner à une école normale dans la ville qui l'a vu naître et rester auprès de Shizuka.

Dan se relève et constate que Kaly se remet à sourire. Visiblement, il a réussi une partie de ce qu'elle demande. À présent, il se demande ce qu'elle voudrait bien faire avant de dormir.

- Est-ce que tu voudrais me lire une histoire avant de dormir ?
- Mais c'est pas possible, soupire Dan. Il est trois heures et demi et je suis totalement claqué.
- S'il te plaît. Après, je te laisse dormir, promis.
- Tu as une histoire en particulier.
- Oui. Dans ce livre, dit Kaly en tendant un vieux livre à la reliure bordeaux et avec de nombreuses dorures. Les contes sont à la fin.
- Oui, dit Dan en ouvrant le livre, mais le problème c'est que c'est de l'elfique.
- Et quel est le problème ?
- Je ne sais pas lire l'elfique et je n'ai pas envie de m'épuiser avec des pouvoirs à cette heure là.
- Bon … d'accord, dit Kaly, un peu déçue.
- Par contre, si ça peut te faire plaisir, je peux te lire un conte pour enfant de mon monde.
- J'adore ces contes, dit Suigin Tou qui apparaît de nouveau dans la chambre.
- Je veux bien, dit Kaly en s'asseyant sur le lit.
- Je crois que celui-ci ferait l'affaire, dit Dan en saisissant un exemplaire des Contes de Perrault.

Il s'assied sur le lit, Suigin Tou se pose juste devant lui, comme à chaque fois qu'elle veut que Dan lui raconte une histoire. Kaly s'assied également face à Dan, toute contente en se tenant les genoux, et souriant beaucoup. Dan se met à raconter Cendrillon aux deux Anges qui sont totalement absorbées par le récit. À chaque fois qu'il raconte une histoire, Dan arrive à animer les mots en images. Généralement, les enfants demandent à ce que ce soit Dan qui leur raconte des histoires avant de dormir. Lorsqu'il relate des histoires, Dan ressemble à ces vieux animateurs télé qui présentent des émissions sur des affaires criminelles qui n'ont jamais été résolues, pour le plus grand plaisir de son jeune auditoire – en plus de Shizuka, Warren, Mina, Nejma et Veneko. Enfin, une autre demi-heure plus tard et Dan a fini de raconter ce conte, pour le plus grand bonheur de Kaly et de Suigin Tou. La petite Ange décide alors de retourner dans le Deck de Dan tandis que Kaly finit enfin par s'endormir. Dan s'allonge dans le canapé et finit lui aussi par fermer les yeux. Juste avant cela, Kaly adresse à Dan : "Merci d'avoir séché mes larmes, Dan.".

À huit heures et demi, c'est Warren qui vient réveiller Dan, pendant que Shizuka est en train de préparer le petit-déjeuner. Il frappe à la porte au moment où je me réveille. Je le regarde, un peu emplâtrée et je lui demande :

- Dan ne se réveille pas ?
- Non, ça fait dix minutes que je frappe à sa porte et pas de réponse, me répond Warren.
- Il est peut-être déjà réveillé, dis-je.
- Non, impossible, c'est Shizuka qui m'a demandé de le réveiller.
- Bonjour les gens, dit Veneko en bâillant.
- Dan est encore en train de dormir profondément ?, demande Nejma.
- Bon, j'entre dans ta chambre, Dan. Et tant pis pour toi si tu es …

Warren ouvre la porte et nous regardons tous l'intérieur de la chambre de Dan. Nous sommes tous un peu étonnés de voir ce qui se passe dans cette chambre. Dan est étendu dans le canapé, en train de dormir à poings fermés. Et, je ne comprends pas pourquoi Kaly se trouve dans cette chambre, en train de dormir à côté de lui, dans le même petit canapé. Elle a également les yeux profondément fermés. Kaly semble s'accrocher Dan comme un enfant à son doudou. Warren s'approche doucement du canapé et dit :

- Dan, je ne sais pas ce que tu as fait cette nuit, et à la limite, je m'en fiche, mais Shizuka a demandé à ce qu'on soit tous levés à huit heures et demi.
- Et … il est … quelle heure ?, demande Dan d'une voix pâteuse.
- Onze heures, plaisante Warren.
- Et merde, répond ce dernier en se réveillant petit à petit.
- Dan, dépêche-toi, dit Veneko. On est censé s'occuper des enfants toute la journée et ils t'attendent.

Nous regardons tous Dan se réveiller lentement et nous regarder. On est tous en train de lui sourire un peu bêtement. On est encore en pyjama. Warren dort également torse nu mais a mis un peignoir. Veneko a un maillot des Yankees de New York, le numéro 5, celui du légendaire Joe DiMaggio – Veneko est un très bon joueur de baseball. Nejma et moi portons également un maillot de sport pour dormir. Nejma a le numéro 23 des Bulls de Chicago en basket et moi, c'est le numéro 24 des Lakers de Los Angeles dans le même sport. C'est Dan qui nous a passé ces maillots qu'il a acheté lors d'un de ses voyages aux États-Unis. Il est également très doué en basket. On aime bien les mettre pour faire un peu de sport avec Dan.

- Non mais vous le faites exprès ?, dit Dan. Shizuka va me tuer si elle l'apprend.
- Il est fantastique quand il se lève comme ça, dit Veneko.
- Non, je déconne. En fait, il est neuf heures moins le quart, dit Warren.
- Tu as sûrement peu dormi cette nuit, dis-je.
- Et que fait Kaly ici ?, demande Warren.
- Elle est venue me voir à deux heures et demi. Et elle a voulu rester ici. Je n'ai dormi qu'à quatre heures.
- Dan ! J'ai besoin de toi pour …, dit Shizuka en s'arrêtant net de parler en entrant dans la chambre.
- Besoin de moi pour quoi faire ?, demande Dan.
- J'allais te dire que je ne trouvais plus Kaly mais maintenant, je comprends mieux.
- Elle a fait un cauchemar et a cru bon de venir m'en parler, quitte à raccourcir mon temps de sommeil.
- Je vois …
- Après, je n'ai aucune idée de ce qu'elle fait sur le canapé.

Quelques minutes plus tard, Kaly finit elle aussi par se réveiller. Elle paraît plus en forme que Dan. Tout le monde finit par descendre en bas pour prendre le petit-déjeuner. Il y a dix-sept personnes en tout autour d'une très grande table. Les enfants sont tous levés et ont l'air content de manger avec Kaly. Cette dernière s'assied à côté de Shizuka et commence à manger une part de gâteau que Shizuka a préparé tôt ce matin. Visiblement, elle a l'air ravie en goûtant cette part de tartes aux fraises.

- C'est vous qui avez fait cela ?, demande Kaly à Shizuka.
- Absolument.
- C'est excellent, dit Kaly en serrant Shizuka dans ses bras.
- Oh … m … merci beaucoup, répond la gouvernante, un peu embarrassée.

Tout le monde a l'air vraiment heureux devant cette table et ce petit-déjeuner gargantuesque. Ce n'est pas tous les jours que Shizuka a autant de monde dans la maison, et lorsque c'est le cas, elle se sent tout à fait joyeuse. Et sa joie se transmet à chaque personne de présente dans la salle à manger. On laisse de côté les événements perturbants pour profiter d'une belle ambiance familiale.


avatar
Messages : 1058
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le Démon d'un autre monde

le Jeu 14 Juin - 15:02
Chapitre 44 - Voyage Inter-dimensionnel ...

Spoiler:
Après le petit-déjeuner, Kaly a tenté de s'expliquer sur le fait qu'elle a passé la nuit dans la chambre de Dan. Elle paraissait assez angoissée de devoir expliquer cela à Shizuka. Il semble que Dan a pu parler de certains côtés assez impressionnants de Shizuka à Kaly. L'Elfe a bégayé pendant qu'elle tentait de se justifier, en mettant en avant son cauchemar et l'aide qu'a pu lui apporter Dan. Mais Shizuka n'a pas bronché et va serrer Kaly dans ses bras, la trouvant tellement adorable malgré ses blessures et son chagrin. Elle lui dit :

- Je comprends parfaitement ce que tu as pu ressentir cette nuit et je comprends que tu as voulu en parler à Dan. Mais tu aurais aussi pu m'en parler.
- Je sais … je suis désolée.
- Oh, ce que tu es mignonne comme ça, dit Shizuka, tout contente. À présent, je vais bien m'occuper de toi pour que tu ailles mieux, c'est d'accord ? Je vois que tes blessures doivent encore te faire très mal.
- Oui, Shizuka, répond Kaly. Je vous remercie énormément pour ce que vous faites pour moi.

Quelques minutes après que tout le monde a aidé à débarrasser la table du petit-déjeuner, aux alentours de dix heures, les quatre Flame Charmer frappent à la porte, au grand bonheur des enfants, tous contents de les voir. Aujourd'hui, ils viennent s'entraîner avec le groupe dans le cadre d'un tournoi auxquels ils ont été invités. Notre équipe n'a pas voulu y participer, étant donné qu'il a lieu à l'autre bout du pays et qu'il a lieu en septembre. À vrai dire, Dan n'a qu'une seule chose en tête, c'est de remporter une nouvelle victoire au Golden Tournament qui aura lieu au mois de février prochain.

Warren, Veneko, Sean et Jeff vont dans la salle d'entraînement avec certains des enfants. Nejma, Shizuka et moi sommes avec Kaly pour l'aider à récupérer de la santé. Kylie va plutôt rester dans la salle cinéma avec les autres enfants. Il n'y a plus qu'une seule personne de présente dans la salle à manger, c'est Dan qui n'a pas fini son petit-déjeuner. Et quand Alicia pénètre à l'intérieur de la maison, son regard se pose encore et toujours sur le visage de Dan. Il n'y a plus personne d'autre dans la salle à manger. Dan est toujours en train de boire sa tasse de thé, en peignoir, regardant la baie vitrée qui mène sur le jardin. Au moment où il tourne sa tête d'à peine dix degrés, il abaisse sa tasse de deux centimètres et dit d'une voix tout à fait calme :

- Avant que tu me serres dans tes bras, Alicia, je veux que tu me laisses terminer ma tasse d'Earl Grey.
- Comment as-tu su que c'est moi ?, répond Alicia d'une voix tout à fait enfantine.
- Il n'y avait pas de parfum de rose dans la maison il y a trois minutes.
- Ça pourrait être Shizuka, dit Alicia.
- Non, elle préfère la lavande.
- Mina ?
- Elle ne me dérange jamais quand je prends une tasse de thé, tout comme Nejma et Kylie.
- Je vois. Qu'est-ce que tu vas faire ?
- Je ne pense pas rester en peignoir toute la journée et je vais aller en salle d'entraînement.
- Je peux t'accompagner jusqu'à ta chambre ?, demande Alicia d'un air tout à fait joyeux.
- J'ai eu Kaly dans ma chambre cette nuit et ça me dérange un peu.
- Kaly a dormi dans ton lit ?
- Elle est venue me réveiller pour discuter et elle a dormi dans mon lit, moi dans le canapé. Puis, quand les autres sont venus me réveiller, Kaly dormait sur le canapé avec moi.
- Et tu n'as pas envie que ce genre de choses se reproduisent ?
- Plutôt quand je suis endormi, oui. Quand je ne dors pas, je m'en fiche un peu.

Dan se rend compte que ce qu'il vient de dire fait grandement sourire Alicia. Cependant, la jeune femme a remarqué les yeux écarquillés de Dan et se contente de lui dire :

- Ne t'inquiète pas, je ne vais pas t'embêter. Je pars juste dans la salle d'entraînement et j'aimerais bien faire un Duel contre toi.
- D'accord.
- Je vais bien m'amuser en Duel avec toi.
- Comme toujours, répond Dan en montant l'escalier.
- Et tâche de montrer un peu plus d'entrain.

Dan sourit et revient dans la salle d'entraînement quelques minutes plus tard, son Disque de Duel en main. Le premier Duel qui se déroule oppose Warren à Sean. Une fois arrivé dans cette même salle, il part s'allonger dans un des canapés tout en regardant le Duel se dérouler. Le Duel finit par être remporté par Warren mais d'une extrême justesse. Warren a réalisé trois mauvaises manœuvres mais est bien retombé sur ses pieds et a finalement remporté le Duel. C'est ensuite au tour de Dan de se battre en Duel, cette fois, contre Alicia.

Quelques minutes après que le Duel a débuté, toute la maison finit par se retrouver dans la salle d'entraînement, c'est-à-dire les enfants qui étaient avec Kylie et notre groupe qui était dans la salle de repos pour aider Kaly à récupérer de ses quelques blessures restantes. Une fois à l'intérieur de cette salle, je peux voir le déroulement du Duel entre Alicia et Dan. En ce qui concerne l'avantage Terrain, il est plus du côté d'Alicia qui possède deux monstres dont un face caché et un Marshmallon. Elle a également une carte face cachée que je suspecte être une carte piège. Pour Dan, il n'a pas de monstres et n'a qu'une seule carte face cachée, que je pense également être un piège. Et la jeune femme a également plus de Points de Vie que Dan. Au moment où je m'assieds dans le canapé, Warren qui se tient à côté de moi me dit :

- Tu arrives à point nommé, Mina.
- Dan est en train de gagner ?
- Alicia a un Terrain plus rempli mais Dan est effectivement en train de dominer son adversaire. Je me demande s'il connaît le sens du mot "défaite". Je ne sais pas qui serait capable de le battre.

Dan : 1600 Alicia : 2000

- C'est à toi de jouer, darling, dit Alicia.
- Je sais, dit Dan en piochant une carte. Pour commencer, je vais retirer mon Ange Démon – Archer Impardonnable de mon Cimetière pour invoquer mon Ange Démon – Petite Sorcière Obscure.
- Je l'adore !!, dit Alicia en voyant le petit Ange. Elle est trop cute !
- Elle a osé me dire que j'étais "cute" ??, se plaint le petit Ange en se retournant vers Dan. Elle va me le payer.
- C'est un compliment, lui répond Dan en s'agenouillant devant Suigin Tou. Faut pas que tu râles à chaque fois qu'on te fait un compliment.
- Je n'aime pas les compliments, répond le petit Ange.

Depuis que j'ai appris que les monstres du Deck de Dan existent dans un monde parallèle au nôtre, je ne suis plus tellement étonnée de le voir parler avec des monstres censés provenir d'un jeu de cartes. J'ai l'air de plus en plus silencieuse depuis quelques temps, ce qui fait que je ne parle pas beaucoup. En réalité, je suis très fatiguée et je ne cherche pas tellement à comprendre certaines choses. Honnêtement, je crois tout ce que Dan et Kaly ont pu raconter à propos de ce monde appelé Endlenda. Cela peut paraître complètement loufoque et je peux passer pour une fille naïve et facilement manipulable, mais ça ne change pas le fait que je crois tout ce qui a été dit. En tout cas, je reste focalisée sur le Duel et c'est toujours à Dan de jouer.

- Je vais activer l'effet de ma Petite Sorcière Obscure. Je vais alors retirer un monstre "Ange Démon" de mon Cimetière …
- Ce que tu ne vas pas faire, coupe Alicia. Je vais activer ma carte piège Compétence de Percée.
- Je serai heureux de t'apprendre certaines choses, dit Dan. Je retourne moi aussi ma carte piège.
- Carte piège ?
- La carte Esprit de l'Ange est pratique. Je peux l'activer quand mon adversaire cible un monstre "Ange Démon" par un effet de carte. L'effet de ta carte est annulée et est détruite.
- Tu oublies quand même que j'ai plus de monstres que toi et que mon Marshmallon est indestructible au combat. En plus, Réficule est en mode défense et elle me protège.
- Je le sais, j'ai le Terrain sous le yeux. Maintenant, je défausse cette carte de ma main.
- Fais donc, darling.
- Et maintenant, je vais finir ce Duel de façon expéditive. Je vais renoncer à 700 Points de Vie pour rappeler mon Ange Démon – Protectrice des Eaux depuis mon Cimetière. Si tu veux savoir, c'est la carte que je viens juste de défausser.
- Elle n'est pas assez forte avec ses 1600 Points d'ATK, dit Alicia.

Dan : 900 Alicia : 2000

- Crois-moi, elle va te donner du fil à retordre. Je vais activer une carte Magie que tu connais sans doute …
- Ton Ange Démon – Sagesse du Dakini, je présume.
- Tu es très douée. En effet, comme je possède deux monstres sur le Terrain, je peux détruire une carte que tu possèdes comme ton Marshmallon.
- Je n'arriverai jamais à te battre …, dit Alicia, un peu déçue. Ma déclaration …
- Ne te fixe pas pour objectif de vouloir surpasser quelqu'un que tu penses être supérieur. C'est quelque chose de très douloureux pour l'esprit.

Au moment où Dan prononce ces paroles, je regarde Kaly et elle semble tout à fait attentive. Elle est assise à côté de moi, avec JM et Lionheart sur les genoux. Elle se tourne vers moi et me dit :

- J'ai l'impression de revoir Elhahr à travers ces paroles.
- Ah bon ?
- Oui, j'en suis sûre. Sa détermination à se battre et sa maîtrise de ce jeu est incroyable. Son attitude décontractée me rappelle celle d'Elhahr.
- Je vois.

Le monstre en guimauve d'Alicia disparaît soudainement, laissant à présent Réficule toute seule sur le Terrain de la jeune femme. Maintenant, Dan passe à l'attaque avec sa Protectrice des Eaux sur la Réficule. Enfin, Dan envoie la Petite Sorcière Obscure attaquer Alicia directement, la faisant perdre.

Dan : 900 Alicia : 0

Alicia tombe à la renverse, incitant Dan à aller la relever. Cela l'amuse beaucoup que Dan l'aide à se relever. Apparemment, un petit défi à été lancé pendant le Duel entre les deux Duellistes. Warren m'explique que si Dan gagnait, il devait lui faire une déclaration romantique. Et si c'est Alicia qui gagnait, elle devrait servir le thé à Dan pendant toute une semaine. À vrai dire, je ne comprends pas tellement le but du pari, sachant que Dan n'allait pas perdre. J'aurais sûrement ragé si elle avait gagné. Mais, ça semble faire oublier sa défaite à Alicia et elle est toute souriante. C'est limite si elle se prendrait pour une petite fille dans les bras de Dan. Et ce dernier est toujours autant blasé même s'il se met à sourire, la serrant tendrement dans ses bras. La séance d'entraînement se termine vers 12h30, moment où Shizuka nous appelle tous pour le repas.

L'après-midi est plus calme, les Flame Charmer sont rentrés à l'hôtel Saint-John. Les enfants sont en train de regarder des dessins animés dans la salle cinéma en compagnie des garçons. Kaly est toujours avec Shizuka, Nejma et moi dans la salle de repos. L'Elfe se plaint encore de son bras gauche.

- C'est peut être une légère fracture ?, demande Nejma.
- Non, je ne crois pas, dit Shizuka. C'est sans doute une petite élongation. S'il y avait fracture ou déchirure musculaire, cela lui ferait plus mal et elle ne pourrait pas bouger le bras.
- C'est grave ?
- Pas énormément. Je vais juste mettre une compresse et bander à nouveau le bras.
- D'accord.
- Mais est-ce que ça te fait mal depuis longtemps ?
- Depuis que je me suis réveillée.
- Tu aurais dû m'en parler immédiatement, dit Shizuka. Mais bon, comme ce n'est pas trop grave …
- Qu'est-ce que tu vas faire après être remise sur pied ?, demandé-je.
- Je compte retourner en Endlenda pour sauver mon peuple des ténèbres. Et je demanderai à quatre personnes de me suivre.
- Quelles personnes ?, demande Nejma.
- Je crois que tu as une idée, lui répond Kaly.
- Warren, Dan, mon frère et moi ?
- Tout à fait. Je veux que vous quatre veniez avec moi.
- Je veux aussi y aller, dit Shizuka. Je veux les protéger, et en particulier Dan.

Au moment où Shizuka pose sa main sur l'épaule de Nejma, je remarque que ses yeux deviennent d'un rose étincelant. Cela dure moins de trois secondes et semble se tenir la tête. Shizuka la regarde et lui dit :

- Que se passe-t-il ?
- J'ai eu comme une sorte de flash dans les yeux, répond la jeune fille blonde, en se tenant un peu la tête.
- C'est-à-dire ?
- Je ne sais pas tellement l'expliquer mais y avait quelques images de combat avec des créatures hideuses.
- Des créatures hideuses ?, dis-je.
- Je peux te dire d'où proviennent ces visions, dit Kaly. En fait, c'est lié au médaillon que tu portes. Il te permet d'entrevoir une partie de l'avenir.
- Vous êtes sérieuse ?, demande Nejma. Je … je suis capable de lire l'avenir avec ce médaillon ?
- Tout à fait. Et que présentaient ces visions ?
- J'ai … vu Dan gravement blessé par un Démon. Et surtout, beaucoup de douleur et la mort d'une personne proche.
- Quelqu'un d'ici va mourir en Endlenda ?, demande Kaly. Est-ce que tu as vu de quelle personne il peut s'agir ?
- Je ne … me souviens plus du visage de cette personne. Je suis fatiguée. Je … veux me reposer.

Spoiler:
Nejma commence à bâiller et je la raccompagne jusqu'à sa chambre. On est aux alentours de 15h et à ce moment-là, Dan va faire chauffer de l'eau pour son thé. Nejma et moi le croisons au niveau de la salle à manger. Et ce dernier demande :

- Vous allez bien ?
- Oh, moi oui, dis-je.
- Je vais aller dormir un peu, dit Nejma.
- À voir l'attitude que vous avez, il y a quelque chose qui ne va pas.
- Non, non, il n'y a rien du tout, dis-je.
- Bon, d'accord. Repose-toi bien, Nejma, dit Dan.

Il va dans la cuisine pour préparer son thé, pendant que nous montons les escaliers vers le premier étage. Là, une fois arrivée au niveau de la chambre de Nejma, une question me vient à l'esprit et je ne peux pas m'empêcher de la poser :

- Qu'est-ce que tu as vu, Nejma ?
- Pourquoi est-ce que tu me poses la question ?
- Parce que je sais que tu as vu quelque chose et que tu n'as pas voulu le dire à Shizuka … Est-ce que par hasard, la personne que tu n'aurais pas réussi à distinguer serait …
- Oui, c'est bien la personne à laquelle tu penses, me répond Nejma. Si elle vient en Endlenda, son avenir sera funeste. C'est pour ça qu'elle ne doit pas s'y rendre.
- Je comprends, il en serait totalement perturbé si ces visions que tu as eu venaient à se réaliser.
- Mina ?
- Qu'y a-t-il ?
- J'angoisse sur cette expédition.

Sans répondre, je la serre dans mes bras. Je sens que son cœur bat de plus en plus fort, ce qui arrive à chaque fois qu'elle angoisse pour quelque chose. Elle commence un peu à trembler. Comme à chaque fois que je m'occupe de son stress, je l'incite à faire un peu de yoga avec moi. C'est quelque chose qui l'aide énormément à gérer son stress et ses émotions. D'après Dan, elle a fait une petite séance juste avant d'entrer dans l'Arène lors de la Finale du Golden Tournament et elle a dit qu'elle ne s'était jamais sentie aussi bien avant un Duel. On passe une heure toutes les deux à faire du yoga, ce qui l'aide vraiment. Après la petite séance, elle me dit :

- T'es vraiment quelqu'un de génial, Mina. Encore merci de m'aider.
- Toi aussi tu es géniale, lui dis-je.

Nous nous prenons chacune dans les bras de l'autre en rigolant. C'est vrai que je m'entends super bien avec Nejma depuis que je la connais. Quand elle est là, je ne me sens pas seule dans le groupe. Être la seule fille d'un groupe, ce n'est pas forcément quelque chose de génial. Je crois qu'elle ressent la même chose. Après cette séance de yoga, nous descendons toutes les deux pour voir ce que font les enfants, et ils sont toujours captivés par les dessins animés, tout comme Dan, Warren et Veneko. Shizuka est partie faire une petite sieste et Kaly se repose également. La maison est vraiment calme quand tout le monde a une occupation. Nejma et moi allons nous asseoir à côté des enfants et portons notre regard sur l'écran où est projeté un animé assez amusant. Je regarde Dan et il est tellement souriant. Pour le moment, il semble avoir laissé de côté le fait qu'une Elfe blessée est en train de dormir sous son toit. Mettre de côté certains impératifs n'est pas plus mal.

Dans la soirée aux alentours de 23h, une fois que tout le monde est couché, Dan, Warren et les jumeaux se retrouvent dans la chambre de Dan, en compagnie de Kaly. Le visage affiché par l'Elfe donne l'impression que la situation est mal en point. Warren se met à bailler et dit :

- Pourquoi est-ce qu'on est ici ?
- Kaly veut qu'on aille en Endlenda, dit Nejma.
- Je croyais qu'on était déjà tous d'accord pour y aller, dit Veneko.
- Ouais, je partais plus ou moins sur cette idée, dit Dan.
- Alors pourquoi est-ce qu'on est en train d'en discuter à cette heure-là ?
- Nous partirons demain soir en direction de l'Endlenda, dit Kaly. Mais je veux être sûre de quelque chose avant.
- Laquelle ?
- Est-ce que vous serez prêts à risquer votre vie dans un autre monde ? Avant de répondre à la question, je tiens quand même à vous prévenir. L'Endlenda est totalement différent de votre monde. Les créatures sur lesquelles nous tomberons seront prêtes à vous tuer.
- J'étais également parti sur cette optique aussi, dit Warren.
- Je n'ai pas peur d'aller affronter tout ces Démons, dit Veneko. Et toi, sœurette ?
- Si je ne suis pas toute seule à les affronter, ça me va aussi.
- Vous n'avez donc pas peur d'affronter des Démons ancestraux et dont la puissance est quasiment divine.
- Non, j'en ai rien à faire qu'ils soient puissants ou non, du moment qu'on les mette hors service, dit Dan.
- Bon ben qu'est-ce que je peux dire d'autre ?, dit Kaly.
- Bonne nuit et reposez-vous bien ?, dit Warren.

Kaly sourit et reprend cette même dernière phrase de Warren. Les quatre Duellistes semblent être prêts à se rendre en Endlenda. Une certaine assurance se dégage de chacun des visages des quatre adolescents. L'Elfe a l'air d'être plus rassurée en entendant la volonté de participer à cette expédition. Tout le monde retourne dans sa chambre, et Kaly dans la salle de repos. Elle a promis qu'elle ne dérangera pas Dan quand il dort. Warren continue à bâiller, tout comme Dan. Nejma et Veneko vont également se coucher.

Cependant, vers une heure du matin, Nejma se lève pour aller boire un verre d'eau. Au moment où elle veut aller se recoucher, elle aperçoit la silhouette d'une grande femme qui se tient devant la porte de sa chambre. Cette silhouette allume une petite lampe en direction de Nejma.

- Il faut que je te parle, Nejma.
- Qu'est-ce que …, dit Nejma avant d'être interrompue par un geste de la main.
- Suis-moi, dit la silhouette qui n'est autre que celle de Shizuka.
- Qu'y a-t-il ?, demande Nejma une fois qu'elle est entrée dans la chambre de Shizuka.
- Je sais que quelque chose te tracasse depuis que tu as eu cette vision en salle de repos. Je veux savoir ce que tu as vu précisément.
- Comment ça ?
- Tu avais l'air perturbée pendant le dîner, dit Shizuka en s'asseyant sur son lit en peignoir de satin. Viens t'asseoir.
- Dans cette vision, dit Nejma en s'asseyant à côté de Shizuka, on se situait dans des espèces de ruines. Et Dan était en train de se battre contre un Démon.
- Que lui est-il arrivé ?
- Il a été blessé. Une personne est venue le défendre et c'était vous, Shizuka.
- J'étais en Endlenda avec vous ?
- Visiblement.
- Et que m'est-il arrivé ?, demande Shizuka, plutôt curieuse.
- Je ne sais pas trop si je dois vous le dire.
- Je suis prête à tout entendre.

Shizuka regarde Nejma qui affiche un air plutôt inquiet en la fixant. Il n'en faut pas plus à la gouvernante pour tenter de lever le voile sur les inquiétudes de Nejma. Avant même que Nejma ne donne une réponse, Shizuka répond :

- Je crois avoir compris. Ne me dis rien. Je ne veux pas savoir ce qui m'arrivera si je mets les pieds en Endlenda. Mais je ferai ce que j'aurai à faire là-bas et je défendrai Dan quoi qu'il m'en coûte.
- Je ne veux pas paraître désobligeante, ni même méchante mais je pense que vous devriez rester ici.

Nejma regarde Shizuka prendre un air assez méfiant. Il est possible que cette remarque ne lui plaise pas. Et l'air qu'elle affiche semble déstabiliser Nejma. Pourtant, la jeune fille tente quand même de s'expliquer, pour tenter de ne pas s'attirer les foudres de la gouvernante.

- Je sais que ça peut paraître fou de penser ça mais il ne faut pas que vous vous rendiez en Endlenda. La vision que j'ai eue montrait un destin funeste. Si vous y laissez votre vie, Dan ne s'en remettra pas.
- Pourquoi ?
- Il tient énormément à vous. Il me dit souvent qu'il adore être avec vous. Il ne veut pas que vous partiez définitivement et qu'il a encore beaucoup besoin de vous pour ses cours et pour développer certaines compétences en arts martiaux.
- Je pense qu'il n'a plus besoin de moi pour tout. Dan doit apprendre à se sociabiliser un peu. Je veux qu'il se rende à l'université après le lycée. En ce qui concerne les arts martiaux, il a les capacités suffisamment développées pour battre les meilleurs combattants du monde. Et je pense qu'il peut être temps pour lui de devenir professeur d'arts martiaux.
- Il vaut mieux que vous restiez ici, je vous en prie, dit Nejma. Dan a énormément de capacités physiques et intellectuelles mais il veut aussi vous avoir avec lui en tant que parent. Il vous considère comme sa mère.
- Yusuke et Akiyo lui manquent cruellement et éternellement, dit Shizuka.
- Et il ne veut pas vous voir partir prématurément.
- Je vois …, dit Shizuka.
- C'est pour ça que je vous demande de ne pas nous accompagner dans cette expédition en Endlenda.
- Si c'est ce que vous voulez, je ne vais pas m'opposer à cette décision …, dit Shizuka, un peu déçue.

Sur ce, Shizuka s'allonge sur son lit, l'air de plus en plus triste. Elle souhaite quand même une bonne nuit à Nejma. C'est la première fois que Shizuka se comporte un peu comme une enfant à qui on refuse de faire quelque chose, même partant d'une bonne intention. Nejma est totalement perplexe quant à l'attitude de la gouvernante. Elle a tourné le dos à Nejma et doit être en train de dormir ou bien de pleurer – ou quelque chose dans le genre –. Nejma souhaite quand même une bonne nuit à Shizuka et va se coucher également. Ce qu'elle vient de voir est quelque chose d'assez rare. Elle a dû très mal prendre ce que Nejma lui a dit. La jeune fille sent que Shizuka aurait tout fait pour venir en Endlenda et surtout pour protéger Dan. Nejma ne comprend pas tellement les raisons pour lesquelles Shizuka s'est donné pour "mission" de protéger Dan.

Le lendemain matin, Nejma s'assied à la table du petit-déjeuner, avec tout le monde. Tout le monde ? Non, Shizuka n'est pas à table. Les enfants ne comprennent pas tellement pourquoi la personne qui gère cette maison est absente. Au moment où Nejma s'assied, je lui demande :

- Est-ce que tu sais où Shizuka se trouve ?
- Je … Je crois qu'elle est dans sa chambre.
- Il a dû lui arriver quelque chose pendant la nuit, dit Dan.
- Peut-être qu'elle dort, dit Warren en buvant un verre d'eau.
- Je vais voir ce qu'elle a, dit Dan en montant l'escalier quatre à quatre.
- Attends Dan …, dis-je en me rendant compte qu'il se trouve déjà en haut de l'escalier.

Il redescend presque aussitôt, cette fois de façon plus calme, et suivi par Shizuka. Elle est toujours vêtue d'un peignoir de satin rose pâle qui lui arrive jusqu'au niveau des tibias. Visiblement, elle vient juste de se réveiller, étant donné qu'elle ne s'est pas coiffée et que ses cheveux vont dans toutes les directions. Elle embrasse tout le monde et avale son bol de café très chaud d'une traite, surprenant ainsi Warren et Veneko. Son café venait juste d'être servi et c'est comme si elle y était devenue insensible. Dan tente quand même de lui décocher un sourire :

- Qu'est-ce qui se passe, Shizuka ?
- Rien, j'ai juste un peu mal dormi, dit-elle en regardant Nejma.

Je regarde Nejma et je vois qu'elle détourne le regard. Il ne me faut pas plus de deux seconds pour comprendre ce qui peut avoir perturbé la nuit de la gouvernante. "Elle a dû lui parler de la vision qu'elle a eu cette nuit et elle n'est pas contente …", me dis-je. Si elle est dans cet état à neuf heures du matin, je n'ose pas imaginer comment elle sera à la fin de la journée. En tout cas, Shizuka commence à inquiéter Dan, et ce n'est peut-être pas bon pour sa concentration en Duel. Il m'a déjà avoué qu'il angoisse à chaque fois que Shizuka n'est pas dans son état normal. C'est comme si l'état psychologique de Shizuka était directement lié à celui de Dan. Et je crois que ce n'est pas quelque chose de forcément bien pour l'un comme pour l'autre, étant donné que Shizuka n'aime pas voir Dan inquiet. Environ une demi-heure plus tard et les quatre Duellistes décident de passer un peu de temps dans la salle d'entraînement. Moi, je suis en salle de repos avec Kaly. L'Elfe a l'air également très inquiète à propos de quelque chose. Évidemment, cela éveille ma curiosité et je ne peux m'empêcher de lui poser une question :

- Pourquoi est-ce que tu as l'air inquiète ?
- Je suis inquiète ?
- Oui.
- Je crois que cette expédition en Endlenda n'est pas forcément appréciée par tout le monde. J'ai même peur qu'elle n'ait pas lieu.
- Pourquoi est-ce que tu dis ça ? Je pense que les quatre Duellistes ont dit qu'ils étaient prêts à partir avec toi.
- Je crois que la vision de Nejma a perturbé Shizuka.
- Je crois que nous avons toutes les deux deviné ce qui risque de lui arriver si elle vient. Elle ne doit pas prendre de risques. Dan ne s'en relèverait pas du tout. Il faut qu'elle reste ici.
- Je comprends.
- Je sais que je ne partirais sans doute pas avec vous mais je veux que tu protèges tout le groupe.
- Je le ferai. Je les protégerai. Je te le promets, Mina.

Je reste encore une petite vingtaine de minutes en compagnie de Kaly. Juste après, c'est au tour de Shizuka de venir dans la salle de repos discuter un petit peu avec l'Elfe. Quant à moi, je décide de sortir de la salle en prétextant le fait d'aller voir ce que font les autres. En réalité, je sens que Shizuka est légèrement sur les nerfs depuis ce matin et que tout le monde a compris pourquoi – excepté les enfants qui ne sont pas forcément en mesure de comprendre –. Même si Shizuka a un sourire sur le visage, elle reste quand même un peu agacée. Je vais ainsi dans la salle d'entraînement mais personne ne s'y trouve. Je me rends compte qu'ils sont tous partis se reposer. Je ne veux pas tellement les déranger et je vais me mettre au soleil.

Spoiler:
Le temps passe plutôt vite. J'ai eu comme l'impression de cligner des yeux que trois heures sont passées. J'ai dû m'endormir un petit peu. Il est déjà l'heure du dîner. Ce soir, les Flame Charmer viennent manger à Kamen Street. C'est vrai qu'ils pourraient nous inviter au restaurant de l'hôtel, mais ils nous ont avoués qu'ils adorent la cuisine de Shizuka et qu'elle est encore meilleure que celle de l'hôtel. Du coup, Alicia, Kylie, Jeff et Sean viennent manger au moins trois fois par semaine au 26, Kamen Street. Et puis les enfants les adorent. Depuis qu'ils se sont affrontés lors du deuxième tour du Golden Tournament, une réelle amitié s'est nouée entre les deux équipes, sans oublier les enfants, Shizuka et moi. Personnellement, j'adore discuter avec Kylie et Jeff. Je suis sûre que tous les deux formeraient un beau couple. Sean est très sympathique aussi mais j'ai l'impression qu'il a un peu l'esprit ailleurs. Et il y a Alicia … je suis souvent tiraillée entre le fait de rire en la voyant ou bien de la jalouser. Elle est adorable, il faut l'avouer mais je la trouve excessive dans sa façon de se comporter, surtout avec Dan. Je ne sais pas si ça lui fait quelque chose mais bon … je garde juste à l'esprit le fait qu'elle fait ça juste pour s'amuser.

Le repas est tout bonnement divin. Je crois que Shizuka a dû sans doute s'employer pour préparer un tel festin. Peut-être qu'elle a laissé échapper sa frustration à travers les différents plats présents sur la table. Il y a des salades de riz et du pain de poisson en entrée. Comme plat principal, la gouvernante a mis les petits plats dans les grands et a réalisé des brochettes de poisson, des légumes et du veau orloff – recette que je ne connaissais pas et que Shizuka a appris en Europe –. Et Alicia a apporté des glaces en dessert, pour le plus grand plaisir de dix visages d'enfants. Tout le monde se régale devant ce repas pantagruélique. À la fin du repas vers 20h50, tout le monde décide de faire un gros câlin à Shizuka en guise de remerciement. La gouvernante rougit énormément en voyant le reste de la maison la serrer dans ses bras.

Puis, quelques minutes après avoir débarrassé la table, Kaly demande à tout le monde de se rassembler dans le salon de la maison. Tous s'asseyent ou se tiennent debout près du canapé. Les enfants se demandent ce qui va se passer, tout comme les Flame Charmer. Kaly s'avance au milieu de tout le groupe, la mine assez fermée. Il est assez facile pour nous de comprendre ce pourquoi l'Elfe aux cheveux d'argent nous rassemble ici. Une fois que tout le monde est prêt, Kaly commence à inspirer profondément et dit :

- Si je vous ai demandé de venir ici, c'est qu'il y a une raison. Vous savez que mon monde est en danger à cause de créatures malfaisantes. Vous savez également que les quatre personnes qui ont été désignées comme celle qui sauveront les deux mondes sont les quatre Duellistes qui se tiennent ici. Dan, Veneko, Warren et Nejma, vous avez accepté de répondre à l'appel de mon peuple et je vous en remercie. C'est pour cela que j'ai décidé de mener une expédition en Endlenda pour libérer mon peuple et nos deux mondes de cette présence démoniaque, annonciatrice d'une fin d'un monde paisible.
- Attendez un peu !, interrompt Sean. Je n'ai pas compris ce que vous avez dit. Vous allez dans ce … monde magique ?
- En effet, dit Warren. Kaly nous a imploré de venir en aide et d'honorer le serment qu'on a fait aux Elfes.
- On va casser du Démon, dit Veneko, tout souriant.
- Et combien de temps cela va-t-il durer ?, demande Kylie.
- Aucune idée, répond Nejma. Autant de temps qu'il le faudra avant que les Démons disparaissent totalement.
- Ça veut dire qu'on ne vous reverra plus avant un moment ?, demande une Alicia un peu soucieuse et regardant Dan.
- Oui, répond Dan.
- Attendez, coupe Kaly. Il y a un problème.
- Lequel ?, demande Nejma.
- Pour se rendre en Endlenda, il faut tout d'abord invoquer un portail dimensionnel.
- Un portail … dimensionnel ? Qu'est-ce que c'est que ça ?, demande Jeff.
- Tout est dans le nom, répond l'Elfe. Il s'agit d'un pont qui relie ce monde à l'Endlenda. Et pour cela, il faut non seulement avoir des compétences magiques très développées mais surtout une formule magique en elfique ancien.
- Et tu as oublié la formule ?, demande Dan.
- Oui, dit Kaly en marmonnant un peu et en baissant la tête.
- Ça part bien cette expédition, dit Warren.
- Je me souviens l'avoir vue dans un ouvrage de magie avant mon amnésie et …, dit Kaly en s'arrêtant brusquement.

Kaly se rue sur le petit sac qu'elle avait au moment où elle a atterri dans le jardin de Dan. Ce sac est vraiment très beau. Il est dans une matière très résistante, avec tout un tas de broderies. D'après ce qu'elle m'a dit, c'est un cadeau qu'un dénommé Senji lui a fait pour son anniversaire. Donc, Kaly ouvre le sac et en sort un très gros livre, trop gros pour entrer dans le sac, ce qui me laisse penser qu'elle a utilisé un sort d'extension du sac. C'est quelque chose que je trouverais super génial à utiliser sur mon sac. Bref, elle ouvre ce gros livre avec une reliure en cuir teint en vert et se met à sourire.

- C'est bon en fait, j'ai retrouvé la méthode d'invocation d'un portail dimensionnel. Nous allons pouvoir y aller, dit Kaly en sortant dans le jardin, accompagné de tout le monde.

Au moment où elle s'apprête à faire son incantation magique, mon regard se pose sur les quatre personnes qui vont accompagner Kaly. Ils semblent tous prêts à se lancer dans l'aventure. Les Flame Charmer, étant venus au départ pour une petite séance d'entraînement, semblent hébétés devant tout cela. Jeff dit alors :

- Attendez encore un peu !
- Qu'y a-t-il ?, demande Dan.
- Vous comptez partir comme ça ? Dans un monde magique et sans repère ?
- Il y a des cartes de l'Endlenda, dit Kaly.
- Ce n'est pas ça, dit Alicia en s'avançant à son tour.
- Ce qu'on veut vous dire, ajoute Sean, c'est que vous n'arriverez sans doute pas à battre ces Démons tout seuls.
- Sean a raison, termine Kylie. Vous avez beau être de grands Duellistes, vous ne restez pas moins des adolescents ayant peu d'expérience en Duel. Nous sommes un peu plus âgés que vous et notre expérience dans les combats vous sera très utile.
- Ben venez, dit Dan. Qu'est-ce que vous voulez que je vous dise ?
- Tu n'es pas sérieux ?, lui dit Warren.
- Je crois qu'il l'est, dit Kaly.
- De toute façon, dit Alicia, déjà en train de serrer Dan dans ses bras, c'est vous les héros de l'histoire. Nous serons juste vos alliés. Et puis, j'ai envie de voir si ces Démons sont aussi dangereux que vous le dites. J'ai envie de leur montrer de quel bois Alicia Saint-John se chauffe.
- Bon, nous y allons, dit Kaly.
- Attendez …, lancé-je.

Tout le monde se retourne vers moi, tous intrigués. C'est moi qui interrompt de nouveau le fil des événements. À vrai dire, je ne sais pas tellement pourquoi j'ai dit ça. Je commence à trembler de tous mes membres. Dans ma tête, je cherche à arranger mes mots de telle sorte qu'ils forment des phrases complètes. J'ai l'impression d'avoir laissé un silence de mort dans le jardin, silence que Dan tente de briser.

- Tout va bien Mina ?
- Euh …
- Est-ce qu'il y a un problème ?, me dit Warren.
- Je … Je … Je veux …
- Attends, me dit Dan. Respire un peu et dis-nous ce qu'il y a.
- Je veux venir avec vous, dis-je, après avoir pris une inspiration.
- Avec nous ? En Endlenda ?, dit Kaly.
- C'est trop dangereux pour toi, me répond Dan. Tu n'es pas Duelliste et tu prendrais d'énormes risques en nous accompagnant là-bas.
- Je sais pertinemment que je ne suis pas en mesure de me battre en Duel. Je suis au courant que je ne serais pas apte à me battre contre un Démon. Je sais même que j'aurai plus l'impression d'être un boulet pour vous si je viens. Mais c'est un risque que je suis prête à prendre.
- Pourquoi ?
- Vous partez dans un monde magique pour une durée indéfinie et sans même être sûrs de revenir. Tu vois, Dan, je suis très inquiète pour vous à l'idée de ne plus vous revoir. Vous êtes mes seuls amis et je ne me pardonnerai jamais le fait de ne plus vous revoir.
- Je ne sais pas quoi dire …, dit Dan.
- Et si tu te rappelles bien le jour où tout a commencé, Dan, dis-je, tu te souviens parfaitement de la personne qui était à tes côtés. C'était moi. Tu t'en souviens. Tu étais dans ta cave en train de te défouler dans un sac de frappe. Tu as trouvé le coffret avec le Deck que tu joues maintenant et voilà … on en est là. Tu vois, j'étais là au début et je serai là à la fin quand vous exterminerez ces Démons. Et si l'angoisse vous prend, je serai là pour la chasser.
- Tu … tu n'es pas sérieuse ?

Dan a vraiment l'air d'être réticent à me faire venir dans l'expédition. Il est très gêné et rougit en me voyant tenter de le convaincre de me joindre à eux. Il hésite quelques minutes et finit par dire :

- Bon … je sens que je fais une grosse erreur mais tu peux venir avec nous. Par contre, tu resteras avec moi et tu ne me lâcheras pas d'une semelle.
- Merci infiniment, dis-je en le serrant dans les bras, lui et les autres Duellistes.
- On peut y aller maintenant, dit Warren à Kaly.

Et là-dessus, une autre voix se fait entendre dans le jardin. Cette voix est empreinte d'une certaine mélancolie. Nous nous retournons et nous avons onze personnes avec la mine basse. La personne la plus mélancolique est sans doute la plus grande d'entre elle. Dan s'agenouille et ouvre grand les bras. Les dix enfants courent lui sauter au cou. Warren, les jumeaux, les Flame Charmer et moi faisons de même. Je me rends compte qu'ils vont cruellement nous manquer. Les visages des enfants sont quasiment un cliché. Ils savent que ceux qu'ils considèrent comme étant des grands frères et grandes sœurs vont partir pendant un petit moment. Et la dernière personne mélancolique se met à dire à Dan :

- Tu ne comptais pas partir sans me dire au revoir ?, dit Shizuka, une larme à l'œil.
- Bien sûr que non. Tu me manqueras énormément.
- Dan, je voudrais une chose avant que tu ne partes.
- Laquelle ?
- Que tu me salues avec la manière que j'adore, la révérence princière.
- Euh …

Dan regarde autour de lui, ce qui semble le gêner. Je ne vois pas tellement de quoi il parle mais certains semblent en sourire, surtout Warren et Alicia. Il finit par se résigner à accepter la requête de sa gouvernante. Dan s'agenouille alors devant Shizuka, lui prend la main gauche, celle où une jolie bague en or sertie d'un beau rubis scintille – que je n'avais pas remarqué –, et lui adresse d'une voix solennelle :

- Mes hommages à la délicatesse faite femme.
Mon absence sera brève, ô Shizuka ma dame.
Ici, je m'engage à vous revenir vivant.
Puis-je baiser votre main en gage de serment ?

Sa déclaration versifiée en alexandrin et en rimes suivies est totalement formidable. En plus, il roule parfaitement le "r". Shizuka est toute souriante devant ce que fait Dan. Je rougis comme pas possible, tout comme Alicia. Elle semble être totalement sous le charme du caractère chevaleresque et gentleman de cette action envers celle qui s'est occupé de lui depuis le plus longtemps. La gouvernante fait un signe de tête positif, preuve qu'elle autorise Dan à lui baiser la main. Ce dernier s'exécute d'une façon tout à fait noble. Il se relève et Shizuka le serre dans ses bras. Elle semble même verser une larme.

- Tiens ta promesse et reviens vivant. Je ne me pardonnerai jamais de t'avoir laissé partir pour ne pas te voir revenir. C'est un ordre.
- Tout ce que tu voudras, répond Dan, toujours dans ses bras. Tu me manqueras beaucoup dans cet autre monde.
- Au revoir mon grand, dit-elle, toute triste.
- Ne pleure pas, ça me rend triste, dit Dan en lui déposant un baiser sur le front.

Ensuite, il s'incline de nouveau devant Shizuka et recule en direction de notre petit groupe d'expédition. Il ne lui tourne pas le dos, preuve d'une très grande noblesse. Kaly se met ainsi à énoncer son incantation magique et cela ouvre une sorte de grand cercle blanc, un peu comme celui qui avait pris place dans l'Arène du lycée juste après le Duel entre Dan et Warren. Je me rapproche de Dan, histoire de ne pas le perdre. Tout le monde entre alors dans ce portail, en nous protégeant les yeux de cette lumière blanche vive. Maintenant, il m'est impossible de faire marche arrière. Je ne pourrai que m'apitoyer sur mon sort s'il m'arrive quelque chose de mauvais. Comme on dit : le vin est tiré, il faut le boire. Me voilà embarquée dans une aventure qui me dépasse sur certains points. Mais … une seule question me traverse l'esprit : Où est-ce qu'on va arriver dans l'Endlenda ?


avatar
Messages : 1058
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le Démon d'un autre monde

le Jeu 14 Juin - 15:22
Chapitre 45 - Bienvenue en Endlenda partie 1 - Divisions ...

Spoiler:
La lumière de ce portail est si intense et si éblouissante qu'elle nous aveugle totalement. Je crois même que Kaly a beaucoup de mal à observer ce vers quoi elle avance. J'entends certains gémir de douleur à cause de cet aveuglement, mais j'ignore qui peut bien se plaindre d'un tel éblouissement. Ce long flash dure depuis plus de deux minutes et il semble être assez long. C'est long de devoir rester debout, les mains devant les yeux et de ne pas pouvoir observer ce qui se trouve devant nous. J'essaye de me rapprocher le plus possible de Dan mais je n'ai absolument aucune idée d'où il se trouve. Par contre, je l'entends dire que ses yeux lui font mal à cause de cette lumière. Ensuite, l'endroit dans lequel on se trouve, entre notre monde et le monde magique, semble émettre une sorte de long bourdonnement totalement affreux. Il pénètre le crâne, en n'oubliant pas de transpercer au passage les nombreux petits os de l'oreille et de la boîte crânienne. Je crois que Kaly est en train de nous dire quelque chose à tout le monde mais tout ce que je ne capte, c'est que quelques mots :

- … Restez … près de … éloignez …
- Qu'est-ce qu'il y a ?, hurlé-je.

Je ne suis sans doute pas la seule à demander à Kaly de répéter ce qu'elle vient de dire. Et pour être honnête, je n'entends pas de réponse. J'ai l'impression d'être devenue sourde et muette à cause de ce bruit. Puis, tout à coup, je sens quelque chose qui m'agrippe le bras. Je bouge la tête quasiment aussitôt mais je n'arrive pas à savoir de qui il peut bien s'agir. La seule chose que je sens, c'est quelque chose de doux, un peu comme du velours ou du cuir. Je ne sais pas tellement ce qui me tient le bras mais je crois que ça doit être un bras. Ensuite, la lumière blanche du portail baisse jusqu'à s'éteindre. Au moment où je ne "vois" plus cette lumière, tout ce que je sens, c'est une odeur assez forte de bois. J'entends clairement deux personnes en train de se plaindre de cet aveuglement. Où est-ce que je peux me trouver ? Et surtout, est-ce que nous sommes tous ensemble ?

Au moment où la lumière blanche du portail s'éteint, Dan est étendu par terre, sur un espace de plaine caillouteuse, avec une grande quantité de grès. Dan est face contre terre et a les yeux fermés. Près de lui ne se trouvent … que deux personnes, alors qu'ils étaient dix au départ de l'arrière du 26, Kamen Street, il y a quelques minutes. Ces deux personnes semblent être des femmes, étant donné les silhouettes plutôt élancées et très fines. L'une d'elles est on ne peut plus reconnaissable avec ses longs cheveux argentés et sa robe noire déchirée. On peut donc en conclure que Kaly se trouve au même endroit que Dan. Ce n'est pas une mauvaise nouvelle au contraire. Quant à l'autre personne, elle est également reconnaissable avec ses cheveux rouges bordeaux mi-longs. Elle est vêtue d'un long manteau de cuir – ou de simili-cuir – qui arrive au niveau des cuisses. Il est un peu relevé en bas, ce qui montre le bas des cuisses dénudé. La personne a des bottes de cuir qui montent jusqu'au milieu des tibias. Ce look serait perçu comme étant totalement … "aguicheur" selon certaines personnes très conservatrices, si ce n'est pire comme terme qualificatif. Mais il s'agit d'une des tenues préférées de la principale "groupie" de Dan Lotyuwi, à savoir Alicia Saint-John.

La première personne à se relever est Kaly. La jeune Elfe se tient la tête, encore un petit peu ensanglantée. Apparemment, certaines de ses blessures ne sont pas encore totalement soignées. Elle titube un petit peu et aperçoit Dan, inerte sur le sol et lui demande :

- Dan, tout va bien ?
- Je … je crois …, dit ce dernier en tentant de se relever.
- Je suis désolée d'avoir pu t'infliger cela.
- Ce … ce n'est pas grave, dit Dan en finissant par s'asseoir, les mains toujours devant les yeux.
- Par contre, je crois qu'on a un sérieux problème, dit l'Elfe en regardant autour d'elle.
- Où est Mina ?, dit Dan, les yeux toujours fermés.
- Euh …

Dan ouvre immédiatement les yeux et dévisage le paysage qui se dresse devant lui. Il voit le ciel gris sombre ; le versant de petites collines à l'ouest de leur position, une sorte de grand pilier à quelques kilomètres à l'est de leur position, et enfin, ce qui semble être un couvert forestier au sud – presque au niveau de la ligne de l'horizon. Il voit également Alicia, étendue par terre mais pas de Mina dans les environs. La seule réaction qui vient à l'esprit de Dan n'est pas la plus calme qui soit, et elle témoigne d'une certaine tristesse.

- Mina !!!, hurle-t-il avant de s'asseoir à nouveau et de se prendre la tête dans les bras.
- Arrête, Dan, dit Kaly. Tu te fais trop de mal. On va les retrouver.
- J'espère en tout cas que tout le monde va bien. Parce que je suppose que le problème dont tu parlais, c'est justement ça.
- Je suis désolée mais il semble que la totalité de mes pouvoirs ne sont pas revenus. En tout cas, on va s'en sortir tous ensembles.
- Je l'espère aussi. Et si on réveillait Alicia ?
- Alicia est ici ?
- Oui, à tes pieds.

Dan a l'air d'être plus rassuré en apprenant qu'Alicia est près de lui. Il est vrai que la jeune femme aux cheveux rouges bordeaux est l'une des rares personnes avec laquelle Dan fait preuve d'une très grande noblesse, agissant comme un prince européen des XVII-XVIIIèmes siècles. De façon générale, il agit avec galanterie et courtoisie avec tout le monde, mais il l'est encore plus avec Alicia, Mina et surtout Shizuka. Dan se dresse alors devant Alicia, encore un peu endormie.

- J'ignorais qu'elle ronflait, dit Dan en écoutant son amie.
- Hmm … dodo …, marmonne Alicia, mon doudou Dan …
- D'accord … Bon, la belle au bois dormant va se réveiller parce qu'on est tous pressés.
- C'est toi … mon prince ?, marmonne Alicia, toujours endormie.
- Si tu veux que je te vide une bouteille d'eau sur la tête, tu me le dis.
- Je prends ça pour un oui.

Alicia se retourne et elle est vraiment en train de dormir, l'air béat et stupide. Dan lève les yeux au ciel et sort une bouteille d'eau de son sac à dos. Il ouvre la bouteille et la vide en partie sur le visage et le haut de la poitrine d'Alicia. C'est extrêmement rare de voir Dan faire ce genre de plaisanterie enfantine. En tout cas, ça a l'air de le faire beaucoup rire et Alicia se lève presque automatiquement, un peu comme si elle venait de faire un cauchemar. Le T-Shirt gris qu'elle porte sous son manteau en cuir laisse voir son soutien-gorge rouge, ce qui fait rougir Dan. Alicia regarde Dan d'un air plutôt contrarié et lui dit, d'un ton très violent.

- Non mais tu le fais exprès ?, dit-elle.
- Tu râleras plus tard, dit Dan. Nous avons tous été séparés à la sortie de ce portail.
- De quoi ??, s'étonne Alicia. Où sont-ils ?
- Aucune idée mais je peux toujours voir où ils se trouvent avec mon médaillon.
- Très bonne idée … mais je ne pense pas qu'on les retrouvera immédiatement, dit Kaly.

Dan s'agenouille et touche le sol avec sa main droite. Il ferme les yeux et pose son autre main sur son médaillon de Myurnir. Le diamant se met à scintiller et il se met à murmurer : "Nejma … Veneko … Jeff et Kylie … je les vois … près d'une grande montagne … sans neiges éternelles … Warren, Sean et Mina … une forêt sombre, très sombre … malfaisante et perverse … un danger constant et démoniaque …". Ensuite, Dan se relève et redresse Alicia, toujours assise et dont le haut semble être idéal pour un concours de T-Shirts mouillés. Il se retourne vers Kaly et lui demande, un peu curieux :

- Est-ce que tu peux identifier le lieu où ils se trouvent ?
- Une grande montagne sans neiges ? Je crois qu'il doit y avoir le mont Snoreos, au sud-est de l'Endlenda, près de l'Ostiàr. Est-ce que tu as vu des étendues marécageuses ?
- Euh … oui, dit Dan après quelques secondes d'hésitation.
- Alors c'est bien le mont Snoreos.
- C'est une bonne chose ?, demande Alicia.
- Pas forcément, lui répond Kaly. Cette partie de l'Endlenda est une véritable fourmilière de créatures démoniaques.
- Ils sauront se défendre, dit Alicia.
- Et en ce qui concerne Warren, Sean et Mina ?
- Tu as bien parlé d'une forêt malfaisante ?
- Absolument.
- Alors il n'y a pas d'autres solutions. Il s'agit de la forêt d'Okahara.
- Vu ton air très sérieux, je doute que cet endroit soit des plus accueillants.
- Un mal sévit dans cette forêt depuis des lunes et des lunes. Elle retient ceux qui osent s'y aventurer.
- De quoi ?? Ça ne veut quand même pas dire qu'on ne les reverra plus jamais ?
- Ce n'est pas ça mais on dit que cette forêt perturbe les esprits. Même Elhahr a eu du mal à la traverser.
- Et où est cette forêt ?, demande Dan.
- C'est le couvert forestier là-bas et regarde …, dit Kaly en prenant une carte d'Endlenda.

La carte d'Endlenda déployée par Kaly présente un espace très vaste et très complet en type d'espaces. Et l'endroit désigné par l'Elfe montre une grande étendue forestière au centre de la carte. Les deux autres personnes hallucinent en voyant cette masse forestière. De plus, Kaly leur montre l'endroit dans lequel ils se trouvent, à côté d'une sorte de grande tour du nom de Zeist.. Voyant que la forêt d'Okahara est proche de l'endroit où ils se trouvent, Dan en vient à une conclusion sans doute un peu trop hâtive :

- Nous pourrions aller les chercher.
- Ce n'est pas une bonne idée mais une très mauvaise, lui dit Kaly. Non seulement cette forêt est vaste mais nous risquerions de nous y égarer à notre tour et éventuellement d'y mourir.
- Où est-ce que nous devons aller ?, demande Alicia.
- Mon instinct me dit de nous rendre ici.

Kaly montre un autre endroit sur la carte, un peu plus à l'est de l'endroit où ils se trouvent. Il s'agit d'une autre forêt, nettement plus petite et ayant une sorte de petite étendue lacustre au milieu de cette forêt. Celle-ci se trouve dans une plaine entourée par des montagnes à l'ouest et qui se nomme Denòk. Quelque chose d'étrange semble émaner de cette forêt. C'est comme si une certaine puissance magique ancestrale émanait de cette carte, même si ce n'est que du parchemin avec de l'encre et que le temps commence à effacer. Le nom dessus est à peine lisible – et est surtout en elfique – mais Kaly a l'air de le connaître.

- Il s'agit de la forêt de Keliyith. Elle est très importante pour les Elfes et aucun Démon ne peut y entrer.
- Oh, je vois … mais elle a l'air d'être assez loin, fait remarquer Alicia.
- Les échelles de cartographie ne sont pas les mêmes partout. À vrai dire, ce n'est pas comme dans votre monde. Et qu'est-ce que tu es en train de faire, Dan ?

Dan est encore pendu à son médaillon en diamant. Il ferme les yeux et murmure certaines choses : "M'entends-tu ? … Warren … Nejma … Veneko … Forêt de Keliyith … au nord de vos positions … illico presto … faites attention à vous … protège Mina … à tout de suite …". La façon dont il s'exprime fait un peu télégramme. En tout cas, il semble se soucier énormément des autres membres du groupe, et surtout Mina, ce qui est totalement logique. Par contre, Alicia est en train de faire quelque chose de pas très logique.

- Mais qu'est-ce que tu es en train de faire, Alicia ?, demande Dan.
- Je n'ai pas de réseau, dit-elle en tenant son portable à la main.
- Ah ben évidemment, dit Dan. Tu vois des poteaux téléphoniques ou des bornes wi-fi dans cet endroit ?
- Désolé, dit la jeune femme, un peu dépitée. Quelle heure est-il ?
- Je ne sais pas. Il était à peu près neuf heures du soir quand nous sommes partis mais ma montre semble s'être arrêtée.
- Il est exactement treize heures, dit Kaly.
- Je ne comprends pas, dit la jeune femme.
- Cet endroit obéit à des logiques spatio-temporelles totalement différentes des nôtres, lui dit Dan. Ça va être dur de devoir se repérer …
- Nous allons devoir y aller, dit Kaly. Nous devrions atteindre la forêt de Keliyith d'ici une vingtaine d'heures de marche, trente si on fait des longues pauses. Mais avant, nous devrons faire une petite halte au niveau de la tour de Zeist. Nous y serons dans un peu plus d'une heure.
- Zeist ?
- C'est la tour à l'est. Nous allons y aller à pied. Allez, venez ! Nous n'avons pas de temps à perdre.

Spoiler:
Kaly mène la marche, suivie par Dan et Alicia. Le jeune homme est tout ce qu'il y a de plus sérieux. Il est déterminé à se rendre en Endlenda pour accomplir son devoir en tant qu'Ace. Cette étape vers Keliyith doit amener à la libération d'Elhahr, retenu dans les Montagnes de l'Est d'après Kaly. Cependant, l'attitude d'Alicia est sensiblement la même que d'habitude. Et on dirait qu'elle est même un peu plus "pire" que d'habitude. Dan et Alicia marchent tous les deux, près de Kaly, en direction de cette forêt magique de Keliyith mais … main dans la main, au sens propre comme au figuré. Alicia est bien évidemment plus joyeuse que jamais de tenir la main de Dan, alors que ce dernier semble s'en moquer totalement. Il s'adresse à la jeune femme aux cheveux rouges bordeaux :

- Pourquoi est-ce que tu me tiens la main ?
- Parce que j'adore être en ta compagnie, mon petit Dan adoré.
- C'est la seule explication ?
- Oui.
- Ça me va. Mais même quand la situation n'est pas loin d'être une situation catastrophique comme celle dans laquelle on se trouve ?
- Tu es là pour nous protéger donc je n'ai pas à m'inquiéter.
- C'est vrai que moi aussi j'aime bien être en ta compagnie … mais ne va pas t'imaginer des idées sur nous deux tout ça parce que j'accepte de te laisser me tenir la main, je me fais comprendre ?
- Je le sais bien, darling. Tu es vraiment formidable.

Elle le serre dans ses bras, toute souriante. Puis, il continuent à marcher en direction de la tour de Zeist, qui se dresse au milieu de la plaine. Quand on regarde les deux personnes, on peut penser qu'elles sont à peu près semblables. Au niveau vestimentaire, de dos, les deux Duellistes portent chacun un long manteau sombre qui descend jusqu'au niveau des genoux. Les deux portent un Disque de Duel – Dan au bras gauche et Alicia au bras droit –. De dos, on pourrait croire voir un couple de personnes solitaires qui s'avancent sur une terre sans vie.

La plaine est caillouteuse et le sol présente quelques craquelures. Il y a quelques broussailles et des petits bosquets de ronces toutes sèches et sans doute très pointues. Pour la nature du sol, il n'est pas tellement imperméable, et l'infiltration de l'eau est très facile. On peut penser à un sol de nature karstique. C'est un désert d'habitation et de vie, mais pas sur la température. L'amplitude thermique oscille entre -5 et 29°C, soit des températures tout à fait agréable.

Au fur et à mesure qu'ils avancent, Kaly raconte quelques spécificités sur certains espaces où ils se trouvent, ainsi que d'autres informations géographiques, historiques et mythologiques sur l'Endlenda. Dan et Alicia écoutent attentivement, tout en marchant, main dans la main, et la jeune femme est totalement transportée dans un état de bonheur total. Elle se met à penser : "J'ai l'impression de vivre l'un de mes rêves. Dan et moi main dans la main … C'est formidable. Il est vraiment adorable. Et il ne dit rien … Pourtant, quelque chose me dérange. J'ai … j'ai l'impression de … tomber amoureuse de lui. Je ne veux justement pas que ça arrive. … Être son amie et sa confidente, ça me convient parfaitement. Je me sens mal pour Mina. Cette fille est fantastique. Et au fond, je ne peux pas me battre contre elle pour son cœur.". La jeune femme rougit énormément, mais semble le cacher à Dan, qui n'y prête même pas attention. En tout cas, Kaly les regarde tous les deux et sourit un petit peu.

Les trois personnes continuent à avancer sur cette plaine un peu dévastée. Pendant ce temps, plus au sud de leur position, au-delà même de la masse forestière d'Okahara. Quatre personnes se trouvent dans une montagne assez haute. Ces personnes portent toutes un Disque de Duel au bras. Et deux d'entre elles ont un médaillon semblable à celui de Dan. Les deux autres personnes sont un peu sonnées après un tel voyage à travers les dimensions. La jeune fille blonde avec un médaillon avec une améthyste se dresse devant un petit point d'observation sur le flanc nord de la montagne. Elle dit alors aux autres personnes :

- Veneko, Kylie, Jeff, vous allez bien ?
- J'ai connu des jours meilleurs, dit Jeff. J'ai mal au crâne avec ce portail dimensionnel.
- Pareil pour moi, dit Kylie, toute sonnée.
- Veneko ?
- J'ai faim, répond ce dernier.
- Où doit-on aller ?, demande Jeff.
- Dan m'a parlé à travers nos pendentifs et il nous a dit de nous rendre dans la forêt de Keliyith.
- Et c'est où ça, la forêt de Kelimachin ?, répond Veneko.
- Elle est au nord-nord-ouest de là où vous vous trouvez, dit une voix de femme.
- Qui … qui a parlé ?
- Voyons Nejma, tu ne me reconnais pas ?, dit une silhouette étrange.
- Oh …

La silhouette laisse place à une forme féminine, d'une couleur bleue. Elle porte une armure sans doute très lourde, composée d'un alliage d'acier, de platine très résistante et de zinc. Il y a également des dorures sur les bords. Il y a toute une sorte d'attirail complexe à décrire mais on peut assurer qu'il y a un fourreau avec une épée. Et l'autre chose marquante, c'est les ailes qui sont composées de pales reliées à une petite structure dorée et reliée à l'armure. Son visage est couvert par un grand casque. Elle le retire et laisse place à un visage angélique. Elle sourit à Nejma, qui le lui rend.

- Je suis tellement contente de te revoir, Nejma.
- Moi aussi, Virgo. Je suis là pour vous accompagner.
- Et elle n'est pas venue seule, dit une voix plus masculine.

Un tourbillon de flammes bleues survient sur un rayon de trois mètres, tout près de Veneko, ce qui le fait sursauter au passage. Un homme avec une longue tresse noire apparaît. Il est vêtu d'une façon assez étrange, dans une sorte d'armure de cuir très résistante et avec une cape de soie. Il a une ceinture noire avec une sorte de grosse boucle présentant un symbole sans doute ancestral. La boucle est bleue et ce symbole est en blanc. Il présente deux petits caractères, un peu comme des kanjis.

- Est-ce que tu es prêt à casser du Démon, Veneko ?, dit cette personne.
- Oh que oui, Leo, dit Veneko.
- Est-ce que vous pouvez nous présenter ?, demandent Kylie et Jeff.
- Ah oui … alors, voici Virgo, l'esprit de Duel qui m'accompagne dans cette quête contre les Démons. Et à côté, c'est Leo, l'esprit de Duel de Veneko. Et voici Jeff Spineworth et Kylie Jung, des amis à nous qui nous accompagnent dans cette quête.
- Ravi de vous rencontrer, disent les quatre autres personnes.
- Bon, nous nous rendons à Keliyith ?, propose Nejma.
- Nous vous guidons, disent Leo et Virgo.

Après avoir vécu cet aveuglement totalement intense dû au portail dimensionnel, la première chose que je réussis à voir en me "réveillant" si je puis dire, c'est un paquet d'arbre. Il y a une forte odeur de résine d'arbres qui me monte à la tête. Cette odeur est nettement différente de celle qu'on peut avoir dans notre monde. Elle paraît à la fois plus forte et plus nauséabonde. C'est ce qui me pousse à me lever, afin de ne pas développer une allergie à quelque chose. Je tente de dévisager tout ce qui m'entoure là où je me trouve : des arbres, des arbres et encore des arbres. Des arbres à perte de vue, ça m'écœure. Ça me rassure totalement, en toute ironie. J'ai une peur assez grande des forêts et même des petits bois. La raison principale est tout ce qu'il y a de plus simple. J'ai juste peur de me perdre dans ce genre d'endroits et de ne jamais revoir la sortie. Autour de moi, il y a également Warren, ce qui me rassure un peu, qui est agenouillé près de Sean, étendu par terre et sans doute un peu sonné après cette traversée. Je ne suis pas toute seule dans cet endroit, c'est déjà ça. Je dis alors à Warren :

- Tout va bien ?
- Moi, ça va, répond Warren. Et toi ?
- Je crois que oui. Juste une petite migraine. Et Sean ?
- Il va se réveiller dans trois … deux … un, dit Warren avant de donner deux claques à Sean.
- Aïe … Doucement, ça fait mal, répond ce dernier en se tenant les joues.
- Où est-ce qu'on est ?, demandé-je.
- Nous nous trouvons actuellement dans un des pires endroits de l'Endlenda qui puisse exister : la forêt d'Okahara, dit une voix derrière lui.
- Sympa de te voir ici, Deneb, lui dit Warren.
- Dan n'est pas avec nous ?, demandé-je.
- Non. J'ai pu lui parler à travers mon médaillon. Il se trouve avec Kaly et Alicia un peu plus au nord.
- Ils se trouvent au niveau de la tour déserte de Zeist, dit Deneb. En ce qui concerne le groupe de Nejma, Veneko, Kylie et Jeff, ils se trouvent tous les quatre sur le mont Snoreos. Tous vont bien quoiqu'un peu épuisé après cette traversée.
- Quelque chose a dû mal tourner lorsque Kaly a invoqué le portail dimensionnel, dit Sean.
- Je pense bien, dit Warren. Va falloir que Kaly se rappelle comment invoquer un portail sans nous expédier aux quatre coins du monde pour le voyage retour … Au fait, c'est un bel endroit cette forêt ?
- Regarde par toi-même, lui dit Deneb.

Nous regardons tous les trois attentivement le paysage forestier qui nous entoure et c'est … comment dire ? Plutôt angoissant. Les arbres qui nous entourent ne sont pas très rassurants et ils commencent à atteindre un stade de pourriture assez élevé. Les branches s'étendent un peu partout et leur écorce se détériorent. L'air semble très lourd :

- Je crois que nous n'allons pas nous attarder ici toute notre vie, dit Warren. Et si on quittait cette forêt peu fréquentable ?
- Je suis totalement d'accord, dis-je.
- Où est-ce qu'on doit aller ?, demande Sean. Si c'est pour se retrouver dans un endroit encore moins sûr.
- Kaly nous a demandé de tous nous rendre dans une forêt plus pure et sacrée, celle de Keliyith, au nord-nord-ouest de là où nous nous trouvons actuellement, dit Deneb.
- C'est toi qui nous guide ?, demande Warren à Deneb.
- Je suppose que tu ne connais pas parfaitement cet endroit …, lui répond le chevalier en armure stellaire.
- C'est ça. Prends-moi pour un débile …

Nous commençons à avancer vers le nord, dans le but de quitter cette forêt nauséabonde, et que Deneb qualifie d'horreur naturelle. La seule chose que j'ai entendu et qui ne me plaît pas du tout, ou du moins, pas tellement, c'est le fait de savoir Dan en compagnie d'Alicia. Je ne me réjouis pas beaucoup d'apprendre cela. Ce n'est pas que je n'aime pas Alicia. C'est une fille superbe et elle est très sympathique, mais c'est juste le fait de savoir qu'elle est avec Dan et en tout petit comité. Elle va encore tenter de le charmer et de jouer les groupies. Et Dan va encore et toujours adopter son air blasé. En ce qui concerne Nejma et Veneko, je suis rassurée de les savoir avec Jeff et Kylie. Tous les quatre s'entendent très bien et ont une sacrée cohésion quand il s'agit de se défendre en Duel.

Spoiler:
Pendant que les trois groupes d'Aces tentent de rallier la forêt de Keliyith, au niveau de ce qui semble être une partie des ruines du Palais d'Endlenda – après l'invasion par les Démons il y a quelques temps –, une personne est en train de se promener. Elle a un visage elfique divin, une longue chevelure blonde et un grand manteau de tissu précieux et de dorures. Il a les mains derrière le dos et s'amuse à donner des coups de pied dans des petits cailloux ou bien des crânes de cadavres en décomposition. La personne qui est en train de tuer son temps ressemble comme deux gouttes d'eau au désormais ancien Seigneur du Palais Elhahr. Mais le sourire qu'il arbore est totalement différent de celui de l'Elfe qui a élevé Kaly. Il est plus déconcertant et diabolique. En réalité, il s'agit du …

- Seigneur Nephomet, lance une voix glaciale.
- Qu'y a-t-il, Eyazon ?, répond Nephomet/Elhahr.
- Ils sont là.
- S'il y a bien quelque chose que j'ai toujours détesté chez toi, c'est ton manque cruel de précision, dit le Démon dans son "costume d'Elfe". Je suis déjà assez énervé de devoir ressembler à cet infâme Elhahr alors si tu continues à m'énerver pour un rien, je te jure que tu vas le payer.
- Je vais reformuler ma phrase, veuillez m'excuser.
- Je te le conseille grandement.
- Nos nouvelles recrues sont arrivées et ont revêtues leur tenues de combat.
- Je veux voir ça.
- Venez, vous dix, lance Eyazon en se retournant légèrement.

Nephomet/Elhahr se met à rire en voyant les dix personnes qui pénètrent dans les ruines de la cour du Palais. Sid et ses acolytes portent tous des espèces d'armures complexes à décrire et qui ont l'air d'être totalement lourdes. Ils ont tous des peintures faciales qui les rendent totalement … ridicules, et un casque totalement lourd. Voilà, ridicule, c'est bien le mot qui pourrait convenir pour caractériser ces dix personnes totalement insupportables. Personne ne les avait revus depuis la fin du Golden Tournament. Le groupe de Sid ne ressemble absolument à rien et ils sont indescriptibles. Nephomet/Elhahr se tord de rire par terre et Eyazon semble se retenir de rire :

- Vous avez tous de la gueule, y a rien à redire. Les costards de la garde impériale démoniaque sont vraiment formidables sur vous.
- C'est obligatoire ces … choses là ?, demande Sid.
- Je serais toi, je les garderais en présence du Seigneur Nephomet, lui dit Eyazon.
- Qu'est-ce qu'on doit faire au fait ?, demande Donald.
- Oui, ça fait des mois que vous nous avez amené ici et on n'a pas toujours pas compris ce pourquoi nous sommes ici, ajoute Frank, qui ne manque jamais une occasion de se faire remarquer.
- Répondez à ma place, Eyazon, dit Nephomet/Elhahr. Moi, je vais retourner m'amuser un petit peu dans ma nouvelle demeure.
- Votre nouvelle demeure ?
- Les Elfes ont quitté cet endroit et cette larve d'Elhahr croupit dans sa prison. Il n'y a plus personne qui puisse contester mon autorité en tant que Seigneur Impérial de tout l'Endlenda, moi, Nephomet.
- Vous avez totalement raison, dit Eyazon.
- Gros lèche-pompes, lui glisse Sid.
- Qu'est-ce que tu viens de dire, petit insolent ?, lui lance Eyazon.
- Il a raison. Je t'ai connu moins lopette que ça. Tu es décevant, Eya.
- Si je présente des excuses pour ce comportement digne d'une mauviette, c'est considéré comme étant décevant ?
- Non.
- Que devons-nous faire à présent ?, demande Ryô.
- Eyazon, répondez ! J'ai autre chose à faire.
- Nous avons eu connaissance qu'en ce moment même, dix personnes dont une Elfe ont pénétré l'Endlenda. Ces personnes ont dû être divisées en petits groupes répartis un peu partout dans le territoire du Seigneur Nephomet.
- Et où sont ces groupes ?, demande Sid.

Eyazon ne répond pas immédiatement à la question de Sid, préférant regarder Nephomet s'amuser à frapper de toutes ses forces dans un gros caillou, l'explosant au passage. Il a l'air de très bien s'amuser et son rire dérangeant se fait entendre dans les ruines du Palais à chaque fois qu'il arrache un membre d'un cadavre d'un soldat Elfe et le dégomme à la manière d'un ball-trap. Le Démon au crâne chauve est un peu perplexe devant l'attitude de Nephomet. Il ne va pas se mettre à penser quelque chose de mauvais sur lui puisque le Seigneur Ultime des Ténèbres a la possibilité de lire dans l'esprit de n'importe qui, et y compris de celui de ses lieutenants les plus proches. Il regarde alors les dix recrues de l'Armée des Ténèbres et leur dit :

- Vous irez observer ces groupuscules de Duellistes inoffensifs.
- Et comment va-t-on s'y rendre ? À pied ?, demande Sid.
- Ne joue pas au plus con avec moi, dit Eyazon en soulevant Sid d'une main.
- Eyazon ! Je te vois et tu vas arrêter tes sautes d'humeur immédiatement !, lance la voix de Nephomet/Elhahr.
- …

Il se trouve à vingt mètres derrière Eyazon et est en train de lancer des morceaux d'os de cadavres s'éclater contre des murs en ruine du Palais. Nephomet se livre à des passe-temps vraiment loufoques et dignes d'un psychopathe qui pourrait avoir des tendances nécrophages, comme un certain Elfe qui a tenu tête aux trois lieutenants Démons à lui tout seul. Nul ne sait où il a fini. C'est le seul membre de l'expédition d'Elhahr qui a réussi à la fois à survivre et à s'échapper. Eyazon n'a toujours pas digéré ce manque. Il revient alors à la clique de Sid, et relâche ce dernier. Ensuite, il fixe chacun des dix "soldats" et fait un petit geste de la main. Une fumée noire sort de cette main et enveloppe la clique de Sid, sans que ces derniers ne puisse réagir. Évidemment, après ce petit geste, la principale question à se poser sort de la bouche de Sid.

- Qu'est-ce que tu viens de faire ?, demande Sid.
- Je vous ai simplement donné le pouvoir de vous déplacer dans le ciel. Il vous suffira de penser très fort à vous envoler et vous verrez. Par contre, faudrait déjà avoir un cerveau pour penser, Sid …
- Et où sont-ils ?
- Allez dans le versant oriental du mont Snoreos et au niveau du mont Rynèth. Là bas, je crois que vous serez en mesure d'apercevoir vos futures cibles. Et trois d'entre vous restera ici.
- Oui, mon Seigneur, dit Sid en s'inclinant, tout comme le reste de sa clique.

En quelques secondes, les seuls qui restent auprès d'Eyazon sont Sid, Terry, Ryô et Frank. Les sept autres membres du groupe se sont envolés à travers le ciel obscur d'Endlenda. Dans la façon qu'ils ont de s'envoler, ça fait des espèces de traînées d'encre noire dans de l'eau. Eyazon ouvre ensuite une mallette qui se trouve à côté de lui et en sort un Disque de Duel qu'il attache à son bras droit. Puis, il regarde avec un certain dédain les quatre derniers membres de la "garde impériale" et il est obligé d'écouter et de répondre à une énième question de la part de Ryô :

- Et qu'allons-nous faire ? Je ne vais pas rester ici les bras croisés.
- Nous allons devoir nous rendre dans le troisième et dernier endroit où se trouve un de ces pathétiques groupes de Duellistes.
- Nous pourrions nous en charger à nous quatre, dit Sid.
- La forêt d'Okahara n'est pas un endroit à sous-estimer. Et en plus, j'ai le sentiment que je vais faire une rencontre qui ne va pas me déplaire.
- Donc vous venez avec nous ?
- À moins que tu aies quelque chose contre ma présence avec vous. Et je tiens à vous dire que ce sera à moi d'assurer un potentiel Duel. Vous ne ferez rien du tout si ce n'est que regarder, d'accord ?
- Oui, Seigneur Eyazon, disent les quatre membres restants.

Et sur ce, ils s'envolent tous les cinq en direction de la partie orientale de l'Endlenda, dans l'extrémité est de cette fameuse forêt d'Okahara. De quoi Eyazon parle-t-il ? Et que comptent-ils faire contre les groupes de Duellistes ?

Le groupe le plus "proche" du Palais est celui de Dan, Kaly et Alicia. Ils sont toujours en train de marcher depuis plus d'une heure, en direction de la tour de Zeist. Kaly regarde Dan et la concentration se lit sur son visage. Tout ce qu'il veut, c'est se battre en Duel contre celui qui tente de remodeler les deux mondes à son image et à celle des ténèbres. Pourtant, il y a quelque chose qui paraît étrange dans la façon dont il a d'avancer sur cette plaine. Dan et Alicia se tiennent toujours la main. À vrai dire, Alicia tient la main de Dan depuis plus d'une heure, c'est-à-dire au moment où ils ont commencé à avancer. La première heure de trajet en Endlenda pour ce groupe a été occupée par des histoires qu'Alicia a raconté à Dan, juste pour son plaisir personnel. Dan adore quand on lui raconte un récit. Et il trouve la voix d'Alicia tout à fait magnifique, donc il ne va pas se priver pour l'entendre parler.

- Dan ?
- …
- Tout va bien ?, demande-t-elle. Tu n'as pas dit grand chose depuis que nous sommes arrivés ici.
- Une des choses que j'apprécie tout particulièrement, c'est de pouvoir écouter les autres parler. Comme ça, j'économise ma voix, la gardant pour des Duels.
- Ah … donc si je comprends bien, tu me fais parler tout ça pour pouvoir faire un Duel ?
- En gros, c'est ça.
- Déjà que tu m'as vidé une demi bouteille d'eau sur le visage, si tu me casses la voix tu as une idée de ce qui va t'arriver ?
- Non. Mais je sens que ça va t'amuser.
- Et pas qu'un peu …

Alicia saute au cou de Dan, ce qui le fait à peine bouger. Ce qu'elle est en train de faire est un peu étrange. Peut-être qu'elle cherche à le faire tomber en l'étouffant mais … on a l'impression qu'elle ne sait pas trop qui faire. Dan ne bouge pas et c'est lui qui semble porter Alicia qui tente de lui porter une prise d'étranglement de judo style kata-ha-jime, c'est-à-dire un pression sur l'artère carotide, provoquant une perte de conscience progressive. Mais là, ça ne ressemble pas à grand chose. Évidemment, Dan est en train de rire de tout ça, ce qui semble vexer la jeune femme, qui le laisse et lui tourne le dos. Dan lui dit alors :

- Arrête de bouder, tu te ne fais que te rendre ridicule. Je vais te montrer.
- …
- Tu places mal tes mains. Déjà, recule ta jambe droite et place ton bras gauche autour du cou de ton adversaire. … Voilà, comme ça.
- Tu as mal ?
- Honnêtement, non, étant donné que cette prise est un basique pour moi et elle se contre facilement, je peux te la retourner et tu auras du mal à t'en sortir.
- Essaye un peu, darling, dit Alicia, toute souriante de pouvoir serrer Dan dans ses bras.
- Non, j'aurais trop peur de te faire très mal et si ça devait arriver, je ne me le pardonnerai pas.
- C'est vrai ?
- En partie oui, mais c'est surtout que je n'ai pas envie de te paralyser à vie.
- T'es vraiment adorable, dit Alicia en relâchant son étreinte et en serrant Dan dans ses bras d'une façon limite amoureuse.
- Ma règle numéro deux en arts martiaux : Ne jamais se laisser distraire par les mots de son adversaire, peu importe la nature de ces mots, dit Dan en faisant tomber Alicia avec une balayette.
- T'es vraiment vicieux en combat …
- Non, je sais juste profiter de la moindre opportunité d'envoyer l'adversaire à terre.
- Tu as combien de règles en tout ?
- Exactement soixante.
- Et simple curiosité, c'est quoi la règle numéro une ?
- Toujours éprouver du respect pour son adversaire, même s'il ne le mérite pas, dit Dan en retenant toujours Alicia par le bras.

Elle n'a pas touché le sol à cause de la balayette de Dan. Visiblement, la jeune femme doit être plus légère que Dan. Il n'a pas osé poser la question parce qu'il estime que ça ne se fait pas de demander son poids à une femme. Il remet Alicia debout, et rien que pour l'amuser, la porte dans ses bras. Évidemment, la jeune femme aux cheveux rouges bordeaux se met à rire et à serrer Dan dans ses bras, juste après qu'il l'a reposée sur le sol. Il se met à penser : "Un rien la fait rire, c'est ce que j'adore chez elle … mais le problème, c'est que je ne veux pas trop m'attacher à elle. Ça me perturbe tellement par rapport à cette autre personne … Et j'espère qu'elle va bien là où elle est … Je m'en voudrai un long moment s'il lui arrivait quelque chose". Pendant que les deux Duellistes s'amusent, Kaly leur fait signe d'un peu plus loin :

- Hé ! Si vous pouviez vous dépêcher d'avancer. La tour de Zeist n'est plus très loin.
- On arrive, répond Alicia en tendant sa main à Dan.
- Pourquoi ?, demande Dan.
- J'adore passer du temps avec toi et je ne m'étais jamais aussi liée à quelqu'un. Donc j'estime que tu peux me tenir la main. N'y vois pas quelque chose de très personnel, c'est juste une marque d'affection.
- Eh bien, j'aime beaucoup les marques d'affection, je dois dire. Donc, j'accepte de te tenir la main.
- C'est gentil, répond Alicia, un grand sourire gravé sur le visage. Au fait, tu m'apprendras à me battre.
- On verra …

Les deux Duellistes se mettent à courir en direction de Kaly, main dans la main. On dirait vraiment un jeune couple qui profite de la vie. Dan semble sourire, ce qui n'était que rare depuis leur arrivée en Endlenda. Par contre, Alicia est aux anges. À peine deux minutes trente de course plus tard et les trois personnes arrivent près d'une grande tour sombre qui s'élève très haut dans le ciel, et la prochaine étape dans la prochaine étape dans leur périple en direction de la forêt de Keliyith, à savoir Zeist.


avatar
Messages : 1058
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le Démon d'un autre monde

le Jeu 14 Juin - 15:47
Chapitre 46 - Bienvenue en Endlenda partie 2 - Zeist ...

Spoiler:
Les deux Duellistes menés par la jeune Elfe continuent à marcher sur cette plaine dévastée, avec un léger vent d'ouest tout à fait agréable. Alicia et Dan se tiennent toujours la main et continuent à marcher vers cette espèce de grand pilier qu'est la tour de Zeist. Le visage de la jeune femme est totalement rayonnant, contente de pouvoir marcher côte à côte avec Dan. Il est vrai que depuis qu'ils s'entraînent ensemble – ou du moins, leur deux équipes ensembles –, Alicia estime avoir fait de réels progrès en Duels, et surtout en affrontant Dan. Elle pense que Dan est un excellent partenaire de Duel. C'est pourquoi elle préfère affronter Dan dans la salle d'entraînement. Elle regarde le jeune homme et ce dernier semble tout à fait sérieux. Son visage n'a absolument pas changé d'expression depuis le début de leur marche. Leur guide aux cheveux argentés se retourne vers eux et leur dit :

- Nous voici à la tour de Zeist.
- Un tas de questions me vient à l'esprit, dit Dan.
- Cette tour m'effraye un peu, dit Alicia.
- Ne t'éloigne pas de Kaly ou de moi, dit Dan.

Les trois personnes sont arrivées au pied de cette très grande tour. Il est difficile d'estimer en quoi cette tour à été faite. C'est une sorte de pierre noire, extrêmement dure et très résistante. Pourtant, cette tour est très grande, à la fois de rayon et de taille. C'est un peu comme une sorte de très gros cylindre au beau milieu d'une plaine. Elle comporte des espèces de grandes meurtrières pour observer le paysage aux alentours. Elle s'élève assez haut dans le ciel, et le sommet n'est pas perceptible par les autres. La première réaction à propos de cette tour est celle de Kaly qui donne des informations sur cette tour :

- Cette tour est tout à fait différente de celles qui assurent la surveillance autour du Palais. À vrai dire, c'est une curiosité d'Endlenda à elle toute seule.
- En quoi est-ce qu'elle est différente ?, demande Alicia.
- C'est Elhahr qui avait organisé une expédition pour tenter d'étudier cette tour. Ça doit faire des centaines d'années de ça. Et il a calculé que le diamètre de cette tour est de 140,64 mètres à la base, ce qui est étrange.
- Pourquoi ?
- Parce que le diamètre à partir de quatre cents mètres de haut est de 63,14 mètres.
- Et quelle est la hauteur de cette tour ?, demande Dan.
- Au moins plus de huit cent mètres, peut-être plus d'un kilomètre. Combien précisément, Elhahr lui-même ne le sait pas.
- Et qui a ordonné sa construction ?
- Je ne sais pas. Et personne ne le sait. C'est comme si elle était ici depuis le tout début.
- Depuis le tout début ? C'est pas un peu exagéré ?
- Tu sais, Dan, parfois, certaines choses ne peuvent pas être expliquées de façon logique. Par contre, la tour de Zeist fait l'objet d'une légende assez étrange.
- Raconte.

Kaly se met à raconter l'histoire de l'Elfe nommé Darhyàn qui a lancé un défi aux divinités célestes, afin de retrouver son épouse décédée. Elle raconte l'anecdote sur la pierre tombée du ciel, qui est par ailleurs juste à côté d'Alicia, et la façon dont cet Elfe s'est littéralement tué à la tâche pour tenter de parvenir à ses fins. Visiblement, ça a l'air de passionner Alicia. Dan l'est un peu moins étant donné qu'il n'apprécie les mythes que comme histoires pour réussir à s'endormir. D'ailleurs, quand il était petit, Shizuka lui racontait un récit de la mythologie grecque tous les soirs. Elle lui lisait également beaucoup de récits de la mythologie nordique, hindoue, inca, et bien évidemment japonaises. C'est quelque chose qu'il adore, déjà parce que ces histoires sont tellement magnifiques – selon son point de vue – et surtout que parce que Shizuka a une très belle voix et qu'elle raconte super bien. Les enfants ne peuvent pas s'empêcher de demander à Shizuka de leur raconter une histoire tous les soirs.

- Tu crois que cette légende est réelle ?, demande Dan.
- Chaque histoire légendaire doit avoir son propre fondement, estime Kaly.
- Et en fait, à quoi sert cette tour ?, demande Alicia.
- Personne n'a jamais réussi à le savoir. Je sais que la première expédition d'Elhahr n'a pas pu établir de premières conclusions sur l'utilité de cette tour.
- Et qu'en font les Elfes ?, demande Dan.
- Déjà, on tente de terminer de l'étudier. Près des trois quarts de cette tour nous sont inconnus, dit Kaly en ouvrant la grande porte de cette tour. En tout cas …

Alicia recule, sous le coup de l'effroi. Devant eux se trouvent deux squelettes pendus dans des espèces de carcans. Dan ne se contente que d'une sorte de grimace. La jeune femme est derrière lui. Kaly reprend alors :

- … on y trouve encore des choses tout à fait … perturbantes, je dois dire.
- C'est une prison ?
- Non. Il y a une prison dans ce monde mais elle est située à l'extrémité sud-ouest sur les cartes d'Endlenda existantes, à savoir Lietas, sur l'île de Nofer. Un endroit tout à fait affreux.
- Et encore, tu n'as pas visité les prisons dans notre monde. Honnêtement, on a de quoi se défendre chez nous, dit Dan. Mais est-ce que Elhahr avait déjà vu ces squelettes ?
- Aucune idée. Ce n'est pas quelque chose qui me fascine. En tout cas, évitez de les manipuler. Ils ont peut-être été ensorcelés.
- Ce serait quoi les effets d'un mauvais sort ?, demande Alicia.
- Dans le plus régulier et occasionnellement le pire des cas, la mort.
- Cet endroit me fait peur, répond la jeune femme, en se cachant derrière Dan.
- Arrête ce genre de réaction, dit Dan.
- Ne me dis pas que tu n'as pas peur, je ne te croirai pas.
- Bien sûr que ça m'effraie mais je mets mes états d'âme derrière moi pour mieux affronter ce que j'ai face à moi.
- Je présume que tu l'as appris lors de tes entraînements.
- Affirmatif.
- Tu m'apprendras ça aussi ?
- Bien évidemment.
- Je crois qu'on va faire une petite pause ici, dit Kaly. Vos jambes ont besoin de se reposer un peu avant ce qui nous attend pour atteindre la forêt de Keliyith.

Étonnement, Dan rougit en entendant cette phrase de Kaly. Il se retourne vers Alicia et elle lui sourit. La phrase de Kaly a l'air d'être tellement pleine de sens. Il ne tente pas de réagir à cette phrase mais plutôt d'en savoir un peu plus à propos de l'objectif que Kaly cherche à atteindre. L'Elfe aux cheveux argentés et aux yeux noirs se retourne vers Dan et attend vraisemblablement une question avec impatience.

- Pourquoi est-ce qu'on va dans cette forêt de Keliyith déjà ?
- Notre priorité est de retrouver Elhahr. Et mon instinct me dit de me rendre en Ostiàr, là où ces Démons ont dit l'avoir enfermé.
- Mais je croyais que l'Ostiàr est à l'extrémité est de là où nous trouvons et que Keliyith est plus au nord, dit Dan.
- Je ne pense pas que tu préfères traverser des marais infestés de serpents et une forêt maudite, sans parler de montagnes infranchissables à pied.
- Va pour la forêt pure et d'accord pour la pause.
- Nous allons nous reposer pendant deux heures, dit Kaly. Essayez juste de ne pas vous perdre. Je vais explorer un petit peu les différentes pièces ici.
- Ne t'inquiète pas, Kaly, dit Dan. Alicia et moi resterons au rez-de-chaussée de cette tour, je te le promets.
- Si quoi que ce soit bouge, activez une carte de votre Deck pour vous protéger.
- Attends un peu, dit Alicia. Tu veux dire que nos cartes peuvent prendre vie ici ?
- Bien sûr que oui, elles le peuvent. Mais je vous conseille de les utiliser avec grande prudence. Si vous n'êtes pas dans un Duel, si vous jouez un monstre, celui-ci est comme relié à votre vie. Si ce monstre est détruit, vous en ressentirez une douleur assez intense. Et plus la douleur s'accroît, plus votre espérance de vie s'amenuise.
- Je vois …
- Et si vous invoquez un monstre très puissant, la douleur sera encore plus intense.
- Formidable, dit Dan. Ne t'inquiète pas, je ferai attention et je protégerai Alicia.
- C'est tellement romantique, dit Alicia.

Les deux Duellistes s'avancent jusqu'au milieu de cette salle. Elle est très obscure, ce à quoi Kaly répond avec un sort qui allume des torches un peu partout dans cette salle du rez-de-chaussée. En fait, l'architecture de ce bâtiment est tellement complexe qu'il est facile de comprendre pourquoi les Elfes n'ont pas réussi à percer tous les secrets de la tour de Zeist. Il y a tellement de petites salles à chaque étage qu'il faudrait près de quatre heures pour réussir à explorer l'intégralité du premier étage. D'après Elhahr, pour parcourir l'intégralité de la tour, il faudrait plus de deux ans. Et c'est sans compter sans les éventuelles surprises qui se cacheraient dans cet endroit. Certains Elfes ont tenté d'explorer l'intégralité de la tour. L'Elfe qui a été le plus loin – mais qui n'est pas Elhahr – a été jusqu'au quart estimé de la tour et n'est jamais revenu. Son cadavre n'a, par ailleurs, jamais été retrouvé.

Dans la première salle, celle qui sert de hall, Dan a posé son sac à dos par terre et fait face à Alicia. Retrouvant un sourire très enfantin, elle lui dit alors :

- Est-ce que tu préfères faire une sieste ou bien que m'apprendre quelques rudiments du combat au corps à corps ?
- J'aurai tout le temps de dormir une fois que tout cela sera réglé, dit Dan. J'ai deux heures pour te montrer quelques bases.
- T'es adorable, dit Alicia en serrant Dan dans ses bras.
- Règle numéro trois : toujours agir dans la rapidité, dit Dan en saisissant le bras d'Alicia et en lui faisant une petite clé de bras.
- Et si je fais ça ?, dit Alicia.

Elle tente de frapper là où ça fait le plus mal, c'est-à-dire dans l'entrejambe de Dan. Mais, ce dernier semble l'avoir prévu et il bloque instantanément ses jambes. Le coup de talon d'Alicia ne parvient même pas à attendre la partie supérieure des jambes. Dan se met un peu à rire de cela et relâche aussitôt son emprise sur le bras d'Alicia.

- On aurait dit un cheval qui tente de donner un coup de sabot très mal placé … mais j'ai de l'entraînement avec ça.
- Tu ne te laisses pas faire, c'est déjà ça.
- J'aime pas quand quelqu'un me met à terre.
- Ah oui ?

Et, de façon quasiment instantanée, Alicia tente de faire une balayette sur les jambes de Dan mais il réussit – comment ? Aucune idée – à esquiver cela avec une petite vrille sur lui-même et ensuite à porter un ippon à Alicia. Mais, elle ne tombe pas au sol pour autant, Dan la retenant par le bras. Visiblement, ce comportement semble intriguer la jeune femme. Elle regarde attentivement le visage de Dan et celui-ci semble très marqué. Il sourit parce que ça l'amuse de s'entraîner au combat, mais ce n'est pas un sourire total. Alicia demande alors :

- Pourquoi est-ce que tu ne me laisses pas tomber ?
- Parce que j'ai peur de te faire mal. J'hésite à utiliser ta force, à l'amplifier et à la retourner contre toi.

Dan relâche Alicia et lui tourne le dos, visiblement un peu plus triste qu'il semble l'être d'habitude. Pourtant, la jeune femme ne se laisse pas décourager et colle une claque sur le côté gauche du visage de Dan. La claque est imparable, donnée à une vitesse presque là aussi instantanée et même Dan ne semble pas l'avoir vue venir. Ou alors, il a fait semblant de se la prendre exprès pour donner un peu de confiance en Alicia. Mais, ce n'est visiblement pas ce qu'elle ressent. Elle lui adresse d'un ton un peu plus sérieux que d'habitude :

- Je croyais que les guerriers ne retenaient pas leurs coups. Je comprends que tu ne veuilles pas faire de mal à une amie mais cela ne signifie pas pour autant m'empêcher de tomber par terre.
- Qu'est-ce que tu veux dire ?
- Si je veux apprendre à me battre un peu comme toi, il faut bien que j'apprenne à me relever après avoir subi un coup.
- Tu veux que je t'envoie au sol, juste pour voir si tu es capable de te relever ?
- Oui.

En un éclair, ou bien en moins de trois secondes, Dan se retourne et envoie un coup de pied circulaire qui percute la nuque d'Alicia. Elle reste immobile et Dan en profite pour faire deux mouvements du bras qui l'envoient à terre, à plat ventre et en étoile. Elle reste allongée dans cette posture pendant au moins une trentaine de secondes avant que Dan ne vienne prendre le pouls au niveau du cou. Il dit :

- J'ai … mal …
- Ne me dis pas que ça t'a mis complètement knock out ?
- Ça … ça m'a complètement étourdie, répond Alicia qui a toutes les peines du monde à se remettre debout.
- Assieds-toi quelques secondes pour reprendre ton souffle, dit Dan en aidant la jeune femme à s'asseoir.
- Tu veux que je te dise ?, demande Alicia entre deux respirations.
- Qu'y a-t-il ?
- Tu ne racontes pas de mensonges, répond-t-elle en souriant.
- Tu as mal ?
- Je … je crois, dit Alicia en se tenant le cou et l'épaule.
- Tu veux qu'on arrête ou bien reprendre la séance ?
- Pourquoi est-ce que je m'arrêterais ?
- Je vois. Je vais te montrer deux trois trucs, dit Dan en relevant son amie.

Spoiler:
Pendant plus de trente minutes, Dan enseigne à Alicia comment se tenir dans un combat au corps à corps. Il lui montre quelques exercices de souplesse et d'étirements nécessaires pour pouvoir augmenter la puissance des coups et surtout l'esquive. Justement, en ce qui concerne l'esquive, Dan demande à Alicia de l'étouffer en lui coupant la respiration. La jeune femme hésite, de peur de briser le cou de Dan mais ce dernier en rit. Elle s'exécute et Dan lui montre comment s'extirper de ce genre de prises. Il lui en montre quelques autres et ensuite, c'est au tour d'Alicia d'essayer d'esquiver les diverses emprises de Dan. Elle y arrive plus ou moins mais comme certaines consistent à limite faire un câlin à l'adversaire, Alicia ne va pas tenter de sortir de ces prises. Dan est souvent en train de sourire quand Alicia ne se libère pas et qu'elle sourit un peu comme une petite fille. Et après que Dan a appris quelques manœuvres d'esquive, il passe sur quelques prises pour expédier un adversaire à terre. Cette fois, Alicia a l'air plus joyeuse à l'idée de faire tomber Dan. Elle réussit quelques fois, dont une en enchaînant avec des esquives.

- Je crois qu'on va s'arrêter là pour le moment, dit Dan.
- Je commence à avoir mal au dos …
- Tu te débrouilles pas mal, dit Dan en relevant Alicia qui s'est un peu emmêlée les pinceaux dans une tentative de croc-en-jambe suivi d'une prise qui vise à écraser les articulations du pied.
- Ah bon ? Tu trouves ?
- Oui. Bon, tu sais que c'est pas quelque chose qui s'apprend qu'en deux heures mais c'est vraiment pas mal pour une débutante.
- Tu crois que tu pourrais être mon prof ?
- À vrai dire, c'est ce que j'aimerais être plus tard.
- Vraiment ?
- Oui.
- Ça a l'air d'être génial. Tu pourrais faire ça dans ta salle d'entraînement.
- Ou plutôt acquérir mon propre dojo.
- Wow !
- Tiens, je vais te montrer quelque chose pour ton mal de dos. Allonge-toi sur le ventre. Ça ne te fera que du bien.
- Oh …

Dan se met à masser le dos d'Alicia, allongée sur le sol. Elle a reçu trois coups dont deux qui assénés aux épaules et qui lui font un peu mal. Shizuka lui a également appris à faire des massages pour détendre les muscles juste après une séance d'arts martiaux. Et elle a appris cela auprès d'une autre personne très connue du nom d'Akiyo Lotyuwi, la mère de Dan. Ça a l'air d'enchanter la jeune femme aux cheveux rouges qui a l'air d'être transportée dans une sorte de monde des rêves. Elle ferme les yeux et inspire puis expire profondément. Elle laisse cependant échapper un mot tout gentil à Dan : "Trop adorable". Il continue à la masser pendant quelques minutes avant de se relever et de s'asseoir en tailleur et de commencer à s'étirer en même temps que Dan.

Pendant ce temps, Kaly entre dans la pièce la plus proche de celle qui sert de hall. Toute la tour doit être plongée dans l'obscurité, ce qui n'est pas pour faciliter l'observation. Un petit mouvement de la main fait apparaître des petites flammes au niveau des torches qui sont encore accrochées sur les murs. La salle dans laquelle elle se trouve est totalement vide. Elle ne fait pas plus de trois mètres carrés et il y a une autre porte qui mène à une autre salle. Mais avant de faire quelque chose de précipité, Kaly ferme les yeux et fait apparaître son espèce d'hallebarde, dont les pointes deviennent incandescentes et avec un halo blanc pâle. La luminosité de cette extrémité de la lance est suffisamment lumineuse pour pouvoir éclairer sur un rayon de quinze mètres. Ça évite de devoir sortir des petites flammèches toutes les trente secondes. Kaly profite donc de sa lance pour pouvoir explorer une quinzaine de petites salles dont les dimensions vont du simple placard à la petite chambre d'hôpital. Étrangement, chaque pièce dans laquelle Kaly se rend est totalement vide. Les salles ne regorgent que de poussière et de toiles d'araignées.

Après près de vingt-cinq minutes d'exploration dans le vide total, Kaly finit par arriver à une énième salle dans ce rez-de-chaussée mais … celle-ci n'est pas vide. Au contraire, il y a deux corps non-reconnaissables qui sont en pleine décomposition dans un coin, avec des mouches qui tournent autour et des asticots qui sortent des orbites et de la chair en putréfaction. Kaly a le teint verdâtre en voyant cela. Il y a deux autres choses dans cette pièce, entre autre une table et deux chaises. Kaly va examiner ce qu'il y a sur la table et voit deux petits livrets. Immédiatement après, l'Elfe va s'asseoir sur une des deux chaises et prend un des deux livrets et le lit. Il a une reliure en cuir bleue et présente quelques dorures. Une sorte d'étrange sensation s'empare de Kaly. Elle l'ouvre et se met à lire les quelques notes à la fin. L'écriture est en elfique et les derniers mots sont : "Nous nous battrons jusqu'au bout.".

Elle feuillette quelques pages et voit des pages remplies d'écriture à la main, parfois avec des difficultés de compréhension à cause de certains gribouillis. Il est possible que la personne qui a écrit ces lignes en marchant. Kaly décide ensuite de feuilleter le deuxième petit livret et il est à peine rempli. L'écriture est toutefois différente de celle du premier livret. Elle est nettement plus lisible, ce qui peut faire penser qu'il a été écrit sur un espace plat, comme cette table. Les derniers mots de ce carnet font peut à Kaly. "Je sais que tu lis ces mots, Kaly. Et je te retrouverai … !!!". Ce qui perturbe Kaly, c'est que ces mots sont écrits avec une encre rouge sang … voire avec du sang. Kaly se lève immédiatement de la chaise sur laquelle elle est assise et revient sur ses pas, lui permettant de retourner vers la salle de départ.

Et quelque chose va la déranger encore un peu plus. Sur l'une des dernières salles qui la sépare de l'endroit où Dan et Alicia s'entraînent, Kaly va tomber nez à nez sur une salle avec un corbeau qui se tient sur une meurtrière. Kaly fixe le corbeau sans esquisser le moindre mouvement. L'oiseau noir finit par s'envoler en poussant un croassement assez strident. Derrière lui, il laisse une feuille de papier enroulée et nouée par ce qui semble être de la peau humaine. Les mains de Kaly commencent à trembler lorsqu'elles se saisissent de ce petit rouleau qui ne fait pas plus de quatre centimètres de long. Elle se rend compte qu'il s'agit réellement de peau humaine qui sert de ruban, et tente de le dénouer sans vomir. Elle déroule ce rouleau et voit quelques mots écrits en elfique : "Je t'ai vue ! Et je sais où tu vas te rendre …". Sans hésiter, Kaly range ce papier dans son petit sac et finit par retrouver Dan et Alicia, cette dernière étant toujours en train de se faire masser le dos par Dan. La jeune Elfe dit alors :

- J'ai raté quelque chose ?
- Un petit entraînement d'arts martiaux, répond Dan.
- Ces mains … des doigts de fée … le bonheur, laisse échapper Alicia, visiblement dans un autre état et plongée dans une forme de béatitude parfaite.
- Nous allons devoir y aller, dit Kaly.
- Ça ne fait qu'une heure que nous sommes ici, dit Dan. Je croyais que nous devions rester ici deux heures.
- Je me suis trompée d'heure quand nous sommes arrivés ici, ment Kaly.
- Ah bon ?
- Je viens de me rendre compte de mon erreur il y a quelques secondes. En fait, il n'était pas treize heures mais sept heures du matin. Le ciel gris m'a induite en erreur.
- Et alors ? Pourquoi est-ce que c'est si important. ?
- Tu n'as pas à le savoir pour le moment, lui répond Kaly, avec un regard pétrifiant.
- Je te fais confiance, dit Dan. Allez, damoiselle Alicia, on lève le camp.

Le fait que Dan appelle Alicia avec le "damoiselle" est quelque chose qu'elle adore. En fait, il faut remonter à leur Duel comptant pour le Golden Tournament. Dan venait de remporter le Duel et ils regardaient le Tag Duel opposant Warren et Nejma à Kylie et Jeff, qui se déroulait au même moment. Et pendant qu'ils observaient ce Duel, Alicia s'est mise à appeler Dan "darling". Ne comprenant pas tellement pourquoi elle l'appelait comme ça, Dan a demandé une explication qu'il n'a jamais eu. Par contre, Alicia lui a gentiment dit qu'il pouvait l'appeler avec n'importe quel titre et il a choisi le "damoiselle". Le "dame" faisait "trop vieux pour une jeune femme comme Alicia" selon Dan. Du coup, il l'appelle de temps en temps comme ça. Ça l'amuse beaucoup et Alicia trouve qu'il est encore plus mignon quand il sourit. Dan n'est pas réputé pour sourire énormément. La plupart du temps, c'est limite s'il faut le forcer à sourire. Il n'y a que très peu de personnes avec lesquelles son sourire n'est pas forcé et c'est ses proches, amis et surtout famille. Visiblement, Alicia a l'air plus réceptive au fait que Dan l'appelle "damoiselle". Elle se lève et prend son sac et son Disque de Duel. Puis, les trois personnes quittent la tour de Zeist à peine une heure et quart après y avoir pénétré. Cette fois encore, Alicia tient la main de Dan, ce dernier en sourit un peu.

Le groupe reprend sa marche en direction de la forêt de Keliyith. Devant eux, à plus d'une cinquantaine de kilomètres – donc vers l'est de Zeist – se dressent une chaîne de montagnes. Elle donne sur la plaine du Denòk. En fait, sur les cartes, le Denòk est un peu comme une vaste cuvette, entourée par des montagnes sur la partie sud-sud-ouest au nord-est, formant une sorte d'arc de cercle. Le sud donne sur la partie orientale de la forêt d'Okahara, la pire qui soit et également celle où se trouvent Mina, Sean et Warren. En ce qui concerne les montagnes, il s'agit de moyenne montagne, avec des altitudes pouvant dépasser mille mètres. Les sommets les plus hauts peuvent aller jusque trois fois cette distance et sont couverts de neiges éternelles. Ce sont des montagnes réputées comme difficiles à franchir si on décide de traverser à même la muraille montagneuse. Il y a deux moyens très viables de pouvoir traverser : contourner – l'option de base – ou bien remonter les deux fleuves qui forment des petites vallées encaissées. En général, il faut compter deux heures maximum pour remonter ces cours d'eau sans encombre. Le problème, c'est que cet endroit est souvent occupé par des créatures malfaisantes, pas forcément ralliées à la cause des Forces Obscures mais qui peuvent quand même s'en prendre aux voyageurs.

- On va faire une petite pause, dit Kaly.
- J'ai des crampes aux deux jambes, dit Alicia. Est-ce qu'il n'y aurait pas un moyen de transport plus rapide qu'une paire de jambes ici ?
- Je suis d'accord, dit Dan. Je commence à fatiguer aussi. Est-ce qu'on ne pourrait pas invoquer un monstre capable de nous transporter jusqu'à Keliyith ?
- C'est possible, dit Kaly. Suffit juste d'invoquer un dragon ou une autre créature ailée et …
- Eh bien je vais m'en charger, dit Alicia en allumant son Disque de Duel et en sortant une carte.
- Ce n'est pas aussi facile qu'on peut le penser, dit Kaly, l'air très sérieux. Au moment où je vous parle, la créature qui s'est emparée du palais a dû envoyer des sbires aux quatre coins de l'Endlenda et il va être très difficile pour nous de nous déplacer de façon tout à fait discrète.
- Ça veut donc dire que nous allons devoir nous coltiner tout ce chemin à pied ?, demande Alicia.
- Y a des chances, dit Dan.
- Peut-être pas, dit Kaly. Je veux juste dire qu'il ne faut pas abuser de ces invocations.
- J'avoue ne pas comprendre, dit Dan. Pourquoi est-ce que tu veux éviter tous ces risques ? Si on avance à pied, on sera plus facilement repérable aussi.
- C'est des questions de sécurité et de discrétion. L'intelligence et la logique d'un Démon n'est pas compréhensible pour quelqu'un comme toi, Dan.
- C'est une provocation ?
- Non, une réalité, répond Kaly.

Dan écarquille les yeux en se rendant compte de ce que son "ange gardien" ou guide dans sa quête vient de lui dire. Il ferme les yeux, inspire puis expire et fixe Kaly d'un regard très menaçant. Alicia regarde le jeune homme et sent immédiatement qu'il risque de faire quelque chose de très mauvais et qu'il pourrait vite regretter. Elle le prend pas les deux mains et lui dit d'une voix plutôt douce, qui rappelle celle de Shizuka. Évidemment, Dan écoute ce que son amie a à lui dire, en maintenant son regard perçant en direction de Kaly :

- Calme-toi, Dan. Kaly peut te briser avant même que tu ne puisses cligner des yeux. Il faut que tu lui fasses confiance. Si elle dit que c'est mieux pour nous de marcher, alors nous marcherons.
- Cet endroit commence à me faire perdre patience. Et j'ai peur pour Mina …, dit-il en s'asseyant et en se prenant la tête dans les genoux.
- Excuse-moi si je t'ai offensé, dit Kaly en s'accroupissant devant Dan. Ce n'était pas mon intention de t'énerver. Je sais que tu es impatient d'en découdre mais ce n'est pas ce qui va faire avancer les choses. Je sais que tu te fais énormément de soucis pour Mina mais je te garantis qu'elle ira bien.
- Et puis elle est avec Warren et Sean. Ces deux garçons sont d'excellents Duellistes, donc il ne lui arrivera rien, ajoute Alicia.
- Tu vois … tout va bien se passer pour elle, je te le jure, reprend Kaly. Et pour nous aussi, tout va bien se passer. Nous ne sommes plus très loin des montagnes qui mènent au Denòk. Une fois que nous aurons passé ces montagnes, nous parviendrons à la forêt de Keliyith plus rapidement.
- Que se passera-t-il si nous venons à échouer ?, demande Dan.
- Il ne vaut mieux pas se poser la question, répond Kaly en tendant une main à Dan pour qu'il puisse se relever.

Dan se relève aussitôt, en s'aidant de la main que Kaly lui tend. Il se contente de garder le silence, n'osant esquisser qu'un faible sourire à Kaly et à Alicia. D'ailleurs, cette dernière va quand même le serrer dans ses bras quelques secondes, en ayant en tête de lui remonter le moral. Elle lui glisse un "Confie-toi à quelqu'un si ça ne va pas bien" à l'oreille pendant qu'elle lui fait un câlin. Dan ne lui répond pas mais ce n'est pas quelque chose qui la surprend, ce dernier étant comme dans un autre état lorsqu'il fait un câlin à la jeune femme aux cheveux rouges. Ensuite, une fois qu'elle a relâché son étreinte chaleureuse sur Dan, elle le regarde et lui pince la joue en disant :

- Souris un peu, darling … tu es nettement plus magnifique quand tu souris.
- Ah bon ?
- Je suis sûr que ta mère te dirait la même chose. Allez, tu me suis ?

Elle tend à nouveau sa main, que Dan saisit sans réfléchir. Les deux Duellistes continuent encore et toujours à marcher main dans la main. Devant eux, Kaly a l'air d'être toujours préoccupée par ce qu'elle a pu découvrir dans les petites salles du rez-de-chaussée de la tour de Zeist. Elle n'a bien évidemment pas parlé de tout cela à Dan ou Alicia, estimant à juste titre qu'ils ne seraient pas en mesure de comprendre de quoi il peut bien s'agir. De plus, elle-même semble totalement perplexe devant ces deux petits messages tout à fait inquiétants. Qui peut bien lui avoir adressé cela ? Dans une logique déductive, il y a peu de personnes qui peuvent savoir que Kaly se trouvait à Zeist au moment où ces messages ont été écrits. Pourtant, il lui vient une idée à l'esprit, ou une personne en l'occurrence : Elhahr. Personne ne l'a revu depuis qu'il a été fait prisonnier par les Forces Obscures.

Cependant, cette idée semble peu probable étant donné que Nephomet avait assuré à Kaly qu'il était sagement gardé et qu'il ne pourrait pas s'échapper de là où on le garde. De plus, le Seigneur Ultime des Ténèbres a assuré à Kaly qu'il offrirait un petit cadeau à Elhahr pour l'avoir fait revenir, visiblement la mort. Pour revenir à ce qui touche ces deux messages, il n'y aurait plus grand monde chez les Elfes pour avoir fait ce genre de coup. Elle s'est assurée que les survivants de l'attaque des Démons se sont enfuis dans la forêt de Naeeim. Tous les autres sont morts en défendant le Palais ou bien en Ostiàr dans l'expédition d'Elhahr.

Spoiler:
Le groupe se rapproche des montagnes menant au Denòk. Kaly continue à marcher, l'air toujours plus inquiet. Dan et Alicia marchent à ses côtés et la regardent. Et l'air affiché par l'Elfe ne rassure pas Dan sur la suite des événements.

- Que t'arrive-t-il ?
- Rien, je suis en pleine réflexion.
- Je vois …
- Mais au fait, dit Alicia, comment allons-nous faire pour traverser ces montagnes ?

Elle pose cette question à point nommé puisque les trois personnes arrivent sur la rive d'un des deux fleuves qui permet la traversée de ces montagnes. Contrairement au monde des hommes où chaque fleuve a un nom précis, il n'y a pas de toponymes pour les fleuves en Endlenda. Seuls les lacs et les mers ont un nom. Pour les Elfes, les fleuves sont sacrés et il est totalement interdit de leur donner un nom. C'est quelque chose qui n'a ni logique ni raison. Même Elhahr ne semble pas comprendre cela.

Dan, Alicia et Kaly se tiennent tous les trois face à ce fleuve dont l'eau est très calme. L'envergure de ce fleuve est de soixante mètres mais il n'y a pas de petits îlots artificiels, permettant ainsi l'observation de l'autre rive du fleuve, débouchant sur une plaine tout aussi vaste et presque dévastée. On pourrait penser à un sol transparent tellement l'eau ne fait pas le moindre mouvement. Kaly assure que ces fleuves ne sont pas traîtres sur une plaine. Les inondations sont quasiment inexistantes en Endlenda. La dernière remonte à plus de cinq mille ans, lors d'un cataclysme lié à une lutte contre un Démon. Celui-ci avait rugi tellement fort que des éclairs et des pluies torrentielles ont ravagé l'Endlenda et provoqué des inondations telles qu'une sorte de mer intérieure avait pris place. Elle a disparu presque instantanément après ce conflit ancien et par un sort d'absorption d'eau qui a été réutilisé pour entourer le Palais d'Endlenda.

- Ne me dites pas qu'on va devoir remonter ce fleuve à la nage, dit Dan. Ça me gêne complètement.
- Tu ne sais pas nager ?, lui dit Alicia.
- Si, je sais parfaitement nager. Je dis juste qu'avec les Disques de Duel, les sacs à dos et l'état physique de nos jambes, on va y passer un très long moment.
Attends, je vais te montrer quelque chose, dit Kaly en s'avançant.

Elle a les pieds dans l'eau, ce qui laisse penser que l'endroit où elle se trouve n'est pas profond, comparé à d'autres parties du fleuve sans doute très profondes. Puis, elle ferme les yeux et murmure une formule en elfique. Puis, quelque chose qui ne semble pas logique au premier abord survient. L'eau devant Kaly se met à faire des bulles, comme si quelque chose allait en sortir. On pourrait penser à une mini explosion sous-marine étant donné la grande masse de bulles. Puis, une chaîne en fer surgit de sous la surface, à la manière d'un gros poisson qu'on vient de pêcher. La chaîne arrive dans la main de Kaly. Puis, elle tend le bout de la chaîne à Dan et Alicia en leur disant :

- Je crois que vous avez compris ce que vous avez à faire.

Alicia se place devant Dan et tous les deux se mettent à tirer la chaîne hors de l'eau. Kaly fait de même. Ils tirent pendant deux minutes et progressivement, quelque chose apparaît. C'est une sorte de barque, assez grande pour trois personnes, équipée de rames. Le bois de cette barque est très clair, sans doute en bois de bouleau. Cela doit faire un très long moment que cette barque doit reposer au fond du fleuve qui est sans doute très profond sur l'autre rive, pourtant, le bois ne semble pas avoir été rongé par le temps. Il est presque comme neuf et n'a pas de trace de crasse ou d'herbes qui se sont incrustées sur les différentes parties du bateau.

- Voilà notre moyen de transport à travers les montagnes, dit Kaly, toute souriante.
- C'est intéressant, dit Dan.
- C'est sans doute plein d'eau à l'intérieur, dit Alicia, qui fait un peu sa timide à l'idée de monter dans une petite embarcation.
- Mais non, dit Dan en sautant à l'intérieur du petit bateau.
- En effet, ce bateau repose ici depuis longtemps, explique Kaly. Elhahr l'a protégé avec un sort l'empêchant d'être victime des effets du temps ou bien de se remplir d'eau si on le sort de l'eau.
- Allez, viens, dit Dan à Alicia.
- Non …. j'ai … j'ai peur des bateaux, répond la jeune femme.
- Pourquoi ?, dit Dan en ressortant du bateau.
- Je … je ne veux pas en parler. Je ne veux pas aller dans ce bateau.
- Je vois, dit Dan. Tu as eu un accident de bateau étant petite et depuis, tu as peur de monter dedans.
- Co … Comment le sais-tu ?
- Je vois que tu apprends à te servir de ton médaillon …, dit Kaly en souriant.
- Je ne te demande pas de me raconter ce qui s'est passé quand tu étais petite et toute mignonne, dit Dan. Je veux juste que tu me fasses confiance à Kaly et à moi.
- J'ai … j'ai trop peur.
- Si ça peut te rassurer, je vais prendre les rames, dit Dan. Tu évites de regarder l'eau juste à côté de la barque et tout ira bien, d'accord ?

Cette fois, c'est Dan qui prend les mains d'Alicia et les embrasse. Impossible de savoir si cela a guéri la peur d'Alicia mais en tout cas, elle n'a plus vraiment l'air d'être perturbée à l'idée de monter dans cette barque. Elle se dit : "Si Dan est là, alors tout ira bien … enfin je l'espère.". Elle grimpe ainsi dans la petite barque, en faisant attention de ne pas tremper ses vêtements et son Disque de Duel. Dan est placé au niveau de la proue, avec les deux rames, tandis que Kaly et Alicia se trouvent face à lui, au niveau de la coque. Le bateau fait un peu moins de six mètres de long et fait deux mètres de large. Les rames en bois font trois mètres et demi chacune, ce qui rend le tout facilement manœuvrable. Les trois personnes finissent par mettre le cap en allant à contre-courant, ce qui pourrait être vu comme n'étant pas facile. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que Dan ne se débrouille pas trop mal aux rames, ce qui incite Kaly à lui poser une question :

- Tu as déjà fait ce genre d'activité ?
- Une fois, répond Dan. J'avais douze ans et avec Shizuka, on avait fait de la descente en canoë dans l'est de la France. J'ai bu la tasse mais ça m'avait amusé. Et j'ai appris à pagayer.
- Ça fait un peu gondolier à Venise, dit Alicia.
- C'est pas tout à fait la même chose mais si tu le dis …

Pendant près d'une demi-heure, la petite embarcation avance tranquillement. Dan n'a pas trop de difficultés à devoir appréhender les quelques méandres. Puis, le groupe arrive au niveau des montagnes du Denòk. À partir de cet endroit, la visibilité devient légèrement plus dure, étant donné qu'il y a quelques nappes de brume qui envahissent le fond de vallée encaissée. L'eau est toujours aussi stagnante mais s'il y a une chose qui peut être dangereuse, c'est que le lit du fleuve semble se rétrécir, et il est bordé par des rochers assez pointus. Dan tente d'agir en toute prudence, ce qui semble plus facile à dire qu'à faire quand on n'est pas en train de manipuler des rames. Le lit du fleuve est passé d'une soixantaine de mètres à moins de vingt mètres. Et les rochers pointus occupent bien une douzaine de mètres de ce fleuve. La sueur commence à gagner le front de Dan. Naviguer dans ce genre d'endroit et avec ce type d'embarcation n'est pas facile, surtout quand on n'a fait cela qu'une seule fois dans sa vie. Il rame pendant près de trois heures sans jamais s'arrêter. Et c'est pendant ce moment qu'Alicia pose une question tout à fait hors-sujet dans la situation :

- Est-ce que tu aimes bien Mina ?
- Euh … pourquoi est-ce que tu me poses ce genre de question ?
- Juste pour savoir, dit Alicia avec un air totalement malicieux.
- Pourquoi est-ce que tu t'arrêtes, Dan ?, demande Kaly.
- Parce que je ne peux pas me concentrer quand je dois répondre à ce genre de question, ment Dan.

En réalité, une douleur à l'épaule droite commence à le gêner un peu. Il s'était fait mal en voulant contrer une prise tentée par Alicia dans la tour de Zeist. Sa réaction est tout à fait spontanée et elle semble même être le contraire de ce qu'il voulait dire. Dans son esprit, c'est limite si on pourrait lire "Erreur 404". La question d'Alicia est tellement perturbante pour Dan parce que ses sentiments pour Mina et les possibles sentiments d'Alicia à son égard – étant donné son comportement récent – entreraient en conflit et il n'aurait aucune idée sur l'identité de celui ou celle qui triompherait. Dan commence à rougir et à transpirer. Pourtant, il reste totalement immobile, comme si cette question lui avait grillé les neurones et l'avait paralysé. Il veut répondre mais aucun son ne sort de sa bouche. Alicia le regarde d'un air assez curieux mais sans sourire.

- Est-ce que j'ai dit quelque chose de mal ?
- Euh … non … p … p … pas du t … pas du tout, bégaye Dan.
- Tu n'es pas obligé de répondre tout de suite, lui dit Alicia.

Kaly regarde également Dan d'un air assez amusé, la même question lui ayant déjà été posée quelques jours auparavant par l'Elfe. Le jeune homme se contente de hocher la tête puis d'essayer de reprendre les rames. C'est la première fois que Dan a affiché ce genre de réaction. On aurait dit qu'il était complètement bogué face à Alicia. Pourtant, la jeune femme n'a pas l'air d'être aussi souriante qu'en posant la question. Peut-être que la non-réaction involontaire de Dan – elles sont volontaires la plupart du temps – a fait planer le doute sur les sentiments qu'il peut avoir pour quelqu'un en particulier.

"Il n'a pas répondu. Est-ce que cela voudrait dire que …", pense Alicia avant de stopper immédiatement le cours de cette pensée. Le fait de terminer cette phrase pourrait avoir des conséquences sur sa façon d'agir avec telle ou telle personne pendant un long, très long moment. Elle se rend aussitôt compte que ce n'était sans doute pas le moment de poser cette question, qui est tout à fait gênante pour lui. D'ailleurs, elle reconnaît le caractère un peu gênant de cette question. Elle regarde Dan qui tente de se focaliser sur autre chose, ce qui la fait un peu sourire, même si c'est quelque chose qui commence à placer un soupçon de doute chez elle.

Kaly est toujours aussi obsédée par les deux messages qu'elle a pu trouver à l'intérieur de la tour de Zeist. Elle ne prête pas une grande attention à Dan et Alicia, écoutant au passage quelques réponses des deux personnes. Son regard se porte plus vers les montagnes et les nappes de brume qui deviennent omniprésentes dans le paysage qu'ils traversent. Et pourtant, quelque chose attire son attention. Ses yeux vont capter une sorte d'éclair très bref, qui ne dure pas plus de deux centièmes de secondes. Quelques dizaines de minutes plus tard et le lit de la rivière semble redevenir plus large. De plus, la partie des montagnes les plus hautes est franchie et le groupe se trouve au niveau de montagnes plus basses, atteignant rarement mille mètres en terme d'altitude. Il lui a semblé voir quelque chose à travers les quelques nappes de brume, mais la silhouette de cette chose n'était pas totalement perceptible pour les yeux légèrement fatigués de Kaly. Pourtant, cette chose était située au sommet d'une moyenne montagne et Kaly jurerait qu'elle les observait.

- Que se passe-t-il ?, demande Dan.
- On nous observe …, dit Kaly. Nous ne sommes plus seuls …


Contenu sponsorisé

Re: Le Démon d'un autre monde

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum