Faeris : Le Royaume des Duels

Partagez
Aller en bas
avatar
Messages : 284
Voir le profil de l'utilisateur

[Fic] L'inexistence

le Ven 4 Aoû - 1:44
L'inexistence.


Ce bref instant dans la vie où tu te demandes ce que tu as oublié éternellement.


Présentation
Je reposte ici ma fic qui n'a jamais été terminé sur OTK et que je compte terminer ici. Je suis dans le bon mood pour le faire. Voici la description de l'époque :
L’inexistence est une OSAF (Original Stand Alone Fiction) qui provient tout droit de la trilogie de fiction (qui n'a pas de nom d'ailleurs) écrites par Heart. Cette OSAF se place directement entre la Saison 2 et la Saison 3 chronologiquement. Toute l'écriture de cette fic provient uniquement de moi-même, donc à par le contexte et les personnages, le scénario et le développement des personnages provient uniquement de moi. Il se peut d'ailleurs que certains éléments diverges par rapport à la saison 3, c'est normal car c'est un OSAF, il vous suffit de connaitre les 2 premières saisons pour situer le contexte et comprendre les psychologies personnages, cependant, il faut prendre ceci comme un Stand Alone, soit un épisode qui se suffit à lui même, écrit par un auteur qui peut avoir une opinion divergente sur la vision de l'auteur original.


Chapitre 00 : Résumé d'introduction (pour ceux qui ne connaisse pas la fic de Heart mais qui veulent quand même ma fic ou ceux qui veulent se remémorer les personnages)
Spoiler:
Bonjour, vous êtes sur le résumé introduction de la fic « L’inexistence », ici, je vais présenter tous les personnages qui seront utilisés dans ma fic qui est une osaf direct de la fic de Heart. Ce faux chapitre ne sert qu’aux personnes n’ayant pas lu la fic de Heart mais qui voudrait se plonger dans la mienne parce qu’elle peut quand même être apprécié comme une œuvre originale. Bref, voici la présentation des personnages. La présentation des personnages ici n’est pas la bonne. Je ne suis allé vérifier aucune information et je retranscris juste ce que je retiens des personnages. Ce sont les miens, de ma construction mentale bien personnelle.


La passé :
A la base, la fic suivait Draco qui était un héros de notre monde qui pop dans ce monde. En gros, un Isekai. C’est basé sur yugioh donc ils ont des decks et tout. Moi, je n’utiliserai pas yugioh dans cette fiction parce que je n’aime pas écrire des duels. Sauf qu’après, il a rencontré énormément de monde et surtout Darksky, qui habite dans une autre ville. Il arrive nombre de péripétie et finalement, Darksky devient un héros alternatif. Comme si on suivait deux personnages qui se rejoigne ensuite lors de moment critique et tout. Et chaque héros (donc Draco d’un côté et Darksky de l’autre) ont un harem. Moi, je ne vais m’intéresser qu’à Darksky et ses amies (harem je disais) Nagisa, Miyako, Laura, Saya, et sa sœur Marie. Il faut préciser qu’ils ont un club de duel au lycée et qu’ils sont tous en terminale dans cette fic (sauf Marie).
A la fin de la saison, ils ont découvert l’antagoniste ultime : Armagueddon. Qui est un énorme dragon qui protège le destin. Sauf qu’il casse les couilles à le protéger parce que le destin est môvé donc il y a eu fight entre Draco, Darksky et leurs harems respectifs. Laura à faillit mourir dans ce fight mais grâce à un truc méga chelou d’espace-temps dégueulasse au niveau de la cohérence, elle ne meurt pas. Me demandez pas de précision, je ne comprends pas moi-même la logique et dès que ça parle de remonter le temps pour faire X choses, moi je me suicide. Donc je me suis suicidé mais une fois mort, j’ai compris que ce n’était pas une bonne idée du coup j’ai arrêté d’être mort. Putain, il est 3h du mat et je dis de la merde. Désolé. Donc, je reprends. Laura a failli Dai… (euh… Cette erreur est trop magnifique pour que je l’efface xD. Du coup, je la laisse. Mon dieu, je fais vraiment de la merde.)
Après le fight contre Armageddon, ils font une fête d’ouf et Darksky et Laura s’embrasse dans l’effervescence de la bonne humeur. En gros, Darksky et Laura, c’est le couple de base. Vous pouvez ship Darksky avec toutes les autres de son harem, ça passe aussi mais le couple le plus obvious, c’est Darksky X Laura okey ? Pour Draco, on s’en fout putain de Draco ! Darksky X Laura best ship ok ? Merci. Sinon, je crois avoir à peu près tout dit. Tous les perso sont détaillés ci-dessous par ordre d’importance. Les moins importants en premier puis ça va de plus en plus important. Retenez bien, Laura et Darksky sont les protagonistes les plus important de cette fiction.


Le lieu : C’est une random ville car ce n’est pas important. Ce qu’il faut savoir, c’est qu’elle est en bord de mer et qu’il y a des falaises style calanque. Sinon, c’est une ville portuaire de taille moyenne. Pas de méga building, beaucoup de pâté de maison et de petit truc rustique.


Marie : Elle est la petite sœur de Darksky. Je crois qu’elle a deux ans de différences, quelque chose dans le style mais je n’en suis pas sûr. En gros, retenez que c’est une petite sœur avec quelques années de différences. Elle a une sorte de sixième sens pour ressentir l’émotion chez les gens. C’est un peu bullshit mais faut faire avec. Sinon, elle a un caractère posé, toujours à prendre du recul sur les choses. Elle est calme et fait peu de remarques mais elles sont généralement pertinentes et ironiques. Même si elle aime bien, elle n’utilise que rarement le sarcasme. Sinon, elle est petite, avec de longs cheveux noirs, des yeux ébène et une peau pale. Comme son frère. Elle s’habille plutôt simplement, et sans préférence au niveau des couleurs. Elle vit avec son frère dans un grand manoir hérité de je ne sais où. Ils ont un domestique aussi et leurs parents sont bien évidement morts sinon ce n’est pas assez edgy.


Nagisa : Elle a un an de moins que Darksky, Miyako, Laura et Saya. Niveau physique, elle a exactement le même que la Nagisa de Clannad, du coup, je ne vais pas me faire chier et je vais vous mettre son image. Niveau caractère, c’est plutôt réservé, hésitante mais très perspicace et intelligente. Par contre, je trouve qu’elle ne sert à rien dans le fic original du coup, je doute qu’elle serve beaucoup ici aussi. Ah, elle est la capitaine du club de duel au lycée également. Oui, c’est osef. Elle vit avec son oncle dans un pavillon et elle a eu une période ultra edgy suicidaire and co. Toute sa famille (sauf son oncle) est morte à cause de l’âge des ténèbres déroulé un an plus tôt. En gros, c’était un temps où il y avait les ténèbres et tout, et c’était la merde. Donc sa famille tente de s’enfuir, elle die sauf elle. Elle a perdu son père, sa mère, son frère et surtout Billy. Qui est Billy ? La légende raconte que Billy est Billy.


Miyako : Elle est rousse, elle peut s’énerver très vite, elle est intelligente, elle est cool mais elle ne servira pas à grand-chose dans ma fic je pense. Comme la plupart des amis des héros, elle a eu un arc et après, c’est dead. Je peux rajouter qu’elle est grande, sexy, qu’elle se coiffe toujours avec une queue de cheval et j’aime l’imaginer avec quelque tache de rousseur style Hermione mais des taches de rousseurs qui la rendent méga sexy compris ? Au niveau de son passé, elle s’en voulait de ouf parce que le lycée était dans la merde au moment de l’âge des ténèbres (full démon de mort qui tape tout le monde, c’est la merde). En gros, le lycée s’est fait isoler dans les ténèbres et elle s’est occupé de la gestion. C’était la chef. Probablement parce qu’elle était méga sexy, rousse et qu’elle sait gueuler. Mais son ami est mort dans une attaque, du coup elle s’en voulait méga beaucoup et elle est passé du côté edgy de la force. Cependant, elle était toujours ultra méga sexy ? J’espère que je suis clair sur ce point. Et notre héros et son harem ce sont occupés de la déculpabiliser, de la dé-edgyser et voilà, elle est ce qu’elle est maintenant. Une grande rousse, ultra méga giga sexy. (Oui, j’aime ce personnage).


Saya : Alors, elle fut une sorte d’agent secret pour une organisation qui servait pour le plot de la saison 1 ou 2 ou osef. Elle a rencontré Darksky là-bas, ils sont devenus super amis et voilà. Puis, ils se sont rencontrés à nouveau plus tard. Niveau personnalité, elle a un tempérament de feu, elle est super dynamique, gueule beaucoup, ne comprend pas toujours tout et n’aime pas être en cours. En gros, c’est la cassos du groupe. Mais attention ! C’est une agente secrète, ex-agent même ! Donc, il ne faut pas la sous-estimer. Niveau relation, elle est super amie avec Darksky, aucune relation amoureuse (je vous déçois hein ? Vous pouvez la shipper pas de problème). Et pour le physique, voilà (elle provient directement d’un OAV de Little Buster comme Nagisa).


Laura : elle fut une amie d’enfance (enfance très jeune) de Darksky. Mais elle a dû déménager et elle fut extrêmement déçue. Elle commence à comprendre qu’elle aimait Darksky après être partie et qu’il lui manquait. Pas de chance, elle était la fille de l’antagoniste principale de la saison 1 et elle fut son vice lead. Du coup, elle a eu sa période méga dark edgy d’ouf et elle a même affronté le héros. Très rapidement, elle le rejoint en reprenant raison et même si elle garde toujours un coté ténébreux parce qu’elle est la fille du seul homme qui se surnomme Shadow. Voyez ? Elle a failli mourir à la fin de la saison 2 mais miracle, elle ne meurt pas. Donc elle embrasse Darksky au bal mais au final, il se passe rien derrière. Elle est toujours amoureuse de lui mais c’est une tsundere du coup, c’est compliqué voyez ? Pour son physique, je suppose que vous voyez déjà non ? Cheveux et yeux noirs, grande, peau blanche, regard profond et s’habille généralement en noir parce qu’elle aime bien être sombre. Pas gothique par contre, non, surtout des vêtements normaux mais noir. Son père, Shadow, est toujours en vie, contrairement à sa mère. Son frère est portée disparu. Du coup, elle vit chez Darksky et Marie dans leur manoir de batard. Du coup, c’est pas tout les jours pratique, voyez ce que je veux dire ? wink wink. Et elle est intelligente de ouf aussi.


Darksky aka Michael : car oui, il s’apelle en réalité Michael ou jean-michel, comme vous voulez. Mais il s’est dit que se donner un pseudo trop d4rK pendant sa période d’agent dans l’organisation, c’était cool donc voilà son nom qui provient directement d’une idée de Laura je crois. Vous le devinerez, il a des cheveux noirs, yeux noirs, aime le noir, le noir c’est cool et je commence à vomir des ténèbres. Le mec s’apelle quand même Ciel sombre, si ce n’est pas la méga classe ? Ou être un méga kycoo. M’enfin, peu importe. Vous savez déjà qu’il est orphelin, pour seule famille, sa sœur méga OP. Mais il a un harem du coup, tout va bien. On ne sent jamais une once de sentiment amoureux en lui par contre. On ne sait pas s’il est amoureux de quelqu’un ou pas. C’est un personnage assez vide en fait, niveau personnalité, c’est banal. Vous pouvez l’imaginez un peu comme vous voulez. Juste, il ne gueule pas et il n’est pas super intelligent. C’est le mec moyen en tout, voyez ce que je veux dire ? Le moyenomètre, c’est lui. Typical héros de Light Novel.


Et voilà, maintenant avec tout ça, vous avez toutes les clés pour commencer la lecture de ma fic sans être complétement perdu. Au final, vu que je ne réutilise que très peu d’élément de la fic d’origine (c’est important les personnages, certes), mais vous ne devriez pas trop être perdu. Je ne vous ai pas tout raconté de la fic de Heart, c’est des méga résumé ultra haché ici, si vous voulez profiter des plus grands détails, il faut aller lire directement sa fic. Par contre bonne chance, parce qu’elle est longue. Très longue. Bref, je vous laisse lire ma fic et bonne lecture (la fic est sérieuse hein, ne vous attendez pas à ce que ce soit comme la présentation ici. Par contre, je viens de me rendre compte que la présentation que je viens de faire est méga goldé. Je devrais obliger tout le monde à la lire).


Partie 01 : Soupçon
Spoiler:
Le soleil se levait sur la ville endormie. La nuit fut chaude, et même si l’air ambient était redevenu plus frais, la chaleur ardente du début de ce mois de septembre continuait de rappeler l’été passé avec sa canicule exceptionnel. Quelques instant après l’aube, un garçon aux cheveux d’ébènes fut secoué énergiquement dans son lit, lui qui était si bien installé dans ses rêves.
-Darksky ! Oh ! Lève-toi ! cria Laura dans la chambre. C’est la rentrée aujourd’hui espèce d’idiot, bouge-toi !
Pour seul réponse, elle obtint un grognement évasif et un Darksky qui se tourna sur le coté de façon à se mettre de dos par rapport à Laura. Cela fit lui fit apparaitre un rictus d’agacement sur le faciès.
-JEAN-MICHEL !
Le hurlement de Laura fit bondir Darksky qui, dans une envolée spectaculaire, retomba en faisant une John Cena à son drap ce qui eut pour effet de lui provoquer un bleu au niveau du coude.
-Ah, enfin. Bon, ne crois pas que je te lèverais tous les jours non plus, mais aujourd’hui, c’était la rentrée tout de même. J’aurais espéré que tu fasses un plus grand effort, mais il faut croire que tu n’es qu’un imbécile heureux. Il te reste quarante minutes pour te préparer, dépêche-toi, dit Laura sèchement en claquant la porte derrière elle.
Darksky, qui se remettait à peine de son cauchemar éveillé, entendit le gloussement atténué de Marie et comprit alors que c’était effectivement la rentrée. Adieu toutes les grasses matinées, les jours à glander dans le parc ou sur le bord de la falaise, et surtout le temps pour jouer au duel de monstre. Une ombre de nostalgie planait déjà dans ses yeux et il se résolut à aller s’habiller, la mine sombre.

Laura avait prévu le coup en le réveillant bien à l’avance. Il put prendre tranquillement son petit déjeuner, en la compagnie silencieuse de Marie puis ils partirent tous les trois sur le chemin du lycée, élancé sur la route du commencement de la finalité de leurs périodes lycéenne. Sur le chemin, Marie et Laura discutait entre-elles, laissant Darksky un peu en retrait. Celui-ci repensait aux déroulements des récents évènements avec les démons, Armageddon et la venue d’Iori. Il n’avait pas vraiment pris le temps d’y repenser, probablement par lassitude et fainéantise. En effet, la menace d’Armageddon n’avait pas l’air immédiat. En y réfléchissant un peu plus, il comprenait qu’ils avaient plus l’habitude de subir les évènements que de les contrôler. C’était peut-être pour ça qu’il avait eu à chaque fois tant de mal à se sortir des embrouilles et qu’il avait failli risquer la mort de Laura… Non, il avait comme un sentiment de malaise en repensant au combat de Laura. C’est comme si, il avait l’impression que Laura devait être morte. Il effaça ces idées ténébreuses d’un revers de la main en arrivant devant le portail du lycée. Il ne devait pas s’en inquiéter, Laura était là, avec eux, et elle le resterait.
La cérémonie de rentrée, quoique atypique pour une école française, était devenu habituel dans cette lycée. Nagisa, Saya rejoignèrent Darksky et Laura. Ils restèrent silencieux lors de la cérémonie puis ils partirent rejoindre leur classe. Les quatre amis avaient tous pris la même option : l’allemand euro. De ce fait, ils étaient tous regroupé dans la même classe car le heureux hasard avait décidé qu’ils soient tous dans la même filière. Saya l’expliquait que c’était pour être avec Darksky, Laura pour faire des études scientifiques de renommé, Nagisa pour s’ouvrir sur toutes les possibilités et Darksky par défaut. L’année commença dans la bonne humeur, et tout allait pour le mieux.
Le groupe apprit, en rencontrant Miyako dans les couloirs, que celle-ci avait rejoint l’école préparatoire au sein du lycée, et que malgré la frontière séparant les deux enseignes, elle pouvait tout de même les rejoindre dans le club lors de ses révisions. Cependant, elle comprit rapidement que cela ne valait pas le coup pour réviser, tant Saya était bruyante, mais elle continuait de venir tout de même. A chaque apparition de Miyako à travers la porte de la salle du club, un sourire narquois se dessinait sur les visages de Darksky et Saya, tandis que Miyako détournait le regard dans un air hautain : « ce n’est pas ce que vous croyez ».
Ils reprenaient le cours de la vie normale, sans apocalypse, sans démons, sans être surnaturel, sans Hélios qui avait disparu depuis un bon bout de temps.

Les pieds des chaises crissèrent sur le sol boisé dans la salle de classe. Après le vacarme habituel de leurs installations, la salutation habituelle du professeur envers ses élèves se fit. Le professeur était un homme âgé, probablement quinquagénaire, les rides creusaient son front large. Sa tête ronde, parsemé de quelques cheveux sur le haut du crane signe d’une calvitie précoce et ses lunettes rondes. Sa chemise blanche à carreau bleu entièrement boutonnée rentrée dans son pantalon marron lui donnait tout l’allure d’un professeur de physique. Il était professeur de philosophie.
Après avoir sortie quelques affaires de son vieux sac marron, il releva sa tête baissée dans son sac et parcourra la classe du regard.
-Ah oui. Il y a un nouvel élève dans la classe. Viens entre, dit-il en faisant signe à une personne dans le couloir.
Un garçon entra. C’était un grand adolescent, autant de par sa taille, que par sa maturité ressurgissante. Il avait un visage plutôt androgyne, carré mais arrondit dur les côtés. De longs cheveux bleus sombres tombèrent jusqu’à ses hanches. Il était affublé de deux yeux à l’aspect embrumés, comme si ses pensées étaient perdues dans un brouillard bleuté. Pour sa taille, il était très fin. Il était un peu comme une perche. Il dominait le professeur d’une tête. Une fois au bureau du professeur, le vieil homme lui demanda de se présenter alors le jeune homme se retourna vers la classe.
« Farvel. »
Puis il se dirigea à une place libre, sur le côté couloir aux premiers rangs de la classe, à l’opposé du groupe de nos protagonistes qui se trouvaient à l’autre bout de la diagonale. Il traversa ainsi la marée de chuchotement incrédule des élèves. Le professeur qui semblait presque content de la résolution, s’affaira à commencer le cours sur Freud.
Saya, qui était placé sur le côté droit de Darksky, lui demanda, pendant que le prof fut dos à la classe, comment il trouvait le nouvel élève.
-J’ai crus comprendre qu’il s’appelait Farvel. Mais je n’en sais pas plus que ça. Il ne me semble pas vraiment amical.
-Tu crois qu’il a un passé sombre et ténébreux comme nous tous, pour être dans cet état-là ? s’immisça Nagisa qui semblait visiblement inquiète de l’état du nouvel arrivant.
-Il faut arrêter de spéculer sur du vide là, répondit Darksky. De toute façon, c’est un mec.
-Et c’est quoi le problème Darky ? demanda Saya.
-Mais regarde bien, toutes les personnes qui ont rejoint notre groupe était des filles. Si on suit la constante, vu que c’est un mec, il est peu probable qu’il ait un passé trop dark tavu.
-Statistiquement, il y a plus de chance que ce soit un gars, répondit Saya.
-Non mais de toute façon, il doit juste faire style, pour attirer l’attention. C’est juste un gros dalleux qui réclame de l’attention. Il y a juste à voir ses cheveux et la tronche de mort qu’il tire en permanence. On dirait qu’il n’a aucune émotion le mec. Moi, je pense qu’il n’a pas vraiment de poten… Quoi Nagisa ?
-Tiens, le coupa Nagisa en tendant un papier plié en quatre à Darksky. De la part de Laura.
-Ah ? Elle n’est qu’à trois tables de moi, elle pourrait me le dire, dit-il en murmurant aux filles le juxtaposant.
Il prit soin de déplier le papier et lit alors le message inscrit.
« Ferme ta gueule. »
Il tourna le regard vers Laura qui s’occupait alors à prendre le cours avec assiduité. Un frisson lui parcourra le dos. Le choc fut violent, très violent. Saya, rien qu’à la tête que tirait son fameux Darky avait compris le message et retourna à ses dessins dignes des meilleurs éléments de petite section. Nagisa, qui n’avait suivi qu’à moitié la conversation, s’attachait à observer intensément le tableau sur lequel le prof dessinait un schéma. Quant à Darksky, c’est presque s’il tombait de sa chaise. Le cours passa, et même si l’agitation en classe autour de Farvel, car tel était véritablement son nom, était grande, l’intérêt retomba rapidement. Farvel était finalement aussi antisocial que lors de sa présentation. Il ignorait les personnes l’entourant, et si une personne devait lui adresser une question directement, il répondait par un refus ferme d’y répondre. Il n’avait pas l’air de vouloir créer le moindre lien social. Il préférait se faire détester par la classe que d’ouvrir la moindre brèche.
Laura ordonna au groupe de ne pas s’occuper de lui. Si les évènements devaient arriver, ils arriveraient et ils seraient en première ligne comme d’habitude à chaque fois. Darksky voulut rétorquer qu’ils ne faisaient que subir et qu’il serait peut-être temps d’agir pour une fois, mais il était peu sur de son argumentaire et l’humeur exécrable de Laura l’empêcha de porter ses mots. Le consensus fut donné, « Farvel veut se faire passer pour un connard, acceptons son souhait ». Darksky n’était pas vraiment convaincu de la chose, et c’était l’esprit troublé qu’il se coucha cette nuit-là.
Le lendemain, il avait rêvé mais il avait tout oublié. Mais en essayant d’y repenser, il se remémora à la place, la venue dans le groupe des différentes personnes. Miyako, Nagisa. Elles avaient eu toutes les deux un passé douloureux qui les avaient mises dans une situation psychologique complexe. Lui-même en avait fait la preuve par le passé. Une personne aussi fermé socialement ne pouvait être en bonne santé. Quelque chose clochait, il en était sûr. Darksky était une personne très altruiste dans le fond et les mots de Nagisa, malgré sa réponse sur le moment l’avait couché. Au cours des dernières années, énormément de choses s’étaient passés et pourtant, il n’avait jamais perdu la foi en ses amis. Dans les situations extrêmes, il se serait toujours sacrifié pour les autres, surtout pour la mort de Laura… Mais elle n’était pas morte.
Un jet d’eau éclaboussa son visage. Il était certain d’une chose, c’est qu’il devait approcher Farvel aujourd’hui. Il devait au moins mettre au clair ce qu’il l’intriguait. Il en parla avec Laura qui était de meilleure humeur aujourd’hui. Elle n’était pas d’accord avec lui, mais elle répondit de faire ce qu’il voulait et qu’elle en accepterait les conséquences. Laura avait eu un passé trouble elle aussi, mais elle avait toujours gardé sa part de mystères en elle. Elle n’aimait pas spécialement dévoiler toute son intimité aux autres contrairement à Darksky qui n’en avait pas réellement. Elle savait qu’il n’avait pas de choses à cacher, et qu’il avait du mal à comprendre pourquoi certaines personnes voulaient rester dans la solitude. Il ne voyait que la partie visible de l’iceberg représentant l’âme des gens. Elle sourit tristement en pensant que Darksky ne l’avait jamais vraiment comprise. Elle le trouvait bien naïf pour le passé qu’il avait vécu. Elle se consola en prétextant un air mignon derrière cette naïveté, ainsi qu’un bonheur véritable. Mais cela ne l’a rassurait pas quant au choc qu’il pourrait recevoir si un événement grave devait se produire… Comme sa propre mort…
Entre deux cours, Darksky tenta alors de parler au fameux Farvel. Il ne réussit qu’à recevoir un refus et une demande de se pousser pour laisser sortir Farvel de la salle. Darksky tenta tout ce qu’il était en son pouvoir mais les yeux sans expression du garçon, où il y discerna, l’ombre d’un instant, une contraction de colère, lui inspira une terreur insoutenable. Darksky vacilla l’espace d’un instant et se repris avec justesse sur la table derrière lui. Cela laissa le temps à Farvel de quitter sa place pour partir dans le couloir. Son vertige lui coupa l’envie de continuer et il décida d’aller raconter son échec aux filles. Laura répondit qu’elle l’avait prévenu, Nagisa s’inquiéta pour son état de santé et Saya voulait coller une baffe dans la tronche de Farvel. Darksky du calmer les ardeurs de la seconde et rassurer la première puis finalement accepter son échec cuisant. Il n’en avait rien tiré, à par le fait que Farvel était pas vraiment sociable. Il avait pourtant même tenter de l’appâter en arguant que les filles de son groupes étaient toutes sans petit ami et super mignonne. Sa déception fut grande.

Deux semaines passèrent. Farvel n’avait pas changé son attitude, du moins, les protagonistes ne le remarquèrent pas, sauf Nagisa. Les feuilles jaunit commençaient à se décrocher et voler dans les airs frais de l’automne. Octobre était tombé et qu’on le veuille ou non, les prémices de l’hiver s’annonçait. Nagisa, qui prenait soin d’observer attentivement Farvel durant les journées de cours, renforça chaque jour la solitude qui semblait peser sur les épaules du chevelu. Elle trouvait cela étrange et cherchait la raison de cet isolement volontaire. Un soir, après les cours, Darksky avait eu un rendez-vous de la part de la gérante des clubs et Saya l’avait accompagné. Laura était rentré au manoir finissant une heure à l’avance et cela laissait Nagisa seule, qui s’était occupé de nettoyer la salle du club, et attendait maintenant devant le portail du lycée, patiemment, son sac tenu par ses deux mains. Elle observait le ciel avec tranquillité. Une couleur mi orangé, mi violet teinta la voute céleste et peignait les nuages de multiples contrastes variant du noir obscur, au pourpre chaleureux passant par violet mystique. Alors qu’elle tournait le regard vers le soleil, elle fut surprise de voir les rayons lumineux bloqué par une personne. Malgré le contrejour, elle le reconnut, c’était Farvel. Celui-ci ne faisait que passer, et le contrejour l’empêcha d’observer correctement ses expressions. Pourquoi passait-il ici ? Une peur soudaine grandit en elle. Cela pouvait expliquer le comportement de Farvel, et sa soudaine présence.  
Et si Farvel, était un agent d’Armageddon ?

Partie 02 - Discussion


Spoiler:
Le soir même, le groupe se réunit chez Darksky sous l’insistance de Nagisa. Le sujet se dévoila que lorsque tout le monde était présent. Il était tous assis autour d’une table ronde. Nagisa, Darksky, Miyako, Laura, Marie, Saya était tous présent. Le silence était de marbre. On entendait seulement Miyako taper du doigt à un rythme régulier. Toute l’attention était concentrée sur Nagisa, l’instigatrice de cette réunion exceptionnelle. Le tapotement devint plus insistent et le visage jusqu’à présent fermé de Nagisa se dévoila aux yeux de tous. C’était un visage grave et solennel. Ses lèvres bougèrent.
-Comme vous le savez, Armageddon est toujours une menace pour nous tous. Nous sommes… toujours en guerre.
Elle s’interrompu. Nagisa déglutit puis se racla deux fois brièvement la gorge.
-Et c’est pour ça que nous devons… faire attention à tout ce qui nous entoure. Chaque nouveauté peut être un danger potentiel et…
Sa voix se cassa, tel un oiseau en plein vol se prenant une balle de mousquet. Elle déglutit encore puis repris.
-Je n’ai pas vraiment l’habitude de faire ce genre de discours, dit-elle d’une petite voix.
-C’est pas grave, continue, répondit Laura avec bienveillance.
-Bref, Farvel fait partie de ces nouveautés. Vu son comportement, il peut très bien être considéré comme un danger potentiel. Je ne dis pas qu’il faudrait l’éliminer, se reprit-elle précipitamment. Mais il faudrait vérifier s’il n’est pas avec Armageddon.
-Personnellement, je ne pense pas qu’il est un agent, répondit Miyako. Il est trop louche pour être suspect. Je doute qu’Armageddon soit une brêle, il doit réfléchir un minimum quand même. La personne est trop bizarre pour passer incognito et nous prendre par surprise. De plus, il n’a tenté aucun geste envers nous. Il nous ignore.
-Justement, rétorqua Nagisa. C’est peut-être du bluff. Peut-être qu’Armageddon l’envoie juste pour récolter des informations à propos de nous, c’est pour ça qu’il nous ignore, mais il peut nous observer discrètement. Ce n’est pas parce qu’il n’a rien tenté jusqu’à maintenant qu’il ne fera rien après.
Darksky comprenait pourquoi Nagisa avait sauté une année à présent, il trouvait sa capacité de déduction extraordinaire lorsqu’elle ne broyait pas du noir.
-Je ne suis pas convaincu, dit Miyako.
-De toute façon, on s’en fout que tu sois convaincu ou non, coupa sèchement Laura. On ne peut pas se baser juste sur des observations, surtout aussi peu fiable. Je sais que les intuitions font énormément de choses, mais ça rate aussi souvent. Ce qu’il nous faut, c’est des preuves, des faits concrets.
-Et comment tu veux les avoirs, tes faits concrets ? Demanda innocemment Saya.
-En lui demandant directement.
Depuis le début du débat, Darksky approuvait les idées sans dire un seul mot, opinant à chaque idée reçue.
-Mais c’est dangereux ! Cria Miyako.
-Descend d’un ton. Il faut savoir prendre des risques. De toute façon, nous sommes six et il est tout seul. De plus, nous maitrisons pour quelque uns d’entre nous, la fusion parfaite et en dernier recours nous avons un bateau de sauvetage du nom de Jean-Michel.
Darksky opina une nouvelle fois en synchro avec Marie.
-Mais… on ne connait pas du tout notre adversaire, c’est un gros désavantage et puis, aucun de nous ne doit mourir… dit Nagisa.
-C’est vrai, mais nous avons trop de fois frôlé la mort, nous connaissons les risques à présent, dit Saya. Nous sommes forts ! Nous ne risquerons pas d’y laisser notre peau.
-Le cygne noir.
-Comment Laura ? demanda Nagisa.
-Il peut se montrer un cygne noir et dans ce cas, on peut tous être perdu. Il faudra donc prendre l’initiative et faire face à ce cygne noir avant qu’il nous cause trop de dommage.
Darksky rouvrit les yeux et regarda Laura avec inquiétude. Laura posa ses deux coudes sur la table et croisa ses mains devant sa bouche, ne laissant apparaitre que le dessus de son visage avec deux yeux noir qui brillaient intensément.
-Ce n’est pas parce qu’aujourd’hui nous n’avons pas rencontrés un danger qui pourrait tous nous anéantir en un instant qu’il n’existe pas. Armageddon est un être avec une existence stupide en elle-même. Il croit protéger le destin mais en fait, il ne fait que le modifier pour qu’il lui soit satisfaisant. Son seul objectif dans son existence et de contrôler la trame de l’univers. Il n’est pas un danger immédiat. Cependant, ses agents sont indépendants de sa volonté et comme je l’ai dit juste avant, le futur n’est pas ce qu’il croit être. Armageddon est comme un humain enfermé dans le corps d’un dragon qui s’obsède à faire quelque chose d’irrationnel. Ses agents peuvent être très dangereux, plus qu’Armageddon lui-même comprenez ? Il suffit de suivre la volonté d’Armageddon pour qu’il nous laisse tranquille, ses agents peuvent être tout simplement fous, tout comme les agents des démons.
-Et donc ? Demanda Miyako.
-Nous devons être prêt à faire face aux pires situations possibles. La mort d’un ami ne fait même pas partie des pires possibles, il faut prévoir pire encore.
-Et ce serait quoi pire pour toi ? Demanda Miyako avec condescendance.
-Qu’il ne reste qu’un seul survivant dans notre groupe, qu’un agent soit un psychopathe torturant physiquement ou mentalement ses prisonnier, c’est-à-dire nous, assister véritablement à la fin du monde. Non, la mort d’une seule personne n’est pas le cas le plus grave ici, et dans tous les cas, il faudra se battre jusqu’au bout et avoir la volonté de vivre.
-Mais… Mais Laura, c’est de la folie ce que tu dis ! S’exclama Saya.
-C’est vous qui ne comprenez pas ! J’aurais dû mourir lors de mon affrontement contre Zorc! Et si j’étais morte, vous aurez fait comment ?! Hurla Laura.
-Laura… murmura Darksky.
-Alors ? Qu’est-ce que vous auriez fait si j’étais morte ? Si Darksky serait mort ? Si toi, Nagisa, serait morte. Hein ? Si vous deux seriez mort ? Ce n’est pas un jeu ! Vous avez quel âge ?!
-Revenons à Farvel, mesdames, dit calmement Marie.
-Oui !... reprit Nagisa, plus hésitante que jamais. Nous devons avoir des preuves !
-Qu’est-ce que tu en pense, Jean-Michel ? Tu ne parles jamais, dit sèchement Laura.
-Ah, euh… C’est que je ne suis pas très bon pour parler dans ce genre de réunion…
-Oui, je connais ton caractère, mais on s’en fout, qu’est-ce que tu en penses ?
-Oui, héhé… Je pense qu’une personne devrait aller lui parler dans un endroit isolé, pendant que les autres se cacheront dans un endroit où ils auront un visuel direct sur la lieu de la discussion et où ils pourront intervenir rapidement. Voilà…
Un silence se fit un instant.
-Eh bien voilà, tu vois que tu peux sortir des trucs intéressant.
-C’est décidé, on fera comme Darky à dit, répondit Nagisa avec un grand sourire.
Ils discutèrent encore un peu ensuite, puis le groupe se dispersa devant le manoir de Laura. Tous se couchèrent avec pour intention de mettre au clair les intentions de Farvel pour le lendemain.

L’emploi du temps pour la classe de notre groupe se terminait à seize heures. Miyako seulement ne serait pas disponible pour l’opération OUP! : « Obtenir Une Preuve ! ». Marie elle, avait fini depuis quatorze heures. Il avait été décidé que ce serait Saya qui filerait Farvel, elle qui était une ancienne agente. Elle seule avait un contact direct sur Farvel, tandis que le groupe la suivait elle. Le but était de connaitre où il devait se rendre, et peut être de l’intercepter dans une grande place avec peu de monde. Durant tout le trajet, aucune occasion ne se présenta. Farvel marchait à un rythme assez lent malgré sa grande taille. Ses longs cheveux bleus se balançaient de droites à gauches. Il pouvait se vanter de les avoir encore plus long que n’importe quel fille du groupe. Farvel se rendit à la falaise, à un endroit bien connu de Darksky et de Laura. Il se tint un petit moment debout, à observer la mer, puis il s’assit au bord de celle-ci. Il ne faisait aucun mouvement, et il était de dos impassible. Impossible d’apercevoir son visage. A ce moment-là, le groupe rejoignit Saya. Les conditions étaient idéales. Personnes aux alentours, il avait deux cent à trois cents mètres carrés de surfaces ouvertes et des buissons pour pouvoir observer sans être vu. La décision fut prise d’envoyé Darksky comme messager car il était le seul garçon. Il rétorqua que Saya était un garçon manqué, mais son argumentation fut un échec et il s’avançait à présent, hésitant, au-devant du danger. Durant le même temps, Laura s’insurgea que personne ne l’avait prévenu.
Alors que Darksky  devait se trouver à quelques mètres de Farvel, celui-ci se leva d’un coup et parti en courant, sans son sac. Cela désarçonna Darksky qui ne savait plus quoi faire. Il choisit de suivre son instinct et il partit à la poursuite du jeune homme, ce qui ne manqua pas de déclencher un facepalm de la part de Laura. Le groupe se trouva alors totalement désorganisé et courut après Darksky avec du retard. Farvel courait vite, très vite. Darksky avait du mal à le suivre. Il vit la chevelure bleuté tourner à l’angle d’un bâtiment, puis d’un autre. Il était toujours dos et il n’arrivait pas à voir son visage. Farvel grimpa alors à une falaise de quelques mètres. Darksky le suivit sans hésiter en criant de l’attendre dès qu’il le pouvait. Il faillit tomber de la falaise mais il réussit à suivre Farvel dans sa course. Il ne faisait plus attention au groupe derrière lui, son seul objectif étant Farvel. Sur un nouveau virage, Darksky comprit qu’il venait de faire un tour complet et qu’il était revenu à la falaise. D’ailleurs, Farvel semblait s’y diriger à toute allure. Tout indiquait qu’il allait sauter et c’est ce qu’il fit. Darksky freina devant le bord et vit que Farvel avait disparu. Le fou s’était jeté de plus de vingt mètre de haut. La mer était agité et froide. Darksky n’attendit plus, il commença à se déshabiller. Il jeta sa veste, ses affaires, ses chaussures et chaussettes et s’élança. Il avait-il commencé sa chute libre, qu’une main le rattrapa la cheville, le coupant net dans sa chute. Il avait plongé la tête en avant, il n’arrivait pas à comprendre ce qu’il le retenait et il paniquait.
- Tais-toi et arrête de bouger, ou je te lâche ! Ordonna une voix.
Darksky reconnut celle de Farvel et il demandait comment il avait pu le rattraper alors qu’il venait de plonger. Il sentit la main le hisser sur le bord, d’une façon très désagréable. Il reprit ses esprits et il vit Farvel, habillé simplement d’un t-shirt bleu et un short blanc avec une ceinture qui dépasse sur le côté.
-Euh… Merci de m’avoir évité de plonger, tu m’as fait éviter pas mal de désagrément, héhé…
-Pourquoi as-tu plongé ?
-Je croyais que tu avais plongé, vu la manière dont tu as sauté, alors j’étais partie te rattraper.
Le visage sombre de Farvel sembla s’illuminer un court instant.
-Comme tu le vois, je m’étais seulement accroché à la plante juste en dessous du bord.
-Oui…
Un blanc se fit.
-Je rentre chez moi, ne viens plus me chercher d’emmerde.
-Attends ! Je voulais te poser une question !
-Alors vous êtes venu à cinq pour me poser une simple question ?
-Co… Comment tu le sais ?
-Peu importe, je n’ai pas le temps pour vos conneries. Quelle est ta question ?
-Est-ce que tu serais… par hasard… un agent d’Armageddon ?
-Quel est cette chose ? Répondit-il instantanément sans afficher la moindre expression.
-Ah… Je ne sais pas vraiment moi-même à vrai dire…
-Alors je ne sais pas non plus.
Puis Farvel se tourna et partit. Mais il dut se couper net dans sa progression en voyant débarquer à toute allure le groupe de fille. Celle-ci passèrent sur le côté gauche de Farvel et allèrent rejoindre Darksky sans lui prêter le moindre regard. Saya fut la première suivit de Marie et Nagisa tandis que Laura arrivait en marchant rapidement, en toute dernière. Darksky fut grondé par les premières arrivantes pour son manque de sécurité et sa précipitions. Darksky essayait de s’excuser tant bien que de mal puis Laura arriva. Elle regardait tristement Darksky, sans prononcer un mot. Il ne vit pas le bras s’armer. Une claque magistrale retentit dans tout le quartier. Darksky fut projeté à terre sous la violence de l’impact. Laura avait mis toute son énergie dans cette action.
-Imbécile, dit-elle la larme dans le coin de l’œil.
Farvel, qui vit toute la scène sans bouger, sans aucune expression se retourna et partit dans le bois.
-Oh ! Laura, tu es allé un peu fort là ! s’exclama Saya.
-Wow, la marque est nette sur la peau, s’étonna Marie.
-Ça ira, ça ira Nagisa. Je le méritais bien, je pense… répondit Darksky, toujours sonné par le choc
-Alors, c’est un agent d’Armageddon ? Même si j’en doute un peu parce qu’il nous a laissé ici sans nous touché tu vois, et c’est un peu bizarre, dit Saya avec entrain.
-Il a répondu « non » à ma question mais j’ai un doute sur lui.
-Comment ça ? Demanda doucement Nagisa.
-Il savait depuis le début que nous étions cinq.

Partie 03 : Révélation

Spoiler:
Après grande réflexion, tout le monde se mit d’accord qu’il n’y avait aucun moyen pour Farvel de savoir qu’ils étaient cinq et qu’il devait avoir eu recours à une aide extérieure.  Et c’était assez exceptionnel qu’une personne lambda ait recours à ce genre de procédé en plus d’avoir eu ce genre de réaction étrange. Car Darksky le répétait souvent : Farvel était chelou. Mais ils n’avaient eu que des indices et aucunes preuves. Ils ne pouvaient pas encore déclarer Farvel agent d’Armageddon. Cela décourageait beaucoup le groupe, même Saya. Leur première tentative avait été un échec tellement retentissant que Farvel était au courant de tout et qu’il leur serait très difficile de trouver une preuve à présent. Laura avait tenté de lui mettre une deuxième claque lorsquil avait raconté poser directement la question. C’était sans compter l’intervention de Nagisa.
Sur le chemin du retourn ils rencontrèrent Miyako qui les attendait les mains sur les hanches, avec sa tête des mauvais jours. Sur le moment Darksky eut la réflexion qu’elle faisait souvent des mauvais jours. Il rit et Miyako l’insulta. Après l’avoir mise au courant, Miyako répondit simplement qu’il devrait essayer de faire des recherches sur le passé de Farvel pour remonter jusqu’à maintenant. Laura hocha la tête avec conviction tandis que Saya tomba à terre sous le choc de la simplicité de Miyako. Tout le monde l’ignora et se concerta où chercher les informations sur le passé de Farvel.

Le lendemain, après les cours, Nagisa et Saya se rendirent à la salle des professeurs. Darksky voulait y aller à la base mais Saya insista fortement de s’y rendre, probablement pour laisser Laura et Darksky ensemble, du moins Nagisa l’avait compris. Celle-ci lui dit dans les couloirs que c’était inutile de faire ce genre de mouvement car Darksky et Laura se côtoyait tout le temps vu qu’ils vivaient au même endroit. Saya fronça les sourcils puis se fit une réflexion toute seule. Si Darksky et Laura s’aimait, mais qu’il n’avait pas encore réellement formé un couple et qu’en plus qu’ils vivaient sous le même toit. Cela ne voulait signifier qu’une seule chose ! Darksky et Laura s’aimaient, d’un amour fraternel !
-Ah… Je… Je ne voulais pas dire ça… Saya…
-Mais ça veut dire que… Non !
-Quoi ?!
-Quand ils se sont embrassés lors du bal… On les a poussés vers l’inceste !
-Attends… attends… Non, tu dis n’importe quoi Saya…
-Qu’est-ce qu’on a fait, Nagisa ? QU’EST CE QU’ON A FAIT ?!
-Saya… arrête de psalmodier des propos bizarre…
-Je suis une terrible personne. Je ne voulais pas les forcer à faire ce genre de chose. Qu’est-ce que j’ai fait. Est-ce que l’on me pardonnera d’avoir provoqué ce genre de chose je suis clairement la cause de ces évènements pourquoi je n’y avais pas pensé plus tôt je suis dangereuse pour darksky je dois aller les voirettoutleurdireilfautarrêtercettemascaradejesuisunemauvaisepersonneje…
- Saya ? Arrête de… psalmodier des propos bizarre… s’il te plait…
-…devraisallerrejoindreluminionetneplusjamaisrevenirvoirmaisavantdepartirilfaudraquejelesarrêteouiilfautquejelesarrêtecarsinonquelquechosedegravevasepasserjedois…
-Saya ! s’exclama Nagisa en la secouant fortement. Reprends tes esprits !
-Nagisa ?
-Arrête de dire n’importe quoi, Darksky et Laura ne sont pas frère et sœur ! Ils vivent juste ensemble !
-Ils ne sont pas frères et sœur ?
-Non…
-Mais alors pourquoi ils ne sont pas encore en couple ?
-Tu peux aller leur demander…
-Hum, j’y réflechis.
-Tu peux le faire après s’il te plait… On est à la salle des profs là…
Les deux filles demandèrent à consulter le registre de Farvel. Elles invoquèrent comme raison, chercher une information demandé par la présidente du conseil des élèves. Elles notèrent ainsi secrètement l’adresse, le numéro de téléphone ainsi que le nom et prénom sur un mémo de leurs smartphone puis elles rejoignirent Darksky et Laura qui les attendaient au portail.
-Non ! S’exclama Saya dans le couloir, sur le chemin du retour.
-Quoi ?...
-Tu ne crois pas qu’ils cachent leurs relations de couples en vérité ?! Tu crois qu’ils ont peur de l’avouer à tout le monde ?!
-Euh…

Ils firent une nouvelle table ronde dans le manoir de Laura. Ils partagèrent les informations obtenus. Il se nommait Farvel Lampiglinio, né le 6 Janvier 1999. Il habitait non loin du lycée, dans une résidence. Ils décidèrent d’aller le rencontrer directement chez lui après une petite période d’espionnage pour plus de sécurité. Ils commencèrent le lendemain. Ils se postèrent tôt le matin. Saya commença à 5 heures, puis ils se relayaient toutes les deux heures, sauf Miyako qui était en cours. Malgré que ce soit un jour d’école, personne ne sortit de la maison le matin et le cours n’allait pas tarder à commencer. Ce fut à Darksky et Nagisa qui eurent la mission d’aller noter les cours tandis que Laura et Saya se relayèrent à la surveillance. Farvel était en cours comme d’habitude alors que personne n’était sortis, ni rentré. Cependant, elles ne pouvaient faire autre chose et elles attendirent le retour de Farvel sans chercher à le filer. A vingt-deux heures aucune présence et tout le monde se ressembla pour une nouvelle table ronde. Ce fut un nouvel échec. Saya proposa de simplement laisser une caméra car il était possible qu’ils les avaient de nouveau repérés. Ils posèrent alors la caméra durant la nuit et allèrent tous en cours le lendemain. Mais ce fut la même chose. Farvel ne semblait jamais sortir de chez lui, par cette porte du moins. Personne n’en sortait en vérité. Comme si la maison était inhabitée en pleine période scolaire. Il fut alors décidé en dernier recours d’aller directement toquer et de faire fi des risques. Malgré le refus de Laura et Miyako en premier lieu, tout le monde accepta au bout d’un moment et il fut donné à Darksky et Nagisa la mission d’aller toquer.
Ils toquèrent une fois. Puis une deuxième, puis une troisième fois. Personne ne répondait. C’était un échec complet une nouvelle fois. Ils partirent rejoindre les filles cachés derrières quelques buissons. La porte s’ouvrit soudainement alors qu’ils avaient déjà parcouru quelques mètres. C’était un homme à la quarantaine, mal rasé, les cheveux bruns, hirsute, de taille moyenne, habillé à l’arrache.
-Que puis-je faire pour vous ? demanda-t-il avec une voix râpeuse ainsi qu’un léger accent italien.
-Nous venons rendre visite à Farvel, répondit Darksky, impressionné par ce retournement de situation.
-Farvel ? Il n’y a pas de Farvel ici.
-Mais nous sommes des amis, nous venons lui rendre visite. Nous avons consultés les fiches au lycée et…
-Oui mais il n’habite pas ici de toute façon, répondit-il sèchement.
-Vous le connaissez ?
-Oui, plus ou moins… Je suis son oncle. Franz Lampiglinio. Mais je ne savais pas qu’il avait des amis. Il faut dire qu’il n’a pas vraiment de relation sociale, le petit Farvel.
-Pour dire la vérité, je ne pense pas qu’ils nous considèrent comme des amis. Il ignore tout le monde la plupart du temps… dit Nagisa Mais on voulait lui parler, pour savoir mais…
-Vous n’avez pas son adresse, et je peux vous assurer que vous ne la trouverez pas avant quelques années de recherches ! s’exclama l’oncle en riant grassement. Rentrez donc les petits ! Et présentez-vous. Je vais vous raconter certaines choses sur Farvel, ça me fera un peu de changement dans mes mornes journées. Je vais vous préparer un café, ça vous laissera le temps de vous présenter et de vous préparer… psychologiquement.
Darksky et Nagisa entrèrent donc et s’assirent dans un sofa moelleux. La maison était tout en désordre, des affaires jetées çà et là dans toute la maison. La maison ne paraissait pas sale, juste totalement désordonné. Des livres, des cd, du matériel informatique et bien d’autre chose encore. Franz revint avec trois cafés et s’assit dans le fauteuil en face. Il posa de grandes lunettes rectangulaires au coin arrondi sur son nez puis se mit à observer avec attention les deux adolescents. Darksky et Nagisa se présentèrent. Ils échangèrent quelques banalités puis lors d’un silence, la mine de l’oncle s’assombrit brusquement. Il prit une gorgée puis posa sa tasse. Il observa intensément Darksky durant un court moment, avec un regard à la fois curieux mais reflétant une profonde mélancolie.
-Alors je vais donc vous raconter son histoire. Sachez que je ne sais que ce que je sais, c’est-à-dire peu de chose en vérité. Je vous avoue que ce soit auparavant ou maintenant, je n’ai jamais considéré ma famille comme des personnes importantes. C’est peut-être pour cette raison que nous sommes dans cette situation, mais bon…
Il soupira.
-Je sais que peu de chose, car je ne me suis pas intéressé et donc, j’ai peur de ne pas vous être d’une grande aide. Mais remontons donc dans le passé. Farvel était un garçon normal avec une vie normale mais certain évènement sont arrivés. Ses parents, c’est-à-dire mon beau-frère et ma sœur sont mort à cause d’un cambriolage qui avait mal tourné, du moins, c’est la version officielle. Moi, je n’en sais rien des vrais raisons. Evidemment, cela laissa le petit Farvel tout seul à l’âge de onze ans. Personnellement, je fus peu affecté par la nouvelle, je n’étais même pas venu aux funérailles. Je n’avais vu le petit Farvel qu’à l’âge de trois ans. J’entendis via les nouvelles qu’il fut transféré chez mon autre sœur. Je ne le sus évidemment que lorsqu’elle mourut elle aussi, au plein milieu d’un centre commercial. Elle avait amené Farvel acheté des jouets, il devait avoir douze ans, et elle fit une crise cardiaque. Elle avait trente-trois ans. Ils placèrent alors Farvel dans des familles d’accueils.
-Pourquoi pas chez vous ou chez vos parents, monsieur Lampiglinio ?
-Déjà, ma famille habitait dans le nord, le Danemark alors que moi, j’avais migré en Italie. Donc c’était compliqué au niveau du transport. Mais ce n’était pas le problème principal à vrai dire. Je vais vous raconter une autre histoire, une courte histoire, la mienne. Je ne sais pas les raisons qui m’ont poussé vers ce chemin mais j’ai décidé dans l’âge de mon adolescence, une lointaine époque pour moi à présent, de me consacrer uniquement à la création et plus particulièrement l’écriture car je n’ai jamais vraiment réussie à avoir une relation sociale à long terme. J’ai connu de nombreuses personne que j’ai toutes quasiment oubliés.
-Mais pourtant, vous ne me semblez pas « asocial », répondit timidement Nagisa.
-Oh non, je peux avoir des discussions très saines avec les gens qui m’entourent, ce n’est pas le problème. Non, ce n’est juste que je n’aime personne, ou du moins, très peu de personne. J’ai dû aimer trois à quatre personnes dans ma vie. Avec toutes les autres, je brouille mes relations volontairement ou non au bout d’un moment. Ce qui donne ma situation actuelle. Je vis seul dans cette petite maison depuis plus de vingt ans ne sortant que pour les besoins, courses et papiers. Le reste du temps, j’écris. Je passe mes journées à écrire. Aucun éditeur n’a voulu de moi, alors je touche le strict minimum pour vivre grâce aux donations sur internet.
-Et votre famille avec Farvel ? le coupa Darksky.
Oh… je n’ai jamais été très « famille ». Je n’ai pas de relation sociale, je vous l’ai dit. Je n’ai pas du parler avec ma famille depuis des années et c’est seulement eux qui m’envoient des lettres. C’est donc pour cette raison que je ne voulais pas de Farvel. Il ne devait pas grandir avec moi, je trouvais que c’était une mauvaise idée. Mais peut-être que j’aurais dû le prendre à l’époque. Peut-être… Quoi qu’il en soit, il est partit dans des familles d’accueils. En quatre ans, trois familles sur cinq ont été décimés par d’étranges évènements et les deux dernières n’ont plus voulu de lui après quelques semaines. Plus aucune famille ne le voulait. On le surnommait l’orphelin meurtrier, portant la poisse aux personnes proches. Même les orphelinats ne voulait plus de lui. Que ce soit vrai ou non, dix-sept personnes proches de Farvel sont mortes d’accidents divers. Après une nouvelle lettre me demandant presque en me suppliant de le prendre avec moi, je me rendis sur place. Une aventure extraordinaire pour moi. Et là, je l’ai rencontré pour la première fois depuis quatorze-ans. Il était une personne étrange, asocial. Je vis un peu de moi en lui. Il me proposa donc un marché, j’acceptai dans le prendre mais il vivrait dans un appartement qu’il s’achèterait lui-même avec l’argent de l’héritage, tout seul, sans jamais me voir sauf pour des urgences. C’était une offre en or pour moi alors j’ai accepté. J’ai essayé de retrouver son appartement, mais il est impossible d’y trouver de bons renseignements. J’ai abandonné depuis. J’ai même cherché Farvel dans le lycée sans succès.
-Il a une triste vie, répondit Darksky avec compassion. Je comprends mieux maintenant.
-Peut être bien, peut-être qu’il sème effectivement la mort autour de lui, répondit l’oncle avec froideur. Il était avec moi durant une longue période, pour le retour jusqu’à l’achat de son appartement. J’ai pu l’observer de près et je peux vous dire une chose : il est mort à l’intérieur. Je n’ai jamais vu de personne comme ça. Il ne cherche pas à communiquer, il évite au maximum. Faites attention, il semble très instable psychologiquement.
-Il empêche lui-même de créer des liens pour éviter de souffrir à la mort des autres.
-De toute façon, on ne peut pas savoir la cause des morts n’est-ce pas ? demanda Nagisa.
-Non, les enquêtes donnent beaucoup de détails mais se contredisent toutes.
-Etrange…
-Quoi qu’il en soit, je vais retourner à mon travail. J’ai décidé il y a longtemps à dédier ma vie à l’écriture et j’ai tout perdu pour cela, alors il ne me reste qu’à m’y plonger plus pleinement en oubliant le reste. C’était peut-être le mauvais choix mais je ne le regrette pas. Je vais vous raccompagner à la porte les enfants. Et je vais vous demander une seule chose : évitez de mourir pour Farvel, il n’en vaut pas la peine. Sa vie est déjà détruite, vous ne pourrez pas la reconstruire.
L’oncle ouvra la porte et Darksky et Nagisa partirent rejoindre les filles toujours cachés dans les buissons. Darsky se retourna et comprit pourquoi cet homme ne savait pas aimer. Un frisson lui parcourra le dos et le secoua tout entier. Chacun avait une histoire très différente et que tous suivait une voix qui lui était propre. Franz avait choisi la sienne sciemment en connaissance de cause. Il désapprouvait ce choix mais il se devait de l’accepter. Mais il pouvait le remercier de leurs appris tant de chose sur Farvel. Il commençait à mieux comprendre la raison de son comportement. Il sentait qu’ils avaient avancés et qu’ils pourraient aider Farvel à sortir de son malheur.


Dernière édition par AronGomu le Mar 8 Aoû - 4:03, édité 2 fois


avatar
Messages : 284
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Fic] L'inexistence

le Ven 4 Aoû - 1:44
Chapitre 04 : Crépuscule

Spoiler:
L’habituel salut matinal retentit et les élèves retombèrent sur leur chaise. Seul le tapotement de la craie sur le tableau dérangeait le silence ambiant. L’heure passa puis une deuxième et ce n’est qu’après que le professeur partit hors de la salle. Les chaises se levèrent à nouveau et des discussions éclatèrent partout dans la salle de classe. Darksky laissa les filles discuter entre elle et se dirigea vers le bureau de Farvel. Lorsqu’il fut devant, il se tut et se contenta de regarder Farvel, celui-ci étant concentré à finir de rédiger, probablement, une phrase dans son cahier. Lorsqu’il l’eut fini, il se tourna vers Darksky, tout en fermant le cahier, avec son éternel regard empli de lassitude. Les deux garçons se fixèrent du regard. Laura aperçut Darksky et essaya de crier son nom mais elle fut interrompu avant la fin de son mot par Saya. Celle-ci l’a regarda avec un signe de négation de la tête. Laura comprit qu’elle n’aurait fait qu’envenimer les choses en criant son nom ; elle aurait fait attirer toute l’attention de la classe sur eux.
-Contentez-vous d’observer, dit Saya à l’égard des filles. Ça pourrait dégénérer à n’importe quel moment.
La scène s’intensifiait. Darksky fut le premier à briser le silence.
-Comme tu peux le constater, je suis seul.
Farvel jeta un regard vers les filles.
-Tu le sais très bien que je ne les ai pas mise au courant.
-Certes. Qu’est-ce que tu me veux encore ?
-Je voudrais te demander de faire connaissance et venir rejoindre notre groupe et de, pourquoi ne pas, devenir amis.
-Es-tu stupide ?
-Je ne le pense pas.
-Je ne rejoindrais jamais votre groupe.
-Pour quel raison ?
-J’ai mes propres raisons.
-Est-ce que tu nous méprises ? Est-ce que tu n’aimes pas notre caractère ? Est-ce que tu n’aimes pas être en groupe ? Faire des sorties avec des amis ? Passer du bon temps ?
-J’ai mes propres raisons.
-Serait-ce parce que tu aurais vécu un évènement traumatisant ?
Une lueur jusqu’à la invisible, s’éclaira dans les yeux saphirs de Farvel. Un rictus de surprise apparut imperceptiblement.
-…
-Des morts ? Des proches ?
La lueur s’intensifia.
-Laisse-moi tranquille. Retourne voir tes amies.
Le bras de Darksky se leva tout à coup d’un demi-mètre, le laissa en suspens puis retomba sur ses hanches.
-Très bien, mais sache une chose, on ne te veut que du bien. Que tu sois un agent d’Armageddon ou non.
Farvel fit mine de ne pas écouter et Darksky retourna à sa place, visiblement mitigé de l’effet produit sur l’adolescent aux cheveux bleus. A son retour, Laura commença à s’énerver mais elle fut très rapidement coupée par Saya.
-C’était mon idée, Laura. Ne blâme pas que Darksky pour cela, comme tu as l’habitude de faire.
-Mais vous êtes insensé, vous ne connaissez rien de lui ! Vous n’avez pas entendu ce que nous avions dit à la table ronde ? On connait juste son passé ! Il peut avoir des pouvoirs et être à l’origine de la mort de toutes les personnes proches de lui comme il peut être inoffensif et juste malchanceux. Mais le risque reste trop grand !
-Et donc tu proposais de faire quoi ? Nous n’avions rien réussis à décider comme action à la réunion ! rétorqua Saya. Peu importe les plans que l’on proposait, c’était toujours trop risqué. Ce n’est pas avec vos précautions et votre logique que vous arriveriez à faire changer les choses ! Il faut faire des actions insensées et prendre des risques parfois.
-Et quel était l’intérêt de faire ça à part révéler des infos sur nous ?
-Ecoute Laura, dit Darksky. Je sais que ce que j’ai fait étais dangereux. On peut tout perdre sur cette action. Cependant, après concertation avec Saya, c’était le plus sensé, le plus en accord avec ce que l’on sait. On lui propose une alternative, ça peut marcher, ça peut le faire bouger. A moins que tu ne veuilles pas aider, Farvel.
-Ce n’est pas ça, mais il se peut qu’il n’ait aucun lien avec tout ça ou qu’il nous tue tous par une erreur d’inattention de TA part.
-Et donc tu veux le laisser dans ses ténèbres ? répondit Darksky. Tu aurais voulu qu’on te laisse toi, ou Miyako dans tes problèmes, que l’on ne vienne jamais t’aider ? Tu serais peut-être morte à l’heure qu’il est, ou tu n’aurais peut-être jamais gouté au bonheur depuis, s’énerva Darksky. Je comprends que tu es attachés à nous, mais pour y revenir, il faut de nouveau prendre des risques pour Farvel, que ce soit une réussite ou non.
Laura repensa brièvement à son passé et se rendit très vite compte de la situation.
-Je… Tu as raison Darksky, dit Laura en baissant la tête. Je suis bien contente de ne plus être comme avant. Mais ça ne t’autorise pas à prendre des risques inconsidérément sans que je le sache !
-Ok, ok, d’accord. Compris. Je te préviendrais désormais, ça te va ?
-Tu as intérêt, Jean-Michel. Sinon, je te réserve un sort pire que tu peux te l’imaginer.
-En fait, c’est Micha…
-Jean-Michel.

Pendant l’heure de cours qui suivait la discussion, Saya communiqua son étonnement à propos de la fermeté que fit Darksky lors de la discussion et lui-même s’en étonna. Saya pouffa en disant que c’était peut-être dû à plus de maturité de sa part, ce qui plongea ce dernier dans une grande introspection sur lui-même. Il ne comprit malheureusement rien du cours.

Un plan fut enfin décidé. Il était tout simplement de réitérer cette proposition régulièrement et de profiter des diverses occasions. Probablement qu’à un moment, Farvel accepterait. C’était peut-être du harcèlement mais qui s’en souciait ? Alors les propositions continuèrent, à chaque fois marquée par un refus de Farvel. Les jours passèrent ainsi que quelques semaines sans aucune réelle évolution. Les refus devinrent bientôt une routine pour le groupe. Nagisa désespérait des refus systématiques et se demandait ce qu’ils pouvaient faire pour accélérer la chose. Miyako répondit qu’à chaque fois, il s’était passé des événements déclencheurs pour chacun, ce qui n’était pas le cas pour Farvel jusqu’à présent. Laura comprit qu’avoir l’initiative ne serait pas une chose facile.

Alors qu’ils étaient tous dans le club de duel, essayant de passer le temps. La porte s’ouvrit. Cela surprit tout le monde car d’habitude, personne d’autre ne venait jamais et qu’ils étaient déjà au complet, même Marie les avait rejoint. Toutes les têtes se tournèrent vers l’ouverture de la porte et virent le même visage, celui du garçon aux longs cheveux bleus et aux yeux d’aciers. Celui-ci s’interrompit dans son mouvement et parcourra avec ses yeux vides l’ensemble de la salle. Il fit un léger mouvement de recul. Il avait l’air de s’être trompé d’endroit et cela devait être normal car il n’était nulle part indiqué que c’était la salle du club de duel. Il resta immobile, tout comme chacun attendant un déclencheur. Miyako se leva précipitamment et se dirigea à grand pas vers Farvel, puis, une fois devant lui, elle se planta bien droite et arma son bras droit pour lui coller une claque retentissante. Farvel ne fit rien pour l’éviter et une démarcation rouge colorait maintenant son visage fin. Il semblait stupéfait malgré son attitude toujours aussi froide, il ne cillait plus d’un pouce.
-Cela fait des semaines que l’on t’attend ! S’énerva Miyako. Allez dépêche-toi d’ent…
-Désolé, je me suis trompé de salle.
Puis il se détourna. Miyako le retenu en lui attrapant le bras. Il regarda Miyako puis se détacha de son emprise et partit dans le couloir sans un regard.
-Ouais, fais ton mec glacial mais tu le sais, un jour ça va exploser et on sera là, dit Miyako. Que tu le veuilles ou non.
Les cheveux bleus firent une dernière envolée avant de disparaitre dans l’angle du mur. L’ambiance dans la salle était pesante. Miyako se tourna lentement, abattu par tant d’ignorance.
-Ca… n’a pas marché, dit-elle. Il a l’air si… insensible.
-Non, tu te trompes Miyako, rétorqua Laura. Même si il feint l’indifférence, ton action l’a marqué. Tu as eu de l’effet, tu peux en être certaine. Après, je ne sais pas si c’est en bien ou en mal. Pour l’instant, on ne peut pas aller le chercher alors il faudra encore attendre. La patience est notre seule arme.
-Ca me saoule d’attendre moi ! Cria Saya. Il ne peut pas se bouger pour nous parler au moins ? Il est casse couille franchement !
-Oui, mais mets-toi à sa place, je pense que ça doit être très dur pour lui en ce moment, dit Nagisa.
-Mais selon ce qu’a dit l’oncle…
Darksky se leva, se détournant de la conversation car un détail l’intrigua soudainement vers la porte mais il ne sut dire lequel. Il se dirigea vers la porte qui était resté entrouverte. Il sortit de la salle, il regarda vers la direction dans laquelle était partit Farvel. Il eut un léger mouvement de surprise puis se reprit. Il continua de regarder dans le couloir une bonne trentaine de seconde puis retourna dans la salle visiblement perplexe.
La discussion se termina avec l’éternelle même conclusion et la lune se leva pour se coucher. Puis elle fit cela plusieurs fois. Répétant sans cesse la même chose, la seule différence étant la durée de l’obscurité qui s’allongeait à chaque nouveau cycle. Il faisait de plus en plus froid, l’hiver arrivait et dans quelques jours retentira le doux son des vacances scolaires de noël.
Mais pour l’heure, Darksky attendait, seul dans la fraicheur du crépuscule, Laura qui avait décidé de poser des questions au professeur. Evidemment, il fallait que ce soit parmi les professeurs les plus investis dans leur enseignement, et donc, il devait être en train d’expliquer en long en large et en travers toutes les subtilités des concepts mathématiques à Laura alors qu’elle devait déjà avoir compris, pas comme lui. Il avait alors accompagné Nagisa et Saya jusqu’au portail, et maintenant, il attendait seul. Il était vêtu d’un grand manteau noir, ainsi que d’une grande écharpe grise dont les deux extrémités tombaient dans le dos. Un jean sombre et des baskets ébène complétaient le reste de la panoplie. Une tenue adaptée à l’esprit de la saison.
Il prit son téléphone et envoya un sms à Laura qui lui répondit dans la foulée :
« Je parle avec le prof, trace ta route. »
Il soupira, se remémorant que ce n’était pas la première fois qu’elle lui faisait le coup. Quand elle était intéressée par un sujet, elle ne faisait plus attention à autre chose. Il partit donc en direction de la maison, les mains dans les poches, grelottant au passage du vent sur ses joues. Le mois de décembre n’était pas tendre. Sur le trajet, il devait passer par un parc et juste avant d’y entrer, il remarqua quelque chose d’inhabituel. Farvel était assis sur un banc et le fixait comme s’il l’attendait depuis un moment. Il comprit tout de suite et il se dirigea en direction de Farvel. Celui-ci le regarda avec son habituel regard froid, mais l’acier dans ses yeux semblaient avoir fondu. Darksky sentait que quelque chose avait changé chez Farvel, probablement en bien espérait-il. Il lui fit signe de s’asseoir, ce qu’il fit. Tout cela sans un mot. Farvel détourna ensuite le regard pour observer l’horizon entre deux arbres nus. Les derniers rayons du soleil peinaient à émerger et la nuit se profilait lentement.
-Je suis comme une araignée seule, perdu dans un coin de la maison, dit Farvel. La maison est abandonnée donc personne ne vient m’embêter. De temps en temps, quelque chose agite ma toile, probablement la brise qui s’infiltre par la fenêtre. J’étais dans ma solitude, sans me plaindre, ne réclamant qu’à passer les cycles jusqu’au jour où je mourrais sans faire de remous ou de vagues inutiles. Je veux simplement vivre dans la tranquillité absolue.
Il fit une pause. Le soleil venait de disparaitre et le froid s’accentuait.
-Pourtant, il a fallu que des nouvelles personnes emménage dans la maison remettant en question tout le quotidien que je venais de me construire. J’ai beau reconstruire ma toile dans les coins les plus reculés, ils sont assez maniaques pour inspecter chaque centimètre de leurs demeure, prenant bien soin tout nettoyer.
Il se tourna vers Darksky.
-Vous avez détruit ma toile, ma zone de confort. Et c’est de votre faute. Je ne vous ai rien demandé. Pourtant vous êtes venus avec vos idéaux utopiques et votre amour à l’eau de rose. Vous m’avez énervé et vous continuez de le faire. C’est pourquoi je vous demande une dernière fois. Laissez-moi tranquille. Sachez qu’une piqure d’araignée peut être mortelle.
Il y eu un court silence.
-Tu as peut être un lourd passé, des évènements traumatisants mais il n’en reste pas moins que ça ne te donne pas le droit de faire du mal à d’autres personnes.
-Du mal à d’autres personnes ? C’est justement ce que j’évite de faire.
Darksky tourna sa tête vers Farvel, sérieux.
-Il y a des gens que tu heurtes en les ignorants. Tu nous heurtes avec ton attitude. On voudrait que tu souris, que tu sois heureux et que ce ne soit pas qu’une façade. Parce que tu nous intéresse.
-Vous voulez que je sois heureux uniquement parce que vous en ressentez le besoin.
-Oui, c’est purement égoïste de notre part. Tu n’es pas une araignée, Farvel. Tu es un homme. Et un homme a besoin de relation social pour vivre.
-C’est du non-sens.
-Tu ne vis pas Farvel, tu survis. Il n’y a aucune raison de vouloir survivre à moins de vouloir vivre et… cette raison de vivre, tu peux la trouver en nous.
-Tu crois vraiment qu’en devenant amis avec vous, je recommencerais à bien me porter, à rire bêtement aux éclats à des blagues nulles ? Que je viendrais raconter ma vie qui n’a aucun intérêt ? Que je vais devenir un être qu’aucun de mes amis n’oubliera seulement deux ans après qu’on se sera perdu de vue ? Ha ! Je ne le pense pas.
-Et pourquoi pas ?
-Parce que je ne le peux pas.
-Mais est-ce que tu nous aime bien au moins ? Est-ce qu’on est aussi mauvais que ça ?
-Non… Non… Je vous aime bien mais…
-Alors il n’y a pas de « mais » ou de possibilités, si tu le veux, tu le peux et on t’aidera pour ça. Tu as peur de nous rejoindre ? Il y a des choses qui te freinent ?
-C’est compliqué…
-Au fond de toi, tu as le désir de nous rejoindre. Il ne faut pas avoir peur de nous faire du mal car si tu as de l’affection pour nous, tu ne pourras jamais nous faire de mal. Parce qu’on est ami vois-tu ?
Les yeux de Farvel brillèrent pour la première fois à ces mots. Sa bouche s’ouvra mais aucun son n’en sortie. Il baissa la tête, plongeant dans ses pensées.
-Je sais que tu ne dois pas avoir l’habitude. Nous aussi nous avons vécu des moments difficiles. Après, je ne connais pas ton passé mais, il ne faut pas que çela te freine. Le passé c’est révolu, nous sommes dans une autre époque à présent. Tu n’es plus celui que tu étais il y a des années, ni même quelques minutes. Nous changeons constamment, nous sommes jamais les même. Et rien que pour ça, ça vaut le coup d’accompagner ce changement perpétuel et de passer outres les choses qui nous retiennent prisonnier. Moi, je crois en toi Farvel. Je ne te connais pas, mais je te fais pleinement confiance. J’ai peut-être tort, peut être tu es mon ennemi et je mourrais un poignard dans le dos mais si je dois passer ma vie à avoir peur de tout ce qui m’entoure, je… je ne voudrais pas... J’ai connu le pire du l’humanité mais aussi le meilleur. Et je crois que l’homme est bon.
Darksky se tut et laissa Farvel méditer sur ces longues paroles. Après quelques secondes, Farvel se retourna vers Darksky en le regardant dans les yeux.
-Je… Je crois que…
Puis il se tut brusquement et son regard se tourna vers l’entrée du parc par laquelle Darksky était rentrée. Le bruit d’un sac tombant sur le sol retentit et Darksky vit alors Laura, bouleversé, les fixant. Farvel se leva brusquement et marcha en direction de Laura, avec son regard d’acier. Alors qu’il arrivait au niveau de Laura, elle eut un petit geste de recul, effrayé, et il la dépassa avec d’une démarche déterminé. Il quitta le parc, laissant Laura interdite au milieu de l’allée et Darksky en sueur sur le banc. Tous les deux ils n’avaient réussit à bouger, une peur viscérale les en empêchant. Après quelques secondes d’immobilité, Laura s’avança vers Darksky, le regarda, puis s’effondra sur lui, en larmes. Il reste interdit quelque temps puis, comprenant entièrement ce qu’elle ressentait, la prit dans ses bras, posant sa tête sur la sienne, la laissant déverser son flot d’émotion. Il sentit alors une larme couler le long de sa joue.
« On est tous fragile n’est-ce pas ? »

Chapitre 05 : Incompréhension

Spoiler:
Sur le chemin du retour, Darksky et Laura ne s’échangèrent aucun mots et ce, jusqu’à la fin de la soirée. Alors que Darksky atteignit la lumière de sa chambre, la porte de sa chambre s’entrouvrit. Dans l’entrebâillement, il vit la silhouette de Laura se dessiner.
« Merci… »
Puis la porte se ferma aussitôt et il entendit les bruits de pas s’éloigner rapidement. Il secoua la tête avec un léger sourire au coin de la lèvre et s’endormit rapidement.

Le lendemain, il ne discuta avec personne des évènements passés. Alors que le cours venait de commencer, il remarqua que la place de Farvel était vide. Pourtant, Farvel a toujours été présent à tous les cours depuis le début de l’année. Darksky se dit que, finalement, lui aussi pouvait être touché émotionnellement et que cela devait être une bonne chose. Enfin, il l’espérait.
Lors de la pause, il demanda à toutes les filles de faire une réunion ce soir pour faire une nouvelle mise au point en se gardant bien de raconter l’évènement de la soirée. Il avait beaucoup réfléchit sur Farvel et il s’était mis à douter lui. Toutes ses apparitions au parfait moment, le fait de ne pas pouvoir trouver sa maison et son sorte de sixième sens pour voir les choses qu’il ne devrait pas normalement le laissait penser qu’il devait avoir quelques sortes de pouvoirs psychiques. Cela n’était pas si bête de croire à des pouvoirs psychiques, sachant que beaucoup d’ennemi qu’ils avaient rencontré possédait des pouvoirs extraordinaires plus ou moins proches. Et de plus, si cela était vrai, alors ça coïncidait bien avec sa situation actuelle. Ca ajoutait un facteur supplémentaire pour favoriser son isolation. Après, il se pouvait que ce soit que pur coïncidence. Mais il ne voulait pas prendre de risque. C’est pour cette raison qu’il avait décidé de ne rien raconter à quiconque pour l’instant car si Farvel avait une possibilité, même minime, de lire dans les pensées, alors il ne voudrait peut-être pas que tous se sache. Alors Darksky lui posa une condition mentale : ce soir, tout sera révélé et si tu veux stopper cela, il faudra venir me voir. Cela lui paraissait être une condition plutôt juste. Même si Farvel n’était pas venu au lycée, il pouvait roder dans environ. Darksky ne voulait vraiment pas prendre de risque étant si près du but.
Mais aucun évènement notable ne se passa dans la journée et le soir vint. Tout le groupe était autour d’une table dans leur manoir. Prêt à entamer la réunion.
-Bon, bah nous sommes prêt je crois, déclara Nagisa. Nous pouvons commencer.
Darksky leva la main.
-Je voudrais prendre la parole en premier, vu que c’est moins qui ait demandé la réunion. En fait, il y a une raison derrière ça, Laura peut approuver. J’ai discuté avec Farvel hier.
-Hier ! Mais pourquoi tu nous ne l’as pas dit plus tôt ! S’écria Saya.
Toute la table s’agitait, sauf Laura qui resta les bras croisés et yeux fermés adossé à son siège.
-Wohwohwoh ! Laissez-moi vous expliquez au moins. Il y a une raison à tout. Je vais d’abord vous racontez ce qui s’est passé.
Il attendit quelques secondes le temps de voir que tout le monde se calma puis commença.
-J’ai rencontré Farvel dans le parc hier soir en rentrant. Il m’attendait. Il a voulu me parler et j’ai accepté. Il voulait que le laisse tranquille, qu’on cesse de lui parler, qu’il devienne un fantôme. Alors j’ai dit ce que j’avais sur le cœur. Je lui ai dit qu’on voulait vraiment qu’il nous rejoigne car on connaissait les risques de tels comportements. Je lui ai dit qu’on lui voulait que du bien. Je crois bien que j’ai enfin réussit à le toucher sérieusement. J’ai vu ses yeux briller. Il nous a dit qu’il nous aimait bien quand même puis il voulait nous dire une dernière chose mais lorsqu’il a vu Laura arriver et il s’est arrêté et il est partie. J’ai voulu le rattraper mais ce fut étrange. Laura et moi, nous étions comme paralysés sur place pendant qu’il partait. Tu peux approuver Laura ?
-Oui, impossible de bouger, dit-elle en ouvrant ses yeux ébène. Tous mes muscles étaient tétanisés.
-Ce qui me fait penser que Farvel possède des pouvoirs.
-Des pouvoirs ? S’exclama Miyako. Quels genres de pouvoirs ? Ce n’est pas si courant tu sais. On a beau en rencontrer régulièrement, mais seule une poignée d’humain pourrait posséder des pouvoirs et encore, je compte ceux avec des pouvoirs délivrés par d’autres êtres.
-Mais je pense effectivement qu’il possède des pouvoirs psychiques qui agissent sur les autres humains. Cela pourrait expliquer le fait que personne ne trouve où il habite, qu’il nous rencontre toujours au bon moment, qu’il puisse repérer des personnes cachées.
-Mais il viendrait d’Armagueddon ? Questionna Nagisa.
-Je ne pense pas. Son comportement est trop aléatoire, répondit Laura.
-Je ne pense pas non plus, dit Darksky. Nous sommes peut être vraiment tombés sur une exception de la nature.
-Mais alors, qu’est-ce qu’on doit faire ? Demanda Saya. Il n’était pas en cours aujourd’hui et ça doit être probablement à cause de hier si tu le dis l’avoir touché émotionnellement.
-On devrait attendre qu’il revienne et lui redemander ? dit Darksky.
-Mais attends, interrompit Miyako. S’il possède véritablement des pouvoirs psychiques qui peuvent agir sur nous. Est-ce que la discussion de hier ne pourrait pas être un piège ou même une illusion ?
-Si on commence à penser comme ça, on se perdra, répondit Nagisa. S’il possède effectivement un tel pouvoir qui permet de agir sur la mémoire, de lire toutes les pensées, alors on a déjà perdu parce qu’on ne pourra rien faire, on doutera de tout en permanence et on tombera tous dans la paranoïa. On ne peut pas penser comme ça.
-C’est peut être une chose possible, dit Laura. Mais Nagisa à raison. Si ce que tu dis Miyako est vrai, que pouvons-nous faire ? Nos souvenirs sont faux. Notre passé est faux. Nos relations sont altérées. Nous sommes totalement assujettis à Farvel. Nous avons déjà perdu. Tout ce que l’on vient de dire est de l’ordre de l’hypothèse. Ce sont des suppositions. Nous ne sommes même pas sûrs qu’il ait un quelconque pouvoir. On peut tout expliquer autrement aussi.
-Certes, mais c’est effectivement plus pratique et logique de se dire qu’il peut influer un minimum sur les personnes sinon comment expliquer qu’un appartement soit introuvable ? demanda Marie. On a beau avoir fouillé toutes la zone dans laquelle on l’avait suivi la première fois, chaque maison des quatre quartiers environnant. Rien.
-Je propose de considérer qu’il possède des pouvoirs psychiques relativement moyens mais qui ne peut pas altérer la mémoire ou agir trop profondément sur l’individu, dit Saya. Simplement des choses basiques comme immobiliser une personne, lire les émotions, embrouiller le sens de l’orientation et faire oublier des détails précis comme une adresse par exemple.  Cela nous permettra d’être au moins prudent avec nos relations avec lui. Puis, je propose de suivre le plan de Darksky pour la suite. On l’attend.
-Et que faire s’il fuit la ville et part ? dit simplement Marie.
Tout le monde dirigea son regard surpris vers Marie. Personne ne semblait avoir pensé cette alternatives pourtant si évidente.
-Tu crois qu’il pourrait partir ? demanda Darksky les yeux grands ouverts.
-Eh bien, il n’était pas là aujourd’hui parait-il et il a reçu un gros choc émotionnel hier. Je suppose simplement que c’est possible. Et vu qu’il peut camoufler ses mouvements, on ne pourrait jamais le revoir.
Darksky se leva précipitamment sa chaise et se dirigea vers la porte.
-Merde ! Je dois aller le…
Il fut plaqué violement sur le mur par un geste sec de Laura qui s’était levé en réaction. Il eut le souffle coupé.
-Tu n’iras nulle part playboy. Parce que, un,  c’est trop dangereux, et de deux, tu ne peux rien y faire. Mais on doit parler après la réunion, de tes agissements, en tête-à-tête…
Toute la table s’était à demi levé puis s’était laissé retomber dans un soupir. Darksky a demi-sonné, se laissa glisser lentement sur le mur, le temps de reprendre ses esprits. Laura s’était rassise sur sa chaise, les bras croisés à nouveau.
-Donc, que faisons-nous, demanda timidement Nagisa.
-Wait and see ! déclara fortement Saya.
Tout le monde autour de la table approuva, à l’exception de Darksky à demi étendu sur le sol. Toutes les filles rentrèrent chez elles, laissant Darksky et Laura seuls dans la salle de réunion, qui n’était au final rien d’autre qu’un grenier aménagé avec une table ronde. Darksky était assis, la tête baissé, peut être honteux tandis que Laura ferma la porte après un dernier en revoir, lancé à Marie qui allait se coucher.
-Tu as quelque chose à dire ? demanda Laura glaciale.
-…
-Tu pourrais me répondre au moins, c’est la moindre des choses.
-Que veux-tu que je te dise ? dit-il en relevant la tête, les yeux vaporeux.
-Que tu es désolé d’avoir fait une action stupide et que tu méritais ce que je t’ai fait.
-Mais tout ce qu’on a fait ne servira à rien s’il part !
-Et qu’est-ce que tu veux y faire ? C’est déjà impossible de trouver sa demeure, alors s’il en change…
-Mais faut bien faire quelque chose !
-Mais quoi !?
-Je ne sais pas moi…
-Tu es simplement stupide. Tu réfléchis un peu avant de faire quoi que ce soit ?
-Mais pourquoi tu es si violente tout à coup ?! Tu relâches toute ta frustration sur moi ? Je croyais qu’avec ce que tu m’avais dit hier soir, c’était bon…
-Eh bien non, j’ai bien cru mourir à l’instant où Farvel s’était avancé vers moi. C’était l’une des pires sensations que je n’ai jamais vécu. Au moment où je t’ai vu avec lui, j’ai pensé aux pires choses possibles. Tu ne peux pas me faire oublier ça avec un simple câlin !
-Mais pourquoi tu es toujours aussi compliqué avec moi ?
-Mais parce que je t’aime espèce d’imbécile !
-Hein ? répondit Darksky abasourdit.
-Tu crois que le baiser lors du bal c’était de la figuration ? Tu crois que toutes mes réactions envers toi c’était simplement à cause de mon caractère ? Tu es stupide ou quoi ? Tu passes ton temps avec un groupe de fille. Le seul ami que tu as et que je connais qui n’en soit pas une, c’est Draco. Sinon, tu es entouré en permanence de fille et il ne t’est pas venu à l’idée une seule seconde que l’une d’entre elle puisse t’aimer ? Tu vis dans quel monde ?
-Mais je… toi ?
-Qu’est ce qui ne vas pas dans le fait que ce soit moi ? Je ne suis plus la gamine que tu connaissais. Les gens évoluent. Et je t’aime. Ou alors tu es peut être gay. Oui, c’est logique finalement.
-Non, ce n’est juste que… je n’y ai jamais pensé… Je vous considère tous comme de vrais amies mais…
-Mais quoi ?
-Qu’est-ce que… Qu’est-ce que tu veux que je fasse ?
-Que tu viennes, me serre tendrement dans tes bras et que tu m’embrasses amoureusement.
-Je…
-Qu’est ce qui ne va pas avec ça ?!
Laura commençait à avoir les yeux brouillés par les larmes.
-Je ne peux pas, dit-il en détournant la tête. Je ne peux pas m’y résoudre. Il faut que j’y réfléchisse.
-Réfléchir à quoi !?
-Je ne sais pas moi ! S’exclama en retour Darksky. Tu me balances que tu m’aimes comme ça dans une situation critique ! Je ne sais pas ce que je dois faire moi ! Je veux prendre du temps pour y réfléchir ! C’est si soudain…
-Très bien ! Et bien prends-le ton temps ! hurla-t-elle en claquant la porte derrière elle.
Darksky resta là, bouché bée devant une telle scène. Il n’avait jamais eu cela dans sa vie et il n’arrivait pas à réfléchir. Son cerveau tournait à plein régime, des milliers d’idées fusaient dans tous les sens mais aucune n’arrivait vraiment à rester.
« Mais parce que je t’aime espèce d’imbécile ! »
La phrase résonna dans son esprit. Il resta de longues minutes, observant fixement cette porte qui venait d’emporter la tornade qui l’avait secoué. Il se remit lentement à agir. Il réussit à revenir dans sa chambre, pour se jeter dans son lit. Il se changea puis s’enroula dans ses draps tels une larve dans un cocon soyeux. Il réfléchit intensément.
Il fit une grande rétrospection sur lui-même. Il ne se remémorait jamais avoir ressenti ce que tout le monde appelle « amour ». Il se rendit que c’était effectivement étrange de n’avoir jamais rien ressenti de tel choses en étant entouré en permanence d’une présence féminine. Il ne sentait pas d’attraction particulière autre qu’amicale. Peut-être qu’il était effectivement gay. Peut-être aimait-il les hommes après tout. Pourtant, là aussi, il n’avait jamais ressenti d’émotions. Peut-être ne le sentait-il pas mais qu’elles étaient là après tout. Qu’est-ce qu’il voulait ? Pourquoi les choses devaient tourner ainsi ? Pourquoi ?
Il s’endormi dans un tourment de question non résolu, bien plus tard que son heure habituel. Le matin, il eut quelques difficultés pour se lever. Les questions résonnaient toujours dans sa tête. Il s’arrêta à l’encadrement de la porte, voyant Laura et Marie manger en silence le petit déjeuner. Laura le foudroya du regard, se leva et quitta la table, sans un mot, sans finir de manger. Darksky ne dit rien. Il n’avait rien à dire.
Sur le chemin vers le lycée, il ne vit pas Laura. Ni devant l’entrée du lycée, devant laquelle Nagisa, Miyako et Saya l’attendait. Les filles lui dirent qu’elles avaient vu Laura passer sans un mot et se diriger directement vers la salle de classe. Elles lui demandèrent ce qu’ils s’étaient passés.
« Problème de cœur »
-Ah bah,  vas lui parler tout de suite alors ! rétorqua Saya.
-Mais je ne sais pas quoi lui dire…
-Simplement que tu l’aimes, dit Nagisa.
-Mais je ne sais pas si je l’aime de cette manière moi !
-Ah…
-Effectivement, ça complique bien les choses alors, dit Miyako.

En rentrant dans les salles de classes, il vit Laura assise, sans lui prêter un seul regard. Il se dit qu’il valait mieux éviter pour aujourd’hui. Farvel n’était toujours pas en classe non plus. La journée passa, lentement. Trop lentement pour Darksky. De sombres pensées tournaient autour de lui. Au retour, Laura était partie bien avant lui. Une fois de retour au manoir, il avait compris qu’elle s’était enfermée dans sa chambre. Que pouvait-il y faire ? Il passa une mauvaise nuit.
La journée suivante était du même acabit. L’air était glacé. Aucune chaleur ne pénétrait. Puis il se passa une semaine comme ça. Il ne savait pas quoi faire. Les cauchemars le hantaient. D’énormes cernes se dessinaient sous ses yeux vides. Il se regardait dans le miroir. Dire qu’il avait fait la leçon à Farvel. Il se sentait stupide. Dire qu’il suffisait simplement de répondre à son amour pour régler la situation. Pourtant… Il ne se sentait pas de mentir. Il ne voulait pas être faux. Il ne savait pas ce qu’il voulait.
La journée se passa encore de la même manière. Un lundi glacial. C’était le plus froid de l’hiver. Au début du dernier cours de la journée, il demanda à la professeure s’il pouvait partir cinq minutes plus tôt pour une raison de rendez-vous. Ce fut accepté. Il partit donc cinq minutes avant la fin des cours. Il marcha en direction de retour au manoir. Une fois dans le parc, il s’assit sur le même banc que la dernière fois. Les rayons du soleil le frappaient directement sur la tête, le réchauffant à peine. Il y avait peu d’agitation dans ce parc. Il était assez isolé dans des quartiers où il y avait peu d’enfant. Et l’hiver n’aidait pas vraiment.
Il entendit des bruits de pas. Laura était rentrée dans le parc. Elle l’avait vu, évidemment, mais se contentait de l’ignorer. Elle s’avançait vers la deuxième sortie du parc qui était juste à côté de là où était assis Darksky. Alors qu’elle passa à côté du banc, une main retint son bras.
« S’il te plait, est ce que je pourrais te parler ? »
Elle s’immobilisa un instant.
« D’accord. »
Elle s’assit à côté de Darksky et le fixa de son regard si profond.
-J’ai beaucoup réfléchit sur ce que tu m’as dit, sur qui je suis. Et tu as raison, je ne suis qu’un imbécile. Je ne sais pas voir l’évident. Je ne sais pas voir quand une amie souffre. C’est de ma faute.

-Mais ça suffit. Je ne veux plus continuer ainsi. Ça devient insupportable. Je voudrais tellement je dire que je t’aime en retour. Mais je ne peux pas. Je ne veux pas te mentir. Je ne veux pas te faire du mal d’avantage. Je le sens. Je sens ce que tu ressens. Mais je n’y réponds pas. Alors. Je voudrais te demander l’impossible. Mais je vais quand même te le demander. Je… Je voudrais te demander de patienter…
-Comment ?
-Je voudrais te demander de vouloir bien attendre ma réponse. D’attendre que je mature. Car j’ai compris qu’il me manque quelque chose. Je ne suis pas aussi mature que tu l’es. Alors. Est-ce que tu voudras bien m’attendre ? Je sais que c’est totalement égoïste de ma part. Mais, c’est ma réponse la plus honnête. Je…
-D’accord.
-Laura ?
-C’est d’accord. Je t’attendrais. Mais tu as intérêt à ce que ce soit rapide. Sinon, tu sais ce qu’il va arriver, dit-elle avec un grand sourire, la larme à l’œil.
Puis elle enroula ses bras autour de Darksky, le serrant tendrement. Il fut surpris mais la laissa faire.
-Oui, bien sûr.
-…
-…
-On peut rentrer alors.
« Oui. »


Partie 01 : Soupçon

Le soleil se levait sur la ville endormie. La nuit fut chaude, et même si l’air ambient était redevenu plus frais, la chaleur ardente du début de ce mois de septembre continuait de rappeler l’été passé avec sa canicule exceptionnel. Quelques instant après l’aube, un garçon aux cheveux d’ébènes fut secoué énergiquement dans son lit, lui qui était si bien installé dans ses rêves.
-Darksky ! Oh ! Lève-toi ! cria Laura dans la chambre. C’est la rentrée aujourd’hui espèce d’idiot, bouge-toi !
Pour seul réponse, elle obtint un grognement évasif et un Darksky qui se tourna sur le coté de façon à se mettre de dos par rapport à Laura. Cela fit lui fit apparaitre un rictus d’agacement sur le faciès.
-JEAN-MICHEL !
Le hurlement de Laura fit bondir Darksky qui, dans une envolée spectaculaire, retomba en faisant une John Cena à son drap ce qui eut pour effet de lui provoquer un bleu au niveau du coude.
-Ah, enfin. Bon, ne crois pas que je te lèverais tous les jours non plus, mais aujourd’hui, c’était la rentrée tout de même. J’aurais espéré que tu fasses un plus grand effort, mais il faut croire que tu n’es qu’un imbécile heureux. Il te reste quarante minutes pour te préparer, dépêche-toi, dit Laura sèchement en claquant la porte derrière elle.
Darksky, qui se remettait à peine de son cauchemar éveillé, entendit le gloussement atténué de Marie et comprit alors que c’était effectivement la rentrée. Adieu toutes les grasses matinées, les jours à glander dans le parc ou sur le bord de la falaise, et surtout le temps pour jouer au duel de monstre. Une ombre de nostalgie planait déjà dans ses yeux et il se résolut à aller s’habiller, la mine sombre.

Laura avait prévu le coup en le réveillant bien à l’avance. Il put prendre tranquillement son petit déjeuner, en la compagnie silencieuse de Marie puis ils partirent tous les trois sur le chemin du lycée, élancé sur la route du commencement de la finalité de leurs périodes lycéenne. Sur le chemin, Marie et Laura discutait entre-elles, laissant Darksky un peu en retrait. Celui-ci repensait aux déroulements des récents évènements avec les démons, Armageddon et la venue d’Iori. Il n’avait pas vraiment pris le temps d’y repenser, probablement par lassitude et fainéantise. En effet, la menace d’Armageddon n’avait pas l’air immédiat. En y réfléchissant un peu plus, il comprenait qu’ils avaient plus l’habitude de subir les évènements que de les contrôler. C’était peut-être pour ça qu’il avait eu à chaque fois tant de mal à se sortir des embrouilles et qu’il avait failli risquer la mort de Laura… Non, il avait comme un sentiment de malaise en repensant au combat de Laura. C’est comme si, il avait l’impression que Laura devait être morte. Il effaça ces idées ténébreuses d’un revers de la main en arrivant devant le portail du lycée. Il ne devait pas s’en inquiéter, Laura était là, avec eux, et elle le resterait.
La cérémonie de rentrée, quoique atypique pour une école française, était devenu habituel dans cette lycée. Nagisa, Saya rejoignèrent Darksky et Laura. Ils restèrent silencieux lors de la cérémonie puis ils partirent rejoindre leur classe. Les quatre amis avaient tous pris la même option : l’allemand euro. De ce fait, ils étaient tous regroupé dans la même classe car le heureux hasard avait décidé qu’ils soient tous dans la même filière. Saya l’expliquait que c’était pour être avec Darksky, Laura pour faire des études scientifiques de renommé, Nagisa pour s’ouvrir sur toutes les possibilités et Darksky par défaut. L’année commença dans la bonne humeur, et tout allait pour le mieux.
Le groupe apprit, en rencontrant Miyako dans les couloirs, que celle-ci avait rejoint l’école préparatoire au sein du lycée, et que malgré la frontière séparant les deux enseignes, elle pouvait tout de même les rejoindre dans le club lors de ses révisions. Cependant, elle comprit rapidement que cela ne valait pas le coup pour réviser, tant Saya était bruyante, mais elle continuait de venir tout de même. A chaque apparition de Miyako à travers la porte de la salle du club, un sourire narquois se dessinait sur les visages de Darksky et Saya, tandis que Miyako détournait le regard dans un air hautain : « ce n’est pas ce que vous croyez ».
Ils reprenaient le cours de la vie normale, sans apocalypse, sans démons, sans être surnaturel, sans Hélios qui avait disparu depuis un bon bout de temps.

Les pieds des chaises crissèrent sur le sol boisé dans la salle de classe. Après le vacarme habituel de leurs installations, la salutation habituelle du professeur envers ses élèves se fit. Le professeur était un homme âgé, probablement quinquagénaire, les rides creusaient son front large. Sa tête ronde, parsemé de quelques cheveux sur le haut du crane signe d’une calvitie précoce et ses lunettes rondes. Sa chemise blanche à carreau bleu entièrement boutonnée rentrée dans son pantalon marron lui donnait tout l’allure d’un professeur de physique. Il était professeur de philosophie.
Après avoir sortie quelques affaires de son vieux sac marron, il releva sa tête baissée dans son sac et parcourra la classe du regard.
-Ah oui. Il y a un nouvel élève dans la classe. Viens entre, dit-il en faisant signe à une personne dans le couloir.
Un garçon entra. C’était un grand adolescent, autant de par sa taille, que par sa maturité ressurgissante. Il avait un visage plutôt androgyne, carré mais arrondit dur les côtés. De longs cheveux bleus sombres tombèrent jusqu’à ses hanches. Il était affublé de deux yeux à l’aspect embrumés, comme si ses pensées étaient perdues dans un brouillard bleuté. Pour sa taille, il était très fin. Il était un peu comme une perche. Il dominait le professeur d’une tête. Une fois au bureau du professeur, le vieil homme lui demanda de se présenter alors le jeune homme se retourna vers la classe.
« Farvel. »
Puis il se dirigea à une place libre, sur le côté couloir aux premiers rangs de la classe, à l’opposé du groupe de nos protagonistes qui se trouvaient à l’autre bout de la diagonale. Il traversa ainsi la marée de chuchotement incrédule des élèves. Le professeur qui semblait presque content de la résolution, s’affaira à commencer le cours sur Freud.
Saya, qui était placé sur le côté droit de Darksky, lui demanda, pendant que le prof fut dos à la classe, comment il trouvait le nouvel élève.
-J’ai crus comprendre qu’il s’appelait Farvel. Mais je n’en sais pas plus que ça. Il ne me semble pas vraiment amical.
-Tu crois qu’il a un passé sombre et ténébreux comme nous tous, pour être dans cet état-là ? s’immisça Nagisa qui semblait visiblement inquiète de l’état du nouvel arrivant.
-Il faut arrêter de spéculer sur du vide là, répondit Darksky. De toute façon, c’est un mec.
-Et c’est quoi le problème Darky ? demanda Saya.
-Mais regarde bien, toutes les personnes qui ont rejoint notre groupe était des filles. Si on suit la constante, vu que c’est un mec, il est peu probable qu’il ait un passé trop dark tavu.
-Statistiquement, il y a plus de chance que ce soit un gars, répondit Saya.
-Non mais de toute façon, il doit juste faire style, pour attirer l’attention. C’est juste un gros dalleux qui réclame de l’attention. Il y a juste à voir ses cheveux et la tronche de mort qu’il tire en permanence. On dirait qu’il n’a aucune émotion le mec. Moi, je pense qu’il n’a pas vraiment de poten… Quoi Nagisa ?
-Tiens, le coupa Nagisa en tendant un papier plié en quatre à Darksky. De la part de Laura.
-Ah ? Elle n’est qu’à trois tables de moi, elle pourrait me le dire, dit-il en murmurant aux filles le juxtaposant.
Il prit soin de déplier le papier et lit alors le message inscrit.
« Ferme ta gueule. »
Il tourna le regard vers Laura qui s’occupait alors à prendre le cours avec assiduité. Un frisson lui parcourra le dos. Le choc fut violent, très violent. Saya, rien qu’à la tête que tirait son fameux Darky avait compris le message et retourna à ses dessins dignes des meilleurs éléments de petite section. Nagisa, qui n’avait suivi qu’à moitié la conversation, s’attachait à observer intensément le tableau sur lequel le prof dessinait un schéma. Quant à Darksky, c’est presque s’il tombait de sa chaise. Le cours passa, et même si l’agitation en classe autour de Farvel, car tel était véritablement son nom, était grande, l’intérêt retomba rapidement. Farvel était finalement aussi antisocial que lors de sa présentation. Il ignorait les personnes l’entourant, et si une personne devait lui adresser une question directement, il répondait par un refus ferme d’y répondre. Il n’avait pas l’air de vouloir créer le moindre lien social. Il préférait se faire détester par la classe que d’ouvrir la moindre brèche.
Laura ordonna au groupe de ne pas s’occuper de lui. Si les évènements devaient arriver, ils arriveraient et ils seraient en première ligne comme d’habitude à chaque fois. Darksky voulut rétorquer qu’ils ne faisaient que subir et qu’il serait peut-être temps d’agir pour une fois, mais il était peu sur de son argumentaire et l’humeur exécrable de Laura l’empêcha de porter ses mots. Le consensus fut donné, « Farvel veut se faire passer pour un connard, acceptons son souhait ». Darksky n’était pas vraiment convaincu de la chose, et c’était l’esprit troublé qu’il se coucha cette nuit-là.
Le lendemain, il avait rêvé mais il avait tout oublié. Mais en essayant d’y repenser, il se remémora à la place, la venue dans le groupe des différentes personnes. Miyako, Nagisa. Elles avaient eu toutes les deux un passé douloureux qui les avaient mises dans une situation psychologique complexe. Lui-même en avait fait la preuve par le passé. Une personne aussi fermé socialement ne pouvait être en bonne santé. Quelque chose clochait, il en était sûr. Darksky était une personne très altruiste dans le fond et les mots de Nagisa, malgré sa réponse sur le moment l’avait couché. Au cours des dernières années, énormément de choses s’étaient passés et pourtant, il n’avait jamais perdu la foi en ses amis. Dans les situations extrêmes, il se serait toujours sacrifié pour les autres, surtout pour la mort de Laura… Mais elle n’était pas morte.
Un jet d’eau éclaboussa son visage. Il était certain d’une chose, c’est qu’il devait approcher Farvel aujourd’hui. Il devait au moins mettre au clair ce qu’il l’intriguait. Il en parla avec Laura qui était de meilleure humeur aujourd’hui. Elle n’était pas d’accord avec lui, mais elle répondit de faire ce qu’il voulait et qu’elle en accepterait les conséquences. Laura avait eu un passé trouble elle aussi, mais elle avait toujours gardé sa part de mystères en elle. Elle n’aimait pas spécialement dévoiler toute son intimité aux autres contrairement à Darksky qui n’en avait pas réellement. Elle savait qu’il n’avait pas de choses à cacher, et qu’il avait du mal à comprendre pourquoi certaines personnes voulaient rester dans la solitude. Il ne voyait que la partie visible de l’iceberg représentant l’âme des gens. Elle sourit tristement en pensant que Darksky ne l’avait jamais vraiment comprise. Elle le trouvait bien naïf pour le passé qu’il avait vécu. Elle se consola en prétextant un air mignon derrière cette naïveté, ainsi qu’un bonheur véritable. Mais cela ne l’a rassurait pas quant au choc qu’il pourrait recevoir si un événement grave devait se produire… Comme sa propre mort…
Entre deux cours, Darksky tenta alors de parler au fameux Farvel. Il ne réussit qu’à recevoir un refus et une demande de se pousser pour laisser sortir Farvel de la salle. Darksky tenta tout ce qu’il était en son pouvoir mais les yeux sans expression du garçon, où il y discerna, l’ombre d’un instant, une contraction de colère, lui inspira une terreur insoutenable. Darksky vacilla l’espace d’un instant et se repris avec justesse sur la table derrière lui. Cela laissa le temps à Farvel de quitter sa place pour partir dans le couloir. Son vertige lui coupa l’envie de continuer et il décida d’aller raconter son échec aux filles. Laura répondit qu’elle l’avait prévenu, Nagisa s’inquiéta pour son état de santé et Saya voulait coller une baffe dans la tronche de Farvel. Darksky du calmer les ardeurs de la seconde et rassurer la première puis finalement accepter son échec cuisant. Il n’en avait rien tiré, à par le fait que Farvel était pas vraiment sociable. Il avait pourtant même tenter de l’appâter en arguant que les filles de son groupes étaient toutes sans petit ami et super mignonne. Sa déception fut grande.

Deux semaines passèrent. Farvel n’avait pas changé son attitude, du moins, les protagonistes ne le remarquèrent pas, sauf Nagisa. Les feuilles jaunit commençaient à se décrocher et voler dans les airs frais de l’automne. Octobre était tombé et qu’on le veuille ou non, les prémices de l’hiver s’annonçait. Nagisa, qui prenait soin d’observer attentivement Farvel durant les journées de cours, renforça chaque jour la solitude qui semblait peser sur les épaules du chevelu. Elle trouvait cela étrange et cherchait la raison de cet isolement volontaire. Un soir, après les cours, Darksky avait eu un rendez-vous de la part de la gérante des clubs et Saya l’avait accompagné. Laura était rentré au manoir finissant une heure à l’avance et cela laissait Nagisa seule, qui s’était occupé de nettoyer la salle du club, et attendait maintenant devant le portail du lycée, patiemment, son sac tenu par ses deux mains. Elle observait le ciel avec tranquillité. Une couleur mi orangé, mi violet teinta la voute céleste et peignait les nuages de multiples contrastes variant du noir obscur, au pourpre chaleureux passant par violet mystique. Alors qu’elle tournait le regard vers le soleil, elle fut surprise de voir les rayons lumineux bloqué par une personne. Malgré le contrejour, elle le reconnut, c’était Farvel. Celui-ci ne faisait que passer, et le contrejour l’empêcha d’observer correctement ses expressions. Pourquoi passait-il ici ? Une peur soudaine grandit en elle. Cela pouvait expliquer le comportement de Farvel, et sa soudaine présence.  
Et si Farvel, était un agent d’Armageddon ?


Dernière édition par AronGomu le Mar 8 Aoû - 3:53, édité 3 fois


avatar
Messages : 284
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Fic] L'inexistence

le Ven 4 Aoû - 1:45
Chapitre 6 : Domination

Spoiler:
Les jours suivants, tout avait repris de manière normale, ou presque. Avec ces récents évènements, la vision du monde de Darksky venait de s’élargir et il discernait à présent de nombreuses émotions chez Laura qu’il ne remarquait pas avant. Des gestes, des tics, des regards. Ils ne se voyaient pas forcément, mais il pouvait le ressentir. Si subtile. Darksky qui avait toujours eut une admiration pour l’aura spéciale que dégageait Laura ne pouvait s’empêcher de rougir dans ces moment-là. Il ne comprenait pas vraiment ce qu’il ressentait à vrai dire. Il était perdu. Saya n’hésitait pas à lui faire remarquer les moments où ça arrivait, jouant du coude, le mettant encore plus mal à l’aise.

Quelqu’un toqua à la porte de la salle du club. Miyako rouspéta en mentionnant le concierge qui venait encore une fois vouloir passer un sermon pour les quelques paquets de chips oubliés au fin fond de la salle. Elle ouvra la porte. En levant les yeux, elle discerna une chevelure bleutée puis ces traits fins si caractéristiques. Elle eut un mouvement de recul. Peut-être que tout était pas redevenu si normal après tout. Farvel, de son regard de glace, balaya toute la salle et vit tout le groupe.
-Si tu t’es encore trompé de salle, tu peux partir, c’est bon, dit Laura avec froideur.
Leur regard se croisa et une joute se joua. Pendant ce temps, Darksky qui était persuadé que Farvel était partit, restait assis sur chaise, interdit devant cette scène. Farvel brisa le duel en détournant son regard vers Nagisa et d’une voix claire demanda :
-Vous recrutez toujours pour votre club ?
Tout le monde se regarda, étonné.
-Ah… Euh… Oui, oui. On recrute toujours… Pourquoi ?...
-Je voudrais vous rejoindre.
Saya tomba de sa chaise et Darksky se leva, un grand sourire aux lèvres, avançant vers le grand adolescent.
-Ah ! Finalement, tu nous rejoins ? C’est surprenant !
-Oui, j’ai beaucoup réfléchis et je me suis décidé.
-Mais c’est superbe ! s’exclama à nouveau Darksky
-Attends, attends, répondit Miyako. Tu es vraiment sûr ? Et j’insiste sur le « sûr ». Tu veux vraiment nous rejoindre ?
-Oui.
-Euh… Je… bafouilla Nagisa.
-Bienvenue dans le club de duel ! s’exclama Darksky en mettant un bras à l’épaule de Farvel. Je vais te présenter tout le monde ! Alors. Venez, on se ressemble et on fait les présentations.
Tout le monde se mit dans une disposition en cercle avec leurs chaises. Darksky laissa Nagisa faire la présentatrice en tant que chef du club.
-Ah… Euh… Alors, voilà Darksky ou Darky mais tu sembles déjà le connaitre. Là, c’est Miyako, Laura, Saya, Marie qui est la petite sœur de Darky et Saya. Et moi, je suis la chef du club, Nagisa.
-D’accord.
-Vu que tu as rejoint le club, est ce que tu y joues déjà ?
-Non, je ne sais même pas de quoi vous parlez.
-Ah ! s’exclama Saya ! Tu te fous de nous ?
-Non. Vous parlez de quoi ?
-Du duel de monstre ! hurla Saya. On est le club de duel de monstre ! Et on a sauvé l’humanité plus d’une fois aussi. Tu as en ta présence parmi les meilleurs duellistes du pays !
-Intéressant. Mais, je dois apprendre depuis le début. Ça semble compliqué…
-T’inquiète pas, on peut t’aider ! répondit Darksky qui semblait beaucoup trop heureux.
-Ah ? Vous avez le temps ? Vous êtes les meilleurs duellistes du pays parait-il, vous devez vous entrainer beaucoup.
-Ah… euh… pas tant que ça…
-Certain on des talents que d’autres n’ont pas disons, coupa Miyako jetant un regard lourds de sens envers Laura qui avait croisé les bras et fermé les yeux.
-Voilà, donc qu’est-ce qu’on fait ?
-Peut être donner un deck à Farvel ? proposa Marie toujours pertinente.
-Ah oui ! Il faut aller en chercher un ! dit Darksky en se levant.
-Eh ben, ça va être plus intéressant que prévu, marmonna Miyako pour elle.

La soirée passa rapidement et tout le monde se sépara devant le portail. Cependant, ce fut la première fois que Farvel y participait. L’ambiance était animée mais ce fut surtout grâce à Darksky qui introduisit à Darksky toutes les bases du jeu. Laura fut muette pour toute la soirée, se contentant de méditer ou de fixer d’un œil impassible les faits et geste de Farvel. Miyako pour sa part, faisait preuve d’une mauvaise humeur refoulé, chose plutôt rare pour elle. Après que tout le monde se soit séparé, Marie, Darksky et Laura rentrèrent tous ensemble, un évènement plutôt rare, durant le froid crépuscule.
-Marie ? demanda Laura. Tu as sentie quelque chose de louche chez Farvel aujourd’hui ?
-Non, comme d’habitude, je n’arrive pas à le sonder comme je peux le faire pour vous. Il a comme un voile impénétrable autour de son esprit.
-Tss, c’est embêtant, tiqua Laura.
-Tu doutes toujours de lui, Laura ? demanda Darksky visiblement peiné.
-Bien sûr que je doute toujours de lui ! Il faut faire attention quand même, on a quand même décrété qu’il pouvait avoir des pouvoirs psychiques. Marie ne peut toujours pas le sonder et ça n’arrive que pour ceux qui possèdent un minimum maitrise psychique.
-Certes, mais tu n’as pas besoin d’être aussi distante quand même.
-Tu ne changeras pas Darky. Je suis comme je suis et j’ai de bonnes raisons de l’être.
-Oui, c’est vrai… De toute façon, on verra bien comment ça va se passer par la suite. Je n’arrive toujours pas à croire que tout à coup, Farvel nous ait rejoints comme ça. C’est débile.
-En tout cas, je peux dire qu’il a sacrément changé depuis la première fois que je l’ai vu, déclara Marie.
- Oui, ce n’est pas comme le premier jour, ajouta Laura.
-Ah, au fait. Vous vous rappelez qu’on est seul ce soir ? pointa Marie.
-Oh non ! Je vais devoir encore faire le repas ! se plaignit Darksky.
-Il ne faut pas être si mauvais aux duels, répondit Laura avec un ton d’arrogance.
-Mais euh…

De retour dans le manoir, tout le monde se posa ses affaires puis partirent vaquer à leurs occupations. Darksky, seul dans la grande cuisine regardait dans la réserve de nourritures pour réfléchir à ce qu’il voulait préparer comme repas. En voyant des herbes, des œufs, du poulet rôti et d’autres bonnes épices, il pensait à faire une bonne volaille avec en supplément des œufs et un peu de salade avec des herbes en accompagnement. Puis il réfléchit plus longtemps et il eut une révélation. Ce n’était pas un bon cuisinier. S’il voulait maximiser les chances de se faire engueuler, c’était bien la chose à faire. Il rabattit son choix sur un paquet de pâtes linguines. Au moins, il savait le faire presque décemment. Alors qu’il préparait la casserole et l’eau, Laura apparut à la porte et interpella Darksky. Il se retourna et la vit habillé légèrement. Elle portait seulement un grand t-shirt blanc qui descendait jusqu’à mi-cuisse et probablement un soutif comme elle en avait l’habitude.
-Darky, est-ce que tu aurais vu le bas de mon pyjama dans la maison ? Je ne le trouve pas.
Darksky, regardant Laura, se mit à rougir légèrement. Ce n’était pas comme si la situation était inédite, au contraire. Il l’avait déjà vu de nombreuses fois dans des tenues similaires. Cependant, les pensées qui lui vinrent à l’esprit, eux, furent inédit. Voyant le rouge sur ses joues et son inaptitude à répondre rapidement, Laura rougit également.
-Ça va, c’est bon, pas la peine de réagir comme ça, dit-elle en tirant légèrement son t-shirt vers le bas.
-Oui, oui, désolé… Je n’ai pas… l’habitude. Désolé.
-Ouais bon, au moins ça change d’avant. Donc ?
-Je crois les avoir embarqués avec d’autres habits pour les laver. Ils doivent être à côté de la machine.
-Ok, merci.
Darksky la vit disparaitre à l’angle et retourna doucement à son occupation. Pendant qu’il remuait les pâtes dans l’eau bouillante, il pensa à quel point Laura était quand même une jolie fille. Il se perdit dans ses pensées et ne vit pas les pâtes quasiment fondre dans l’eau. Il éteignit le feu en vitesse et appela les filles à manger. Lors du repas, il se rendit compte qu’il avait quand même réussie à foirer un des repas les plus faciles à préparer. Il était extrêmement peiné de cela et les filles n’hésitèrent pas à lui faire remarquer.

Le lendemain, lorsqu’il arriva dans la salle de cours, il ne vit pas Farvel qui était pourtant toujours là avant lui. Il arriva à pile au moment de la sonnerie et s’installa à sa place rapidement. Darksky était frustré de ne pas avoir pu dire bonjour à Farvel et cela ressortit avec des tics et une mauvaise humeur qui énervait Saya qui le piqua avec son compas en retour pendant toutes la durée du cours. Pour Laura, Nagisa et Miyako, le cours fut ponctué de « Aie », de «  non mais t’es conne ou quoi ? », de  « Arrête de me saouler là, j’essaie de prendre le cours » et de « Bordel ! ». A la fin du cours, Miyako qui fut visiblement énervé se retira dans le couloir à grand pas.
-Ah, elle part où ? demanda Saya.
-A ton avis ? répondit sèchement Laura.
-Bon, Farvel n’a pas l’air de venir, dit Darksky.
-Je pense qu’il faudrait lui laisser un peu de…
-Je vais le voir ! déclara Darksky en coupant Nagisa.
-Fais ta vie, dit simplement Laura.
Darksky et Saya vinrent alors tous les deux à la table de Farvel qui n’avait pas bougé depuis.
-Hey ! Salut Farvel ! dit Darksky.
-Ah… Bonjour.
-Tu veux ne pas nous rejoindre au fond ?
-Ah…
-Si tu ne veux pas, c’est pas grave, rappela Saya sur un ton bienveillant.
-Oui. Je préférerais rester ici. Je n’ai pas encore trop… l’habitude… Par contre, je serais au club demain.
-Ah ! Super ! Bon bah, on retourne au fond, on te laisse tranquille. N’hésites pas à nous dire quand on dérange, hein ? N’hésite surtout pas.
Farvel opina avec son regard perçant. Darksky comprit que les choses ne se résoudrait pas aussi vite qu’il le voudrait. Il avait que changer les habitudes prenait du temps. Il prit donc son mal en patience.

La journée passa et il fut le lendemain. Après une belle journée ensoleillé, tous se réunirent au club et Farvel puis Marie les rejoignirent peu de temps après. Il avait acheté un deck de démarrage pour Farvel et ils lui firent commencer l’apprentissage des règles. Darksky était le plus actif, il conseillait en permanence Farvel, lui rappelant les règles importantes et à ce qu’il devait penser. Il était devenu un vrai maitre de l’enseignement du duel. Saya l’aidait en étant celle qui montrait l’exemple et servait de partenaire de duel pour Farvel. Laura et Miyako s’étaient posés au fond de la salle, prétextant qu’elles devaient revoir leurs listes pour améliorer leurs decks respectifs et que de toute façon, elles n’allaient pas vraiment être utiles. Ce fut le seul moment où la déception obombra les yeux de Darksky. Des choses ne changeraient jamais, effectivement. Farvel gardait toujours son visage inexpressif, opinant à chaque conseil et pavé d’explication qu’il recevait sans sourciller et commettait nombre d’erreur de débutant.

Les semaines passèrent ainsi. Farvel ne les rejoignait que lors des horaires du club. Il fut officialisé en tant que membres et petit à petit, le froid qui séparait les membres de Farvel se réduisait. Même Laura montrait un peu plus d’ouverture et ce fut en grande partie grâce à Darksky qui se démenait sur la formation de Farvel. Rapidement Farvel prit du niveau et à la fin du mois de février, lorsque la température se réchauffait de nouveau, il s’acheta un nouveau deck construit par ses soins. Si Saya se moquait avant de Farvel à chaque duel de ses talents de débutants, elle se tut rapidement pour finir par se concentrer pleinement à chaque duel et pourtant être battu sans même l’ombre d’une chance. En réalité, après seulement deux mois, Farvel battait à plate couture tous les membres du groupe qui donnaient pourtant leur maximum. Son niveau avait explosé.
Le mois de Mars arriva et tous se préparèrent pour le championnat national académique qui devait se dérouler au milieu du mois. C’était un tournoi individuel ou il était impossible de rencontrer un membre de son équipe pendant les jours de qualifications. Il y avait deux jours de qualifications puis au terme d’une trentaine de match, le dernier jour réunit les 8 meilleurs joueurs dans le tableau final.  Après un entrainement intensif pour tout le monde, ils se rendirent à l’évènement. Ils rencontrèrent alors Draco, Angela et leurs amis. Cela donna lieu à l’introduction de Farvel, toujours inexpressif, et de longues discussions sur leurs années car ils n’avaient pas eu l’occasion de se revoir à Noël.

Le lendemain, ce fut le premier jour. Tout le monde se rendit à leurs matchs. Un match était une partie en quatre mille points de vie, le format standard. La journée passa vite et après les quinze premiers matches, les résultats furent prévisibles. Farvel dominait le tournoi avec Angela, Laura et Hielo llameante en étant encore invaincu après ses quinze matchs. Darksky et Draco avait tous les deux subit une défaite contre des joueurs qu’ils ne connaissaient pas. Le reste du groupe avait eu entre deux et trois défaites durant la journée. Ils étaient tous encore en lice pour le top huit et ils comptaient bien s’y rendre tous. Mais cela ne les empêcha pas de fêter leurs premières journées de manières à peine alcoolisé. Il fallait remercier Saya et les amies d’Angéla pour cette magnifique initiative. Dans la soirée, Laura rejoignit Farvel qui était accoudé au balcon de l’hôtel. Il regardait fixement l’horizon où le soleil se couchait. Il n’avait pas beaucoup participé à la fête, restant la plupart du temps en retrait. Laura se plaça à côté de lui, de la même manière.
-Tu ne viens pas rejoindre les autres à l’intérieur ? Ils viennent d’ouvrir la bouteille de champagne.
-Non, je n’ai pas vraiment l’envie.
-Oui, je te comprends. C’est débile de sortir ça alors qu’on a encore deux jours entiers à se battre pour la victoire. On devrait plutôt se reposer.
-…
-Qu’est-ce que tu penses de tes résultats ?
-Je pense qu’ils sont bien.
-C’est dingue la facilité que tu as pour le duel. Dire qu’il y à peine deux mois, tu ne savais même pas ce que c’était l’invocation d’un monstre et maintenant, tu es l’un des meilleurs duellistes de notre catégorie en France. Tu nous as surpassés très rapidement. Darksky est vraiment fier de toi.
-Ah ? Alors ça me fait plaisir.
-Comment tu fais pour être aussi bon ? Cela ne fait que deux semaines que tu as ton deck Eidolon et pourtant, tu sembles le maitriser à la perfection.
-Je ne sais pas. Je m’entraine beaucoup en dehors du club sur des simulateurs et j’étais à l’aise avec ce deck.
-C’est tout ?
-Oui. Je joue juste beaucoup.
-Roh… Tant pis, je vais devoir trouver une autre méthode pour devenir meilleur, dit-elle en mimant un soupir.
-Tu ne pense pas ce que tu dis. Tu sais déjà comment faire.
Laura hésita un instant puis elle reprit perdant toute la chaleur de sa voix.
-Oui, c’est vrai. Je sais déjà comment faire.
Elle se redressa puis repartit vers la table festive. Farvel la regarda partir, sans un mot, puis se retourna pour faire face à la fête et se donner l’occasion de regarder ses amis. Les minutes passèrent, des tonnes blagues et de rires se donnèrent lieu. Darksky sortit alors également sur le balcon. Le soleil s’était déjà couché et un voile noir sans lumière recouvra la capitale.
-Farvel ! Tu devrais rentrer, il commence à faire frisquet dehors !
-Ah… Oui, tu as raison.
-En tout cas, je te le redis mais bravo pour ta performance d’aujourd’hui. On peut dire que le monde du duel te regarde de près à présent. Ils disent qu’il n’y avait même pas eu de suspense, que chacun de tes duels, tu as tracé ta route vers la victoire sans obstacle. Tu es sacrément fort !
Farvel referma la porte derrière lui.
-Merci.
-Franchement, si on arrive à tous aller en top huit, ce sera incroyable. Mais j’ai peur de Hielo, c’est un très bon joueur, parmi les meilleurs que je connaisse même. Je pense qu’il pourrait même rivaliser avec toi. Tu vas probablement le rencontrer dans le tournoi, sache simplement qu’il joue toujours le deck le plus fort. Il n’a pas vraiment d’affinité avec un certain deck qui le pousse en dehors des limites de l’archétype comme on le fait nous. Non, il prend simplement le meilleur deck existant et le joue à cent pour cent de ses capacités ce qui en fait un adversaire redoutable car il évolue constamment et son style de jeu est toujours changeant.
-D’accord, je ferais attention. Merci.
-Il n’y a pas de quoi, il faut qu’on gagne demain et on est une équipe ! Ce n’est pas pour rien qu’il empêche que l’on se rencontre en phase qualificative. Pour l’instant, on est les écoles les mieux classés dans le tournoi.
-Oui, c’est bien.
-J’te le fais pas dire.
-Bon, je dois voir Draco, il parait qu’il a un truc à me dire à propos des filles. J’te laisse. De toute façon, la soirée est bientôt finie, on doit se lever tôt demain pour dueler.
Darksky laissa Farvel au milieu de salle bruyante. Celui-ci ne bougea pas pendant un petit moment puis se rendit dans sa chambre. Petit à petit la salle se vida et seul Saya et Angéla quittèrent la salle en dernière.

Le lendemain, les matchs reprirent et les résultats s’affinaient de plus en plus à chaque ronde. Après deux rondes, Farvel rencontra Angéla et la battu s’en qu’elle puisse toucher à un seul de ses points de vie. Puis la ronde d’après, il affronta Hielo et ce fut encore une fois rapidement décidé en faveur de Farvel. Puis après une longue journée, les résultats furent enfin affichés, donnant le classement final. La huitième n’était autre que Nagisa qui avait fait une très bonne performance tout le long du tournoi. La septième place était celle de Darksky qui avait fait une remonté exemplaire. En effet, il avait perdu ses trois premiers duels du deuxième jour, le faisant passer à douze victoires et cinq défaites. Cependant, il gagna tous les autres matchs pour remonter à ce score lui permettant d’être septième devant Nagisa. La sixième était Angela qui malgré ses défaites contre Farvel, Hielo, Planta et d’autres personnes au premier jour, pulvérisa nombre d’adversaire et les mirent hors d’atteinte du top. Au-dessus était Planta. Il était plutôt récent dans le circuit mais dès sa présence dans les tournois académiques, il fit parler de lui. Il était surnommé le Décimateur des tournois lives. Les tournois lives étaient de courts tournois organisés régulièrement dans la capitale pour faire un peu de publicité aux jeux. Tout pouvait y participer, pro comme amateur. Draco, suite à son nouvel entrainement montra l’étendue de ses capacités. Laura et sa nouvelle symbiose avec Trishula lui permit de battre Planta, Draco. Elle perdit cependant face à Angela, Hielo, Farvel et Nesh qui était le neuvième du classement. Hielo est le meilleur joueur de la scène et était pronostiqué gagnant de cette cup. Cependant, sa défaite serré face à un joueur moyen, à Darksky et son échec cuisant face à Farvel ont changé sa position dans les pronostics. Personne n’est plus sûr de le voir s’élever en grand champion. Et en première position, il y avait Farvel qui n’avait perdu aucun match, ce qui est un record dans toute l’histoire du championnat académique. Tous ses matchs ont été à sens unique et tout ce que faisaient les adversaires étaient contrés immédiatement. Il était devenu la source de l’effervescence chez les commentateurs et le public.

Tableau du top 8.
1/ Farvel – 30 victoires / 0 défaites
2/ Hielo – 26 victoires / 3 défaites
3/ Laura – 26 victoires / 4 défaites
4/ Draco – 25 victoires / 5 défaites
5/ Planta – 25 victoires / 5 défaites
6/ Angela – 25 victoires / 5 défaites
7/ Darksky – 25 victoires / 5 défaites
8/ Nagisa – 25 victoires / 5 défaites

A propos des écoles, celle de Darksky était la première du classement. Elle était suivi de celle qui regroupait Hielo, Planta et Nesh puis en troisième position était celle de Draco. La raison était que si lui et Angela avait fait un très beau parcours, le reste de l’équipe n’avait pas bien tenu le deuxième jour. Le soir, de retour à l’hôtel, tout le monde était autour de Farvel, Laura, Draco, Angela, Nagisa et Darksky et une nouvelle soirée célébra leur réussite en top. Cependant, la majorité des discussions étaient autour de Farvel et son incroyable réussite lors des matchs de rondes. Il était clairement gêné par toute l’activité autour de lui et il s’éclipsa rapidement dans sa chambre à la première occasion. Laura rassura tout le monde moyennant quelques boutades gratuites puis la fête continua. Saya vint voir Darksky au cours de la soirée et commencèrent à discuter à propos de l’adolescent aux cheveux bleus.
-Il est vraiment fort Farvel ! s’exclama Saya. Faire ce qu’il a fait, c’est presque un miracle ! Personne ne l’a fait depuis des années ! Et en plus, la dernière fois, il n’y avait que vingt rondes au lieu de trente maintenant.
-Oui, c’est vrai qu’il a vraiment progressé, sourit Darksky.
-Tu dois vraiment être un extraaaordinaire professeur, n’est-ce pas ? répondit-elle avec un clin d’œil.
-Quoi ? Pourquoi tu te fous de moi là ?
-Je ne sais pas, grâce à tes talents incroyables, tu as fait surgir de Farvel des talents incroyables. Moi, je suis impressionné !
-Tu étais avec moi je te rappelle. Ou veux-tu en venir ?
-Je ne sais pas moi, en deux mois le mec passe de débutant à meilleur duelliste de France de notre catégorie ! Il faut fêter ça !
-Attends, attends, tu doutes de lui ?
-Bah bien sûr ! Qu’est-ce que tu crois Darky ? C’est impossible qu’il puisse être aussi bon tout à coup en seulement deux mois ! Je croyais que c’était parce qu’il avait pris l’habitude de jouer contre nous mais ce n’est pas le cas ! Il annihile tout le monde en duel. Il a fait trente-zéro contre les meilleurs ! Tu t’en rends compte quand même ? Même en s’entrainant dur comme on la fait, on ne fait pas des scores parfaits et ça fait un bout de temps qu’on joue. On a même affronté des monstres ! Il faut de l’expérience pour être bon et l’expérience, ça prend du temps.
-Et qu’est-ce que tu veux y faire ?
-Bah, il faut quand même avoir des soupçons non ? C’est des faits incroyables là !
-Tu pense qu’il triche ?
-Non, non, non. Ou… Peut-être bien oui, mais pas intentionnellement. De toute façon, personne n’a trouvé la moindre triche et son deck a été vérifié un paquet de fois !
-Alors ce serait quoi ?
-Je ne sais pas moi ! Mais je sais qu’il y a quelque chose qui cloche chez lui encore.
-Roh ! Ce n’est pas possible, vous vous moquez de moi non ?
-Non, mais t’inquiète, je ne doute pas de lui en tant qu’ami, je doute de lui en tant que joueur.
-Mouais.
-Je suis une ex-agente quand même ! J’ai gardé mon flair !
-Laura n’est pas une ex-agente et elle a le même flair que toi.
-La ferme un peu, rabat-joie !
-Ah ! Qu’est-ce que tu crois ? Je me rappelle toujours que tu m’as piqué assez de fois pour que je te fasse la misère.
-J’étais énervé !
-Et tu crois que je ne l’étais pas moi ?
-J’étais énervé parce que tu l’étais, espèce de con.
-Ah ? Moi, quand je suis énervé, je ne pique pas mon « collègue » pendant tout le cours avec un compas rouillé.
-Tu veux que je te règle ton compte avec un duel ?
-Ouais non en fait, tu gagnes, c’est bon. Trop la flemme.
-Mais euuuh ! T’abuse !
-Darky ! Saya ! Venez ! les appela Laura de l’autre bout de la salle qui était avec Nagisa et Miyako.
-Qu’est-ce qu’il y a ? demanda Darksky en arrivant.
-Il faut qu’on parle sérieusement, dit Laura d’un ton claire. Il faut qu’on découvre comment Farvel fait pour gagner tous ses duels.
-Quoi ? Vous aussi ?
Toutes les filles le regardèrent comme si il était débile.
-Il n’y a que toi qui es assez stupide pour croire qu’il a gagné de manière légale, frérot, dit Marie en arrivant dans le cercle.
-Oui, il y a forcément un truc et je compte sur vous tous pour le découvrir lors du top. C’est notre seul moyen de l’affronter dans un environnement sécurisé et qu’il soit concentré à cent pour cent. N’oubliez pas qu’il peut être un brin télépathe et toutes ces choses-là. Soyez concentré. Demain, on découvrira la véritable identité de Farvel !
Tous opinèrent et la soirée se termina peu de temps après, laissant les futurs champions se reposer. Le lendemain semblait être le jour de la révélation promise,  au climax du plus grand tournoi.

---------------------------------------------------------------------------------------------

Partie 02 - Discussion

Le soir même, le groupe se réunit chez Darksky sous l’insistance de Nagisa. Le sujet se dévoila que lorsque tout le monde était présent. Il était tous assis autour d’une table ronde. Nagisa, Darksky, Miyako, Laura, Marie, Saya était tous présent. Le silence était de marbre. On entendait seulement Miyako taper du doigt à un rythme régulier. Toute l’attention était concentrée sur Nagisa, l’instigatrice de cette réunion exceptionnelle. Le tapotement devint plus insistent et le visage jusqu’à présent fermé de Nagisa se dévoila aux yeux de tous. C’était un visage grave et solennel. Ses lèvres bougèrent.
-Comme vous le savez, Armageddon est toujours une menace pour nous tous. Nous sommes… toujours en guerre.
Elle s’interrompu. Nagisa déglutit puis se racla deux fois brièvement la gorge.
-Et c’est pour ça que nous devons… faire attention à tout ce qui nous entoure. Chaque nouveauté peut être un danger potentiel et…
Sa voix se cassa, tel un oiseau en plein vol se prenant une balle de mousquet. Elle déglutit encore puis repris.
-Je n’ai pas vraiment l’habitude de faire ce genre de discours, dit-elle d’une petite voix.
-C’est pas grave, continue, répondit Laura avec bienveillance.
-Bref, Farvel fait partie de ces nouveautés. Vu son comportement, il peut très bien être considéré comme un danger potentiel. Je ne dis pas qu’il faudrait l’éliminer, se reprit-elle précipitamment. Mais il faudrait vérifier s’il n’est pas avec Armageddon.
-Personnellement, je ne pense pas qu’il est un agent, répondit Miyako. Il est trop louche pour être suspect. Je doute qu’Armageddon soit une brêle, il doit réfléchir un minimum quand même. La personne est trop bizarre pour passer incognito et nous prendre par surprise. De plus, il n’a tenté aucun geste envers nous. Il nous ignore.
-Justement, rétorqua Nagisa. C’est peut-être du bluff. Peut-être qu’Armageddon l’envoie juste pour récolter des informations à propos de nous, c’est pour ça qu’il nous ignore, mais il peut nous observer discrètement. Ce n’est pas parce qu’il n’a rien tenté jusqu’à maintenant qu’il ne fera rien après.
Darksky comprenait pourquoi Nagisa avait sauté une année à présent, il trouvait sa capacité de déduction extraordinaire lorsqu’elle ne broyait pas du noir.
-Je ne suis pas convaincu, dit Miyako.
-De toute façon, on s’en fout que tu sois convaincu ou non, coupa sèchement Laura. On ne peut pas se baser juste sur des observations, surtout aussi peu fiable. Je sais que les intuitions font énormément de choses, mais ça rate aussi souvent. Ce qu’il nous faut, c’est des preuves, des faits concrets.
-Et comment tu veux les avoirs, tes faits concrets ? Demanda innocemment Saya.
-En lui demandant directement.
Depuis le début du débat, Darksky approuvait les idées sans dire un seul mot, opinant à chaque idée reçue.
-Mais c’est dangereux ! Cria Miyako.
-Descend d’un ton. Il faut savoir prendre des risques. De toute façon, nous sommes six et il est tout seul. De plus, nous maitrisons pour quelque uns d’entre nous, la fusion parfaite et en dernier recours nous avons un bateau de sauvetage du nom de Jean-Michel.
Darksky opina une nouvelle fois en synchro avec Marie.
-Mais… on ne connait pas du tout notre adversaire, c’est un gros désavantage et puis, aucun de nous ne doit mourir… dit Nagisa.
-C’est vrai, mais nous avons trop de fois frôlé la mort, nous connaissons les risques à présent, dit Saya. Nous sommes forts ! Nous ne risquerons pas d’y laisser notre peau.
-Le cygne noir.
-Comment Laura ? demanda Nagisa.
-Il peut se montrer un cygne noir et dans ce cas, on peut tous être perdu. Il faudra donc prendre l’initiative et faire face à ce cygne noir avant qu’il nous cause trop de dommage.
Darksky rouvrit les yeux et regarda Laura avec inquiétude. Laura posa ses deux coudes sur la table et croisa ses mains devant sa bouche, ne laissant apparaitre que le dessus de son visage avec deux yeux noir qui brillaient intensément.
-Ce n’est pas parce qu’aujourd’hui nous n’avons pas rencontrés un danger qui pourrait tous nous anéantir en un instant qu’il n’existe pas. Armageddon est un être avec une existence stupide en elle-même. Il croit protéger le destin mais en fait, il ne fait que le modifier pour qu’il lui soit satisfaisant. Son seul objectif dans son existence et de contrôler la trame de l’univers. Il n’est pas un danger immédiat. Cependant, ses agents sont indépendants de sa volonté et comme je l’ai dit juste avant, le futur n’est pas ce qu’il croit être. Armageddon est comme un humain enfermé dans le corps d’un dragon qui s’obsède à faire quelque chose d’irrationnel. Ses agents peuvent être très dangereux, plus qu’Armageddon lui-même comprenez ? Il suffit de suivre la volonté d’Armageddon pour qu’il nous laisse tranquille, ses agents peuvent être tout simplement fous, tout comme les agents des démons.
-Et donc ? Demanda Miyako.
-Nous devons être prêt à faire face aux pires situations possibles. La mort d’un ami ne fait même pas partie des pires possibles, il faut prévoir pire encore.
-Et ce serait quoi pire pour toi ? Demanda Miyako avec condescendance.
-Qu’il ne reste qu’un seul survivant dans notre groupe, qu’un agent soit un psychopathe torturant physiquement ou mentalement ses prisonnier, c’est-à-dire nous, assister véritablement à la fin du monde. Non, la mort d’une seule personne n’est pas le cas le plus grave ici, et dans tous les cas, il faudra se battre jusqu’au bout et avoir la volonté de vivre.
-Mais… Mais Laura, c’est de la folie ce que tu dis ! S’exclama Saya.
-C’est vous qui ne comprenez pas ! J’aurais dû mourir lors de mon affrontement contre Zorc! Et si j’étais morte, vous aurez fait comment ?! Hurla Laura.
-Laura… murmura Darksky.
-Alors ? Qu’est-ce que vous auriez fait si j’étais morte ? Si Darksky serait mort ? Si toi, Nagisa, serait morte. Hein ? Si vous deux seriez mort ? Ce n’est pas un jeu ! Vous avez quel âge ?!
-Revenons à Farvel, mesdames, dit calmement Marie.
-Oui !... reprit Nagisa, plus hésitante que jamais. Nous devons avoir des preuves !
-Qu’est-ce que tu en pense, Jean-Michel ? Tu ne parles jamais, dit sèchement Laura.
-Ah, euh… C’est que je ne suis pas très bon pour parler dans ce genre de réunion…
-Oui, je connais ton caractère, mais on s’en fout, qu’est-ce que tu en penses ?
-Oui, héhé… Je pense qu’une personne devrait aller lui parler dans un endroit isolé, pendant que les autres se cacheront dans un endroit où ils auront un visuel direct sur la lieu de la discussion et où ils pourront intervenir rapidement. Voilà…
Un silence se fit un instant.
-Eh bien voilà, tu vois que tu peux sortir des trucs intéressant.
-C’est décidé, on fera comme Darky à dit, répondit Nagisa avec un grand sourire.
Ils discutèrent encore un peu ensuite, puis le groupe se dispersa devant le manoir de Laura. Tous se couchèrent avec pour intention de mettre au clair les intentions de Farvel pour le lendemain.

L’emploi du temps pour la classe de notre groupe se terminait à seize heures. Miyako seulement ne serait pas disponible pour l’opération OUP! : « Obtenir Une Preuve ! ». Marie elle, avait fini depuis quatorze heures. Il avait été décidé que ce serait Saya qui filerait Farvel, elle qui était une ancienne agente. Elle seule avait un contact direct sur Farvel, tandis que le groupe la suivait elle. Le but était de connaitre où il devait se rendre, et peut être de l’intercepter dans une grande place avec peu de monde. Durant tout le trajet, aucune occasion ne se présenta. Farvel marchait à un rythme assez lent malgré sa grande taille. Ses longs cheveux bleus se balançaient de droites à gauches. Il pouvait se vanter de les avoir encore plus long que n’importe quel fille du groupe. Farvel se rendit à la falaise, à un endroit bien connu de Darksky et de Laura. Il se tint un petit moment debout, à observer la mer, puis il s’assit au bord de celle-ci. Il ne faisait aucun mouvement, et il était de dos impassible. Impossible d’apercevoir son visage. A ce moment-là, le groupe rejoignit Saya. Les conditions étaient idéales. Personnes aux alentours, il avait deux cent à trois cents mètres carrés de surfaces ouvertes et des buissons pour pouvoir observer sans être vu. La décision fut prise d’envoyé Darksky comme messager car il était le seul garçon. Il rétorqua que Saya était un garçon manqué, mais son argumentation fut un échec et il s’avançait à présent, hésitant, au-devant du danger. Durant le même temps, Laura s’insurgea que personne ne l’avait prévenu.
Alors que Darksky  devait se trouver à quelques mètres de Farvel, celui-ci se leva d’un coup et parti en courant, sans son sac. Cela désarçonna Darksky qui ne savait plus quoi faire. Il choisit de suivre son instinct et il partit à la poursuite du jeune homme, ce qui ne manqua pas de déclencher un facepalm de la part de Laura. Le groupe se trouva alors totalement désorganisé et courut après Darksky avec du retard. Farvel courait vite, très vite. Darksky avait du mal à le suivre. Il vit la chevelure bleuté tourner à l’angle d’un bâtiment, puis d’un autre. Il était toujours dos et il n’arrivait pas à voir son visage. Farvel grimpa alors à une falaise de quelques mètres. Darksky le suivit sans hésiter en criant de l’attendre dès qu’il le pouvait. Il faillit tomber de la falaise mais il réussit à suivre Farvel dans sa course. Il ne faisait plus attention au groupe derrière lui, son seul objectif étant Farvel. Sur un nouveau virage, Darksky comprit qu’il venait de faire un tour complet et qu’il était revenu à la falaise. D’ailleurs, Farvel semblait s’y diriger à toute allure. Tout indiquait qu’il allait sauter et c’est ce qu’il fit. Darksky freina devant le bord et vit que Farvel avait disparu. Le fou s’était jeté de plus de vingt mètre de haut. La mer était agité et froide. Darksky n’attendit plus, il commença à se déshabiller. Il jeta sa veste, ses affaires, ses chaussures et chaussettes et s’élança. Il avait-il commencé sa chute libre, qu’une main le rattrapa la cheville, le coupant net dans sa chute. Il avait plongé la tête en avant, il n’arrivait pas à comprendre ce qu’il le retenait et il paniquait.
- Tais-toi et arrête de bouger, ou je te lâche ! Ordonna une voix.
Darksky reconnut celle de Farvel et il demandait comment il avait pu le rattraper alors qu’il venait de plonger. Il sentit la main le hisser sur le bord, d’une façon très désagréable. Il reprit ses esprits et il vit Farvel, habillé simplement d’un t-shirt bleu et un short blanc avec une ceinture qui dépasse sur le côté.
-Euh… Merci de m’avoir évité de plonger, tu m’as fait éviter pas mal de désagrément, héhé…
-Pourquoi as-tu plongé ?
-Je croyais que tu avais plongé, vu la manière dont tu as sauté, alors j’étais partie te rattraper.
Le visage sombre de Farvel sembla s’illuminer un court instant.
-Comme tu le vois, je m’étais seulement accroché à la plante juste en dessous du bord.
-Oui…
Un blanc se fit.
-Je rentre chez moi, ne viens plus me chercher d’emmerde.
-Attends ! Je voulais te poser une question !
-Alors vous êtes venu à cinq pour me poser une simple question ?
-Co… Comment tu le sais ?
-Peu importe, je n’ai pas le temps pour vos conneries. Quelle est ta question ?
-Est-ce que tu serais… par hasard… un agent d’Armageddon ?
-Quel est cette chose ? Répondit-il instantanément sans afficher la moindre expression.
-Ah… Je ne sais pas vraiment moi-même à vrai dire…
-Alors je ne sais pas non plus.
Puis Farvel se tourna et partit. Mais il dut se couper net dans sa progression en voyant débarquer à toute allure le groupe de fille. Celle-ci passèrent sur le côté gauche de Farvel et allèrent rejoindre Darksky sans lui prêter le moindre regard. Saya fut la première suivit de Marie et Nagisa tandis que Laura arrivait en marchant rapidement, en toute dernière. Darksky fut grondé par les premières arrivantes pour son manque de sécurité et sa précipitions. Darksky essayait de s’excuser tant bien que de mal puis Laura arriva. Elle regardait tristement Darksky, sans prononcer un mot. Il ne vit pas le bras s’armer. Une claque magistrale retentit dans tout le quartier. Darksky fut projeté à terre sous la violence de l’impact. Laura avait mis toute son énergie dans cette action.
-Imbécile, dit-elle la larme dans le coin de l’œil.
Farvel, qui vit toute la scène sans bouger, sans aucune expression se retourna et partit dans le bois.
-Oh ! Laura, tu es allé un peu fort là ! s’exclama Saya.
-Wow, la marque est nette sur la peau, s’étonna Marie.
-Ça ira, ça ira Nagisa. Je le méritais bien, je pense… répondit Darksky, toujours sonné par le choc
-Alors, c’est un agent d’Armageddon ? Même si j’en doute un peu parce qu’il nous a laissé ici sans nous touché tu vois, et c’est un peu bizarre, dit Saya avec entrain.
-Il a répondu « non » à ma question mais j’ai un doute sur lui.
-Comment ça ? Demanda doucement Nagisa.
-Il savait depuis le début que nous étions cinq.


Dernière édition par AronGomu le Mer 23 Aoû - 12:10, édité 3 fois


avatar
Messages : 284
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Fic] L'inexistence

le Ven 4 Aoû - 1:45
Chapitre 7 : Attente
Spoiler:

Assis sur la barrière du balcon, Farvel regardait le soleil se lever à l’horizon de la ville. Le vent frais des hauteurs faisait onduler ses longs cheveux bleus. Comme à son habitude, il n’avait pas vraiment d’expression. Il entendit la première porte s’ouvrir. C’était Nagisa. Elle était encore dans son pyjama, un t-shirt manche longue et un pantalon blanc à pois rose. Les cheveux en batailles. Elle s’avançait au milieu de la grande salle qui faisait office de salon pour toutes les chambres. Elle s’arrêta pour observer ce qu’il y avait sur la table et frotta ses yeux. Elle n’avait pas l’air réveillé. Lorsqu’elle aperçut Farvel, elle vint vers lui. Elle ouvrit la porte vitrée donnant sur le balcon et s’appuya sur la barrière à côté de Farvel.
Le ciel se colorait d’une douce couleur orangée. Les boules de coton voguaient avec tranquillité dans l’océan céleste. Les premiers rayons apparaissaient, illuminant toute la ville. Les ténèbres cédaient peu à peu la place à la lumière de l’astre suprême. L’aube d’un jour nouveau, piégé dans un cycle éternel.
-Cela fait longtemps que tu es levé Farvel ? demanda Nagisa.
-Quelques temps oui.
-Tu assistes tous les matins au lever du soleil ?
-C’est calme.
-Oui… je comprends. Moi aussi j’aime la tranquillité.
Farvel tourna son regard vers elle, la transperçant de son regard immobile. Les yeux, toujours fixé sur l’horizon, elle continua :
-Il fut une époque où… j’étais seule. Je m’étais réfugié en moi-même. Pourtant, je n’étais pas tranquille.
Elle s’arrêta.
-Les démons du passé, reprit-elle. Ce n’est pas parce qu’on est seul que l’on est en paix avec soi-même. Toutes mes journées, j’étais tourmenté par mon passé. Que ce soit les décès ou les souvenirs de joyeuseté. Et puis… je les ai rencontrés… Ils m’ont tirée, non sans heurt, de la ma solitude peiné. Si sur le moment, ils m’avaient déstabilisé, je n’ai ensuite jamais regretté. Ils m’ont sauvée. Ils m’ont tiré de ma solitude destructrice. Parce qu’ils avaient tous vécu des évènements similaires. Parce qu’ils n’aiment pas voir des gens souffrir inutilement. Ils m’ont aidée comme ils t’aident maintenant.
Elle s’arrêta à nouveau, détournant le regard vers la rue calme.
-Maintenant, je suis tranquille. Vraiment tranquille. Pourtant, je ne suis pas souvent seule mais je sais que mon esprit est en paix. Je peux les remercier. Ah… Je ne voulais pas être aussi longue. Désolé… Mais je voulais simplement te dire, Farvel. Si tu en conflit avec tes pensées, délivre-les nous et nous pourrons surement t’aider. Nous avons tous vécu de fortes expériences, nous avons tous eu un passé douloureux aussi. Mais ce n’est pas une raison pour rester dans la douleur.
Farvel posa à nouveau son regard dans les boules de coton.
-Désolé, je ne suis pas encore totalement réveillé. Je ne voulais pas te dérangé. Je repars me changer.

Nagisa s’éloigna et partit dans la salle de bain commune, laissant Farvel dans ses pensées brumeuses. Lorsque la seconde porte s’ouvrit, Farvel se laissa tomber de la barrière et disparut sous le balcon. La seconde personne à s’être réveillé n’était autre que Miyako, elle aussi dans sa robe de chambre et les cheveux défaits. Elle se dirigea directement vers la salle de bain pour toquer à la porte. Nagisa demanda qui s’était et Miyako lui répondit. La porte s’ouvrit et elle rentra également. Petit à petit, tout le monde se réveillait, certains plus tard que d’autres. Saya fut la dernière levée et lorsqu’elle sortit de la salle de bain, Farvel était revenu et tous s’étaient rassemblés devant l’entrée de l’hôtel. Elle les rejoignit en vitesse et les deux groupes qui n’en formait qu’un, se rendirent au stade. Il était temps pour les phases finales. Le grand jour était arrivé. Ambre, Maya, June, Asuna (le groupe de Draco et Angela) et Nagisa, Miyako, Marie, Saya encourageaient tous les finalistes sur le trajet. Même si Farvel faisait exprès de marcher en périphérie du groupe, il n’arrêtait pas de se faire aborder par une fille, puis une autre. Elles voulaient lui souhaiter bonne chance puis essayaient d’entamer une discussion, qui échouait car s’apparentant plus à un monologue.

Ils arrivèrent une trentaine de minute avant l’heure prévue. Ils patientèrent quelques instants dans l’énorme halle d’accueil du stade. Lorsque l’heure fatidique arriva, l’écran géant s’alluma soudainement et apparut deux présentateurs en costar cravate. Le premier était un homme à la quarantaine, semblant légèrement enveloppé et le second était plutôt maigre, la trentaine avec peu de cheveux sur la crane. Le premier prit la parole :
-Bonjour tout le monde et bienvenu sur la diffusion en direct du championnat junior de duel de monstre ! Je suis Michel Le Blanc…
-…Et je suis Marc Dumasse.
-Comment ça va Marc ?
-Superbement bien ! Nous allons commenter la finale ! Et rien que pour ça, ça me mets de bonne humeur, Michel.
-Très bien, reprit Michel. Nous allons do,c faire un récapitulatif des évènements de hier pour ceux qui n’était pas présent.
-Effectivement Michel, rappelons que ce tournoi est d’ores et déjà sans précédent dans l’histoire de tous les championnats Junior. En effet, la seule personne ayant réussie à finir sans aucune défaite dans le classement à la fin des journées de rondes était Flame Crimson, l’un des plus grands joueurs de l’histoire. Il était le seul à avoir réussie un score parfait après les cinquante rondes de qualifications pour le championnat du monde et par la suite gagner le tournoi en ne perdant que deux duels dans les phases finales. Car comme vous le savez tous, lors des phases finales, pour gagner une rencontre contre un adversaire, il faudra être le premier à gagner 3 duels. Donc il est autorisé de perdre quelques fois quand même.
-Oui, c’est le gros changement par rapport aux phases de rondes. Cependant, ce n’est pas exactement la même chose ici car il n’y a que trente rondes, cependant, c’est tout de même une incroyable performance signé par Farvel. Une performance historique !
-Est-ce que Farvel serait le prochain Crimson Flame du duel de monstre ? Vous le saurez aujourd’hui !
-Nous avons donc déjà présenté le premier du classement. Passons au second, Hielo Iliamante. Il était le favori et maintenant l’outsider ! Va-t-il revenir prendre la première place ?
-C’est toujours possible, Michel. Il se peut que Farvel ne soit pas au meilleur de sa forme aujourd’hui et cède sa place à Hielo, même si ça semble mal partit au vu de ses deux premiers jours.
Les présentateurs continuèrent d’énumérer les qualifiés au top 8 en précisant leurs panthéon puis vint le tableau des matchs.
-Comme le veut un bon top huit de championnat, nous gardons la recette traditionelle, déclarait Michel. Le premier jouera contre le dernier, le second contre le septième, le troisième contre le sixième et le quatrième contre le cinquième. Les points d’équipes ne compte plus ici, vous ne gagnez plus que pour votre gloire personnelle et pour attirer un maximum les équipes professionnelles pour avoir le choix plus tard.

Le groupe regarda le tableau et virent les matchs suivants :
Farvel contre Nagisa
Hielo contre Darksky
Laura contre Angela
Draco contre Planta

-Wow, c’est vachement excitant. Regardez ça ! Farvel va affronter un membre de son équipe pour son premier, Nagisa ! Pourrait-elle le battre ?
-J’en doute fort Michel ! Et derrière, Hielo contre Darksky ! Darksky fut un des heureux élus à prendre un duel contre Hielo durant les phases de rondes. Pourrait-il faire de même en le battant dans un match allant en 3 duels gagnant ?
-Laura contre Angela semble également l’un des gros chocs du tournoi. En effet, elles ont déjà eu l’occasion de s’affronter par le passé de nombreuses fois. Et Laura avait perdu face à Angela lors des phases rondes mais elle avait fini devant au classement.
-Et en dernier, Draco contre Planta, ça promet un duel intense. Préparez-vous à voir du grand jeu aujourd’hui ! Car ce sont des rencontres de titans que nous voyons ici !

Tous les finalistes se dirigèrent vers le stade, le disque de duel prêt et le deck mélangé. Après quelques minutes, Farvel et Nagisa se firent face. L’un impassible, l’autre un poil hésitant.
-Donne tout ce que tu as ! S’écria soudainement Nagisa.
Puis elle activa son disque de duel. Farvel sans répondre, activa le sien et le duel se lança. Après plusieurs tours, le premier duel pencha rapidement en faveur de Nagisa, à la surprise générale des spectateurs. Nagisa, dans son extrême concentration, n’avait pas encore remarqué cela. Lorsqu’elle ordonna son attaque létale et réduisit les points de vie de Farvel à zéro, une énorme agitation balaya le stade. Farvel venait de perdre son premier duel du tournoi et ce ne fut même pas serré. Nagisa était mi-choqué, mi-heureuse d’avoir battue Farvel. Cela n’était pas arrivé depuis qu’il avait reçu son nouveau deck.
Le second duel se lança et cette fois-ci, et ce fut Farvel qui le remporta rapidement avec une gigantesque attaque sur le troisième tour annihilant toutes chances à Nagisa de remporter le duel. Puis Nagisa remporta la suivante avec une extrême maitrise de la partie et de ses ressources. Les commentateurs étaient devenus de plus en plus incertain quant à la victoire de Farvel lors du tournoi. Finalement le quatrième duel scella tout espoir pour Farvel. La game fut rapide et il perdit rapidement sous les multiples combos de Nagisa. Farvel perdit donc au quart de finale un à trois. Les commentateurs et le stade étaient en folie. Farvel serra la main à Nagisa comme convenu à la fin de chaque duel et quitta le stade sans un mot, laissant Nagisa hébété au milieu du terrain.

Les matchs des quarts se terminèrent. Laura l’emporta face à Angela au terme d’une des rencontres des plus serré de toute l’année, trois à deux. Hielo battit Darksky trois à zéro sans aucun suspense. Planta gagna face à Draco trois à un après un match compliqué. Le temps que le staff s’occupait de mettre en place les demi-finales, le groupe de Darksky se réunit sans Farvel, pendant qu’il était encore dehors, suite à sa défaite.
-Laura ? demanda Nagisa. Vu que Farvel ait perdu dans un match plutôt que j’ai mené tout le long, qu’est-ce qu’on fait ? Parce qu’il n’y a plus aucun moyen de découvrir s’il a triché ou pas.
-Que veux-tu qu’on fasse ? De toute façon, il n’y a jamais moyen de découvrir le moindre truc sur lui. On continue le tournoi puis c’est tout. Il ne reste plus que toi et moi de toute façon. On arrête de penser à ça et on se concentre pour gagner nos prochains matchs, n’est-ce pas Darksky ?
-Mais je me suis donné à fond !
-Ton erreur était de surestimer ton adversaire avant même que le duel commence. Et pourtant, tu avais quand même réussie à la battre en ronde. Tu m’impressionneras toujours.
-C’était un coup de chance ! Et en quoi c’est mal de surestimer mon adversaire ? Hielo, c’est quand même le plus fort du circuit national !
-Et toi tu as sauvé le monde. Mais il vrai que ce n’est pas vraiment le même environnement de duel. Tu ne sais donner ton maximum que lorsque tu es au fond du gouffre. Tu ne devais pas perdre contre Hielo pour avoir ta place en top 8. Là, même si c’était les phases finales, tu avais moins de pression, ça se voyait. M’enfin, tu as encore beaucoup de choses à apprendre Darky.
Darksky fit une moue déçu.
-Je compte sur toi Nagisa pour ne pas faire son erreur, reprit Laura. Tu es contre Hielo pour le prochain match.
-Oui ! opina Nagisa.
-Bien, allons-y.

La suite du tournoi réserva encore son lot de surprise. Nagisa contre toute attente battit Hielo dans un match d’une extrême tension, trois à deux ; tandis que Laura perdit un à trois contre Planta. La finale fut un grand match et ce fut Nagisa qui remporta la coupe en battant Planta trois à un.
-Nagisa a fait preuve d’un incroyable talent aujourd’hui ! s’exclama Michel. Tout le monde, moi compris, la sous estimait. Personne ne la voyait arriver jusque-là mais c’est bien elle qui a vaincu et qui possède maintenant la coupe national du championnat junior. Elle n’a pas démérité, certainement pas.
-Oui effectivement, cette victoire ouvre de nouvelles perspectives quant à la prochaine scène compétitive. Nagisa pourrait être une des icônes montantes, avec Farvel n’oublions pas. La nouvelle génération de duellistes se profile. Ça donne des frissons n’est-ce pas Michel ?
-Oui tout à fait Marc. Le duel de monstre n’est pas mort et ne le sera pas avant un bon moment les amis. Pour l’heure, il est temps de se quitter. Cette journée fut riche en rebondissement et tous les pronostics furent chamboulés. Ça parait incroyable mais tous ceux qui s’étaient reposés sur les résultats des rondes pour pronostiquer furent dans le faux. On espère avoir un évènement aussi incroyable pour la prochaine édition et sur ce, on vous dit en revoir.

L’écran de la télévision s’éteignit et après la cérémonie de remise de la coupe, Nagisa fut accueilli dans le groupe avec une grande effervescence. Elle était au centre de l’attention. Le soir, Farvel avait prévenu Darksky qu’il reviendrait tard dans la soirée. L’alcool rapporté par Maya et Saya coulait à flot et même si Laura protesta un moment contre leurs présences, elle ne put résister très longtemps. La soirée commença et ce fut la plus agité de toutes.

Le lendemain, le groupe de Darksky fut le premier à partir dans le bus. Farvel, que personne n’avait remarqué durant la soirée, était avec eux. L’évènement était finit et tout le monde profita de son repos bien mérité. Surtout Saya qui ne se sentait pas très bien. Après être tous rentrés, les jours passèrent dans la même routine qu’auparavant. Si Farvel était toujours plus fort que tous les autres au duel de monstre, il avait tendance à se laisser battre et au fur et à mesure des semaines, il redevint au même niveau que tous les autres. De temps en temps, Nagisa recevait des compliments suite à sa victoire au lycée, en réponse elle souriait, gêné, puis reprenait son activité. Cela faisait quelques temps que cela s’était déroulé mais pourtant, elle avait toujours une sensation irréelle, une fausse perception de son état de fait. Elle avait du mal à accepter sa victoire. Miyako expliquait que c’était naturel dû à son caractère très introvertie et qu’elle ne devait pas trop se faire de soucis.

La réunion d’Avril débuta et ce fut Miyako, cette fois-ci, qui présidait. Il était vendredi, le coup de onze heures avait retenti.
-Bon, nouvelle réunion. Et même si il n’y a rien qui se passe, qu’on se fait méga chier, je vais laisser la parole à Laura, la pessimiste extrémiste, car c’est à cause d’elle que nous sommes tous ici. Laura ?
-Va te faire, la rousse. Bon. Déjà, je vais « m’excuser » d’avance mais je vais vous dire ce que je pense réellement. Farvel représente encore un danger, dit-elle en insistant sur chaque mot.
-Mais… pourquoi tu penses ça ? demanda Nagisa. Je veux dire… il est gentil avec nous et… il n’y a jamais eu d’incident.
-Il est louche. Je suis désolé, mais pensez-y aussi. Il n’est pas normal.
-Car tu es assez omnisciente pour connaitre la normalité ? railla Miyako.
-Ferme-la, tu sais très bien ce que je veux dire.
-Certes, mais on n’avance pas là et on a rien pour avancer, rétorqua Miyako. Farvel n’a rien donné depuis qu’on sait que c’était un dieu du duel puis qu’il a été déchu e que c’est bizarre qu’il ait tant perdu en niveau.
-C’est faux, répondit avec satisfaction Laura. Je savais que tu allais dire ça, et ça montre à quel point tu ne cherches pas plus loin que le bout de ton nez. Ecoute bien la réflexion. Ce qu’on savait de Farvel au moment du tournoi, c’est qu’après les deux premiers jours, il était imbattable. Trente à zéro quand même. Puis il perd contre Nagisa, trois à un. Mais revenons sur son score de ronde. C’est fou pour une personne ayant appris le jeu deux mois auparavant, n’est-ce pas ? Moi je dis impossible. Le duel du monstre, ça s’apprend avec l’expérience. Il faut faire énormément de duels. Il faut analyser, construire son deck, le jouer, connaitre toutes les situations de jeu et pour ça, ça prend du temps. Pourtant, ce n’est pas son cas. Même en jouant activement chez lui, ça ne permettrait pas de venir faire un trente zéro dans le championnat de France car il y a des personnes qui y ont dédiés leurs vies. Aucune erreur, jamais ? Nous on en fait toujours. Même Hielo.
-Donc, tu le soupçonne toujours d’avoir triché ? Pointa Saya.
-Bien sûr. Il a triché. Je ne sais pas comment, ni pourquoi mais il a triché et ce, depuis qu’il a appris le jeu. Parce que ce n’est pas normal qu’il ait pu nous ouvrir en deux pendant l’entrainement avant le championnat. Parce que oui, le fait qu’il était invincible en duel, ça ne date pas du tournoi, mais de seulement cinq semaines après avoir appris à jouer. C’est pour ça que je dis impossible.
-Certes, certes, ça on le savait déjà, intervint Miyako.
-Oui, mais c’est important de le rappeler parce que le tournoi date déjà d’un mois. Passons au point névralgique. Sa défaite contre Nagisa. Pourquoi s’il pouvait tricher et n’avoir, grâce à sa triche, aucune défaite. Pourquoi il perdrait contre Nagisa ? De là, j’ai déduis deux choix probables. Soit il ne voulait pas tricher contre un membre de son équipe et donc a joué normalement contre Nagisa et a perdu parce qu’il est mauvais. Et qu’en plus de ça, il ne triche plus en jouant contre nous au club. Soit, on part plus loin et on se dit qu’il possède bel et bien certains pouvoirs psychiques et il a senti d’une manière ou d’une autre nos intentions et a décidé de perdre exprès afin de redevenir à un niveau normal pour faire baisser nos soupçons. La seconde option donne implicitement la méthode de triche qui est probablement de l’ordre psychique tandis que dans la première, on ne sait toujours pas comment il triche. Alors ? Qu’est-ce que vous en pensez ?
-Je ne sais pas vraiment, répondit Darksky. En fait, ce que je ne comprends pas, ce sont les raisons derrière ses actes. Genre, pourquoi il tricherait ?
-Moi, je préfère la première option, répondit Saya. Honnêtement, on ne sait pas s’il a des pouvoirs psychiques déjà, donc tout le raisonnement est construit sur un château de cartes en mousse. Ou alors, c’est la seconde mais avec quelques modifications. Parmi lesquelles, il n’a pas de pouvoirs psychiques. Peut-être il nous a entendus ? Peut-être qu’il s’est simplement rendu compte qu’il en faisait trop. Il n’a pas eu de liens avec d’autres personnes depuis des années il parait. Il a probablement simplement fait des erreurs.
-Oui, je suis d’accord avec Saya sur ce point-là, ajouta Miyako. On peut rajouter cette troisième option.
-Mais elle n’explique pas la triche, rétorqua Laura.
-Il faut arrêter de tout vouloir expliquer, répondit Miyako. Là, on sait juste qu’il doit « probablement » tricher et qu’il trichait « probablement » contre nous.
-Très bien, très bien.
-Mais du coup, que faisons-nous ? Demanda Darksky.
-Eh bien, j’allais y venir, dit Laura. Je propose qu’on aille faire un pique-nique avec Farvel.
-Hein quoi ? s’étouffa Saya.
-Un pique-nique ? railla Miyako. Tu veux lui faire manger tes magnifiques sandwichs ?
-Exactement ! s’exclama Laura. Et on va tous passer un bon moment parce qu’après, on a les exams. Et que si Farvel représente toujours un danger, au moins ce n’est pas immédiat et ce n’est pas en devenant froid avec lui que ça va arranger les choses. Il faut attendre les opportunités et pour cela, il faut passer du temps avec lui. Et autant qu’on se détende. Surtout toi Darky, finit-elle avec un clin d’œil.
-Pas besoin du clin d’œil tu sais… marmonna Darksky gêné.
-Tu as dit quoi Darky ? demanda Laura.
-C’est bon c’est bon. Laisse tomber.
-Très bien ! Du coup, qui est partant pour un méga pique-nique sur la falaise de la cote ?!
Tous s’exclamèrent et ce fut décidé rapidement. La semaine prochaine, ce sera l’après-midi au bord de la côte. Saya était déçu qu’il fasse encore trop frais pour aller se baigner. Elle ne pouvait pas essayer son magnifique maillot jaune qu’elle avait acheté avec Nagisa durant les soldes.

La semaine passa rapidement. C’était la période juste avant la période des révisions et l’ambiance des terminales étaient encore joyeuse. Lorsqu’on proposa à Farvel d’aller pour le pique-nique en précisant bien que c’était pour le club, il accepta comme il avait l’habitude de faire et ils décidèrent ensemble de ce qu’ils devaient préparer pour la nourriture et les boissons. Le vendredi arriva avec son après-midi dédié aux clubs. Dans quelques heures, ils partiront.

Nagisa lévitait dans le ciel, sautant de nuages en nuages. Elle s’arrêta après un saut de quelques kilomètres pour observer le paysage vert qui l’entourait. Scrutant les arbres en contrebas qui sortaient de leurs hibernations hiémales, elle les vit grandir puis la dépasser. Elle sauta de son nuage pour atterrir sur une des branches en fleurs. Elle montait haut, très haut dans le ciel puis elle atteignit l’espace. La Terre était si petite vue d’en bas. Les arbres prirent une teinte jaune, puis marron et se flétrirent. Leurs feuilles tombaient, leurs écorces s’effritaient et leurs troncs se désagrégeaient. Nagisa tomba. Elle vit le sol se rapprocher à une vitesse vertigineuse pour le traverser. Elle vit les couches de sédiments, les fossiles gisant et tomba dans l’eau. Sentant qu’elle n’arrivait plus à respirer, elle se dépêcha de rejoindre la surface qui semblait si proche. Mais la couleur si claire de l’eau s’obombra et se fut les ténèbres absolues. Elle sentit sa dernière heure arriver. Un poisson passa devant ses yeux et elle vit sur son écaille le reflet de ses yeux dans lequel elle plongea. Elle était debout dans une salle de classe. Si les murs ondulaient et que les tables n’avaient plus de pieds, elle reconnut la salle du club de duel. Sur le tableau, il était écrit en lettres blanches : « Ne regarde pas en bas ». Elle baissa ses yeux et vit son propre corps inanimé sur le sol avec un filet de sang coulant de sa bouche. Elle se réveilla, toujours dans la salle du club, goutant du sang sur la pulpe de ses lèvres. Derrière la fenêtre, le soleil se coucha. Il faisait nuit dehors. Elle se leva. La lumière du tableau s’alluma et elle vit écrit en lettre sang : « Excuse-moi ». La porte s’ouvra et le soleil revint. Marie entra dans la salle et fixa Nagisa de ses yeux vides.
« Ne cherches plus à te réveiller Nagisa, tu es morte désormais. »
La lumière du tableau s’éteignit. Il faisait nuit. Marie disparut. Elle entendit le murmure de la voix de Laura derrière elle.
« Désolé, mais tu ne méritais pas ta victoire. »
Elle se retourna juste à temps pour voir l’ombre de Laura disparaitre dans la nuit. Nagisa recula par crainte jusqu’au fond de la salle. Elle sentit une main toucher son épaule, elle tourna instantanément la tête. Farvel la fixait avec son regard de glace. Elle vit son reflet dans ses yeux, ou plutôt, le reflet de son cadavre. Puis la lumière blanche fit disparaitre tout ce qui l’entourait et une myriade de couleurs apparut pour flotter dans le vide. Puis elles éclatèrent toutes lorsqu’une main immense s’avançait, sans ralentir, vers elle. Les doigts se refermèrent sur son regard.
Elle se réveilla brusquement sous les secousses de son oncle. Elle ouvrit ses yeux, embrumés par le sommeil et vit son oncle penché sur elle, le regard inquiet.
« Mince, je vais être en retard ».

La matinée passa rapidement et ils se retrouvèrent tous au club l’après-midi. Les affaires étaient toutes préparées et ils prirent le bus pour se rendre sur la côte. Après être déposé, ils marchèrent quelques temps pour arriver au bord de la falaise. C’était une grande étendu verte, avec quelques arbres dispersé çà et là. La brise marine amenait l’air salé et le ciel sans nuage donnait un emplacement et un temps idéal pour un pique-nique. En longeant la falaise, il était possible de prendre un chemin dans la roche qui menait directement dans l’une des plages mais l’eau étant froide et la saison pas encore assez avancé. Ils n’avaient pas prévu de se baigner. Ils commencèrent donc à s’installer.
Saya sortit de son sac son nouveau maillot et elle se prit directement une remarque cinglante de Miyako.
Le repas commença. C’était un apéritif dinatoire qui faisait office de déjeuner. Chips, saucisse cocktail, carotte en bâtonnet, tarte et pizza était à l’ordre du jour. Après dégustation, Darksky partit rapidement faire du frisbee avec Saya dans un espace sans arbre et éloigné de la falaise. Miyako les rejoignit quelques minutes plus tard. Nagisa parlait avec Laura de sa recette de tarte et de comment elle pouvait l’améliorer. Farvel était assis autour de la nappe blanche à carreau bleu et rouge et fixait l’horizon. Marie qui mangeait lentement comme à son habitude, finissait la dernière carotte en bâtonnets. Avant de croquer, elle se tourna vers Farvel.
-Tu ne te trouves pas triste ?
Elle croqua dans la carotte. Farvel se tourna vers elle avec son regard emplit d’une éternel lassitude. Elle lui tandis le bout de carotte qui lui restait dans la main.
-Tiens, Oh! Être emplit de tristesse. Mange mon offrande, que cela te redonne le sourire.
Il prit le demi-bâtonnet et le croqua à son tour. Il l’avalât rapidement après quelques mâchements.
-Merci.
Marie fit une moue déçue.
-Tu n’es pas drôle, toi. Même si mon frère est bête, au moins il me fait rire.
-Désolé.
-Pourquoi tu es venu dans ce club ?
-…
-Personne ne te l’a demandé ?
-Non.
-Alors, je suis la première. Pourquoi tu es venu ?
-Pour apprendre le duel de monstre.
-Très bien, j’ai compris, répondit Marie vexé. Profite bien de ta tristesse.
Elle se leva et partir jouer au frisbee. Nagisa qui avait remarqué la tournure de la discussion du coin de l’œil, ne fit rien et continua d’écouter Laura, non sans fixer le Farvel pensif. Miyako quitta, quelques instants plus tard le groupe du frisbee et joignit Laura et Nagisa dans leurs conversation. Darksky proposa à Farvel une partie de frisbee. Il refusa poliment. Le temps passa tranquillement. L’après-midi se finit sur des duels avec pari. Le résultat fut que Darksky du se teindre les cheveux en rose pour la durée du weekend et que Laura dut jouer à saute moutons avec Marie et Nagisa. Farvel se contenta d’observer et participa à aucun des jeux. Lors que le soleil commençait à tomber, les voitures du majordome de Darksky et Marie, ainsi que celle de de l’oncle de Nagisa vinrent ramener les adolescents chez eux. L’après-midi fut longue et malgré les rires, un voile de déception teinta cette belle journée.

---------------------------------------------------------------------------------------------


Partie 03 : Révélation

Après grande réflexion, tout le monde se mit d’accord qu’il n’y avait aucun moyen pour Farvel de savoir qu’ils étaient cinq et qu’il devait avoir eu recours à une aide extérieure.  Et c’était assez exceptionnel qu’une personne lambda ait recours à ce genre de procédé en plus d’avoir eu ce genre de réaction étrange. Car Darksky le répétait souvent : Farvel était chelou. Mais ils n’avaient eu que des indices et aucunes preuves. Ils ne pouvaient pas encore déclarer Farvel agent d’Armageddon. Cela décourageait beaucoup le groupe, même Saya. Leur première tentative avait été un échec tellement retentissant que Farvel était au courant de tout et qu’il leur serait très difficile de trouver une preuve à présent. Laura avait tenté de lui mettre une deuxième claque lorsquil avait raconté poser directement la question. C’était sans compter l’intervention de Nagisa.
Sur le chemin du retourn ils rencontrèrent Miyako qui les attendait les mains sur les hanches, avec sa tête des mauvais jours. Sur le moment Darksky eut la réflexion qu’elle faisait souvent des mauvais jours. Il rit et Miyako l’insulta. Après l’avoir mise au courant, Miyako répondit simplement qu’il devrait essayer de faire des recherches sur le passé de Farvel pour remonter jusqu’à maintenant. Laura hocha la tête avec conviction tandis que Saya tomba à terre sous le choc de la simplicité de Miyako. Tout le monde l’ignora et se concerta où chercher les informations sur le passé de Farvel.

Le lendemain, après les cours, Nagisa et Saya se rendirent à la salle des professeurs. Darksky voulait y aller à la base mais Saya insista fortement de s’y rendre, probablement pour laisser Laura et Darksky ensemble, du moins Nagisa l’avait compris. Celle-ci lui dit dans les couloirs que c’était inutile de faire ce genre de mouvement car Darksky et Laura se côtoyait tout le temps vu qu’ils vivaient au même endroit. Saya fronça les sourcils puis se fit une réflexion toute seule. Si Darksky et Laura s’aimait, mais qu’il n’avait pas encore réellement formé un couple et qu’en plus qu’ils vivaient sous le même toit. Cela ne voulait signifier qu’une seule chose ! Darksky et Laura s’aimaient, d’un amour fraternel !
-Ah… Je… Je ne voulais pas dire ça… Saya…
-Mais ça veut dire que… Non !
-Quoi ?!
-Quand ils se sont embrassés lors du bal… On les a poussés vers l’inceste !
-Attends… attends… Non, tu dis n’importe quoi Saya…
-Qu’est-ce qu’on a fait, Nagisa ? QU’EST CE QU’ON A FAIT ?!
-Saya…
-Je suis une terrible personne. Je ne voulais pas les forcer à faire ce genre de chose. Qu’est-ce que j’ai fait. Est-ce que l’on me pardonnera d’avoir provoqué ce genre de chose je suis clairement la cause de ces évènements pourquoi je n’y avais pas pensé plus tôt je suis dangereuse pour darksky je dois aller les voirettoutleurdireilfautarrêtercettemascaradejesuisunemauvaisepersonneje…
- Saya ? Arrête de… psalmodier des propos bizarre… s’il te plait…
-…devraisallerrejoindreluminionetneplusjamaisrevenirvoirmaisavantdepartirilfaudraquejelesarrêteouiilfautquejelesarrêtecarsinonquelquechosedegravevasepasserjedois…
-Saya ! s’exclama Nagisa en la secouant fortement. Reprends tes esprits !
-Nagisa ?
-Arrête de dire n’importe quoi, Darksky et Laura ne sont pas frère et sœur ! Ils vivent juste ensemble !
-Ils ne sont pas frères et sœur ?
-Non…
-Mais alors pourquoi ils ne sont pas encore en couple ?
-Tu peux aller leur demander…
-Hum, j’y réflechis.
-Tu peux le faire après s’il te plait… On est à la salle des profs là…
Les deux filles demandèrent à consulter le registre de Farvel. Elles invoquèrent comme raison, chercher une information demandé par la présidente du conseil des élèves. Elles notèrent ainsi secrètement l’adresse, le numéro de téléphone ainsi que le nom et prénom sur un mémo de leurs smartphone puis elles rejoignirent Darksky et Laura qui les attendaient au portail.
-Non ! S’exclama Saya dans le couloir, sur le chemin du retour.
-Quoi ?...
-Tu ne crois pas qu’ils cachent leurs relations de couples en vérité ?! Tu crois qu’ils ont peur de l’avouer à tout le monde ?!
-Euh…

Ils firent une nouvelle table ronde dans le manoir de Laura. Ils partagèrent les informations obtenus. Il se nommait Farvel Lampiglinio, né le 6 Janvier 1999. Il habitait non loin du lycée, dans une résidence. Ils décidèrent d’aller le rencontrer directement chez lui après une petite période d’espionnage pour plus de sécurité. Ils commencèrent le lendemain. Ils se postèrent tôt le matin. Saya commença à 5 heures, puis ils se relayaient toutes les deux heures, sauf Miyako qui était en cours. Malgré que ce soit un jour d’école, personne ne sortit de la maison le matin et le cours n’allait pas tarder à commencer. Ce fut à Darksky et Nagisa qui eurent la mission d’aller noter les cours tandis que Laura et Saya se relayèrent à la surveillance. Farvel était en cours comme d’habitude alors que personne n’était sortis, ni rentré. Cependant, elles ne pouvaient faire autre chose et elles attendirent le retour de Farvel sans chercher à le filer. A vingt-deux heures aucune présence et tout le monde se ressembla pour une nouvelle table ronde. Ce fut un nouvel échec. Saya proposa de simplement laisser une caméra car il était possible qu’ils les avaient de nouveau repérés. Ils posèrent alors la caméra durant la nuit et allèrent tous en cours le lendemain. Mais ce fut la même chose. Farvel ne semblait jamais sortir de chez lui, par cette porte du moins. Personne n’en sortait en vérité. Comme si la maison était inhabitée en pleine période scolaire. Il fut alors décidé en dernier recours d’aller directement toquer et de faire fi des risques. Malgré le refus de Laura et Miyako en premier lieu, tout le monde accepta au bout d’un moment et il fut donné à Darksky et Nagisa la mission d’aller toquer.
Ils toquèrent une fois. Puis une deuxième, puis une troisième fois. Personne ne répondait. C’était un échec complet une nouvelle fois. Ils partirent rejoindre les filles cachés derrières quelques buissons. La porte s’ouvrit soudainement alors qu’ils avaient déjà parcouru quelques mètres. C’était un homme à la quarantaine, mal rasé, les cheveux bruns, hirsute, de taille moyenne, habillé à l’arrache.
-Que puis-je faire pour vous ? demanda-t-il avec une voix râpeuse ainsi qu’un léger accent italien.
-Nous venons rendre visite à Farvel, répondit Darksky, impressionné par ce retournement de situation.
-Farvel ? Il n’y a pas de Farvel ici.
-Mais nous sommes des amis, nous venons lui rendre visite. Nous avons consultés les fiches au lycée et…
-Oui mais il n’habite pas ici de toute façon, répondit-il sèchement.
-Vous le connaissez ?
-Oui, plus ou moins… Je suis son oncle. Franz Lampiglinio. Mais je ne savais pas qu’il avait des amis. Il faut dire qu’il n’a pas vraiment de relation sociale, le petit Farvel.
-Pour dire la vérité, je ne pense pas qu’ils nous considèrent comme des amis. Il ignore tout le monde la plupart du temps… dit Nagisa Mais on voulait lui parler, pour savoir mais…
-Vous n’avez pas son adresse, et je peux vous assurer que vous ne la trouverez pas avant quelques années de recherches ! s’exclama l’oncle en riant grassement. Rentrez donc les petits ! Et présentez-vous. Je vais vous raconter certaines choses sur Farvel, ça me fera un peu de changement dans mes mornes journées. Je vais vous préparer un café, ça vous laissera le temps de vous présenter et de vous préparer… psychologiquement.
Darksky et Nagisa entrèrent donc et s’assirent dans un sofa moelleux. La maison était tout en désordre, des affaires jetées çà et là dans toute la maison. La maison ne paraissait pas sale, juste totalement désordonné. Des livres, des cd, du matériel informatique et bien d’autre chose encore. Franz revint avec trois cafés et s’assit dans le fauteuil en face. Il posa de grandes lunettes rectangulaires au coin arrondi sur son nez puis se mit à observer avec attention les deux adolescents. Darksky et Nagisa se présentèrent. Ils échangèrent quelques banalités puis lors d’un silence, la mine de l’oncle s’assombrit brusquement. Il prit une gorgée puis posa sa tasse. Il observa intensément Darksky durant un court moment, avec un regard à la fois curieux mais reflétant une profonde mélancolie.
-Alors je vais donc vous raconter son histoire. Sachez que je ne sais que ce que je sais, c’est-à-dire peu de chose en vérité. Je vous avoue que ce soit auparavant ou maintenant, je n’ai jamais considéré ma famille comme des personnes importantes. C’est peut-être pour cette raison que nous sommes dans cette situation, mais bon…
Il soupira.
-Je sais que peu de chose, car je ne me suis pas intéressé et donc, j’ai peur de ne pas vous être d’une grande aide. Mais remontons donc dans le passé. Farvel était un garçon normal avec une vie normale mais certain évènement sont arrivés. Ses parents, c’est-à-dire mon beau-frère et ma sœur sont mort à cause d’un cambriolage qui avait mal tourné, du moins, c’est la version officielle. Moi, je n’en sais rien des vrais raisons. Evidemment, cela laissa le petit Farvel tout seul à l’âge de onze ans. Personnellement, je fus peu affecté par la nouvelle, je n’étais même pas venu aux funérailles. Je n’avais vu le petit Farvel qu’à l’âge de trois ans. J’entendis via les nouvelles qu’il fut transféré chez mon autre sœur. Je ne le sus évidemment que lorsqu’elle mourut elle aussi, au plein milieu d’un centre commercial. Elle avait amené Farvel acheté des jouets, il devait avoir douze ans, et elle fit une crise cardiaque. Elle avait trente-trois ans. Ils placèrent alors Farvel dans des familles d’accueils.
-Pourquoi pas chez vous ou chez vos parents, monsieur Lampiglinio ?
-Déjà, ma famille habitait dans le nord, le Danemark alors que moi, j’avais migré en Italie. Donc c’était compliqué au niveau du transport. Mais ce n’était pas le problème principal à vrai dire. Je vais vous raconter une autre histoire, une courte histoire, la mienne. Je ne sais pas les raisons qui m’ont poussé vers ce chemin mais j’ai décidé dans l’âge de mon adolescence, une lointaine époque pour moi à présent, de me consacrer uniquement à la création et plus particulièrement l’écriture car je n’ai jamais vraiment réussie à avoir une relation sociale à long terme. J’ai connu de nombreuses personne que j’ai toutes quasiment oubliés.
-Mais pourtant, vous ne me semblez pas « asocial », répondit timidement Nagisa.
-Oh non, je peux avoir des discussions très saines avec les gens qui m’entourent, ce n’est pas le problème. Non, ce n’est juste que je n’aime personne, ou du moins, très peu de personne. J’ai dû aimer trois à quatre personnes dans ma vie. Avec toutes les autres, je brouille mes relations volontairement ou non au bout d’un moment. Ce qui donne ma situation actuelle. Je vis seul dans cette petite maison depuis plus de vingt ans ne sortant que pour les besoins, courses et papiers. Le reste du temps, j’écris. Je passe mes journées à écrire. Aucun éditeur n’a voulu de moi, alors je touche le strict minimum pour vivre grâce aux donations sur internet.
-Et votre famille avec Farvel ? le coupa Darksky.
Oh… je n’ai jamais été très « famille ». Je n’ai pas de relation sociale, je vous l’ai dit. Je n’ai pas du parler avec ma famille depuis des années et c’est seulement eux qui m’envoient des lettres. C’est donc pour cette raison que je ne voulais pas de Farvel. Il ne devait pas grandir avec moi, je trouvais que c’était une mauvaise idée. Mais peut-être que j’aurais dû le prendre à l’époque. Peut-être… Quoi qu’il en soit, il est partit dans des familles d’accueils. En quatre ans, trois familles sur cinq ont été décimés par d’étranges évènements et les deux dernières n’ont plus voulu de lui après quelques semaines. Plus aucune famille ne le voulait. On le surnommait l’orphelin meurtrier, portant la poisse aux personnes proches. Même les orphelinats ne voulait plus de lui. Que ce soit vrai ou non, dix-sept personnes proches de Farvel sont mortes d’accidents divers. Après une nouvelle lettre me demandant presque en me suppliant de le prendre avec moi, je me rendis sur place. Une aventure extraordinaire pour moi. Et là, je l’ai rencontré pour la première fois depuis quatorze-ans. Il était une personne étrange, asocial. Je vis un peu de moi en lui. Il me proposa donc un marché, j’acceptai dans le prendre mais il vivrait dans un appartement qu’il s’achèterait lui-même avec l’argent de l’héritage, tout seul, sans jamais me voir sauf pour des urgences. C’était une offre en or pour moi alors j’ai accepté. J’ai essayé de retrouver son appartement, mais il est impossible d’y trouver de bons renseignements. J’ai abandonné depuis. J’ai même cherché Farvel dans le lycée sans succès.
-Il a une triste vie, répondit Darksky avec compassion. Je comprends mieux maintenant.
-Peut être bien, peut-être qu’il sème effectivement la mort autour de lui, répondit l’oncle avec froideur. Il était avec moi durant une longue période, pour le retour jusqu’à l’achat de son appartement. J’ai pu l’observer de près et je peux vous dire une chose : il est mort à l’intérieur. Je n’ai jamais vu de personne comme ça. Il ne cherche pas à communiquer, il évite au maximum. Faites attention, il semble très instable psychologiquement.
-Il empêche lui-même de créer des liens pour éviter de souffrir à la mort des autres.
-De toute façon, on ne peut pas savoir la cause des morts n’est-ce pas ? demanda Nagisa.
-Non, les enquêtes donnent beaucoup de détails mais se contredisent toutes.
-Etrange…
-Quoi qu’il en soit, je vais retourner à mon travail. J’ai décidé il y a longtemps à dédier ma vie à l’écriture et j’ai tout perdu pour cela, alors il ne me reste qu’à m’y plonger plus pleinement en oubliant le reste. C’était peut-être le mauvais choix mais je ne le regrette pas. Je vais vous raccompagner à la porte les enfants. Et je vais vous demander une seule chose : évitez de mourir pour Farvel, il n’en vaut pas la peine. Sa vie est déjà détruite, vous ne pourrez pas la reconstruire.
L’oncle ouvra la porte et Darksky et Nagisa partirent rejoindre les filles toujours cachés dans les buissons. Darsky se retourna et comprit pourquoi cet homme ne savait pas aimer. Un frisson lui parcourra le dos et le secoua tout entier. Chacun avait une histoire très différente et que tous suivait une voix qui lui était propre. Franz avait choisi la sienne sciemment, en connaissance de cause. Il désapprouvait ce choix mais il se devait de l’accepter. Mais il pouvait le remercier de leurs avoir appris tant de chose sur Farvel. Il commençait à mieux comprendre la raison de son comportement. Il sentait qu’ils avaient avancés et qu’ils pourraient aider Farvel à sortir de son malheur.


Dernière édition par AronGomu le Mer 23 Aoû - 12:09, édité 3 fois


avatar
Messages : 1062
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Fic] L'inexistence

le Ven 4 Aoû - 10:11
Bon ben je lirai ça quand j'aurai un moment de libre et je te ferai une review


avatar
Messages : 284
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Fic] L'inexistence

le Ven 4 Aoû - 14:42
Chapitre 8 : Mouvement

Spoiler:
Darksky, Laura et Marie mangeaient dans le salon. Il faisait nuit et demain était le lundi. Alors qu’ils mangeaient silence. Laura s’arrêta dans son geste et regarda Darksky d’un air moqueur.
-Tu vas garder encore longtemps tes cheveux roses ? demanda-t-elle en souriant.
-Demain matin je me doucherais et j’enlèverais la teinte, t’inquiète pas, je ne vais pas aller en cours avec ça. Surtout qu’il y a contrôle.
-Tu me rassures. Déjà que je ne te pensais pas capable de subir l’opération, surtout de la main de Saya. Mais tu as gardé ta couleur tout le weekend. Je ne sais pas comment tu fais.
-Un pari, c’est un pari. Et de toute façon, ce n’est pas très grave, si on peut dire comme ça. C’est juste des cheveux roses. Regarde Miyako, elle a bien des cheveux roux.
Laura rigola.
-Eh ! Non, je ne moquais pas d’elle ! Rha…
-Non, non, j’ai bien compris, rassura Laura.
Un silence se fit à la table.
-Quand même, je m’inquiète un peu pour Farvel… dit Darksky s’assombrissant.
-Ouhla, tu changes de sujet, répondit Laura.
-Oui, mais ça m’attriste un peu de ne voir aucune réaction de sa part. Dire qu’on fait tellement d’effort.
-Tu sais, il y a des gens qui n’arrivent pas à s’ouvrir. C’est peut être génétique.
-A ce point-là ?
-Tu sais, moi aussi j’ai eu une période similaire. Quand tu es dans les ténèbres, c’est dur de voir la lumière. Peut être sans toi, je ne l’aurais jamais vu.
-Non, c’est faux. Tu t’en serais rendu compte à un moment.
-Pas sur Darky… pas sur… Tu étais un ami d’enfance. J’avais ce lien. Peut-être que Farvel n’a plus de lien. J’ai eu beaucoup de chance, tu sais.
-Mais alors, peut-être qu’il a encore des liens ? tenta Darksky. Des amis… Des proches…
-Comment le savoir ? pointa Marie, sortant de son mutisme.
-On peut peut-être demander à Franz ?
-Franz n’en sait pas plus que nous, Darky, répondit Laura attristé. Tous ce qu’on sait, c’est qu’il n’a pas de famille à part Franz.
-Je suis vraiment perdu… dit Darksky. Je ne sais plus quoi faire…
-Tu n’es pas le seul, Darky. Je ne sais plus quoi faire non plus. J’ai beau douter, je ne le comprends pas vraiment. Et j’aimerais tant le comprendre.
-Oui…
-Son cœur est profondément atteint, déclara Marie. S’il y a un moyen de guérison, il faut déjà le trouver et cela prendra du temps.
-Oui… beaucoup de temps, approuva Laura en baissant la tête.

Dans la salle du club, Nagisa et Farvel attendait patiemment l’arrivée des autres membres. En effet, il y avait eu un examen de mathématique en classe et certain prenaient plus de temps que d’autres. Nagisa qui était une experte avait bouclé, relu deux fois son contrôle puis rendu son papier trente minute après qu’ils aient commencés. Farvel avait fait de même. Les professeurs étaient habitués à cela et se contentait d’apprécier la perfection qui se présentait dans leurs mains. Mais maintenant, ils étaient assis l’une et l’autre. Une atmosphère lourde pesait dans la salle. Personne n’avait sortis un mot depuis qu’ils s’étaient retrouvés. Farvel se contentait d’observer la cour par la fenêtre et Nagisa toute repliée sur sa chaise lançait régulièrement un petit regard vers Farvel, inquiète, avant de se repencher sur son deck.
-Qu’est ce qui te fait rester dans ce monde ? lança alors Farvel sans détourner le regard.
Étonnement.
-Hein, comment ?
-Qu’est ce qui te fait vivre ?
Hésitation.
-Je… Mes rêves je suppose.
-Quels rêves ?
-Celui de… de devenir un jour une personne utile qui pourrait aider les gens plus tard.
-Aider qui ?
-Mais n’importe qui ! Tout le monde a le droit d’être aidé, peu importe ce qu’il a fait dans sa vie !
-Cela en vaut vraiment la peine ?
-Qu’est-ce que… tu entends par là ?
-Ton but dans la vie, c’est d’aider des personnes à rester en vie. Pourquoi tu ferais ça ?
-Mais c’est normal de le faire !
Mépris.
-Ah ? Tu n’as pas pensé que peut être, en leur forçant à rester en vie, tu leurs faisais du tort ?
-Mais… ce n’est pas bien de mourir !
-Pourtant on meurt tous un jour. Si c’était si mauvais de mourir, personne ne mourrait.
-Mais tout meurt… c’est une règle… Même l’univers…
-Alors pourquoi vivre ?
-Je… ne te suis pas.
-Si l’univers dans lequel nous vivons va mourir, tout ce qui aurait été accomplis n’aurait servis à rien. Tout disparaitrait.
-Mais c’est dans longtemps ça…
-Et alors ? De toute façon, si on va mourir un jour, pourquoi vit-on ? Pour continuer l’espèce humaine ? Celle qui ravage la planète et dévore la diversité ? Pour une gloire éternelle ? Gloire qui n’est qu’éphémère. Plus personne n’aura la moindre pensée pour moi dans dans le futur. Bientôt, je serais oublié de tous, tout comme chaque personne qui vit parce qu’il n’y aura plus rien. Vivre est inutile.
-Farvel… on peut simplement vivre pour vivre.
-Pourquoi ?
-Mais…
-Donne-moi une bonne raison de vivre.
-Pour… se… souvenir de bonnes expériences… Les moments… passés avec les amis…
-Pour le perdre ?
-Pour être heureux quoi !
-Pourquoi ?
-Mais pour se sentir bien !
-Donc éviter de se suicider ? De mourir ?
-Mais…
Silence.
-Des fois, il n’y a pas besoin de justifier les choses.
-Donc, je n’ai pas besoin de justifier ma mort, n’est-ce pas ?
Nagisa resta muette. Elle avait beau réfléchir, sur le moment, elle ne trouvait plus rien de convainquant. Une larme coula, pourtant ce n’était pas celle de Nagisa.

-Mon dieu ! Il était dur ce contrôle ! s’exclama Saya.
-Ouais, il a abusé le prof là, j’en pouvais plus devant ma copie, répondit Darksky.
-Hum… C’est vrai que j’aurais dû demander au prof à propos des nombres complexes, j’étais un peu perdu au 3, dit Laura. C’est droite d’ailleurs, le club.
-Merde, répondit Darksky en prenant la bonne direction. Bon après Laura, tu sais bien que tu vas avoir au moins dix-sept.
-Oui, eh bien ce n’est pas vingt.
-Comme si les profs te laissaient avoir vingt, rétorqua Miyako. Ils ne veulent jamais reconnaitre quand un élève a la note parfaite. Regarde Nagisa, elle a des fois des dix-neuf alors que quand on regarde la copie, il n’y a pas vraiment de raisons.
-Mais bon en math… répondit Darksky.
-Certes, avoua Miyako.
-Marie est déjà au club ? demanda Saya.
-Non, elle nous rejoint plus tard, répondit Darksky. Elle a un contrôle commun.
-Eh ben, eh ben… Ça en fait des contrôles, pointa Miyako.
-C’est la période il faut dire, expliqua Laura. Il nous prépare pour le bac.
-Ils nous mettent surtout la pression alors que c’est que du vent, dit Saya.
-C’est peut être que du vent, mais je m’inquièterais sérieusement si j’étais toi Saya, répondit Laura. Parce que tu es mal si tu ne l’as pas. Je suis sûre que tu préfèrerais être en fac que de refaire ton année.
Saya frissonna.
-Oui, plus jamais ici, approuva-t-elle.
-Club en vue ! s’exclama Darksky. J’ai hâte de tester ma nouvelle carte tech !
- De toute façon, ce n’est pas ta carte qui va te faire gagner, Darknoob, rétorqua Saya.
-C’est bon, ce n’est pas parce que tu m’as battu quatre fois de suite hier que tu vas gagner aujourd’hui. C’est moi qui vais te teindre les cheveux cette fois ci !
-Tu peux toujours rêver !
Le groupe avait atteint la porte du club et ils entrèrent. A leurs surprise, ils ne virent ni Nagisa ni Farvel.
-C’est bizarre, pourquoi ils seraient sortis ? se demanda Miyako.
Saya s’avança dans la salle.
-Ils sont partis flirter tu crois ? dit Saya le sourire au coin, moqueuse. Ahlala, Nagisa, je ne te croyais pas si… Nagisa ! cria Saya en se baissant tout à coup.
Son appel alerta tous les autres du groupe qui sentit la détresse émaner de ce cri. Ils rejoignirent rapidement Saya et virent avec effroi le corps de Nagisa gisant au sol, inerte.
-Nagisa… Nagisa… répéta Saya en panique.
-Nagisa… murmura Darksky interdit.
-Elle a du faire un malaise ! s’écria Miyako. Pousse-toi ! Je vais lui prendre le pouls.
Saya s’écarta et laissa Miyako se baisser pour prendre le pouls de Nagisa.
-Non, non, non, non… répéta Miyako. Ce n’est pas possible !
-Quoi !? Demanda Laura paniqué.
Miyako se tourna vers le groupe, le visage lourd.
-Je ne sens aucun pouls.
-Attends, tu as du mal sentir ! s’écria Saya en se jetant prendre le pouls de Nagisa.
-Farvel ! rugit Laura puis elle se précipita hors de la salle.
-Laura ! appela Darksky en vain. Elle est partit en trombe dans le couloir. Merde, merde, merde ! Qu’est-ce qu’on fait ?
-Prend ton téléphone et appelle les secours, répondit Miyako en prenant le contrôle de la situation. Toi Saya, va rattraper Laura et évite qu’elle fasse n’importe quoi. Je m’occupe de Nagisa.
-T’es sur que tu n’auras pas besoin de moi ?
-Non. Arrête de perdre du temps et va rattraper Laura, vite !
-Très bien, je compte sur toi la secouriste ! s’écria Saya en s’élançant à la poursuite de Laura.
-Allo ? Oui ! Bonjour, c’est une urgence ! J’ai une amie à terre, elle ne respire plus ! Je… Oui ! On est dans le lycée Mistral, dans les salles du club. Oui. Oui, elle ne respire plus, j’ai une amie avec un brevet de secourisme et elle lui prit le pouls. Oui. Merci, merci beaucoup. J’espère qu’ils vont arriver rapidement. Miyako, il faut que tu la mettes en position de sécurité ! Il faut l’aider à respirer !
-Je m’en occupe, je sais.
-Oui. Non, je n’en ai aucune idée de ce qui s’est passé. On est arrivé et elle était à terre, sans vie. Oui. Je vous écoute.
Jusque ce que les secours arrivèrent, Darksky transmit les directives de sécurité à Miyako. En retour, il transmit le maximum d’information possible aux urgences. Après cinq minutes, les secours arrivèrent dans la cour du lycée et les ambulanciers arrivèrent en courant avec le brancard.
-Elle est ici ! cria Darksky aux ambulanciers qui se pressèrent.
Un des ambulanciers demanda à Miyako de s’écarter et prit le pouls de Nagisa. Il se retourna vers Darksky et Miyako.
-Elle est comme ça depuis combien de temps ?
-Depuis qu’on l’a trouvé… répondit Miyako. Cinq minutes.
-Ah…
Le visage du brancardier s’assombrit.
-N’espérez pas trop.
Ces dernières paroles glacèrent les adolescents. Les deux ambulanciers installèrent avec rapidité Nagisa dans le brancard puis la foule qui s’était formé autour d’eux se scinda et laissa passer les hommes en blouses blanches. Miyako n’avait même pas osé demander la permission de venir avec eux et ils restèrent plantés pendant un instant. Darksky se tourna vers Miyako. Ses yeux avaient perdu sa nitescence et les traits de son visage s’étaient endurcis.
-Tu crois que c’est Farvel ? demanda-t-il sur un ton froid.
Miyako fut désarçonné par le revirement d’attitude de Darksky. Elle l’avait déjà vu dans cet état auparavant, lors des dernières crises. Elle se reprit en toussant deux fois et gardant sa façade impassible.
-Je n’en ai aucune idée. Il ne faut pas tirer de conclusion hâtive. Cependant, il est suspect et il est le dernier à avoir vu Nagisa. Il faut qu’on le trouve.
-Très bien, je vais retrouver Laura et le chercher. Que fais-tu ?
Miyako soupira.
-Il faut bien que quelqu’un reste avec Nagisa ? Je vais à l’hôpital.
-Tiens, je te rends ton portable alors.
-Merci. Faites attention.
-Oui. Je serais attentif.
Sur ces dernières paroles, les deux amis se séparèrent, prenant chacun un chemin détourné.

Malgré les années, Saya avait toujours gardé une forme sportive exemplaire. Si ses amis la voyaient beaucoup manger des sucreries et être une performeuse de première classe pour faire des bêtises, elle s’entrainait toujours activement hors des heures de cours. Seul Darksky était au courant car Saya parle finalement assez peu d’elle même. Son passé d’agente était resté gravé en elle. Mais cela lui permettait de se déplacer dans les rues de la ville à une vitesse démentielle. Enjambant les barrières, sautant par-dessus les voitures et évitant soigneusement la foule, elle se mit sur les talons de Laura. En effet, même si elle était partie à peine plus tard qu’elle, elle ne l’avait pas rattrapé de vue et elle devait maintenant trouver ou se dirigeait Laura. De plus, elle ne répondait à aucun coup de téléphone. Elle s’arrêta de temps en temps pour demander à des personnes dans les rues, si elle avait vu Laura passer puis repartie de plus belle. Elle devina rapidement l’endroit où Laura se dirigeait. La falaise où Darksky était tombé. Elle redoubla l’allure.
Après un tournant à un carrefour, elle aperçut Laura au bout de la rue, courant exactement vers l’endroit que Saya pensait. Elle donna tout dans un sprint final et mêlant cris et sueur, elle rejoignit Laura qui s’était retourné et l’attendait.
-Ah… Ah… Ah… Aaaaaaaaaaah ! Ah, je meurs !
-Tu m’as rattrapé ? Tu es parti combien de temps après moi ?
-Ah… Ah… Pas… beaucoup… Ah…
- Je ne savais pas que tu courais aussi vite.
-Ah… Tu… aurais pu… mettre… ton téléphone… avec… du son…
Laura interpellé, sortit son téléphone et vit une tonne d’appel manqué provenant tous du même numéro.
-Désolé…
-Aaaaaah… C’est bon… On peut… continuer…
-Si tu le dis.
-Je te… suis…
Laura se remit à courir à faible allure laissant à Saya le temps de se remettre.
-Pourquoi… tu vas… là-bas ?... demanda Saya toujours essouflée.
-Je ne sais pas, mais je sens qu’il est là-bas. Il nous attend. Dire que Nagisa est en train de... Fait chier ! C’est de sa faute ! Si je le trouve et que c’est bien à cause de lui, il va passer un sale… Tiens, un appel.
Laura décrocha et entendit la voix de Darksky.
Début de l’appel.
-T’es où ?
-On va à la falaise à côté du quartier Margeranne.
-Compris, j’arrive.
Éloignement du micro.
-Darky !
-Quoi ?
-A propos de Nagisa ?
Silence.
-Darky ?
-Elle est dans l’ambulance.
-Et ils ont dit quoi ?
Silence.
-Darky ?
Fin de l’appel.
-Alors ? demanda Saya ?
-Ca sent mauvais.

En se dirigeant vers l’arrêt de bus, Miyako eut une rapide pensée envers Marie et sortit rapidement son téléphone. Elle fouilla rapidement dans ses contacts et lança un appel, espérant qu’elle était déjà sortie de son examen.
Début de l’appel.
-Marie ?
-Oui ?
-Tu es au courant ?
-De ?
Triste soupir.
-Nagisa… elle est à l’hôpital.
-Ah ? Attends… pour quelles raisons ?
-Elle était sortie avant nous d’un contrôle avec Farvel et on l’a retrouvée inconsciente dans la salle du club et elle ne respirait plus. Et…
-Déjà ?
-Comment ?
-Tu vas à l’hôpital je suppose ?
-Euh… Oui.
-Stop toi tout de suite et dépêche-toi de raisonner les autres.
-Comment ça ?
-Ils ne doivent pas approcher Farvel. Il faut partir.
-Mais pourquoi ?
-Je l’ai vu dans mes songes cette nuit. J’étais Nagisa et j’ai vu Nagisa mourir. N’approchez pas de Farvel !
-Mais Nagisa ?
-Je vais la voir. Part raisonner les autres. Vite !
Fin de l’appel.
Miyako appela cette fois Darksky et après un bref échange, elle partit elle aussi vers la falaise.

Les deux filles déboulèrent sur la falaise après avoir traversé le petit bois qui entoure le chemin qui longe la côte. Elles virent une silhouette assise au bord de la falaise. La longue chevelure bleutée indiqua instantanément qu’elle avait à faire à la bonne personne. Elles s’approchèrent doucement et à mi-chemin, elles furent stoppées.
-C’était une belle journée n’est-ce pas ? dit Farvel sans détourner le regard de la mer. Enfin… C’était...


Chapitre 04 : Crépuscule

L’habituel salut matinal retentit et les élèves retombèrent sur leur chaise. Seul le tapotement de la craie sur le tableau dérangeait le silence ambiant. L’heure passa puis une deuxième et ce n’est qu’après que le professeur partit hors de la salle. Les chaises se levèrent à nouveau et des discussions éclatèrent partout dans la salle de classe. Darksky laissa les filles discuter entre elle et se dirigea vers le bureau de Farvel. Lorsqu’il fut devant, il se tut et se contenta de regarder Farvel, celui-ci étant concentré à finir de rédiger, probablement, une phrase dans son cahier. Lorsqu’il l’eut fini, il se tourna vers Darksky, tout en fermant le cahier, avec son éternel regard empli de lassitude. Les deux garçons se fixèrent du regard. Laura aperçut Darksky et essaya de crier son nom mais elle fut interrompu avant la fin de son mot par Saya. Celle-ci l’a regarda avec un signe de négation de la tête. Laura comprit qu’elle n’aurait fait qu’envenimer les choses en criant son nom ; elle aurait fait attirer toute l’attention de la classe sur eux.
-Contentez-vous d’observer, dit Saya à l’égard des filles. Ça pourrait dégénérer à n’importe quel moment.
La scène s’intensifiait. Darksky fut le premier à briser le silence.
-Comme tu peux le constater, je suis seul.
Farvel jeta un regard vers les filles.
-Tu le sais très bien que je ne les ai pas mise au courant.
-Certes. Qu’est-ce que tu me veux encore ?
-Je voudrais te demander de faire connaissance et venir rejoindre notre groupe et de, pourquoi ne pas, devenir amis.
-Es-tu stupide ?
-Je ne le pense pas.
-Je ne rejoindrais jamais votre groupe.
-Pour quel raison ?
-J’ai mes propres raisons.
-Est-ce que tu nous méprises ? Est-ce que tu n’aimes pas notre caractère ? Est-ce que tu n’aimes pas être en groupe ? Faire des sorties avec des amis ? Passer du bon temps ?
-J’ai mes propres raisons.
-Serait-ce parce que tu aurais vécu un évènement traumatisant ?
Une lueur jusqu’à la invisible, s’éclaira dans les yeux saphirs de Farvel. Un rictus de surprise apparut imperceptiblement.
-…
-Des morts ? Des proches ?
La lueur s’intensifia.
-Laisse-moi tranquille. Retourne voir tes amies.
Le bras de Darksky se leva tout à coup d’un demi-mètre, le laissa en suspens puis retomba sur ses hanches.
-Très bien, mais sache une chose, on ne te veut que du bien. Que tu sois un agent d’Armageddon ou non.
Farvel fit mine de ne pas écouter et Darksky retourna à sa place, visiblement mitigé de l’effet produit sur l’adolescent aux cheveux bleus. A son retour, Laura commença à s’énerver mais elle fut très rapidement coupée par Saya.
-C’était mon idée, Laura. Ne blâme pas que Darksky pour cela, comme tu as l’habitude de faire.
-Mais vous êtes insensé, vous ne connaissez rien de lui ! Vous n’avez pas entendu ce que nous avions dit à la table ronde ? On connait juste son passé ! Il peut avoir des pouvoirs et être à l’origine de la mort de toutes les personnes proches de lui comme il peut être inoffensif et juste malchanceux. Mais le risque reste trop grand !
-Et donc tu proposais de faire quoi ? Nous n’avions rien réussis à décider comme action à la réunion ! rétorqua Saya. Peu importe les plans que l’on proposait, c’était toujours trop risqué. Ce n’est pas avec vos précautions et votre logique que vous arriveriez à faire changer les choses ! Il faut faire des actions insensées et prendre des risques parfois.
-Et quel était l’intérêt de faire ça à part révéler des infos sur nous ?
-Ecoute Laura, dit Darksky. Je sais que ce que j’ai fait étais dangereux. On peut tout perdre sur cette action. Cependant, après concertation avec Saya, c’était le plus sensé, le plus en accord avec ce que l’on sait. On lui propose une alternative, ça peut marcher, ça peut le faire bouger. A moins que tu ne veuilles pas aider, Farvel.
-Ce n’est pas ça, mais il se peut qu’il n’ait aucun lien avec tout ça ou qu’il nous tue tous par une erreur d’inattention de TA part.
-Et donc tu veux le laisser dans ses ténèbres ? répondit Darksky. Tu aurais voulu qu’on te laisse toi, ou Miyako dans tes problèmes, que l’on ne vienne jamais t’aider ? Tu serais peut-être morte à l’heure qu’il est, ou tu n’aurais peut-être jamais gouté au bonheur depuis, s’énerva Darksky. Je comprends que tu es attachés à nous, mais pour y revenir, il faut de nouveau prendre des risques pour Farvel, que ce soit une réussite ou non.
Laura repensa brièvement à son passé et se rendit très vite compte de la situation.
-Je… Tu as raison Darksky, dit Laura en baissant la tête. Je suis bien contente de ne plus être comme avant. Mais ça ne t’autorise pas à prendre des risques inconsidérément sans que je le sache !
-Ok, ok, d’accord. Compris. Je te préviendrais désormais, ça te va ?
-Tu as intérêt, Jean-Michel. Sinon, je te réserve un sort pire que tu peux te l’imaginer.
-En fait, c’est Micha…
-Jean-Michel.

Pendant l’heure de cours qui suivait la discussion, Saya communiqua son étonnement à propos de la fermeté que fit Darksky lors de la discussion et lui-même s’en étonna. Saya pouffa en disant que c’était peut-être dû à plus de maturité de sa part, ce qui plongea ce dernier dans une grande introspection sur lui-même. Il ne comprit malheureusement rien du cours.

Un plan fut enfin décidé. Il était tout simplement de réitérer cette proposition régulièrement et de profiter des diverses occasions. Probablement qu’à un moment, Farvel accepterait. C’était peut-être du harcèlement mais qui s’en souciait ? Alors les propositions continuèrent, à chaque fois marquée par un refus de Farvel. Les jours passèrent ainsi que quelques semaines sans aucune réelle évolution. Les refus devinrent bientôt une routine pour le groupe. Nagisa désespérait des refus systématiques et se demandait ce qu’ils pouvaient faire pour accélérer la chose. Miyako répondit qu’à chaque fois, il s’était passé des événements déclencheurs pour chacun, ce qui n’était pas le cas pour Farvel jusqu’à présent. Laura comprit qu’avoir l’initiative ne serait pas une chose facile.

Alors qu’ils étaient tous dans le club de duel, essayant de passer le temps. La porte s’ouvrit. Cela surprit tout le monde car d’habitude, personne d’autre ne venait jamais et qu’ils étaient déjà au complet, même Marie les avait rejoint. Toutes les têtes se tournèrent vers l’ouverture de la porte et virent le même visage, celui du garçon aux longs cheveux bleus et aux yeux d’aciers. Celui-ci s’interrompit dans son mouvement et parcourra avec ses yeux vides l’ensemble de la salle. Il fit un léger mouvement de recul. Il avait l’air de s’être trompé d’endroit et cela devait être normal car il n’était nulle part indiqué que c’était la salle du club de duel. Il resta immobile, tout comme chacun attendant un déclencheur. Miyako se leva précipitamment et se dirigea à grand pas vers Farvel, puis, une fois devant lui, elle se planta bien droite et arma son bras droit pour lui coller une claque retentissante. Farvel ne fit rien pour l’éviter et une démarcation rouge colorait maintenant son visage fin. Il semblait stupéfait malgré son attitude toujours aussi froide, il ne cillait plus d’un pouce.
-Cela fait des semaines que l’on t’attend ! S’énerva Miyako. Allez dépêche-toi d’ent…
-Désolé, je me suis trompé de salle.
Puis il se détourna. Miyako le retenu en lui attrapant le bras. Il regarda Miyako puis se détacha de son emprise et partit dans le couloir sans un regard.
-Ouais, fais ton mec glacial mais tu le sais, un jour ça va exploser et on sera là, dit Miyako. Que tu le veuilles ou non.
Les cheveux bleus firent une dernière envolée avant de disparaitre dans l’angle du mur. L’ambiance dans la salle était pesante. Miyako se tourna lentement, abattu par tant d’ignorance.
-Ca… n’a pas marché, dit-elle. Il a l’air si… insensible.
-Non, tu te trompes Miyako, rétorqua Laura. Même si il feint l’indifférence, ton action l’a marqué. Tu as eu de l’effet, tu peux en être certaine. Après, je ne sais pas si c’est en bien ou en mal. Pour l’instant, on ne peut pas aller le chercher alors il faudra encore attendre. La patience est notre seule arme.
-Ca me saoule d’attendre moi ! Cria Saya. Il ne peut pas se bouger pour nous parler au moins ? Il est casse couille franchement !
-Oui, mais mets-toi à sa place, je pense que ça doit être très dur pour lui en ce moment, dit Nagisa.
-Mais selon ce qu’a dit l’oncle…
Darksky se leva, se détournant de la conversation car un détail l’intrigua soudainement vers la porte mais il ne sut dire lequel. Il se dirigea vers la porte qui était resté entrouverte. Il sortit de la salle, il regarda vers la direction dans laquelle était partit Farvel. Il eut un léger mouvement de surprise puis se reprit. Il continua de regarder dans le couloir une bonne trentaine de seconde puis retourna dans la salle visiblement perplexe.
La discussion se termina avec l’éternelle même conclusion et la lune se leva pour se coucher. Puis elle fit cela plusieurs fois. Répétant sans cesse la même chose, la seule différence étant la durée de l’obscurité qui s’allongeait à chaque nouveau cycle. Il faisait de plus en plus froid, l’hiver arrivait et dans quelques jours retentira le doux son des vacances scolaires de noël.
Mais pour l’heure, Darksky attendait, seul dans la fraicheur du crépuscule, Laura qui avait décidé de poser des questions au professeur. Evidemment, il fallait que ce soit parmi les professeurs les plus investis dans leur enseignement, et donc, il devait être en train d’expliquer en long en large et en travers toutes les subtilités des concepts mathématiques à Laura alors qu’elle devait déjà avoir compris, pas comme lui. Il avait alors accompagné Nagisa et Saya jusqu’au portail, et maintenant, il attendait seul. Il était vêtu d’un grand manteau noir, ainsi que d’une grande écharpe grise dont les deux extrémités tombaient dans le dos. Un jean sombre et des baskets ébène complétaient le reste de la panoplie. Une tenue adaptée à l’esprit de la saison.
Il prit son téléphone et envoya un sms à Laura qui lui répondit dans la foulée :
« Je parle avec le prof, trace ta route. »
Il soupira, se remémorant que ce n’était pas la première fois qu’elle lui faisait le coup. Quand elle était intéressée par un sujet, elle ne faisait plus attention à autre chose. Il partit donc en direction de la maison, les mains dans les poches, grelottant au passage du vent sur ses joues. Le mois de décembre n’était pas tendre. Sur le trajet, il devait passer par un parc et juste avant d’y entrer, il remarqua quelque chose d’inhabituel. Farvel était assis sur un banc et le fixait comme s’il l’attendait depuis un moment. Il comprit tout de suite et il se dirigea en direction de Farvel. Celui-ci le regarda avec son habituel regard froid, mais l’acier dans ses yeux semblaient avoir fondu. Darksky sentait que quelque chose avait changé chez Farvel, probablement en bien espérait-il. Il lui fit signe de s’asseoir, ce qu’il fit. Tout cela sans un mot. Farvel détourna ensuite le regard pour observer l’horizon entre deux arbres nus. Les derniers rayons du soleil peinaient à émerger et la nuit se profilait lentement.
-Je suis comme une araignée seule, perdu dans un coin de la maison, dit Farvel. La maison est abandonnée donc personne ne vient m’embêter. De temps en temps, quelque chose agite ma toile, probablement la brise qui s’infiltre par la fenêtre. J’étais dans ma solitude, sans me plaindre, ne réclamant qu’à passer les cycles jusqu’au jour où je mourrais sans faire de remous ou de vagues inutiles. Je veux simplement vivre dans la tranquillité absolue.
Il fit une pause. Le soleil venait de disparaitre et le froid s’accentuait.
-Pourtant, il a fallu que des nouvelles personnes emménage dans la maison remettant en question tout le quotidien que je venais de me construire. J’ai beau reconstruire ma toile dans les coins les plus reculés, ils sont assez maniaques pour inspecter chaque centimètre de leurs demeure, prenant bien soin tout nettoyer.
Il se tourna vers Darksky.
-Vous avez détruit ma toile, ma zone de confort. Et c’est de votre faute. Je ne vous ai rien demandé. Pourtant vous êtes venus avec vos idéaux utopiques et votre amour à l’eau de rose. Vous m’avez énervé et vous continuez de le faire. C’est pourquoi je vous demande une dernière fois. Laissez-moi tranquille. Sachez qu’une piqure d’araignée peut être mortelle.
Il y eu un court silence.
-Tu as peut être un lourd passé, des évènements traumatisants mais il n’en reste pas moins que ça ne te donne pas le droit de faire du mal à d’autres personnes.
-Du mal à d’autres personnes ? C’est justement ce que j’évite de faire.
Darksky tourna sa tête vers Farvel, sérieux.
-Il y a des gens que tu heurtes en les ignorants. Tu nous heurtes avec ton attitude. On voudrait que tu souris, que tu sois heureux et que ce ne soit pas qu’une façade. Parce que tu nous intéresse.
-Vous voulez que je sois heureux uniquement parce que vous en ressentez le besoin.
-Oui, c’est purement égoïste de notre part. Tu n’es pas une araignée, Farvel. Tu es un homme. Et un homme a besoin de relation social pour vivre.
-C’est du non-sens.
-Tu ne vis pas Farvel, tu survis. Il n’y a aucune raison de vouloir survivre à moins de vouloir vivre et… cette raison de vivre, tu peux la trouver en nous.
-Tu crois vraiment qu’en devenant amis avec vous, je recommencerais à bien me porter, à rire bêtement aux éclats à des blagues nulles ? Que je viendrais raconter ma vie qui n’a aucun intérêt ? Que je vais devenir un être qu’aucun de mes amis n’oubliera seulement deux ans après qu’on se sera perdu de vue ? Ha ! Je ne le pense pas.
-Et pourquoi pas ?
-Parce que je ne le peux pas.
-Mais est-ce que tu nous aime bien au moins ? Est-ce qu’on est aussi mauvais que ça ?
-Non… Non… Je vous aime bien mais…
-Alors il n’y a pas de « mais » ou de possibilités, si tu le veux, tu le peux et on t’aidera pour ça. Tu as peur de nous rejoindre ? Il y a des choses qui te freinent ?
-C’est compliqué…
-Au fond de toi, tu as le désir de nous rejoindre. Il ne faut pas avoir peur de nous faire du mal car si tu as de l’affection pour nous, tu ne pourras jamais nous faire de mal. Parce qu’on est ami vois-tu ?
Les yeux de Farvel brillèrent pour la première fois à ces mots. Sa bouche s’ouvra mais aucun son n’en sortie. Il baissa la tête, plongeant dans ses pensées.
-Je sais que tu ne dois pas avoir l’habitude. Nous aussi nous avons vécu des moments difficiles. Après, je ne connais pas ton passé mais, il ne faut pas que çela te freine. Le passé c’est révolu, nous sommes dans une autre époque à présent. Tu n’es plus celui que tu étais il y a des années, ni même quelques minutes. Nous changeons constamment, nous sommes jamais les même. Et rien que pour ça, ça vaut le coup d’accompagner ce changement perpétuel et de passer outres les choses qui nous retiennent prisonnier. Moi, je crois en toi Farvel. Je ne te connais pas, mais je te fais pleinement confiance. J’ai peut-être tort, peut être tu es mon ennemi et je mourrais un poignard dans le dos mais si je dois passer ma vie à avoir peur de tout ce qui m’entoure, je… je ne voudrais pas... J’ai connu le pire du l’humanité mais aussi le meilleur. Et je crois que l’homme est bon.
Darksky se tut et laissa Farvel méditer sur ces longues paroles. Après quelques secondes, Farvel se retourna vers Darksky en le regardant dans les yeux.
-Je… Je crois que…
Puis il se tut brusquement et son regard se tourna vers l’entrée du parc par laquelle Darksky était rentrée. Le bruit d’un sac tombant sur le sol retentit et Darksky vit alors Laura, bouleversé, les fixant. Farvel se leva brusquement et marcha en direction de Laura, avec son regard d’acier. Alors qu’il arrivait au niveau de Laura, elle eut un petit geste de recul, effrayé, et il la dépassa avec d’une démarche déterminé. Il quitta le parc, laissant Laura interdite au milieu de l’allée et Darksky en sueur sur le banc. Tous les deux ils n’avaient réussit à bouger, une peur viscérale les en empêchant. Après quelques secondes d’immobilité, Laura s’avança vers Darksky, le regarda, puis s’effondra sur lui, en larmes. Il reste interdit quelque temps puis, comprenant entièrement ce qu’elle ressentait, la prit dans ses bras, posant sa tête sur la sienne, la laissant déverser son flot d’émotion. Il sentit alors une larme couler le long de sa joue.
« On est tous fragile n’est-ce pas ? »


Dernière édition par AronGomu le Dim 3 Sep - 23:52, édité 1 fois


avatar
Messages : 284
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Fic] L'inexistence

le Mar 8 Aoû - 2:21
Chapitre 09 : Rage

Spoiler:
La brise marine s’intensifia et les cheveux de chacun s’animaient avec ardeur. Mais ceux de Farvel se démarquaient avec style. Celui-ci qui était encore assis sur la falaise, se leva avec lenteur et se retourna lentement. Ses yeux étaient emplis d’une forte lueur bleutée, jamais vu auparavant. Au contact de son regard, le vent redoubla d’intensité. Farvel, ainsi entièrement redressé, toisa les filles d’un nouveau regard hautain, le sourire absent.
-Farvel ! S’écria Laura le son à moitié étouffé par le sifflement du vent. Qu’est que tu as fait à Nagisa !?
Sa tête se pencha légèrement, le regard perçant.
-Nagisa ?
Dans l’adversité de la tempête, Laura s’avança vers Farvel.
-Oui ! Je parle bien de Nagisa espèce d’kappaé ! QU’EST-CE QUE TU LUI AS FAIS !? Hurla-t-elle.
Laura se planta à quelques centimètres de Farvel, le fixant durement. Il ne laissa pas intimider et continua de toiser Laura de son air supérieur.
-Nagisa… Nagisa… dit-il avec un faux air de réflexion. Ah ! Elle !
Laura attrapa Farvel au col de sa chemise.
-PARLE !
Farvel eut un rictus mauvais et cela déstabilisa Laura. C’était la première fois qu’un sourire avait apparu sur le visage de Farvel. Elle relâcha un peu la tension qu’elle exerçait sur son col.
-Eh bien… Je suppose qu’elle est morte alors. Non ? Dit-il sur un ton sadique.
-FARVEL ! reprit Laura en le soulevant presque. C’est toi qui a…
-Bien sûr ! Qui veux-tu que ce soit ? répondit Farvel avec dédain.
-Tu…
-Je l’ai tué. M’enfin, ce n’est pas un drame après tout… Puisque…
Laura souleva entièrement Farvel. Des larmes de colères et de tristesses s’écoulèrent sur son visage.
-POURQUOI  !? Hurla-t-elle.
Farvel tenta de répondre mais Laura renforça sa poigne et essaya de le jeter à terre. Farvel se défendit, et de sa paume de main, il projeta Laura à une dizaine de mètres. Il fut repoussé en arrière et il tomba de la falaise plongeant directement vers la mer. Saya d’abord choqué, courut ensuite vers Laura avec hâte.
-Laura ! Ça va ?
Une rapide inspection lui montra que ce n’était pas le cas. Laura était peut-être une fille forte, mais elle restait humaine et son impact sur le sol et les différents chocs l’avaient écorchés. Bleus et hématomes apparaissaient à divers endroit. Malgré cela, elle reprit ses esprits rapidement et tenta de se lever.
-Far… vel… Où est-il ?...
-Calme-toi Laura, doucement, arrête de t’agiter. Tu as pris un violent traumatisme, répondit Saya en la retenant allongé.
-Mais…
-Il est tombé derrière la falaise, promet moi de rester là et je vais…
-Non… Il va revenir.
-Mais Laura ? Tu crois qu’il…
-S’il m’a propulsé jusqu’ici, c’est qu’il cache une puissance… surhumaine…
-Il faut que je vérifie tout de même. Promet moi de ne pas te faire du mal. Je reviens tout de suite.
-Saya…

Saya se leva et se dirigea vers la falaise avec prudence. Elle entendait un bruit. Une sorte de sifflement du vent qui venait de l’océan, derrière la falaise. Plus elle s’approchait, plus le sifflement était fort. Tout à coup Farvel apparut, chevauchant le mistral. Il lévita à une dizaine de mètres au-dessus de Nagisa et toisa à nouveau les deux filles. Saya devina que c’était une concentration d’air projeté sur le corps de Farvel qui le maintenait en l’air, on pouvait le deviner à la friction intense de l’air sur ses vêtements. Son expression psychotique était indescriptible. Un mélange de tristesse et de haine se lisait clairement sur le visage de Farvel.
Saya recula de quelques pas, laissant le temps et l’espace à Farvel d’atterrir doucement sur le bord de la falaise.
-Tu… tu as… ce genre de pouvoirs ? Balbutia Saya.
-Il faut croire.
-Farv… s’étrangla Laura en essayant de se lever. Toi !
-Moi.
Laura à genoux, tenta de se lever mais une douleur soudaine dans la jambe la fit vaciller et tomber. Saya retourna vers Laura et l’aida à se relever. Laura à moitié sur l’épaule de Saya, reprit :
-Explique-toi Farvel ! A quoi ça rime ?
-J’ai essayé avant que tu n’essaie de me jeter, imbécile. Maintenant que tu me laisse tranquille, je vais pouvoir te le dire.
Laura serra les dents.
-Pour détailler un peu ma déclaration, je dirais plutôt qu’elle s’est tué elle-même, expliqua Farvel.
-Comment !?
-Laura… calme-toi.
-C’est un peu comme sauter devant une voiture. Elle l’a provoqué. Elle n’aurait pas dû essayer de me parler. Pas sur ce ton.
-Arrête avec tes conneries ! Répondit Laura. A aucun moment elle pouvait savoir que tu la tuerais ! N’essaye pas de déporter la faute sur elle !
-Ah bon ? Je pensais pourtant que vous aviez mesuré les risques avant de m’inclure dans votre club merdique. Je suis trompé ? Peu importe. Elle m’a provoqué et voilà le résultat. Je ne voulais pas vraiment y arriver là, voyez-vous. Ce n’est pas très drôle de tuer. Mais bon, vous étiez vraiment insistant. Une nuisance insupportable. Je n’allais pas me déplacer autre part. C’est déjà assez compliqué de s’installer à un endroit. Donc, j’ai pris la généreuse décision de vous effacer de l’existence.
-Comme si tu pouvais faire ce qu’il te chante, rétorqua Saya. Tu es tombé sur les mauvaises personnes. Tu ne tueras personne.
-Tu veux que personne d’autres ne meurs ? C’est simple, je vous laisse deux choix. Le premier, c’est que vous partiez loin de cette ville et que vous ne reveniez jamais. Vous acceptez la mort de votre amie et vous m’oubliez. Le second choix, c’est que je vous tue ici même. Je vous avoue que j’ai une préférence pour le deuxième choix. Ce sera bien plus simple pour nous tous…
-Arrête de te foutre de notre gueule ! le coupa Laura en sortant Trishula de sa boite à deck.
La carte s’illumina et un énorme rayon de lumière engloutit les lieux. Quelques secondes plus tard, la fusion de Laura et Trishula balaya toutes lumières et elle se jeta sur Farvel. Farvel qui ne semblait pas avoir été affecté plus que ça par la lumière réagit vite et se propulsa dans les airs. Laura le suivit et tenta de donner un coup de griffe mais il esquiva agilement en se déportant sur le côté. Laura, dans une terrible rage, enchaina les coups.
Saya qui regardait le combat, impuissante, sentait des bourrasques d’air gifler son visage à chaque coup. Elle entendit des cris derrière elle et se retourna. Elle vit Darksky accourant et essoufflé.
-Qu’est-ce qu’il se passe ici ? C’est quoi ce bordel avec les lumières ?
-Regarde en haut.
En tournant le regard, le visage de Darksky se décomposa.
-Oh merde… C’est quoi ça ?...
-Tout… tout est la faute de Farvel, expliqua Saya.
-Attends, c’est vraiment lui qui a mis Nagisa dans son état ?
-Oui. Il a avoué l’avoir… tué. Et il a des pouvoirs étranges qui lui permettent de faire ce qu’il fait là. Laura a fusionné avec Trishula, d’où la lumière et le combat maintenant.
-Quoi ?! Mais on avait dit qu’on ne devait recourir à ça qu’en cas d’extrême urgence !
-Il veut tous nous tuer, Darky.
Darksky resta sans voix.
-Il a dit qu’il en avait marre de nous et qu’il voulait nous tuer. Il s’est passé un truc entre Nagisa et lui et maintenant… Il nous avait aussi proposé de partir loin et de ne jamais revenir le voir mais…

-Arrête de réfléchir. Il faut aider Laura là ! Elle se bat pour nous !
-Oui !
-C’est quoi ses pouvoirs ?
-Il semble contrôler l’air.
-Seulement ?
-Qu’est-ce que j’en sais moi ? Il lévite grâce à la pression qu’exerce l’air sur lui.
-Un peu comme la télékinésie.
-Euh… oui…
-Alors, ça pourrait expliquer beaucoup de choses… Rhaa on n’a pas le temps pour ça, allons…
Alors qu’il se retournait pour voir le combat. Il vit Laura percuter le sol à quelque mètre de lui. Il se précipita vers elle et la retourna pour voir une plaie béante de l’épaule au bas du ventre. Le sang qui avait jailli s’était immédiatement cristallisé en une magnifique glace bleuté. Il n’arriva même pas à prononcer son nom et se contenta de regarder d’un air interdit.

Saya, surprise également par le retombé aussi rapide de Laura, avait laissé Darksky aller vers Laura. Elle tourna le regard vers les cieux, cherchant Farvel mais elle ne vit personne. Elle entendit un sifflement sourd derrière elle et alors qu’elle se retourna, elle sentit un objet froid parcourir sa peau. Soudainement, une intense douleur dans le dos la paralysa. Du sang tachait ses mains. Toute son énergie la quitta.
-C’est un adieu que j’espère éternel, souffla une voix dans son oreille.
Et elle tomba, sans vie.
Darksky entendit le bruit d’un corps tomber et vit Saya gisant sur le sol, une entaille rouge balafrant tout son dos et Farvel se tenant devant, neutre. Lorsque son regard croisa celui de Darksky, son visage prit un air triste. Il s’avança de quelques pas vers Darksky, laissant pendre son bras ensanglanté le long de son corps. Une soudaine peur viscérale envahit l’esprit de Darksky. Il commença à trembler de tous ses membres.
-Sa… Sa… Saya ! Far…
-Ah désolé, Darksky. Je ne voulais pas te traumatiser comme ça mais déjà qu’il n’y a rien d’amusant à tuer des gens, j’aime autant mettre un peu de couleur et d’action. Regarde-moi ce bras, magnifique n’est-ce pas ?
La voix de Farvel semblait presque joyeuse à présent. Un sourire sincère tranchait son visage.
-Pourquoi tu… tu l’as tué ? Tu n’en avais pas besoin !
Tout le corps de Darksky était à présent secoué de violentes secousses.
-J’ai comme une sensation de déjà vu, soupira Farvel. Je vais simplement répondre que tu n’avais pas besoin de me parler. Nagisa non plus. Mais il fallait que vous le fassiez. Alors bon. Des fois, il ne faut pas chercher un sens.
Ce que comprendra plus tard Darksky, c’est que l’élément le plus effrayant dans la scène. Ce n’était pas la mort arbitraire et violente de Saya mais plus plutôt la sincérité et l’authenticité qui se dégageait de la voix de Farvel. C’était comme si son âme, libéré de toutes contraintes, s’exprimait de la plus pure des manières. Libre. Ce changement radical chez Farvel le prit de court et il ne savait plus quoi penser, ni quoi faire. Il était paralysé mentalement et physiquement.
-Je sais que c’est triste en effet. Deux des personnes avec lesquels tu avais de forts liens ne sont plus et ta bien-aimée est sur le seuil de la mort. Regarde-la agoniser.
Darksky se retourna et vit la glace sortant de sa blessure se fissurer lentement.
-Ahlala… sourit Farvel. Mais ça fait du bien. Un bien fou ! J’aurais dû le faire bien avant. Maintenant… Il ne reste plus que toi ici.
Darksky déglutit.
-Mais bon… Je n’ai pas vraiment envie d’en finir maintenant avec toi.  Il y a encore des choses qui me sont confuses.
Farvel s’avança jusqu’à être juste devant Darksky. Il s’accroupit et plongea son regard dans la confusion de l’iris du ciel noir.
-Tu vas devoir m’expliquer des choses, mon ami. Beaucoup de choses.
Farvel se releva et tourna dos à Darksky et Laura en direction de la ville.
-Rejoins-moi ce soir à dans l’église de la ville. Celle à côté du lycée.
-Ou… Ou pars-tu ? Réussit à dire Darksky entre deux claquements.
-C’est évident. Finir le travail. Sur ce, je te laisse pour tes derniers instants avec ta belle. A ce soir.
Une violente bourrasque balaya un nuage de poussières et de saletés. Darksky dut couvrir Laura pour la protéger et lorsque le vent s’arrêta, Farvel avait disparu. « Finir le travail ». Ces mots de Farvel résonnèrent dans son esprit. Marie et Miyako étaient en dangers ! Il devait partir les…
Une main agrippa son t-shirt. Laura ouvrait péniblement les yeux.
-Darky…
-Laura ! Ça va ?
Les iris vacillants de Laura se dirigèrent vers Darksky. Elle articula lentement des mots.
-Bien sur… que non… Je vais mourir…
-Non ! Tu ne peux pas dire ça ! Ça va aller !
-Tu te rappelles… quand je vous parlais du… cygne noir ?
La glace avait continuait de se fissurer et quelques morceaux se cassaient déjà.
-Arrête de bouger Laura, reste comme ça ! J’appelle une ambulance ! dit-il en sortant son portable.
Alors qu’il composait le numéro et amena son téléphone à l’oreille, la main de Laura baissa le bras de Darksky.
-Tss… tss… Ne les appelle pas maintenant…
-Mais...
-Ne gâche pas notre… dernier moment ensemble…
-Laura…
-Ah… Seul un idiot comme toi… pourrait ne pas comprendre ça…
-Pourquoi tu te résignes comme ça ? Tu vis encore ! Je vis encore ! Ce n’est pas fini ! On a déjà eu plein de situations comme ça non ?
-Non… je ne crois pas… Saya est morte aussi non ?
Une larme coula de l’œil de Darksky.
-Laura… pourquoi ?
-Tu vois ?... Nous avons fait une erreur fatale et nous voilà punis…
Laura toussa violement et cracha quelques gerbes de sang. La glace tout autour de son corps se brisa et disparut pour laisser place au corps frêle de Laura. Trishula n’était plus. Le sang se remit à couler. Darksky la prit dans ses bras et essaye de calmer ses secousses. Elle rouvrit les yeux.
-Mourir agonisante dans tes bras… Voilà une idée à laquelle je n’avais pas pensé… Pourtant… ce n’est pas si déplaisant… Oh, ne me regarde pas avec cet air là… Comprends qu’il y a une fin pour tout…
-Comment peux-tu être aussi apaisé de ta propre mort ?
- Peut-être parce que je suis faible ?… Peut-être parce que j’accepte trop facilement les fait ?... Ou peut-être… parce que je suis avec toi ...
-Laura…
-Dit Darksky…
-Oui ?
-Est-ce que tu pourrais m’accorder… un dernier souhait ?
-Laura… Je…
-Embrasse-moi.
Darksky regarda Laura et lentement, ses lèvres se posèrent sur celle de Laura. Un mélange de chaleur et de froideur se mélange dans cet échange d’émotion intense. Pendant quelques instants, le temps s’était stoppé. Que ce soit le chant des oiseaux, le grondement des voitures, le roulis de la vague sur le sable ou le son des gouttes de sang éclatant dans l’étang pourpre. Toutes notions d’extérieurs avaient disparu et c’est la pensée brulante de l’amour seule qui agissait ici. Mais comme toutes choses ayant une fin, ce baiser se stoppa également. Les bras retombèrent inanimés et les yeux de la belle perdirent leurs éclats. La vision se brouilla. Après les larmes, il se leva. Elle était partie. Il se retourna et vit un autre corps plongé dans son océan rubis. Un gouffre avait aspiré son âme.

Après avoir déplacé les deux corps au pied d’un arbre et avoir appelé l’ambulance. Il regarda au loin et pensa à Farvel, Marie et Miyako. Il devait se dépêcher et empêcher les autres de tomber. Ça ne pouvait pas se finir comme ça. Alors il s’avança dans le bois et partit vers la cité. Bien décidé de mettre un terme à la cause de sa souffrance.


Chapitre 10 : Suspension

Spoiler:
Miyako avait reçu le long sms de Darksky et son cœur lui avait arraché la poitrine sur le moment. Elle avait appelé Darksky pour vérifier mais il n’avait fait que confirmer ses dires, lui confirmant le pire. Elle avait sentie toute sa colère. Le ton de sa voix fut glacial et ses phrases bref. Il était sur les nerfs. La consigne était donnée : Marie et elle devait fuir le plus loin possible et de ne laisser aucun indice. Tous ce qu’y pouvait les trahir devaient être abandonné. Aucune erreur ne sera pardonnée.
Elle qui était sur le chemin menant vers la mort avait fait demi-tour et était retourné à sa maison. Là-bas, elle avait abandonné son portable, tout appareil électronique et remplie un sac d’aliment à emporter et de quelques vêtements. Puis, elle avait enfourché son vélo et elle se retrouvait à présent sur une des petites routes de campagnes, roulant à bonne allure. Elle ne savait pas vraiment où cette route la mènerait, elle savait juste qu’après la route, elle sera ailleurs. Le soleil brillait fort, haut dans le ciel. Ce n’était que le milieu de l’après-midi après tout.

Marie n’avait pas répondu au message de Darksky. Elle l’avait lu certes. Elle avait compris les évènements qui s’étaient passés. Alors elle s’était assis sur la banquette de la salle s’attente et attendit. Elle avait considéré l’option de fuir mais à quoi bon ? Elle avait déjà compris que Farvel possédait des pouvoirs défiant la logique. Si Laura et Trishula étaient impuissants face à lui, qui le pouvait ? Elle.
Cette fois-ci, l’habilité au duel ne fonctionnerait pas. Farvel était capable de brouiller les esprits, modifier les souvenirs, de manipuler les vents et de ce fait, se déplacer à une vitesse prodigieuse et voler. Ce n’est pas comme si il se souciait des duels et de leurs puissances. Non, elle allait attendre son heure, bien sagement, sur ce banc et elle ne le dira pas à Darksky. Elle était le dernier espoir de Darksky et Miyako. Soit elle arrêterait Farvel, soit tout ce sera finit. Dans les deux cas, ils étaient déjà tombés dans la « bad ending ». Ils n’avaient plus rien à perdre.

Darksky bouillait. Il avait fait confiance et le voilà trahit. Bien évidemment qu’il allait venir à l’église ce soir. Il viendra affronter Farvel face à face et le tuera. Tout était de sa faute. C’était lui qui avait insisté à faire rentrer Farvel dans le groupe. Il ne pourra pas se faire pardonner. Laura ne pourra jamais lui pardonner. Saya non plus. Et probablement que Marie et Miyako ne lui pardonneront jamais. Il ne pourra plus jamais les regarder de face. Farvel. Farvel était son erreur. Ce n’était qu’une erreur qu’il allait corriger ce soir.
Son téléphone vibra dans sa poche. Il sortit son appareil. Un sms s’afficha sur l’écran. Il soupira puis rangea son appareil dans la poche. Oui. Définitivement, il perdra son humanité ce soir.

Miyako tâta sa poche et se rendit compte pour la troisième fois qu’elle n’avait plus son portable. Pourquoi avait-elle coupé son seul lien avec les autres ? Qu’est-ce qu’elle faisait sur ce vélo au milieu de nulle part ? Comment allait-elle dormir la nuit ? A la belle étoile ? En fait, elle se rendit compte qu’il y avait un problème dans le cours des évènements. C’est qu’elle n’avait rien prévu au long terme. Que devait-elle faire par la suite ? Darksky allait affronter Farvel cette nuit. Elle n’avait donc qu’une seule nuit à passer finalement. Un simple hôtel fera l’affaire. Puis selon le résultat dans la soirée, elle verra bien si elle ira se réfugier chez Angela, ou si elle pourra retourner chez elle. Mais une question surgit. Que ferait-elle si Farvel devait se montrer ? Que pouvait-elle faire ? Elle devait concevoir un plan. Quoique. Comment faire un plan sur ce qu’on ne connait pas ? Il était entièrement différent à présent. Et puis, c’est vrai ça. Que pouvait-elle faire ? Elle qui fuit la menace, tournant le dos à la mort de ses amies, ne réfléchissant en aucune manière la profonde tristesse qui la tourmentera dans le futur. Pourquoi ne rejoignait-elle pas Darksky pour affronter Farvel ensemble ? Qu’elle était cette décision stupide ? Elle réfléchit. Darksky. Il voulait sa vengeance personnelle. Quel égoïste ! Ne voit-il pas qu’il n’était pas tout seul à souffrir ? Ils étaient un groupe uni, ils devaient le rester. Elle s’en voulut pour ne pas avoir réfléchit à ça plus tôt mais elle comprit que cette suite d’évènement n’avait pas aidé. Cependant elle s’était décidée. Elle allait le rappeler et lui annoncer qu’elle viendrait. Mais d’abord, il faut trouver un téléphone.

Marie, figée telle une statue, fixait la blancheur du mur qui lui faisait face. Elle méditait. Il n’y avait pas grand-chose à faire d’autre en vérité. Elle ne faisait qu’attendre. Soit la nouvelle qui trancherait définitivement sur l’état de Nagisa. Soit la venue de Farvel. Alors le temps passa, lentement. Ses pensées voguaient pour amerrir sur le rêve de Nagisa qu’elle avait partagé cette nuit. Dire que ce fut seulement le lendemain que tout se réalisa. Ce fut si rapide. Elle-même n’avait pas eu le temps de comprendre le sens. Tout cela était décevant. Tout s’était joué à deux ou trois journées d’écart.
Elle avait trouvé étrange depuis le départ, la présence de cet esprit insondable. Elle avait beau tenté de pénétrer son esprit mais il fut impossible de dépasser le superficiel. Elle avait tenté de sentir un brin d’émotion. Mais elle n’avait rien percé à jour. Seule une brume opaque l’avait accueilli. Et alors qu’elle avait enfin eut un songe, voilà que le temps était compté. Celle-qui-prenait-le-temps venait se soumettre à l’ultime horloge. Et chacun de ses pas était un battement.
« Tac » « Tac » « Tac »
Sa silhouette était apparue au coin du mur. Il ne cachait plus sa puissance. Elle pouvait sentir les ondulations dans l’espace psychiques qui les entouraient. Il avait définitivement bien plus de maitrise qu’elle. Elle ouvrit les yeux. Il était souriant, avec son t-shirt blanc. Celle-qui-prenait-le-temps allait se faire reprendre par le flot du temps. Elle n’avait aucune chance. Elle n’allait jamais revoir ses amis ni son frère. Son cœur se serra, se retourna et la fit souffrir comme jamais. Le temps qu’elle avait pris allait lui être récupéré.
-Je suppose que tu es venu pour me tuer ? Demanda Celle-qui-prenait-le-temps.
-Effectivement. Malheureusement pour toi, la décision a été prise et même si tu n’as pas participé, tu en subiras les conséquences. J’espère que tu comprends que cela me fera moins de traqua à l’avenir.
-Très bien. Je comprends et c’est bien dommage. Que penses-tu de t’asseoir et d’avoir une petite discussion avant cela ? Je sais que je ne fais pas le poids face à toi. Je le sens. Alors, je voudrais te poser quelques questions. Est-ce que tu m’accorderas au moins ça ?
-Bien sûr. Rien ne presse. Discutons.
Farvel prit une place à coté de Marie et croisa les jambes.
-Déjà, je voudrais te demander pourquoi ce soudain revirement ? Même si tes relations étaient lointaines, tu participais quand même à la vie du club non ? Que s’est-il passé ?
-Il n’y a pas eu de soudain revirement. C’était progressif. J’ai réellement pensé que ça allait m’aider mais bon, c’était faux. Alors j’ai décidé d’en finir.
-Fallait-il vraiment la tuer ? Tu ne pouvais pas nous abandonner tout simplement ?
-Est-ce que tu crois sérieusement que ton petit groupe allait me laisser aller aussi simplement ?
-Je n’en sais rien.
-Voilà. Moi-même, je n’en étais pas sûr. Alors j’ai pris la solution la plus simple, la plus efficace.
-Donc la mort de Nagisa était préméditée ?
-Non pas vraiment. Disons plutôt que c’était sous le coup de la colère et que cela a forcé le destin.
-Et tu ne te soucie pas du mal que tu provoques avec ce choix ? Tu n’as pas de remord à nous éliminer ?
-Bien sûr que je la constate. Je sais à quel point Darksky me hait. Je sais que tu pleures intérieurement de ta fin prématurée et je sais à quel point Miyako est embrouillé. Bien sûr que je le sens. Je le sens en permanence. Je sens tellement de choses que j’en ai la nausée. Je n’en veux plus. Mais je m’y suis habitué comme on s’habituerait à la douleur. Au bout d’un moment, on devient impassible.
-C’est triste de perdre des morceaux de son humanité comme ça. Tu ne trouves pas ?
-Ah. Je ne cherche pas tellement à comprendre, je n’aspire qu’au calme. Je ne demande qu’à être tranquille et vous êtes en travers de mon souhait.
-On ne te souhaitait pas de te faire du mal ou de te déranger. On voulait juste te sortir de cet état de larve dans lequel tu étais. Tu faisais de la peine à voir…
-Et vous aviez eu pitié. Rien que pour cela, je me permets de vous détester. Vous pensez que tout le monde ressent les même besoin que vous. Vous croyez que l’on a forcément besoin d’avoir des amis, de rires, d’avoir de l’humour et d’être en groupe. Je n’ai rien contre ça. La plupart des personnes sur ce monde pensent de cette manière. Mais pas tout le monde. Au final, vous n’êtes pas mieux que tous les démons que vous avez affrontés. Vous voulez imposer votre vision des choses. Il faut bien que cela se retourne contre vous un moment. Ce moment est arrivé.
-Je ne vois pas vraiment les choses de cette manière pourtant, je comprends le raisonnement. Mais alors, tu n’imposes pas ta vision des choses et nous tuant actuellement ?
-Peut être. J’ai agis d’abord sur le coup de la colère. Je risque peut être d’avoir des remords comme tu le dis mais bon. Il vaut mieux avoir des remords que des regrets. J’ai beau être hors norme dans ce monde, je n’en suis pas pour autant parfait. Je reste encore humain dans mes décisions. Je peux faire des erreurs.
-Je vois. Eh bien, je suppose qu’il est temps ?
-En effet, c’est triste que l’on ne pourra plus se reparler mais c’est ainsi que vont les choses.
-Tu me permets d’envoyer un dernier message à Farvel et Miyako ? Juste le temps de me donner un départ décent.
-Je t’en prie.
Celle-qui-prenait-le-temps prit alors cinq minutes pour écrire un court message et l’envoyer pendant que Farvel, fixait le ciel par la baie vitré, le regard perdu. Un dernier tapotement sur l’écran puis elle rangea son appareil dans sa poche et se tourna vers l’adolescent aux cheveux de saphirs. Elle déglutit une dernière fois. Quelle étrange manière d’en finir.



Chapitre 05 : Incompréhension

Sur le chemin du retour, Darksky et Laura ne s’échangèrent aucun mots et ce, jusqu’à la fin de la soirée. Alors que Darksky atteignit la lumière de sa chambre, la porte de sa chambre s’entrouvrit. Dans l’entrebâillement, il vit la silhouette de Laura se dessiner.
« Merci… »
Puis la porte se ferma aussitôt et il entendit les bruits de pas s’éloigner rapidement. Il secoua la tête avec un léger sourire au coin de la lèvre et s’endormit rapidement.

Le lendemain, il ne discuta avec personne des évènements passés. Alors que le cours venait de commencer, il remarqua que la place de Farvel était vide. Pourtant, Farvel a toujours été présent à tous les cours depuis le début de l’année. Darksky se dit que, finalement, lui aussi pouvait être touché émotionnellement et que cela devait être une bonne chose. Enfin, il l’espérait.
Lors de la pause, il demanda à toutes les filles de faire une réunion ce soir pour faire une nouvelle mise au point en se gardant bien de raconter l’évènement de la soirée. Il avait beaucoup réfléchit sur Farvel et il s’était mis à douter lui. Toutes ses apparitions au parfait moment, le fait de ne pas pouvoir trouver sa maison et son sorte de sixième sens pour voir les choses qu’il ne devrait pas normalement le laissait penser qu’il devait avoir quelques sortes de pouvoirs psychiques. Cela n’était pas si bête de croire à des pouvoirs psychiques, sachant que beaucoup d’ennemi qu’ils avaient rencontré possédait des pouvoirs extraordinaires plus ou moins proches. Et de plus, si cela était vrai, alors ça coïncidait bien avec sa situation actuelle. Ca ajoutait un facteur supplémentaire pour favoriser son isolation. Après, il se pouvait que ce soit que pur coïncidence. Mais il ne voulait pas prendre de risque. C’est pour cette raison qu’il avait décidé de ne rien raconter à quiconque pour l’instant car si Farvel avait une possibilité, même minime, de lire dans les pensées, alors il ne voudrait peut-être pas que tous se sache. Alors Darksky lui posa une condition mentale : ce soir, tout sera révélé et si tu veux stopper cela, il faudra venir me voir. Cela lui paraissait être une condition plutôt juste. Même si Farvel n’était pas venu au lycée, il pouvait roder dans environ. Darksky ne voulait vraiment pas prendre de risque étant si près du but.
Mais aucun évènement notable ne se passa dans la journée et le soir vint. Tout le groupe était autour d’une table dans leur manoir. Prêt à entamer la réunion.
-Bon, bah nous sommes prêt je crois, déclara Nagisa. Nous pouvons commencer.
Darksky leva la main.
-Je voudrais prendre la parole en premier, vu que c’est moins qui ait demandé la réunion. En fait, il y a une raison derrière ça, Laura peut approuver. J’ai discuté avec Farvel hier.
-Hier ! Mais pourquoi tu nous ne l’as pas dit plus tôt ! S’écria Saya.
Toute la table s’agitait, sauf Laura qui resta les bras croisés et yeux fermés adossé à son siège.
-Wohwohwoh ! Laissez-moi vous expliquez au moins. Il y a une raison à tout. Je vais d’abord vous racontez ce qui s’est passé.
Il attendit quelques secondes le temps de voir que tout le monde se calma puis commença.
-J’ai rencontré Farvel dans le parc hier soir en rentrant. Il m’attendait. Il a voulu me parler et j’ai accepté. Il voulait que le laisse tranquille, qu’on cesse de lui parler, qu’il devienne un fantôme. Alors j’ai dit ce que j’avais sur le cœur. Je lui ai dit qu’on voulait vraiment qu’il nous rejoigne car on connaissait les risques de tels comportements. Je lui ai dit qu’on lui voulait que du bien. Je crois bien que j’ai enfin réussit à le toucher sérieusement. J’ai vu ses yeux briller. Il nous a dit qu’il nous aimait bien quand même puis il voulait nous dire une dernière chose mais lorsqu’il a vu Laura arriver et il s’est arrêté et il est partie. J’ai voulu le rattraper mais ce fut étrange. Laura et moi, nous étions comme paralysés sur place pendant qu’il partait. Tu peux approuver Laura ?
-Oui, impossible de bouger, dit-elle en ouvrant ses yeux ébène. Tous mes muscles étaient tétanisés.
-Ce qui me fait penser que Farvel possède des pouvoirs.
-Des pouvoirs ? S’exclama Miyako. Quels genres de pouvoirs ? Ce n’est pas si courant tu sais. On a beau en rencontrer régulièrement, mais seule une poignée d’humain pourrait posséder des pouvoirs et encore, je compte ceux avec des pouvoirs délivrés par d’autres êtres.
-Mais je pense effectivement qu’il possède des pouvoirs psychiques qui agissent sur les autres humains. Cela pourrait expliquer le fait que personne ne trouve où il habite, qu’il nous rencontre toujours au bon moment, qu’il puisse repérer des personnes cachées.
-Mais il viendrait d’Armagueddon ? Questionna Nagisa.
-Je ne pense pas. Son comportement est trop aléatoire, répondit Laura.
-Je ne pense pas non plus, dit Darksky. Nous sommes peut être vraiment tombés sur une exception de la nature.
-Mais alors, qu’est-ce qu’on doit faire ? Demanda Saya. Il n’était pas en cours aujourd’hui et ça doit être probablement à cause de hier si tu le dis l’avoir touché émotionnellement.
-On devrait attendre qu’il revienne et lui redemander ? dit Darksky.
-Mais attends, interrompit Miyako. S’il possède véritablement des pouvoirs psychiques qui peuvent agir sur nous. Est-ce que la discussion de hier ne pourrait pas être un piège ou même une illusion ?
-Si on commence à penser comme ça, on se perdra, répondit Nagisa. S’il possède effectivement un tel pouvoir qui permet de agir sur la mémoire, de lire toutes les pensées, alors on a déjà perdu parce qu’on ne pourra rien faire, on doutera de tout en permanence et on tombera tous dans la paranoïa. On ne peut pas penser comme ça.
-C’est peut être une chose possible, dit Laura. Mais Nagisa à raison. Si ce que tu dis Miyako est vrai, que pouvons-nous faire ? Nos souvenirs sont faux. Notre passé est faux. Nos relations sont altérées. Nous sommes totalement assujettis à Farvel. Nous avons déjà perdu. Tout ce que l’on vient de dire est de l’ordre de l’hypothèse. Ce sont des suppositions. Nous ne sommes même pas sûrs qu’il ait un quelconque pouvoir. On peut tout expliquer autrement aussi.
-Certes, mais c’est effectivement plus pratique et logique de se dire qu’il peut influer un minimum sur les personnes sinon comment expliquer qu’un appartement soit introuvable ? demanda Marie. On a beau avoir fouillé toutes la zone dans laquelle on l’avait suivi la première fois, chaque maison des quatre quartiers environnant. Rien.
-Je propose de considérer qu’il possède des pouvoirs psychiques relativement moyens mais qui ne peut pas altérer la mémoire ou agir trop profondément sur l’individu, dit Saya. Simplement des choses basiques comme immobiliser une personne, lire les émotions, embrouiller le sens de l’orientation et faire oublier des détails précis comme une adresse par exemple.  Cela nous permettra d’être au moins prudent avec nos relations avec lui. Puis, je propose de suivre le plan de Darksky pour la suite. On l’attend.
-Et que faire s’il fuit la ville et part ? dit simplement Marie.
Tout le monde dirigea son regard surpris vers Marie. Personne ne semblait avoir pensé cette alternatives pourtant si évidente.
-Tu crois qu’il pourrait partir ? demanda Darksky les yeux grands ouverts.
-Eh bien, il n’était pas là aujourd’hui parait-il et il a reçu un gros choc émotionnel hier. Je suppose simplement que c’est possible. Et vu qu’il peut camoufler ses mouvements, on ne pourrait jamais le revoir.
Darksky se leva précipitamment sa chaise et se dirigea vers la porte.
-Merde ! Je dois aller le…
Il fut plaqué violement sur le mur par un geste sec de Laura qui s’était levé en réaction. Il eut le souffle coupé.
-Tu n’iras nulle part playboy. Parce que, un,  c’est trop dangereux, et de deux, tu ne peux rien y faire. Mais on doit parler après la réunion, de tes agissements, en tête-à-tête…
Toute la table s’était à demi levé puis s’était laissé retomber dans un soupir. Darksky a demi-sonné, se laissa glisser lentement sur le mur, le temps de reprendre ses esprits. Laura s’était rassise sur sa chaise, les bras croisés à nouveau.
-Donc, que faisons-nous, demanda timidement Nagisa.
-Wait and see ! déclara fortement Saya.
Tout le monde autour de la table approuva, à l’exception de Darksky à demi étendu sur le sol. Toutes les filles rentrèrent chez elles, laissant Darksky et Laura seuls dans la salle de réunion, qui n’était au final rien d’autre qu’un grenier aménagé avec une table ronde. Darksky était assis, la tête baissé, peut être honteux tandis que Laura ferma la porte après un dernier en revoir, lancé à Marie qui allait se coucher.
-Tu as quelque chose à dire ? demanda Laura glaciale.
-…
-Tu pourrais me répondre au moins, c’est la moindre des choses.
-Que veux-tu que je te dise ? dit-il en relevant la tête, les yeux vaporeux.
-Que tu es désolé d’avoir fait une action stupide et que tu méritais ce que je t’ai fait.
-Mais tout ce qu’on a fait ne servira à rien s’il part !
-Et qu’est-ce que tu veux y faire ? C’est déjà impossible de trouver sa demeure, alors s’il en change…
-Mais faut bien faire quelque chose !
-Mais quoi !?
-Je ne sais pas moi…
-Tu es simplement stupide. Tu réfléchis un peu avant de faire quoi que ce soit ?
-Mais pourquoi tu es si violente tout à coup ?! Tu relâches toute ta frustration sur moi ? Je croyais qu’avec ce que tu m’avais dit hier soir, c’était bon…
-Eh bien non, j’ai bien cru mourir à l’instant où Farvel s’était avancé vers moi. C’était l’une des pires sensations que je n’ai jamais vécu. Au moment où je t’ai vu avec lui, j’ai pensé aux pires choses possibles. Tu ne peux pas me faire oublier ça avec un simple câlin !
-Mais pourquoi tu es toujours aussi compliqué avec moi ?
-Mais parce que je t’aime espèce d’imbécile !
-Hein ? répondit Darksky abasourdit.
-Tu crois que le baiser lors du bal c’était de la figuration ? Tu crois que toutes mes réactions envers toi c’était simplement à cause de mon caractère ? Tu es stupide ou quoi ? Tu passes ton temps avec un groupe de fille. Le seul ami que tu as et que je connais qui n’en soit pas une, c’est Draco. Sinon, tu es entouré en permanence de fille et il ne t’est pas venu à l’idée une seule seconde que l’une d’entre elle puisse t’aimer ? Tu vis dans quel monde ?
-Mais je… toi ?
-Qu’est ce qui ne vas pas dans le fait que ce soit moi ? Je ne suis plus la gamine que tu connaissais. Les gens évoluent. Et je t’aime. Ou alors tu es peut être gay. Oui, c’est logique finalement.
-Non, ce n’est juste que… je n’y ai jamais pensé… Je vous considère tous comme de vrais amies mais…
-Mais quoi ?
-Qu’est-ce que… Qu’est-ce que tu veux que je fasse ?
-Que tu viennes, me serre tendrement dans tes bras et que tu m’embrasses amoureusement.
-Je…
-Qu’est ce qui ne va pas avec ça ?!
Laura commençait à avoir les yeux brouillés par les larmes.
-Je ne peux pas, dit-il en détournant la tête. Je ne peux pas m’y résoudre. Il faut que j’y réfléchisse.
-Réfléchir à quoi !?
-Je ne sais pas moi ! S’exclama en retour Darksky. Tu me balances que tu m’aimes comme ça dans une situation critique ! Je ne sais pas ce que je dois faire moi ! Je veux prendre du temps pour y réfléchir ! C’est si soudain…
-Très bien ! Et bien prends-le ton temps ! hurla-t-elle en claquant la porte derrière elle.
Darksky resta là, bouché bée devant une telle scène. Il n’avait jamais eu cela dans sa vie et il n’arrivait pas à réfléchir. Son cerveau tournait à plein régime, des milliers d’idées fusaient dans tous les sens mais aucune n’arrivait vraiment à rester.
« Mais parce que je t’aime espèce d’imbécile ! »
La phrase résonna dans son esprit. Il resta de longues minutes, observant fixement cette porte qui venait d’emporter la tornade qui l’avait secoué. Il se remit lentement à agir. Il réussit à revenir dans sa chambre, pour se jeter dans son lit. Il se changea puis s’enroula dans ses draps tels une larve dans un cocon soyeux. Il réfléchit intensément.
Il fit une grande rétrospection sur lui-même. Il ne se remémorait jamais avoir ressenti ce que tout le monde appelle « amour ». Il se rendit que c’était effectivement étrange de n’avoir jamais rien ressenti de tel choses en étant entouré en permanence d’une présence féminine. Il ne sentait pas d’attraction particulière autre qu’amicale. Peut-être qu’il était effectivement gay. Peut-être aimait-il les hommes après tout. Pourtant, là aussi, il n’avait jamais ressenti d’émotions. Peut-être ne le sentait-il pas mais qu’elles étaient là après tout. Qu’est-ce qu’il voulait ? Pourquoi les choses devaient tourner ainsi ? Pourquoi ?
Il s’endormi dans un tourment de question non résolu, bien plus tard que son heure habituel. Le matin, il eut quelques difficultés pour se lever. Les questions résonnaient toujours dans sa tête. Il s’arrêta à l’encadrement de la porte, voyant Laura et Marie manger en silence le petit déjeuner. Laura le foudroya du regard, se leva et quitta la table, sans un mot, sans finir de manger. Darksky ne dit rien. Il n’avait rien à dire.
Sur le chemin vers le lycée, il ne vit pas Laura. Ni devant l’entrée du lycée, devant laquelle Nagisa, Miyako et Saya l’attendait. Les filles lui dirent qu’elles avaient vu Laura passer sans un mot et se diriger directement vers la salle de classe. Elles lui demandèrent ce qu’ils s’étaient passés.
« Problème de cœur »
-Ah bah,  vas lui parler tout de suite alors ! rétorqua Saya.
-Mais je ne sais pas quoi lui dire…
-Simplement que tu l’aimes, dit Nagisa.
-Mais je ne sais pas si je l’aime de cette manière moi !
-Ah…
-Effectivement, ça complique bien les choses alors, dit Miyako.

En rentrant dans les salles de classes, il vit Laura assise, sans lui prêter un seul regard. Il se dit qu’il valait mieux éviter pour aujourd’hui. Farvel n’était toujours pas en classe non plus. La journée passa, lentement. Trop lentement pour Darksky. De sombres pensées tournaient autour de lui. Au retour, Laura était partie bien avant lui. Une fois de retour au manoir, il avait compris qu’elle s’était enfermée dans sa chambre. Que pouvait-il y faire ? Il passa une mauvaise nuit.
La journée suivante était du même acabit. L’air était glacé. Aucune chaleur ne pénétrait. Puis il se passa une semaine comme ça. Il ne savait pas quoi faire. Les cauchemars le hantaient. D’énormes cernes se dessinaient sous ses yeux vides. Il se regardait dans le miroir. Dire qu’il avait fait la leçon à Farvel. Il se sentait stupide. Dire qu’il suffisait simplement de répondre à son amour pour régler la situation. Pourtant… Il ne se sentait pas de mentir. Il ne voulait pas être faux. Il ne savait pas ce qu’il voulait.
La journée se passa encore de la même manière. Un lundi glacial. C’était le plus froid de l’hiver. Au début du dernier cours de la journée, il demanda à la professeure s’il pouvait partir cinq minutes plus tôt pour une raison de rendez-vous. Ce fut accepté. Il partit donc cinq minutes avant la fin des cours. Il marcha en direction de retour au manoir. Une fois dans le parc, il s’assit sur le même banc que la dernière fois. Les rayons du soleil le frappaient directement sur la tête, le réchauffant à peine. Il y avait peu d’agitation dans ce parc. Il était assez isolé dans des quartiers où il y avait peu d’enfant. Et l’hiver n’aidait pas vraiment.
Il entendit des bruits de pas. Laura était rentrée dans le parc. Elle l’avait vu, évidemment, mais se contentait de l’ignorer. Elle s’avançait vers la deuxième sortie du parc qui était juste à côté de là où était assis Darksky. Alors qu’elle passa à côté du banc, une main retint son bras.
« S’il te plait, est ce que je pourrais te parler ? »
Elle s’immobilisa un instant.
« D’accord. »
Elle s’assit à côté de Darksky et le fixa de son regard si profond.
-J’ai beaucoup réfléchit sur ce que tu m’as dit, sur qui je suis. Et tu as raison, je ne suis qu’un imbécile. Je ne sais pas voir l’évident. Je ne sais pas voir quand une amie souffre. C’est de ma faute.

-Mais ça suffit. Je ne veux plus continuer ainsi. Ça devient insupportable. Je voudrais tellement je dire que je t’aime en retour. Mais je ne peux pas. Je ne veux pas te mentir. Je ne veux pas te faire du mal d’avantage. Je le sens. Je sens ce que tu ressens. Mais je n’y réponds pas. Alors. Je voudrais te demander l’impossible. Mais je vais quand même te le demander. Je… Je voudrais te demander de patienter…
-Comment ?
-Je voudrais te demander de vouloir bien attendre ma réponse. D’attendre que je mature. Car j’ai compris qu’il me manque quelque chose. Je ne suis pas aussi mature que tu l’es. Alors. Est-ce que tu voudras bien m’attendre ? Je sais que c’est totalement égoïste de ma part. Mais, c’est ma réponse la plus honnête. Je…
-D’accord.
-Laura ?
-C’est d’accord. Je t’attendrais. Mais tu as intérêt à ce que ce soit rapide. Sinon, tu sais ce qu’il va arriver, dit-elle avec un grand sourire, la larme à l’œil.
Puis elle enroula ses bras autour de Darksky, le serrant tendrement. Il fut surpris mais la laissa faire.
-Oui, bien sûr.
-…
-…
-On peut rentrer alors.
« Oui. »


Dernière édition par AronGomu le Jeu 30 Nov - 18:33, édité 3 fois


avatar
Messages : 284
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Fic] L'inexistence

le Mar 8 Aoû - 4:04
Chapitre 00 : Résumé d'introduction (pour ceux qui ne connaisse pas la fic de Heart mais qui veulent quand même ma fic ou ceux qui veulent se remémorer les personnages)


Bonjour, vous êtes sur le résumé introduction de la fic « L’inexistence », ici, je vais présenter tous les personnages qui seront utilisés dans ma fic qui est une osaf direct de la fic de Heart. Ce faux chapitre ne sert qu’aux personnes n’ayant pas lu la fic de Heart mais qui voudrait se plonger dans la mienne parce qu’elle peut quand même être apprécié comme une œuvre originale. Bref, voici la présentation des personnages. La présentation des personnages ici n’est pas la bonne. Je ne suis allé vérifier aucune information et je retranscris juste ce que je retiens des personnages. Ce sont les miens, de ma construction mentale bien personnelle.


La passé :
A la base, la fic suivait Draco qui était un héros de notre monde qui pop dans ce monde. En gros, un Isekai. C’est basé sur yugioh donc ils ont des decks et tout. Moi, je n’utiliserai pas yugioh dans cette fiction parce que je n’aime pas écrire des duels. Sauf qu’après, il a rencontré énormément de monde et surtout Darksky, qui habite dans une autre ville. Il arrive nombre de péripétie et finalement, Darksky devient un héros alternatif. Comme si on suivait deux personnages qui se rejoigne ensuite lors de moment critique et tout. Et chaque héros (donc Draco d’un côté et Darksky de l’autre) ont un harem. Moi, je ne vais m’intéresser qu’à Darksky et ses amies (harem je disais) Nagisa, Miyako, Laura, Saya, et sa sœur Marie. Il faut préciser qu’ils ont un club de duel au lycée et qu’ils sont tous en terminale dans cette fic (sauf Marie).
A la fin de la saison, ils ont découvert l’antagoniste ultime : Armagueddon. Qui est un énorme dragon qui protège le destin. Sauf qu’il casse les couilles à le protéger parce que le destin est môvé donc il y a eu fight entre Draco, Darksky et leurs harems respectifs. Laura à faillit mourir dans ce fight mais grâce à un truc méga chelou d’espace-temps dégueulasse au niveau de la cohérence, elle ne meurt pas. Me demandez pas de précision, je ne comprends pas moi-même la logique et dès que ça parle de remonter le temps pour faire X choses, moi je me suicide. Donc je me suis suicidé mais une fois mort, j’ai compris que ce n’était pas une bonne idée du coup j’ai arrêté d’être mort. Putain, il est 3h du mat et je dis de la merde. Désolé. Donc, je reprends. Laura a failli Dai… (euh… Cette erreur est trop magnifique pour que je l’efface xD. Du coup, je la laisse. Mon dieu, je fais vraiment de la merde.)
Après le fight contre Armageddon, ils font une fête d’ouf et Darksky et Laura s’embrasse dans l’effervescence de la bonne humeur. En gros, Darksky et Laura, c’est le couple de base. Vous pouvez ship Darksky avec toutes les autres de son harem, ça passe aussi mais le couple le plus obvious, c’est Darksky X Laura okey ? Pour Draco, on s’en fout putain de Draco ! Darksky X Laura best ship ok ? Merci. Sinon, je crois avoir à peu près tout dit. Tous les perso sont détaillés ci-dessous par ordre d’importance. Les moins importants en premier puis ça va de plus en plus important. Retenez bien, Laura et Darksky sont les protagonistes les plus important de cette fiction.


Le lieu : C’est une random ville car ce n’est pas important. Ce qu’il faut savoir, c’est qu’elle est en bord de mer et qu’il y a des falaises style calanque. Sinon, c’est une ville portuaire de taille moyenne. Pas de méga building, beaucoup de pâté de maison et de petit truc rustique.


Marie : Elle est la petite sœur de Darksky. Je crois qu’elle a deux ans de différences, quelque chose dans le style mais je n’en suis pas sûr. En gros, retenez que c’est une petite sœur avec quelques années de différences. Elle a une sorte de sixième sens pour ressentir l’émotion chez les gens. C’est un peu bullshit mais faut faire avec. Sinon, elle a un caractère posé, toujours à prendre du recul sur les choses. Elle est calme et fait peu de remarques mais elles sont généralement pertinentes et ironiques. Même si elle aime bien, elle n’utilise que rarement le sarcasme. Sinon, elle est petite, avec de longs cheveux noirs, des yeux ébène et une peau pale. Comme son frère. Elle s’habille plutôt simplement, et sans préférence au niveau des couleurs. Elle vit avec son frère dans un grand manoir hérité de je ne sais où. Ils ont un domestique aussi et leurs parents sont bien évidement morts sinon ce n’est pas assez edgy.


Nagisa : Elle a un an de moins que Darksky, Miyako, Laura et Saya. Niveau physique, elle a exactement le même que la Nagisa de Clannad, du coup, je ne vais pas me faire chier et je vais vous mettre son image. Niveau caractère, c’est plutôt réservé, hésitante mais très perspicace et intelligente. Par contre, je trouve qu’elle ne sert à rien dans le fic original du coup, je doute qu’elle serve beaucoup ici aussi. Ah, elle est la capitaine du club de duel au lycée également. Oui, c’est osef. Elle vit avec son oncle dans un pavillon et elle a eu une période ultra edgy suicidaire and co. Toute sa famille (sauf son oncle) est morte à cause de l’âge des ténèbres déroulé un an plus tôt. En gros, c’était un temps où il y avait les ténèbres et tout, et c’était la merde. Donc sa famille tente de s’enfuir, elle die sauf elle. Elle a perdu son père, sa mère, son frère et surtout Billy. Qui est Billy ? La légende raconte que Billy est Billy.


Miyako : Elle est rousse, elle peut s’énerver très vite, elle est intelligente, elle est cool mais elle ne servira pas à grand-chose dans ma fic je pense. Comme la plupart des amis des héros, elle a eu un arc et après, c’est dead. Je peux rajouter qu’elle est grande, sexy, qu’elle se coiffe toujours avec une queue de cheval et j’aime l’imaginer avec quelque tache de rousseur style Hermione mais des taches de rousseurs qui la rendent méga sexy compris ? Au niveau de son passé, elle s’en voulait de ouf parce que le lycée était dans la merde au moment de l’âge des ténèbres (full démon de mort qui tape tout le monde, c’est la merde). En gros, le lycée s’est fait isoler dans les ténèbres et elle s’est occupé de la gestion. C’était la chef. Probablement parce qu’elle était méga sexy, rousse et qu’elle sait gueuler. Mais son ami est mort dans une attaque, du coup elle s’en voulait méga beaucoup et elle est passé du côté edgy de la force. Cependant, elle était toujours ultra méga sexy ? J’espère que je suis clair sur ce point. Et notre héros et son harem ce sont occupés de la déculpabiliser, de la dé-edgyser et voilà, elle est ce qu’elle est maintenant. Une grande rousse, ultra méga giga sexy. (Oui, j’aime ce personnage).


Saya : Alors, elle fut une sorte d’agent secret pour une organisation qui servait pour le plot de la saison 1 ou 2 ou osef. Elle a rencontré Darksky là-bas, ils sont devenus super amis et voilà. Puis, ils se sont rencontrés à nouveau plus tard. Niveau personnalité, elle a un tempérament de feu, elle est super dynamique, gueule beaucoup, ne comprend pas toujours tout et n’aime pas être en cours. En gros, c’est la cassos du groupe. Mais attention ! C’est une agente secrète, ex-agent même ! Donc, il ne faut pas la sous-estimer. Niveau relation, elle est super amie avec Darksky, aucune relation amoureuse (je vous déçois hein ? Vous pouvez la shipper pas de problème). Et pour le physique, voilà (elle provient directement d’un OAV de Little Buster comme Nagisa).


Laura : elle fut une amie d’enfance (enfance très jeune) de Darksky. Mais elle a dû déménager et elle fut extrêmement déçue. Elle commence à comprendre qu’elle aimait Darksky après être partie et qu’il lui manquait. Pas de chance, elle était la fille de l’antagoniste principale de la saison 1 et elle fut son vice lead. Du coup, elle a eu sa période méga dark edgy d’ouf et elle a même affronté le héros. Très rapidement, elle le rejoint en reprenant raison et même si elle garde toujours un coté ténébreux parce qu’elle est la fille du seul homme qui se surnomme Shadow. Voyez ? Elle a failli mourir à la fin de la saison 2 mais miracle, elle ne meurt pas. Donc elle embrasse Darksky au bal mais au final, il se passe rien derrière. Elle est toujours amoureuse de lui mais c’est une tsundere du coup, c’est compliqué voyez ? Pour son physique, je suppose que vous voyez déjà non ? Cheveux et yeux noirs, grande, peau blanche, regard profond et s’habille généralement en noir parce qu’elle aime bien être sombre. Pas gothique par contre, non, surtout des vêtements normaux mais noir. Son père, Shadow, est toujours en vie, contrairement à sa mère. Son frère est portée disparu. Du coup, elle vit chez Darksky et Marie dans leur manoir de batard. Du coup, c’est pas tout les jours pratique, voyez ce que je veux dire ? wink wink. Et elle est intelligente de ouf aussi.


Darksky aka Michael : car oui, il s’apelle en réalité Michael ou jean-michel, comme vous voulez. Mais il s’est dit que se donner un pseudo trop d4rK pendant sa période d’agent dans l’organisation, c’était cool donc voilà son nom qui provient directement d’une idée de Laura je crois. Vous le devinerez, il a des cheveux noirs, yeux noirs, aime le noir, le noir c’est cool et je commence à vomir des ténèbres. Le mec s’apelle quand même Ciel sombre, si ce n’est pas la méga classe ? Ou être un méga kycoo. M’enfin, peu importe. Vous savez déjà qu’il est orphelin, pour seule famille, sa sœur méga OP. Mais il a un harem du coup, tout va bien. On ne sent jamais une once de sentiment amoureux en lui par contre. On ne sait pas s’il est amoureux de quelqu’un ou pas. C’est un personnage assez vide en fait, niveau personnalité, c’est banal. Vous pouvez l’imaginez un peu comme vous voulez. Juste, il ne gueule pas et il n’est pas super intelligent. C’est le mec moyen en tout, voyez ce que je veux dire ? Le moyenomètre, c’est lui. Typical héros de Light Novel.


Et voilà, maintenant avec tout ça, vous avez toutes les clés pour commencer la lecture de ma fic sans être complétement perdu. Au final, vu que je ne réutilise que très peu d’élément de la fic d’origine (c’est important les personnages, certes), mais vous ne devriez pas trop être perdu. Je ne vous ai pas tout raconté de la fic de Heart, c’est des méga résumé ultra haché ici, si vous voulez profiter des plus grands détails, il faut aller lire directement sa fic. Par contre bonne chance, parce qu’elle est longue. Très longue. Bref, je vous laisse lire ma fic et bonne lecture (la fic est sérieuse hein, ne vous attendez pas à ce que ce soit comme la présentation ici. Par contre, je viens de me rendre compte que la présentation que je viens de faire est méga goldé. Je devrais obliger tout le monde à la lire).


avatar
Messages : 176
Age : 18
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Fic] L'inexistence

le Mar 8 Aoû - 4:16
Comment ne pas avoir envie de lire cette fic après cet incroyable résumé ? o:



avatar
Messages : 1062
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Fic] L'inexistence

le Mar 8 Aoû - 11:16
Oh la vache. Ça c'et de la présentation.
Bon sinon, il ne m'a suffi que de 35 minutes chrono en main pour lire les 5 chapitres er cette présentation et je te donnerai un avis assez compler quand j'en aurai le temps :3


Contenu sponsorisé

Re: [Fic] L'inexistence

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum