Faeris : Le Royaume des Duels

Partagez
Aller en bas
avatar
Messages : 1062
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Fic] L'inexistence

le Ven 18 Aoû - 0:43
Reviews des chapitres 04 à 06:

Chapitre 04:
Spoiler:
Déjà, la première description est plutôt bien amenée. Les verbes utilisés montrent qu'au bout du compte, on délaisse les cours pour centrer l'action sur le personnage mystérieux et ténébreux de Farvel.
Et là, on a une belle baston de regards, en mode western-spaghetti. C'est généralement le genre de moments que j'adore parce que la tension monte, y a du suspense et le lecteur spécule sur ce qui risque de se passer. ET ENFIN ! Saya réfléchit, au contraire de Laura qui veut beugler sur l'autre débile. Franchement, j'aurais plus vu Farvel ne rien dire et Darksky s'énerver.
La lassitude contre le vide … si ça avait dégénéré physiquement, le vide ne l'aurait pas emporté.

« et de, pourquoi ne pas, devenir amis » … Pas beau ...

J'aurais placé la réplique de Forrest Gump après le « es-tu stupide ? » à savoir « n'est stupide que la stupidité » … en tout cas, c'est ce que j'aurais placé …
Encore quelques problèmes de concordance des temps : « je ne rejoindrais » ne colle pas. S'il est fermement décidé, tu ne places pas de conditionnel, mais un futur.

« une lueur, jusque là » et le fait qu'il ait un rictus ajoute une dimension légèrement plus edgy voire malsaine sur le personnage. Par contre, je reste dubitatif sur le choix d'un adverbe.
On aurait pu espérer une révélation sur le passé de Farvel mais ça aurait tué le personnage. Le fait d'envoyer promener Darksky rend vraiment cet edgeking attachant. Et ça me rappelle vraiment une attitude que j'avais en prépa …

Et là, on arrive sur un débat passionnant entre Saya et Laura sur le fait d'agir ou non. J'ai l'impression que Laura devient un brin égoïste tandis que Saya part vers de l'action pure et simple. Difficile de dire lequel aurait raison.
Je reprends un peu ce que Dai a dit sur le « Avec concertation avec Saya, c'était le plus sensé » …
Elle aurait dit : « on l'attache et on le force à nous rejoindre » et Darksky aurait accepté sans même réfléchir …

Et que vois-je ? Une parole sensée de Darksky ? Ce n'est pas trop tôt. Quand même quatre chapitres avant qu'il ne dise quelque chose de vraiment utile. Là, on a une nouvelle facette – la troisième après le vide spirituel et son côté victime – à savoir un léger sursaut de virilité. Recadrer Laura de cette façon, fallait le faire. Bon, c'est vite effacé par le « sort pire que la mort » … mais on sait que de temps à autre, once in a blue moon, il est capable de répondre de façon assez cinglante. Est-ce que c'était une action réfléchie ?

«  C’était peut-être du harcèlement mais qui s’en souciait ? » : C'EST TEL-LE-MENT GRA-TUIT !!!

Tiens, le retour de Marie … j'étais triste de ne pas la revoir. J'ai même songé à placarder un avis de recherche, tellement le personnage n'est pas développé.
Et comme Dai l'a dit, Farvel fait tellement égérie pour L'Oréal (d'ailleurs @Hiroki … respecte les placements de produits …)

Et j'ai, pendant un instant, cru voir Farvel devenir une tsundere. Faut dire que Miyako paraît très virile avec cette mandale adressée right in the face. Mais l'attitude de Farvel face à ça est purement et simplement admirable. Un modèle stoïcien, ne bougeant pas après s'être ramassé une torgnole, droit comme un i et n'ayant pas bougé d'un iota, c'est un régal de lire ça.
Et là, la lecture est plus facile parce qu'il n'y a pas de grosses maladresses d'expression.
« Miyako le retenu » : Là, c'est limite à moi d'armer mon bras et t'adresser une claque très sonore.

Les réactions de Miyako sont toutes sublimes et ça la rend hyper sexy. Même quand elle se rend compte qu'elle a foiré, elle est classe.
« -Ca me saoule d’attendre moi ! Cria Saya. Il ne peut pas se bouger pour nous parler au moins ? Il est casse couille franchement ! . » : TOI AUSSI TU ES CASSE-COUILLE, SAYA !!

Et là, petit hic de mise en page. Les pavés sont pas mal mais là, il faudrait marquer une séparation à partir de « Il faisait plus froid. » sinon ça pique les yeux.
La tenue en noir colle bien au personnage de Darksky.
Le sms de Laura mérite un PO PO PO !
Spoiler:

Et je suis moi aussi tenté de penser à une bromance, en voyant le cœur d'acier de Farvel se briser. Serait-il en train de s'ouvrir aux autres ? Je protesterais parce que ça brise l'edginess du personnage.
Sa façon de parler est tellement éloquente, poétique et sombre. Puis, quand tu places le « soleil venait de disparaître », c'est tout bonnement excellent, parce qu'on a l'impression que les mots de Farvel ont un effet sur le temps. Un peu comme s'il était capable … de modifier la météo.

Son edginess est sublime. On a l'impression qu'il en veut à mort au harem d'avoir été dérangé.
Par contre, quelques maladresses syntaxiques viennent perturber ce fabuleux discours.
Et là, je m'identifie tellement dans le personnage de Faeris parce que ça m'incite à revoir des moments en prépa où j'ai eu ces conversations, quasiment mot pour mot. Sauf que je finissais toujours par arrêter de déprimer.

EUH ??? «  Parce que tu nous intéresse. » : Qu'est-ce que tu entends par là ???
Par contre, +1 pour l'aveu … on se croirait dans une scène racinienne (genre Bérénice ou Phèdre). Farvel est tellement parfait que je l'associe à Bérénice, tandis que Darksky fait figure de Titus peu viril ou du moulin élégiaque Antiochus … (j'ai étudié cette pièce en prépa). Les mots de Farvel sont tellement bien choisis et sont empreints d'une réalité des plus véridiques.

« Le passé c'est révolu » : Wow … ça me fait penser à du Maître Gims dans « Est-ce que tu m'aimes » quand il dit « Pendant ce temps, le temps passe » mais en moins débile …
Par contre, sa leçon de vie sur le fait qu'il faut évoluer est assez sympa et bien écrite (mis à part l'horreur ci-dessus).

« Le bruit d’un sac tombant sur le sol retentit et Darksky vit alors Laura, bouleversé, les fixant. » : Est-ce que Darksky se serait mis à réfléchir ? Ça fait deux fois dans le chapitre. Est-ce qu'il n'est pas cet abruti profond dont tu voulais nous présenter les aventures ?

Bon, la fin sur les larmes de Laura … c'est tellement cliché mais ça en dit long sur eux deux. Perso, c'est peut-être la scène que j'apprécie le moins, d'un point de vue totalement subjectif. Le « interdite » rappelle tellement le style de Heart, terme assez littéraire mais répété en trois lignes, c'est nul. La scène est tellement prévisible et la façon dont Darksky pousse Laura à se souvenir de ce qu'elle a fait est tellement dans le pathétique, genre que je n'apprécie pas tant que ça. Sinon, en toute objectivité, ce passage est vraiment beau.

Ressentiment : C'est sans doute le meilleur chapitre que tu as pu écrire pour le moment. Les personnages sont bien mis en scène, l'action ne manque pas de cohérence et surtout, y a une réelle prise d'intérêt des persos pour Farvel. Y a des passages qui peuvent me déplaire mais il y a un vrai progrès sur la façon dont tu mets ça en scène. C'est vraiment bien écrit, même si on retrouve une ou deux erreurs par ci par là.

Chapitre 05:
Spoiler:
« ne s'échangèrent aucun mots » … le fait de placer un verbe dit pronominal, ça tue direct la scène. Là, c'est moche. Et la phrase suivante est … assez incompréhensible à mes yeux. Qu'est-ce que tu entends par « atteignit la lumière de sa chambre » ? Même en me repassant ça cinq fois, je ne perçois pas le sens.

Et le paragraphe qui suit est bien trop long pour être lu d'une traite, selon ta mise en page. Je l'ai dit précédemment mais ça alourdit ton récit, et le rend nettement plus confus. En devoir sur table, ça peut passer mais pas quand il s'agit d'écriture. (cf le passage avec le fait de sauter des lignes)

Petite incohérence : Tu dis que Farvel a assisté à tous les cours depuis le début de l'année mais étant donné qu'il est nouveau, il en a sûrement loupé quelques uns. Et on pourrait placer le terme « assiduité ». C'est le mot qui convient le plus dans cette situation.

« cela devait être une bonne chose » : c'est une tournure que je qualifie d'anglicisme et qui fait moche quand elle est utilisée à foison. En anglais, ça fait quelque chose « It may be / It should be ... ». Autant pour le « pouvait être touché » ça marche parce que tu as le participe passé … mais le suivant qui est au début du paragraphe est facilement remplaçable. Tu peux mettre « être touché émotionnellement, ce qui était sûrement une bonne chose. ». Tu gardes l'idée de départ avec la perception.

Pour reprendre une remarque de Dai tout à fait pertinente : Marie est censée avoir un 6è sens mais à quoi sert-il ?
Manque un « de » sur le « douter lui ». Et là, j'en viens à penser que tu as eu la flemme de te relire étant donné qu'il y a plein d'oublis de mots.
Et ce paragraphe sur d'éventuels pouvoirs psychiques prouve que les personnages ne réfléchissent pas. Là, on a l'impression d'avoir eu affaire à une bande d'abrutis pendant quatre chapitres. Je ne sais pas si c'est délibéré mais ça paraît gênant. Et en plus, tu inclus cette réflexion dans une pensée de Darksky.
Je ne dis pas que ce personnage est merdique mais la façon dont il est mis en scène est … difficile à discerner. C'est un peu un 1-2-3-soleil : Soit il est amorphe et on a l'impression qu'il avale du crack au petit-déjeuner, soit il est devenu mature sans qu'on s'en rende compte.

« Alors Darksky lui posa une condition mentale : ce soir, tout sera révélé et si tu veux stopper cela, il faudra venir me voir. »
Je ne comprends pas le truc à propos de la « condition mentale ».
Et là, tu commets une erreur dans l'écriture. J'ai dû en faire part dans le chapitre 1 : la question du type de discours que tu choisis d'employer. Tu passes d'une narration zéro à une narration interne, focalisée sur le personnage de Darksky. Soit tu restes sur du narratif et au quel cas, tu racontes l'histoire normalement, ou alors tu opères un changement en passant à une forme de discours direct.
Là, je ne peux toutefois pas dire que c'est parfaitement mal fait parce que tu marques une séparation avec les deux points.
« Cela lui paraissait être une condition plutôt juste. » : Là aussi c'est maladroit. Paraître est un verbe d'état au même titre que le verbe être. Cette tournure est peut-être employée mais pas dans un registre littéraire. « Cela lui paraissait plutôt juste comme condition. » est meilleur.

« leur manoir. Prêt à entamer » : ça doit être une faute de frappe.

Encore une prise d'initiative de la part de Darksky … ça fait beaucoup. Et le lecteur s'imagine bien ce qui risque de se passer quand il a conversé avec Farvel. Et sa tirade est très belle, notamment avec la gradation de subordonnées. C'est quelque chose dont je suis très friand dans mes écrits donc j'approuve quand j'en vois une. Après, je n'ai pas grand chose à dire d'autre parce que c'est une simple restituion de la fin du chapitre précédent.

Passons à la réponse de Miyako : « pourrait posséder » … « posséderaient » tout simplement. En tout cas, le fait d'avoir cette réflexion sur d'éventuels pouvoirs devient de plus en plus plausible au fur et à mesure qu'on progresse. Ça devient limite une sorte de routine pour le harem.
Déjà dit dans la préface mais évite de faire une faute sur le nom d'un perso, en l'occurence Armageddon.

Autre effet de mise en page que je déteste plus que tout, c'est la majuscule quand tu places un verbe d'expression après un dialogue. Là, c'est avec les points d'interrogation / exclamation. J'ai esquivé ce problème en plaçant une virgule à chaque fois. Ça me permet d'éviter d'avoir un caps automatique.

Et là, là, on a un dialogue très captivant. C'est tellement génial, la façon dont tout le groupe débat. Chacun, à part Marie évidemment, a son mot à dire et c'est vraiment plaisant à suivre. Tous les scénarios possibles sont revus et là, Nagisa est quelqu'un de très utile. Et on sent le fatalisme qui s'approche à grands pas sur le harem.

Houlà, MAY I HAVE YOUR ATTENTION PLEASE ! MARIE A ENFIN DAIGNE OUVRIR LA BOUCHE !!! J'aurais cru que tu ne le ferais jamais. Et en plus, ce qu'elle dit a du sens. Une deuxième réplique très pertinente à ajouter et c'est là où on se dit : Pourquoi est-ce qu'elle n'a pas ouvert la bouche plus tôt ?
La façon dont tu caractérise la remarque de Marie fait d'elle la plus edgy du groupe, devant Nagisa. On a l'impression que devant l'évidence, il faut être suffisamment éclairé pour pouvoir la saisir. Donc en gros : Marie > Nagisa > le reste > Darksky.

Une jolie pique de Laura avec le « playboy » … et ce qu'elle dit est maladroit. « Tu n'iras nulle part playboy. D'une : c'est trop dangereux. De deux : tu ne peux rien y faire. ». Et je trouve, personnellement, le terme « agissements » lourd.
« À demi levé / sonné » : Pourquoi demi alors que tu as moitié ?
Après, simple ordre des syntagmes (Woh, quel terme complexe!) : « A moitié sonné, Darksky se laissa glisser. »
Je ne m'attendais pas à ce que Saya sorte un « Wait and see », j'imagine tellement l'accent japonais avec ça. D'ailleurs, autre petit conseil de mise en page : quand tu parles en anglais, il faut mettre ça en italique.
Et un autre « au final » … Un « dernier en revoir » ???

Allez, on passe sur une autre discussion tout aussi passionnante entre Laura et Darksky. On retombe dans le cliché propre à cette fic, à savoir une Laura glaciale et qui domine son interlocuteur, pas foutu de rester un brin sérieux plus d'un chapitre.
Alors, je dois dire que le ressentiment de Laura est parfait. C'est bien écrit et ça dévoile une grande partie du personnage.

« -Mais parce que je t’aime espèce d’imbécile ! » : ça doit être la preuve d'amour la plus mystérieuse que je n'ai jamais lu. On dirait un peu Hiroki et Rika. Et la suite est purement délicieuse parce que ça montre à quel point Darksky est perdu pour l'espèce humaine. Laura le ramène à la réalité avec une manière tellement cinglante, que c'est un régal à lire.

« -Je ne peux pas, dit-il en détournant la tête. Je ne peux pas m’y résoudre. Il faut que j’y réfléchisse. » : NON !! TU NE PEUX PAS AVOIR CETTE REACTION BORDEL !!! Désolé de donner mon avis subjectif mais là, si j'étais Laura, je me défoulerais sur cet abruti. Il est d'une classe totale (ironique). Et j'imagine bien ce qu'il peut avoir dans son « cerveau » quand il tourne à plein régime.
Ce gars, c'est le Cyrano de Bergerac du pauvre. Il n'a personne pour lui dire ce qu'il faut dire à Laura.

Et là, la suite est vraiment pas mal aussi, avec cette introspection sur Darksky. Et c'est renforcé par la mise en page. On n'est pas paumé dans cette réflexion.
Et à voir la remarque de la sexy Miyako, je crois que les filles considèrent Darksky comme un boulet encore plus fini.
Par contre, Farvel, on s'en tape complètement … et c'est un excellent choix. Perso, je pense que le lecteur attend également des détails sur les relations entre les personnages et surtout sur le couple Laura-Darksky.

Mise en page toujours : pourquoi des guillements puis après des tirets … ?
Je trouve que Laura cède facilement à la question de Darksky. J'aurais espéré un petit « Je n'ai rien à te dire, pauvre type. ».
« Alors. Je voudrais te demander l’impossible. Mais je vais quand même te le demander » : Déjà, une virgule à la place du point mais bon … et ben c'est pas tellement logique ce qu'il dit. La prétérition est mal faite et c'est dommage.
Et il se rend compte qu'il est con ! C'est un signe d'intelligence...

Mais là, Laura adopte le bon comportement, quoiqu'elle sourit un peu trop vite, elle qui était encore glaciale quelques minutes avant. Ce que je pense de tout ça, c'est que la conversation dans le parc est trop brève. D'accord, y a le côté romance et touchant mais je trouve qu'il manque quelque chose, comme l'attitude de Laura après qu'elle a entendu le « manque de maturité », ou même des expressions faciales … ça apporterait plus de relief à la conversation. Là, telle qu'elle est, on croirait voir une simple discussion entre deux personnes de sexe opposé, sans plus.

Ressentiment : Moins edgy que les autres, ce chapitre adopte une tonalité différente. Farvel est complètement laissé de côté, laissant donc le harem. On a enfin une VRAIE discussion entre Laura et Darksky, ce qui manquait avant. Chacun domine tour à tour et c'est plaisant de voir enfin Darksky faire bon usage de sa matière grise.

Chapitre 06:
Spoiler:
L'homophonie sur le « l'aura spéciale que dégageait Laura » m'émoustille …
Bon, visiblement, nous sommes repartis dans un chapitre qui traite de l'ouverture au monde de Darksky. Comme quoi, l'instrospection a du bon et peut sauver un débile de la connerie parfaite.

OH !!!! MAIS QUEL PLOT TWIST !!! GOOD GAWD ALMIGHTY !! GOOD GAWD ALMIGHTY !!! HE'S BACK !!! THE BLUE-HAIRED EDGEKING IS BACK !!!! AS GAWD AS MY WITNESS, HE IS BACK !!!!
(désolé pour cet emballement mais je n'avais pas lu le chapitre au moment où j'ai débuté la review)
Un peu de maladresse dans l'expres​sion(inverse le verbe et le complément circonstanciel de manière : "demandé d'une voix claire").
Le suspense est à son comble avec ce retour fracassant …

Et je suis super déçu de la tournure que ça prend : On se met en cercle pour les présentations … Mon dieu, on se crorait en fin de maternelle quand tout le monde se met en cercle pour dire son prénom.
Et, je suis assez surpris de la réaction d'ignorance de la part de Farvel sur le duel de monstre, même si je me doute bien de ce qui va se passer. Saya est toujours aussi diplomate, parlant avec un tact incomparable …
Je suis déçu de la façon dont Farvel s'intègre au club. J'aurais pensé qu'il serait un peu edgy dans le sens : «Ne te fais pas d'idée. Je viens avec vous parce que j'en ai envie. Ne vas pas croire qu'on est potes comme cochons. ».
Un « après que » suivi d'un subjonctif … je soupire.

Marie sert enfin à quelque chose … et le fait qu'elle n'arrive pas à percevoir l'intérieur du voile de Farvel renforce l'idée précédente sur d'éventuels pouvoirs, insisté par le doute dans Laura.
Il manque quelques mots pour le sens des phrases.
Sinon, la touche humoristique sur le talent en Duel de Darksky, ainsi que le talent aux cuisines. J'aurais bien voulu le voir tenter le poulet supplément œufs.

Oh … oh … attention, Laura se ramène en tenue légère, limite coquine … que va-t-il se passer ? Ah … ben non en fait, il se contente de garder la bouche fermée. (Et dire que j'ai LA musique qui va avec ce passage --> https://youtu.be/VLnWf1sQkjY). Et tu fais bien de montrer à quel point ses pensées ont changées par rapport au passé. Le « inédites » est bien placé. Et je peux placer une citation de Code Lyoko devant les talents de cuisinier de Darksky : « L'amour, ça rend les gens complètement idiot ».
Cela dit, j'ai eu l'occasion de faire des spaghettis à 3h du matin et y avait pas assez d'eau et trop de pâtes, ce qui fait qu'une grande partie collaient à la casserole … (j'ai mangé les plus durs et j'ai passé 2h à gratter la casserole).

J'aime les cours entre Laura, Nagisa et Miyako. Par contre, je reprends un peu espoir en Farvel qui ne veut pas être avec des gens en cours. Faites qu'il reste comme ça.

Haan, le joli mot qu'est « obombrer ». C'est génial ces vieux mots. Sauf que quand tu racontes une histoire avec un registre courant, placer du soutenu fait parfois tache. Les jolis mots, c'est bien mais faut pas exagérer.

Tiens, le cliché ma foi fort merveilleurx du tournoi. Et je vois à quel point tu changes totalement ton axe de narration, passant de l'épineuse relation entre Laura et Darksky pour se concentrer sur Farvel.
Bon, la mention du harem de Draco hein, voilà... rien à dire.

Ah, une discussion entre Farvel et un personnage féminin. Ça n'était pas encore arrivé. … Eidolon ? Sérieux ?
Sinon, je ne vois pas trop ce que je pourrais redire. La conversation n'est pas maladroite, on a envie de voir la réaction de Laura sur le talent progressif de Farvel. Et comme je l'attendais, une conversation où Darksky tient le crachoir …

A partir du lendemain … le paragraphe est affreusement long. 32 lignes … soit plus d'un recto sur une feuille à carreaux, et encore comme c'est sur ordi ... Là, tu ne peux pas raconter ça sans faire de coupes. C'est beaucoup trop long.
Le fait que Farvel soit placé en mode Rocky Marciano du Duel était largement prévisible. Non pas que ce soit moche mais fallait s'y attendre.
Et là, on revient sur les doutes. Je l'attendais celle-là. Le coup du « c'est trop beau pour être vrai » est bateau mais tient le lecteur en attente.

ET UN EXCELLENT CLIFFHANGER TOTALEMENT CLICHE MAIS FORMIDABLE !!!
On revient sur un Darksky totalement débile et un soupçon général du harem sur Farvel.
Et, simple réflexion personnelle : l'évocation du terme « climax » me fait penser au plus grand tournoi de catch du Japon, le G1 Climax, souvent pourvoyeur d'excellents matchs, et qui débouche sur la grande finale à Tokyo.

Ressentiment : Un chapitre très plaisant … ponctué par d'étonnants plots twists dont le plus étrange reste celui où Farvel rejoint le groupe. J'avais espéré voir Darksky garder son attitude mature mais … non, il redevient un abruti, qui gagne quand même un homme dans son harem. Après, on part sur une suite de topos littéraires propres à une fic YGO (tournoi, gars débutant et invaincu en mode oklm, soupçons sur la victoire, …)
Points positifs : Marie discute un peu plus et Laura est sympa. Miyako a toujours ce caractère qui la rend sexy et je comprends pourquoi tu l'apprécies beaucoup.

Ressentiment général:
Spoiler:
Ressentiment général : Une fic très sympa à lire. L'intrigue est plutôt bien orchestrée. Y a des évolutions nécessaires attendues et obtenues sur les personnages et leurs relations. Farvel est classe en mode ultra edgyking. Cependant, les personnages sont souvent réduits à des abrutis incapable de réfléchir de façon posée et en permanence. Darksky est un cas à part mais les montagnes russes émotionnelles qu'il subit et son activité latente ne le rend pas appréciable aux yeux d'un certain type de lecteur. Y a du bon, voire du très bon en matière de dialogues et de descriptions.
Le seul hic majeur réside dans la forme de ton récit. Et par forme, je veux dire orthographe, syntaxe, grammaire et clarté d'expression. Le style est souvent maladroit, voire terriblement confus par endroits. Et avec une relecture très sérieuse et pointilleuse, la fic serait encore meilleure.


avatar
Messages : 284
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Fic] L'inexistence

le Mer 23 Aoû - 12:07
Chapitre 7 : Attente

Assis sur la barrière du balcon, Farvel regardait le soleil se lever à l’horizon de la ville. Le vent frais des hauteurs faisait onduler ses longs cheveux bleus. Comme à son habitude, il n’avait pas vraiment d’expression. Il entendit la première porte s’ouvrir. C’était Nagisa. Elle était encore dans son pyjama, un t-shirt manche longue et un pantalon blanc à pois rose. Les cheveux en batailles. Elle s’avançait au milieu de la grande salle qui faisait office de salon pour toutes les chambres. Elle s’arrêta pour observer ce qu’il y avait sur la table et frotta ses yeux. Elle n’avait pas l’air réveillé. Lorsqu’elle aperçut Farvel, elle vint vers lui. Elle ouvrit la porte vitrée donnant sur le balcon et s’appuya sur la barrière à côté de Farvel.
Le ciel se colorait d’une douce couleur orangée. Les boules de coton voguaient avec tranquillité dans l’océan céleste. Les premiers rayons apparaissaient, illuminant toute la ville. Les ténèbres cédaient peu à peu la place à la lumière de l’astre suprême. L’aube d’un jour nouveau, piégé dans un cycle éternel.
-Cela fait longtemps que tu es levé Farvel ? demanda Nagisa.
-Quelques temps oui.
-Tu assistes tous les matins au lever du soleil ?
-C’est calme.
-Oui… je comprends. Moi aussi j’aime la tranquillité.
Farvel tourna son regard vers elle, la transperçant de son regard immobile. Les yeux, toujours fixé sur l’horizon, elle continua :
-Il fut une époque où… j’étais seule. Je m’étais réfugié en moi-même. Pourtant, je n’étais pas tranquille.
Elle s’arrêta.
-Les démons du passé, reprit-elle. Ce n’est pas parce qu’on est seul que l’on est en paix avec soi-même. Toutes mes journées, j’étais tourmenté par mon passé. Que ce soit les décès ou les souvenirs de joyeuseté. Et puis… je les ai rencontrés… Ils m’ont tirée, non sans heurt, de la ma solitude peiné. Si sur le moment, ils m’avaient déstabilisé, je n’ai ensuite jamais regretté. Ils m’ont sauvée. Ils m’ont tiré de ma solitude destructrice. Parce qu’ils avaient tous vécu des évènements similaires. Parce qu’ils n’aiment pas voir des gens souffrir inutilement. Ils m’ont aidée comme ils t’aident maintenant.
Elle s’arrêta à nouveau, détournant le regard vers la rue calme.
-Maintenant, je suis tranquille. Vraiment tranquille. Pourtant, je ne suis pas souvent seule mais je sais que mon esprit est en paix. Je peux les remercier. Ah… Je ne voulais pas être aussi longue. Désolé… Mais je voulais simplement te dire, Farvel. Si tu en conflit avec tes pensées, délivre-les nous et nous pourrons surement t’aider. Nous avons tous vécu de fortes expériences, nous avons tous eu un passé douloureux aussi. Mais ce n’est pas une raison pour rester dans la douleur.
Farvel posa à nouveau son regard dans les boules de coton.
-Désolé, je ne suis pas encore totalement réveillé. Je ne voulais pas te dérangé. Je repars me changer.

Nagisa s’éloigna et partit dans la salle de bain commune, laissant Farvel dans ses pensées brumeuses. Lorsque la seconde porte s’ouvrit, Farvel se laissa tomber de la barrière et disparut sous le balcon. La seconde personne à s’être réveillé n’était autre que Miyako, elle aussi dans sa robe de chambre et les cheveux défaits. Elle se dirigea directement vers la salle de bain pour toquer à la porte. Nagisa demanda qui s’était et Miyako lui répondit. La porte s’ouvrit et elle rentra également. Petit à petit, tout le monde se réveillait, certains plus tard que d’autres. Saya fut la dernière levée et lorsqu’elle sortit de la salle de bain, Farvel était revenu et tous s’étaient rassemblés devant l’entrée de l’hôtel. Elle les rejoignit en vitesse et les deux groupes qui n’en formait qu’un, se rendirent au stade. Il était temps pour les phases finales. Le grand jour était arrivé. Ambre, Maya, June, Asuna (le groupe de Draco et Angela) et Nagisa, Miyako, Marie, Saya encourageaient tous les finalistes sur le trajet. Même si Farvel faisait exprès de marcher en périphérie du groupe, il n’arrêtait pas de se faire aborder par une fille, puis une autre. Elles voulaient lui souhaiter bonne chance puis essayaient d’entamer une discussion, qui échouait car s’apparentant plus à un monologue.

Ils arrivèrent une trentaine de minute avant l’heure prévue. Ils patientèrent quelques instants dans l’énorme halle d’accueil du stade. Lorsque l’heure fatidique arriva, l’écran géant s’alluma soudainement et apparut deux présentateurs en costar cravate. Le premier était un homme à la quarantaine, semblant légèrement enveloppé et le second était plutôt maigre, la trentaine avec peu de cheveux sur la crane.  Le premier prit la parole :
-Bonjour tout le monde et bienvenu sur la diffusion en direct du championnat junior de duel de monstre ! Je suis Michel Le Blanc…
-…Et je suis Marc Dumasse.
-Comment ça va Marc ?
-Superbement bien ! Nous allons commenter la finale ! Et rien que pour ça, ça me mets de bonne humeur, Michel.
-Très bien, reprit Michel. Nous allons do,c faire un récapitulatif des évènements de hier pour ceux qui n’était pas présent.
-Effectivement Michel, rappelons que ce tournoi est d’ores et déjà sans précédent dans l’histoire de tous les championnats Junior. En effet, la seule personne ayant réussie à finir sans aucune défaite dans le classement à la fin des journées de rondes était Flame Crimson, l’un des plus grands joueurs de l’histoire. Il était le seul à avoir réussie un score parfait après les cinquante rondes de qualifications pour le championnat du monde et par la suite gagner le tournoi en ne perdant que deux duels dans les phases finales. Car comme vous le savez tous, lors des phases finales, pour gagner une rencontre contre un adversaire, il faudra être le premier à gagner 3 duels. Donc il est autorisé de perdre quelques fois quand même.
-Oui, c’est le gros changement par rapport aux phases de rondes. Cependant, ce n’est pas exactement la même chose ici car il n’y a que trente rondes, cependant, c’est tout de même une incroyable performance signé par Farvel. Une performance historique !
-Est-ce que Farvel serait le prochain Crimson Flame du duel de monstre ? Vous le saurez aujourd’hui !
-Nous avons donc déjà présenté le premier du classement. Passons au second, Hielo Iliamante. Il était le favori et maintenant l’outsider ! Va-t-il revenir prendre la première place ?
-C’est toujours possible, Michel. Il se peut que Farvel ne soit pas au meilleur de sa forme aujourd’hui et cède sa place à Hielo, même si ça semble mal partit au vu de ses deux premiers jours.
Les présentateurs continuèrent d’énumérer les qualifiés au top 8 en précisant leurs panthéon puis vint le tableau des matchs.
-Comme le veut un bon top huit de championnat, nous gardons la recette traditionelle, déclarait Michel. Le premier jouera contre le dernier, le second contre le septième, le troisième contre le sixième et le quatrième contre le cinquième. Les points d’équipes ne compte plus ici, vous ne gagnez plus que pour votre gloire personnelle et pour attirer un maximum les équipes professionnelles pour avoir le choix plus tard.

Le groupe regarda le tableau et virent les matchs suivants :
Farvel  contre Nagisa
Hielo  contre Darksky
Laura  contre Angela
Draco  contre Planta

-Wow, c’est vachement excitant. Regardez ça ! Farvel va affronter un membre de son équipe pour son premier, Nagisa ! Pourrait-elle le battre ?
-J’en doute fort Michel ! Et derrière, Hielo contre Darksky ! Darksky fut un des heureux élus à prendre un duel contre Hielo durant les phases de rondes. Pourrait-il faire de même en le battant dans un match allant en 3 duels gagnant ?
-Laura contre Angela semble également l’un des gros chocs du tournoi. En effet, elles ont déjà eu l’occasion de s’affronter par le passé de nombreuses fois. Et Laura avait perdu face à Angela lors des phases rondes mais elle avait fini devant au classement.
-Et en dernier, Draco contre Planta, ça promet un duel intense. Préparez-vous à voir du grand jeu aujourd’hui ! Car ce sont des rencontres de titans que nous voyons ici !

Tous les finalistes se dirigèrent vers le stade, le disque de duel prêt et le deck mélangé. Après quelques minutes, Farvel et Nagisa se firent face. L’un impassible, l’autre un poil hésitant.
-Donne tout ce que tu as ! S’écria soudainement Nagisa.
Puis elle activa son disque de duel. Farvel sans répondre, activa le sien et le duel se lança. Après plusieurs tours, le premier duel pencha rapidement en faveur de Nagisa, à la surprise générale des spectateurs. Nagisa, dans son extrême concentration, n’avait pas encore remarqué cela. Lorsqu’elle ordonna son attaque létale et réduisit les points de vie de Farvel à zéro, une énorme agitation balaya le stade. Farvel venait de perdre son premier duel du tournoi et ce ne fut même pas serré. Nagisa était mi-choqué, mi-heureuse d’avoir battue Farvel. Cela n’était pas arrivé depuis qu’il avait reçu son nouveau deck.
Le second duel se lança et cette fois-ci, et ce fut Farvel qui le remporta rapidement avec une gigantesque attaque sur le troisième tour annihilant toutes chances à Nagisa de remporter le duel. Puis Nagisa remporta la suivante avec une extrême maitrise de la partie et de ses ressources. Les commentateurs étaient devenus de plus en plus incertain quant à la victoire de Farvel lors du tournoi. Finalement le quatrième duel scella tout espoir pour Farvel. La game fut rapide et il perdit rapidement sous les multiples combos de Nagisa. Farvel perdit donc au quart de finale un à trois. Les commentateurs et le stade étaient en folie. Farvel serra la main à Nagisa comme convenu à la fin de chaque duel et quitta le stade sans un mot, laissant Nagisa hébété au milieu du terrain.

Les matchs des quarts se terminèrent. Laura l’emporta face à Angela au terme d’une des rencontres des plus serré de toute l’année, trois à deux. Hielo battit Darksky trois à zéro sans aucun suspense. Planta gagna face à Draco trois à un après un match compliqué. Le temps que le staff s’occupait de mettre en place les demi-finales, le groupe de Darksky se réunit sans Farvel, pendant qu’il était encore dehors, suite à sa défaite.
-Laura ? demanda Nagisa. Vu que Farvel ait perdu dans un match plutôt que j’ai mené tout le long, qu’est-ce qu’on fait ? Parce qu’il n’y a plus aucun moyen de découvrir s’il a triché ou pas.
-Que veux-tu qu’on fasse ? De toute façon, il n’y a jamais moyen de découvrir le moindre truc sur lui. On continue le tournoi puis c’est tout. Il ne reste plus que toi et moi de toute façon. On arrête de penser à ça et on se concentre pour gagner nos prochains matchs, n’est-ce pas Darksky ?
-Mais je me suis donné à fond !
-Ton erreur était de surestimer ton adversaire avant même que le duel commence. Et pourtant, tu avais quand même réussie à la battre en ronde. Tu m’impressionneras toujours.
-C’était un coup de chance ! Et en quoi c’est mal de surestimer mon adversaire ? Hielo, c’est quand même le plus fort du circuit national !
-Et toi tu as sauvé le monde. Mais il vrai que ce n’est pas vraiment le même environnement de duel. Tu ne sais donner ton maximum que lorsque tu es au fond du gouffre. Tu ne devais pas perdre contre Hielo pour avoir ta place en top 8. Là, même si c’était les phases finales, tu avais moins de pression, ça se voyait. M’enfin, tu as encore beaucoup de choses à apprendre Darky.
Darksky fit une moue déçu.
-Je compte sur toi Nagisa pour ne pas faire son erreur, reprit Laura. Tu es contre Hielo pour le prochain match.
-Oui ! opina Nagisa.
-Bien, allons-y.

La suite du tournoi réserva encore son lot de surprise. Nagisa contre toute attente battit Hielo dans un match d’une extrême tension, trois à deux ; tandis que Laura perdit un à trois contre Planta. La finale fut un grand match et ce fut Nagisa qui remporta la coupe en battant Planta trois à un.
-Nagisa a fait preuve d’un incroyable talent aujourd’hui ! s’exclama Michel. Tout le monde, moi compris, la sous estimait. Personne ne la voyait arriver jusque-là mais c’est bien elle qui a vaincu et qui possède maintenant la coupe national du championnat junior. Elle n’a pas démérité, certainement pas.
-Oui effectivement, cette victoire ouvre de nouvelles perspectives quant à la prochaine scène compétitive. Nagisa pourrait être une des icônes montantes, avec Farvel n’oublions pas. La nouvelle génération de duellistes se profile. Ça donne des frissons n’est-ce pas Michel ?
-Oui tout à fait Marc. Le duel de monstre n’est pas mort et ne le sera pas avant un bon moment les amis. Pour l’heure, il est temps de se quitter. Cette journée fut riche en rebondissement et tous les pronostics furent chamboulés. Ça parait incroyable mais tous ceux qui s’étaient reposés sur les résultats des rondes pour pronostiquer furent dans le faux. On espère avoir un évènement aussi incroyable pour la prochaine édition et sur ce, on vous dit en revoir.

L’écran de la télévision s’éteignit et après la cérémonie de remise de la coupe, Nagisa fut accueilli dans le groupe avec une grande effervescence. Elle était au centre de l’attention. Le soir, Farvel avait prévenu Darksky qu’il reviendrait tard dans la soirée. L’alcool rapporté par Maya et Saya coulait à flot et même si Laura protesta un moment contre leurs présences, elle ne put résister très longtemps. La soirée commença et ce fut la plus agité de toutes.

Le lendemain, le groupe de Darksky fut le premier à partir dans le bus. Farvel, que personne n’avait remarqué durant la soirée, était avec eux. L’évènement était finit et tout le monde profita de son repos bien mérité. Surtout Saya qui ne se sentait pas très bien. Après être tous rentrés, les jours passèrent dans la même routine qu’auparavant. Si Farvel était toujours plus fort que tous les autres au duel de monstre, il avait tendance à se laisser battre et au fur et à mesure des semaines, il redevint au même niveau que tous les autres. De temps en temps, Nagisa recevait des compliments suite à sa victoire au lycée, en réponse elle souriait, gêné, puis reprenait son activité. Cela faisait quelques temps que cela s’était déroulé mais pourtant, elle avait toujours une sensation irréelle, une fausse perception de son état de fait. Elle avait du mal à accepter sa victoire. Miyako expliquait que c’était naturel dû à son caractère très introvertie et qu’elle ne devait pas trop se faire de soucis.

La réunion d’Avril débuta et ce fut Miyako, cette fois-ci, qui présidait. Il était vendredi, le coup de onze heures avait retenti.
-Bon, nouvelle réunion. Et même si il n’y a rien qui se passe, qu’on se fait méga chier, je vais laisser la parole à Laura, la pessimiste extrémiste, car c’est à cause d’elle que nous sommes tous ici. Laura ?
-Va te faire, la rousse. Bon. Déjà, je vais « m’excuser » d’avance mais je vais vous dire ce que je pense réellement. Farvel représente encore un danger, dit-elle en insistant sur chaque mot.
-Mais… pourquoi tu penses ça ? demanda Nagisa. Je veux dire… il est gentil avec nous et… il n’y a jamais eu d’incident.
-Il est louche. Je suis désolé, mais pensez-y aussi. Il n’est pas normal.
-Car tu es assez omnisciente pour connaitre la normalité ? railla Miyako.
-Ferme-la, tu sais très bien ce que je veux dire.
-Certes, mais on n’avance pas là et on a rien pour avancer, rétorqua Miyako. Farvel n’a rien donné depuis qu’on sait que c’était un dieu du duel puis qu’il a été déchu e que c’est bizarre qu’il ait tant perdu en niveau.
-C’est faux, répondit avec satisfaction Laura. Je savais que tu allais dire ça, et ça montre à quel point tu ne cherches pas plus loin que le bout de ton nez. Ecoute bien la réflexion. Ce qu’on savait de Farvel au moment du tournoi, c’est qu’après les deux premiers jours, il était imbattable. Trente à zéro quand même. Puis il perd contre Nagisa, trois à un. Mais revenons sur son score de ronde. C’est fou pour une personne ayant appris le jeu deux mois auparavant, n’est-ce pas ? Moi je dis impossible. Le duel du monstre, ça s’apprend avec l’expérience. Il faut faire énormément de duels. Il faut analyser, construire son deck, le jouer, connaitre toutes les situations de jeu et pour ça, ça prend du temps. Pourtant, ce n’est pas son cas. Même en jouant activement chez lui, ça ne permettrait pas de venir faire un trente zéro dans le championnat de France car il y a des personnes qui y ont dédiés leurs vies. Aucune erreur, jamais ? Nous on en fait toujours. Même Hielo.
-Donc, tu le soupçonne toujours d’avoir triché ? Pointa Saya.
-Bien sûr. Il a triché. Je ne sais pas comment, ni pourquoi mais il a triché et ce, depuis qu’il a appris le jeu. Parce que ce n’est pas normal qu’il ait pu nous ouvrir en deux pendant l’entrainement avant le championnat. Parce que oui, le fait qu’il était invincible en duel, ça ne date pas du tournoi, mais de seulement cinq semaines après avoir appris à jouer. C’est pour ça que je dis impossible.
-Certes, certes, ça on le savait déjà, intervint Miyako.
-Oui, mais c’est important de le rappeler parce que le tournoi date déjà d’un mois. Passons au point névralgique. Sa défaite contre Nagisa. Pourquoi s’il pouvait tricher et n’avoir, grâce à sa triche, aucune défaite. Pourquoi il perdrait contre Nagisa ? De là, j’ai déduis deux choix probables. Soit il ne voulait pas tricher contre un membre de son équipe et donc a joué normalement contre Nagisa et a perdu parce qu’il est mauvais. Et qu’en plus de ça, il ne triche plus en jouant contre nous au club. Soit, on part plus loin et on se dit qu’il possède bel et bien certains pouvoirs psychiques et il a senti d’une manière ou d’une autre nos intentions et a décidé de perdre exprès afin de redevenir à un niveau normal pour faire baisser nos soupçons. La seconde option donne implicitement la méthode de triche qui est probablement de l’ordre psychique tandis que dans la première, on ne sait toujours pas comment il triche. Alors ? Qu’est-ce que vous en pensez ?
-Je ne sais pas vraiment, répondit Darksky. En fait, ce que je ne comprends pas, ce sont les raisons derrière ses actes. Genre, pourquoi il tricherait ?
-Moi, je préfère la première option, répondit Saya. Honnêtement, on ne sait pas s’il a des pouvoirs psychiques déjà, donc tout le raisonnement est construit sur un château de cartes en mousse. Ou alors, c’est la seconde mais avec quelques modifications. Parmi lesquelles, il n’a pas de pouvoirs psychiques. Peut-être il nous a entendus ? Peut-être qu’il s’est simplement rendu compte qu’il en faisait trop. Il n’a pas eu de liens avec d’autres personnes depuis des années il parait. Il a probablement simplement fait des erreurs.
-Oui, je suis d’accord avec Saya sur ce point-là, ajouta Miyako. On peut rajouter cette troisième option.
-Mais elle n’explique pas la triche, rétorqua Laura.
-Il faut arrêter de tout vouloir expliquer, répondit Miyako. Là, on sait juste qu’il doit « probablement » tricher et qu’il trichait « probablement »  contre nous.
-Très bien, très bien.
-Mais du coup, que faisons-nous ? Demanda Darksky.
-Eh bien, j’allais y venir, dit Laura. Je propose qu’on aille faire un pique-nique avec Farvel.
-Hein quoi ? s’étouffa Saya.
-Un pique-nique ? railla Miyako. Tu veux lui faire manger tes magnifiques sandwichs ?
-Exactement ! s’exclama Laura. Et on va tous passer un bon moment parce qu’après, on a les exams. Et que si Farvel représente toujours un danger, au moins ce n’est pas immédiat et ce n’est pas en devenant froid avec lui que ça va arranger les choses. Il faut attendre les opportunités et pour cela, il faut passer du temps avec lui. Et autant qu’on se détende. Surtout toi Darky, finit-elle avec un clin d’œil.
-Pas besoin du clin d’œil tu sais… marmonna Darksky gêné.
-Tu as dit quoi Darky ? demanda Laura.
-C’est bon c’est bon. Laisse tomber.
-Très bien ! Du coup, qui est partant pour un méga pique-nique sur la falaise de la cote ?!
Tous s’exclamèrent et ce fut décidé rapidement. La semaine prochaine, ce sera l’après-midi au bord de la côte. Saya était déçu qu’il fasse encore trop frais pour aller se baigner. Elle ne pouvait pas essayer son magnifique maillot jaune qu’elle avait acheté avec Nagisa durant les soldes.

La semaine passa rapidement. C’était la période juste avant la période des révisions et l’ambiance des terminales étaient encore joyeuse. Lorsqu’on proposa à Farvel d’aller pour le pique-nique en précisant bien que c’était pour le club, il accepta comme il avait l’habitude de faire et ils décidèrent ensemble de ce qu’ils devaient préparer pour la nourriture et les boissons. Le vendredi arriva avec son après-midi dédié aux clubs. Dans quelques heures, ils partiront.

Nagisa lévitait dans le ciel, sautant de nuages en nuages. Elle s’arrêta après un saut de quelques kilomètres pour observer le paysage vert qui l’entourait. Scrutant les arbres en contrebas qui sortaient de leurs hibernations hiémales, elle les vit grandir puis la dépasser. Elle sauta de son nuage pour atterrir sur une des branches en fleurs. Elle montait haut, très haut dans le ciel puis elle atteignit l’espace. La Terre était si petite vue d’en bas. Les arbres prirent une teinte jaune, puis marron et se flétrirent. Leurs feuilles tombaient, leurs écorces s’effritaient et leurs troncs se désagrégeaient. Nagisa tomba. Elle vit le sol se rapprocher à une vitesse vertigineuse pour le traverser. Elle vit les couches de sédiments, les fossiles gisant et tomba dans l’eau. Sentant qu’elle n’arrivait plus à respirer, elle se dépêcha de rejoindre la surface qui semblait si proche. Mais la couleur si claire de l’eau s’obombra et se fut les ténèbres absolues. Elle sentit sa dernière heure arriver. Un poisson passa devant ses yeux et elle vit sur son écaille le reflet de ses yeux dans lequel elle plongea. Elle était debout dans une salle de classe. Si les murs ondulaient et que les tables n’avaient plus de pieds, elle reconnut la salle du club de duel. Sur le tableau, il était écrit en lettres blanches : « Ne regarde pas en bas ». Elle baissa ses yeux et vit son propre corps inanimé sur le sol avec un filet de sang coulant de sa bouche. Elle se réveilla, toujours dans la salle du club, goutant du sang sur la pulpe de ses lèvres. Derrière la fenêtre, le soleil se coucha. Il faisait nuit dehors. Elle se leva. La lumière du tableau s’alluma et elle vit écrit en lettre sang : « Excuse-moi ». La porte s’ouvra et le soleil revint. Marie entra dans la salle et fixa Nagisa de ses yeux vides.
« Ne cherches plus à te réveiller Nagisa, tu es morte désormais. »
La lumière du tableau s’éteignit. Il faisait nuit. Marie disparut. Elle entendit le murmure de la voix de Laura derrière elle.
« Désolé, mais tu ne méritais pas ta victoire. »
Elle se retourna juste à temps pour voir l’ombre de Laura disparaitre dans la nuit. Nagisa recula par crainte jusqu’au fond de la salle. Elle sentit une main toucher son épaule, elle tourna instantanément la tête. Farvel la fixait avec son regard de glace. Elle vit son reflet dans ses yeux, ou plutôt, le reflet de son cadavre. Puis la lumière blanche fit disparaitre tout ce qui l’entourait et une myriade de couleurs apparut pour flotter dans le vide. Puis elles éclatèrent toutes lorsqu’une main immense s’avançait, sans ralentir, vers elle. Les doigts se refermèrent sur son regard.
Elle se réveilla brusquement sous les secousses de son oncle. Elle ouvrit ses yeux, embrumés par le sommeil et vit son oncle penché sur elle, le regard inquiet.
« Mince, je vais être en retard ».

La matinée passa rapidement et ils se retrouvèrent tous au club l’après-midi. Les affaires étaient toutes préparées et ils prirent le bus pour se rendre sur la côte. Après être déposé, ils marchèrent quelques temps pour arriver au bord de la falaise. C’était une grande étendu verte, avec quelques arbres dispersé çà et là. La brise marine amenait l’air salé et le ciel sans nuage donnait un emplacement et un temps idéal pour un pique-nique. En longeant la falaise, il était possible de prendre un chemin dans la roche qui menait directement dans l’une des plages mais l’eau étant froide et la saison pas encore assez avancé. Ils n’avaient pas prévu de se baigner. Ils commencèrent donc à s’installer.
Saya sortit de son sac son nouveau maillot et elle se prit directement une remarque cinglante de Miyako.
Le repas commença. C’était un apéritif dinatoire qui faisait office de déjeuner. Chips, saucisse cocktail, carotte en bâtonnet, tarte et pizza était à l’ordre du jour. Après dégustation, Darksky partit rapidement faire du frisbee avec Saya dans un espace sans arbre et éloigné de la falaise. Miyako les rejoignit quelques minutes plus tard. Nagisa parlait avec Laura de sa recette de tarte et de comment elle pouvait l’améliorer. Farvel était assis autour de la nappe blanche à carreau bleu et rouge et fixait l’horizon. Marie qui mangeait lentement comme à son habitude, finissait la dernière carotte en bâtonnets. Avant de croquer, elle se tourna vers Farvel.
-Tu ne te trouves pas triste ?
Elle croqua dans la carotte. Farvel se tourna vers elle avec son regard emplit d’une éternel lassitude. Elle lui tandis le bout de carotte qui lui restait dans la main.
-Tiens, Oh! Être emplit de tristesse. Mange mon offrande, que cela te redonne le sourire.
Il prit le demi-bâtonnet et le croqua à son tour. Il l’avalât rapidement après quelques mâchements.
-Merci.
Marie fit une moue déçue.
-Tu n’es pas drôle, toi. Même si mon frère est bête, au moins il me fait rire.
-Désolé.
-Pourquoi tu es venu dans ce club ?
-…
-Personne ne te l’a demandé ?
-Non.
-Alors, je suis la première. Pourquoi tu es venu ?
-Pour apprendre le duel de monstre.
-Très bien, j’ai compris, répondit Marie vexé. Profite bien de ta tristesse.
Elle se leva et partir jouer au frisbee. Nagisa qui avait remarqué la tournure de la discussion du coin de l’œil, ne fit rien et continua d’écouter Laura, non sans fixer le Farvel pensif. Miyako quitta, quelques instants plus tard le groupe du frisbee et joignit Laura et Nagisa dans leurs conversation. Darksky proposa à Farvel une partie de frisbee. Il refusa poliment. Le temps passa tranquillement. L’après-midi se finit sur des duels avec pari. Le résultat fut que Darksky du se teindre les cheveux en rose pour la durée du weekend et que Laura dut jouer à saute moutons avec Marie et Nagisa. Farvel se contenta d’observer et participa à aucun des jeux. Lors que le soleil commençait à tomber, les voitures du majordome de Darksky et Marie, ainsi que celle de de l’oncle de Nagisa vinrent ramener les adolescents chez eux. L’après-midi fut longue et malgré les rires, un voile de déception teinta cette belle journée.


avatar
Messages : 1062
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Fic] L'inexistence

le Mer 23 Aoû - 12:33
Je suis quand même surpris de voir que Farvel se fasse jeter dès les quarts de finale ...

Par contre, je suis absolument stupéfait devant la beauté de ce chapitre. Il est tout simplement excellent à lire. Les dialogues sont très bien rédigés et avec des effets de style vraiment appréciables, dont cet excellent "qu’il doit « probablement » tricher et qu’il trichait « probablement »'' du plus bel effet.

Farvel est toujours aussi edgy. Et les personnages sont assez bien développés dans la psychologie.

CE RÊVE DE NAGISA EST BON ! La progression du rêve au cauchemar, passant des cieux au sang, c'est simplement splendide.

Le seul truc que je trouverais à redire, c'est à propos de la petite réunion. Pourquoi attendre un mois avant de revenir dessus ? Généralement, si t'as des soupçons sur la victoire de quelqu'un, tu fais ça juste après l'événement en question. Après, c'est vrai qu'un délai entre les faits et la réflexion, histoire que les choses refroidissent, ça peut être sympa. Mais là ... je suis plus que perplexe.


avatar
Messages : 284
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Fic] L'inexistence

le Mer 23 Aoû - 13:38
Oui, c'est vrai que j'aurais du préciser qu'ils en avaient déjà parlé avant sans plus et que la réunion était surtout là à cause de Laura et qu'elle voulait rappeler les choses et proposer le pique-nique.


avatar
Messages : 1062
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Fic] L'inexistence

le Mer 23 Aoû - 14:23
D'accord ... mais en tout cas, je crois, avec un jugement révisé par rapport aux chapitres précédents, que c'est le meilleur de tous ...


avatar
Messages : 284
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Fic] L'inexistence

le Dim 3 Sep - 23:51
Chapitre 8 : Mouvement

Darksky, Laura et Marie mangeaient dans le salon. Il faisait nuit et demain était le lundi. Alors qu’ils mangeaient silence. Laura s’arrêta dans son geste et regarda Darksky d’un air moqueur.
-Tu vas garder encore longtemps tes cheveux roses ? demanda-t-elle en souriant.
-Demain matin je me doucherais et j’enlèverais la teinte, t’inquiète pas, je ne vais pas aller en cours avec ça. Surtout qu’il y a contrôle.
-Tu me rassures. Déjà que je ne te pensais pas capable de subir l’opération, surtout de la main de Saya. Mais tu as gardé ta couleur tout le weekend. Je ne sais pas comment tu fais.
-Un pari, c’est un pari. Et de toute façon, ce n’est pas très grave, si on peut dire comme ça. C’est juste des cheveux roses. Regarde Miyako, elle a bien des cheveux roux.
Laura rigola.
-Eh ! Non, je ne moquais pas d’elle ! Rha…
-Non, non, j’ai bien compris, rassura Laura.
Un silence se fit à la table.
-Quand même, je m’inquiète un peu pour Farvel… dit Darksky s’assombrissant.
-Ouhla, tu changes de sujet, répondit Laura.
-Oui, mais ça m’attriste un peu de ne voir aucune réaction de sa part. Dire qu’on fait tellement d’effort.
-Tu sais, il y a des gens qui n’arrivent pas à s’ouvrir. C’est peut être génétique.
-A ce point-là ?
-Tu sais, moi aussi j’ai eu une période similaire. Quand tu es dans les ténèbres, c’est dur de voir la lumière. Peut être sans toi, je ne l’aurais jamais vu.
-Non, c’est faux. Tu t’en serais rendu compte à un moment.
-Pas sur Darky… pas sur… Tu étais un ami d’enfance. J’avais ce lien. Peut-être que Farvel n’a plus de lien. J’ai eu beaucoup de chance, tu sais.
-Mais alors, peut-être qu’il a encore des liens ? tenta Darksky. Des amis… Des proches…
-Comment le savoir ? pointa Marie, sortant de son mutisme.
-On peut peut-être demander à Franz ?
-Franz n’en sait pas plus que nous, Darky, répondit Laura attristé. Tous ce qu’on sait, c’est qu’il n’a pas de famille à part Franz.
-Je suis vraiment perdu… dit Darksky. Je ne sais plus quoi faire…
-Tu n’es pas le seul, Darky. Je ne sais plus quoi faire non plus. J’ai beau douter, je ne le comprends pas vraiment. Et j’aimerais tant le comprendre.
-Oui…
-Son cœur est profondément atteint, déclara Marie. S’il y a un moyen de guérison, il faut déjà le trouver et cela prendra du temps.
-Oui… beaucoup de temps, approuva Laura en baissant la tête.

Dans la salle du club, Nagisa et Farvel attendait patiemment l’arrivée des autres membres. En effet, il y avait eu un examen de mathématique en classe et certain prenaient plus de temps que d’autres. Nagisa qui était une experte avait bouclé, relu deux fois son contrôle puis rendu son papier trente minute après qu’ils aient commencés. Farvel avait fait de même. Les professeurs étaient habitués à cela et se contentait d’apprécier la perfection qui se présentait dans leurs mains. Mais maintenant, ils étaient assis l’une et l’autre. Une atmosphère lourde pesait dans la salle. Personne n’avait sortis un mot depuis qu’ils s’étaient retrouvés. Farvel se contentait d’observer la cour par la fenêtre et Nagisa toute repliée sur sa chaise lançait régulièrement un petit regard vers Farvel, inquiète, avant de se repencher sur son deck.
-Qu’est ce qui te fait rester dans ce monde ? lança alors Farvel sans détourner le regard.
Étonnement.
-Hein, comment ?
-Qu’est ce qui te fait vivre ?
Hésitation.
-Je… Mes rêves je suppose.
-Quels rêves ?
-Celui de… de devenir un jour une personne utile qui pourrait aider les gens plus tard.
-Aider qui ?
-Mais n’importe qui ! Tout le monde a le droit d’être aidé, peu importe ce qu’il a fait dans sa vie !
-Cela en vaut vraiment la peine ?
-Qu’est-ce que… tu entends par là ?
-Ton but dans la vie, c’est d’aider des personnes à rester en vie. Pourquoi tu ferais ça ?
-Mais c’est normal de le faire !
Mépris.
-Ah ? Tu n’as pas pensé que peut être, en leur forçant à rester en vie, tu leurs faisais du tort ?
-Mais… ce n’est pas bien de mourir !
-Pourtant on meurt tous un jour. Si c’était si mauvais de mourir, personne ne mourrait.
-Mais tout meurt… c’est une règle… Même l’univers…
-Alors pourquoi vivre ?
-Je… ne te suis pas.
-Si l’univers dans lequel nous vivons va mourir, tout ce qui aurait été accomplis n’aurait servis à rien. Tout disparaitrait.
-Mais c’est dans longtemps ça…
-Et alors ? De toute façon, si on va mourir un jour, pourquoi vit-on ? Pour continuer l’espèce humaine ? Celle qui ravage la planète et dévore la diversité ? Pour une gloire éternelle ? Gloire qui n’est qu’éphémère. Plus personne n’aura la moindre pensée pour moi dans dans le futur. Bientôt, je serais oublié de tous, tout comme chaque personne qui vit parce qu’il n’y aura plus rien. Vivre est inutile.
-Farvel… on peut simplement vivre pour vivre.
-Pourquoi ?
-Mais…
-Donne-moi une bonne raison de vivre.
-Pour… se… souvenir de bonnes expériences… Les moments… passés avec les amis…
-Pour le perdre ?
-Pour être heureux quoi !
-Pourquoi ?
-Mais pour se sentir bien !
-Donc éviter de se suicider ? De mourir ?
-Mais…
Silence.
-Des fois, il n’y a pas besoin de justifier les choses.
-Donc, je n’ai pas besoin de justifier ma mort, n’est-ce pas ?
Nagisa resta muette. Elle avait beau réfléchir, sur le moment, elle ne trouvait plus rien de convainquant. Une larme coula, pourtant ce n’était pas celle de Nagisa.

-Mon dieu ! Il était dur ce contrôle ! s’exclama Saya.
-Ouais, il a abusé le prof là, j’en pouvais plus devant ma copie, répondit Darksky.
-Hum… C’est vrai que j’aurais dû demander au prof à propos des nombres complexes, j’étais un peu perdu au 3, dit Laura. C’est droite d’ailleurs, le club.
-Merde, répondit Darksky en prenant la bonne direction. Bon après Laura, tu sais bien que tu vas avoir au moins dix-sept.
-Oui, eh bien ce n’est pas vingt.
-Comme si les profs te laissaient avoir vingt, rétorqua Miyako. Ils ne veulent jamais reconnaitre quand un élève a la note parfaite. Regarde Nagisa, elle a des fois des dix-neuf alors que quand on regarde la copie, il n’y a pas vraiment de raisons.
-Mais bon en math… répondit Darksky.
-Certes, avoua Miyako.
-Marie est déjà au club ? demanda Saya.
-Non, elle nous rejoint plus tard, répondit Darksky. Elle a un contrôle commun.
-Eh ben, eh ben… Ça en fait des contrôles, pointa Miyako.
-C’est la période il faut dire, expliqua Laura. Il nous prépare pour le bac.
-Ils nous mettent surtout la pression alors que c’est que du vent, dit Saya.
-C’est peut être que du vent, mais je m’inquièterais sérieusement si j’étais toi Saya, répondit Laura. Parce que tu es mal si tu ne l’as pas. Je suis sûre que tu préfèrerais être en fac que de refaire ton année.
Saya frissonna.
-Oui, plus jamais ici, approuva-t-elle.
-Club en vue ! s’exclama Darksky. J’ai hâte de tester ma nouvelle carte tech !
- De toute façon, ce n’est pas ta carte qui va te faire gagner, Darknoob, rétorqua Saya.
-C’est bon, ce n’est pas parce que tu m’as battu quatre fois de suite hier que tu vas gagner aujourd’hui. C’est moi qui vais te teindre les cheveux cette fois ci !
-Tu peux toujours rêver !
Le groupe avait atteint la porte du club et ils entrèrent. A leurs surprise, ils ne virent ni Nagisa ni Farvel.
-C’est bizarre, pourquoi ils seraient sortis ? se demanda Miyako.
Saya s’avança dans la salle.
-Ils sont partis flirter tu crois ? dit Saya le sourire au coin, moqueuse. Ahlala, Nagisa, je ne te croyais pas si… Nagisa ! cria Saya en se baissant tout à coup.
Son appel alerta tous les autres du groupe qui sentit la détresse émaner de ce cri. Ils rejoignirent rapidement Saya et virent avec effroi le corps de Nagisa gisant au sol, inerte.
-Nagisa… Nagisa… répéta Saya en panique.
-Nagisa… murmura Darksky interdit.
-Elle a du faire un malaise ! s’écria Miyako. Pousse-toi ! Je vais lui prendre le pouls.
Saya s’écarta et laissa Miyako se baisser pour prendre le pouls de Nagisa.
-Non, non, non, non… répéta Miyako. Ce n’est pas possible !
-Quoi !? Demanda Laura paniqué.
Miyako se tourna vers le groupe, le visage lourd.
-Je ne sens aucun pouls.
-Attends, tu as du mal sentir ! s’écria Saya en se jetant prendre le pouls de Nagisa.
-Farvel ! rugit Laura puis elle se précipita hors de la salle.
-Laura ! appela Darksky en vain. Elle est partit en trombe dans le couloir. Merde, merde, merde ! Qu’est-ce qu’on fait ?
-Prend ton téléphone et appelle les secours, répondit Miyako en prenant le contrôle de la situation. Toi Saya, va rattraper Laura et évite qu’elle fasse n’importe quoi. Je m’occupe de Nagisa.
-T’es sur que tu n’auras pas besoin de moi ?
-Non. Arrête de perdre du temps et va rattraper Laura, vite !
-Très bien, je compte sur toi la secouriste ! s’écria Saya en s’élançant à la poursuite de Laura.
-Allo ? Oui ! Bonjour, c’est une urgence ! J’ai une amie à terre, elle ne respire plus ! Je… Oui ! On est dans le lycée Mistral, dans les salles du club. Oui. Oui, elle ne respire plus, j’ai une amie avec un brevet de secourisme et elle lui prit le pouls. Oui. Merci, merci beaucoup. J’espère qu’ils vont arriver rapidement. Miyako, il faut que tu la mettes en position de sécurité ! Il faut l’aider à respirer !
-Je m’en occupe, je sais.
-Oui. Non, je n’en ai aucune idée de ce qui s’est passé. On est arrivé et elle était à terre, sans vie. Oui. Je vous écoute.
Jusque ce que les secours arrivèrent, Darksky transmit les directives de sécurité à Miyako. En retour, il transmit le maximum d’information possible aux urgences. Après cinq minutes, les secours arrivèrent dans la cour du lycée et les ambulanciers arrivèrent en courant avec le brancard.
-Elle est ici ! cria Darksky aux ambulanciers qui se pressèrent.
Un des ambulanciers demanda à Miyako de s’écarter et prit le pouls de Nagisa. Il se retourna vers Darksky et Miyako.
-Elle est comme ça depuis combien de temps ?
-Depuis qu’on l’a trouvé… répondit Miyako. Cinq minutes.
-Ah…
Le visage du brancardier s’assombrit.
-N’espérez pas trop.
Ces dernières paroles glacèrent les adolescents. Les deux ambulanciers installèrent avec rapidité Nagisa dans le brancard puis la foule qui s’était formé autour d’eux se scinda et laissa passer les hommes en blouses blanches. Miyako n’avait même pas osé demander la permission de venir avec eux et ils restèrent plantés pendant un instant. Darksky se tourna vers Miyako. Ses yeux avaient perdu sa nitescence et les traits de son visage s’étaient endurcis.
-Tu crois que c’est Farvel ? demanda-t-il sur un ton froid.
Miyako fut désarçonné par le revirement d’attitude de Darksky. Elle l’avait déjà vu dans cet état auparavant, lors des dernières crises. Elle se reprit en toussant deux fois et gardant sa façade impassible.
-Je n’en ai aucune idée. Il ne faut pas tirer de conclusion hâtive. Cependant, il est suspect et il est le dernier à avoir vu Nagisa. Il faut qu’on le trouve.
-Très bien, je vais retrouver Laura et le chercher. Que fais-tu ?
Miyako soupira.
-Il faut bien que quelqu’un reste avec Nagisa ? Je vais à l’hôpital.
-Tiens, je te rends ton portable alors.
-Merci. Faites attention.
-Oui. Je serais attentif.
Sur ces dernières paroles, les deux amis se séparèrent, prenant chacun un chemin détourné.

Malgré les années, Saya avait toujours gardé une forme sportive exemplaire. Si ses amis la voyaient beaucoup manger des sucreries et être une performeuse de première classe pour faire des bêtises, elle s’entrainait toujours activement hors des heures de cours. Seul Darksky était au courant car Saya parle finalement assez peu d’elle même. Son passé d’agente était resté gravé en elle. Mais cela lui permettait de se déplacer dans les rues de la ville à une vitesse démentielle. Enjambant les barrières, sautant par-dessus les voitures et évitant soigneusement la foule, elle se mit sur les talons de Laura. En effet, même si elle était partie à peine plus tard qu’elle, elle ne l’avait pas rattrapé de vue et elle devait maintenant trouver ou se dirigeait Laura. De plus, elle ne répondait à aucun coup de téléphone. Elle s’arrêta de temps en temps pour demander à des personnes dans les rues, si elle avait vu Laura passer puis repartie de plus belle. Elle devina rapidement l’endroit où Laura se dirigeait. La falaise où Darksky était tombé. Elle redoubla l’allure.
Après un tournant à un carrefour, elle aperçut Laura au bout de la rue, courant exactement vers l’endroit que Saya pensait. Elle donna tout dans un sprint final et mêlant cris et sueur, elle rejoignit Laura qui s’était retourné et l’attendait.
-Ah… Ah… Ah… Aaaaaaaaaaah ! Ah, je meurs !
-Tu m’as rattrapé ? Tu es parti combien de temps après moi ?
-Ah… Ah… Pas… beaucoup… Ah…
- Je ne savais pas que tu courais aussi vite.
-Ah… Tu… aurais pu… mettre… ton téléphone… avec… du son…
Laura interpellé, sortit son téléphone et vit une tonne d’appel manqué provenant tous du même numéro.
-Désolé…
-Aaaaaah… C’est bon… On peut… continuer…
-Si tu le dis.
-Je te… suis…
Laura se remit à courir à faible allure laissant à Saya le temps de se remettre.
-Pourquoi… tu vas… là-bas ?... demanda Saya toujours essouflée.
-Je ne sais pas, mais je sens qu’il est là-bas. Il nous attend. Dire que Nagisa est en train de... Fait chier ! C’est de sa faute ! Si je le trouve et que c’est bien à cause de lui, il va passer un sale… Tiens, un appel.
Laura décrocha et entendit la voix de Darksky.
Début de l’appel.
-T’es où ?
-On va à la falaise à côté du quartier Margeranne.
-Compris, j’arrive.
Éloignement du micro.
-Darky !
-Quoi ?
-A propos de Nagisa ?
Silence.
-Darky ?
-Elle est dans l’ambulance.
-Et ils ont dit quoi ?
Silence.
-Darky ?
Fin de l’appel.
-Alors ? demanda Saya ?
-Ca sent mauvais.

En se dirigeant vers l’arrêt de bus, Miyako eut une rapide pensée envers Marie et sortit rapidement son téléphone. Elle fouilla rapidement dans ses contacts et lança un appel, espérant qu’elle était déjà sortie de son examen.
Début de l’appel.
-Marie ?
-Oui ?
-Tu es au courant ?
-De ?
Triste soupir.
-Nagisa… elle est à l’hôpital.
-Ah ? Attends… pour quelles raisons ?
-Elle était sortie avant nous d’un contrôle avec Farvel et on l’a retrouvée inconsciente dans la salle du club et elle ne respirait plus. Et…
-Déjà ?
-Comment ?
-Tu vas à l’hôpital je suppose ?
-Euh… Oui.
-Stop toi tout de suite et dépêche-toi de raisonner les autres.
-Comment ça ?
-Ils ne doivent pas approcher Farvel. Il faut partir.
-Mais pourquoi ?
-Je l’ai vu dans mes songes cette nuit. J’étais Nagisa et j’ai vu Nagisa mourir. N’approchez pas de Farvel !
-Mais Nagisa ?
-Je vais la voir. Part raisonner les autres. Vite !
Fin de l’appel.
Miyako appela cette fois Darksky et après un bref échange, elle partit elle aussi vers la falaise.

Les deux filles déboulèrent sur la falaise après avoir traversé le petit bois qui entoure le chemin qui longe la côte. Elles virent une silhouette assise au bord de la falaise. La longue chevelure bleutée indiqua instantanément qu’elle avait à faire à la bonne personne. Elles s’approchèrent doucement et à mi-chemin, elles furent stoppées.
-C’était une belle journée n’est-ce pas ? dit Farvel sans détourner le regard de la mer. Enfin… C’était...


avatar
Messages : 1062
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Fic] L'inexistence

le Lun 4 Sep - 0:00
Pourquoi Nagisa ? ...
Sinon, je ne comprends pas tellement tes espèces de petites didascalies (parce que ce n'en est pas je présume) pendant la discussion entre Farvel et Nagisa.

Le truc du songe prémonitoire est intéressant, et j'espère que ce cliffhanger va me tenir en haleine jusqu'au chapitre suivant, histoire de voir comment Laura va réagir ...
Je m'attellerai à une critique plus complète une fois le chapitre 10 terminé.


avatar
Messages : 284
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Fic] L'inexistence

le Lun 4 Sep - 14:23
Les didascalies, c'est de l'ordre stylistique surtout.


avatar
Messages : 80
Age : 21
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Fic] L'inexistence

le Jeu 26 Oct - 21:51
on a pas le droit de savoir ce qui arrive a nagisa? :3
avatar
Messages : 284
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Fic] L'inexistence

le Ven 27 Oct - 12:41
Quand je l'écrirais, I guess. Je t'avoue que j'ai pas vraiment l'inspi en ce moment.


Contenu sponsorisé

Re: [Fic] L'inexistence

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum